Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sorti en 1998

Réalisé par Andrew Lau (Infernal Affairs 1, 2, 3, …)

Ecrit par Manfred Wong & Chau Ting

D’après le manhua de Ma Wing Shng

 

Avec :

Aaron Kwok >> Cloud

Ekin Cheng >>> Wind

Sonny Chiba >>> Lord Conqueror

Kristy Wang >>> Charity

Michael Tse >>> Frost

etc

 

 

Dontesque ?

Suivant les mots d’une prophétie, afin de vaincre ses ennemis et étendre son empire, Lord Conqueror prend sous son aile deux jeunes garçons, Cloud et Wind, dont il a tué les parents. Mais la seconde moitié de la prophétie pourrait bien lui être moins favorable.

 

~oOo~

Okay, donc il n’y a pas longtemps, j’ai regardé Silenced, parce que mon dvd de Tigre et Dragon ne voulait pas marcher, et c’était fort bien Silenced, mais ce n’était pas ça qui allait me donner ma dose de gens se fightant au milieu des airs, alors à défaut de pouvoir magiquement faire marcher mon dvd, je me suis dit que j’allais revoir Storm Warriors, parce que j’avais vu le film il y a quelques années, et que je m’en souvenais comme d’un film pas excellent, mais franchement divertissant, et joli à regarder. Au final, sans m’en rendre compte, je me suis à la place retrouvée devant Storm Riders. Le casting et les noms des personnages étant les mêmes, je n’avais juste pas capté que je m’étais plantée de film, jusqu’à ce que le personnage d’Aaron Kwok débarque avec une permanente bleue, et que je me dise « mmhhh, je ne me souviens pas de ça, et je m’en serais CLAIREMENT souvenue ». Il s’avère que Storm Warriors (réalisée par Oxyde et Danny Pang), est en fait la suite de Storm Riders (sur lequel Danny Pang a bossé au montage), le tout étant basé sur des manhua de Ma Wing-shing. Et bref, c’était l’histoire de comment je me suis retrouvée devant Storm Riders par erreur. Mais j’ai pas regretté. Déjà parce que le film m’a bien plu, et ensuite parce que Storm Riders m’a enseigné quelque chose d’important, à savoir : les femmes, ça craint :O !

Le père de Wind/Nip Fung….

Oui, alors, petite note : les personnages du film ont des noms ayant une signification en rapport avec leur caractère ou motivation. Les deux personnages principaux, notamment, sont appelés Nip Fung/Vent d’Est et Bou Ging-wan/Nuage, avec Chun Seung/Givre, pour compléter le trio. Personnellement je suis familière de la traduction anglophone, mais j’avais pensé à utiliser soit les noms chinois (mais auquel cas, on comprend pas le sens), soit les versions françaises, mais apparemment dans la VF y a des noms traduits et d’autres non, et le méchant devient « Dominateur », ce qui est assez naze. Donc à la place, je me suis décidée pour à la fois le nom d’origine et la traduction anglaise, becoz fuck le français. Reprenons.

