Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

 

Diffusé en 2013

Sur TV Tokyo

12 épisodes

Réalisé par One Hitoshi

Ecrit par One Hitoshi, Kurozumi Hikari & Kuroki Hisakatsu

D’après le livre de Miura Shion

 

Avec :

Eita >>> Tada Keisuke

Matsuda Ryuhei >>> Gyoten Haruhiko

Et d’autres gens

 

Dontesque ?

Dans Mahoro, quartier fictif de Tokyo, Tada et Gyoten vont de personne en personne afin d’effectuer les diverses tâches qu’on leur confie.

 

 

Love.png

Bien bien bien.

Etant donné que je vous ai reparlé du film, que j’avais revu pour revoir le drama (qui, au passage, a une affiche particulièrement belle, vous ne trouvez pas ?) et en causer… ben… va falloir causer du drama. Mais ce n’est pas une tâche simple. J’avais regardé cette série l’année de sa sortie, et la raison pour laquelle je n’avais rien écrit dessus à ce moment-là était tout simplement que je n’y arrivais pas, et savais que si je voulais avoir une chance d’en parler vraiment, il me faudrait le revoir. Parce que ça avait été un coup de cœur énorme, et que je trouve toujours ça super dur de parler d’un coup de cœur, déjà parce que ça a quelque chose d’un peu personnel, mais aussi parce que j’ai toujours peur de ne pas lui rendre justice, d’oublier quelque chose, et aussi parce qu’autant quand je n’aime pas quelque chose, je sais généralement pourquoi, je sais (la plupart du temps) précisément ce qui m’a déplu ou énervée, autant avec les coups de cœur, c’est parfois un peu plus vague, parce que justement, ils parlent à mon cœur, et pas forcément à mon esprit, à qui revient la partie « analyse ». Donc c’est galère. Mais je ne suis rien sinon altruiste, et je m’en voudrais de ne pas essayer de vous pousser à regarder cette série (si ce n’est déjà fait) donc je me suis replongée dedans, et vous n’imaginez pas ma joie en entendant à nouveau la chanson d’opening, et chantant « HAPPY JA NAAAI, LUCKY JA NAAAAI »~ Alors causons.

Pour commencer, je précise que je n’ai pas l’intention de spoiler le film (article : ici), mais qu’il est à voir avant de voir la série. Les personnages ne font pas beaucoup référence à ce qui s’y passe, ce qui me permet d’écrire mon article sans le spoiler, mais leur backstory est dedans, et elle explique qui ils sont. Mahoro est une série qui parle beaucoup de passé, et de gérer ce passé, or celui des personnages est dans le film, donc… je pense qu’il faut vraiment le voir pour profiter du drama. Et de toute façon, c’est un bon film, alors pourquoi vous priver, hein ! D’autant que si vous êtes le public susceptible d’aimer Mahoro Ekimae Bangaichi (le drama, donc), vous êtes sans doute celui susceptible d’aimer Mahoro Ekimae Tada Benriken (le film), vu que les deux ont quand même quelques trucs en commun… un peu… (c’te choc). La série, néanmoins, est peut-être légèrement plus drôle. C’est-à-dire que le film vise à réunir les personnages principaux et à les faire affronter leur passé, donc forcément, maintenant qu’ils ne sont plus seuls, ça va un peu mieux, et oui, le drama, tout en conservant ce que Benriken avait de doux-amer, tranquille et mélancolique, est un peu plus léger, un peu plus coloré aussi, tandis que nos deux personnages évoluent dans un monde qui semble à la fois proche et lointain de la réalité.

