[Dans un sourire] Mizuhara Kiko 水原希子

Publié le 16 Août 2017

Note: je remets la drama/filmographie, les liens et la fiche à jour lors de certaines occasions, mais ça n'arrive pas tous les mois/ans. N'hésitez donc pas à cliquer sur le tag de Mizuhara Kiko pour avoir les développements récents^^

Mizuhara Kiko

Je commence à vous parler de Kiko dans juste deux secondes, mais d’abord…

Mizuhara Kiko

C’est pas pour vous que je le fais, c’est pour moi. J’ai un gros crush sur Mizuhara Kiko (en particulier son sourire ) Ce dont vous vous doutez vu qu’on est dans la Semaine du Crush, et tout, mais j’aime bien enfoncer des portes ouvertes, parce que j’ai toujours détesté ces foutues choses #doorssuck #breakonthroughthedoor #totheotherside. Bref, j’ai un gros crush sur Mizuhara Kiko, et ce depuis Shitsuren Chocolatier. Ce n’est pourtant pas le drama où je l’ai découverte : techniquement, je l’avais peut-être déjà vue dans Norwegian Wood avant ça (je dis « peut-être » parce qu’à l’époque je venais de lire le livre, n’avais pas été très loin dans le film, préférant attendre que le bouquin me sorte de la tête, et ne me souviens plus si j’étais arrivée jusqu’à l’apparition de Kiko ou pas), et surtout je l’avais vue (et là j’en suis sûre à 100%)  dans Helter Skelter, où je ne l’avais apparemment pas repérée du tout (mais alors vraiment pas), ce qui m’étonne car elle joue un personnage quand même important, et que le fait qu’elle joue ce personnage est particulièrement sensé (elle a l’aura et le physique absolument parfaits pour… notez, je trouve que son image correspond aussi vraiment bien à Midori dans Norwegian Wood). Enfin que voulez-vous, des fois on est longue à la détente, hein, et il a donc fallu attendre Shitsuren Chocolatier pour que le véritable déclic se fasse. Faut dire que dans ce drama, dont on reparlera plus tard, elle joue vraiment mon personnage favori, donc forcément, ça a aidé.

 

En effet, pour préparer cette journée, j’ai regardé ce que j’ai pu trouver de sa filmo-dramagraphie (c’est-à-dire pas tout, car certains projets n’ont pas de sous-titres… et malheureusement, mon japonais n’est plus ce qu’il était –c’est-à-dire médiocre) et je suis bien obligée d’admettre que Mizuhara Kiko n’est pas une grande actrice. Elle n’est pas mauvaise non plus, elle fait bien ce qu’elle sait faire, c’est juste qu’elle a un peu tendance à toujours jouer de la même façon, avec ses airs mignons et ses moues vaguement boudeuses, et mettons qu’il y a des dramas et films dans lesquels c’est parfait, et d’autres où ça devient agaçant, selon l’écriture du personnage, selon le degré, selon aussi si vous venez de la regarder dans trois projets avant, ou bien si vous ne l’avez pas vue depuis des mois, et selon son temps de présence à l’écran bien entendu. Elle ne fait pas partie des actrices que j’admire le plus, on va dire, mais comme j’ai le béguin pour elle, c’est vrai que je la retrouve quand même avec énormément de plaisir 99% du temps, et il m’était déjà arrivé de lancer un film juste pour elle avant de la choisir comme sujet pour aujourd’hui. Donc même s’il y a eu des bas et des plats pour aller avec les hauts, les préparations furent, en général, un plaisir, ne serait-ce que d’un point de vue esthétique. Et sur ce, on va donc revenir sur tout cela. En trois parties (parce que je suis organisée comme ça) :

 

1/ Oui (Top4)

2/ Non

3/ Pourquoi pas

 

La question étant bien entendu « mettre ma main dans ce hachoir électrique est-il une bonne idée devrais-je regarder ce film/drama dans lequel joue Mizuhara Kiko ? ». Et écoutez, on ne perd pas de temps, allons-y ! (et à la fin, vous trouverez bien entendu sa filmo/dramagraphie^^)

 

 

1/ Oui (Top4)

 

Note : les projets sont classés de celui que j’ai trouvé le moins bon, à celui que j’ai trouvé le meilleur, indépendamment de l’importance du rôle de Kiko. Je précise à chaque fois cette importance, bien entendu, afin que vous sachiez (pour aller avec le thème de l’article) si ça vaut le coup de regarder tel ou tel projet pour elle, mais à choisir je préfère vous conseiller de bons trucs dans lesquels elle se trouve être, plutôt que des mauvais où elle a le premier rôle. Ceci éclairci, go.

