[Survivre et se regarder en face] The 100 - Saison 1

Publié le 19 Avril 2016

 

 

Diffusée en 2014

Sur la CW

Crée par Jason Rothenberg

13 épisodes

 

Avec :

Eliza Taylor >>> Clarke Griffin

Paige Turco >>> Dr. Abigail "Abby" Griffin

Thomas McDonell >>> Finn Collins

Bob Morley >>> Bellamy Blake

Marie Avgeropoulos >>> Octavia Blake

Devon Bostick >>> Jasper Jordan

Henry Ian Cusick >>> Marcus Kane

Lindsey Morgan >>> Raven Reyes

Ricky Whittle >>> Lincoln

Eli Goree >>> Wells Jaha

Christopher Larkin >>> Monty Green

Isaiah Washington >>> Thelonious Jaha

Richard Harmon >>> John Murphy

 

Dontesque?

La Terre ayant été rendue inhabitable après un holocauste nucléaire, seuls ont survécu les habitants de douze stations spatiales, réunies pour en former une grande : l’Arche. Les ressources étant en train de s’épuiser, 100 adolescents emprisonnés sont envoyés sur Terre dans l’espoir que celle-ci soit habitable à nouveau. Lorsque ceux-ci se retrouvent sur la planète, les communications sont rapidement coupées, et les tensions grimpent, sur Terre comme sur l’Arche.

 

~oOo~

Allez, on va dire que cet article rentre dans le cadre de mon ménage de printemps. La série pas vraiment, puisque j’ai techniquement regardé cette saison 1 il y a déjà quelques temps, mais l’article trainait dans mes trucs à écrire, donc l’écrire rentre en quelque sorte dans le thème du ménage. Et, bordel, il était temps, vraiment. Non parce que… Je vous explique ce qu’il s’est passé : en gros j’ai regardé la saison 1, et j’ai fait un gros effort pour m’arrêter là en me disant « je ne regarderai la 2 qu’après avoir écrit sur la 1 ». Parce qu’écrire sur ce type de séries sans le faire saison par saison, pour moi, c’est trop chaud. Sauf que je suis arrivée un peu après tout le monde, et de bons articles étaient un peu partout, ce qui moi a tendance à me foutre gravement des complexes, parce que je me dis « meh, tellement de personnes ont déjà apporté de meilleures pierres à l’édifice, alors pourquoi apporter mon gravier, hein ? ». Donc je me suis découragée. Oui, mais. Mais, dans un coin de ma tête, je m’étais bien ancré le « pas de saison 2 sans article sur la saison 1 ». Du coup, je n’ai toujours pas vu la saison 2, et bordayl j’aimerais bien voir la suite moi, quand même ! Donc voilà, je fais péter mes complexes –okay, j’essaie juste fortement de les étouffer autant que possible très, très brièvement-, et on va causer de la saison 1 de the 100, une série que j’ai commencée parce que, bordayl, tout le monde sur ma Twitter-list avait eu l’air de la kiffer, et il ne sera pas dit que je ne suis pas les mouvements –okay, avec quelques années de retard, mais bon, je suis un mouton paresseux, voilà- ! Du coup, histoire de faire comme tout le monde jusqu’au bout, j’ai adoré cette saison 1. Ce dont vous vous doutiez puisque je vous disais vouloir regarder la saison 2, mais j’aime bien vous prendre pour des cons comme cela :’)

