Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

Pour lire la partie 1, cliquez : ici

Pour lire la partie 2 cliquez : ici

 

  • Parce que toi aussi tu lis Sonyan, et que sans doute sa capacité à se démener pour réaliser ses rêves te laisse soufflée et admirative, donc : es-tu une aventurière ? Désires tu secrètement regarder "monter en un ciel ignoré du fond de l'océan des étoiles nouvelles" ou traverser l’Europe à pieds (ou juste voyager et apprendre à faire des macarons, hein, ça marche aussi) ? Es-tu du genre à relever des défis ?

Non, je ne suis vraiment pas du genre à me lancer des défis. Du moins pas du genre qui me poussent à sortir dehors. S’il s’agit d’un défi à « publier 56 articles en une semaine », là oui. Ou bien « me faire une saison de 24 d’une traite » (je l’ai jamais fait, mais on a parlé de « se lancer » le défi, pas de réussir à le relever). Quelque part, aider à monter un festival aussi (cf une question suivante), c’était un peu un défi pour moi, parce que ça impliquait de parler à des gens, d’aller à des meetings, à une  époque où j’étais pas exactement bien dans ma peau (et je le suis toujours pas, donc ce serait toujours un défi, certes). Mais ce sont des défis modestes, et non, je ne suis pas une aventurière du tout, et je ne me vois pas traverser l’Europe à pied. C’est un truc que j’aimerais bien faire en vrai (peut-être pas l’Europe, mais la France), mais pas seule, et honnêtement je sais que je serais toujours en stress parce qu’il y a des insectes, parce que ça durerait longtemps et que j’aime bien avoir une maison, une base. Même si c’est pas la mienne, mais genre une chambre d’hôtel, un truc fixe où me poser. C’est pour cela que quand je suis allée au Japon, j’ai pris une chambre dans une maison à Tokyo, et j’ai vécu sur place, plutôt que de faire le tour du pays en passant une journée dans chaque ville. Ou pourquoi, en passant un an en Angleterre, je n’ai pas *tant* voyagé que cela (un peu, mais pas trop… bon faut dire que j’économisais pour partir au Japon, aussi). J’aime bien voir comment sont les autres pays et comment les gens y vivent, mais en me posant à un endroit et en vivant avec eux. Donc non, je ne pense qu’on puisse me qualifier d’aventurière du tout, et je n’ai pas non plus de besoin de « découvrir l’inconnu ». J’admire énormément Sonya, j’aimerais souvent avoir son esprit d’initiative et à une époque je rêvais de faire ce qu’elle fait, mais plus maintenant, même si mon admiration subsiste :)

 

  • Vu que tu travailles à domicile, tu pourrais vivre n'importe où. Considérations économiques mises à part, as-tu déjà envisagé de vivre à l'étranger ?

Oui, mais pas indéfiniment. J’ai envisagé d’aller passer trois mois ici et là (ça a l’air de contredire ma réponse précédente, mais en fait non : encore une fois, j’aime bien aller ailleurs, si c’est pour m’installer un petit temps et avoir un chez moi), mais sur le long terme, j’aime quand même bien la France (même si elle est loin d’être parfaite et que ces derniers temps ça a l’air de tendre plutôt vers le pire que le meilleur) et je ne verrais pas spécialement aller vivre ailleurs, à moins d’avoir un jour une épiphanie de ouf.

 

  • Est-ce que tu as/veux visité/er la Corée ? (si la réponse est "veux", le désir est-il plus ou moins fort que celui qui a motivé ton séjour au Japon ?)

J’aimerais bien oui, même si c’est essentiellement une question de bouffe (pardon, culture T.T). Mais je dirais que le désir est moins fort que celui qui m’a envoyée au Japon. Ce n’est pas parce que la Corée du Sud m’attire moins, c’est à cause de mon moi à présent. Quand je suis partie au Japon, c’était après une année qui avait particulièrement boosté mon estime de moi. J’avais bien travaillé pendant un an, j’avais été entourée de gens tout le temps, le blog était en plein essor (on dirait pas, mais ça compte niveau estime de moi), j’avais découvert que je pouvais porter des robes, des shorts, et que oui, ça pouvait m’aller, et j’avais perdu du poids, j’étais plutôt bien dans ma peau. Donc j’étais 100% prête à me lancer dans le monde, je me sentais prête à m’exposer, en quelque sorte. Je suis malheureusement dans une situation assez différente niveau estime de moi, depuis un bon moment, et je pense que ça me pousse plus à vouloir me replier sur moi-même. Cela me fait perdre du courage aussi : je n’avais pas peur à l’idée d’aller me perdre toute seule au Japon sans maîtriser la langue : « je m’en sortirai », me disais-je. J’ai moins cette conviction à présent. Puis c’est vrai qu’il y a la question du coût aussi… j’ai plus de moyens qu’à l’époque de Tokyo à vrai dire, mais j'ai aussi plus ce besoin de mettre des sous de côté, parce que j’ai plus peur de l’avenir, de si je perds mon travail, etc. Bref, je suis devenue bien craintive et bien peu sûre de moi avec le temps, si bien que je suis moins prête à me lancer loin de chez moi.

