[Choix difficiles] Le Pays Sans Etoiles

Publié le 16 Août 2017

 

 

Sorti en 1946

Dure 1h30

Réalisé par Georges Lacombe

Ecrit par Georges Lacombe et Pierre Véry

D’après le roman de Pierre Véry

 

Avec :

Jany Holt >>> Catherine

Gérard Philipe >>> Simon

Pierre Brasseur >>> Jean Thomas

 

Dontesque ?

Simon, un jeune homme banal, commence à rêver et se souvenir de gens et endroits qu’il n’a jamais connus. Par hasard, il tombe sur l’endroit de ses fantaisies et décide de s’y arrêter. Alors, il fait la rencontre de Catherine, une jeune femme dont il tombe aussitôt amoureux.

 

~oOo~

Dans une vidéo, je discutais du film Les Orgueilleux, avec Gérard Philippe, et notais que je ne m’y connaissais décidément pas du tout en matière de cinéma français, surtout cinéma français un peu vieux. Et je notais également qu’il fallait que je regarde plus de Gérard Philippe, parce que c’est un bon acteur, et aussi parce qu’il est joli à regarder, et que je suis superficielle comme ça. Du coup, pas trop longtemps après la vidéo en question, je me suis acheté un coffret Gérard Philippe, et me suis dit que, tant qu’à faire, je réserverais un de ses films pour cette semaine spéciale, parce que ça serait sans doute un petit changement sympa dans le programme général, et surtout parce que je sentais bien que vous n'aviez que ça à l'esprit. "Mais OU est Gérard Philippe ?" pleuriez-vous tous les soirs dans votre lit. Eh bien, ne pleurez plus, car je vous ai entendu.es !

Au début, mon choix s’était porté sur Fanfan la Tulipe parce que c’est certainement un de ses films les plus populaires, mais justement, je me suis dit que c’était celui dont vous auriez le plus de chances d’avoir déjà entendu parler (qui sait, vous l'avez même peut-être vu ! -moi, non-), donc à la place, j’ai fini par m’arrêter sur Le Pays Sans Etoiles, un film fantastique marquant son premier rôle, et un film dont je n’avais, pour ma part, jamais entendu parler du tout. Faut dire que personne n’a l’air de s’être penché dessus depuis un bail, et notamment, c’est triste, la vidéo n’est pas en très bon état, même sur le dvd. C’est parfaitement regardable, hein, mais on sent que c’est vieux, en gros (et aussi j’ai un peu rigolé au fait que le dvd ait un menu, dont la seule option est « regarder le film »… y a même pas de découpage par chapitres ou quoi que ce soit... heureusement qu'il y avait un menu, du coup, parce que j'aurais pu me perdre sinon :D). En conséquence, je sais que certaines personnes seront rebutées, parce qu’en plus d’être en noir et blanc (ce qui n’attire déjà pas tout le monde) il porte son âge sur son… euh… visage (mettons), mais moi, ce film m’a plu.

En premier lieu, parce que je le trouve joli. Alors, vous me connaissez, parler de réal c’est difficile pour moi, mais simplement, même si c’est dommage que le film n’ait pas pu être restauré un peu, je le trouve joli, et en fait, c’est con hein, mais j’ai trouvé que l’image « brillait » en extérieur, et que ça lui donnait un peu de magie. On sent bien que les moyens étaient limités, mais par exemple, quand Simon, le personnage masculin principal (interprété par Gérard Philippe donc) est dans le cimetière, on dirait que les fleurs et les buissons scintillent, et ça donne une ambiance particulière au film à mes yeux. Par contre, j’ai cru sentir que le film se voulait un peu fantomatique, et ça c’est quelque chose que je n’ai pas senti, à part dans la scène de toute fin. Le reste du temps, à part dans ce scintillement des décors, j’avais du mal à sentir la magie et le fantastique de l’ambiance. Je dois dire que ça m’a un peu attristée, pour le coup. Et l’autre chose qui m’a attristée, c’est que je n’ai pas été emportée par la partie « mystère » de l’intrigue.

On a ce personnage qui rêve, ou peut-être se souvient, de noms, de lieux qu’il n’a jamais connus, et de gens tous morts depuis longtemps, et forcément c’est intriguant. Au début, j’avais très envie de savoir ce qui se passait, mais quand on commence à avoir le début de la réponse (à partir du moment où un certain tableau est trouvé, en fait… si vous avez vu le film, vous saurez), quand j’ai commencé à entrevoir en gros ce qui se passait (je dis « en gros » parce qu’on est à la moitié du film, hein, donc clairement toutes les réponses, ni même toutes les questions, n’ont pas encore été livrées), pour une raison que je ne suis malheureusement pas tout à fait certaine de saisir, j’ai cessé d’être vraiment à fond dans tout ce qui relevait du grand mystère fantastique général, et de la façon dont les deux histoires qu’on nous racontait en parallèle (l’une tournant autour d’une jeune femme nommée Catherine, et l’autre autour d’Aurélia) allaient se rejoindre.