La raison principale pour laquelle j’aime cette saison 1, en fait, c’est qu’elle n’épargne personne. Et ça, c’est super. Quand je dis « n’épargne personne », je ne veux pas dire qu’elle tue tout le monde à la Game of Thrones -ou à la version de the Walking Dead à laquelle les producteurs essaient de nous faire croire-, mais plutôt qu’elle donne à tout le monde des décisions difficiles à prendre, et que parfois ils font des choix qui ne les présentent vraiment pas sous leur jour le plus hollywoodiennement héroïque. Donc faudra pas s’étonner si vous vous retrouvez avec un ou deux personnages principaux que vous appréciez, qui se mettent à en torturer un troisième pour lui soutirer des informations. Ah bah ouais, le monde de the 100 c’est la merde, et quand tu nages dedans, des fois, tu n’as en gros que cela quelle que soit la direction dans laquelle tu décides de couler. Je pense que the 100, ou du moins sa saison 1, peut voir son grand thème à peu près résumé en trois lignes de dialogues. La première sort de la bouche de Bellamy, l’un des jeunes gens qui se retrouvent sur Terre : « Qui nous sommes, et qui nous devons devenir pour survivre, sont deux choses très différentes ». La seconde nous vient d’Abigail, la mère de Clarke -l'héroïne-, tandis qu’elle parle à Kane, un membre du conseil sur l’Arche. Il lui dit « Dans toutes les situations, et à tous les prix, je choisis de m’assurer que la race humaine survivre », ce à quoi elle répond « C’est la différence entre toi et moi, Kane. Je choisis de m’assurer que nous méritons de survivre ». Dans tous les personnages, au milieu de leur situation à la Sa Majesté des Mouches –version « tout le monde il est super beau parce que c’est la CW »… et honnêtement, autant le côté « jeune » est justifié, autant je trouve dommage que la série ne propose pas de personnages aux corps un peu plus variés que cela-, il y a un combat entre ce qu’ils aimeraient être pour se sentir humains, et ce qu’ils doivent être pour survivre… et chez certains, le combat est déjà largement gagné par une des deux parties, tandis que chez d’autres, l’issue est encore loin d’être décidée, ou ne cesse de changer. Parfois, on voit le meilleur des personnages, qui se sacrifient pour d’autres par exemple. Et, parfois, on voit le pire, on voit des gens en tuer d’autres, ou on assiste à la politique dangereuse d’un Bellamy qui prône le « tout le monde fait absolument tout ce qu’il veut » -et dans leur situation, autant vous dire que ça vire rapidement à un chaos pas très beau à voir-. Mais, voilà, ces choix tout le monde doit les faire, et puis ils doivent les faire vite et espérer avoir fait le moins pire, parce que leur réalité ne pardonne pas.

[Survivre et se regarder en face] The 100 - Saison 1[Survivre et se regarder en face] The 100 - Saison 1[Survivre et se regarder en face] The 100 - Saison 1
[Survivre et se regarder en face] The 100 - Saison 1[Survivre et se regarder en face] The 100 - Saison 1
[Survivre et se regarder en face] The 100 - Saison 1[Survivre et se regarder en face] The 100 - Saison 1[Survivre et se regarder en face] The 100 - Saison 1
[Survivre et se regarder en face] The 100 - Saison 1[Survivre et se regarder en face] The 100 - Saison 1

La fin de l’épisode 1 a été un choc énorme pour moi. Je ne vous la spoilerai pas, des fois que vous n’ayez pas encore commencé la série –faites le !- mais ceux qui ont vu, savent. J’avais déjà le sentiment que quelque chose se tramait, honnêtement, rapport à la façon dont la scène était filmée, mais malgré tout, j’ai fait un bond, et c’est le moment où je me suis dit « merde, la série n’a pas l’intention de rigoler ». Et j’en ai eu d’autres des chocs comme celui-là. J’ai eu le sentiment, à regarder cette série, que tout pouvait basculer un peu tout le temps, et que, surtout, aucun des personnages n’était à l’abri. Ce qui me faisait drôlement peur, parce que je n’avais vraiment pas envie que qui que ce soit meure, même pas les personnages que je n’aimais pas… parce que cette série était vraiment particulièrement bonne à me faire faire des virages à 180°C sur ses personnages, donc ceux que je n’aimais pas aujourd’hui, seraient ceux dont je serais fan demain. Bon, évidemment, il y en a aussi que j’ai aimés dès le début, et que j’ai continué d’aimer par la suite ! Notamment, Clarke, que j’appellerais le personnage principal -même si c’est une série dans laquelle le groupe est vraiment au centre de l’histoire-, m’a tout de suite plu. Je ne vous cache pas que j’ai trouvé l’actrice maladroite à un ou deux moments de la série, mais rien de vraiment handicapant non plus, cela a fini par disparaître, et le personnage m’a conquise parce qu’elle est intelligente, elle voit le sérieux de la situation dès le début, et elle se pose les bonnes questions, des questions évidentes qu’apparemment le reste du groupe n’avait pourtant pas l’esprit à se poser. Elle s’émerveille de découvrir la Terre, bien entendu, et il y a de quoi dans sa situation, mais elle garde la tête froide un minimum, et plus la série avance, plus elle se révèle être vraiment faite pour mener. Elle est capable de prendre des décisions difficiles, mais elle n’est pas faite d’acier, et je pense qu’une de mes scènes favorites la concernant doit être celle où elle et Bellamy [spoiler] trouvent Atom [/spoiler]. C’est là qu’on se rend compte que Bellamy parle fort, mais que Clarke a la force de faire le nécessaire, et ne tire pas cette force nécessairement de sa colère ou de son instinct de survie, mais également de sa compassion. J’ai aimé la façon dont elle était développée petit à petit, j’ai aimé qu’elle fasse des erreurs, parce qu’après tout elle est humaine comme les autres, bien entendu. Elle s’endurcit au fil de la saison, et j’ai envie de voir où cela va la mener dans les suivantes. Elle est vraiment le personnage qui m’a le plus plu d’emblée, probablement avec Jasper et Monty pour qui c’était plus une question de sympathie, les personnages n’étant pas tout de suite vraiment développés –et autant Jasper cela vient vraiment après cela, autant Monty, faudra attendre la saison 2 je pense-. Ensuite, c’est Finn qui m’est venu, parce que j’ai apprécié le fait que le personnage soit plus tempéré que les autres. Il ne recule pas devant un challenge, et il se met en danger plusieurs fois dans la saison pour venir en aide aux autres, mais il est moins impulsif que d’autres, et cela fait du bien d’avoir quelqu’un pour dire aux autres « bon, on se calme », même si les autres en question n’écoutaient pas toujours assez. Donc, oui, il y a des personnages que j’ai appréciés dès le début et que j’ai continué d’apprécier par la suite, heureusement, parce que sinon : pourquoi continuer de regarder ?

