Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

Diffusé en 2016

Sur Fuji TV

10 épisodes

Réalisé par Nishitani Hiroshi & Hirano Shin

Ecrit par Kuramitsu Yasuko

 

 

Avec :

Fujiwara Sakura >>> Sano Sakura

Fukuyama Masaharu >>> Kamishiro Kohei

Suda Masaki >>> Amano Soraichi

Kaho >>> Nakamura Mami

Mizuno Miki >>> Shishido Natsuki

 

 

Dontesque ?

Sakura a bégayé toute sa vie et ça s’est transformé en véritable handicap social. Lorsque son supérieur, exaspéré de la voir aussi peu communicative, l’envoie consulter le psychologue chargé de leur entreprise, elle entend pour la première fois parler de la thérapie par la musique, et va découvrir que lorsqu’elle chante, elle arrive à s’exprimer sans bégayer.

 

~oOo~

J’ai regardé ce drama par erreur.

A la base, je voulais regarder Love Story, mais je me suis plantée, et à la place j’ai commencé Love Song, et ai été drôlement surprise dès le début, parce que je m’attendais à ce que le drama ait l’air un peu vieilli, et tout semblait super moderne (tu m’étonnes, le drama date de l’année dernière)… J’aurais pu arrêter et aller regarder le drama que je voulais effectivement voir, mais l’épisode 1 de Love Song me plaisait, et arrivée à sa fin, il y avait trop de choses qui me parlaient pour que je ne continue pas : le fait que le drama ait un angle musical, le fait qu’il utilise la chanson 500 miles que j’aime beaucoup (même si j’admets qu’au bout d’un moment j’en ai eu marre de l’entendre, car elle est pas mal répétée et qu’à la base c’est une chanson répétitive), l’héroine qui me plaisait énormément, l’ambiance douce-amère… à la fin de l’épisode 1, j’étais toute émue, les larmes aux yeux mais pas de tristesse, et bref, j’étais carrément conquise par Love Song, donc. Au fil de l’article, vous réaliserez que malheureusement, je n’ai pas été aussi convaincue par le reste du drama, mais à l’épisode 1, j’étais persuadée de tenir là un nouveau petit coup de cœur, et il n’était donc bien entendu pas question de changer de drama à ce stade.

Il y a une douceur à Love Song qui m’a particulièrement enthousiasmée. J’aime ce qu’il a de tranquille et d’intime, et oui, j’aime aussi la musique de la série. J’ai un faible pour tout ce qui est série/film musical, et je trouve que Fujiwara Sakura, l’actrice principale (qui est également chanteuse) a une très jolie voix. Pour être honnête, je ne pense pas que je pourrais écouter un album entier de ses chansons si elles étaient toutes comme celles du drama, car je finis par me lasser des ballades chantées avec ce genre de voix un peu « soufflée » (féminines, en tout cas), mais n’empêche qu’elle a une très jolie voix, et que la plupart des scènes où elle chantait ont provoqué une émotion chez moi, que ce soit parce que ça représentait une victoire pour le personnage, parce que le moment était adorable ou parce qu’il me brisait le cœur. Le drama arrivait à donner du sens à ses chansons, et j’ai apprécié la chose, ma chanson favorite, à ce niveau-là, étant Soup of Love. Le titre me fait un peu rigoler dans ma barbe fictive, mais au-delà du fait que la mélodie est jolie, j’en aime également beaucoup le sens, car j’ai passé tout le drama à être certaine qu’elle parlait de l’OTP, et s’adressait au lead masculin (pas spécialement parce que le drama en donne l’indication, c’est juste un réflexe becoz Dramaland)… et en fait non. Et la vraie signification de la chanson, que je ne vous spoile pas (pas que ce soit un gros retournement ou quoi que ce soit, mais vu que c’est sympa, je vous laisse la surprise), m’a énormément plu. J’étais d’autant plus contente qu’elle ne soit pas à propos de l’OTP, à vrai dire, que j’ai réalisé en cours de drama… que… l’OTP… j’en avais rien à battre... en fait. Mais alors, vraiment rien du tout.

