Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

Diffusé en 2014

Sur TvN

20 épisodes

 

Réalisé par Kim Won Suk

Ecrit par Jung Yoon Jung

D’après le webtoon de Yoon Tae Ho

 

 

Avec :

Im Siwan >>> Jang Geu Rae

Lee Sung Min >>> Oh Sung Shik

Kang So Ra >>> Ahn Young Yi

Kang Ha Neul >>> Jang Baek Ki

Byun Yo Han >>> Han Seok Yul

Kim Dae Myung >>> Kim Dong Shik

Shin Eun Jung >>> Sun Ji Young

Park Hae Joon >>> Chun Gwan Woong

 

 

Dontesque?

 

Ancien prodige du baduk (jeu de Go), Jang Geu Rae a manqué l’opportunité de passer professionnel suite à un drame familial. Sans vrai diplôme en poche, il vit depuis de petits boulots, lorsqu'une connaissance l’aide à se faire embaucher comme stagiaire chez One International, une très grande entreprise d’import-export. Dès son premier jour, il va faire face au dur monde de l’entreprise, ainsi qu’aux conséquences d’être entré par piston.

 

Fiches Ecrans d'Asie: ici

 

 

~oOo~

J’en ai mis du temps à le voir celui-ci, car bien que je ne doutais pas une seconde que ce soit un drama de qualité (tout le monde étant plus ou moins d’accord pour l’encenser à sa sortie), le thème me rebutait pas mal. Pas dans le sens où je nourrisse quelconque mépris contre le monde des open-space, loin de là. Ce qui me faisait un peu peur, c’était que ce soit un récit très déprimant à regarder, sachant que l’approche était assez réaliste et sobre dans son exécution, comparé aux autres workplace dramas, qui misent plus sur des ambiances colorées, des romances, des situations rocambolesques et des personnages assez stéréotypés et classiques qu’on retrouve dans tous les dramas. Le monde du travail est déjà souvent source de détresse au quotidien, est-ce que je voulais suivre la vie d’un groupe de vrais gens normaux qui galèrent et se font malmener au boulot quand je suis chez moi ? Hmmm… pas vraiment. On regarde des dramas pour échapper au quotidien, pas le retrouver à l’écran, n’est-ce pas ?  C’est pour cela que j’ai repoussé l’échéance pendant plusieurs années, peinant à trouver le courage de me lancer… *des violons se font entendre au loin* Lorsque j’ai repris activement mes activités de dramavore en début d’année, Misaeng était en tête de ma liste des dramas que je devais rattraper. Mais encore une fois, j’ai un peu attendu, surtout parce qu’entre-temps je suis tombée dans la marmite des dramas chinois. Puis, j’ai vu Signal il y a quelques semaines et là, la motivation était là en full force. Por qué ? me direz-vous. Mais parce que :

 

1. Signal est un chef-d’œuvre du thriller. Regardez-le ! Regardez-le ! Regardez-le !

2. Le réalisateur de Signal, Kim Won Suk, à qui l’on doit plein de mes dramas favoris comme Sungkyunkwan Scandal ou Monstar - mais aussi des purges très jolies à regarder comme Cinderella’s Sister - a réalisé Misaeng.

 

Tout se rejoint, c’est merveilleux. L’ambiance visuelle de Signal m’a rappelé pourquoi j’adorais ce réalisateur et Misaeng est repassé en tête de mes dramas à voir. Du coup, au diable mes aprioris, lançons-nous !

 

Première surprise, c’est nettement moins malaisant que je l’imaginais, beaucoup plus poignant et positif. Alors certes, les personnages ont leur lot de brimades, de coups durs, d’échecs, de frustrations, mais c’est entrecoupé de beaucoup de solidarité, d’entraide entre les employés. On est loin du crescendo de déprime que je m’imaginais. Ou alors je m’attendais à un tel niveau de négativité et de violence que tout m’a paru pas si horrible comme ambiance au final.

 

Misaeng nous plonge donc dans le quotidien d’employés de bureaux d’un conglomérat. Dit comme ça, ça à l’air aussi passionnant que de regarder sécher son linge, mais Misaeng n’est pas adapté d’un webtoon à succès pour rien, et on est face à plein de petites histoires passionnantes sur le quotidien du monde du travail : les conflits avec la hiérarchie, ce collègue insupportable qui récolte le crédit de vos travaux, celui qui réussit à gravir les échelons avant vous alors que vous avez l’impression de bosser deux fois plus pour aucun résultat, le harcèlement sexuel et la misogynie du/des supérieur(s), les erreurs aux conséquences dramatiques, les dead-lines à respecter, le surmenage des équipes, l’échine à courber face aux patrons etc. etc. C’est à la fois souvent très malaisant parce que ce sont des situations familières, mais aussi très attachant parce que les protagonistes peuplant ce récit sont des gens lambda. Pas de génie froid, pas de chaebol affreux n’attendant que sa Candy pour guérir ses blessures, non. Dans Misaeng, les gens sont tout à fait accessibles et leurs déboires génèrent facilement l’empathie.