Enfin, okay il y avait d’autres raisons de continuer telles que les questions de la série, le sérieux avec lequel elle traite son sujet, et l’envie de découvrir cette nouvelle Terre qui ressemble à la nôtre mais ne l’est plus tout à fait… J’ai aimé voir comment l’univers se construisait petit à petit d’ailleurs. Chaque fois qu’un animal différent nous était montré, par exemple, j’étais ravie, j’avais l’impression de voir un peu d’exotisme à l’écran. Après je ne vous cache pas que certains effets spéciaux étaient moins réussis que d’autres –ça, et les énormes faux raccords lors de certaines scènes ont été les plus gros défauts techniques que j’ai trouvés à la série qui, sinon, s’en sortait bien- mais cela ne m’a pas dérangée que cela, ce n’était pas abusé non plus. Et, donc, pour revenir à ce que je disais, c’est quand même mieux d’avoir dès le début des personnages qu’on a envie de suivre.

[Survivre et se regarder en face] The 100 - Saison 1[Survivre et se regarder en face] The 100 - Saison 1
[Survivre et se regarder en face] The 100 - Saison 1[Survivre et se regarder en face] The 100 - Saison 1[Survivre et se regarder en face] The 100 - Saison 1
[Survivre et se regarder en face] The 100 - Saison 1[Survivre et se regarder en face] The 100 - Saison 1
[Survivre et se regarder en face] The 100 - Saison 1[Survivre et se regarder en face] The 100 - Saison 1[Survivre et se regarder en face] The 100 - Saison 1

Mais ce que j’ai préféré, c’est quand même la façon dont the 100 a complètement retourné mes sentiments à l’égard de certains personnages, les deux meilleurs exemples étant certainement

(1) Kane. Au début de la série, je détestais ce personnage. A la fin, je suppliais mon écran de ne pas le tuer. Alors, c’est vrai que dans the 100, j’étais intéressée même par les personnages qui ne m’étaient pas exactement sympathiques si bien que je n’avais pas envie qu’ils meurent non plus –Murphy en est un bon exemple : le personnage n’est pas toujours à son plus reluisant, mais même dans les pires moments, j’adorais l’avoir à l’écran-, mais en l’occurrence, Kane, je m’étais juste vraiment mise à l’apprécier. Au début, dans son rôle de membre du conseil sur l’Arche, je le trouvais trop froid, il prenait des décisions que je jugeais inhumaines, et il semblait avoir trop soif de pouvoir pour que je l’apprécie. Abby –la mère de Clarke donc- en était à accepter de sacrifier sa vie pour éviter qu’il ne se retrouve en charge quand même ! Et je trouvais cela justifié… mais après un évènement en particulier –qui m’a bien, bien retournée également-, le personnage prend un autre tournant. Sa froideur se transforme en logique, ses actions semblent plus dirigées vers les autres, le personnage semble se trouver sur le chemin de la rédemption, et je l’ai juste vraiment, vraiment aimé, de même que j’ai apprécié le discours de la série que les gens changent –en bien ou en mal-, ne sont pas limités par un rôle rigide donné par le scénario.

