Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sorti en 2008

Réalisé par Ashutosh Gowariker

Ecrit par K.P. Saxena, Haidar Ali & Ashutosh Gowariker

Dure 3h31

 

Avec :

Aishwarya Rai >>> Rajkumari Jodhaa Bai

Hrithik Roshan >>> Jalaluddin Muhammad Akbar

Et des gens

 

Dontesque ?

Afin de protéger son peuple, une princesse rajpoute se voit contrainte d’épouser un empereur mulsuman qui, petit à petit, conquiert tout le pays.

 

~oOo~

Les gens, j’estime que n’importe quel film me tenant 3h30 devant un écran sans que je m’ennuie ou relâche mon attention une seule seconde, fait forcément quelque chose de bien (notez, la série télé, elle, fait 566 épisodes... d'à peu près 25 minutes chacun, ok, mais du coup, 3h30, en fait, c'est super court).

Pour cette journée, je voulais évidemment vous proposer un Bollywood, et mon choix s’est porté sur Jodhaa Akbar parce que j’ai surtout vu des Bollywood se déroulant à une époque plus moderne, si bien que j’avais envie de voir autre chose, un contexte plus « passé ». Ainsi, j'ai croisé l’affiche de Jodhaa Akbar, et en tapant le titre dans google, je suis tombée sur une scène musicale du film (et autant je regarde peu les bande-annonces, autant avec les bollywoods, c’est vrai que souvent j’écoute une ou deux chansons à l’avance, car c’est la meilleure façon de me donner envie), qui m’a fait pleurer tellement je l’ai trouvée belle… donc bingo. Et après avoir vu le film, elle reste ma chanson favorite de Jodhaa Akbar d’ailleurs. Il y en a d’autres (encore que peut-être pas autant que je m’y attendais, mais je me demande si ce n’est pas juste une fausse impression, car en les comptant, y en a quand même plusieurs), et elles sont toutes belles, avec de très jolies mises en scène également, mais celle-là est ma favorite, et comme elle ne spoile rien, je vous la ressors également, parce qu’avec un peu de chance, ça vous motivera autant que moi :

Voilà. Et tout le film est vraiment beau à regarder, avec une multitude de couleurs à en faire pleurer de plaisir mes yeux. Les décors et les costumes superbes m’ont réjouie tout le long. Après, bon, c’est vrai que de temps en temps il y a aussi des choses qui prêtent à sourire question exécution. Par exemple, si le film a de très belles musiques, il a parfois tendance à utiliser le son de manière un peu trop… appuyée ? C’est-à-dire que quand un personnage dit un truc important (ou, parfois, se tourne juste de façon dramatique), la musique va appuyer ça d’un gros « tadam » vraiment pas subtil. Ou bien, de temps en temps, Jodhaa Akbar part dans les « paillettes sonores » vraiment appuyées lors de scènes censées nous faire rêver (cf. aussi Cinderella and the four knights), et ça fait un peu kitsh, on va dire. C’est pas bien grave, ça a même quelque chose d’attachant, mais lors de scènes un peu tendues, c’est vrai que je suis me suis retrouvée à rire à des moments où, je suppose, je n’étais pas censée le faire. Et après, plus dans la catégorie crédibilité, j’ai trouvé que le film avait un peu de mal à mettre en scène les combats : les batailles semblaient toujours un peu poussives, et les chorégraphies de combat m’ont semblé un peu minables, ce qui rend quand même certaines scènes difficiles à prendre au sérieux. En effet, notre héros est censé être un guerrier confirmé, et notre héroïne s’est entrainée à l’épée dès son plus jeune âge, donc par exemple, on a une scène où ils se battent l’un contre l’autre, et il est super impressionné par sa maitrise, sauf que l’un comme l’autre sont loin d’être impressionnants, en fait. La mise en scène est jolie, parce que les décors sont beaux, les acteurs aussi, et les costumes virevoltent, mais sinon la chorégraphie est assez bof, et je rigolais sous cape. Mais bon, bon, en général ce film a fait plaisir à mes oreilles et mes yeux, quand même. Et en effet, la tête des acteurs a joué positivement dans la catégorie « esthétique ».