 

  • Combien de pays as-tu visités ?

L’Angleterre, l’Allemagne, le Maroc, le Japon, la Belgique, donc ça fait cinq  :) J’ai mis un pied en Espagne aussi une fois, mais ça a duré une heure, donc bon, cela ne compte pas vraiment. Donc oui, cinq. L’Angleterre, j’y suis allée en voyages scolaires, en voyage d’immersion personnel deux fois, et bien sûr pour y travailler, pendant un an. L’Allemagne, j’y suis allée plusieurs fois dans le cadre d’échanges de correspondants, au collège. Le Maroc, c’était en vacances avec mon père et ma petite sœur, on a fait deux semaines de marche dans l’Atlas, avec un groupe et un guide. C’était chaud, mais vraiment sympa, malgré quelques souvenirs un peu traumatisants (une chèvre morte en amont d’un ruisseau où on s’est baignés par exemple..). Heureusement, j’en ai aussi beaucoup de très bons. La Belgique, c’était juste une semaine, pour Noël, avec ma petite sœur : on est allé à Bruxelles parce qu’on avait envie de passer les fêtes juste entre nous. Et le Japon, j’y suis allée deux fois, à Tokyo plus précisément. Une fois, j’y ai vécu trois mois toute seule, et l’autre, je suis allée passer deux semaines chez une amie (Sonya, du blog dont tu parlais un peu plus tôt dans l’article).

 

Cliquez sur l'image et allez lire Sonyan, vous le regretterez pas^^

 

  • Quelle est ta meilleure anecdote ou ton meilleur souvenir de voyage (ceux en France inclus)?

Une anecdote que j’aime bien, c’est celle où je suis devenue bleue.

 

C’était au Maroc, on crevait de chaud dans l’Atlas, et ma sœur et moi avions demandé à mon père s’il pouvait nous acheter des foulards pour mettre sur notre tête. Bibi en a eu un blanc, et moi un bleu, que j’ai calé sous mon chapeau, en l’enroulant autour de moi, on ne voyait plus que mes yeux (parce que y avait un vent de ouf, et pas mal de poussière dans l’air, c’était chiant). J’ai marché toute la matinée avec, avant que vers midi on s’arrête pour manger un peu, prendre le thé, tout ça. Et quand j’ai enlevé mon foulard, parce qu’il était neuf et que j’avais transpiré, il avait coooomplètement déteint sur moi, j’avais la nuque, le cou, et les 2/3 du visage complètement bleus. On avait établi le camp non loin d’un village ce jour-là, et tous les gosses du coin se sont foutus de ma gueule, sans oublier le guide, et les autres touristes. Sur le moment j’étais rouge de honte (même si ça se voyait pas sous le bleu) mais maintenant, je trouve cela très drôle. Quant à mon meilleur souvenir, c’est quand même d’être tombée par hasard sur Kubozuka Yosuke dans un club de Tokyo, d’avoir pu boire un verre avec (enfin, on a bu à la bouteille, mais…), échanger quelques mots, le voir chanter (même si je suis pas fana de sa musique en général) et prendre une photo avec. Il a été vraiment gentil, et comme en plus c’était en voyant IWGP que je m’étais jurée d’aller à Tokyo un jour, c’était un peu la consécration pour moi.

 

 

  • Ta pire situation en voyage ?

N’est clairement pas racontable… o.o

 

Donc pour parler de la seconde pire situation en voyage : c’était un voyage avec une amie, sur Paris, et à la dernière minute, on s’est retrouvés sans endroit où dormir. En vrai, j’ai vécu des trucs peut-être plus « chauds » .

 

Par exemple, une fois, lors d’un voyage Japan Expo/concert de miyavi, j’ai eu droit à un combo  assez balèze : le train a commencé par s’arrêter sur la voie pendant des heures, on est arrivées (j’étais avec une amie) tard sur Paris si bien qu’on a été obligées de prendre un taxi car les métros/RER ne tournaient plus, à la Japan Expo j’ai perdu tous les goodies que j’avais achetés (et ça avait coûté une blinde, parce que c’est la Japan Expo… et d’ailleurs, j’avais pas aimé la JE, c’était l’enfer, il faisait chaud et y avait du monde partout, donc j’y suis jamais retournée, sauf pour le travail), je me suis aussi fait voler mon billet de concert, je me suis engueulée avec mon amie (c’est vite passé, heureusement), j’ai cassé mes chaussures favorites, je me suis fait une entorse juste avant le concert, … c’était chaud comme voyage. Mais tout ça, c’était la faute à pas de chance.

