Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

Diffusé en 2016

 16 épisodes

Ecrit par Song Jae Jung (Queen In Hyun's Man, Nine, the Three Musketeers, Coffee House, etc)

Réalisé par Jung Dae Yon (The King 2 Hearts, Arang and the Magistrate, Cunning Single Lady, etc)

 

Avec :

Han Hyo Joo >>> Oh Yeon Joo

Lee “Poupinette” Jong Suk >>> Kang Chul

Jeon Eu Gene >>> Yoon So Hee

Lee Tae Hwan >>> Seo Do Yoon

Lee Si Un >>> Park Soo Bon

Kim Eui Sung >>> Oh Sung Moo

Etc

 

Dontesque ?

Lorsqu’il était jeune, Kang Chul a perdu toute sa famille et a été accusé de leur meurtre. Des années plus tard, il a retourné sa situation, s’est constitué une fortune, et est bien déterminé à retrouver l’assassin lui ayant volé sa famille. Sauf que ce que Kang Chul ne sait pas, c’est qu’il n’est qu’un personnage de manwha populaire, et qu’Oh Yeon Joo, la jeune femme sortie de nulle part et qui lui a sauvé la vie alors qu’il se vidait de son sang, n'est autre que la fille de son créateur, entrée dans le manhwa sans savoir ni comment ni pourquoi.

 

~oOo~

Bien. Après avoir simplement insisté que tout l’article ne concerne que moi, je vais jouer cartes sur table, les gens : je trouve que W est mauvais. Pour tout vous dire, j’ai un peu galéré à planifier cet article, parce que je sais que le drama a plu à énormément de gens, et qu’il a été un coup de cœur pour beaucoup, si bien que je voulais choisir mes mots avec autant de précautions que possible. Car si j’y ai trouvé de bonnes choses (dans la réalisation, le casting, les thèmes abordés, etc) dont j’ai l’intention de parler aussi, dans l’ensemble, je trouve que W est un échec et une déception, parce que pour tout le potentiel qu’il y avait dedans, l’histoire en est foireuse, la scénariste semblant faire l’erreur de croire qu’un script imprévisible est un bon script. Or les mots ne sont pas synonymes, et c’est le cœur lourd (non parce qu’à la base pour moi aussi ce drama avait été un coup de cœur, et en plus j’aime énormément cette scénariste, j’ai adoré tous ses dramas depuis Coffee House !) que je m’en vais tâcher de vous expliquer pourquoi ce drama m’a déçue (m’enthousiasmant d’abord à mort avant de me faire m’énerver puis de s’achever en me laissant dans l’indifférence la plus totale, parce qu’à ce stade j’avais juste envie que ça s’arrête, et j’étais fatiguée), mais aussi pourquoi je suis bien contente qu’il existe. Et on va commencer par trois définitions (ouaip), parce que ce sont des définitions importantes, et que je me suis rendue compte en discutant à droite à gauche avec les gens, que parfois nous avions du mal à communiquer pour cause de concepts flous, et parce que je choisissais mal mes mots. Donc.

Quelque chose de réaliste, c’est quelque chose qui décrit la réalité.

Quelque chose de cohérent, c’est quelque chose dont les composants s’enchainent de manière logique.

Et la suspension consentie d’incrédulité, c’est ce que fait un spectateur quand il accepte un univers fictif comme une réalité, en acceptant les règles et la logique.

