Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Coucou les gens !

Aujourd’hui, j’ai plein de films pour vous ! Vous connaissez le topo : j’ai regardé des trucs, j’ai envie de vous en parler, mais je n’ai pas nécessairement de quoi faire un article en entier sur chacun. Pour des raisons diverses. Notamment, dans cet article, j’ai un film qui est vraiment très bon mais qu’il va falloir que je revois pour pouvoir lui rendre justice. Mais bref, je vous spoile pas sur le contenu et, dans l’ordre alphabétique, allons-y, passons (rapidement, c’est le principe) sur chacun~ (et non, ce ne sont pas tous des films d’horreur… pas tous).

[Cernes sur petit grand écran] 9 Films[Cernes sur petit grand écran] 9 Films[Cernes sur petit grand écran] 9 Films

Absentia

Une jeune femme s’installe temporairement chez sa sœur enceinte qui vient d’abandonner l’idée de revoir un jour son mari disparu il y a des années. Dans les alentours, un tunnel étrange attire son attention.

Ce film a été réalisé et écrit par Mike Flanagan qui également écrit et réalisé Hush, Oculus, et Before I Wake (juste après dans cet article), et c’est pour ça que je voulais le voir. Aucun de ces films n’est un chef d’œuvre à mes yeux, mais ils ont tous des concepts qui m’ont plu. Hush était un très bon film d’home invasion, Oculus m’avait un peu déçue sur la fin mais avait une bonne idée vraiment flippante, et vous verrez bien pour Before I wake (mais, spoiler, ça m’a plu). Du coup, j’étais intriguée par Absentia aussi, et le verdict est que je regarderai certainement les autres films de Mike Flanagan. Honnêtement Absentia est le plus imparfait de ceux que j’ai vus niveau exécution j'ai l'impression: on sent qu’ils n’ont pas un gros budget, et les acteurs sont parfois maladroits, mais pour moi le film tient sur son concept. Je ne veux pas vous le spoiler, mais l’explication finale au tunnel tient sur une mythologie que j’ai finalement rarement vue à l’écran, la bande-annonce parlant très justement de "conte de fées urbain", et je ne peux pas dire que j’étais émotionnellement investie dans le film (je n’ai pas trouvé les personnages plus attachants que ça, ni le casting spécialement engageant), mais j’ai été intriguée tout le long, l'ambiance était généralement angoissante, et ça ne ressemblait pas à ce que je vois en horreur d’habitude, ce que j’apprécie.

Before I wake

Plusieurs années après avoir perdu leur petit garçon, un couple décide d’adopter et il s’avère rapidement que le petit garçon qu’ils adoptent n’est pas comme les autres: quand il dort, ses rêves se matérialisent. Le souci ? Ses cauchemars aussi.

Notre second film de Mike Flanagan sur la liste, et encore une fois, j’aime juste vraiment bien le concept. Sauf que là, en plus, on a des acteurs qui se débrouillent mieux, et des personnages dans lesquels j’étais investie émotionnellement (le gosse était trop adorable, du coup je flippais complètement pour lui). Sous ce qui relève de l’horreur (qui ne fait pas vraiment peur, mais il y a des moments de tension réussis), il y a une histoire de famille, de deuil, et des personnages imparfaits qui prennent parfois de très mauvaises décisions, mais qui sont aussi humains dans ces décisions que j’avais envie de les taper. La conclusion du film, que je ne peux bien entendu pas vous dévoiler, m’a également plu, certainement parce qu’elle fait écho à quelque chose de personnel qui fait que je la trouve très juste (pour être honnête, j'ai subi un peu le même traumatisme que le gosse). Le film aurait pu faire plus, je pense, et j’avais toujours un peu le sentiment qu’il y avait un niveau supérieur à atteindre à la fois visuellement et dans l’histoire, mais j’ai été vraiment intéressée par ce film et ce qu’il avait à raconter. Je suis contente de l’avoir vu, et je pense qu’il mérite qu’on y jette un œil.

Case 39

Une assistante sociale sauve la vie d’une petite fille maltraitée et l’accueille chez elle le temps qu’une autre famille d’accueil soit trouvée. Rapidement, elle se rend compte que la petite fille est… étrange.