 

4

Shitsuren Chocolatier (drama)

Shitsuren Chocolatier

• Présence de Kiko dans ce projet : essentielle. Elle joue une des trois personnes impliquées dans le triangle amoureux principal, dans un drama qui ne relègue aucun des trois participants au rang de « troisième roue du vélo ».

• Dontesque ? Amoureux pendant des années de Saeko, Sota vit un rêve depuis que celle-ci a accepté de sortir avec lui. Comme elle aime le chocolat plus que tout au monde, il décide naturellement de devenir chocolatier lui-même, mais, la veille de la St Valentin, elle lui annonce qu'elle n'a jamais pensé qu'ils sortaient ensemble, et qu'elle était déjà en couple tout ce temps.

Shitsuren Chocolatier est un drama très imparfait. Je suis la première à reconnaître que certains personnages secondaires sont peu développés et ralentissent inutilement l’intrigue, de même que la réalisation et le montage déconnent complètement par endroits (surtout au début). Mais ce que je trouve intéressant dans Shitsuren Chocolatier, c’est déjà le fait que ce que les personnages peuvent avoir de malsain est censé être malsain (je pense surtout à l’obsession hyper tordue du personnage de MatsuJun pour celui d’Ishihara Satomi) et surtout la fin. La conclusion n’est pas entièrement satisfaisante, et le devenir d’un des personnages me reste encore en travers de la gorge, mais Shitsuren Chocolatier ose faire quelque chose dont, honnêtement, je ne le croyais pas capable, et qui m'a laissée sur les fesses. C’est triste que je ne puisse pas vous dévoiler ce que c’est, parce qu’à mon avis, c’est vraiment ce qui rend le drama intéressant, mais… spoilers, spoilers. En tous les cas, même si je ne peux en aucun cas garantir que le drama vous plaira, et ne prétendrai pas non plus que c’est un chef d’œuvre, je vous encourage à y jeter un œil. Et puis Mizuhara Kiko y est décidément attachante.

 

 

3

Helter Skelter (film)

Helter Skelter

• Présence de Kiko dans ce projet : secondaire, mais importante. Elle joue la jeune mannequin qui commence à monter et faire de l’ombre à l’héroïne, précipitant la paranoïa et la chute de celle-ci.

• Dontesque ? Lili, mannequin, est adulée de tous.tes pour sa beauté. Mais ce que ne savent pas les gens c'est que pour en arriver là, elle a dû subir beaucoup d'opérations. Et comme rien n'est éternel, le corps de Lili commence à protester, la plongeant dans un enfer dans lequel elle ne cesse de s'enfoncer.

• Helter Skelter est un film adapté du manga one-shot éponyme que j’adore, et vous conseille (j'aime beaucoup Okazaki Kyoko, la mangaka, et j'ai super hâte de voir ce que donnera l'adaptation de River's Edge), racontant comme une mannequin ayant atteint le sommet de sa popularité voit son monde s’effondrer dans une industrie éphémère et cruelle. Le film est un peu moins glaçant que son matériau d’origine (qui est bien flippant, à moins que vous kiffiez l'idée de voir des morceaux de votre peau tomber... chacun ses goûts, hein !), mais il n’en reste pas moins très bon. Ce qui je trouve intéressant, c’est qu’il prend une direction esthétique assez différente du manga,. Bien sûr, les supports ne sont pas les mêmes, donc forcément, mais là où le manga est souvent « laid », accentuant le monstrueux de ses personnages sous le masque, le film (réalisé par Ninagawa Mika, une photographe très populaire ayant également réalisé le visuellement magnifique Sakuran) est d'une esthétique absolument superbe et semble plus refléter ce qu'il y a de terrible et pesant au masque lui-même (bien sûr, le manga parle aussi du masque, et le film de ce qu'il y a dessous, c'est juste une question de nuance dans le visuel). Ce que l’histoire a de terrible transparaît dans les deux, mais c'est rendu de façon différente dans le film, à grand renfort de décors chargés, de couleurs et paillettes, et du coup, ça le rend encore plus intéressant à mes yeux. Bref, jetez-y un coup d’œil ! Et puis il y a Kubozuka Yosuke dedans, ce qui ne fait jamais de mal~ Oh et AyaGou ! N'oublions pas Ayagou~