Une histoire n’a pas à être réaliste, bien sûr, mais il faut qu’elle soit cohérente, afin de ne pas briser la suspension consentie d’incrédulité. Donc par exemple, en entrant dans un film X-Men on accepte qu’il y a des mutants qui ont des super pouvoirs, même si ce n’est pas réaliste. Et tout se passe très bien. Mais si subitement Magneto est enfermé dans une prison de métal et ne peut pas en sortir, c’est une grosse incohérence, une entorse aux règles du film, et quand on en fait suffisamment, la suspension consentie d’incrédulité est brisée, et le spectateur sort du film, parce qu’il est trop occupé à se poser des « wtf ? » pour profiter de l’histoire. Bien sûr, il y a des incohérences dans quasiment tout, mais c’est la fréquence, l’évidence et l’échelle de ces incohérences qui font passer d’une histoire bien écrite à une histoire mal écrite (enfin il y a d’autres raisons pour qu’une histoire puisse être mal écrite, bien entendu). Au passage, la première raison pour laquelle je suis contente que ce drama existe est d’ailleurs qu’il m’a fait réfléchir à tout ça. On apprend souvent bien plus des erreurs que des réussites, et en réalisant pourquoi W se plantait, ça m’a fait réfléchir à comment les histoires étaient écrites. Je vous rassure, j’ai aussi des raisons d’apprécier l’existence de W qui sont plus positives à son égard, mais tout de même, un peu de la même façon que regarder plein de mauvais films d’horreur m’a fait réaliser ce qui marchait dans les bons, regarder W se planter m’a fait réfléchir à ce qui faisait que d’autres histoires ne se plantent pas.

Passons. Si vous avez vu Queen In Hyun’s Man et Nine, deux dramas précédents de la scénariste, vous ne serez pas trop dépaysés, car je trouve toujours que W en fait une sorte de mélange. C’est-à-dire que de Queen In Hyun’s Man on a la romance entre deux personnes qui sortent de mondes différents et tombent amoureuses rapidement, puis communiquent ouvertement et avec une facilité étonnante à Kdramaland ; tandis que de Nine on a le concept complexe qui créé des retournements de situations, et modifie un univers sans arrêt. Malheureusement, si j’adore QIHM et Nine, on dirait bien que le mélange n’a pas pris ici, pas pour moi en tout cas, et avec le recul, je trouve que le drama s’est planté sur les deux fronts, que ce soit la romance ou l’exploitation de son concept. Et nous, on va commencer par causer de la romance, et de pourquoi l’OTP est en fait drôlement fragile, même si je dois bien admettre que les paillettes balancées par le drama m’ont « eue » un moment. Parce que j’aime les paillettes. CA BRILLE BORDAYL. Et en plus la Poupinette Jong Suk est jolie. Et je suis faible. Mais l’OTP aussi (je sais pas si vous avez vu ce magnifique retournement de ouf que je vous ai fait, mais prenez le temps d’être impressionnés… merci).

De base, ce drama a un souci de développement de ses personnages. Principaux, je veux dire. Au niveau des personnages secondaires, c’est vrai qu’ils sont, pour la plupart, sous-utilisés et pas très développés, ce qui m’avait frustrée en regardant le drama car plusieurs m’étaient sympathiques (Do Yoon, my love ♥),  si bien que je voulais en voir plus… mais quand j’y réfléchis, je ne pense pas que ce soit vraiment un défaut du drama, je pense même que cela s’inscrit tout à fait dans sa démarche et son propos. En général, j’aurais tendance à m’en attrister, mais dans le cas de W, les personnages secondaires ne sont que des idées, et ça a énormément de sens. Ainsi, du côté des personnages « réels », le supérieur de l’héroïne (Mad Dog) et Soo Bong représentent le public, tandis que du côté des personnages du manhwa, So Hee (la secrétaire et amie du héro) et Do Yoon (le garde du corps et ami du héro) ne sont justement que des personnages, au sein même du drama. Ils sont censés faire contraste avec Chul, et donc, même si je ne sais pas si la scénariste les a volontairement laissés en retrait, je trouve que cela sert le propos du drama qui se penche avant tout sur la relation d’un créateur à son œuvre, et de cette œuvre à un public qui l’a adoptée en tant que partie de leur existence. Donc on ne parle pas du public comme Mad Dog, qui a son importance mais est un public plus « large ». W est un drama qui veut parler du rôle de la fiction, de l’impact qu’elle peut avoir sur les gens, et de sa réalité pour les individus, Oh Yeon Joo représentant donc plus les gens qui font d’une œuvre une part d’eux. Je ne parle pas du tout de fans excessifs, simplement de gens qui ont une relation intime avec une œuvre. Par exemple, si vous prenez Harry Potter, il y a des gens (comme moi) qui trouvent les romans très bons, regardent les films, et pour qui c’est un divertissement prenant (ce seraient des Mad Dogs) mais il y a des gens pour qui Harry Potter a été la saga ayant accompagné leur jeunesse, ils se sont bien plus impliqués, ils ont une relation différente et plus profonde à l’œuvre, et ils sont des Yeon Joo. Pour certains, Yume no California est un bon drama agréable à regarder, pour moi c’est quelque chose de plus personnel, et W parle plus du second type de relation, à travers le personnage d’Oh Yeon Joo, donc. Le créateur (Oh Sung Moo), la création (Kang Chul) et le public qui a développé une relation intime à la création (Oh Yeon Joo) sont le cœur de de W, qui reste en conséquence très concentré dessus, et développe plus ces trois personnages, le reste du cast représentant des idées qui viennent aider à traiter le thème principal. Ce qui ne me parait pas absurde, donc.