Ce qui ne signifie pas que j’étais indifférente aux deux personnages concernés ! Non, non, eux ils m’intéressaient. Enfin, surtout elle, c’est-à-dire, mais va, le sensei aussi était bien brave. J’ai surtout aimé sa volonté évidente d’aider. On sent qu’il veut sincèrement soutenir l’héroïne, l’aider à surmonter ses complexes, il se montre gentil avec elle, et puis j’aime bien l’acteur auquel je trouve beaucoup de douceur, et le crush de Sakura sur lui était non seulement tout choupi, mais également compréhensible, justement parce qu’il se montrait tellement gentil avec elle, et finissait toujours par être là pour l’épauler.  Le personnage est sympathique, donc, mais je n’ai pas réussi à m’intéresser à ses histoires d’amour perdu et culpabilité par contre. Je me demande pourquoi, ça ne m’intéressait juste pas, je trouvais ça presque un peu gros, comme si c’était là juste parce qu’il fallait bien lui donner un passé douloureux pour en faire un personnage dramatesque complet. J’ai du mal à expliquer pourquoi ça m’a fait cet effet-là, mais en conséquence, tout ce qui touchait à ça, que ce soit les retombées sur le personnage de Kohei ou sur sa relation avec Sakura, m’a laissée de marbre. Quant à la romance… j’ai toujours eu le sentiment que Sakura avait un béguin à sens unique, en fait, et que Kohei la regardait avec amitié et affection, certes, mais pas le même genre de sentiments. J’imagine aussi que la grande différence d’âge n’a pas aidée, parce que ça renforçait l’impression, déjà présente (parce qu'au début au moins, c'est effectivement comme ça qu'il la voit) qu’il la considérait plus comme une « mignonne petite sœur », à défaut de trouver un meilleur terme pour l’exprimer. Donc non, je n’ai pas senti la romance entre ces deux-là, et n’ai pas pu m’impliquer dans cette partie de l’histoire, d’autant que je trouvais qu’elle poussait les personnages secondaires à se comporter de façon très désagréable, ce qui n'arrangeait pas les choses. A cause de ça, il y a eu un gros, gros ralentissement dans le drama pour moi, qui a duré en gros de l’épisode 6 à la fin. Parce que dans ces épisodes le drama se lance à fond dans le triangle amoureux, les quiproquos à la con avec un personnage de chanteuse balancé subitement, l’histoire de la copine morte qui créé des tensions dans l’ « OTP », etc, bref tous les trucs qui ne m’intéressaient pas, et les quatre derniers épisodes ont été parfois difficiles à regarder parce que j’en avais un peu marre.

[A 500 lieues de chez soi] Love Song  ラヴソング[A 500 lieues de chez soi] Love Song  ラヴソング
[A 500 lieues de chez soi] Love Song  ラヴソング[A 500 lieues de chez soi] Love Song  ラヴソング
[A 500 lieues de chez soi] Love Song  ラヴソング[A 500 lieues de chez soi] Love Song  ラヴソング[A 500 lieues de chez soi] Love Song  ラヴソング
[A 500 lieues de chez soi] Love Song  ラヴソング[A 500 lieues de chez soi] Love Song  ラヴソング

Cela dit, j’ai aimé la fin, au moins. Elle est assez abrupte, elle arrive après des retournements vraiment relous ([spoiler] cancer et ellipse temporelle où l’héroïne s’est éloignée de tout le monde compris :D [/spoiler]) et elle ne manquera pas de frustrer certaines personnes, mais pour ma part, si j’aurais aimé que l’exécution soit meilleure, notamment niveau rythme, j’ai apprécié le contenu, on va dire. [spoiler] En fait j’ai surtout aimé que le drama ne nous donne pas de conclusion romantique. Enfin, en premier, j’ai aimé, comme je le disais, que la chanson Soup of Love ne soit pas destinée à Kohei, mais à Mami, la meilleure amie, la famille de Sakura. Et j’ai aimé aussi que le morceau écrit par Kohei pour son ex décédée à la base, devienne ensuite une chanson entre Kohei et Sakura, puis enfin une chanson que Sakura chante pour Soraichi… peut-être. Parce qu’à vrai dire on ne sait pas trop. Le drama semble sous-entendre que Sakura et son meilleur ami Soraichi ont entamé une relation amoureuse, mais ce n’est qu’un sous-entendu, une possibilité, le drama ne tranche pas. Dans cette série qui s’appelle Love Song, on a donc une chanson destinée à la famille de Sakura, et une autre qui change de destinataire et de « propriétaire » avec le temps, Love Song ne se concluant donc pas simplement en romance, mais sur un encouragement à chérir les gens autour de nous, qu’ils soient de passage où qu’ils nous accompagnent toute la vie. [/spoiler] Mais c’est vrai, ce qui menait à cette fin était très peu inspiré, et  longuet, et Love Song est un drama dont je n’ai pas trop aimé le milieu, mais plutôt les dernières minutes (pour le sens qu’elles donnaient à la série) et le début, en particulier les trois premiers épisodes, parce que c’étaient ceux qui se penchaient le plus sur Sakura, ses difficultés à s’accepter, s’aimer, et surmonter son handicap… et ça, ça m’intéressait.

