Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

Coucou les gens :)

 

J’espère que tout va bien par chez vous~ Au moment où j’écris ces mots, par chez moi, il pleut et c’est super. Ca m’avait manqué, la pluie. Ce serait un très bon prétexte de rester à la maison pour dramater en plus, mais je n’ai pas vraiment besoin de prétexte (et en fait, la pluie me donne encore plus envie de sortir, parce que je sais qu’au moins je pourrai respirer à l’extérieur… et ça va peut-être vous choquer, mais j’aime bien pouvoir respirer ! ). Anyway, cette semaine ça a été un peu chaud de rester à jour et d’écrire tout ça à temps. Je pense que ce sera plus simple quand je serai toute seule ^-^ (plus qu’une saison de SPN et 8 jours~ cela va faire bizarre d’être toute seule, cela dit, et sans Winchesters et tout… arf, mes pauvres petites poupinettes perdues dans l’Apocalypse) Enfin l’important c’est que je sois toujours à jour.

Et dernièrement, je me suis demandée « pourquoi Uncontrollably Fond ? » Sur twitter, en particulier, j’ai vu pas mal de gens critiquer le drama (parfois avec bienveillance, parfois avec neutralité, parfois avec agacement, parfois de façon intelligente, parfois pas, il y a de tout, comme toujours~), et il a apparemment du mal à faire de bons taux d’audience (la concurrence W doit pas aider, haha), ce qui n’enlève strictement rien à mon appréciation personnelle, mais m’a fait réfléchir à « pourquoi ce drama ? ». Quand une amie m’a demandé si je lui recommandais, je lui ai dit « non », parce que cela ne correspond pas du tout à ses goûts (elle aime bien Woobie, mais vraiment pas les dramas tristes et encore moins Suzy, donc bon), et ça m’a fait réaliser que le drama, en temps général, n’aurait pas dû correspondre aux miens non plus. Ce qui bien sûr, n’empêche pas d’accrocher. Par exemple, j’avais accroché à mort à Secret Love, alors que c’était d’un mélo prononcé, ce qui ne me correspond pas du tout. Mais pourquoi Uncontrollably Fond a-t-il réussi à me faire revenir aux dramas là où Oh My Ghostess, My Beautiful Bride, Please Come Back Ahjussi, etc (qui appartiennent à des genres que j’apprécie généralement plus) ont échoué ? Ce n’est pourtant pas une question de qualité. Enfin, j’ai mes gros soucis avec Please Come Back Ahjussi, ou encore Scholar who walks the night que j’ai tenté récemment (et non, j’ai toujours pas dépassé l’épisode 13 :D), mais c’est pas comme si Fond était parfait. Alors quoi ? Eh bien, pour beaucoup, il y a une question de timing (pour My Beautiful Bride, par exemple, ou LAST, c’était purement ça), tout simplement, mais je ne pense pas que j’aurais continué Bring it on, Ghost ! si Fond n’était pas passé par là juste avant, parce que ma réponse, je l’ai eue en parlant avec Morgana la semaine dernière. Et c’était un truc que j’avais senti (je n’arrêtais pas de vous dire que l’ambiance et le calme de la série étaient ce que je préférais ; tandis que j’avais eu du mal avec BIOG! au début à cause du bruit excessif), mais je crois que je n’en avais pas saisi toute l’importance jusqu’à la semaine dernière, où j’ai revu des passages de mes dramas favoris, et me suis rendue compte que certains ne me faisaient rien, voire m’agaçaient.

Ce n’est pas qu’ils soient devenus moins bons : c’est la musique. Et je pense que je réapprendrai à les apprécier. Mais les dramas coréens sont (naturellement) construits à leur façon, et ils ont notamment une utilisation de la musique particulière. On s’y habitue (sauf exceptions, à la Boys Over Flowers, qui deviennent limite des parodies), et on n’y fait plus gaffe, on apprend même à apprécier cette forme-là, mais quand on n’a pas l’habitude, ça peut être très déstabilisant. Par exemple, lorsque j’avais montré Story of a man (qui est un de mes dramas favoris de tous les temps) à ma petite sœur qui a vu cinq dramas dans sa vie, elle s’était retrouvée à rire à tous les moments importants juste à cause de la musique. Qui est loin d’être excessive dans le contexte de Dramaland, mais de la même façon qu’on peut trouver bizarre des jeux d’acteurs d’un cinéma étranger avant d’en comprendre les conventions, l’utilisation de la musique dans les dramas est tout un système. Et ayant passé un an loin des dramas, à regarder plutôt des séries US et UK avec leurs propres conventions, je pense que je me suis  légèrement déshabituée de ce système, si bien qu’en y revenant, il y a eu une sorte de « choc ».  Je n’aurais pas pu « revenir », je pense, avec un drama tel qu’Hong Gil Dong (que j’aime d’amour), par exemple. Fond a également son lot de ballades, mais, principalement dans ses premiers épisodes, à deux trois scènes près (que j’ai relevées, et qui m’ont dérangée), il reste plutôt calme sur la musique et met soit des petits morceaux tranquilles, soit des instrumentaux (ce qui est largement moins distrayant qu’une grosse ballade) sur les moments importants. Et c’est ce qui m’a séduite, ce qui a rouvert la porte.

On est bien d’accord que ça n’aurait pas suffi, que je ne serais pas rentrée complètement dans le drama si je n’avais pas été intéressée par l’histoire, mais quand je vous disais que je me suis avant tout laissée séduire par le calme du drama (et on pourrait inclure le jeu d’acteurs dedans, je pense), je ne m’étais pas rendue compte moi-même d’à quel point ce calme avait été la clé de tout, la condition sine qua non, en somme.

[Cernes sur petit écran] Bring it on, Ghost ! / Uncontrollably Fond / W[Cernes sur petit écran] Bring it on, Ghost ! / Uncontrollably Fond / W

Au passage, c’est pour ça que j’ai toujours aimé montrer des dramas à des gens qui n’en ont pas l’habitude (que ce soit ma sœur, mon père, ou une amie de passage) : ça jette de la lumière sur des trucs auxquels on ne faisait plus forcément attention. Par exemple, l’utilisation de la musique, mais ça marche aussi pour certains éléments scénaristiques dont on a tellement l’habitude, qu’on n’y réfléchit plus autant. Par exemple, si je vous dis « Noble Idiotie », vous savez de quoi je parle, et on en a (presque) tous horreur. On y est aussi tellement habitués qu’on l’identifie directement, comme un réflexe, et tout de suite on se dit « ARGH NON », mais que se passe t-il quand la Noble Idiotie en question s’inscrit effectivement dans le parcours d’un personnage, et n’est pas tant de la Noble Idiotie que son évolution naturelle ? Pour quelqu’un qui n’a pas cette « trope » gravée à l’esprit, il n’y a qu’une évolution du personnage, mais pour quelqu’un qui a passé trop de temps à Dramaland, ironiquement, ça peut être plus difficile de faire la part des choses, parce qu’on a acquis des réflexes et habitudes à double-tranchant.