[♥♥♥♥♥♥♥] Mahoro Ekimae Bangaichi  まほろ駅前番外地[♥♥♥♥♥♥♥] Mahoro Ekimae Bangaichi  まほろ駅前番外地
[♥♥♥♥♥♥♥] Mahoro Ekimae Bangaichi  まほろ駅前番外地[♥♥♥♥♥♥♥] Mahoro Ekimae Bangaichi  まほろ駅前番外地[♥♥♥♥♥♥♥] Mahoro Ekimae Bangaichi  まほろ駅前番外地
[♥♥♥♥♥♥♥] Mahoro Ekimae Bangaichi  まほろ駅前番外地[♥♥♥♥♥♥♥] Mahoro Ekimae Bangaichi  まほろ駅前番外地
[♥♥♥♥♥♥♥] Mahoro Ekimae Bangaichi  まほろ駅前番外地[♥♥♥♥♥♥♥] Mahoro Ekimae Bangaichi  まほろ駅前番外地[♥♥♥♥♥♥♥] Mahoro Ekimae Bangaichi  まほろ駅前番外地

C’est-à-dire que la série est tournée de façon à donner un sentiment de réel : on entend parfois un bruit d’avion couvrir une conversation, le drama se retient sur la censure, on a une grande scène de baston dans l’épisode 12 et elle est à la fois brutale, ridicule (vu qu’il n’y a aucune raison pour que les personnages soient des oufs de la bagarre), et absolument pas spectaculaire, et (ma touche favorite) l’écran du téléphone portable de Tada est complètement pété, mais il continue de s’en servir, parce que le téléphone marche et qu’il a pas la thune d’en acheter un autre (et de même, ni lui ni Gyoten n’ont une garde robe de ouf, et ils vivent pas dans un super appart). Les personnages ne vivent pas dans un monde différent du nôtre, en gros. Et à la fois, la série a une ambiance un peu décalée, parce que les personnages eux-mêmes vivent en décalé de la société, et qui plus est dans un quartier fictif qui, on nous le disait déjà dans le film, a un peu le cul entre deux chaises : la météo ne sait jamais quel temps il va faire, ils ne sont pas vraiment à la ville mais pas vraiment à la campagne, ils sont à Tokyo mais ont toujours un an de retard sur Tokyo… Mahoro est une petite bulle, mais une bulle dans le monde réel quand même. Et je pense aussi que l’impression flottante est forcément renforcée par le doux-amer précédemment cité, la façon dont Gyoten en particulier perçoit et souligne l’absurdité de certaines situations, et à la fois la mélancolie qui va avec tout ça, dans un drama qui, comme je vous le disais, parle beaucoup de passé. Pas uniquement, mais Gyoten et Tada sont plus d’une fois engagés pour ranger et classer des affaires avant un grand changement, ou après un décès ; l’épisode 1 est consacré à un catcheur qui court après ses jours de gloire passés ; l’épisode 2 est dédié à la recherche d’une actrice d’une vieille VHS de karaoke et parle également de jeunesse et gloire passées ; etc.

Et le drama a également un parfum d’errance pour la bonne raison qu’il n’a pas vraiment de fil rouge. Ça ne veut pas dire que les personnages n’évoluent pas un peu, mais finalement, tout ce qui peut être considéré comme un fil rouge dans le drama est qu’à un moment donné les personnages savent qu’il va falloir qu’ils déménagent, et qu’ils doivent donc réfléchir à ce qu’ils vont faire après. Il n’y a pas de grand mystère, ou d’autre souci précis à résoudre, si bien que le drama peut sembler sans direction. De même, il n’a pas vraiment de schéma établi pour chaque épisode (qui durent chacun moins d’une demi-heure), au-delà de « on confie une tâche à Tada et Gyoten… ils l’accomplissent ». Et on peut leur demander à peu près n’importe quoi : ça va de cacher une lycéenne en fuite, à nettoyer un appartement en passant par se débarrasser d’une statue obscène, ou piéger un stalker. Parfois il y a un peu des péripéties qui font bouger les personnages, mais on a aussi droit à l’épisode 7 où, essentiellement, les personnages passent vingt minutes dans leur appartement, sur leur sofa, à discuter avec divers gens…  Alors, il y a des épisodes que j’adore moins que d’autres, mais je les aime quand même (mes sentiments vis-à-vis de ce drama vont de l’amour à l’adoration, oui), parce que je trouve assez remarquable la façon dont Bangaichi est capable de donner un aperçu d’une vie en l’espace de si peu de minutes, et semble raconter une histoire entière alors qu’il ne nous en montre qu’un fragment. Simplement, le drama ne joue pas sur un seul ton, et je pense que c’est pour ça que ça marche : il ne se montre jamais juste triste, ou juste drôle, il est généralement à la fois drôle et triste en même temps, mais aussi étrange, et beau, et un peu absurde. Si bien que même si on a droit qu’à un fragment de la vie des personnages de passage, émotionnellement, on a droit à quelque chose de très étendu qui fait que chaque personnage semble riche, même quand on ne le rencontre que quelques minutes. Et ça aide aussi que les personnages ne semblent jamais « mis au service » de Tada et Gyoten. Bien que le duo Tada/Gyoten soit le duo principal, on n’a jamais le sentiment que les gens qu’ils aident s’invitent dans leur vie, mais bien que Tada et Gyoten s’invitent dans la vie de ces gens. En partie, c’est justement parce qu’on sent que la vie de ces gens est riche d’émotions et de choses au-delà de ce qu’on nous montre, mais en partie, c’est dû à l’absence de fil rouge, aussi.