 

Avec ma copine sur Paris, j’étais en charge d’arranger l’hôtel, et à cause d’un souci de communication avec celui-ci, j’avais réservé une nuit au lieu de deux, si bien qu’on s’est retrouvées à la rue la seconde nuit (en général j’aurais eu de la famille pour nous héberger, mais là tout le monde était parti), elle était stressée, et je me sentais super coupable. Au final, cela dit, ça s’est bien terminé : on a fait la sieste l’aprèm dans un jardin, les pieds à l’air (et un pigeon m’a chié sur le pied, d’ailleurs), puis la soirée, on a commencé par zoner un peu et comme on a croisé des individus louches et que mon amie a eu peur (moi ça allait, mais en fait avec le recul, c’est vraiment elle qui a eu raison, j’étais complètement inconsciente), on a fini la nuit dans un internet café, à regarder Junjou Romantica (j’ai trouvé ça bof), avant de prendre un train plus tôt que prévu le lendemain matin, parce qu’on était crevées et qu’on voulait rapidement rentrer chez nous, prendre une douche, et dormir.

 

  • 5 endroits/univers (réels ou imaginaires) que les livres t'ont donné envie de découvrir.

Bien entendu, je suis obligée de commencer par citer le Pays Imaginaire/de Nulle Part. Maintenant, je suis sans doute trop vieille pour y aller (T.T) mais s’il y a bien un endroit qu’un livre (puis des films) m’a donné envie de découvrir, c’est bien celui-là, même si j’admets aussi qu’il s’y déroule pas mal de choses glauques, et que je ne sais pas si j’y survivrais. N’empêche que.

 

(illustration par Thomas Kinkade)

 

Ensuite, il y a évidemment des endroits de la Terre du Milieu que j’aimerais voir, plus particulièrement la Comté, la Lothlorien, Rivendell, bref les endroits où Sauron n’a pas trop foutu les « pieds » (vu que c’est en lisant le Seigneur des Anneaux que j’ai eu envie).

 

 

Je mettrais bien les pieds à Narnia aussi, pour voir :) Oh et dans l’univers d’Harry Potter, si on me donne la magie qui me permette d’aller côté sorciers (non parce que côté moldu, sinon, je connais).L’univers de l’Histoire sans Fin a l’air incroyable aussi. En général ma préférence va aux endroits fantastiques (et je pars du principe que je suis quelqu’un de suffisamment privilégié pour être en sécurité dans ces endroits), parce que pour les endroits réels, je réponds plus au visuel, donc là, j’aurai plus tendance à être influencée par des films ou des séries.  Désolée, haha, c’est pas une réponse passionnante.

 

 

  • Qu'est-ce qui te serait le plus insupportable : passer pour quelqu’un de stupide ou pour quelqu’un de malhonnête ?

Malhonnête, clairement. Passer pour stupide, c’est agaçant, parce que (comme la plupart des gens, je suppose) je n’aime pas être prise de haut (mais aussi parce que complexe d’infériorité aidant, je peux me convaincre que je suis stupide, et ça devient donc encore pire) mais malhonnête, c’est différent. Etre stupide, c’est dommage, mais ça ne sous-entend aucune malveillance. Etre malhonnête, en revanche… Donc oui, je préfère qu’on me pense bête que malveillante, de mauvaise foi, etc

 

D’ailleurs, chaque fois que je me contredis sur ce blog (parce que je change d’avis, ou juste parce que des fois mes opinons sont floues même pour moi-même), ou que je mets du temps à faire quelque chose que je devais faire, ou que je n’arrive pas à faire quelque chose que je devais faire, j’ai d’ailleurs cette peur qui ressort, de « et si les gens me prenaient pour une sale menteuse ? ». Du coup maintenant ta question me stresse. Le combo angoisse/anxiété + complexe d’infériorité, c’est assez nul en fait (des fois que vous en doutiez).

 

  • Une chose que tu aimerais bien savoir faire ?

