Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

Sorti en 2006

Réalisé par Lau Wai Keung, Mak Siu Fei

Ecrit par Felix Chong, Mal Siu Fai

Dure 1h50

 

Avec :

Takeshi Kaneshiro >>> De. Yau Kin Bong

Tony Leung Chiu Wai >>> Det. Lau Ching Hei

Xu Jinglei >>> Susan Chow

Shu Qi >>> Fung Sai

 

Dontesque ?

Après le suicide inexpliqué de sa petite-amie, un policier sombre dans l’alcool et quitte son poste pour devenir détective privé, conservant néanmoins une relation très proche avec son ancien partenaire, et meilleur ami. Lorsque le père de la fiancée de celui-ci est assassiné, la jeune femme, qui se sent également surveillée, demande à notre ex-policier de se mettre sur l’affaire, et les deux anciens partenaires se mettent à chercher le coupable ensemble.

 

~oOo~

Allez, un petit peu de cinéma Hong-Kongais, ça nous changera ! Faut de la variété dans la vie. Ce serait bien si en plus c’était de la bonne variété, mais en l’occurrence… mauvaise pioche. Pas que ç’ait été de la mauvaise variété non plus, mais Confession of Pain fait partie de ces films que j’ai regardés avec un certain plaisir, certes, mais en me demandant tout le long, ainsi qu’après coup, quel était le but, ce que j’étais censée ressentir ou tirer de ce film, sans trouver de réponse à mon interrogation. En clair, je suis passée à côté. Mais au moins, je suis passée à côté tout en appréciant de regarder bouger les gens à l’écran, c’est déjà ça. Faut dire que ce sont de jolis gens : d’un côté on a Tony Leung, de l’autre on a Takeshi Kaneshiro, et plus en retrait, on a Shu Qi. Il y a donc de quoi se faire plaisir aux yeux, et j’ai beaucoup d’affection pour mes yeux : je les malmène un peu, certes, mais je les récompense avec des images de Takeshi Kaneshiro et Shu Qi faisant un concours de qui a le plus joli visage, donc ils ne peuvent pas *trop* m’en vouloir (ils m’en veulent quand même un peu, mais ce sont de sales ingrats et dès que Google invente des yeux électroniques, je les remplace, foutus globes). Pour en revenir à ce film, néanmoins, je suis donc passée à côté, je n’ai pas saisi le truc (en conséquence, l’article va être assez court)(aussi parce que c’est chaud de ne rien spoiler).

Du moins, pas entièrement.

C’est-à-dire que, oui, j’ai compris que le film tournait autour de l’idée d’acceptation du passé, et de ses tragédies (la fameuse douleur/pain du titre). On peut pardonner et aller de l’avant, ou on peut ressasser, se blesser, et blesser les autres. Car en effet, on a deux personnages particulièrement travaillés par leur passé dans ce film. D’un côté, on a un criminel ayant vécu une tragédie d’enfance, et de l’autre on a Yau Kin Bong (Takeshi Kaneshiro) traumatisé par le suicide de sa petite-amie, et qui s’est mis à boire sans arrêt (lui qui ne touchait pas une goutte d’alcool juste que là), obsédé par le « pourquoi », tandis qu’il regarde son partenaire avancer dans la vie. Et chacun (Yau Kin Bong et le criminel) va choisir une voie  différente, la vengeance ou le pardon, qui le mènera à un résultat également très différent. Toute la question est de savoir, donc, ce que chaque personnage fera de sa souffrance, et les retombées que ça aura sur lui en tant que personne, et sur les autres. Ce n’est pas inintéressant du tout, simplement, j’ai trouvé ça présenté d’une drôle de façon. Au-delà du fait que parfois je n’ai pas trouvé le film supra clair dans ce qui se passait à l’écran (le film est joli à regarder, mais je l'ai parfois trouvé confus dans sa gestion du présent, passé, fantasmé), surtout, c’est le rythme qui m’a un peu perdue. Le film avançait vite, ce qui ne m’a pas permis de toujours bien ressentir les choses (la relation entre Sai Fung/Shu Qi et Yau Kin Bong, par exemple, avance par petits bonds étranges qui font que je n’ai pas pu m’investir du tout dans cette histoire-là, au-delà du fait que j’aime les deux acteurs et voulais effectivement les voir se faire des bisous, par pur fanservice), et surtout il prend la drôle de décision de dévoiler, au milieu du film, l’identité du coupable du crime central, mais pas ses motivations.