D’où l’importance de confronter les points de vue et d’en discuter, en gros~ Donc, justement, discutons :D En commençant par les aventures de Taec et Kim So Hyun~

 

 

 

BRING IT ON GHOST

Episodes 7-8

[Cernes sur petit écran] Bring it on, Ghost ! / Uncontrollably Fond / W[Cernes sur petit écran] Bring it on, Ghost ! / Uncontrollably Fond / W[Cernes sur petit écran] Bring it on, Ghost ! / Uncontrollably Fond / W

Pour commencer par ne spoiler personne :

Comme toujours, ce drama est tout à fait adorable, il est mignon à souhait~ Mais je commence à me demander jusqu’où « adorable » va pouvoir le porter. Il reste quand même encore 8 épisodes de drama, et mon affection pour Taecyon, la choupittude extrême de Kim So Hyun, et leurs interactions toutes mignonnes suffiront-elles ? J’adore le fluff du drama, mais 16 épisodes de « juste du fluff », ça fait beaucoup, et je n’ai pas le sentiment que le drama me dise grand-chose de plus. Comme vous le savez déjà, tout ce qui relève du mystère derrière Pr. Darkside (notre Dark Vétérinaire, comme dirait Sandrine) ne m’interpelle pas des masses, et à côté de ça je n’ai pas le sentiment que le drama me dise grand-chose de neuf ou bien nuancé. Malgré qu’on chasse les fantômes chaque semaine, la question du deuil n’est même pas tant posée que cela, et les cas isolés de fantômes ne sont pas supra-développés, donc même si certains peuvent émouvoir par leur nature même (genre un gamin maltraité, bien sûr que ça fait mal), ils sont rapidement oubliables. Oui, on a eu droit à des sujets sérieux tels que la violence conjugale ou l’histoire d’une mère qui foutait vraiment trop la pression à sa fille niveau études, mais tout ça est purement survolé. Je peine un peu à voir ce qu’il y a sous le « mignon » de l’OTP, et je commence à me demander, donc, si ce mignon superficiel, aussi agréable soit-il, sera bien suffisant jusqu’à l’épisode final. En attendant, j’ai quand même bien aimé cette semaine. Un peu moins que la semaine dernière, mais quand même. Bong Pal et Hyun Ji forment toujours un duo absolument adorable, j’aime les voir être de plus en plus à l’aise ensemble, et puis nos deux Ghostfacers (bonne référence à SPN de SALT :D) me sont de plus en plus sympathiques, je dois dire. J’ai même eu un peu de peine pour Chun Sang cette semaine, parce que le pauvre n’a pas le sentiment d’avoir d’ami en dehors d’In Rang :( Faut dire qu’il m’a l’air assez impossible dans son genre, mais il est gentil quand même. S’il veut bien être un chouïa plus calme, je serai son amie moi aussi (mais on est bien d’accord qu’en vrai, maintenant il a Bong Pal et Hyun Ji, et aussi qu’In Rang a l’air de lui suffire~ c’est le grand amour entre ces deux-là, ils ont même une belle-grand-mère qui désapprouve et si Dramaland m’a appris quelque chose, c’est que c’est à la belle-famille qui désapprouve qu’on reconnaît un OTP :D)

[Cernes sur petit écran] Bring it on, Ghost ! / Uncontrollably Fond / W[Cernes sur petit écran] Bring it on, Ghost ! / Uncontrollably Fond / W[Cernes sur petit écran] Bring it on, Ghost ! / Uncontrollably Fond / W

Ensuite, avec des spoilers et tout :

En voyant Hyun Ji disparaître en haut des escaliers à la fin de l’épisode 8, j’ai eu subitement un gros sentiment d’effroi, les gens. Pas parce que je me suis dit « oh, on la verra plus », non, mais parce que comme on le disait la semaine dernière, il y a de grandes chances pour que Hyun Ji soit en fait dans le coma, si bien que son petit épisode « disparition » pourrait correspondre soit à « son corps en condition critique un moment », soit « son corps sur le point de se réveiller l’espace d’un instant ». Et si c’est qu’elle est en train de se réveiller, c’est très bien, mais subitement j’ai eu un grand moment de : et si elle se réveillait sans ses souvenirs ? Je ne dis pas que c’est ce qui va se passer, mais j’ai eu un instant de frayeur car c’est une possibilité, et que je sens que ce serait un coup à me rendre triste. Au moins on sait que si ça arrivait, Bong Pal trouverait son chemin jusqu’à elle, mais quand même, ne me rends pas trop triste drama, s’il te plait T.T Et sinon, à côté de ça, le scénario avance, j’imagine. On a eu quelques flash-backs sur la mort de Hyun Ji qui ne nous apprennent pas grand-chose (enfin si, on sait qu’elle a probablement une mère en vie, et elle a vu son visage, donc si elle la croise dans la rue, c’est un indice important) et les flics sont toujours sur les talons de Pr. Darkside, qui se fait plus mauvais à chaque épisode qui passe. Enfin, qui se dévoile plus mauvais à chaque épisode qui passe, plutôt. On a eu une ligne qui semble effectivement lier la famille de Bong Pal et Hyun Ji, ainsi que la confirmation nette qu’il a bien tué la mère de Bong Pal, et apparemment qu’il menace le papa de tuer son fils également  (ce qui devrait commencer à expliquer l’animosité père/fils, car j’imagine que le père s’est cassé pour protéger Bong Pal, ce que celui-ci a mal vécu) et surtout, il a tué Unni, l’ami-fantôme de Hyun Ji, et ça par contre, ça m’a rendue un peu triste. Le reste m’est honnêtement passé un peu au dessus de la tête, mais Hyun Ji est quelqu’un de très isolé, ses seuls vrais contacts se résumant en gros à Bong Pal et Unni, si bien qu’en voir un disparaître, c’est triste. Tu crains, Pr. Darkside ! Mais essentiellement, je ne lui trouve toujours pas bien grand intérêt. Ce qui me rend triste, parce que comme je vous le disais, j’ai peur que juste le fluff ne suffise pas, qu’il faille quelque chose à côté, et Pr Darkside EST ce quelque chose « à côté »… c’est juste que je ne le trouve pas passionnant. En revanche j’admets qu’il m’effraie un peu par rapport à Hyun Ji, parce qu’il va vouloir lui faire du mal pour atteindre Bong Pal et qu’on a déjà déterminé que faire du mal à Hyun Ji, c’est juste pas permis.

Comme je vous le disais, à présent, les épisodes de cette semaine m’ont un peu moins plu que ceux de la semaine dernière, et je pense que c’est parce que ceux de la semaine dernière m’avaient vraiment rendue triste, provoquant une réponse émotionnelle autre que le « awww » très appréciable mais habituel. Cette semaine, on est surtout de retour au « awww » pour moi. Mais je ne voudrais pas que vous vous imaginiez que je n’ai pas apprécié, et il y a des tas de choses que j’ai^bien aimées cette semaine. En particulier quatre.