Le père de Wind/Nip Fung, donc, apprend très jeune à son fils que les femmes ça n’apporte que des ennuis, une leçon que Wind/Nip Fung ne manque pas de répéter à ses copains plus tard, et qui peut lui en vouloir ? Parce que ça se vérifie quand même franchement. Mon personnage féminin qui craint favori, c’est quand même la mère de Wind/Nip Fung qui commence par abandonner sa famille, puis (au tout début du film, no spoiler) prend quand même la peine d’aller se suicider juste devant son fils. Elle aurait pu faire ça n’importe où ailleurs, mais quitte à traumatiser un gosse, autant le faire tout à fait, alors elle va d’abord le retrouver, le serrer dans ses bras, et puis YODO (you only die once), elle se balance dans le vide. On pourrait se dire qu’elle voulait le voir une dernière fois avant de mourir, mais vu qu’elle n’avait apparemment eu strictement aucun scrupule à l’abandonner, je trouve ça quand même gonflé de sa part. Donc clairement, oui, le premier personnage féminin auquel nous sommes confrontés craint pas mal. Et à côté de ça, bah c’est simple, au-delà de personnages vraiment complètement tertiaires, il ne nous reste véritablement que deux personnages : Charity/Yau-yeuk, et Muse (pas réussi à trouver le nom original, et j’ai peur de ce que mon oreille pourrait retranscrire). Muse (interprétée par Shu Qi, que je vois partout en ce moment, j’ai l’impression… je ne m’en plains pas :D) ne déconne pas trop, mais honnêtement, elle est à peine dans le film elle-même… je n’arrive pas à me souvenir si elle est dans la suite ou pas (Shu Qi non, en tout cas), mais si oui, elle y déconne probablement, et si non, c’est juste qu’on ne lui en a pas laissé le temps. Non le vrai personnage féminin de premier plan c’est Charity/Yau-yeuk, qui illustre en effet assez bien le principe que nana = emmerdes. Son rôle tout entier se résume à foutre la merde. Indépendamment de si vous appréciez le personnage ou pas (personnellement au début j’avais de la sympathie pour elle, mais elle a en gros tout détruit en l’espace de deux lignes), y a pas à tergiverser : elle n’a clairement comme but scénaristique que de créer un conflit entre Wind/Nip Fung et Cloud/Bou Ging-wan. Donc yep, leçon numéro 1 : les femmes ça craint, et mieux vaut les éviter.

[Le vent murmurant dans les nuages] The Storm Riders  風雲雄霸天下
[Le vent murmurant dans les nuages] The Storm Riders  風雲雄霸天下
[Le vent murmurant dans les nuages] The Storm Riders  風雲雄霸天下
[Le vent murmurant dans les nuages] The Storm Riders  風雲雄霸天下
[Le vent murmurant dans les nuages] The Storm Riders  風雲雄霸天下
[Le vent murmurant dans les nuages] The Storm Riders  風雲雄霸天下

Et vous savez ce qui craint aussi ? Le pouvoir, parce que quand on ne sait pas s’arrêter, ça corrompt. Et les prophéties, aussi. Parce que quand on les laisse faire, elles se réalisent, et quand on essaie de les contrer, on les fait juste se réaliser plus vite. Je sais, je sais, tout ceci n’a rien de neuf. On sait tous déjà toutes ces choses. A la décharge de la prophétie cela dit, même sans elle, moi ça me semblait plutôt risqué de la part de Lord Conqueror/Hung Ba, de fonder tout son empire sur les épaules de deux gosses dont il a buté les parents. C’est le genre de truc qui menace un peu de se retourner contre toi. A la limite, Cloud/Bou Ging-wan ça a l’air de plutôt bien lui convenir comme arrangement (mais il est réputé pour être aussi imprévisible que les nuages, donc y a de quoi s’inquiéter quand même), mais Wind/Nip Fung, lui, il est juste pas au courant de ce qui est arrivé à ses parents, ce qui signifie quand même que si jamais un jour il apprend la vérité, il risque de pas mal péter un câble. Bref, bâtir tout ton empire sur deux types qui ont toutes les raisons du monde de t’empaler, y a pas besoin de prophétie pour savoir que c’est dangereux. Cela dit, j’aime vraiment bien la réplique du prophète lorsque Lord Conqueror/Hung Ba, à qui on vient d’apprendre « tu seras défait par ceux qui t’ont fait », sort « je ne crois pas au destin » : « tu y croyais quand même vachement jusqu’à il y a une seconde… » (je paraphrase). Mais il a raison, ce prophète bouddhiste, c’est fou ce que le seigneur au pouvoir a l’air de croire au destin quand celui-ci légitime son pouvoir, et semble pressé de le rejeter quand subitement il ne va plus en son sens. Cela dit, je dois dire que j’ai bien apprécié Lord Conqueror/Hung Ba en tant qu’antagoniste, parce que certes les prophéties réalisées car énoncées (self-fulfilling prophecies) ça foisonne un peu partout dans la fiction, mais notre antagoniste a une dimension tragique qui me parle, et culmine dans une scène spectrale à la fin que j’ai beaucoup aimée, lorsque ses propres actes lui reviennent à la figure. Mais oui, il est clair qu’il y avait des failles dans son plan d’avenir à la base.