Honnêtement, j’ai regardé ce film essentiellement parce qu’il était là et que Netflix me disait « vas-y, c’est cool, regarde ». Je suis une fille facile, que voulez-vous. Et du coup en le lançant j’ai découvert que Rénée Zellweger était dedans, ce qui m’a fait pousser un « urgh » instinctif comme à chaque fois, avant que je la trouve très bien, comme à chaque fois. Je sais pas ce qui se passe entre elle et moi, vraiment. Mais en tout cas elle était très bien dans ce film. En revanche, j’ai trouvé le film lui-même un peu… attendu. C’était un film compétent, mais dès qu’il a commencé, j’ai compris où il voulait en venir, et il est allé là où je m’y attendais. Tout le casting fait du bon travail, notamment la jeune actrice qui joue la petite fille étrange,  et quelque part j’ai été intéressée par cette histoire d’assistante sociale qui fait l’erreur de s’impliquer trop personnellement dans un cas,  mais je n’ai juste pas eu le sentiment que ce film me proposait quoi que ce soit de très neuf. C’était un film tout à fait décent, j’ai passé un bon moment devant, mais simplement, il ne me restera pas en mémoire bien longtemps, je pense.

[Cernes sur petit grand écran] 9 Films[Cernes sur petit grand écran] 9 Films[Cernes sur petit grand écran] 9 Films

Emelie

Un couple sort célébrer leur anniversaire de mariage, et laisse leurs enfants à la charge d’une baby sitter qui semble idéale, mais s’avère être moins recommandable que prévu.

Pour le coup, ce film-là, je ne l’ai pas aimé. Je pense que j’étais quand même investie à un certain niveau, parce que j’avais envie que les gosses se débarrassent de cette baby-sitter qui les a certainement bien traumatisés pour les années à venir (il y a deux scènes qui m’ont fait me sentir particulièrement mal à l’aise je dois dire)  mais c’était parce que les personnages étaient des enfants, donc des personnages que de base j'ai envie de protéger, parce que sinon j’ai trouvé que l’histoire était finalement assez bête. Lorsqu’on a les explications au pourquoi du comment, ça m’a gâché le peu que j’avais apprécié. Je trouve que les acteurs ont fait un boulot plutôt solide, et j’ai vraiment soutenu les efforts du grand-frère tandis qu’il réalisait progressivement que quelque chose ne tournait pas rond, et cherchait des moyens de s’en sortir, mais au final, ce film m’a semblé bien peu intéressant, et la fin m’a semblé faible.

Inkheart

Mortimer a un pouvoir bien spécial : lorsqu’il lit à voix haute, il peut faire en faire sortir le contenu. Et ça lui a joué un tour malheureusement bien cruel qu’il veut réparer, mais ce n’est pas évident car pour ça il doit trouver un exemplaire du roman Inkheart, et ils ne sont pas faciles à trouver.

Il n’y a pas assez de Paul Bettany dans ma vie. J’ai un faible pour cet acteur depuis A Knight’s Tale, et je crushe même sur sa voix dans Avengers, mais c’est vrai que je n’avais jamais pris le temps d’explorer sa filmographie, parce que malheureusement le temps manque. Mais j’ai eu envie de voir Paul Bettany, SALT m’avait recommandé ce film-là et j’ai un faible pour les films fantastiques, donc j’étais d’humeur. Et au final, je rejoins le sentiment général que SALT avait exprimé : c’était sympa, mais ce n’était pas extraordinaire, et ça valait surtout pour Paul Bettany, et l’ami Farid (que je ne connaissais pas, mais il est adorable). Oh et Matt King ! Matt King fait une apparition dans ce film, et depuis Spirited, j’ai un léger crush sur lui, donc c’était une bonne petite surprise.Mais surtout Paul Bettany, quand même, et dans ce film, avec beaucoup de charisme, il joue Dustfingers, un personnage qui, de base, est quelqu’un que je trouve intéressant. Parce que Dustfingers, jongleur extraordinaire capable de créer le feu par magie, est quelqu’un qui, dans cette lutte entre gentils et méchants, est très « de son propre côté », et c’est vrai que j’ai tendance à apprécier ce genre de personnages. A certains égards, il est le Jack Sparrow du film, à courir après son propre objectif (retrouver sa famille, et son univers,… une motivation compréhensible donc) en manipulant les autres. Il a bon fond et petit à petit, il veut se montrer courageux, mais il a été créé égoïste et lâche, et du coup il y a un conflit entre ce qu’il veut être, et la façon dont il a été créé (coucou W) et c’est intéressant. A côté de ça, c’est vrai que le film n’était pas toujours au top partout. Par exemple, j’ai trouvé que le méchant était assez peu intéressant, et que parfois le film donnait un sentiment un peu… « puéril ». Je ne sais pas trop comment l’exprimer, parce que je n’ai rien contre les films pour enfants, et que ce film est clairement destiné à toute la famille, mais par exemple, quand les personnages principaux étaient retenus physiquement par les méchants et se débattaient pour se dégager, je n’avais pas l’impression qu’ils étaient vraiment retenus, j’avais toujours l’impression qu’ils faisaient semblant de se débattre, comme s’ils étaient dans une pièce de théâtre de maternelle. Faut dire aussi qu’il y a un truc qui n’aide pas, et est même à mon sens le plus gros défaut de ce film : Brendan Frasier est très mauvais. Je n’ai jamais eu le sentiment qu’il croyait à ce qu’il disait, il avait l’air complètement déconnecté du personnage et de l’histoire, et c’est vraiment dérangeant. Cela dit, je suis contente d’avoir regardé le film, parce qu’il était divertissant, que j’ai toujours un faible pour les films qui me mettent sous les yeux des éléments d’histoires que j’aime (donc les singes volants du Magicien d’Oz, le minotaure, ce genre de trucs), et surtout parce que le personnage de Dustfingers m’a beaucoup plu.