[Vengeance et pardon] Confession of Pain  傷城
[Vengeance et pardon] Confession of Pain  傷城
[Vengeance et pardon] Confession of Pain  傷城
[Vengeance et pardon] Confession of Pain  傷城

Et c’est véritablement cela qui m’a bloquée dans mon appréciation du film.

Parce que, déjà, ça élimine le potentiel suspense. On sait qui a fait le coup (et comment, même), on l’a vu faire, donc on n’a pas à se poser la question, et oui, il reste la question du pourquoi, mais la recherche de ce pourquoi n’est pas vraiment construite dans le film. C’est-à-dire que nous on sait qui est le coupable, mais les personnages principaux, eux, non. Donc eux, ils cherchent d’abord le « qui », et pas vraiment le « pourquoi », si bien qu’il n’y a pas de pièces de puzzle à assembler pour nous. Ils mènent une enquête dont on a l’issue, et le film ne nous donne pas d’enquête à faire de notre côté, le « pourquoi » nous est donné d’un coup à la fin (pardon, c’est difficile à expliquer sans spoiler, je fais de mon mieux). Le côté mystère n’était donc pas très réussi, à mes yeux. Après, il restait la question de savoir quand les personnages seraient confrontés au coupable, et ce que cela ferait à chacun, mais c’est là que s’est posé le problème de nous avoir donné la moitié de la réponse au milieu du film : on ne sait pas ce qui a poussé le coupable à faire ce qu’il a fait, donc c’est dur de ressentir quoi que ce soit à son sujet. Il est à la fois trop une énigme pour qu’on puisse ressentir quelque chose pour ce personnage dont on ne sait pas grand-chose, et pas assez pour être vraiment intriguant (et il n’est pas non plus menaçant ou quoi que ce soit dans ce goût-là). Je n’ai donc pu ressentir ni suspense, ni peur, ni poids émotionnel, et si j’ai compris le thème du passé, de comment on y réagit, de si on le dépasse ou pas, etc, je n’ai pas saisi si le film se voulait être plus un drame, plus une enquête, ou autant les deux, mais parce qu’il faisait les choses à moitié, au final, j’ai trouvé qu’il échouait aux deux, et je suis restée perplexe.

Comme je vous le disais, je n’ai pas détesté suivre ce film. Déjà, parce que le casting est bon, et charismatique (et joli, ok) à défaut que les personnages eux-mêmes m’aient semblé passionnants (à la limite Yau Kin Bong est le plus « complet » d’entre eux, mais je ne peux pas dire pour autant qu’il m’ait donné envie d’écrire une analyse de trente pages à son sujet… ou d’une page…), si bien que même si l’écriture ne me vendait pas les relations et l’émotion entre eux, j’étais un minimum intéressée quand même, et ensuite parce qu’il y a quelques moments que j’ai trouvés en fait assez drôles le long du film (notamment un passage où nos deux partenaires font croire n’importe quoi à un collègue qui a littéralement dormi, saoul, pendant tout un retournement dans l’enquête), et qui m’ont amusée. Donc, non, je n’ai pas détesté, mais simplement, une fois le film terminé, je n’ai pu m’empêcher de n’avoir à l’esprit que ces mots : « oui… et ? ».

Donc… vous ferez de ça ce que vous voulez, j’imagine ? C’est triste, ça partait d’une bonne intention, je voulais parler d’un film Hong Kongais parce qu’en ce moment j’ai surtout été au Japon et en Corée du Sud (mais surtout le Japon), mais… bof. Je réessaierai avec autre chose une autre fois, j’imagine (en fait, j’ai un film d’horreur en particulier, que j’aime beaucoup, dont je veux vous parler… ! mais j’ai aussi une vingtaine d’articles en retard à écrire…o.o). En attendant, je ne vous déconseille pas spécialement Confession of Pain, et ne vous le conseille pas spécialement non plus.

[Vengeance et pardon] Confession of Pain  傷城
[Vengeance et pardon] Confession of Pain  傷城
[Vengeance et pardon] Confession of Pain  傷城
[Vengeance et pardon] Confession of Pain  傷城
[Vengeance et pardon] Confession of Pain  傷城
Tag(s) : #Cinéma, #Cinéma Asiatique, #Confession of Pain, #2000s, #2006, #Lau Wai Keung, #Mak Siu Fei, #Felix Chong, #Mal Siu Fai, #Tony Leung Chiu Wai, #Takeshi Kaneshiro, #Xu Jinglei, #Shu Qi, #Policier, #Amitié, #Drame, #Veneance, #Hong Kong

Partager cet article

Repost 0