[Baduk et stratégie de survie en entreprise] Misaeng: Incomplete Life 미생[Baduk et stratégie de survie en entreprise] Misaeng: Incomplete Life 미생
[Baduk et stratégie de survie en entreprise] Misaeng: Incomplete Life 미생[Baduk et stratégie de survie en entreprise] Misaeng: Incomplete Life 미생
[Baduk et stratégie de survie en entreprise] Misaeng: Incomplete Life 미생[Baduk et stratégie de survie en entreprise] Misaeng: Incomplete Life 미생

Commençons par notre héros, Geu-Rae, interprété par Im Siwan qui livre une performance très solide. Il est un peu difficile à cerner dans les premier épisodes. On en sait peu sur son caractère au début. Il est introverti et solitaire, sans être timide. C’est quelqu’un de débrouillard et de très malin. Totalement perdu dans l’environnement du bureau et jeté dans la fosse aux lions sans parachute, il va très vite se rendre compte que sa grande maîtrise du baduk lui a inculqué de solides connaissances en stratégie, qui vont se révéler précieuses pour affronter le quotidien du monde du travail, ainsi que pour gagner le respect de ses collègues. Car ça, c’est pas gagné, et Geu Rae va très vite l’apprendre. Il va se retrouver sous la direction de Oh Sang Shik, qui est -je le dis tout de suite- la star de ce drama. Lee Sung Min porte une bonne partie du drama sur ses épaules par son personnage de directeur un peu acariâtre et grincheux, mais vrai papa poule protégeant son équipe. Comme presque tout le monde, il va aussitôt prendre Geu Rae en grippe : un stagiaire sous qualifié et incompétent embauché par piston, alors que des tas de gens se saignent aux quatre veines pour une place chez One International ? Mais le héros est un tel petit chiot attachant et doué qu’on ne peut pas le détester longtemps. J’ai adoré voir se développer leur relation, de la méfiance à un lien maitre-padawan/père-fils terriblement poignant.

 

Autour d’eux gravite une multitude d’autres personnages comme Ahn Young Yi, une jeune stagiaire brillante et très compétente, interprétée avec beaucoup de talent par l’excellente Kang So Ra. Je regrette qu’elle soit la seule femme aussi développée dans l’intrigue (à part peut-être Miss Shin) et sa storyline était sûrement la plus pénible à suivre. Pas qu’elle soit mal écrite, loin de là, mais une grosse partie de son arc est lié à sa condition de femme au sein de l’entreprise, ce qui est une torture à suivre tant c’est réaliste et malaisant. On ne lui épargne rien. J’avoue que j’ai été pas mal insatisfaite par la résolution de ses conflits au boulot. Pour les coupables de harcèlement, je parle. Mais, merci à la scénariste de ne pas avoir fait d’elle le love interest \o/

[Baduk et stratégie de survie en entreprise] Misaeng: Incomplete Life 미생[Baduk et stratégie de survie en entreprise] Misaeng: Incomplete Life 미생
[Baduk et stratégie de survie en entreprise] Misaeng: Incomplete Life 미생[Baduk et stratégie de survie en entreprise] Misaeng: Incomplete Life 미생[Baduk et stratégie de survie en entreprise] Misaeng: Incomplete Life 미생
[Baduk et stratégie de survie en entreprise] Misaeng: Incomplete Life 미생[Baduk et stratégie de survie en entreprise] Misaeng: Incomplete Life 미생

Devant Jang Baek Ki, je suis longtemps restée circonspecte. Pendant très longtemps, j’ai cru qu’il serait à nouveau un personnage de Kang Ha Neul que je n’aimerais pas. Ce qui semble être une malédiction qui me poursuit avec cet acteur: que ce soit dans Monstar ou Moon Lovers : Scarlet Heart Ryeo, il n’y avait rien à faire, j’avais beau apprécier son jeu, je détestais ses persos. Baek Ki n’est pas quelqu’un qui cherche à nuire, mais s’il estime que vous êtes un mauvais élément, il ne lèvera pas le petit doigt pour vous aider. Et à ses yeux, Geu Rae n’a pas sa place dans l’entreprise. Dire que ces deux-là vont être en conflit est un euphémisme. Si on ajoute la jalousie que va vite lui inspirer un rival qui avance, alors que lui stagne dans sa carrière… Son évolution est très progressive et organique, ce qui fait que je me suis rendue compte qu’en fait je l’aimais bien, très tard dans la série. Ça reste sur plein de points un connard, mais il cherche à s’améliorer et à devenir meilleur, ce qui le rachète pas mal.

 

Sinon, il y a Han Seok Yul, qui a aussi droit à un développement assez spectaculaire au cours du drama. Quand on le rencontre, il est assez antipathique, frimeur et lèche-botte. On ne s’attend pas du tout à ce qui va lui arriver et sans trop spoiler, il va apprendre l’humilité très durement. L’arc de Seok Yul est l’un de ceux que j’ai trouvé le plus intéressant. Je ne connaissais pas Byun Yo Han, mais il est vraiment bon ici.