[♥♥♥♥♥♥♥] Mahoro Ekimae Bangaichi  まほろ駅前番外地[♥♥♥♥♥♥♥] Mahoro Ekimae Bangaichi  まほろ駅前番外地
[♥♥♥♥♥♥♥] Mahoro Ekimae Bangaichi  まほろ駅前番外地[♥♥♥♥♥♥♥] Mahoro Ekimae Bangaichi  まほろ駅前番外地[♥♥♥♥♥♥♥] Mahoro Ekimae Bangaichi  まほろ駅前番外地
[♥♥♥♥♥♥♥] Mahoro Ekimae Bangaichi  まほろ駅前番外地[♥♥♥♥♥♥♥] Mahoro Ekimae Bangaichi  まほろ駅前番外地
[♥♥♥♥♥♥♥] Mahoro Ekimae Bangaichi  まほろ駅前番外地[♥♥♥♥♥♥♥] Mahoro Ekimae Bangaichi  まほろ駅前番外地[♥♥♥♥♥♥♥] Mahoro Ekimae Bangaichi  まほろ駅前番外地

Il n’y a pas si longtemps, je vous parlais d’Omukae Death. Et je vous disais qu’un de mes soucis avec le drama était que les personnages secondaires semblaient insérés dans le fil rouge du duo principal, si bien qu’ils étaient dépossédés de leurs histoires, qui étaient mises au service de celle des leads (qui incluait un triangle amoureux, une envie d’évoluer, différents problèmes personnels, et un fantôme caché) , et qui me touchaient moins, parce que je voyais moins des gens que des étapes scénaristiques parmi d’autres. Bangaichi est complètement différent. La backstory des personnages principaux nous a été donnée dans le film, donc ça, déjà, c’est fait, et ensuite, il n’y a, encore une fois, pas de vrai fil rouge. On n’a pas de grande question à résoudre, pas de grand mystère, et donc si le duo principal évolue, parce qu’ils sont des personnes avançant dans la vie, il n’y a pas de grand scénario pour écraser les personnages ponctuels. Ils ne peuvent pas être juste des étapes scénaristiques, parce qu’il n’y a pas vraiment de destination, en quelque sorte. On a donc bien des gens en face de nous, et là, autant vous dire que l’émotion n’a pas eu de mal à passer, le drama semblant avoir en plus de l’affection pour tous ces personnages. Ou plutôt : il ne les juge pas. Je trouve d’ailleurs que l’opening est très représentatif de la façon dont Bangaichi traite ses personnages. Dans l’opening, on voit Tada et Gyoten marcher dans la ville (pour aller on ne sait trop où… encore une fois : pas de destination précise, errance, tout ça) et croiser des gens. Sauf qu’à part eux, tout le monde semble remonter le temps, ils font leurs actions à l’envers, alors que Tada et Gyoten marchent en avant.