(1) Evidemment, Hyun Ji. Je ne me lasserai jamais de le dire, mais je fangirlise complètement sur cette demoiselle. Et d’ailleurs le drama aussi, au point où c’est parfois même un chouïa ridicule (sérieusement, le passage en slow-mo où elle tournoie en souriant à Bong Pal ? Transposez ça à une vitesse normale et sans la musique magique, et vous avez une scène drôlement gênante), mais je ne peux pas lui en vouloir quand le sujet est aussi adorable. Cette semaine encore, j’ai ressenti une pointe de tristesse pour elle, lorsqu’elle constate qu’elle n’est pas sur les photos, ou soupire qu’elle est jalouse de Seo Yeon parce qu’elle est vivante (et aussi parce que Bong Pal a le béguin pour elle). C’était moins intense que la semaine précédente parce que cette fois-ci, Hyun Ji a pu compter sur Bong Pal (et pas que), mais tout de même, ça continue de me faire un pincement au cœur. Mais surtout, elle est toujours un plaisir à regarder, et la voir obtenir son uniforme de travail et jouer les duos bad-ass avec Bong Pal, ça n’a pas de prix.

(2) On avance côté sentiments et ça aussi c’est cool. Cette semaine, on a un Bong Pal qui tient clairement à ce qu’on ne convoite pas trop Hyun Ji (et c’est généralement plutôt mignon parce qu’il se contente de bouder un peu, mais par contre j’ai un souci avec la façon dont il ne transmet pas véritablement ce que dit Hyun Ji à In Rang), et qui a été réveillé par son moment de flip « omg Hyun Ji a disparu ». Déjà avant ça, je pense que la grosse frayeur « noyade » l’avait fait réaliser certaines choses, et on le voit faire plus attention aux sentiments de la jeune femme, mais la réalisation que Hyun Ji pourrait disparaitre est le « wake-up call » certain. Vu que Hyun Ji a fini par exprimer clairement ses sentiments également, on a deux leads qui ont enfin bien conscience de ce qu’ils ressentent, et c’est un bon pas en avant ! L’épisode suivant promet de nous les montrer en plein « puppy love », et je mentirais si je disais que mon cœur de marshmallow n’est pas tout ravi. Je suis si faible.

[Cernes sur petit écran] Bring it on, Ghost ! / Uncontrollably Fond / W[Cernes sur petit écran] Bring it on, Ghost ! / Uncontrollably Fond / W[Cernes sur petit écran] Bring it on, Ghost ! / Uncontrollably Fond / W
[Cernes sur petit écran] Bring it on, Ghost ! / Uncontrollably Fond / W[Cernes sur petit écran] Bring it on, Ghost ! / Uncontrollably Fond / W
[Cernes sur petit écran] Bring it on, Ghost ! / Uncontrollably Fond / W[Cernes sur petit écran] Bring it on, Ghost ! / Uncontrollably Fond / W
[Cernes sur petit écran] Bring it on, Ghost ! / Uncontrollably Fond / W[Cernes sur petit écran] Bring it on, Ghost ! / Uncontrollably Fond / W[Cernes sur petit écran] Bring it on, Ghost ! / Uncontrollably Fond / W

(3) Cette semaine, défaut de « traduction » mis de côté, Bong Pal est rentré dans mes bonnes grâces à nouveau. Bon, à un moment donné il pose bien un lapin à Hyun Ji, et c’est encore à cause de Seo Yeon, mais à sa décharge, la justification était bonne. C’est con qu’il ait pas pu prévenir Hyun Ji, mais je ne vois pas comment il aurait fait, et il n’allait pas juste mettre Seo Yeon dans un taxi en lui disant d’aller à l’hôpital toute seule, hein ! Et puis il est quand même passé par le parc, et ses efforts pour se faire pardonner étaient charmants (j’adore la façon dont il sort la viande du sac en la tenant de façon à ce que Hyun Ji ne puisse pas la louper). Il a aussi décliné deux invitations de Seo Yeon pour rentrer manger avec Hyun Ji, et pour prendre soin d’elle quand elle était malade, et comparé à la semaine précédente où il n’avait pas l’air de faire trop attention aux changements d’humeur de notre fantomatique poupette même quand elle sombrait dans la dépression à deux mètres de lui, il a l’air de bien plus remarquer les moments où il la blesse, et semble plus pressé d’y remédier aussitôt. Donc Bong Pal, on va de nouveaux pouvoir être copains toi et moi.

(4) Un de mes changements favoris cette semaine : les Ghostfacers sont enfin au courant de l’existence de Hyun Ji. In Rang l’avait déjà vue, mais c’est bien confirmé à présent et Chun Sang est au courant. Et j’adore la façon dont, même si Chun Sang trouve la situation bizarre au début, ils acceptent tous les deux que Hyun Ji est avec eux et les aide. Ils la remercient pour le travail effectué, In Rang s’inquiète de savoir si elle est blessée (son crush sur Hyun Ji est adorable, et je m’amuse beaucoup de voir Chun Sang jaloux qu’In Rang offre des cadeaux à la jeune femme et pas à lui #bromanceFTW), et même s’ils ne peuvent pas la voir (ou en tout cas pas tout le temps, dans le cas d’In Rang), c’est agréable de la voir intégrée. Elle a même son propre uniforme à présent, ils sont une équipe et tout. Après la grande tristesse de la semaine dernière, justement parce que Hyun Ji était aussi à part, ça fait drôlement chaud au cœur. Et le crush d’In Rang a beau me plaire énormément (oui !), il y a également quelque chose de très drôle à l’association Chun Sang/Hyun Ji, et je trouve qu’ils ont vraiment une bonne dynamique, alors même qu’ils ne peuvent pas vraiment se parler. Du coup, j’ai hâte de les voir pouvoir se parler pour de vrai !

Et en général, j’ai toujours très envie de voir la suite. Inquiétude mise de côté, il fait chaud, et ce drama me fait l’effet d’une boule de glace si j’avais le droit d’en manger. Donc~

[Cernes sur petit écran] Bring it on, Ghost ! / Uncontrollably Fond / W[Cernes sur petit écran] Bring it on, Ghost ! / Uncontrollably Fond / W[Cernes sur petit écran] Bring it on, Ghost ! / Uncontrollably Fond / W
[Cernes sur petit écran] Bring it on, Ghost ! / Uncontrollably Fond / W[Cernes sur petit écran] Bring it on, Ghost ! / Uncontrollably Fond / W
[Cernes sur petit écran] Bring it on, Ghost ! / Uncontrollably Fond / W[Cernes sur petit écran] Bring it on, Ghost ! / Uncontrollably Fond / W
[Cernes sur petit écran] Bring it on, Ghost ! / Uncontrollably Fond / W[Cernes sur petit écran] Bring it on, Ghost ! / Uncontrollably Fond / W

 

 

 

UNCONTROLLABLY FOND

Episodes 9 - 10

[Cernes sur petit écran] Bring it on, Ghost ! / Uncontrollably Fond / W[Cernes sur petit écran] Bring it on, Ghost ! / Uncontrollably Fond / W[Cernes sur petit écran] Bring it on, Ghost ! / Uncontrollably Fond / W

Pour commencer sans spoiler qui que ce soit :

T______________T

Fuck everything.

Revenir aux dramas était une idée de merde.

Mon cœur est brisé.

Au revoir.

 

Bon.

