Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

Sorti en 1988

Réalisé et écrit par Frank Henenlotter

 

Avec :

Rick Hearst >>> Brian

John Zacherle >>> Aylmer/Elmer

Etc

 

Dontesque ?

Brian, un jeune homme jusque là sans histoire, se retrouve accroc à la substance qu’une créature nommée Elmer lui injecte directement dans le corps. Mais le prix se fait de plus en plus élevé.

 

~oOo~

ENFIN ! Ca fait au moins trois ans que je me dis que je vais regarder ce film, et c’est ENFIN fait, wouhou ! En plus c’est pas comme si mon « je vais regarder ce film » signifiait « bon, faut bien quoi », j’avais vraiment envie de le voir ! Mais j’ai envie de voir tellement de choses, et le temps manque tellement, que Brain Damage ne s’était jamais retrouvé sur mon écran jusqu’à il y a quelques jours. Et je suis bien contente de l’avoir regardé ce film, parce que je l’ai trouvé assez génial je dois dire. Alors, il est plein de défauts, mais j’ai pris énormément de plaisir à le regarder, et je trouve que c’est un film qui marche à des tas de niveaux (trois en tout cas), et bref, je suis ravie de m’être enfin posée devant ! Et maintenant, il est temps que j’essaie de vous convaincre que c’est le film qu’il vous faut.

Bon, bon, en vérité, j’imagine que Brain Damage ne va pas parler à tout le monde, ne serait-ce qu’à cause de son ton d’horreur-comédie à tendances (un peu) gores (en vrai, je sais jamais comment quantifier le gore… j’ai vu largement plus poussé, mais il y a quand même un type qui perd son cerveau par l’oreille donc…). Il y a des effets qui ne convainquent jamais *réellement* aussi. Cela dit, je trouve qu’Elmer (qui est censé s’écrire Aylmer en vrai, mais bizarrement c’est devenu Elmer dans le titre ?... cette orthographe m’est plus familière donc mettons que je garde), la créature centrale, si elle ne fait pas *réelle*, est bien foutue quand même. J’aime beaucoup son design, et je trouve que John Zacherle, qui lui donne sa voix, fait un boulot assez remarquable en fait. Il donne à Elmer beaucoup de personnalité, lui donnant une jovialité glaçante dans certaines situations, de l’humour, mais également un certain charme qui fait bien entendu son danger. Physiquement, Elmer n’a pas beaucoup d’expressions, mais il devient un personnage à part entière et c’est en grande partie grâce à John Zacherle. Bon, par contre c’est clair que si je trouvais ça dans ma baignoire, j’irais pas lui faire confiance et lui laisser m’injecter des trucs dans le corps… Faut pas déconner non plus, et pour revenir à ce que je disais, j’imagine qu’il y a peut-être des gens qui vont avoir un peu de mal à avaler le début du film (parce que c’est vrai que ça démarre assez vite), ainsi que sa conclusion, peut-être, parce que pour être honnête, elle est assez obscure, et je ne suis pas certaine de l’avoir comprise à 100%. Et selon ce qu’on y voit, je ne sais pas si on peut dire que le film est bien fini. Sans oublier également que les acteurs ne sont pas très bons. Enfin, je les trouve très en accord avec le ton du film en vérité, mais ils rendent quand même certaines scènes assez hilarantes. Mon passage favori, à ce niveau-là, je pense, est celui où le héro rentre chez lui avec du "sang" bleu partout et un visage en pleine transformation, et où son frère lui ouvre la porte et le regarde se ruer vers la salle de bain en hurlant, tout en ayant une expression vaguement étonnée sur le visage. Mais juste vaguement. Parce qu’à moi non plus, cette tête :

Ne me parait pas non plus SI surprenante que ça. C’est presque banal en fait.

Non, plus sérieusement, c’est le genre de film qui ne va pas embarquer tout le monde, et dans lequel il y a de quoi faire jouer son sens de l’humour (et pas vraiment aux dépends du film, en fait, car Brain Damage cherche évidemment à amuser et divertir). C’est un film étrange, et même si ce n’est pas quelque chose que je fais moi-même (mes expériences se sont pour la plupart terminées de façon décevante, donc…), j’ai le sentiment que ça doit aussi être assez particulier de regarder toutes ces scènes surréalistes (lorsque le héro est sous l’influence d’Elmer) en ayant soi-même pas fumé que du tabac. Mettons que Brain Damage a un côté « trippy ».