Donc on peut se dire que Tada et Gyoten sont à contre-courant, mais en fait, Tada et Gyoten ne marchent pas de façon naturelle non plus. Les gens autour n’agissent pas de façon « normale », mais nos héros non plus. Personne ne bouge comme il faut. Mais alors, si personne ne bouge « comme il faut », alors personne ne bouge « pas comme il faut » non plus. Tout le monde est à contre-courant, mais personne n’a le bon courant, donc personne n’a le mauvais. Alors, il y a *un* moment dans la série où j’aurais vraiment aimé qu’un personnage soit jugé plus durement à l’intérieur du drama (par les personnages, je veux dire), mais sinon, j’aime la position de Bangaichi qui est de nous montrer tous ces êtres humains et de nous laisser ressentir ce qu’on veut pour eux. Ce qui ne signifie pas, bien entendu, que Tada et Gyoten, eux, ne peuvent pas avoir leur propre avis, mais on n’est pas obligés de le partager, et le drama va chercher à la fois ce qu’il y a de pathétique, de ridicule et de beau dans les gens. L’épisode 2, notamment, en est un bon exemple, avec l’ancienne actrice qui a vu sa jeunesse se flétrir, ses meilleurs jours lui filer entre les doigts, est tombée dans certaines addictions, et a peur de rencontrer son fan, craignant de le décevoir. Mais à la fois, il y a quand même une chose qu’elle a le sentiment d’avoir réussi (je vous spoile pas quoi), et « Vous avez réussi », lui dit Gyoten, en lui tenant une cigarette.

[♥♥♥♥♥♥♥] Mahoro Ekimae Bangaichi  まほろ駅前番外地[♥♥♥♥♥♥♥] Mahoro Ekimae Bangaichi  まほろ駅前番外地
[♥♥♥♥♥♥♥] Mahoro Ekimae Bangaichi  まほろ駅前番外地[♥♥♥♥♥♥♥] Mahoro Ekimae Bangaichi  まほろ駅前番外地[♥♥♥♥♥♥♥] Mahoro Ekimae Bangaichi  まほろ駅前番外地
[♥♥♥♥♥♥♥] Mahoro Ekimae Bangaichi  まほろ駅前番外地[♥♥♥♥♥♥♥] Mahoro Ekimae Bangaichi  まほろ駅前番外地

Gyoten, qui, à mon sens, est un peu l’esprit du drama, et un personnage que j’aime d’amour. Encore que… on a besoin de Tada, quand même. Si je devais en choisir un favori, ce serait certainement Gyoten, mais lui et Tada viennent en set, donc heureusement, je n’ai pas à choisir. Si l’opening, à mon sens, exprime ce que le drama veut nous dire sur la vie en général, son ending est centré sur les deux personnages principaux, nous les montrant chez eux, en train de faire rien et n’importe quoi, s’amuser, manger, se moquer de l’autre, etc. Parce que le drama est à propos du monde extérieur, mais aussi de ces deux personnages après tout, et je les aime. En revoyant ce drama, d’ailleurs, je me suis fait une réflexion qui m’a fait sourire. A un moment donné, un personnage fait remarquer à Gyoten qu’il est un peu l’animal de compagnie de Tada, et à ce moment-là, j’ai réalisé qu’à vrai dire, Mahoro et Kimi wa petto ont quelques similitudes : on a un personnage renfermé qui ne pouvait se confier à personne qui recueille un autre personnage qu’il trouve blessé dans la rue (pas extérieurement pour Gyoten), et ils fondent un foyer, où l’un semble faire vivre l’autre, mais où cet autre permet à l’un de se reconstruire. Mahoro est le Kimi Wa Petto de la bromance, j’ai décidé :D Et du coup, je ne sais plus du tout si je préfèrerais trouver un Momo ou un Gyoten sur le pas de ma porte… Encore que le Gyoten, encore une fois, viendrait forcément avec un Tada, ce qui fait pencher les choses en sa faveur, pace que j’aime bien Tada aussi !