Mais pour de vrai : T___T J’ai besoin d’une licorne très vite, parce que forcément, Shin Joon Young souffre un peu plus à chaque épisode qui passe, et moi j’ai du mal à l’encaisser. Donc parlons d’autre chose.

Ironiquement, cette semaine, j’ai eu mon petit souci avec l’utilisation de la musique dans ces épisodes ! Je ne sais pas vraiment si ça venait d’un changement dans le drama cela dit. Je crois plutôt que c’est parce que, ce coup-ci, j’ai dû regarder le drama avec un casque, ce que je ne fais généralement pas à moins de vouloir profiter d’un OST justement, si bien que j’ai plus entendu la musique, parce que (je ne sais pas pourquoi, je suis nulle en technologie) quand je mets mon casque la piste « musique » est plus forte. En tout cas, il y a une scène où quelqu’un se précipite à l’hôpital qui m’a été gâchée par la musique, et par le fait en général que l’exécution de cette scène (qui aurait dû être poignante) la rendait un peu ridicule. Dommage. En revanche, à un moment donné, dans le fond, le drama a fait jouer Monster d’Exo, et je suis droguée à cette chanson, donc j’étais contente de l’entendre~ Bref. J’essaie de me distraire comme je peux là, parce que les moments qui ont fait leur effet, ont fait un effet grave. Du genre « enclume sur ton cœur ». Et pas une enclume en mousse. Kim Woo Bin (attention, j’utilise son nom pour faire sérieux là *omg*) est vraiment bon dans ce drama, particulièrement cette semaine. A chaque pas qu’il faisait en luttant contre la douleur, on pouvait vraiment la sentir. Au sein de ce drama, il n’a jamais été aussi bon que dans ces deux épisodes, et il porte en grande partie l’OTP et le drama sur ses épaules pour le coup. On l’a déjà déterminé, j’aime bien Suzy (qui a interprété deux personnages féminins dramatesques qui font partie de mes favoris, ça aide) mais je ne suis pas sûre que le mélo soit bien fait pour elle, parce qu’elle a du mal à vraiment jouer les nuances. Enfin d’un autre côté, je m’en réjouis presque, parce que si on avait quelqu’un comme Lim Soo Jung (par exemple) dans le rôle principal, je pense que j’irais rejoindre Kang Chul sur un pont pour me jeter dans le fleuve Han.

Non, sinon, c’est comme d’hab quoi : triste, mais joli, et j’ai envie de voir la suite. Simplement, je m’inquiète de la longueur du drama, qui fait quand même 20 épisodes. Je pense vraiment que 16 épisodes auraient été bien suffisants. Enfin, que voulez-vous, hein ! (aussi : où est Pororo le chien, hein ?! Ca manquait de Pororo cette semaine)

[Cernes sur petit écran] Bring it on, Ghost ! / Uncontrollably Fond / W[Cernes sur petit écran] Bring it on, Ghost ! / Uncontrollably Fond / W[Cernes sur petit écran] Bring it on, Ghost ! / Uncontrollably Fond / W

Et maintenant, en spoilant (gaiement) des choses :

Je dois commencer par rectifier mon erreur ! En voyant Joon Young tout joyeux en répondant au téléphone (on a eu la version longue cette semaine et c’était ♥) puis prendre No Eul sans ses bras, l’air aussi heureux, j’avais vraiment cru qu’elle l’avait appelé pour lui dire « okay, je vais tenter ma chance avec toi », mais en vérité non, elle tenait simplement à lui dire qu’elle allait lui faire confiance et accepter de croire qu’il était sincère. Du coup, cela rend la réaction de Joon Young encore plus adorable d’ailleurs, parce que la raison de son bonheur n’est même pas que No Eul lui rend ses sentiments, mais simplement qu’elle accepte de le croire… quand on y pense, c’est limite un petit peu triste, mais tâchons de ne pas nous rajouter une couche de tristesse, parce que le drama nous en tartine déjà suffisamment comme ça. Enfin cette semaine, on a quand même eu droit à un peu de bonheur (comme ça, après ça fait encore plus mal quand les choses se cassent la gueule mwhahahaha… FML) car si les personnages n’étaient finalement pas « ensemble » à la fin de la semaine dernière, à présent, c’est bon. No Eul, après un stratagème de Joon Young que j’ai trouvé plutôt moyen (je lui pardonne en partie parce qu’il devait réellement aller à l’hôpital en urgence, mais c’était limite, et quand il a réitéré ça avec sa mère, j’ai quand même drôlement froncé les sourcils… faire croire aux gens qu’on est gravement blessé, ce n’est pas un truc à faire), finit par lui dire que oui, il est son style d’homme, et oui, elle l’aime en retour (et je la crois, même si elle utilise encore « aimer » avec un petit « a »… mais le grand « A » où en est Joon Young viendra), ce qui a trois conséquences (1) Joon Young va pouvoir rayer deux lignes sur sa liste de choses à faire avant de mourir (2) on a droit à un (vrai) baiser qui a fait palpiter mon cœur tout mou et (3) pfiou, l’OTP est formé pour de vrai, YES ! Ce qui veut dire qu’il est temps pour les choses de déconner, pas vrai ? :D Ils ont l’air trop heureux, Univers, donc pourquoi ne pas pousser No Eul à pratiquement tuer quelqu’un ?

Oui, cette semaine, donc, No Eul manque de renverser notre daddy procureur… Ce qui ne se fait pas (bien sûr… et puis à choisir, je renverserais sa femme moi, de toute façon) et heureusement Joon Young était là pour l’arrêter, à moitié parce qu’il ne peut pas voir mourir son père comme ça, et sans doute à moitié parce qu’il ne peut pas non plus regarder No Eul balancer sa vie par la fenêtre. Donc oui, heureusement qu’il était là, et je pense d’ailleurs que la partie « être là » est sans doute la raison pour laquelle No Eul aime Joon Young. La mort de son père et la « trahison » de Ji Tae ont été difficiles pour elle, elle semble avoir peur de l’abandon et avoir besoin de quelqu’un sur qui se reposer, si bien qu’elle doit trouver un grand réconfort dans un Joon Young qui refuse de la lâcher (la seule fois où il a fait mine de disparaître, elle a méchamment flippé), quitte à miser tout ce qu’il a. Bien sûr, ce qu’elle ne sait pas, c’est qu’en vrai il n’a plus grand-chose à perdre et qu’il va forcément finir par la « lâcher », haha *dying inside*. Vraiment, il FAUT qu’il se décide à lui dire qu’il est malade, parce qu’elle a l’air heureuse d’être avec lui, qu’elle va tomber plus amoureuse et que ça ne fera que la blesser encore plus lorsqu’il devra la quitter. Mais en attendant, elle le voit certainement comme un refuge. Lorsqu’elle accepte de lui faire confiance, au début de l’épisode 9, il la prend dans ses bras, et lui demande de le laisser se reposer sur elle « encore une minute », puis « encore une minute de plus ». Parce que ce n’est pas juste qu’il est heureux de sa décision, heureux qu’elle le croit : il est aussi à deux doigts de tomber par terre, à cause de sa maladie, et il a besoin de quelque chose à quoi se raccrocher. La scène est ensuite reprise dans l’autre sens lorsque Joon Young vient la chercher pour partir en voyage après qu’elle se soit retrouvée à l’hôpital suite au moment où elle s’est brisée et a failli foutre sa vie en l’air en commettant un crime. Il lui propose de partir en voyage un mois ensemble, loin, là où personne ne les reconnaîtra. Cela fait forcément écho à la scène de l’épisode 9 car on y retrouve la même ligne : dans l’épisode 9 Joon Young demandait un baiser à No Eul qui l’envoyait bouler, tandis que dans cet épisode 10, c’est No Eul qui demande à Joon Young de l’embrasser, celui-ci lui sortant alors la même réponse qu’elle (avant bien entendu de l’embrasser pour le coup). Et les rôles sont renversés également dans le sens où ce coup-ci, c’est No Eul qui se repose sur Joon Young pour ne pas tomber. Et elle a même le même genre de requête : lui disait « encore une minute, encore une minute de plus », et elle veut partir et oublier la réalité avec lui pas juste un mois, mais un an, non, dix ans.