Mais de si jolies failles :’)
Surtout Frost/Chun Seung, mais lui c’est pas vraiment la faille principale pour le coup, il est juste joli et donc j’avais envie de le citer, bien que le personnage ne soit pas le plus marquant du tas.

[Le vent murmurant dans les nuages] The Storm Riders  風雲雄霸天下
[Le vent murmurant dans les nuages] The Storm Riders  風雲雄霸天下
[Le vent murmurant dans les nuages] The Storm Riders  風雲雄霸天下

C’est vrai que niveau esthétique, il ne saurait rivaliser avec la glorieuse chevelure bleue de Cloud/Ging-wan, mais humainement, je ne pense pas que ce soit faisable de toute façon, et Frost/Chun Seung, il est quand même fort agréable à regarder, et en plus il est sympathique, et on peut pas en dire tout à fait autant des deux autres, aka nos deux failles dans le système. Enfin, surtout Cloud/Ging-wan qui n’est vraiment pas attachant, pour le coup. Il est généralement égoïste, n’a pas l’air d’avoir de problème avec le meurtre d’innocents, et n’a clairement pas retenu la leçon de son père à lui (pas que Wind/Nip Fung ait retenu la sienne, c’est bien le souci… jvous jure, ces gosses, ça n’écoute rien), c’est-à-dire que la bonté est ce qu’il y a de plus invincible au monde. Cela dit, on ne va au moins pas lui retirer que le jeune homme a de la volonté, parce que quand il n’est pas occupé à aller ruminer ses sombres pensées en haut des toits en posant le plus possible, il est capable de tout pour obtenir ce qu’il veut, et ça inclut de s’arracher le bras pour utiliser son propre sang comme une arme. Alors, c’est pas un type que j’aimerais fréquenter, mais respect silencieux, quand même. Et puis, il est autrement plus intéressant que Wind/Nip Fung, qui lui a très bon cœur et est du genre respectueux et charitable, mais aussi assez ennuyeux. C’est bête hein, mais on sent qu’il y a d’un côté le type qui fait tout de travers, et de l’autre celui qui fait tout bien (mais c’est l’idée du film : chacun a besoin de l’autre pour créer un équilibre… c’est tout l’objet de Storm Riders, ça et les cheveux de Cloud/Ging-wan), et le truc c’est que le « tout bien » ne fait pas beaucoup avancer le schmilblick en l’occurrence. Ce sont Cloud/Ging-wan et Lord Conqueror/Hung Ba qui mènent réellement l’histoire, et au milieu Wind/Nip Fung ne prend vraiment une importance capitale qu'à la fin, quand il a enfin un vrai conflit intérieur, qu’on ressent à l’écran. Et là, d’accord, il fait un truc essentiel, et subitement prend un peu d’intérêt, mais pas de pot, c’est la fin. Et puis soyons honnête, il avait juste pas les cheveux assez bleus pour vraiment lutter.

Bon là, l'éclairage fait que, mais...
Bon là, l'éclairage fait que, mais...
Bon là, l'éclairage fait que, mais...

Bon là, l'éclairage fait que, mais...