J’aime la façon dont il fait autant d’efforts, et grogne, mais ne peut pas s’empêcher d’avoir bon cœur. Il dit que sa boutique n’est pas un centre de refuge, mais je ne suis pas d’accord avec lui, et au-delà de mon amour pour Eita (et j’en ai presque autant pour Matsuda Ryuhei, btw… « Matsuda Ryuhei project » ça sonne bien, non ? :D), c’est la façon qu’a Tada de toujours se donner à 100% qui me plait. Même quand il veut lâcher un peu prise, arrêter de s’épuiser à essayer autant, Gyoten lui fait remarquer qu’au final, il peut même changer de métier si il veut, mais il n’arrêtera jamais de faire de son mieux absolu, parce que c’est juste qui il est. Et la série a besoin de lui, parce qu’il veut aider, et que Gyoten, s’il a également bon cœur, a plus tendance à se laisser porter.  Dans Tada, la série trouve sa « force directrice », ce qui pousse l’histoire en avant, et dans Gyoten, elle trouve largement son ton. Parce que Gyoten est très… détaché. Pas des gens, mais de la, notion d’ « importance du jugement », que ce soit du sien ou celui des autres. Par exemple, j’adore le fait que Gyoten se moque complètement de sortir quasiment en pyjama, qu’il joue sa nourriture au pierre-feuille-papier-ciseau avec des gens dans la rue, j’adore qu’il soit à moitié mort de rire (et j’adore son rire) face à un yakuza flippant parce que c’est « comme dans les films », et j’adore que de la même façon qu’il se moque bien de ce que les gens peuvent penser de lui, parce qu’il trouve de l’absurdité à l’existence en général (c’est souvent ce qui le fait rire, que ce soit face à la statue obscène ou quand Tada lui fait remarquer qu’il n’a pas d’amis), il aborde aussi les autres sans réellement juger. Enfin, ce n’est pas tant qu’il n’a pas d’opinion, mais plutôt qu’il semble la considérer comme insignifiante, ce qui lui permet de créer des liens très rapidement avec tout le monde : les inconnus dans la rue, l’ancienne actrice, une hôtesse chez il réside pour la protéger et avec qui il se lance dans les jeux vidéo, ou encore la lycéenne que lui et Tada hébergent le temps de deux épisodes. Quand un personnage dans le drama prend vraiment plus position, c’est toujours Tada. Et même pas nécessairement à tort (ou pas toujours de façon que je désapprouve, plutôt), mais Gyoten, à l’image du drama, laisse énormément de place aux personnages d’exister, et à un lien de se créer, parce qu’il ne juge pas, et trouve de quoi quelque chose d’à la fois drôle, un peu pathétique, et beau aux gens qu’il rencontre.

[♥♥♥♥♥♥♥] Mahoro Ekimae Bangaichi  まほろ駅前番外地[♥♥♥♥♥♥♥] Mahoro Ekimae Bangaichi  まほろ駅前番外地
[♥♥♥♥♥♥♥] Mahoro Ekimae Bangaichi  まほろ駅前番外地[♥♥♥♥♥♥♥] Mahoro Ekimae Bangaichi  まほろ駅前番外地[♥♥♥♥♥♥♥] Mahoro Ekimae Bangaichi  まほろ駅前番外地
[♥♥♥♥♥♥♥] Mahoro Ekimae Bangaichi  まほろ駅前番外地[♥♥♥♥♥♥♥] Mahoro Ekimae Bangaichi  まほろ駅前番外地