 

 

2

Kazoku na Katachi (drama)

Mizuhara Kiko - Kazoku na Katachi

• Présence de Kiko dans ce projet : secondaire, mais satisfaisante. Elle joue une jeune collègue de l’héroïne qui rêve de mariage, néglige son travail et semble très superficielle, mais réserve de bonnes surprises dans son évolution, notamment via sa relation à l’héroïne.

• Dontesque ? Pour des raisons un peu différentes, Hanako et son voisin du dessus, Daisuke, sont tous deux ravis de profiter de leurs solitudes, lorsque débarquent respectivement chez eux leur mère, et leur père. Ils se rencontrent, et deviennent amis, tandis que chacun voit son appartement envahi.

L’histoire, on la connait, on se doute d’où vont probablement finir les deux personnages principaux (sauf gros twist à la "en fait Daisuke était un fantôme depuis le début", bien entendu :O), mais Kazoku no katachi n’en reste pas moins un drama super agréable, pour ses personnages attachants (au premier plan comme au second), son ambiance douce, et certains de ses messages un peu plus nuancés qu’il n’y parait, de même que certains personnages pourraient vous surprendre (dont celui de Kiko). L’aspect romance est bien dosé, avec juste ce qu’il faut pour satisfaire les amateurs, et juste assez de retenue pour ne pas déranger ceux qui préfèrent se concentrer sur les relations humaines en général. C’est un drama un peu mélancolique par moments, mais drôle et optimiste à d’autres (et en général), et bref, au final, c’est juste une tranche de vie comme on en trouve de si bonnes parmi les Jdramas, et celle-ci fait du bien au coeur (non parce que des fois y a des tranches de vie qui le malmènent, vu que la vie peut se montrer franchement vache, mais là, non).

 

 

1

Nobunaga Concerto (drama)

Mizuhara Kiko - Nobunaga Concerto

• Présence de Kiko dans ce projet : très secondaire. Elle joue la petite sœur du personnage principal, et c’est un personnage important, mais on la voit très peu.

• Dontesque ? Un lycéen ordinaire se retrouve propulsé en 1549 et tombe sur Oda Nobunaga. Il se trouve qu’il en est le sosie parfait, et que celui-ci lui demande de prendre sa place à la tête de son clan. Pensant être dans une attraction historique et ne réalisant pas ce qui lui arrive Saburou accepte et voilà qu'il se retrouve effectivement à la place d'Oda Nobunaga, l'homme destiné à unifier le Japon…

Ce drama a été un gros coup de cœur pour moi ! Bien sûr, parce que le personnage principal (interprété par Oguri Shun, et non il est pas crédible en lycéen, mais heureusement c'est rapidement oublié) est en décalage complet avec une époque dont il ne sait pas grand-chose, il y a pas mal de comédie (qui est très bien délivrée, et m’a donc fait beaucoup rire) mais plus la série avance, plus le drama a des moments sérieux, et prend parfois un ton à la limite de la tragédie. Parce qu’après tout, Saburou est tombé dans une période violente, et il peut essayer d’imposer ses idéaux modernes s’il veut, mais parfois ça ne va pas fonctionner, parce que guérir la guerre, les révoltes et la famine à coups de discours naïfs, on va pas se mentir, c'est quand même plutôt chaud. Nobunaga Concerto est toujours divertissant mais n’oublie jamais d’avoir du cœur, proposant des personnages attachants, qu’on a envie de suivre et soutenir, tandis qu’ils prennent des décisions qui ont de véritables conséquences et donc un véritable poids émotionnel, ce qui en fait un véritable succès à mes yeux (véritablement). Le casting est bien entendu impeccable, et si ce n’est certes pas le drama à voir en priorité si votre but principal est d’overdoser de Mizuhara Kiko, c’est un dama à voir en priorité, juste en général. Regardez-le :D

 

 

2/ Non

 