[Le créateur, la création, le public, la collision] W 더블유  (bilan)[Le créateur, la création, le public, la collision] W 더블유  (bilan)
[Le créateur, la création, le public, la collision] W 더블유  (bilan)[Le créateur, la création, le public, la collision] W 더블유  (bilan)[Le créateur, la création, le public, la collision] W 더블유  (bilan)
[Le créateur, la création, le public, la collision] W 더블유  (bilan)[Le créateur, la création, le public, la collision] W 더블유  (bilan)
[Le créateur, la création, le public, la collision] W 더블유  (bilan)[Le créateur, la création, le public, la collision] W 더블유  (bilan)[Le créateur, la création, le public, la collision] W 더블유  (bilan)

Maintenant le problème c’est que les personnages principaux, eux aussi, manquent de développement. En comparaison, ils en ont plus que les autres, mais ils ne sont pas encore assez développés, ou pas de la bonne manière, parce que le drama se soumet à un rythme tellement rapide, et cherche tellement à multiplier les twists, qu’il ne s’autorise jamais à vraiment appuyer sur une situation et en tirer tout ce qu’il peut. Parce qu’il y a tellement de retournements de situation, il m’est assez difficile d’être bien précise, ne souhaitant spoiler personne, mais bref, certaines situations n’ont jamais tout le poids qu’elles devraient avoir, certains conflits complexes et au cœur du drama semblent balayés trop rapidement, et cela signifie que tout est traité de façon superficielle, et forcément cela se reflète au niveau des personnages. Il y a des tas de bonnes idées, et de bonnes choses, mais la rapidité des résolutions, le refus du drama de passer plus de temps sur les conflits de l’OTP, font que finalement ils se perdent au milieu du rythme, et la romance finit par sonner un peu creuse, un peu fausse. Il y a de bonnes idées : j’aime le fait que les personnages arrivent vraiment à communiquer (et du coup ça rend encore plus frustrant le fait qu’ils n’utilisent par leur capacité à communiquer pour aller au fond des choses), qu’ils aient l’esprit suffisamment clair pour ne pas partir dans des quiproquos et fausses accusations à la con. Et à la base, je trouve également très sensées les raisons qui les ont poussés à se rapprocher : aux yeux d’Oh Yeon Joo, Chul est un personnage qui a accompagné sa vie, elle a une relation avec lui, de lectrice à personnage, et il a été un soutien pour elle déjà sur le papier ; du côté de Chul, Oh Yeon Joo a les réponses aux raisons de son existence, puis en devient la preuve parce qu’elle prouve qu’il a fait ses propres choix, et donc est sa propre personne. Plein de bonnes choses donc, mais le drama veut aller tellement vite qu’il balaye tout ça, et c’est atrocement frustrant. La romance perd son poids, et ne finit par plus être qu’une bonne dose de fanservice (et c’est cool le fanservice, moi-même j’aime bien, mais ça finit par lasser, surtout quand ça prend le pas sur le reste) tenant sur l’alchimie des deux acteurs principaux. Alors pour moi ils en avaient, j’ai trouvé qu’ils avaient une bonne dynamique et que les deux étaient bons, mais déjà, l’alchimie est un truc qui se *sent* donc certaines personnes ne la sentiront pas, et en plus c’est vrai qu’à la base Han Hyo Joo surjouait un peu (après ça j’ai beaucoup aimé sa prestation), et si je suis honnête, pour tout ce que j’aime la Poupinette Jong Suk et trouve qu’il gère la vulnérabilité et le « kyah » comme personne, il est plus maladroit dans les scènes où son personnage commence à devoir exprimer de la rage par exemple.