(2) Bellamy. Encore une fois, au début de la série, je craignais ce personnage. Dans Sa Masjesté des Mouches, il aurait été Jack, et si vous avez lu Sa Majesté des Mouches, vous savez que ce n’est pas une bonne chose. Sa politique de « on fait ce qu’on veut » était extrêmement dangereuse, et motivée en plus par des besoins/envies égoïstes plutôt que par un souci du bien-être du groupe, ce qui n’arrangeait rien. Et puis… eh bien, écoutez, c’est mon personnage favori maintenant. Il a commencé terriblement égoïste, il finit par devenir capable d’offrir sa vie en échange de celle de quelqu’un d’autre. Il a commencé dangereusement trop fier, il finit par devenir capable de céder du terrain lorsque la situation l’exige. Il a commencé par être un faiseur de chaos, il finit par se révéler être capable d’instaurer l’ordre dans une communauté, voire même par être un bon leader. Bon, il faut quand même que quelqu’un fasse l’équilibre, mais il y a des qualités qui se révèlent petit à petit, et c’était assez fascinant de le regarder trouver une rédemption à travers un long processus de regrets et de haine de soi. Je vous avoue que j’ai eu un gros faible pour la relation qu’il entretient avec Clarke. Ennemis à la base, elle est ce qui le tire du trou au fond duquel il avait creusé son chemin, et ils finissent par se respecter l’un l’autre, s’apprécier même. J’en suis du coup arrivée à une sorte de dilemme. Dans un sens, étant malheureusement une shippeuse incontrôlable, je suis à fond dans le ship « Bellarke », mais d’un autre côté, je ne suis pas si pressée que cela arrive, car je trouve très rafraichissant de voir deux personnages de sexes différents en position de tête, et avoir ces sentiments de camaraderie et respect mutuel l’un pour l’autre. Quelle que soit la direction que prenne la série, pour le moment je suis donc ravie, et j’ai hâte de voir Bell continuer de grandir, s’égarer peut-être. Hâte aussi de voir plus de ses scènes avec sa petite sœur, Octavia, parce que tous les deux m’ont tiré quelques larmes je dois dire. Elle aussi, d’ailleurs, est passée d’un personnage que je trouvais un peu agaçant, à un personnage qui me plait énormément.

 

Il y a des tas d’autres personnages à retenir dans cette saison 1 de the 100, beaucoup dont je ne tiens pas à vous spoiler l’identité, mais beaucoup en tous cas, et j’ai hâte de tous les retrouver. Normalement, je devrais patienter encore parce que je suis censée me concentrer sur un ménage dont la saison 2 de the 100 ne fait pas partie, mais il est possible que je fasse une petite entorse à mes propres règles. Il est même possible que, juste pour le plaisir, je me refasse d’abord la saison 1, parce que, décidément, je l’ai vraiment appréciée. J’ai aimé le fait que la série n’épargne à personne les décisions difficiles et les mauvais choix, j’ai aimé même les personnages que je n’aimais pas, j’ai aimé que la série me fasse ajouter plein de nouvelles chansons à ma playlist quotidienne, et bref, je me joins à toutes les personnes qui se sont déjà exprimées sur la question, et vous recommande cette série.

[Survivre et se regarder en face] The 100 - Saison 1[Survivre et se regarder en face] The 100 - Saison 1[Survivre et se regarder en face] The 100 - Saison 1
[Survivre et se regarder en face] The 100 - Saison 1[Survivre et se regarder en face] The 100 - Saison 1
[Survivre et se regarder en face] The 100 - Saison 1[Survivre et se regarder en face] The 100 - Saison 1[Survivre et se regarder en face] The 100 - Saison 1
[Survivre et se regarder en face] The 100 - Saison 1[Survivre et se regarder en face] The 100 - Saison 1