Et il accepte, bien entendu, parce qu’il ne peut pas lui refuser son soutien, mais nous on sait bien que si No Eul a « encore une minute de plus », Joon Young n’a pas dix ans, ou même un seul, de plus, ce qui nous ramène à : ce drama me fait du mal, j’ai besoin d’aide. J’ai le sentiment que mon cœur s’est brisé quinze fois par épisode cette semaine. A commencer par le début de l’épisode 9 d’ailleurs, parce que la scène du « encore une minute » se termine par un Joon Young super heureux qui dit « au revoir » à No Eul en lui disant qu’il la verra « demain » puis « le jour d’après » et le « jour d’encore après », comme s’il lui disait qu’il la verrait toute sa vie… ce qui est techniquement sans doute vrai parce que des « jours d’après », il n’en a plus beaucoup. Excusez-moi donc pendant que je vais boire 4 litres d’eau pour compenser les larmes. Oui, je suis faible, mais aussi on le regarde se briser petit à petit, et c’est pas gai quoi. D’autant que, comme je le disais,  Woobie s’est montré particulièrement bon cette semaine, si bien qu’on pouvait sentir la lutte dans chacun de ses gestes quand il devait braver la douleur, le désespoir dans sa voix quand il suppliait son manager de le laisser sortir (au passage, c’est quoi cette technique d’enfermer les gens ?!), etc. Cela dit, pour le coup, les deux moments qui m’ont achevée ne sont pas des moments « OTP-esques » cette semaine, mais deux scènes en rapport avec la mère de Joon Young. Le premier, c’est lorsqu’il finit par craquer au téléphone et lui demander ce qu’il a fait de si mal, s’il mérite vraiment d’être renié. La réponse est « non », btw. Il y a clairement un gros nœud dans cette relation : la mère de Joon Young est en colère que son fils ne se pense pas qualifié pour être procureur, et sa colère est exacerbée par un complexe d’infériorité, le sentiment qu’elle a échoué, et aussi la peine que, peut-être, il ait honte d’elle, et qu’elle ait été la pierre sur son chemin. Ce qui ne justifie pas le traitement qu’elle lui a infligé et la voir dormir dans la chambre de son fils ne m’a pas fait lui pardonner, mais la voir courir à sa rescousse à la fin de l’épisode 10, déjà un peu plus. Parce qu’aussi, je veux qu’ils réparent leur relation, avant que Joon Young n’obtienne une seconde vie grâce à notre Bienveillante Licorne –loué soit son nom-. Et donc, le second moment qui m’a balancé une enclume, c’est justement la fin de l’épisode 10. Terrassé par la douleur, incapable de sortir de sa chambre malgré que tout lui hurle d’aller retrouver et secourir No Eul, Joon Young appelle sa mère qui, sentant que c’est important, vient le chercher. Elle trouve son fils par terre, faible comme tout, et quand il ouvre les yeux, la voit (croyant probablement à peine qu’elle est vraiment venue), il a ce regard et cette façon de dire juste « maman » qui, plus que jamais, donnent le sentiment qu’il est un enfant suppliant sa mère de faire magiquement en sorte que tout aille bien à nouveau. Elle le sent, d’ailleurs, et à ce moment-là, elle n’est plus qu’une mère s’inquiétant pour son fils, sans s’occuper de leurs problèmes. C’est là que pour moi les vannes ont juste lâché. Parce qu’on a déjà vu Shin Joon Young craquer tout seul sous la douleur, et il a toujours eu cette supplication dans le regard qui trahissait sa faiblesse même si les gens en face ne la voyaient pas forcément, mais c’était la première fois, je pense, qu’on le voyait aussi réduit à ce qu’il est au fond : une personne qui a mal, qui est terrifiée, et qui a douloureusement besoin qu’on lui tienne la main.

[Cernes sur petit écran] Bring it on, Ghost ! / Uncontrollably Fond / W[Cernes sur petit écran] Bring it on, Ghost ! / Uncontrollably Fond / W[Cernes sur petit écran] Bring it on, Ghost ! / Uncontrollably Fond / W
[Cernes sur petit écran] Bring it on, Ghost ! / Uncontrollably Fond / W[Cernes sur petit écran] Bring it on, Ghost ! / Uncontrollably Fond / W
[Cernes sur petit écran] Bring it on, Ghost ! / Uncontrollably Fond / W[Cernes sur petit écran] Bring it on, Ghost ! / Uncontrollably Fond / W[Cernes sur petit écran] Bring it on, Ghost ! / Uncontrollably Fond / W
[Cernes sur petit écran] Bring it on, Ghost ! / Uncontrollably Fond / W[Cernes sur petit écran] Bring it on, Ghost ! / Uncontrollably Fond / W

A côté de ça, histoire de passer à ce qui ne me donne pas envie de me mettre en position fœtale, Ji Tae ne va pas fort non plus, et pour tout vous dire, je le plains. Je trouve toujours que sa partie de l’histoire, avec les secrets additionnels, aurait facilement pu être coupée, et j’aurais vraiment aimé mieux pour Lim Ju Hwan (j’ai besoin de revoir cet acteur dans un rôle principal, pourquoi ça n’arrive pas ? T.T), mais j’ai de la peine pour le personnage parce que sa famille n’est vraiment pas évidente. La pire étant sa mère. Le père, honnêtement, je n’arrive pas à vraiment le détester. Je pense que c’est en grande partie grâce à sa relation avec Haru, mais je n’arrive pas à le croire complètement mauvais. Alors que la mère ? J’ai rigolé amer quand elle jouait les effarouchées à ne pas pouvoir regarder mourir un poisson, alors qu’elle « étrangle » No Eul et semble bien s’arranger du fait que Joon Young est mourant. Elle, pour le coup, je la ferais bien passer sous un camion of doom. Elle a vraiment manipulé tout son entourage, et est responsable du malheur de beaucoup de gens. Pauvre Ji Tae, sa famille n’est décidément pas un cadeau. Au passage, je suis contente que Joon Young soit au courant de son identité, et que Ji Tae soit au courant de la maladie de celui-ci. Parce que c’est un pas en avant dans la découverte de la vérité pour tout le monde. J’ai un peu peur de ce que chacun va faire de l’information par contre. Surtout du côté de Ji Tae, car j’ai peur qu’il s’acharne à essayer de séparer notre couple pour le « bien de No Eul ». Enfin si ça peut ENFIN faire en sorte que la jeune femme soit au courant, ce sera déjà ça. Au moins, elle a vu Joon Young s’effondrer dans le parking (pour une fois que c’est lui… elle a drôlement tendance à tomber No Eul quand même), donc elle va peut-être se poser des questions.