Et en parlant de couleur ! (DAT TRANSITION = MUCH WOW)

Le film a des drôles de flashs de couleurs de temps en temps, et est un peu… cartoonesque ? Un peu. Les fonds verts sont assez évidents, et les effets spéciaux, encore que pas mauvais dans le contexte, ne sont pas convaincants du tout. Et puis l’action est sympa, mais parfois on a un peu du mal à la démêler. Par exemple, au début, il y a une scène de combat drôlement sympa, et on se dit :

[Le vent murmurant dans les nuages] The Storm Riders  風雲雄霸天下
[Le vent murmurant dans les nuages] The Storm Riders  風雲雄霸天下

Waaah, c'est joli *O*

Non ? En tout cas, c'est ce que je me dis moi, et... eh bien, c’est pas faux, mais c’est aussi monté de façon très agitée, avec plusieurs noirs bizarres au milieu, et au final, on voit pas grand-chose. C’est la scène la plus extrême dans le genre, heureusement, et après ça, on voit quand même mieux. Et le truc c’est que plus le film avance, plus l’échelle des combats est balèze, et moi petit à petit, je suis vraiment rentrée dedans, parce que déjà, des gens qui s’affrontent avec plein de pouvoirs magiques, je trouve ça automatiquement cool, et parce qu’ensuite, d’accord y a plein de trucs qui font faux, mais le souffle épique, il souffle quand même, et honnêtement, ça foisonne aussi juste de visuels dont je n’ai pas l’habitude, et c’est agréable, d’autant que le « réalisme » des effets spéciaux mis de côté, les couleurs sont super belles. Sur twitter, pendant que je regardais le film, je me moquais un peu, parce qu’il y a des moments qui s’y prêtent, mais la vérité, c’est que ça ne fait qu’ajouter à mon affection pour le film, parce qu’en plus d’avoir des types qui s’affrontent dans les airs en se balançant tornades, verglas, torrents et bras arrachés à la figure, ce qui est assez génial, et ben en plus le film est amusant. J'ai rigolé, mais avec affection, parce que le film sait se montrer très attachant. Mon regret, c’est que les personnages ne soient pas tout à fait aussi développés que je les voudrais, mais d’un autre côté, ça va presque avec le film, parce qu’on est dans une dimension de légende, et que quand on raconte une légende, les personnages ont souvent tendance à représenter des concepts. Donc quelque part, même ça, ça fonctionne.

Alors, j’aurais quand même préféré ressentir plus pour les personnages (et puis tant qu’à faire, si le personnage féminin de front avait pu être moins naze, ça n’aurait pas été plus mal), mais le fait est que j’aime bien ce film. Je ne sais pas s’il embarquera tout le monde, mais je me suis beaucoup amusée devant, et maintenant j’ai bien envie de voir la suite. Enfin, revoir la suite. Du coup. Et je jetterais même bien un œil au manhua, parce qu’avant d’écrire cet article, je suis allée me renseigner un peu dessus, et il y a des TAS de personnages, ça a l’air d’être une fresque complètement épique. En attendant, j’aime bien ce film~

[Le vent murmurant dans les nuages] The Storm Riders  風雲雄霸天下
[Le vent murmurant dans les nuages] The Storm Riders  風雲雄霸天下
[Le vent murmurant dans les nuages] The Storm Riders  風雲雄霸天下
[Le vent murmurant dans les nuages] The Storm Riders  風雲雄霸天下
[Le vent murmurant dans les nuages] The Storm Riders  風雲雄霸天下
[Le vent murmurant dans les nuages] The Storm Riders  風雲雄霸天下
Tag(s) : #Cinéma, #Cinéma Asiatique, #Wind & Cloud, #The Storm Riders, #Chine, #Hong Kong, #1990s, #1998, #Andrew Lau, #Manfred Wong, #Chau Ting, #Ma Wing Shing, #Aaron Kwok, #Ekin Cheng, #Sonny Chiba, #Kristy Wang, #Michael Tse, #Fantastique, #Super pouvoirs, #Tragédie, #Historique (ou "historique"), #Adaptation, #Action, #Epique, #Bad-ass

Partager cet article

Repost 0