[Mon ami Elmer] Brain Damage[Mon ami Elmer] Brain Damage

Et à côté de ça, je trouve assez extra que tout en étant un film « trippy » et fun comme ça, le film parle à fois des dangers de l’addiction tout en ayant de bons airs de parodie de campagnes anti-drogue. Quand je travaillais en Angleterre dans une école, je me souviens qu’il y avait des posters un peu partout sur les dangers des MST, du tabac, de diverses drogues, et dessus il y avait écrit des trucs à la con, qui étaient du niveau « te masturber te rendra aveugle ». Les campagnes anti-drogue ont une tendance à l’exagération et à raconter n’importe quoi pourvu que ça fasse peur, on va dire. Alors, pas toutes, et j’aime à penser que c’est de moins en moins le cas, mais parfois on tombe sur quelque chose qui fait rouler les yeux. Encore que je n’ai encore rien vu d’aussi risible que le très célèbre film Reefer Madness (que je vous conseille, c’est intéressant à regarder). Et Brain Damage a des airs de parodie avec son histoire à dormir debout et l’escalade de la fin qui s’arrête sur un sentiment de wtf total. Mais, à la fois, eh bien, il est quand même parfois franchement glaçant ce film, même en dessous de sa comédie et des prestations approximatives de ses acteurs, parce qu’il nous met en scène un personnage qui devient la proie de quelque chose lui promettant de lui offrir du plaisir, et surtout plus de douleur. Contre quoi ? Oh rien du tout, une promenade d’abord. Ce n’est pas dangereux, et c’est tellement agréable. Et puis qui ne ferait pas confiance à cette adorable créature si elle apparaissait subitement dans notre lit, pas vrai ?

Sauf que l’addiction prend (très) rapidement le dessus. Et le personnage s’aliène de sa famille, de sa petite amie, il ne va plus à son travail, il fait des trucs dont il ne se souvient pas, et subitement le prix est bien plus élevé que ce qui était convenu. Subitement, son nouvel ami est bien menaçant. Si bien qu’il essaie d’arrêter, et ça nous mène à la scène qui m’avait fait mettre ce film sur ma liste. En effet, Brian, notre personnage principal se rend bien compte qu’il perd le contrôle, qu’il déconne sec, et il veut arrêter, alors il y a toute cette scène affreuse (et longue) où on le voit au sol de sa salle de bain, lutter contre l’addiction, désespérément. Pendant ce temps, Elmer lui parle (et rit, et chante). « Tu m’appartiens maintenant Brian, tu es à moi. Tu n’es pas assez fort Brian. […] Tu sais que tu auras besoin de mon jus. Tu sais que la douleur se fera si terrible que seul mon jus pourra t’aider. […] Quand tu voudras cesser d’avoir mal, je serai là… ». La scène toute entière est tragique. Alors, il y a encore un effet gore dedans qui m’a fait sourire, mais pas trop, parce que c’était terrible de voir ce personnage se tordre sur le sol et lutter de toutes ses forces tout en réalisant que des forces, il n’en a peut-être pas assez. Le film n’est pas un film anti-drogues fait pour effrayer nos jeunes têtes blondes (pourquoi blondes au fait ? *doit se souvenir de rechercher l’origine de cette expression*) et les tenir loin de substances illicites, mais il parle quand même d’addiction qui ronge l’existence d’une personne.

Bref, j’ai trouvé que ce film était surtout très divertissant, mais j’ai aussi trouvé qu’il pouvait se montrer effrayant (pas dans le sens « je vais faire des cauchemars et je peux à peine regarder l’écran », c’était plus, encore une fois, dans la tragédie de certaines scènes), et il est à la fois « trippy », à la fois (involontairement ?) parodique des campagnes anti-drogues exagérées qui racontent n’importe quoi pour faire peur, et à la fois un film qui parle d’une addiction terrible. En clair, je m’attendais à apprécier Brain Damage, mais j’ai été surprise de constater à quel point, et bien que j’imagine qu’il ne conviendra pas à tous les publics, je ne peux que vous encourager à vous y intéresser.

Tag(s) : #Cinéma, #Cinéma Occidental, #USA, #Brain Damage, #1980s, #1988, #Frank Henenlotter, #Rick Hearst, #John Zacherle, #Horreur, #Comédie, #Body horror, #Drame, #Psychological Horror, #Surnaturel

Partager cet article

Repost 0