Le temps, comme on aime à le répéter entre téléphages désespérés, c’est une denrée qui manque gravement (enfin, non, y en a plein, c'est juste que nous on a accès à un sample limité)… donc quand je peux vous éviter de le gâcher, j’aime bien vous rendre ce service. Comme ça, cela vous laisse tout le loisir d’aller découvrir des trucs qui valent certainement bien plus les précieuses minutes que vous leur consacrerez. Voici donc quatre titres qu'à mon avis vous pouvez ne pas regarder sans que ça gâche votre existence:

 

 

The Kodai Family (film)

Mizuhara Kiko - The Koudai Family

Précision (par souci de transparence, et tout): je n'ai pas terminé ce film. Je le trouve, déjà, raté en tant que romance (ce qu'il aspire à être). C'est-à-dire qu'il a pourtant un concept (et un casting, aussi), à la base, que je trouvais intéressant: un jeune homme capable de lire dans les pensées des autres (qu'il le veuille ou pas, et ça lui pèse plus qu'autre chose, à lui et aux autres membres de sa famille) rencontre une jeune femme à l'imagination hyper-active, et en tombe amoureux quand il découvre ses fantaisies élaborées. Certes, on se heurte rapidement à un souci de déséquilibre dans la relation, vu que le monsieur entend les pensées de la madame, ce qui laisse peu d'intimité à celle-ci, mais c'est pas forcément ingérable, on peut encore écrire quelque chose de bien... sauf que la romcom, à mes yeux, est foirée car le film se contente de "il lit dans ses pensées" pour tout développement de couple, si bien que j'ai eu beaucoup de mal à croire à leur relation, ce qui est quand même dommage. Je trouvais ce film visuellement agréable, mais émotionellement/scénaristiquement plat et sans étincelle. Donc j'étais pas motivée à le finir, et vu qu'il se permet de balancer une "jolie" blackface au milieu, j'ai pas eu beaucoup de scrupules à jeter l'éponge.

 

 

Attack on Titans (film)

Mizuhara Kiko - Attack on Titans

… que vous soyez un fan fermé au changement, un fan ouvert au changement, ou absolument pas fan de l’œuvre de base, n’a aucune espèce d’importance en l’occurrence, puisque le film est à la fois infidèle à son matériau de base et un très mauvais film en soi. Honnêtement, j’ai voulu, par curiosité, regarder le second volet, mais le premier était tellement mauvais qu’à un moment donné, moi aussi, j’ai envie d’économiser mon temps, un peu. Le film Attack on Titans est mauvais parce que les personnages sont largement plats et en cruel manque d'identité, parce que le casting joue mal (même si ce sont tous des acteurs que j’apprécie en général, donc je ne suis que tristesse au fond de moi), parce que l’écriture est foireuse (beaucoup d’exposition forcée, des dialogues très superficiels, pas mal de clichés, etc), parce que tout sonne faux, parce que même la musique déconne. Et parce que c’est juste pas un bon film, en fait. Et... les gens, votre vie est si courte. On ne sait jamais quand de gros titans risquent de détruire l’humanité, donc profitez du temps qu’il vous reste !

 

 

The cabin attendant (téléfilm)

Mizuhara Kiko -  The Cabin Attendant

… la platitude de ce téléfilm est assez balèze. Même d’un point de vue « Kiko is love », ça n’a pas d’intérêt, étant donné qu’elle a quasiment un rôle de figurante. Mais ce que je reproche surtout au téléfilm, c’est vraiment qu’on s’y ennuie à mourir, parce que son intrigue n’est pas très… ben… intrigante. Ce qui est quand même bien dommage pour un téléfilm policier. Et surtout, je ne comprends vraiment pas pourquoi ils sont allés filmer ça à New York, parce que ça n’a aucun intérêt du tout : tous les personnages clés sont japonais, ou parlent japonais. On aurait pu filmer la même chose au Japon que ça n’aurait rien changé. Enfin… si ça avait juste été inutile, à la limite, en fait, ça aurait pu passer, mais là, en plus, ça fait du mal au drama, parce que certains acteurs sont assez mauvais, et surtout parce que vu que les madames sont à New York, le téléfilm a l’intention de bien s’en vanter comme il faut, donc on doit se taper de longs moments de tourisme, où les personnages vont voir les décors de Sex and the City, par exemple. Personnellement, ça me gonfle déjà de regarder les photos de vacance des gens que je connais (pardon, j’adore les entendre en parler, mais si on lance une séance diapo, je décroche) alors là… Le téléfilm prend des plombes à en arriver à son intrigue principale, et c’est pas comme si les personnages étaient spécialement intéressants donc… à sauter.

 

 

Platinum Data (film)

Mizuhara Kiko - Platinum Data

D’un point de vue « Kiko », déjà, Platinum Data est tout à fait « sautable » : elle joue un cadavre. Et c’est pas un film de zombie. Ou un flash-back sur sa vie. Bon, okay, on a bien quelques flash-backs avec elle, j'admets, mais n’empêche que son personnage est mort à peine Platinum Data commencé, et que ce n’est clairement pas pour elle qu’il faut regarder le film. Pourquoi faudrait-il le regarder alors ? Ben… euh…  Vous vous en doutez certainement, vu sa présence dans cette catégorie de l’article, mais je trouve qu’il y a très peu de raisons, en fait. Si vous êtes fan de Ninomiya Kazunari, à la limite ? Mais il n’est que passable dans ce film, que ce soit en tant qu’acteur ou action star, encore que de base le personnage ne soit pas supra crédible de toute façon. Et en général, je trouve ce film passable. L’intrigue tient raisonnablement éveillé mais ne m’a pas plus surprise ou intellectuellement bouleversée que ça, l’action n’avait rien d’extraordinaire, le jeu des acteurs non plus, la bande-son est carrément cheloue, et ce film est juste… médiocre, en fait. Je le mets dans la catégorie « non », car à mon sens, c’est une perte de temps, car rien n’est mémorable dedans, mais il n'est pas atrocement mauvais. A choisir, des quatre projets dans cette catégorie, j’imagine que c’est celui que je vous déconseille le moins... mais quand même, y a mieux à voir.

 

 

3/ Pourquoi pas

 

 

Usou no Sensou (drama)

Mizuhara Kiko - Uso no Sensou

• Présence de Kiko dans ce projet : essentielle. Elle joue l’équipière du héros, le Robin à son Batman (mais sans les costumes, ce qui est tout de suite bien moins drôle)

• Dontesque ? Alors qu’il gagnait sa vie en petites arnaques, Ichinose Koichi tombe sur un des hommes ayant assassiné son père, sa mère, et son petit-frère, et décide de se venger des responsables de la mort de sa famille.

Je vais pas vous mentir, Uso no Sensou n'est pas parfait (c'est pour ça qu'il est là, et pas dans les juste "oui" en même temps, donc je vous prends pas de court), et peut même parfois se montrer un petit peu frustrant, avec son abondance de flash-backs inutiles (tellement!de!flash!backs!) et répétitifs, entre autres soucis d'écriture, mais la série s'est rattrapée à mes yeux avec un casting vraiment sympa (cela faisait du bien de retrouver Kusanagi Tsuyoshi après tout ce temps, surtout !), et une bande de protagonistes que j'ai généralement trouvés attachants. Ce n'est pas un drama que je conseillerais aux amateurs de vengeance fines et retorses, car les plans restent finalement plutôt grossiers à mes yeux, mais le drama est sympathique, divertissant, et pourrait peut-être plus vous plaire qu'à moi. Même si j'ai généralement passé un bon moment devant parce que Kusanagi Tsuyoshi, Kiko et Fujiki Naohito dans le même drama, je dis oui !

 

 

I'm FLASH (film)

Mizuhara Kiko - I'm FLASH

• Présence de Kiko dans ce projet : décisive, mais secondaire… elle passe une grosse partie du film inconsciente. Elle joue la jeune femme mystérieuse impliquée dans l’accident de voiture qui fait remettre toute sa vie en cause au personnage principal.

• Dontesque ? Un jeune homme à la tête d'une secte provoque un accident sous l’influence de l’alcool, et seul survivant, cet évènement change sa manière de voir les choses, notamment son activité et sa perception de la vie et de la mort. Trois hommes sont alors recrutés afin d'assurer sa protection, et vont découvrir la vie marginale de ce riche leader de secte.