Enfin, histoire de finir sur une touche plus légère : Jik/Haru is real, woohoo !!!! Jik me fait fondre, petite poupinette adorable, et sa partie de l’histoire est décidément la plus mignonne. Alors, tout n’est pas rose pour lui (il se fait du souci pour sa sœur et se retrouve à supplier Joon Young de l’aider, pleurant devant sa porte, parce qu’il a été abandonné par son ahjussi bien aimé… sans compter qu’Haru et lui font partie de « familles ennemies » aussi) mais en attendant, je le regarde serrer des chatons contre lui, et ça me réchauffe le cœur. Il est tout choupi, et pas mauvais sur les tournures non plus, parce que le « les jolies personnes sont généralement gentilles » à Haru pour obtenir d’elle qu’elle s’occupe du chaton, c’était joli. Et elle lui retourne le compliment en lui disant plus tard qu’il est drôlement mignon (elle a raison). HAJIK IS REAL PEOPLE ! Et j’adore le fait qu’elle ait beau l’agacer, il se met quand même à lui parler plus poliment quand elle lui fait la remarque qu’elle est plus âgée que lui. C’est un bon petit ce No Jik.

Voilà où j’en suis.

J’ai envie de voir la suite maintenant.

Et à la fois, j’ai peur de la suite.

Arf.

[Cernes sur petit écran] Bring it on, Ghost ! / Uncontrollably Fond / W[Cernes sur petit écran] Bring it on, Ghost ! / Uncontrollably Fond / W[Cernes sur petit écran] Bring it on, Ghost ! / Uncontrollably Fond / W
[Cernes sur petit écran] Bring it on, Ghost ! / Uncontrollably Fond / W[Cernes sur petit écran] Bring it on, Ghost ! / Uncontrollably Fond / W
[Cernes sur petit écran] Bring it on, Ghost ! / Uncontrollably Fond / W[Cernes sur petit écran] Bring it on, Ghost ! / Uncontrollably Fond / W[Cernes sur petit écran] Bring it on, Ghost ! / Uncontrollably Fond / W
[Cernes sur petit écran] Bring it on, Ghost ! / Uncontrollably Fond / W[Cernes sur petit écran] Bring it on, Ghost ! / Uncontrollably Fond / W

 

 

 

W

Episodes 5 et 6

Parce qu’au final, c’est la quatrième part de moi (cf. la conclusion de mes Premières Impressions) qui l’a emporté.

[Cernes sur petit écran] Bring it on, Ghost ! / Uncontrollably Fond / W[Cernes sur petit écran] Bring it on, Ghost ! / Uncontrollably Fond / W[Cernes sur petit écran] Bring it on, Ghost ! / Uncontrollably Fond / W

Pour commencer par ne pas vous spoiler :

Bien bien bien. Donc ce drama est toujours palpitant et je me déteste toujours un peu de l’avoir commencé parce que me revoilà à devoir attendre. Arf. Cela ne va pas être simple.

Et cela ne va pas être simple de vous en parler non plus, parce que les situations changent tellement tout le temps qu’éviter les spoilers est chaud, et que même dans la partie où je peux spoiler, je suis sûre de zapper 90% de ce que j’aimerais dire. Enfin, en tout cas, pour vous qui lisez juste pour savoir si le drama vaut toujours le coup de se lancer, la réponse est : oui.  Et en fait, le fait que la situation évolue tout le temps est certainement un des gros points forts de W, qui à ce niveau-là me rappelle un peu Nine, un drama précédent de la scénariste qui avait tendance à tout chambouler d’un coup également. Maintenant, dans W, je conçois que ça pourrait devenir un problème, parce que des fois on se demande un peu où la situation précédente est passée. Dans Nine la scénariste pouvait tout réécrire parce que les changements dans le passé réécrivaient le présent, mais ici, c’est un peu plus délicat (je sais, je suis vague, mais c’est la partie sans spoilers, donc j’ai pas le choix). Cela dit, j’ai confiance. Cette semaine il n’y a que deux choses qui m’ont dérangée : (1) je trouve que Kim Eui-Sung, l’acteur jouant le père de Yeon Joo et donc le créateur de Kang Chul, surjoue beaucoup trop, et (2) parfois Kang Chul a tendance à un peu forcer niveau exposition. Les semaines précédentes, c’était quand il parlait à son policier de copain en causant de sa vie, et des meurtres/tentatives de meurtre mystérieux, et là c’était quand il causait à Oh Sung Moo, lui racontant sa propre biographie. L’écriture ne m’a pas parue naturelle à ces deux moments-là, cette semaine encore plus parce qu’au final Chul ne faisait que raconter à Sung Moo une histoire qu’il connait déjà, et qu’on sentait beaucoup trop que c’était en fait destiné au public. Mais ce sont surtout des détails, car en vérité, j’aime toujours autant les personnages, et le drama tape en plein dans mon cœur tout en m’amusant énormément et me gardant toujours au bord de mon siège, à attendre le prochain changement de situation. J’’ai super hâte de découvrir la suite, ce drama étant certainement le plus addictif de ceux que je regarde en ce moment.

[Cernes sur petit écran] Bring it on, Ghost ! / Uncontrollably Fond / W[Cernes sur petit écran] Bring it on, Ghost ! / Uncontrollably Fond / W[Cernes sur petit écran] Bring it on, Ghost ! / Uncontrollably Fond / W

Et maintenant, sans me soucier de spoiler qui que ce soit (et attention, les images spoilent aussi, parce que c’était chaud à contourner, donc si vous voulez vraiment vous préserver, je vous conseille d’arrêter tout ici… je décline toute responsabilité si vous vous spoilez):

Okay, ça va être la grosse galère pour parler de tout, donc je vais baisser les bras avant même d’avoir tenté le coup, en bonne naze que je suis, et juste parler des trucs principaux que j’ai retenus. I’z can do it.

Maybe.

 

 

Hum.

 

Toute tentative de diversion KimuTakuesque mise à part, cette semaine le gros morceau c’était bien évidemment la grande confrontation entre Kang Chul et son créateur (puis ses retombées). On l’avait anticipée, et je ne pensais honnêtement pas qu’elle viendrait aussi tôt car c’était le gros nœud de l’affaire vers lequel semblait tendre tout le drama, mais nous y avons eu droit, et exposition un peu forcée et surjeu mis de côté, c’était aussi tendu que j’avais espéré.