J’aimerais savoir vraiment dessiner, j’aimerais savoir vraiment écrire, j’aimerais savoir chanter, j’aimerais savoir parler des tas de langues, j’aimerais savoir danser… à choisir, je choisirais le dernier, en ce moment. Parce que j’aimerais savoir danser des danses un peu chaudes (genre, j’aimerais qu’on puisse m’embaucher pour remplacer tous les BTS s’ils tombent tous malades d’un coup) et que si j’étais bonne, je pense que j’y prendrais plaisir, et que ça me ferait faire du sport, un truc qui me fait franchement défaut (oui, comme je disais : je n’ai pas d’acharnement à la routine sportive du tout en vrai). Mais j’adorerais savoir dessiner pour que mes dessins ressemblent à ce que j’ai dans la tête, et j’aimerais savoir analyser un film ou une série de façon plus intéressante, et j’aimerais savoir jouer d’instruments, et parler toutes les langues du monde pour ne plus avoir besoin de sous-titres pour quoi que ce soit… Si on pouvait vraiment charger des aptitudes, comme Néo dans Matrix, je chargerais tellement de trucs que je deviendrais sans doute insupportable pour tout le monde :’)

 

  • A l'inverse, quelque chose que tu n’aimes tellement pas faire que limite tu paierais bien quelqu'un pour s'en charger à ta place ?

Oh, oui, si quelqu’un pouvait s’occuper d’absolument tous mes papiers administratifs, ce serait parfait :D Impots, mutuelles, etc, j’y comprends rien, ça me fait toujours me sentir débile, je ne fais que des conneries, ça m’angoisse… donc si quelqu’un pouvait s’en charger pour moi, je le paierais gaiement.

 

  • Tu pleures quand tu es triste, quand tu es heureuse... Tu pleures beaucoup. Est-ce que ça t'arrive de parler avec des gens et que ta gorge se serre de façon ridicule et du coup même si les larmes ne coulent pas, ta voix se met à partir en sucette et tu es super grillée, tout ça parce que tu disais quelque chose comme "Et là le personnage de Bill Nighy dit à son fils, joué par Domhnall Gleeson, "C'est ton mariage et..."" ? :p

TOUT LE TEMPS. Bon, ok, pas tout le temps, mais quand je parle de trucs qui m’émeuvent vraiment (ou quand je m’engueule avec les gens : je ne vaux RIEN en conflits). Et c’est hypra flagrant. Des fois je pleure même vraiment.. Genre quand j’ai parlé du final de la saison 3 de Being Human avec un ami, j’ai commencé à pleurer au milieu de ma phrase. Oh et dans la vidéo sur mes épisodes favoris de Supernatural, j’ai coupé des passages parce que ma gorge n’arrêtait pas de s’étrangler aussi…  Et d’ailleurs, je voulais parler de Being Human en vidéo aussi après avoir acheté le coffret dvd, mais en préparant la chose, j’avais beaucoup trop de mal, donc j’ai décidé d’attendre, haha.

 

  • Une citation qui te ressemble ?

« J’y réfléchirai demain » Autant en Emporte le Vent.

Parce que je suis une pro de la procrastination. Et je sens bien que c’était pas le propos de la citation, mais n’empêche que ça me correspond drôlement.

 

 

  • Ta plante ou fleur préférée ?

Les coquelicots, je kiffe les coquelicots

 

  • Ta saison préférée ?

L’hiver. L’hiver, c’est parfait. Y a Noël et mon anniversaire dedans, j’ai une bonne raison de rester à l’intérieur au chaud, je peux mettre mon gros manteau, et mon bonnet, et mes gants quand je sors (or mon manteau, mes bonnets, mes gants, mes écharpes, sont superbes, et en plus j’aime bien être cachée, rapport aux complexes), et être bien dans ma couette. J’aime pas le chaud. Et en hiver, bonus énorme : pas de papillons de nuit, largement moins d’insectes en général = le bonheur.  Donc oui l’hiver > le reste, clairement.

 

  • Si tu étais un paysage, comment serais-tu ?

Une île déserte avec le wifi, probablement. Le genre à laquelle personne n’a accès. Je serais l'île de LOST, en fait. Avec des pingouin à la place des ours polaires. C'est quasiment la même chose après tout.

 

  • Participes-tu / as tu participé à la vie associative ? (si oui quel type d’asso, etc) ?