[Choix difficiles] Le Pays Sans Etoiles[Choix difficiles] Le Pays Sans Etoiles[Choix difficiles] Le Pays Sans Etoiles
[Choix difficiles] Le Pays Sans Etoiles[Choix difficiles] Le Pays Sans Etoiles

En revanche, j’étais très intéressée par la décision que Catherine allait devoir prendre, et par le devenir de ce personnage en général. Gérard Philippe est tout jeune tout mignon, et Pierre Brasseur est délicieusement vil dans ce film, mais leurs deux personnages m’ont semblé moins intéressants que celui de Jany Holt. En vérité, bien qu’ils soient des personnages avec un passé, une vie, et une relation entre eux pré-existant leur rencontre avec Catherine, dans ma tête ils sont surtout rapidement devenus les routes qu’elle pouvait emprunter, des options pour elle, plutôt que des personnages à part entière. Surtout Jean Thomas (Pierre Brasseur) qui pour le coup, est le moins développé des trois, encore qu’il soit particulièrement divertissant dans ce qu’il a de peu recommandable. Pour Simon, il y a tout de même un axe tandis que ses rêves et la réalité se mélangent pour mieux se confronter. Mais tout de même, c’est Catherine et le choix qui s’imposait à elle qui m’ont le plus intéressée.

D’un côté, elle a Simon, qui croit à la destinée, est tombé fou amoureux d’elle quasiment instantanément, et a la tête dans les nuages.

« Vous oubliez la réalité. Elle compte un peu. » lui-dit elle.

« Oh, si peu », lui répond t-il.

Mais elle, la réalité, elle sait qu’il faut vivre dedans. Elle ne croit pas aux contes de fée, elle n’est même pas sûre que l’amour soit une bonne chose, le qualifiant de « prétexte pour se faire du mal ». Aux rêveries d’un Simon qui manque d’expérience, elle oppose un réalisme limite fataliste, né des expériences qu’elle, contrairement à lui, elle a eues, et qui ne se sont pas bien passées. Des expériences pour lesquelles sa famille (surtout sa mère) et le village ne cessent d’ailleurs de la rabaisser, ou la moquer (oui le slut-shaming va bon train dans ce film :D). Donc voilà, d’un côté elle a Simon, dont la passion arriverait presque à la convaincre, mais avec lequel elle n’est pas sûre de se sentir compatible, et de l’autre, on a Jean-Thomas, qui intervient plus tard et qui est clairement tout ce qu’elle doit fuir. Et elle le sait bien, qu'elle devrait s'en tenir loin, mais ça ne signifie pas qu’elle le fera forcément. En effet, comme elle dit, elle a eu des relations avec des hommes répugnants, mais il arrive un moment au-delà du dégoût, un moment pire : celui où on n’est plus dégoûté, où on commence à "aimer" ce glauque. Et c’est difficile de s’en sortir. Peut-être moins difficile d’y retomber ? Je me suis sentie intéressée par cette héroïne, et par le choix qu’elle allait faire, entre ces hommes qui la sollicitaient, et la pression familiale et sociale. Allait-elle choisir de céder au rêveur romantique (qui, finalement, l'objectifie aussi un peu en la mettant sur un piédestal) en espérant que ça fonctionnerait malgré leurs différences ? Choisirait-elle de tomber entre les bras d’un homme clairement toxique ? Ou parierait-elle sur elle-même, décidant de n’aller dans aucune de ces deux directions ? Bien sûr, ce n’est pas à moi de vous donner la réponse~ Mais c’est le portrait de cette femme qui m’a le plus intéressée dans le film, parce qu’on prend rapidement son parti, et parce qu’on espère qu’elle arrivera à se libérer à une époque où ça n’a pas l’air simple (une jeune femme dans le train que prend Simon pour se rendre à destination se voit notamment bien chaperonnée par son accompagnatrice, jusqu’à se trouver dictée son heure d’éteinte des lumières, celle respectable pour une jeune fille)(n'empêche que moi, j'aurais bien besoin de quelqu'un pour me forcer à me coucher au lieu d'enchainer des épisodes de séries des fois o.o... mais c'est pas la question).

L’histoire d’Aurélia m’a un peu moins passionnée, je vous l’avoue, bien qu’elle ait le même genre de thème. Pas qu’elle ne soit pas intéressante en vérité (car elle l’est), mais je pense qu’elle entre en jeu peut-être un peu plus tard, si bien que j’étais émotionnellement plus investie dans la portion « Catherine » du film, à laquelle elle vient de toute façon surtout se greffer. Mais je vous avoue que c’est difficile d’en parler sans spoiler en vérité, si bien que je n’entre pas trop dans les détails.

Au final, je vais donc rester sur le constat que ce film m’a plu, et que je suis donc contente d’avoir acheté le coffret le contenant, parce que c’est clair que je ne serais pas tombée dessus par hasard. Ce n’est pas mon nouveau film favori de tous les temps, et je pense qu’il aurait pu m’accrocher plus à certains endroits, mais je suis quand même vraiment rentrée dedans, et c’était bien entendu un plaisir de regarder le visage de Gérard Philippe pendant une heure et demie. Du coup, je suis bien ravie qu’il me reste deux dvds à découvrir dans ce fameux coffret (Fanfan la Tuplie, et La Meilleure Part) !

[Choix difficiles] Le Pays Sans Etoiles[Choix difficiles] Le Pays Sans Etoiles[Choix difficiles] Le Pays Sans Etoiles
[Choix difficiles] Le Pays Sans Etoiles[Choix difficiles] Le Pays Sans Etoiles
[Choix difficiles] Le Pays Sans Etoiles[Choix difficiles] Le Pays Sans Etoiles
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :