Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

Diffusé en 2011

Sur KBS2

1 épisode

Réalisé par Kim Hyung Suk

Ecrit par Heo Sung Hye

 

Avec :

Park Soo Jin (My girlfriend is a gumiho, Get Karl Oh Soo Jung, Queen Seon Deok, etc) >>> So Joon

Lee Hee Joon (The Princess’ Man, Yoo Na’s Street, Wild Romance) >>> Shi Yoon

Kim Woo Bin (White Christmas, School 2013, Uncontrollably Fond, etc) >>> Roy

 

Dontesque ?

Un compositeur de ballades romantiques n’arrive plus à composer parce qu’il n’a pas été amoureux depuis des années. Il décide alors d’acheter une machine qui simule l’amour, mais la situation se complique.

P.S. beaucoup des synopsis sur le net spoilent, évitez les^^

 

~oOo~

Becoz Woobie. Et si le papa Noël ne veut pas me l’offrir, je me l’offrirai toute seule, voilà.

Il n’y a pas si longtemps, j’ai essayé de regarder le film Runway Cop, becoz Woobie aussi, mais malheureusement, l’expérience fut douloureuse au point où je n’ai pas eu la patience d’attendre l’apparition du jeune homme en question (qui de toute façon n’est que de quelques secondes à ce qu’on me dit, donc ça va, j’ai regardé les screencaps). En manque de Woobie, je me suis donc tournée vers Cupid Factory. Il n’y a pas le rôle principal non plus, mais d’un autre côté le rôle principal, c’est Lee Hee Joon qui le tient, or il se trouve que j’aime beaucoup Lee Hee Joon aussi (comme vous pouvez le constater chaque semaine quand je vous parle de Legend of the Blue Sea, même si pour le coup j’ai regardé Cupid Factory, et écrit cet article y a bien un mois, cette parenthèse exceptée)(mes articles sont des voyages dans le temps *O*), et que je le trouve bien trop peu présent sur mon écran.  C’était donc tout bénef. Mais oui, soyez prévenus, camarades Woobistes, le jeune homme n’a pas un très grand rôle, et en plus le personnage est assez antipathique, et cite Roméo et Juliette comme un modèle enviable de romance (ce qui fait pas partie des choses qui le rendent antipathique, on n’a juste pas exactement la même vision de la pièce… ou de la romance idéale). Et au-delà de ça, j’ai trouvé cet épisode spécial un peu décevant, honnêtement. Même si, oui, c’était quand même une romance mignonne, avec de bonnes choses dedans.

Et pour commencer, je réitère que j’aime beaucoup Lee Hee Joon, que je trouve adorable. Lui et Park Soo Jin forment un duo plutôt mignon, et j’ai trouvé que les deux personnages étaient engageants. Faut dire que j’ai un faible pour le type de personnage qu’est So Joon : l’artiste qui a fait son temps. En l’occurrence, il lui est encore possible de faire un comeback, il n’est pas complètement has-been, mais j’ai une tendresse particulière pour les personnages qui ne sont juste pas/plus assez bons (par contre, je vous avoue qu’entre les ballades qu’il juge « pas inspirées » et celles qu’il juge vraiment bonnes, j’ai pas vraiment fait la différence, de même que j’ai pas vu pourquoi l’héroïne était « la reine des ballades »… c’est le souci quand on a des personnages censés être extraordinaires, j’imagine : c’est dur de vraiment le montrer autant qu’on en parle). Surtout quand, comme là, ce n’est pas présenté à grand renfort de larmes mais plutôt avec une certaine mélancolie. Il y a une forme de tristesse particulière à un personnage qui accepte qu’il n’est juste pas/plus à la hauteur, et du coup je me suis rapidement attachée à So Joon. Comme lui et Si Yoon ont, en plus, une relation dynamique et à la fois touchante et amusante, faite de chamailleries mais d’une véritable loyauté, qu’on découvre petit à petit au fil de l’épisode, rapidement, je me suis dit que, ok, je voulais bien passer une heure à les regarder se mettre (avec un peu de chance) ensemble. Le souci, malheureusement, c’est que Cupid Factory fait ça de façon vraiment bateau. Et moi, je ne suis pas contre une romcom un peu basique, surtout quand les leads ont du charme et qu’en plus l’histoire ne dure qu’une heure, mais Cupid Factory était parti pour être plus que ça, et c’est un peu frustrant de voir qu’il s’embarrasse d’un concept intéressant, pour finalement ne rien en faire.