Je ne participe plus, non. Il y a longtemps, j’ai aidé à organiser un festival de musique rock dans ma ville, j’avais été chargée de l’exposition sur « la musique rock dans le cinéma » (j’étais jeune alors c’était nul, les panneaux étaient du niveau de mes exposés au collège, mais Bibi et moi avions peint de grands panneaux sur Grease, Elvis Presley, the Wall, the Rocky Horror Picture Show, American Pop, etc… les panneaux de Bibi étaient les meilleurs : elle était déjà en école d’art à l’époque, faut dire), j’avais tenu la buvette et même été à la mairie pour solliciter une aide financière (qu’on n’a pas eue au final, mais aussi j’étais en compétition avec des gens qui voulaient sauver des vies en Afrique, alors… mettons que mon festival semblait bien insignifiant à côté ^^’). Mais c’est tout. Etant par nature asociale, forcément… Souvent, je me dis que j’aimerais intégrer un club de lecture (tu sais, comme dans les séries où les femmes au foyer –car ce sont souvent des femmes au foyer- se retrouvent autour d’un verre de vin… pour tout te dire, j’avais même hésité à en créer un, et à accueillir les gens chez moi, sur ce coup-là), ou un ciné-club avec projections et débats, mais toute seule, je n’oserais pas, et j’ai pas vraiment de gens autour de moi que ça intéresserait.

 

  • Maintenant qu'elle est en retraite et qu'on peut englober l'intégralité de sa carrière d'un coup d'œil rétrospectif, considères-tu toujours qu'on a donné à Horikita Maki des rôles jouant sur son côté « kawaiiiii chouppppiii inoccente pure » (ou est-ce que tu voulais plutôt parler de son image publique en dehors dramas ?) ? D'ailleurs si oui, pourquoi cela t'agace(agaçait?)-t-il chez elle alors qu'on pourrait dire plus ou moins la même chose de IU contre qui tu n'as rien, il me semble ?

Mmh, c’est un petit peu chaud de répondre à cette question (ah par contre je peux dire que je ne parlais sans doute pas de son image publique en dehors des dramas, car je ne crois pas m’être jamais vraiment penchée sur la question, donc c’était purement en rapport avec ses dramas et films... comme c'est génralement le cas, à moins que la personne ait tué/agressé quelqu'un), parce que je pense que j’ai fait ce commentaire sur HoriMaki bien avant de voir jouer IU, du coup ce n’est pas très comparable : j’ai énormément changé, donc c’est quasiment comparer les opinions de deux personnes différentes. Ce qui n’est pas infaisable, mais en l’occurrence il y a une des deux personnes qui va avoir du mal à s’exprimer, vu qu’elle a un peu suivi la même évolution que les dodos o.o

 

HoriMaki m’agaçait, je pense, parce que je trouvais qu’elle jouait un peu toujours de la même façon à mes yeux, que je ne le lui trouvais rien d’extraordinaire, et qu’elle me semblait partout à mes débuts (en vrai elle n’était pas TANT partout, mais parce qu’elle avait le premier rôle dans Nobuta wo produce, Kurosagi, Hana Kimi, et AtaDan même si le dernier est moins important, on en parlait beaucoup). Quand on fait un combo popularité/médiocrité perçue (le « perçue » est important, car Pi était médiore aussi, par exemple, sauf qu’il avait l’avantage de la bishottitude que n’avait pas HoriMaki)/omniprésence, forcément, ça a du mal à passer, un peu comme les gens ne kiffant pas BTS peuvent développer une allergie à leur nom parce qu’ils sont partout (bien sûr, je dis pas que c’est juste, mais c’est humain…)(et même certaines personnes kiffant BTS y développent une allergie d'ailleurs, à cause de l'omniprésence, haha). Et puis y a aussi une bête question d’affinité (genre à la même époque, je kiffais déjà Erika Toda, qui n’était pas une grande actrice non plus, et jouait surtout des rôles qui ne me convainquaient pas, sauf que le courant passait… le facteur X, quoi, on n’a pas le ressenti toujours parfaitement logique ou constant) + de maturité personnelle (niveau réflexion et expression, je veux dire, parce qu’à présent, je pense que je prendrais plus de recul, essaierais d’analyser plus mon ressenti, et aussi parce que j’essaierais de m’exprimer de façon moins sexiste).

 

Si vraiment je devais comparer avec IU : je n’ai vu IU que dans deux dramas qui ont fait parler d’eux, et un seul où elle avait le premier rôle. Pour l’omniprésence, c’est donc pas extrême, et quant à la popularité : IU s’en prend pas mal dans la gueule à vrai dire depuis quelques années, et j’ai vu plus de gens la critiquer que l’encenser niveau jeu. Tout ça réduit énormément l’agacement potentiel. Et il se trouve que j’aime bien IU.