Par ailleurs, à la fin, j’ai fini par me rendre compte que le personnage d’Oh Yeon Joo, notre héroïne, à l’instar de Hyun Ji dans Bring it On, Ghost !, avait été arnaquée par le scénario. Lorsqu’on la rencontre, elle est une jeune femme avec une vie, une situation, des objectifs (elle veut devenir un super médecin), mais à partir du moment où elle rencontre Chul, toute sa vie commence à tourner autour de lui. Il est fort compréhensible que la situation lui occupe en grande partie l’esprit, parce que… bah… c’est pas commun comme situation, quoi. Et en plus ça implique son père et le met en danger au bout d'un moment, donc c’est pas étonnant que ça lui bouffe son temps, mais simplement, dans un drama qui « dénonce » la tendance des auteurs à écrire des personnages à objectifs uniques, c’est un peu ironique qu’Oh Yeon Joo soit devenue exactement ça. Au bout d’un moment, sa seule motivation est d’avoir une happy-end avec Chul. Lui a plein d’objectifs : être avec Yeon Joo mais aussi sauver ses amis, trouver l’assassin de sa famille, prouver la validité de son existence, etc. Elle, il arrive un stade où elle semble si prête à sacrifier ce qu’elle a pour être avec Chul, même un peu, que ce qu’elle a, perd tout son poids, et on se retrouve avec un personnage assez faible car défini en majeure partie par rapport à un autre. Dommage. Et pour toutes ces raisons, je trouve que la romance de W ne fonctionne pas.

Maintenant parlons du côté « concept », et de toutes les idées, tous les thèmes que W veut aborder (enfin pas tous, parce qu’il y en a plein et qu’en plus chaque spectateur trouve les siens… mais certains). Et là je vais aborder « raison pour laquelle je suis contente que W existe » numéro 2.

... Non, c’est un mensonge. C’est la numéro 3. Car j’ai une autre numéro 2 : le drama a une très jolie présentation. Et je ne parle pas juste du visage de la Poupinette Jong Suk (même si ça compte, ne nous leurrons pas), mais également de l’OST qui est très agréable (j’ai un faible pour Where Are U parce que j’ai aussi un faible pour la voix de Jung Joon Young, mais j’aime aussi Your Fantasy (In the illusion) par exemple~), et de la réalisation, qui est particulièrement jolie, avec des tas de trouvailles visuelles qui rendent le drama agréable à regarder. Je n’ai pas eu la présence d’esprit, malheureusement, de sauvegarder le tweet concerné, si bien que je ne sais plus du tout qui avait tweeté l’idée, mais une personne que je suis avait fait l’observation que le réalisateur arrivait vraiment bien à détacher Chul du décor lors de scènes importantes, et c’est très vrai, or cela ajoute vraiment au drama car cela exprime à la fois la position de Chul de personnage principal sur un décor de manwha, et son décalage avec le monde réel. Donc bref, bon point pour la présentation, qui est ma raison numéro 2. Et ma raison numéro 3 donc, ce sont les thèmes et les idées. Pas leur exploitation, mais leur simple proposition. En vrac, le drama veut parler (on l’a déjà dit) de la relation d’un auteur à son œuvre, de la réalité d’une fiction pour un public qui s’y « identifie », mais également de ce qu’est la réalité, d’à quel point nous pouvons en être surs, du sens de l’existence… que des bonnes choses donc ! Et j’apprécie très sincèrement le fait que W les ait mis au programme, parce que je n’ai pas trouvé qu’il les exploitait correctement, mais en revanche, il me les a mis à l’esprit, et du coup m’a fait y réfléchir de mon côté. Et je dois dire que c’est assez rare qu’un drama me fasse passer des heures à considérer le sens de la réalité. Donc, c’est cool.

