Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Quand Thomas reprend connaissance, sa mémoire est vide, seul son nom lui est familier… Il se retrouve entouré d’adolescents dans un lieu étrange, à l’ombre de murs infranchissables. Quatre portes gigantesques, qui se referment le soir, ouvrent sur un layrinthe peuplé de monstres d’acier. Chaque nuit, le plan en est modifié.

Quatrième de couverture (abrégée)

Comme vous le savez si vous suivez bien, il n’y a pas si longtemps, j’ai regardé les deux premiers films de la trilogie du Maze Runner. Le 2 ne m’avait pas beaucoup enthousiasmée, mais j’avais trouvé le 1 fun malgré qu’il soit bancal, surtout une fois le voile levé sur la situation. Et comme toujours, bien sûr, les gens clamaient haut et fort que le livre était meilleur. Ce que je voulais bien croire d’ailleurs, car je le disais même dans mon post sur le premier film : il y avait des choses qui donnaient le sentiment d’être sans doute « mieux expliquées dans le livre ». Pour autant, je n’avais pas l’intention de lire le roman, Parce que bon, le « c’était mieux dans le livre » est un refrain qui va avec toutes les adaptations et que « mieux », ça veut pas forcément dire « bon ». Sauf que des gens en qui j’ai confiance m’ont dit la même chose, et une amie en particulier m’a même dit qu’elle avait préféré le second livre au premier, ce qui m’a rendue curieuse, et m’a fait acheter le tome 1 pendant mes courses au supermarché, histoire de voir. Au début, sur les 80 premières pages en gros, je ne me suis pas sentie convaincue des masses. L’écriture n’avait rien d’extraordinaire, et l’histoire passait en gros par les étapes que j’attendais, donc j’étais pas à fond. Et puis, petit à petit, je suis rentrée dans le truc, j’ai commencé à m’immerger dans le livre, et finalement, je l’ai lu très rapidement, sur deux soirées (par « soirée » j’entends « quelque part entre 2h et 4h du matin). Maintenant quant à savoir si c’était meilleur que le film… eh bien, je dirais que niveau divertissement, c’était à peu près égal, finalement.

Oui, alors, petit avertissement : je suis désolée, mais le film était tellement récent et frais dans ma mémoire, que du coup je n’ai pas réussi à m’en détacher du tout, et j’ai un peu lu le livre « par rapport au film ». C’est quelque chose qui ne me plait pas, mais que voulez-vous. Cela va beaucoup se ressentir dans ce post du coup, forcément, et vous voilà prévenus.

Revenons à ce que je disais : niveau divertissement, je dirais que j’ai autant apprécié le livre que le film, tirant mon appréciation à des endroits différents. Il est clair que livre développe plus de choses que le film, et au niveau de l’histoire, semble également avoir plus de sens. Je ne suis pas certaine que tout soit bien sensé (faut dire qu’il manque encore des explications), mais il y a quand même pas mal de trucs qui fonctionnent largement mieux. Par exemple, tout le personnage de Gally, qui est juste mieux construit et laisse le lecteur de manière largement moins « WTF IS THIS SHIT ? » que dans le film. La vie dans le Bloc (j’ai lu le livre en français, donc) nous est bien plus décrite, et c’est une bonne chose. Déjà parce que c’est intéressant de voir la façon dont ces adolescents se sont organisés, la façon dont ils ont un véritable système de règles, et bossent tous les jours dans les cultures, l’élevage, etc. On a le sentiment de se retrouver face à une véritable société, et non seulement c’est intéressant à découvrir en soi, mais en plus ça donne l’idée que quand Thomas débarque, les jeunes qui sont déjà là, sont là depuis un moment, alors que c’est vrai que dans le film, on nous dit qu’ils sont là depuis trois ans (contre deux dans le roman, je ne sais pas trop pourquoi ça a été changé, ça ne paraît pas avoir beaucoup d’incidence…) mais on ne nous le fait pas autant sentir, le chaos s’instaurant très rapidement, là où dans le roman il est encore plus saisissant parce qu’on a d’abord goûté à l’ordre. Par ailleurs, le tome 1 se garde de nous donner trop d’explications, et du coup il me laisse l’espoir que, lorsqu’il y aura une explication, elle sera moins naze que celle donnée dès la fin du premier film, haha. Non, pour revenir à mon idée d’ambiance, non seulement on ressent plus le temps qui est passé pour les jeunes enfermés dans le bloc, non seulement on ressent plus la panique parce qu’on a vu l’organisation, mais on a également l’impression qu’ils se sont posés plus de questions tout ce temps-là, et l’organisation qui les a plantés là a également une présence constante. On la sent tout organiser et les surveiller, ce qui fait qu’on en sent le poids, et c’est également une bonne chose.