 

Mais quand j’ai revu Nobuta wo produce, j’ai trouvé HoriMaki très bonne alors qu’à l’époque, je l’avais trouvée médiocre là-dedans aussi. Dans Kurosagi je l’ai trouvée effectivement médiocre, mais c’était général, tout était comme ça dans le drama. Ce sont les deux seules séries avec HoriMaki que j’ai revues récemment…  et sinon le seul drama où je l’ai vue ces trois dernières années, c’est Tokyo Air Raid, dans lequel je l’ai aimée.  Ce n’est toujours pas l’actrice que je trouve la meilleure au monde (mais IU non plus), mais une fois qu’on enlève tout le facteur overdose (et qu’on ajoute aussi certainement le fait que j’ai changé avec les années), l’agacement a tendance à s’éclipser aussi :)

 

Mea Culpa HoriMaki :'(

 

  • Kikuchi Rinko semble, toutes proportions gardées, connaître une relative notoriété en occident, pour une Japonaise. Que penses-tu de cette actrice ?

Honnêtement ? Absolument rien. Je connais son nom, mais je ne l’ai vue que dans trois films et un drama, je ne me souviens d’elle que dans deux de ces œuvres (Norwegian Wood et les 47 ronin), et encore elle ne m’a vraiment marquée ni dans l’un ni dans l’autre (bon pour ce qui est de Norwegian Wood, je suis passée à côté du film en général, faut dire). Je n’ai donc aucune opinion à son sujet, pardon :(

 

  • Pourquoi cet amour pour Robert Carlyle (en dehors du fait que tu as raison et qu'on devrait tous l'aimer !!) ?

Parce que c’est un bon acteur :D et qu’un jour j’ai vu Once upon a time (enfin… une partie de). En fait, je n’ai même pas vu beaucoup des films de Robert Carlyle ! J’ai suivi avec lui la même évolution qu’avec Mads Mikkelsen (wouhou, ramenons Mads dans l’équation) : je l’ai vu d’abord dans quelques films (Eragon, The Beach, et 28 weeks later, même si je l’avais bien aimé dedans, je n’avais juste pas noté son nom... oh et pour Mads : King Arthur et Le choc des titans) où je ne l’avais pas spécialement retenu (bien que je le revoie dans chaque rôle), puis je suis tombée sur une série où il avait un rôle important (Once upon a time / Hannibal), j’ai réalisé que cet acteur était excellent, et maintenant je rationne ce que j’ai à voir (et à revoir). Sincèrement, je crois juste que Carlyle me plait  parce que je le trouve charismatique et bon acteur. Et je le trouve très séduisant aussi, mais je crois que c’est la conséquence des deux autres choses, car si on m’avait juste montré des photos, je ne sais pas si j’aurais craqué. C’est juste que charisme + présence = O

 

 

Donc … en fait c’est juste qu’il est bon, quoi

  • LE film que tu regardes quand tu veux pleurer un bon coup (quoi, ça ne t'arrive jamais ? :o).

Effectivement, ça ne m’arrive pas vraiment ^-^ Je revois des films qui me font pleurer parfois, mais ce n’est généralement pas pour me faire pleurer. Quand je suis d’humeur à pleurer,  j’ai plus tendance à me tourner vers des extraits, déjà, et souvent de séries, en fait. Parce que ce sont des extraits, c’est plus court que de se soumettre à une longue expérience triste, et aussi parce que je peux varier les raisons de pleurer. C’est-à-dire que je vais regarder

 

. des scènes où je pleure de joie comme lors de ce moment où Buffy reçoit un parapluie de la part de ses camarades pour la remercier de les protéger, celui où Vang Gogh découvre que sa peinture a été reconnue dans Doctor Who, celui où Monica demande à Chandler de l’épouser (confession : je pleure en tapant tout ça, haha… pour en revenir à une question précédente : si on m’avait posé la question à l’oral, ce serait un de ces moments où ma gorge s’étranglerait et je serais grillée grave),…

 

. des moments d’émotion intense, mais douce-amère ou juste parce que ce sont de beaux moments : les retrouvailles des deux héros de Byakuyakou dans les toilettes publiques (et Byakuyakou est un drama très triste, mais pas vraiment lors de cette scène), la fin de Scrubs (la vraie, celle de la saison 8) et ce moment où JD dit à Dr Cox à quel point il est fier de lui et veut lui ressembler, les feux d’artifices au paradis avec sur Knocking on Heaven’s Door dans Supernatural,  la chanson de Tsuyo dans Bokura no Yuuki, la scène des ballons de Flowers for my life

 

. et des moments tristes : la mort du père de Marshall dans HIMYM, « 10 feet to Deokman » de Queen Seon Deuk, le « What am I supposed to do ? » de Dean lorsque Sam meurt la première fois dans Supernatural, la fin de la saison 3 de Being Human ("I'm doing this because I love you" T.T), le passage Konayuki sur le pont dans Un litre de larmes, la séparation du Docteur et Rose et leur « au revoir » après ça, sans oublier le « I don’t wanna go » de Tennant…

 