Parce qu’elle, elle est absolument superbe à tout moment, et lui, j’en suis tombée amoureuse. Au début j’avais des doutes sur la moustache (je suis superficielle comme ça, que voulez-vous), mais petit à petit, on apprend à connaître le personnage, et parce qu’il a du charisme, et qu’il est très joli sous sa moustache (en fait)(à la fin, j’aimais même la moustache, en vrai)(ça me faisait penser à des acteurs old-school à la Errol Flynn, même si c’était pas vraiment la même), j’ai fini par craquer méchamment. Faut dire que les deux personnages sont vraiment appréciables. Jodhaa est une jeune femme certes confinée par son époque et son contexte, mais elle a un sacré caractère, on la voit sans cesse s’affirmer, imposer son opinion, à commencer par la façon dont elle pose ses conditions pour le mariage, refusant de renoncer à sa religion. Je lui ai trouvé énormément de charme, et Jaladuddin, de même, faisait un protagoniste qu’on avait envie de soutenir, jeune homme courageux, mari respectueux (« Je te respecte, toi et tes sentiments. Je ne t’obligerai à rien. » lui dit-il, et il tient parole), et roi s’efforçant d’améliorer la vie de son peuple et de promouvoir la tolérance, avec le minimum de violence possible (même si y en a un peu quand même). C’était rigolo, en quelque sorte, de les voir tomber peu à peu amoureux, car je vous jure que de temps en temps, j’avais un peu l’impression de regarder un drama, avec la première rencontre difficile, la belle-mère qui n’approuve pas, le malentendu du dernier quart… mais notre duo s’en sort parce qu’au milieu de tout ça, ils ont chacun du respect pour la parole de l’autre, et arrivent finalement plutôt bien à communiquer (un truc largement moins dramatesque, donc), avec même quelques touches d’humour agréables dans certaines interactions, comme lorsque Jaladuddin surprend Jodhaa en train de pratiquer sa religion, et accepte de participer au rituel, mais n’a aucune idée de ce qu’il est censé faire.

[Moustache et religions] Jodhaa Akbar जोधा अकबर *Inde*
[Moustache et religions] Jodhaa Akbar जोधा अकबर *Inde*
[Moustache et religions] Jodhaa Akbar जोधा अकबर *Inde*

Car le mariage de Jodhaa et Jaladuddin est aussi le mariage entre une hindouïste et un musulman, ce qui est bien le cœur du problème. Enfin, il y a bien aussi le souci de deux personnes se mariant sans se connaître, mais la différence de religion reste le souci le plus mis en avant. Parce que Jodhaa a peur que Jaladuddin la force à renoncer à ses croyances (c’est tellement sérieux qu’elle se voit proposé un flacon de poison, des fois que la situation devienne trop difficile pour elle, et qu’elle veuille en finir), et parce que du côté de Jaladuddin, il y a le risque que les gens qui le soutiennent voient ce mariage d’un mauvais œil, ce qui fragiliserait sa position (et effectivement, plusieurs personnes remettent en question sa gestion de la chose). C’est là que la faculté des deux personnages à communiquer, et leur respect de l’autre est véritablement crucial. Encore que ce soit toujours crucial dans un mariage, mais là en plus ils ont le destin d’un pays sur le dos, donc ils ont encore moins intérêt à merder. Et j’ai autant aimé les voir s’apprivoiser l’un l’autre que les voir délivrer leur message de tolérance. Lors d’une scène vers le milieu du film, Jaladuddin et ses conseillers (qui semblent être un groupe de philosophes musulmans ? je ne suis pas certaine) discutent d’une histoire dans laquelle les anges se voient posée la question de ce qu’est le Paradis, et ce qu’est l’Enfer. Ce à quoi les anges répondent qu’un cœur qui aime est le Paradis lui-même, et qu’un cœur sans amour est l’Enfer. Ce qui, je trouve, représente assez bien la position du film, car l’amour n’est pas vu comme quelque chose de juste romantique, il s’agit de l’amour des autres en général, et c’est en abordant les autres avec amour, respect et tolérance que nos deux personnages trouvent le bonheur pour eux-mêmes, et pour le pays (bon, bien entendu, c’est une version super simplifiée de la politique, et je suis pas en train de dire que l’Inde est devenue le pays des Bisounours à la fin, mais l’idée du film est là quand même).

Enfin moi, je vous avoue que j’étais surtout en mode « OTP *O* ». Quand je vous disais que j’ai vécu ça comme un drama… Je shippais complètement ces deux personnages ensemble, et je suis restée très concentrée dessus. Parce qu’il faut dire aussi que le reste des personnages était largement moins mémorable. La seule exception,est Maham Anga, l’ancienne nourrice du roi qu’il considère comme une mère et écoute plus que quiconque. Elle n’a pas un temps d’écran ouffissime, mais j’ai trouvé que l’actrice (Ila Arun) avait énormément de présence, et que même visuellement, le film lui donne une aura vraiment sinistre qui fait que le personnage a un impact certain. Mais à côté d’elle, il n’y a pas grand monde de marquant, principalement du côté des antagonistes qui sont tristement peu développé. Sujamal, le cousin de Jodhaa, en particulier, n’a vraiment pas assez d’identité pour que tout l’axe le concernant touche vraiment.

Mais ce n’était pas grave.

Parce qu’il y avait le reste du film autour.

Et que le reste, il était cool ♥ Du coup, même si je sais que les 3h30 peuvent faire un peu peur, je vous le conseille quand même. Parce que vos yeux sont vos amis, et que vous leur devez bien ça. Et parce que OPT *O* aussi. Sans oublier les chansons. Vos oreilles sont aussi vos amies, les gens !

Tag(s) : #SA2017, #Cinéma Asiatique, #Cinéma, #Inde, #Jodhaa Akbar, #2000s, #2008, #Ashutosh Gowariker, #K.P. Saxena, #Haidar Ali, #Aishwarya Rai, #Hrithik Roshan, #Romance, #Historique (ou "historique"), #Musical

Partager cet article

Repost 0