 

Je ne vais pas pouvoir énumérer tous les employés, ils sont des dizaines à apparaître régulièrement et Misaeng réussit le pari de rendre cette entreprise vivante via tout ce petit monde, ses gens et leurs différents rapports les uns aux autres. Ce drama est rempli de belles performances et de beaux personnages. C’est un drama beaucoup plus fun qu’il en a l’air. Certes, il y a beaucoup de moments très durs, mais ce qui évite qu’on ne tombe dans un déluge de déprime, c’est cette solidarité et cette amitié qui va se créer au fur et à mesure entre les jeunes employés et leurs boss. Ils se retrouvent, se conseillent, s’épaulent, vont boire des coups. Ils ne sont pas isolés dans leurs difficultés et s’entraident, ce qui élève beaucoup l’ambiance du drama et lui évite de sombrer dans la lourdeur.

[Baduk et stratégie de survie en entreprise] Misaeng: Incomplete Life 미생[Baduk et stratégie de survie en entreprise] Misaeng: Incomplete Life 미생[Baduk et stratégie de survie en entreprise] Misaeng: Incomplete Life 미생
[Baduk et stratégie de survie en entreprise] Misaeng: Incomplete Life 미생[Baduk et stratégie de survie en entreprise] Misaeng: Incomplete Life 미생[Baduk et stratégie de survie en entreprise] Misaeng: Incomplete Life 미생
[Baduk et stratégie de survie en entreprise] Misaeng: Incomplete Life 미생[Baduk et stratégie de survie en entreprise] Misaeng: Incomplete Life 미생[Baduk et stratégie de survie en entreprise] Misaeng: Incomplete Life 미생

Je reviens un peu sur la réalisation de Kim Won Suk, que j’ai une nouvelle fois adorée. J’ai aimé sa gestion de l’espace. Les actions se passant principalement dans les mêmes lieux (open-space, salles, de réunions, salle de repos, photocopieuse, ascenseurs, les pauses-clope sur le toit ou dans le jardin), on ressent très vite cette oppression, cette sensation d’enfermement que vivent les protagonistes en étant constamment face au même environnement. Du coup, dès qu’ils en sortent et que l’on change de lieu, on a, comme eux, l’impression de respirer à nouveau.

 

Niveau ambiance sonore, j’avoue ne pas avoir trop fait attention à la musique. Les accompagnements musicaux sont peu nombreux, il n’y a pas de grande chanson aux envolées lyriques, de thème récurrent qui reste dans la tête. Tout est dans la sobriété. Il y a des instru pour souligner certains passages, mais ils sont utilisés avec parcimonie. Quand je pense au son dans Misaeng, j’entends les téléphones qui sonnent, les imprimantes qui sortent du papier, le brouhahaha des employés, le « ding » des ascenseurs. Le fait que la musique soit si peu mémorable n'est pas dérangeant parce que ce n’est pas ce qu’on attend de ce drama.

 

En bref, j’ai beaucoup aimé ce drama, mon seul reproche étant le manque de représentation féminine. On s’attache très vite à ces gens, on rit avec eux, on pleure avec eux, on est révolté quand ils le sont, on célèbre avec eux leurs victoires… Ce drama est un petit bijou qui mérite amplement les éloges qu’il a reçues.

 

 

Suivez Fleya sur twitter~

 

[Baduk et stratégie de survie en entreprise] Misaeng: Incomplete Life 미생[Baduk et stratégie de survie en entreprise] Misaeng: Incomplete Life 미생
[Baduk et stratégie de survie en entreprise] Misaeng: Incomplete Life 미생[Baduk et stratégie de survie en entreprise] Misaeng: Incomplete Life 미생
[Baduk et stratégie de survie en entreprise] Misaeng: Incomplete Life 미생[Baduk et stratégie de survie en entreprise] Misaeng: Incomplete Life 미생[Baduk et stratégie de survie en entreprise] Misaeng: Incomplete Life 미생
[Baduk et stratégie de survie en entreprise] Misaeng: Incomplete Life 미생[Baduk et stratégie de survie en entreprise] Misaeng: Incomplete Life 미생
Tag(s) : #TV, #Dramas - séries et animes, #Drama, #Corée du Sud, #Misaeng, #Fleya proudly presents, #2010s, #2014, #tvN, #~20 épisodes, #Kim Won Suk, #Jung Yoon Jung, #Yoon Tae Ho, #Adaptation, #Im Siwan, #Lee Sung Min, #Kang So Ra, #Kang Ha Neul, #Byun Yo Han, #Kim Dae Myung, #Shin Eun Jung, #Park Hae Joon, #Tranche de vie, #Workplace drama, #Drame, #Comédie

Partager cet article

Repost 0