[Amour artificiel] Cupid Factory 큐피드 팩토리 [Amour artificiel] Cupid Factory 큐피드 팩토리
[Amour artificiel] Cupid Factory 큐피드 팩토리 [Amour artificiel] Cupid Factory 큐피드 팩토리 [Amour artificiel] Cupid Factory 큐피드 팩토리
[Amour artificiel] Cupid Factory 큐피드 팩토리 [Amour artificiel] Cupid Factory 큐피드 팩토리

Au début de l’histoire, on a donc cette machine qui simule le fait d’être amoureux. Et quand on l’utilise, faut être seul, parce que sinon la machine nous fait croire qu’on est amoureux de la première personne qu’on voit. C’était un concept intriguant, qui pouvait ouvrir la porte à plein de choses, et notamment des questions sur notre rapport à la technologie, sur l’isolation, ou la nature des sentiments. Il y avait moyen d’en tirer quelque chose, émotionnellement parlant aussi, parce que, par exemple, lorsque l’héroïne demande à So Joon « combien de jours reste-t-il avant que tu cesses de m’aimer ? », il y a une sacré tristesse dans la réplique… mais ça ne va nulle part, et au final, si Cupid Factory se sert de comme point de départ, comme prétexte à une romcom plaisante, mais basique, une intrigue où tout ce qui suit aurait pu arriver sans l’utilisation de ce gadget. Ce n’est pas utilisé pour réellement aller au fond de quoi que ce soit, et même niveau comédie, ce n’est pas très exploité car So Joon, à l’exception d’une seule scène, semble toujours relativement égal à lui-même. Et quand je dis que le drama « s’embarrasse », c’est que parce que le concept n’est pas juste peu exploré, il finit même par nuire un peu à l’histoire, avec notamment une conclusion qui jette un jour vaguement malaisant sur la seule scène où la machine a un effet visible sur So Joon, et/ou embrouille le drama plus qu’autre chose (c’est pas clair).

Encore une fois, la romcom est plaisante ! Rien de bien extraordinaire, mais il y a une utilisation des flash-backs que j’ai trouvée très sympa, et j’ai aimé voir les choses nous être révélées petit à petit, par exemple. Et puis même si la machine centrale n’est pas trop utilisée, il y en a une autre qui vit son heure de gloire : le robot aspirateur, qui sert de compagnon de vie à un So Joon qui lui parle, et l’encourage à la tâche, même. Je ne pensais pas m’attacher à un aspirateur, mais que voulez-vous. Bon, j’en étais quand même pas à le shipper avec So Joon, hein. Cela dit, je shippais plus So Joon et son aspirateur que l’héroïne avec le personnage du Woobie qui lui tournait autour (pardon Woobie).

Mais bref, non, Cupid Factory n’est pas un désastre, juste une occasion manquée, qui souffre un peu de ce manque. Reste que les leads sont agréables, et que quand on a une heure à tuer, c’est plutôt mignon. Mais y a pas de quoi s’exciter, et pas grand-chose à en dire non plus, en gros.

[Amour artificiel] Cupid Factory 큐피드 팩토리 [Amour artificiel] Cupid Factory 큐피드 팩토리
[Amour artificiel] Cupid Factory 큐피드 팩토리 [Amour artificiel] Cupid Factory 큐피드 팩토리
[Amour artificiel] Cupid Factory 큐피드 팩토리 [Amour artificiel] Cupid Factory 큐피드 팩토리
[Amour artificiel] Cupid Factory 큐피드 팩토리 [Amour artificiel] Cupid Factory 큐피드 팩토리

 

 

 

 

L'espace commentaires peut contenir des spoilers, il est à lire à vos risques et périls :) -mais bien sûr si vous me parlez sans spoiler parce que vous n'avez pas lu/vu l'oeuvre, je vous réponds sans spoiler également hein^^ juste faites gaffe aux autres commentaires-

Tag(s) : #TV, #Dramas - séries et animes, #Drama, #Corée du Sud, #Cupid Factory, #2010s, #2011, #KBS, #< 5 épisodes, #Kim Hyung Suk, #Heo Sung Hye, #Park Soo Jin, #Lee Hee Joon, #Kim Woo Bin, #Romance, #Fantastique, #Comédie

Partager cet article

Repost 0