The Call

Une jeune femme est enlevée et appelle 911. Elle tombe sur une opératrice qui a été traumatisée d’avoir causé la mort d’une victime il y a plusieurs années, et cette fois-ci l’opératrice va tout faire pour sauver la vie de cette jeune femme.

Ce film m’a surprise. Honnêtement, je l’ai lancé sur Netflix en me disant que ça me ferait juste un bruit de fond pendant que je faisais autre chose, et à la place, je me suis vraiment retrouvée à le regarder sérieusement. C’est un film assez simple, la victime doit s’échapper et le personnage d’Halle Berry essaie de l’aider au téléphone, mais il n’y a pas de temps morts. En fait the Call m’a fait penser à Speed (que j’aime quand même mieux parce que Speed = ♥). Pas au niveau du contenu, mais pour moi ils rentrent dans la même catégorie de thrillers très « directs », et c’est un genre de films (quand ils sont bien faits, ofc) que j’aime bien, parce qu’ils embarquent rapidement et me gardent au bord de mon siège tout le long. Ce n’était pas un film profond, et j’ai juste un regret sur la toute fin, que je ne trouve pas très bonne, mais avant cela, je suis rentrée dedans facilement, j’avais envie que la victime s’en sorte, j’avais envie de voir comment, et la tension, exacerbée par le fait que notre héroïne ne pouvait aider la victime que via le téléphone, était au rendez-vous. Je ne reverrais pas le film, mais je me suis amusée.

[Cernes sur petit grand écran] 9 Films[Cernes sur petit grand écran] 9 Films[Cernes sur petit grand écran] 9 Films

The Gift

Un couple s’installe dans une nouvelle maison afin de prendre un nouveau départ, mais un ancien ami du mari s’invite dans leur vie, et il s’avère que prendre un nouveau départ n’est pas toujours chose aisée.

Cela faisait un bail que Netflix me proposait ce film-là, il avait l’air de vraiment vouloir que je le regarde, et qui suis-je pour priver Netflix de ce plaisir, pas vrai ? Et écoutez, il se tenait bien ce film. Le casting fait vraiment du bon boulot (j’ai été surprise par Jason Bateman, car c’était la première fois que je le voyais jouer autre chose que de la comédie et il est très bon), le thriller fonctionne tandis qu’on se demande où se situent les mensonges, jusqu’où va la vérité, et qu’on regarde un mariage s’effriter peu à peu. Le film est bien réalisé, avec toujours une tension dans l’air, et il dresse des portraits de personnages que j’ai trouvé intéressants, mêlant le thriller au drame de jolie façon, et parlant des conséquences de nos actions, de repentance, de rédemption, de responsabilités. Le personnage de Gordo, l’ex-camarade de classe, est toujours menaçant parce qu’envahissant, mais à la fois je l’ai pris en pitié, parce qu’il avait toujours l’air vulnérable, et que le personnage de Jason Bateman ne faisait preuve d’aucune compassion à son égard. Mais en même temps je comprenais le malaise du personnage principal. Je ne vais pas vous spoiler le film, mais j’ai trouvé que la résolution était très satisfaisante, pour des personnages que j’ai trouvé intéressants et bien interprétés.