Cette semaine, donc, Chul s’est retrouvé dans notre monde (enfin… dans le monde de Yeon Joo en fait, qui est un monde fictif dans *notre* monde… s’ils se retrouvaient tous les deux véritablement dans notre monde, je pense que la jauge à méta exploserait) et a été confronté à sa nature de personnage de manhwa, voyant sa tête sur les bus dans la rue, sur les murs, et trouvant les 32 volumes du manhwa en librairie, volumes qu’il a entrepris de lire bien entendu. Ce qui ne fait que précipiter la crise existentielle, et c’est assez poignant à regarder, mais je vous avoue qu’une partie de moi était aussi contente que ça arrive, parce que du coup ça nous a donné droit à cet adorable flash-back où Chul demande à Do Yoon de l’entrainer (Do Yoon m’a manqué cette semaine) et parce que ça a permis à Chul de lire un peu sur Yeon Joo, et notamment de confirmer que la jeune femme est sincère à son égard. Juste retour de choses, comme il dit : elle avait tout pu lire de lui, et même s’il n’a pu lire qu’une fraction d’elle, au moins ils sont un chouïa plus au même niveau. Mais pour revenir à ma crise existentielle, Chul se prend sa véritable nature en plein dans la face, et autant de vous dire que ça fait mal, si bien qu’il n’est pas dans la meilleure des humeurs lorsqu’il se retrouve face au créateur qui a tué sa famille pour divertir les foules, et qui a également essayé de le tuer, à la plume de son stylo. Mais pas seulement, puisque le père ayant été happé dans le monde du manhwa dans l’épisode 1 (ce qu’on savait) a également littéralement poignardé Chul, portant le coup qui l’aurait tué si Yeon Joo n’avait pas été là. Au passage, cette scène explique également pourquoi Chul soupçonnait que tirer sur Yeon Joo ne lui ferait rien : il a supposé qu’elle venait du même endroit que Sung Moo, or celui-ci n’a rien eu quand Chul l’a poignardé. Surtout, cette scène cimente le fait que je n’aime vraiment pas Oh Sung Moo, mais alors vraiment pas du tout. Parce qu’il a quand même concrètement planté un couteau dans un type qui était à terre. Encore, quand Chul n’était qu’un « homme de papier », même s’il savait que son personnage était doté de pensée, on pouvait se dire qu’il avait du mal à saisir complètement la réalité, mais là, il s’est trouvé face à un être de chair et de sang le suppliant de l’aider, et il a essayé de l’achever. Pas cool. Et de base, j’ai du mal à suivre le raisonnement d’Oh Sung Moo.

Okay, donc il pensait (à raison) que Chul viendrait le trouver, parce qu’il a créé un personnage acharné et intelligent toujours déterminé à trouver les réponses à ses questions. Mais encore une fois : d’où venait cette histoire de monstre prêt à le dévorer ? Il est dit explicitement que Sung Moo a créé un être quasi-parfait en contraste avec lui-même, et le set-up du personnage le rendait également incapable de tuer (Sung Moo a l’air vraiment persuadé que Chul ne lui tirera pas dessus), donc où est le « monstrueux » dans tout ça ? Je ne comprends pas vraiment, en fait, que Sung Moo se soit acharné à essayer de tuer Chul alors que ça ne marchait clairement pas, au lieu de plutôt tenter de lui donner une happy-end et lui faire découvrir le meurtrier de ses parents. Bien sûr, le meurtrier, comme je l’avais anticipé, n’existe pas (car sinon, Chul n’aurait pas passé 32 volumes de ce manhwa à ne trouver aucun indice). Le trauma est juste là pour lancer le personnage. En gros : quelle véritable importance de savoir qui a tué les parents de Bruce Wayne (même si on peut l’écrire aussi, bien entendu), pourvu qu’il décide d’enfiler le costume de Batman et de jouer les justiciers masqués dans Gotham City ? Chul n’est pas masqué, mais sinon c’est un peu ça : sa famille est morte quand il était jeune, il s’est entrainé pour devenir bad-ass, et il utilise à présent ses ressources pour combattre le crime. Oh Sung Moo n’avait pas vraiment besoin que le meurtrier ait une identité… mais ça veut pas dire qu’il ne pouvait pas en inventer une pour tenter d’apaiser Kang Chul ! Il aurait pu choisi de le rendre heureux plutôt que d’opter pour la destruction. Enfin l’idée est que l’alcool et le stress l’ont rendu à moitié dingue et mégalomane, mais du coup quand Chul appuie sur la détente et lui tire dessus, je vous avoue qu’une partie de moi a hurlé « YES ! ». D’autant qu’il l’avait cherché quand même. Chul, motivé à la fois par sa nature profonde ainsi que par sa reconnaissance et ses sentiments pour Yeon Joo, lui a donné TOUTES les opportunités de s’en tirer. Il a commencé par lui demander simplement de lui livrer l’identité du coupable (alors qu’on est bien d’accord que le seul coupable c’est Sung Moo, et que le meurtrier ne devient finalement que l’arme du crime… et Chul le sait), et en apprenant qu’il n’en avait pas, il a demandé à Sung Moo d’inventer une solution, mais non, il a fallu que celui-ci continue de rire de lui et à le torturer encore et encore, en asseyant sa supériorité de créateur. A un moment donné, je me suis même demandé si Sung Moo ne cherchait pas presque véritablement à se faire tirer dessus parce qu’il avait envie d’en finir, là tout de suite, d’arrêter le cauchemar.

Dans la partie « non spoilers », je vous disais « des fois on se demande un peu où la situation précédente est passée », et c’est en rapport avec Sung Moo. En fait, je trouve qu’il y a une sorte de rupture dans son personnage maintenant, car on le retrouve à regretter ce qu’il a fait à Kang Chul, et il a apparemment même essayé de le sauver, mais même si échapper à la mort change une personne, je sais pas, je trouve qu’Oh Sung Moo et ce qui le concerne est traité un peu rapidement pour quelque chose d’aussi essentiel. Enfin. En tout cas, faudra pas me demander de m’apitoyer sur son sort, et comme je vous le disais, quand il s’est fait tirer dessus, une partie de moi n’a pu s’empêcher de hurler « yay » intérieurement. Même si une autre partie de moi hurlait aussi « nooon », craignant les conséquences de l’acte sur Chul et Yeon Joo.