En général, j’ai quand même tendance à revoir plus de moments de séries occidentales qu’asiatiques dans ces moments-là. En fait, c’est parce que c’est facile à trouver sur youtube, déjà, et ensuite parce que beaucoup des séries dont je revois des morceaux sont des séries un peu longues, avec plusieurs saisons, ce qui m’a permis de vraiment intégrer les personnages à ma vie, et ça rend l’émotion plus intense. Je ne dis pas que l’émotion n’est pas intense dans les dramas, il y en a plein qui m’ont profondément chamboulée (et donc plein qui sont dans cette liste), mais le temps passé avec un personnage, ça compte, il y a un lien fort qui se créé entre moi et eux, et quand je regarde Dean ou Buffy vivre quelque chose d’intense, de terrible, ou d’heureux, j’ai un degré de familiarité avec ces personnages qui fait qu’instantanément, je retrouve l’émotion de la scène.

  • La tête d'E.T. t'effraie. Celles d'Einstein, d'Hemingway et de Carl Sandburg aussi (vu que le design est basé dessus, si ma mémoire est bonne) ?

Haha, non, juste celle d’E.T. Je ne savais pas que le design était inspiré de ces trois figures, donc c’est cool, j’ai appris quelque chose ! Mais non, ils ne me font pas peur, ils ont quand même l’air largement plus humains que

 

 

  • Avec quoi as-tu éventré le coussin dont la forme dans le noir te faisait penser à cette fameuse tête ? Tu dormais avec un couteau sous ton oreiller ou quoi ? (psychopathe !)

Mais non ! *change le couteau de place* Non, à vrai dire, je crois bien qu’il devait y avoir un petit trou dans le coussin déjà, parce que j’avais cette fâcheuse tendance à découper des trucs, et donc je l’ai tué avec les mains :( Pauvre oreiller innocent :(

 

  • Quelles scènes de La Belle et la Bête de Disney te flanquaient la frousse ? Pourquoi ce Disney là et pas la scène de la forêt la nuit dans Blanche-Neige, par exemple ?

A vrai dire, j’ai eu peur de plusieurs Disney dans ma jeunesse (Fantasia, Pinocchio, même Bambi, par exemple). Mais c’est vrai, Blanche-Neige n’en a jamais fait partie. Je n’ai pas vraiment d’explication, je pense simplement qu’on a peur de différentes choses, et je ne saurais pas dire pourquoi Blanche-Neige, non et E.T. oui. En revanche, pour la Belle et la Bête, je sais ce qui me faisait peur, et c’était le passage où, après avoir envoyé le père de Belle en asile psychiatrique (et un qui n’a vraiment pas l’air… recommandable) Gaston chauffait la foule, et tout le monde se dirigeait vers le château. Sans oublier tout l’affrontement sur le toit. Je pense que ce n’est pas si étonnant que cela m’ait fait peur : c’est effectivement flippant, de voir tous ces gens prendre les armes pour aller tuer notre héro (je l’ai vu avant Pocahontas, c’était la première fois que je voyais autant de gens pris de folie comme ça, à vouloir buter quelqu’un, c’était terrifiant cette effet de foule). Puis y a un affrontement en hauteur, la Bête passe pas loin de mourir, y a des éclairs, c’est terrible tout ça ! (oh et aussi j’avais un peu peur des loups… parce que quand même quoi, ils essaient de bouffer nos protagonistes à plusieurs reprises, ça fait peur T.T) Honnêtement, je trouve toujours que le film fait peur. Plus aussi viscéralement, parce que j’ai grandi, mais c’est quand même un film que je trouve effrayant (et c’est bien) pour la même raison qu’avant : tous ces gens ordinaires à qui on a dit  « bonjour » en chantant dans l’ouverture du film, sortent subitement armes et torches pour tuer quelqu’un dont ils viennent d’apprendre l’existence, sur les encouragements d’un type qui dans un autre film, pourrait être notre héros => flippant.

(Cela dit j'adore cette chanson)

 

  • Ton film préféré avec George Clooney ?

Eh bien, écoute, pour répondre à cette question, je suis allée voir sa filmographie, et il s’avère que j’ai vu très, très peu de films avec George Clooney o.o Je pensais vraiment en avoir vus plus que ça, il va falloir que je me penche sur la question. Enfin mon favori de ce que j’ai vu, même si j’ai un faible pour Ocean’s Eleven (parce que j’ai un faible pour les films d’arnaques bien huilées), c’est O’Brother, Where Art Thou ? Cela fait un petit temps que je ne l’ai pas revu, mais je l’ai vu plusieurs fois et le casting est impeccable, à commencer par Clooney, j’adore m’amuser à lier les évènements du film à l’Odyssée, je trouve le film très drôle, j’aime beaucoup le contexte de l’histoire, et en plus, j’adore la bande-son. Il faudrait que je le revoie, tiens !