Maintenant, le souci, donc, c’est que je n’ai pas eu le sentiment que W lui-même me disait grand-chose sur ces thèmes parce que l’écriture foutait un peu tout ça en l’air. De deux façons. Alors je vais utiliser des chiffres pour pas qu’on se perde (j’ai un sens pratique particulièrement développé)(et aussi compter jusqu’à deux c’est vachement dur, donc oui, j’ai peur de me perdre).

(1) Comme je le disais, le drama se soumet à un rythme très rapide, surtout au début, et veut également caser pas mal de fanservice, ce qui veut dire que ça laisse peu de temps et peu d’espace à développer pas juste les conflits des personnages, mais également les thèmes complexes du drama. Parce que quand on se prend twist sur twist dans la face, c’est chaud de réfléchir profondément en même temps au sens réel de l’existence et à notre place dans l’univers. Au final, le drama est une sorte de gros catalogue d’idées : il y en a plein, elles sont agencées un peu dans tous les sens sur les pages, et il y a une petite description, mais va falloir commander le meuble et galérer (si vous êtes handicapée du sens pratique comme moi) à le monter vous-même si vous voulez votre meuble. Qu’on s’entende bien : je suis pas en train de vous dire que ça craint qu’un drama vous pousse à réfléchir par vous-même, hein, certainement pas ! Simplement, même s’il vous laisse continuer à réfléchir de votre côté (surtout que les thèmes de W sont des thèmes auxquels on peut réfléchir éternellement, donc ce n’est pas comme si on allait avoir une réponse définitive aux questions, et c’est très bien comme ça) c’est mieux si lui aussi propose une vraie réflexion, plutôt que de passer rapidement sur tout pour arriver au retournement suivant.

(2) Je reviens à mes histoires de cohérence : le drama n’arrête pas de multiplier les incohérences, et c’est mon souci numéro 1. La scénariste ne cesse de contredire directement ses propres règles, d’en abandonner certaines quand ça l’arrange pour y revenir quand elle en a besoin, elle introduit des idées qui semblent révolutionner la situation mais les balance par la fenêtre quand ça lui complique la vie (je suis désolée de ne pas pouvoir vous donner d'exemples précis, tout spoilerait, mais si vous voulez plus de détails, vous pouvez allez lire les Récaps de Cernes), et elle nous offre également des explications bidons qui, plutôt que des explications, sont juste des « ouaip, tout cela n’a aucun sens… démerdez-vous :D ». Et ça non plus, cela n’aide pas à la réflexion, parce qu’on est trop occupés à encaisser les « wtf ? ». C’est ce que je disais au début : la suspension d’incrédulité est brisée, on sort de l’histoire, et on passe plus de temps à réfléchir aux mécanismes de l’histoire qu’à ce qu’elle essaie de dire (mal) (cf. point numéro 1). Et je ne pense vraiment pas qu’il soit impossible d’écrire une histoire à la fois divertissante, cohérente et aux thèmes profonds. Difficile, oui, mais pas impossible pour peur qu'on fasse des efforts, donc je refuse d’excuser le manque énorme de rigueur/soin de W juste parce qu’il est original et imprévisible.Parce que je suis désolée, si on me sert un mauvais plat, même s'il est original, il reste difficile à avaler. Encore une fois, quelques incohérences, ce n’est rien, il y en a dans toutes les histoires, mais dans W on parle vraiment de trucs énormes, constants et qui s'accumulent.

[Le créateur, la création, le public, la collision] W 더블유  (bilan)[Le créateur, la création, le public, la collision] W 더블유  (bilan)[Le créateur, la création, le public, la collision] W 더블유  (bilan)
[Le créateur, la création, le public, la collision] W 더블유  (bilan)[Le créateur, la création, le public, la collision] W 더블유  (bilan)
[Le créateur, la création, le public, la collision] W 더블유  (bilan)[Le créateur, la création, le public, la collision] W 더블유  (bilan)
[Le créateur, la création, le public, la collision] W 더블유  (bilan)[Le créateur, la création, le public, la collision] W 더블유  (bilan)[Le créateur, la création, le public, la collision] W 더블유  (bilan)