Et bien entendu, nul lien ne me plait tant que celui qu’il y a entre Gyoten et Tada… et je me suis demandé un peu tout le long comment le ressentait Gyoten. Parce que je vous parle de bromance, et la bromance, c’est utilisé pour parler d’une relation en vérité non romantique, entre deux hommes juste très proches. Une amitié très forte, loyale, et quasi fusionnelle parfois, mais pas romantique… sinon on parlerait juste de romance, en fait. Et là je parle de bromance parce que, bien qu’il ne semble pas réfractaire à passer une vie entière sur une île déserte avec une canne à pêche et Gyoten, et bien qu’il cherche un nouvel endroit où vivre pour eux deux, parce qu’il arrive un moment où pour lui ça va de soi qu’ils vont continuer à vivre ensemble, Tada n’a à priori aucun sentiments romantiques pour Gyoten, mais je ne suis pas si certaine que l’inverse soit vrai. Gyoten, plusieurs fois le long de la série, mais encore plus vers la fin, parle de l’amour qu’il porte à Tada. Il lui demande s’il le trompe quand il ne dort pas à la maison, ou bien il dit simplement qu’il l’aime, pour sa gentillesse entre autres (parce que Tada prépare les œufs non pas comme il aime, mais au goût de Gyoten, ou bien parce qu’il lui cède la dernière cigarette de son paquet… cigarette que Gyoten s’empresse bien sûr de partager avec lui). Et c’est toujours dit sur le ton de la plaisanterie, mais en même temps, Gyoten est du genre à plaisanter de tout, et ça ne veut pour autant pas dire qu’il n’est pas sincère… en l’occurrence, ce que j’ai tendance à croire, c’est ce qu’il dit dans l’épisode 3 à l’hôtesse chez qui il dort pour la protéger d’un stalker : la jeune femme croit que Gyoten est gay, et quand il la détrompe, elle lui demande si Tada et lui ne sont vraiment pas en couple, ce à quoi, si les sous-titres ne déconnent pas, il lui répond qu’en tout cas, « ce n’est pas physique ». Du coup, une partie de moi pense qu’il est peut-être bien amoureux de Tada, de façon axesuelle, mais qu’il traite simplement cela comme il traite le reste de l’existence, dans laquelle il ne peut s’empêcher de trouver une absurdité qui le fait rire.

Mais peut-être aussi que je raconte des conneries.

En tout cas, que je raconte des conneries ou pas, j’adore ces deux personnages, leur amitié, et la façon dont ils se baladent dans les vies des autres dont on profite des aperçus. Et j’adore ce drama. Comme vous l’avez certainement compris à ce stade. Je le trouve drôle, et je le trouve émouvant, et parfois triste, mais jamais déprimant, et j’aime la collection d’êtres humains qu’il nous fait rencontrer. A mes yeux, c’est une série quasiment parfaite, à vrai dire. Ça ne veut pas dire que je m’attends à ce que tout le monde y accroche, parce qu’elle fait suffisamment « son truc » bien particulier pour ça soit impossible, mais tout dedans participe à créer ce gros coup de cœur que j’ai eu. Mais justement, c’est un coup de cœur, donc je ne sais pas à quel point ma tête est lucide sur ce coup. N’empêche que je vous le conseille (en commençant par le film). Et que je suis contente d’avoir réussi à écrire un peu dessus. Maintenant je n’ai plus qu’à voir le film Disconcerto qui sert de conclusion, mais ça va devoir attendre un peu, car après, normalement, ce sera tout, et je ne suis pas tout à fait prête à dire au revoir aux personnages.

[♥♥♥♥♥♥♥] Mahoro Ekimae Bangaichi  まほろ駅前番外地[♥♥♥♥♥♥♥] Mahoro Ekimae Bangaichi  まほろ駅前番外地[♥♥♥♥♥♥♥] Mahoro Ekimae Bangaichi  まほろ駅前番外地
[♥♥♥♥♥♥♥] Mahoro Ekimae Bangaichi  まほろ駅前番外地[♥♥♥♥♥♥♥] Mahoro Ekimae Bangaichi  まほろ駅前番外地
[♥♥♥♥♥♥♥] Mahoro Ekimae Bangaichi  まほろ駅前番外地[♥♥♥♥♥♥♥] Mahoro Ekimae Bangaichi  まほろ駅前番外地
[♥♥♥♥♥♥♥] Mahoro Ekimae Bangaichi  まほろ駅前番外地[♥♥♥♥♥♥♥] Mahoro Ekimae Bangaichi  まほろ駅前番外地[♥♥♥♥♥♥♥] Mahoro Ekimae Bangaichi  まほろ駅前番外地
Tag(s) : #TV, #Dramas - séries et animes, #Drama, #Japon, #Mahoro, #Mahoro Ekimae Bangaichi, #2010s, #2013, #TV Tokyo, #~ 10 épisodes, #One Hitoshi, #Kurozumi Hikari, #Kuroki Hisakatsu, #Miura Shion, #Adaptation, #Eita, #Matsuda Ryuhei, #Tranche de vie, #Comédie, #Drame, #Amitié, #Bromance

Partager cet article

Repost 0