[Cernes sur petit écran] Bring it on, Ghost ! / Uncontrollably Fond / W[Cernes sur petit écran] Bring it on, Ghost ! / Uncontrollably Fond / W
[Cernes sur petit écran] Bring it on, Ghost ! / Uncontrollably Fond / W[Cernes sur petit écran] Bring it on, Ghost ! / Uncontrollably Fond / W[Cernes sur petit écran] Bring it on, Ghost ! / Uncontrollably Fond / W
[Cernes sur petit écran] Bring it on, Ghost ! / Uncontrollably Fond / W[Cernes sur petit écran] Bring it on, Ghost ! / Uncontrollably Fond / W
[Cernes sur petit écran] Bring it on, Ghost ! / Uncontrollably Fond / W[Cernes sur petit écran] Bring it on, Ghost ! / Uncontrollably Fond / W[Cernes sur petit écran] Bring it on, Ghost ! / Uncontrollably Fond / W

Du côté de Chul, comme le dit Oh Sung Moo, le personnage a été créé, « programmé », pour ne pas tirer. Du coup, appuyer sur cette détente, c’était affirmer son indépendance de pensée,  mais également aller contre sa nature profonde. Encore que. Comme le dit Oh Sung Moo, Chul n’est pas quelqu’un qui rate sa cible : s’il avait voulu le tuer, il l’aurait tué, et il a sans doute voulu le laisser vivre (d’où également qu’il dise à Soo Bong d’appeler l’ambulance). Le souci c’est que Chul est perdant dans tous les cas. Sung Moo pense qu’il l’a épargné exprès, auquel cas Chul n’a pas trahi sa nature, mais a également échoué à se rebeller, n’ayant pas pu sortir des traits que Sung Moo lui a donnés : il est toujours lui-même, mais il joue dans le cadre dressé par le créateur qu’il déteste. D’après Chul, néanmoins, si on en croit la note qu’il a laissée à Yeon Joo (et on n’a pas de raison de ne pas le croire) il avait l’intention de tuer Sung Moo, au moins au moment où il a appuyé sur la détente, et ça suffit à faire de lui un meurtrier, ce qui veut dire qu’il a réussi à dépasser les limites posées par son créateur, mais qu’il a également brisé ce qu’il était. Rajoutez à ça le fait qu’il croit son monde perdu (et sans véritable sens de toute façon), ses amis bloqués par sa faute, et forcément, ça le conduit là où tout ça a plus ou moins commencé : sur un pont, à se balancer à l’eau pour en finir. Evidemment, il finit par être sauvé (même si ça prend un certain temps, selon la timeline à laquelle on se réfère), mais c’était quand même triste de le voir brisé à ce point.

Au moins, l’OTP, lui, n’est pas brisé. Et je trouve cela particulièrement satisfaisant car mon « noooon » lorsque Chul appuie sur la gâchette ne partait vraiment pas d’un souci pour la vie de Sung Moo, mais bien de mon inquiétude de voir ce que cela ferait à Chul, et de voir ce que cela ferait à la relation qu’il a avec Yeon Joo. Parce que je les aime tous les deux. Quand elle lui dit de l’attendre dans le « parc » parce que c’est à son tour d’être son ancre dans un monde qu’il ne connait pas, j’ai fondu à voir la façon dont il la regarde. Et puis ce baiser les gens ♥ Trois semaines de diffusion et trois baisers quand même ! Celui-là est un peu différent cela dit, parce que c’est le premier vrai. Le premier était une tentative de Yeon Joo de sortir du manhwa, le second était une expérience de Chul, mais ce troisième était purement motivé par l’envie et l’affection, donc il était encore meilleur. Les premiers étaient drôles, celui-là était doux, et tandis que Chul (pré-baiser) nous sortait son « au revoir, tu es quelqu’un de bien, merci, etc », je priais déjà intérieurement pour que la confrontation inévitable avec Sung Moo, ainsi que la découverte de son lien de parenté avec Yeon Joo, ne nous brise pas notre adorable OTP. Heureusement, Chul sait faire la part des choses, ne reportant pas les fautes du père sur la fille, et Yeon Joo croit comme son père (et comme moi) que Chul a épargné Sung Moo intentionnellement (Chul doit être le seul à penser le contraire, en fait). Elle est donc toujours emplie de bien plus de compassion que de colère à son égard. Elle s’inquiète pour lui, elle a toujours envie de le sauver, suppliant Soo Bong de le sauver, parce qu’elle a peur que le mot « fin » signifie qu’il soit bloqué pour toujours dans l’eau du fleuve, vivant ses derniers instants à jamais, se haïssant à jamais. Ce serait trop cruel, trouve-t-elle. Faut dire qu’apparemment (et je ne suis même pas certaine que Yeon Joo s’en souvienne elle-même) c’est elle qui a véritablement créé le personnage. Dans un flash-back, on la voit en dessiner l’ébauche, et même si le drama ne le dit pas explicitement, je pense qu’il nous indique qu’elle a créé Kang Chul. Le père dit également qu’il n’a jamais rien fait pour Yeon Joo, et je me demande s’il n’est pas tombé sur les dessins de sa fille et si Kang Chul et tout le manhwa W n’étaient pas une façon pour lui de faire quelque chose pour elle. Pas dans le sens « gagner de l’argent pour lui ouvrir un hôpital » comme il le dit, mais plus dans le sens où il a voulu écrire les aventures du héro de sa fille, peut-être même volontairement créer cet anti-lui pour donner à Yeon Joo le modèle qu’il n’arrivait pas à être. Ce qui est tout joli comme idée, et expliquerait également que Yeon Joo puisse changer le mot « fin » en « à suivre » : elle est non seulement la nouvelle héroïne de l’histoire, mais elle est également la première « propriétaire » du personnage, ce qui la met en mesure de lui offrir la happy-end qu’elle a toujours souhaitée pour lui. En tout cas, moi, je suis juste contente que tout évolue mais que la relation entre les deux leads semble malgré tout solide, parce que je les aime ensemble, et que j’apprécie leur capacité à faire la part des choses.

Et maintenant, nous avons donc le méchant sans visage, et je suis très intéressée de savoir s’il a une véritable identité (genre, dans un twist, s’il pourrait être quelqu’un que les leads connaissent, ou en tout cas un type avec une histoire) ou bien s’il s’agit juste d’un « concept ». Après tout Sung Moo l’a créé sans visage, avec la capacité d’apparaître et disparaître n’importe où, et une seule motivation : tuer Chul et les gens qui en sont proches. J’ai vraiment hâte de voir ce que ça va donner tout ça !

Donc pour conclure : RAH LA SUITE BORDAYL T.T

 

[Cernes sur petit écran] Bring it on, Ghost ! / Uncontrollably Fond / W[Cernes sur petit écran] Bring it on, Ghost ! / Uncontrollably Fond / W
[Cernes sur petit écran] Bring it on, Ghost ! / Uncontrollably Fond / W[Cernes sur petit écran] Bring it on, Ghost ! / Uncontrollably Fond / W[Cernes sur petit écran] Bring it on, Ghost ! / Uncontrollably Fond / W
[Cernes sur petit écran] Bring it on, Ghost ! / Uncontrollably Fond / W[Cernes sur petit écran] Bring it on, Ghost ! / Uncontrollably Fond / W
[Cernes sur petit écran] Bring it on, Ghost ! / Uncontrollably Fond / W[Cernes sur petit écran] Bring it on, Ghost ! / Uncontrollably Fond / W

 

Sur ce, les gens, c’est (à peu près) (pas vraiment) (mais mes doigts sont fatigués) (parenthèses party) (\O/) tout ce que j’avais à vous raconter cette semaine. Donc je vais vous laisser là. J’espère que votre semaine s’est bien déroulée, que votre week-end a bien commencé, et je vous souhaite une bonne soirée, puis un bon dimanche, une bonne semaine, une bonne année, et un joyeux Noël !

 

Ja !

 

 

 

Tag(s) : #Cernes sur petit et grand écrans, #Bring it on, ghost !, #Uncontrollably Fond, #W

Partager cet article

Repost 0