Et ce n’est pas la conclusion qui va vraiment aider. En fait, la scénariste a expliqué qu’elle écrivait sans prévoir la fin, se laissant simplement porter par l’histoire et la laissant se dérouler naturellement. Ce qui n’est pas spécialement une mauvaise technique d’écriture. Par exemple, c’est ce que fait Stephen King, et vous savez tout le bien que je pense de Stephen King. Et j’imagine que la scénariste a également appliqué cette méthode à ses précédents dramas, ce qui ne lui avait pas trop mal réussi. Mais dans W, on dirait que cela n’a pas porté ses fruits, car la conclusion est assez peu satisfaisante et surtout le drama est si plein de contradictions, que je n’ai pu m’empêcher de me dire que planifier tout ça de façon plus rigoureuse n’aurait pu qu’aider. Alors on peut, peut-être, parfois, poser l’absence de cohérence comme la règle d’une histoire et l’écrire de cette façon-là (mais même ça, c’est discutable) mais je dirais surtout que ça fonctionne quand on cherche à exprimer un sentiment, par exemple, ou une impression de rêve… pas quand, comme dans W, on écrit ce qui, en grande partie, est un thriller. Ou une tentative de thriller. Parce que le thriller ne prend pas vraiment… enfin, si, il prend, au début, mais après il ne garde pas, pour des raisons que je m’en vais exposer en utilisant des lettres à présent, parce que je suis une folle comme ça. Donc : pourquoi le côté thriller de W se casse la gueule ?

(a) En premier lieu, parce que, encore une fois, le drama n’arrête pas de changer ses règles, de faire ce qu’il veut, ce qui signifie qu’il est impossible à prévoir. Et pas de la bonne façon, mais de la façon de « la scénariste peut sortir ce qu’elle veut du chapeau quand elle veut ». Ce qui veut dire qu’il n’y a aucun véritable intérêt à spéculer sur la suite des évènements, et comme le disait Ilumys dans un commentaire sur ce blog, ça fait que le spectateur est rendu en grande partie passif. On ne peut pas vraiment chercher les indices car les indices ne signifient rien, et on « subit » le drama.

(b) Ensuite, passé un certain stade, le drama cesse de vraiment se dérouler « au présent ». C’est-à-dire qu’il se base sur le mode suivant : un personnage dit « on va faire ça, ça, ça, et il va se passer ça, ça ça » et le drama illustre cette suite d’évènements avec des « scènes hypothétiques », puis on retrouve les personnages bien plus tard, et ils nous expliquent « en fait, il s’est passé ça, ça, ça » et le drama nous le montre en flash-back. Cela signifie qu’on a très peu de moments « dans l’instant ». A la place on a des scènes qui n’ont jamais vraiment lieu, et d’autres dont on a le résultat avant de savoir ce qui s’est passé. Du coup, non seulement cela donne une impression de lenteur parce que finalement les choses ne se passent pas devant nos yeux, les personnages nous les racontent ; mais en plus ça casse pas mal la tension des scènes : les hypothèses ne sont que ça, et un personnage peut te raconter « omg c’était super tendu », s’il te raconte ce qui s’est passé, tu sais au moins qu’il s’en est sorti.

(c) Les différents twists n’ont aucune véritable signification. Un twist fonctionne quand il retourne une situation établie, ou bien quand il met subitement en lumière un truc qui a été préparé subtilement sous nos yeux  tout le long. Par exemple, à la fin du Sixième Sens (que je vous spoile pas, on sait jamais, mais bon ça va, j’estime quand même que tout le monde sait qu’il y a un twist à la fin de ce film) si le twist fonctionne c’est parce qu’on aurait pu le prédire, il ne sort pas de nulle part, et parce qu’il donne une signfiication nouvelle à tout ce qui s’est passé jusque là. Dans W, encore une fois, il s’agit surtout de sortir des trucs du chapeau. Les situations précédentes n’ont pas été solidement établies, du coup il n’y a rien de solide à retourner, et l’accent est plus mis sur l’imprévisibilité (facile) des twists plutôt que sur leur signification. Ce qui n’est pas une bonne chose.

