Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

Diffusé en 2013

Sur NHK

2 épisodes

Réalisé par Nishitani Shinichi

Ecrit par Miyamura Yuko

D’après un roman de Kaido Takeru

 

Avec :

Eita >>> Imanaka Yoshio

Kato Ai >>> Namiki Kozue

Kobayashi Kaoru >>> Sera Masahi

Etc

 

Dontesque ?

Dans une petite ville d’Hokkaido, l’hôpital où travaille Imanaka Yoshio, jeune médecin idéaliste, a bien du mal à survivre, et un médecin, Sera Masahi, y est envoyé pour essayer de redresser la barre. Les deux, cependant, n’ont de cesse de clasher, et les choses ne se font que plus difficiles pour Yoshio, qui peine également à protéger son couple avec Kozue, qui tient un salon de coiffure dans cette même ville.

 

~oOo~

Ce n’était clairement pas le drama que j’étais le plus impatiente de découvrir. C’est un « medical drama », et c’est vrai que ce n’est pas un genre qui m’attire à la base (même si bien entendu, dans le genre, il y a des dramas qui m’ont plu), si bien que j’ai repoussé mon visionnage plusieurs fois. Mais bon, je me disais qu’après tout, ça pourrait quand même me plaire, et qu’il y avait Eita dedans donc… et puis, le synopsis sur Dramawiki laissait entendre qu’il y aurait une romance, et ça me rendait curieuse, parce que (et je ne m'en plains absolument pas, mais du coup j'étais curieuse) c’est finalement assez rare de voir Eita jouer dans une fiction vraiment romantique (dans mon article sur Mahoro Ekimae Tada Benriken, je me demandais pourquoi j’associais autant Eita et Matsuda Ryuhei, et finalement c’est peut-être en partie pour ça : ils font tous deux plus de films que de dramas, et ils sont rarement castés dans des romances… à vrai dire je ne crois pas avoir vu Ryuhei dans une seule !). Par ailleurs, j’étais également un peu attirée par le contexte de l’histoire, avec cette idée que tout se déroule dans une toute petite ville vieillissante qui est sur le point de perdre son hôpital. Cela m’évoquait des dramas tels que Ruri no Shima (une île vieillissante est sur le point de perdre son école, ce qui ne risque pas d’arranger les choses), ou Osozaki no Himawari ( notre personnage principal vient revitaliser une ville de campagne en boostant le tourisme), deux dramas que j’aime tous deux énormément, et que je vous conseille très fortement. Donc, j’avais clairement des à prioris, mais aussi de l’espoir. Alors j’ai tenté. Et je me suis tellement, mais tellement, TELLEMENT ennuyyéééée. Je n’ai fini l’épisode 1 que parce que j’aime Eita, et je n’ai regardé l’épisode 2 que parce que je suis lancée dans ce projet, que je voulais écrire cet article, et que je voulais le faire bien. Sans tout ça, je pense qu’à la moitié de l’épisode 1, j’aurais jeté l’éponge. Et finalement, je voulais écrire l’article comme il faut, mais je ne sais même pas si je vais y arriver, parce que je n’ai pas ressenti de colère, ou de dédain à l’égard de points précis du drama, c’est juste que… je n’en avais rien à battre. Tellement rien à battre.

Dans un effort pour me montrer juste, quand même, je vais faire une petite liste de ce que j’ai apprécié dans ce drama :

1/ De manière générale, Kyohuhoku Rhapsody est agréable à regarder. Les décors sont beaux, ça donne envie d'aller là-bas, et la personne en charge des couleurs et de la lumière a clairement fait du très bon boulot. Il y a plusieurs de moments très lumineux qui respirent la tranquillité et m’ont particulièrement plu, et ça aide à voir ce qu’il y a à aimer dans cette petite ville.

2/ J’aime bien le casting. En général, je veux dire. Honnêtement, dans ce drama, je trouve qu’aucun des acteurs n’est au top de leur performance. Aucun n’est mauvais, mais aucun ne m’a fait me dire « waaah ». Eita est absolument adorable, parce qu’Eita est toujours adorable, mais même lui, lorsqu’il craque et se met à pleurer, ne m’a pas tiré une larme, et pour qu’Eita s’effondre sans me briser le cœur… c’est qu’il y a un souci (le souci étant que je n’en avais, encore une fois, rien à battre des personnages, et oui, ça passe aussi par les performances).

3/ Il y a des idées dans ce drama que j’aime vraiment bien. Je ne trouve pas qu’elles soient exploitées de façon à me donner envie de m’y intéresser, mais à la base, j’aime les idées. Déjà, en tant que personne qui galère à trouver certains médecins dans sa ville (enfin ils sont là, mais ils ont pas de place, parce qu’ils sont pas assez), je comprends un peu la panique générale autour de l’hôpital qui galère et ne peut plus accueillir tout le monde. Bien sûr, chez moi, c’est pas aussi dramatique, mais le thème me parle. Et par ailleurs, j’aime l’idée de suivre un jeune médecin plein de bonne volonté qui doit apprendre que la mort fait partie de son travail, et que parfois, on ne peut rien faire d’autre que tenir la main d’un patient et s’arranger pour qu’il ne souffre pas, parce que les gens vieillissent (et dans ce petit village il y a surtout des personnes âgées) et qu’on ne peut pas « soigner la mort ». Lorsque notre héros explique qu’il aime bosser aux Urgence parce qu’aux Urgences, les gens arrivent avec un problème précis et on essaie de régler le problème, mais que faire des suivis des personnes vieillissantes le fait flipper, je me suis dit qu’il y avait quelque chose à développer là. Mais honnêtement, quitte à regarder une série me parler de la difficulté d’accepter l’inévitabilité de la mort pour un médecin, je préfère revoir Scrubs, parce que Scrubs c’est drôle, c’est touchant, c’est attachant, c'est souvent très juste, c’est super, et vous devriez tous regarder Scrubs (oui, j’avoue, j’avais juste envie de vous recommander Scrubs).

Voilà.

[zZzzzZzzz] Kyokuhoku Rhapsody  極北ラプソディ[zZzzzZzzz] Kyokuhoku Rhapsody  極北ラプソディ[zZzzzZzzz] Kyokuhoku Rhapsody  極北ラプソディ
[zZzzzZzzz] Kyokuhoku Rhapsody  極北ラプソディ[zZzzzZzzz] Kyokuhoku Rhapsody  極北ラプソディ
[zZzzzZzzz] Kyokuhoku Rhapsody  極北ラプソディ[zZzzzZzzz] Kyokuhoku Rhapsody  極北ラプソディ
[zZzzzZzzz] Kyokuhoku Rhapsody  極北ラプソディ[zZzzzZzzz] Kyokuhoku Rhapsody  極北ラプソディ[zZzzzZzzz] Kyokuhoku Rhapsody  極北ラプソディ

Et maintenant vient la grande question : où Kyokuhoku Rhapsody s’est-il planté ? Et c’est une question difficile, parce que j’ai eu du mal à isoler le grand pourquoi. J’ai des regrets vis-à-vis du drama, mais je pense qu’au-delà de tout, il y a aussi un feeling qui n’est pas passé, une connexion qui ne s’est pas faite, et que j’aurais du mal à réellement expliquer. Au lieu de nous pencher sur ce que je ne peux pas vraiment expliquer, néanmoins, parlons un peu de ce que j’ai réussi isoler : mon souci majeur avec ce drama, c’est que tout ce qui devait être protégé par les personnages ne m’a jamais été suffisamment montré, si bien que ce qui semblait leur tenir à cœur, à moi, ne me faisait ni chaud ni froid.

Pour commencer, si le synopsis laissait entendre qu’une romance allait naître entre Yoshio (le personnage d’Eita) et Kozue (Kato Ai), ce n’est finalement pas le cas, puisqu’ils sont en couple dès le début du drama. Ce qui en soi, n’est pas un souci, hein. Le souci c’est qu’on ne voit que quelques petits moments heureux entre eux, mais finalement très peu (un au début, et après ce sont plus des vignettes que de vraies interactions, ça manque de dialogues), or le drama nous demande de nous intéresser à leur devenir, en en faisant un des enjeux principaux du drama. Le devenir de l’hôpital, les choix de Yoshio, et toutes les histoires de famille de Kozue sont autant de choses qui menacent de faire rompre ce couple, et c’est censé être une conséquence à laquelle on s’intéresse, sauf je n'ai pas bien ressenti pourquoi ils sont ensemble. On sait pourquoi : on se doute qu’ils s’aiment, et oui, on les a vus partager un bon moment ou deux, mais on ne nous donne jamais un véritable aperçu de ce qu’il y a à perdre, si bien que c’est assez difficile de s’intéresser et prendre à cœur l’avenir de ce couple. Et c’est con, parce que c’est vraiment exploité à fond par le drama : l’épisode 1 s’ouvre et se termine sur eux, et l’épisode 2 conclue le drama sur eux également, donc c’est bien que ce couple est un des enjeux majeurs du drama. Qui ne prend jamais. Ce qui rend rapidement toutes les larmes autour de ça plutôt relou, d’autant que le drama balance les affaires de famille de Kozue par-dessus le tout pour ajouter des obstacles et : était-ce bien nécessaire ? Kyohuhoku Rhapsody est un drama qui, à mon sens, manque cruellement de moments plus légers, de moments où on puisse sourire un peu. Je comprends que les personnages traversent une mauvaise passe, et qu’il y a plein de dilemme qui s’offrent à eux, mais la série s’étend sur un an, et plus de moments un peu plus légers n’auraient pas fait de mal, car là j’ai un peu eu le sentiment que Kyokuhoku Rhapsody était monotone, et cherchait à me marteler ses thèmes dans la face. Et puis, encore une fois, ces affaires de famille alourdissent un ensemble qui n’avait vraiment pas besoin d’être plus lourde. La volonté de développer le personnage féminin principal est louable, mais il y avait des tas de façons de faire ça sans inutilement compliquer l’intrigue. Notamment, on nous dit que Kozue est quelqu’un de très appréciée par la communauté, créant des lien avec les clients de son atelier de coiffure, et je pense que le drama aurait grandement bénéficier de nous montrer plus de cette partie-là de sa vie : ça aurait permis de la développer elle, ça aurait peut-être permis aussi de parler de son couple avec Yoshio tant qu’à faire (vu qu’il est tombé amoureux d’elle pour sa façon de travailler), et en plus ça aurait aussi peut-être permis d’apprendre à connaître un peu mieux la communauté du village.

Parce que ça aussi, c’est un vrai manque, à mes yeux. Je vous citais Osozaki no himawari et Ruri no Shima en introduction, et ces deux dramas avaient pour point commun d’arriver à vraiment nous parler de la communauté à secourir, de comment elle fonctionne, de pourquoi il fallait la préserver, jusqu’à nous donner nous aussi envie de la voir protégée. Dans Kyokuhoku Rhapsody, on manque cruellement de ça. On ne voit pas grand-chose du village, sinon l’hôpital et le salon de coiffure, et on croise bien quelques personnages, mais aucun n’a droit  une vraie identité, sinon les personnages touchant à l’histoire vraiment personnelle de Kozue et Yoshio (oh, et aussi un type à qui le directeur refuse d’être examiné, mais on ne connait pas beaucoup le personnage non plus, il est évident qu’il est là juste pour faire un déclic à un moment donné, et honnêtement, je ne sais pas si ça venait de l’interprétation, mais il m’a agacée). Alors, je comprends que comme le drama n’a que deux heures pour nous développer son histoire, il veuille se concentrer sur ses personnages principaux, mais la protection de l’hôpital afin de protéger la communauté est au cœur de tout le drama, et on n’apprend jamais à connaître la communauté, si bien que je n’en avais rien à faire des patients, et donc rien à faire du devenir de l’hôpital, ce qui la fout quand même plutôt mal. Je comprends qu’il fallait sacrifier quelque chose, mais je ne pense vraiment pas que ç’ait été le bon choix. Vraiment, si je devais identifier les soucis du drama qui ont fait que je n’ai pas réussi à rentrer dedans et m’intéresser à ce qui se passait, ce serait ça : je ne voyais pas assez ce qu’il y avait à protéger si bien que deux grands enjeux de la série me sont passés par-dessus la tête, et le drama m’a semblé trop sermonneur. Encore que « sermonneur » c’est peut-être pas le mot, mais mettons que si je devais représenter le drama sous forme de personnage, il aurait le poing levé au ciel, et les larmes inspirationnelles (on va dire que c’est un mot) aux yeux tout le temps.

Bref, voilà, j’ai pas aimé Kyokuhoku Rhapsody, comme vous pouvez le constater. On ne sait jamais, peut-être que vous, vous aurez le déclic, mais personnellement, j’aurais tendance à vous déconseiller le drama. Il n’est pas terriblement mauvais, il n’est pas insultant ou quoi que ce soit, mais je l’ai trouvé très plat, et très fade, et honnêtement, c’est limite pire. Allez donc plutôt regarder Osozaki no Himawari et Ruri no shima, vous y gagnerez :D Même que j’ai des articles pour vous convaincre, ici : http://www.milady-s-stuff.fr/2015/02/i-love-shimanto-too-osozaki-no-himawari.html et là : http://www.milady-s-stuff.fr/2014/04/un-autre-genre-d-ile-paradisiaque-ruri-no-shima.html :D La vie n’est-elle pas bien faite, décidément ? (bon y a Eita dans aucun des deux, okay, mais Eita a joué dans plein de trucs, donc regardez donc Soredemo Ikite Yuku si vous voulez une touche de romance, Eita, un petit village, et des larmes… en plus Soredemo Ikite Yuku c’est génial… oui, je me sers de cet article pour faire la pub de tous les trucs que j’aime mieux de Kyokuhoku Rhapsody, et de mes propres articles, dont celui sur Soredemo Ikite Yuku qui est ici : http://www.milady-s-stuff.fr/2014/08/juste-regardez-le-soredemo-ikite-yuku.html Eh, je me suis tapée deux heures de ce drama, il faut bien que j’en tire quelque chose, hein !)

[zZzzzZzzz] Kyokuhoku Rhapsody  極北ラプソディ[zZzzzZzzz] Kyokuhoku Rhapsody  極北ラプソディ[zZzzzZzzz] Kyokuhoku Rhapsody  極北ラプソディ
[zZzzzZzzz] Kyokuhoku Rhapsody  極北ラプソディ[zZzzzZzzz] Kyokuhoku Rhapsody  極北ラプソディ
[zZzzzZzzz] Kyokuhoku Rhapsody  極北ラプソディ[zZzzzZzzz] Kyokuhoku Rhapsody  極北ラプソディ
[zZzzzZzzz] Kyokuhoku Rhapsody  極北ラプソディ[zZzzzZzzz] Kyokuhoku Rhapsody  極北ラプソディ[zZzzzZzzz] Kyokuhoku Rhapsody  極北ラプソディ
Tag(s) : #TV, #Dramas - séries et animes, #Drama, #Japon, #Kyokuhoku Rhapsody, #2010s, #2013, #NHK, #< 5 épisodes, #Nishitani Shinichi, #Miyamura Yuko, #Kaido Takeru, #Adaptation, #Eita, #Kato Ai, #Kobayashi Kaoru, #Tranche de vie, #Médical, #Romance

Partager cet article

Repost 0