J’ai aimé Sakura à l’instant où je l’ai vue, et c’est pour ça que pour moi, le drama a en gros atteint son pic émotionnel à l’épisode 3, lors de son premier concert live. Je ne sais pas si l’actrice a bien su rendre le bégaiement du personnage, ou si c’était naturel : moi ça m’a semblé bien, ça ressemblait en gros à la façon dont j’ai entendu bégayer les gens autour de moi, mais je me dis que c’est différent quand on connait le langage, donc je ne peux pas très bien juger de cet aspect-là de la performance. Au niveau du reste cela dit, j’ai eu un vrai coup de cœur pour cette actrice, qui m'est allée droit au coeur (le fait que j'aie aimé ce drama = 80% elle) et vu que c’est son tout premier rôle, j’ai vraiment hâte de voir le prochain ! Et que son bégaiement ait été naturel ou pas, j’ai trouvé qu’en revanche les difficultés qu’il lui posait étaient bien rendues (parce que j’ai notamment un membre de famille qui a connu les mêmes difficultés, donc c’était familier, on va dire), dans la façon dont elle ne parle quasiment pas (pour tout vous dire, vu que je ne savais rien du drama, j’ai cru au début qu’elle était muette) et où ça affecte sa vie sociale, sa vie professionnelle. C’était émouvant de la voir essayer si dur de communiquer, et déchirant de la voir se sentir si incapable lorsqu’elle est obligée d’éviter les mots qu’elle veut dire parce qu’elle n’arrive pas à les prononcer bien, ou lorsqu’un coup de téléphone qui prendrait deux secondes à n’importe qui est une véritable montagne pour elle, qu’il s’agisse de réserver une table à un restaurant ou d’appeler une ambulance. On ressent vraiment à quel point tout ça la fait souffrir, et j’ai eu le cœur brisé à plusieurs reprises. Le personnage est par ailleurs sympathique, parce qu’il a du charisme. Ce n'est pas comme si elle nous était juste présentée comme quelqu'un qu'on est censé plaindre: Sakura a du mal à s’exprimer tout haut, mais ça ne veut certainement pas dire qu’elle n’a rien à dire, et elle a beaucoup de personnalité, ainsi qu’une très forte volonté. Elle a de l'humour, du répondant avec les gens en qui elle a confiance, et je l’ai soutenue tout le long. Lorsqu’elle arrive enfin à chanter (dans l’épisode 1) la chanson favorite de sa mère décédée et en est toute chamboulée, je la connaissais depuis une heure que je pleurais déjà de joie et d’émotion avec elle. Elle a vraiment été tout le cœur du drama pour moi. Enfin… elle, et ses deux meilleurs amis.

Love Song ne parle pas que d’amour romantique, mais aussi (et surtout, à vrai dire) de l’amour qu’on porte à ses proches, à sa famille, celle qu’on forme pour soi-même. Notre héro à ses amis du bar qui faisaient partie de son groupe, et Sakura a Mami et Soraichi. A cause de circonstances différentes, ils sont tous trois orphelins, et il est évident que ça a eu de grosses conséquences sur eux : Mami ne sait pas si elle pourra jamais être mère, ayant peur de ne pas arriver à aimer son enfant, tandis que Soraichi est possessif, a peur de laisser s’éloigner les autres, et n’arrête pas de faire des conneries à cause de ça. Mais s’ils ont tous trois des cicatrices héritées de la façon dont ils ont grandi, il y a également un amour entre eux qui fait que je ne pourrais pas les qualifier, et qu’eux-mêmes ne se qualifieraient certainement pas de « sans famille », et ça aussi, c’était un aspect du drama qui me plaisait, et c’est ce qui m’a fait avancer dans les épisodes les plus lents. Je veux dire, il faut voir la façon dont ils regardent Sakura lorsqu’ils l’entendent enfin chanter

[A 500 lieues de chez soi] Love Song  ラヴソング[A 500 lieues de chez soi] Love Song  ラヴソング[A 500 lieues de chez soi] Love Song  ラヴソング

Le déchirement lorsque Mami (en flash-back) part pour Tokyo en premier, avec une Sakura qui court après le train, et un Soraichi qui essaie à moitié de monter dedans en pleurant.

L’amour entre ces trois-là fait chaud au cœur, et lorsque Mami et Sakura se disent qu’elles s’aiment, ça valait bien toutes les chansons d’amour. Donc oui, j’ai suivi ces trois-là à travers les épisodes relous. Cela dit, Soraichi est certainement le personnage qui m’a le plus baladée émotionnellement… parce que mes sentiments à son égard n’arrêtaient pas de varier. Dans un sens, sa possessivité et sa peur panique de voir s’éloigner les gens qu’il aime le faisaient vraiment faire n’importe quoi (il cachait des choses à Sakura pour la garder auprès de lui, se montrait plus qu’abrupt avec elle, essayait clairement de la contrôler, et au début je crois même qu’il n’était pas ravi de la voir travailler sur son bégaiement, de peur de la voir trop s’aventurer dans le monde, et s’éloigner du sien), sans compter qu’en général il est drôlement nerveux, du genre à s’énerver, crier et taper tout de suite,... donc y a des passages où je l'ai à peine supporté. Mais au fil de la série, on le voit progresser, s’en vouloir à mort, reconnaître qu’il doit grandir, y travailler très dur, et vraiment essayer de soutenir Sakura, avec qui il a une dynamique amicale très agréable lorsque tout va bien entre eux… Les deux seules constantes vis-à-vis de son personnage étaient que 1/ j’adorais son look (dans le sens où il a zéro style la moitié du temps, et je sais pas pourquoi, mais ça me plaisait bizarrement) et 2/ je détestais les sous-titres de ses répliques parce que Soraichi parle de façon très « incorrecte » et apparemment les traducteurs avaient décidé de rendre la chose en rendant tout ce qu’il disait aussi illisible que possible (urgh… je veux bien qu’on rende le ton, mais…). Mais sinon, j’ai été profondément énervée par le personnage par moments, et profondément touchée à d’autres, le tout souvent dans le même épisode. Toujours est-il que Sakura, ses efforts pour surmonter ses difficultés et s’épanouir, Mami et Soraichi ont été le cœur du drama, et un cœur qui m’a beaucoup émue, si bien que quand le drama se concentrait dessus, tout allait bien, et quand le drama s’en éloignait (et devenait peu inspiré côté écriture, sérieusement), je m’ennuyais.

J’ai, en vérité, beaucoup d’affection pour Love Song. Ca n’a pas été entièrement le coup de cœur espéré, mais ça l’a malgré tout été en partie, car si j’ai hésité à faire « avance rapide » sur certains passages, ce qui m’a touchée m’a *beaucoup*  touchée, et ce n’était pas « intellectuel », j’ai juste vraiment senti que les personnages se branchaient quelque part sur mon cœur, j’ai pas beaucoup analysé, et je me suis laissée porter par l’émotion. Love Song me parait donc inégal, et je ne sais pas si je le recommanderais nécessairement, parce que je n'exclue pas la possibilité d'avoir été aveuglée par mon insta-love sur Fujiwara Sakura, mais je ne regrette pas mon erreur de base.

[A 500 lieues de chez soi] Love Song  ラヴソング[A 500 lieues de chez soi] Love Song  ラヴソング
[A 500 lieues de chez soi] Love Song  ラヴソング[A 500 lieues de chez soi] Love Song  ラヴソング[A 500 lieues de chez soi] Love Song  ラヴソング
[A 500 lieues de chez soi] Love Song  ラヴソング[A 500 lieues de chez soi] Love Song  ラヴソング
[A 500 lieues de chez soi] Love Song  ラヴソング[A 500 lieues de chez soi] Love Song  ラヴソング[A 500 lieues de chez soi] Love Song  ラヴソング
Tag(s) : #TV, #Dramas - séries et animes, #Drama, #Japon, #Love Song, #2010s, #2016, #Fuji TV, #~10 épisodes, #Nihitani Hiroshi, #Hirano Shin, #Kuramitsu Yasuko, #Fujiwara Sakura, #Fukuyama Masaharu, #Suda Masaki, #Kaho, #Mizuno Miki, #Amitié, #Musical, #Romance, #Age difference, #Famille, #Female crush, #Sismance

Partager cet article

Repost 0