(d) En général, il n’y a pas d’enjeux. Je ne dis pas qu’il n’y en a pas *pour les personnages*, parce qu’ils ne veulent pas mourir et veulent être heureux, sans oublier qu’il y a une réalité entière qui menace de s’effondrer… mais quand on y réfléchit, on est dans un drama qui peut très bien décider de tuer un personnage puis de le ressusciter dans l’épisode suivant sans battre un cil. C’est là qu’est l’importance des règles : elles offrent un cadre, des trucs que les personnages ne peuvent pas contourner, ou en tout cas pas facilement. Si quelqu’un meurt (je choisis l'exemple d'une mort hypothétique parce que c’est du genre « lourd » comme évènement) dans the 100, il est mort. Si quelqu’un meurt dans Supernatural (au début en tout cas), le ressusciter demande à briser les règles, parce qu’il y en a, et briser ces règles implique qu’il y a des conséquences. Cela veut dire que ces morts ont du poids, ça veut dire qu’en tant que spectateur on les *craint* réellement. Mais dans W, on sait que la scénariste peut balancer ce qu’elle veut, qu’elle n’opère même pas selon ses propres règles, si bien qu’il n’y a finalement aucune raison de prendre quoi que ce soit au sérieux. Au bout d’un moment, j’étais désengagée de ce qui passait à l’écran parce que je savais que rien n’était « tangible ». Et ça aussi, ça casse la tension. Or la tension, c’est un peu la base du thriller.

Donc… voilà où j’en suis. Au final, nous jugeons tous les dramas (et pas que) sur notre propre échelle, selon nos propres critères, et ainsi, il y a des tas de gens qui ont adoré W, mais pour ma part je ne peux m’empêcher de considérer que W échoue à quasiment tout ce qu’il voulait faire. Pour autant, je suis curieuse de voir ce que fera la scénariste la prochaine fois, parce qu’elle a tendance à au moins proposer des concepts intriguants, donc je vais juste espérer que le suivant sera mieux exploité (non et puis j’ai vu 5 de ses dramas, et j’en ai vraiment beaucoup aimé 4 sur 5, donc le ratio reste bon). Pour conclure, je dirai quand même que je suis très contente d’avoir regardé W, et de l’avoir regardé jusqu’au bout. Ce n’est pas quelque chose que je vous aurais sorti pendant que je le regardais (vers la fin en tout cas) parce que le drama m’avait perdue, et ce n’est peut-être même pas quelque chose que j’aurais dit il y a une semaine, mais maintenant que j’ai écrit cet article, je peux dire que j’ai apprécié les quelques bonnes choses que ce drama avait à offrir, et apprécié de discuter du moins bon également, pour ce que ça m’a fait réfléchir sur les histoires en général. Donc je ne vous conseillerais pas W, que je trouve toujours mauvais et décevant, mais je n’ai au moins plus le sentiment d’avoir perdu mon temps, et ça, c’est cool :D

[Le créateur, la création, le public, la collision] W 더블유  (bilan)[Le créateur, la création, le public, la collision] W 더블유  (bilan)
[Le créateur, la création, le public, la collision] W 더블유  (bilan)[Le créateur, la création, le public, la collision] W 더블유  (bilan)
[Le créateur, la création, le public, la collision] W 더블유  (bilan)[Le créateur, la création, le public, la collision] W 더블유  (bilan)
[Le créateur, la création, le public, la collision] W 더블유  (bilan)[Le créateur, la création, le public, la collision] W 더블유  (bilan)

 

 

 

 

L'espace commentaires peut contenir des spoilers, il est à lire à vos risques et périls :) -mais bien sûr si vous me parlez sans spoiler parce que vous n'avez pas lu/vu l'oeuvre, je vous réponds sans spoiler également hein^^ juste faites gaffe aux autres commentaires-

Tag(s) : #TV, #Dramas - séries et animes, #Drama, #Corée du Sud, #W, #2010s, #2016, #MBC, #Jung Dae Yon, #Song Jae Jung, #Han Hyo Joo, #Lee Jong Suk, #Jeon Eu Gene, #Lee Tae Hwan, #Lee Si Un, #Kim Eui Sung, #Fantastique, #Thriller, #Romance, #Vengeance, #~ 15 épisodes, #Univers parallèles

Partager cet article

Repost 0