 

  • Ton opinion sur les films des frères Coen ?

Tu ne fais que souligner mon manque de culture en fait, haha ! Car je suis loiiiiiiiiiiiin d’avoir vu beaucoup de films des frères Coen. Tellement. Et j’ai pas vu certains des gros, en plus (Fargo et The Big Lebowsky notamment). Mais, eh, j’ai aimé tous ceux que j’ai vus ! Donc Raising Arizona, Burn after reading (même si cela m’a pris un second visionnage pour l’apprécier), O’ Brother et Inside Lewyn Davies (et peut-être Intolerable Cruelty, mais je ne suis pas certaine de l’avoir vu en entier, ou d’être tombée dessus à la télé et d’en avoir vu les 2/3 seulement… c’était il y a longtemps). Quand je vois leurs noms sur un poster, ça me donne toujours envie, mais j’admets que j’ai drôlement mal fait mon boulot de cinéphile. Et c’est dur pour moi de faire des généralités sur leurs films, parce que j’ai vu Raising Arizona y a un bail, et que j’ai généralement vu ces films avant d’avoir un peu un « œil » sur le cinéma (pas qu’il soit très développé maintenant, mais bon). Tout ce que je peux dire c’est que ces quatre films m’ont tous fait rire, et m’ont aussi émue à plusieurs moments. Et que je kiffe la bande-son d’Inside Lewyn Davies encore plus que celle d’O Brother. Et que clairement Clooney et les frères Coen se réussissent les uns aux autres. Pour vraiment répondre à cette question, néanmoins, il faudrait que je voie et revoie tout ce que je n’ai pas vu ou pas revu depuis un moment. Et c’est prévu. Leurs films sont tous dans mon carnet à listes :)

 

  • Y a-t-il désormais un film d’Ewan Mc Gregor que tu trouves exceptionnel ou continues-tu à être déçue par ses choix de projets et à trouver sa filmographie médiocre malgré des prestations de qualité de sa part ?

Médiocre, non, je ne suis plus d’accord avec moi-même (enfin sauf sur le fait que lui est bon, là je suis d’accord). Il y a des films de sa filmographie que j’aime vraiment bien, tels que Down with love (que tu m’as fait voir :D), Emma, Big Fish ou encore Perfect Sense (qui m’avait laissée un peu perplexe à sa sortie, mais que j’ai revu depuis, et que j’ai beaucoup aimé cette fois-ci)… mais c’est vrai que je n’ai rien trouvé d’exceptionnel dans le tas. Après, je n’ai toujours pas vu certains de ses films les plus acclamés, donc :)

 

  • Aimes-tu particulièrement Fanny Ardant ? Si non, pourquoi avoir choisi son image pour illustrer la catégorie fantôme des acteurs et actrices occidentaux/ales ?

A une époque, j’aimais beaucoup Fanny Ardant, oui. Je n’avais pas vu grand-chose d’elle (et c’est toujours le cas, à vrai dire)  mais j’ai eu une période où je regardais souvent les films d’époque qu’on avait à la maison, et elle était dans deux de ces films : Ridicule et Elizabeth. Oh et j’avais vu Huit femmes aussi. Et si je ne dis pas de conneries (car cela fait longtemps que je n’ai pas vu ces films, je les regardais en VHS, hein ! Le seul que j’ai revu un peu récemment c’est Elizabeth), dans tous ces films, elle jouait des personnages féminins qui flirtaient, couchaient, portaient des amures, régnaient… elle me renvoyait une image de femme très forte, sûre de son corps (après faudrait que je revoie les films, parce que mes yeux d’enfants voyaient différemment de mes yeux d’adulte), assumant et jouissant de sa sexualité. Et je trouvais ça super cool. En plus, elle a un sourire magnifique, et donc même si je l’avais pas vue dans grand-chose, vous pouviez trouver des images d’elle dans mes agendas (notamment dans sa robe rouge de Ridicule). Ca, c’était pendant mon enfance. Et quand j’ai dû créer une icône pour les actrices occidentales, je crois que mon affection  instinctive pour elle est juste ressortie.

 

Haha, mon Dieu, ce design laid fait dans word :')

 

 

 

Sur ce, les gens, c'est tout :D Je vous donne rendez-vous demain pour la suite et fin !  On y parler0 de David Tennant, de musique, de lecture (BEAUCOUP de lecture)  et d'écriture ~

 

 

 

Tag(s) : #SA2017, #A propos de moi, #Interview, #Blablas

Partager cet article

Repost 0