The Invitation

Un homme se rend, avec sa nouvelle petite-amie, à une soirée entre amis organisée par son ex-femme qu’il n’a pas vue depuis longtemps. Ce n’était peut-être pas une excellente idée.

Pour le coup, j’ai été déçue. Les gens sur Netflix avaient l’air de bien kiffer ce film, et je m’attendais à aimer aussi, mais je l’ai trouvé finalement assez prévisible, et plutôt plat. Encore, le fait que ce soit prévisible n’est pas nécessairement gênant car le film repose plus sur le « quand est-ce que ça va péter ? » que l’ « est-ce que ça va péter ? », mais c’est un film qui repose vraiment entièrement sur ses personnages et leurs interactions, or non seulement je n’en avais rien à faire des personnages, mais surtout je ne comprenais pas leurs réactions du tout (si, okay, y a un personnage dont j’ai capté la réaction, mais il disparait très rapidement, du coup….). Je ne sais pas si c’était dû à l’écriture ou au casting, mais simplement je n’arrivais pas à réellement croire à l’attitude des personnages, et dans ce type de film c’est très important que les personnages soient crédibles, parce que tout le film repose sur l'étude de leurs réactions et de leur humanité. Bref, je suis vraiment restée sur ma faim sur ce coup-là. Après la majorité du public semble avoir apprécié donc peut-être que je suis juste passée à côté du truc, mais je n’ai pas trouvé que le film avait quoi que ce soit de très intéressant ou très neuf à me raconter, ni que le comment rattrapait le quoi.

The Wailing

Dans un petit village dans les montagnes, une mystérieuse épidémie commence à sévir et un flic pas dégourdi doit absolument déterminer ce qui se passe.

On finit par le meilleur, les gens. Ce film-là, je l’avais bien en vue déjà, et un ami twitter me l’avait en plus recommandé, donc j’étais impatiente de le découvrir, et je n’ai pas été déçue. J’aurais voulu écrire un article dessus, car il y aurait certainement plein de choses à dire (j’ai moi-même passé pas mal de temps à lire sur la question après coup) mais je pense qu’il faudrait que je le revois pour bien mettre mes idées en place. En tout cas, j’ai beaucoup, beaucoup aimé. Si je suis honnête, arrivée à la fin, j’avais des questions, mais de base pour moi c’est un film qui a surtout valu pour son ambiance et ses thèmes. C’était la première fois que je voyais un film de ce réalisateur et parce qu’il est assez long, j’avais peur de décrocher, de m’ennuyer au moins un moment, mais ce n’est jamais arrivé parce que l’ambiance est vraiment prenante, plongeant son public dans un sentiment oppressant d’angoisse. Il ne marche pas sur du jump scare, mais à la place nous propose une ambiance très glauque et claustrophobe (l'action se situant dans un coin isolé) qui m’a hantée pendant quelques nuits après l’avoir regardé. The Wailing prend son temps, et ça paye, il est très efficace. Le casting est bien entendu excellent et le film exploite très joliment ses thèmes tels que la foi, la religion, la peur de l’étranger. Il y a plein de choses à en tirer, qu’on veuille rester à la surface ou gratter un peu. Bref, un très bon film, auquel je n’ai pas fini de penser. Je vous le conseille !

 

Voilà les gens :D

Pour résumer, je vous conseille the Wailing, puis the Gift, je pense qu’Inkheart, Before I wake et The Call peuvent occuper une soirée de façon sympa, et qu’Absentia, bien qu’imparfait, est intriguant. Le reste (Emelie, the Invitation, Case 39) est moins intéressant à mes yeux.

Et vous, vous avez vu quoi ces derniers temps ? Racontez-moi ^-^ !

Tag(s) : #Cernes sur petit et grand écrans, #Cinéma Occidental, #Cinéma Asiatique, #Blablas, #Cinéma, #Absentia, #Before I wake, #Case 39, #Emelie, #Inkheart, #The Call, #The Wailing, #The Gift, #The Invitation, #Horreur, #Thriller, #Mike Flanagan, #Surnaturel

Partager cet article

Repost 0