En revanche, autant dans le film je m’étais tout de suite prise de sympathie pour les personnages, autant dans le livre, ça a été drôlement laborieux. Et c’est véritablement ça qui a rendu difficile mon entrée dans le roman, et fait que j’estime avoir autant apprécié la version cinéma que la version papier : dans le roman, une histoire mieux développée arrivait à des personnages que j’avais du mal à supporter, tandis que le film, une histoire plus bancale arrivait à des personnages que j’avais appréciés tout de suite. Heureusement, quand je dis que j’avais du mal à supporter les personnages du roman, ça a fini par venir… pour certains en tout cas, parce qu’Alby, par exemple, jusqu’au bout, il m’a gonflée. Mais prenons le personnage central : Thomas. En vérité, je le trouve mieux construit dans le roman, parce qu’il semble paumé plus longtemps, et doit plus prouver sa valeur avant que les autres s’intéressent à son opinion. Alors c’est en partie parce que, comme dans le film pour le coup, on refuse de répondre à ses questions (ce qui m’a laissé le même goût vaguement désagréable de suspens créé artificiellement), mais aussi parce qu’il flippe simplement plus, ce qui dans cette situation, paraît plutôt normal. Le fait qu’il reste plus longtemps perdu, qu’on ressente plus sa panique, le rend plus humain et sans doute plus intéressant que la version film qui commençait à assurer grave assez rapidement et s’imposait vite leader, là où la version roman est largement moins assurée et hurle moins « L’ELU » dès le début. Mais, c’est une question de pur feeling, le personnage m’agaçait légèrement, et a commencé à m’agacer encore plus parce que (et là c’est la construction du roman qui fait que) Le Labyrinthe est écrit entièrement de son point de vue. Ce n’est pas du récit à la première personne, mais finalement le rendu est quasiment le même, et quand on se retrouve bloqué à vivre une histoire avec pour compagnon principal et omniprésent un personnage qui nous agace, forcément, ça arrange pas les choses… c’est comme être bloqué dans une pièce avec quelqu’un qu’on n'aime pas, en fait. Bon, j’ai pas détesté Thomas non plus, et vers la fin j’imagine que notre temps en rapproché nous a même un peu réconciliés, mais je suis pas sa fan numéro 1. Non, moi, mes personnages favoris, ce sont clairement Minho (le chef des Coureurs, ceux qui s’aventurent dans le Labyrinthe pour essayer d’en trouver la sortie) et, surtout, comme dans le film, Newt (qui, pour simplifier, est en gros le second en commande). Je me suis vraiment attachée à Newt pour le coup (au passage c’était rigolo de lire la description du livre, car Newt y est décrit comme drôlement musclé, et ce qui fait que le portrait du film ne correspond pas parfaitement je trouve... j'aime les deux versions cela dit), et si je lis les tomes 2 et 3 (ce qui est à priori prévu, une fois que j’aurai terminé de lire les livres prévus ce mois-ci), ce sera en grande partie pour le suivre lui. Enfin par curiosité vis-à-vis de l’histoire également, mais quand je m’embarque dans une série de livres (ou une série d’ailleurs… n’importe quoi qu’il faille suivre un minimum dans le temps, en fait) j’aime bien suivre une histoire autour d’un personnage auquel je suis attachée, ou au moins qui m’intéresse. C’est mieux, on va dire. Et ce coup-ci, ce sera Newt.

A côté de ça, j’ai trouvé l’écriture (traduite, en tout cas) elle-même plutôt basique, mais c’était exactement ce dont j’avais besoin vu le niveau de fatigue auquel j’étais, donc je ne me plains pas. C’était facile à lire, ça allait vite, je me suis amusée. Je ne sais pas ce que ça va donner plus tard, car je n’ai pas beaucoup *ressenti* les choses, ne trouvant pas que l’auteur allait suffisamment profond dans les sentiments pour ça, ou en tout cas pas de manière assez habile, mais j’ai clairement apprécié ma lecture. Maintenant la question que je me pose un peu c’est : à quel point mon appréciation et ma curiosité venaient-elles de la comparaison avec les films ? Est-ce que je me serais autant amusée si je ne les avais pas vus ? Aucune idée.

Au final, néanmoins, même si je suis partisane du « faire la part des choses autant que possible », et que du coup mon avis sur le livre ne vaut certainement pas grand-chose (pas qu’il vaille des masses de choses d’habitude, mais vous voyez ce que je veux dire), le fait est que je me suis amusée et que pour répondre à la question du « vais-je lire la suite ? », c’est l’essentiel. Donc, oui, je vais lire la suite. Pas dans l’immédiat, comme je le disais plus tôt, mais je la lirai.

J'ai sauté sur l'occasion de caser de l'Epik High, oui ♥ Tous les plus petits prétextes sont bons.

Tag(s) : #Littérature, #Roman, #USA, #2000s, #2009, #The Maze Runner, #James Dashner, #Utopie-Dystopie, #Action, #SF, #Thriller, #Amitié

Partager cet article

Repost 0