On va être honnête (encore... limite ça deviendrait fatigant) : je n’ai pas tout très bien compris à I’m FLASH. J’ai compris des bouts, mais d’autres sont obscurs, et puis j’admets en avoir oublié une partie, mais ne pas avoir eu le temps de le revoir pour aujourd’hui. Mais justement : j’ai envie de le revoir. Le casting (qui contient quand même bébé Eita (Nagayama Kento) et Matsuda Ryuhei !! *minute de silence reconnaissant*) est bon, l’idée de suivre un leader de culte remettant toute sa vie et sa foi en cause est intéressante, et il y a des idées de mises en scène qui me plaisent (et en même temps c’est un film de Toshiaki Toyoda, également auteur de 9 souls, Aoi Haru et Hanging Garden). Le souci c’est que je n’ai pas réussi à tout démêler la première fois, n’arrivant même pas à déterminer si le film me disait vraiment quelque chose, ou s'il mettait juste beaucoup de grands mots sur du vide. Je ne peux décemment pas le recommander donc, mais je le mets dans la catégorie des « pourquoi pas », vu que moi-même, j’ai envie de le revoir, et ne me sens donc pas de le déconseiller. Il m’avait semblé intéressant, donc si vous êtes curieux, regardez-le, et on pourra en discuter ensemble comme ça ! (limite, peut-être, vous pourrez m'expliquer, ce que j'apprécierais)

 

 

Norwegian Wood (film)

Mizuhara Kiko - Norwegian Wood

• Présence de Kiko dans ce projet : principale. Elle joue un des trois grands personnages féminins, Midori, une étudiante très libérée en apparence, qui va nouer une amitié moyennement platonique avec le personnage principal.

• Dontesque ? Après le suicide de son meilleur ami, Watanabe voit sa vie chamboulée, et plus particulièrement encore lorsqu'il tombe amoureux de l'ex de celui-ci. Il finit par coucher avec elle, mais la jeune femme disparait aussitôt. S’en suit une histoire de deuil, d’amour, et de gens qui essaient de communiquer avec plus ou moins de succès, et de créer des liens, que ce soit via les mots ou leurs corps.

Ce film est adapté d’un roman d’Haruki Murakami (La ballade de l'impossible en français... du coup on perd la référence au Beatles, mais je trouve que c'est un joli titre, alors ça va) C’est un roman que j’avais aimé, et Midori y était mon personnage favori, car elle semblait être la plus vivante du tas. Pas qu’elle n’ait pas ses blessures, mais elle semblait juste avoir plus d’énergie, comme un personnage en couleurs au milieu d’un roman largement en noir, blanc et nuances de gris. Et j'aime bien le gris, certains de mes meilleurs amis sont gris, mais les couleurs, c'est cool aussi. Je suis un peu triste du coup qu’elle ait été drôlement « passée en sourdine » dans le film... mais je comprends que cela correspondait plus à l’ambiance que voulait créer le réalisateur. En tout cas, Mizuhara Kiko est un très bon choix pour ce personnage, et en général, j’aime bien le casting de ce film de toute façon, à commencer par Matsuyama Kenichi, dans le rôle principal. Oh, et c’est un très, très, très joli film à regarder. Mais je ne suis simplement pas rentrée dedans du tout. Emotionnellement, j’étais complètement en dehors du film. L’ambiance seule n’a pas suffi. Aucun des personnages ne me semblait parler naturellement, ils avaient tous l’air un peu morts de l’intérieur à mes yeux, et je pense que c’était tout à fait voulu, mais en l’occurrence, la sauce n’a pas pris. Néanmoins, parce que j’ai le sentiment que le film n’était juste pas fait pour moi (en tout cas pas à ce moment-là), plutôt que d’être simplement mal fait : tentez-le ! Il est peut-être fait pour vous.

 

 

Kokoro ga pokitto ne (drama)

Mizuhara Kiko - Kokoro ga pokitto ne

• Présence de Kiko dans ce projet : principale… et insupportable, pendant un bon quart du drama, aussi :D Elle joue une jeune femme qui a tendance à tomber amoureuse de façon beaucoup trop intense, et quand elle tombe amoureuse du personnage de Fujiki Naohito (parce qu’en même temps, il est assez extraordinaire ce personnage... et que Fujiki Naohito est sexy à mourir, aussi), elle se montre d’un désagréable et rabaissant avec sa petite-amie qui m’a donné envie de lui foutre de sérieuses baffes.

• Dontesque ? Après que son mariage se soit très mal passé (et terminé), Haruta, la quarantaine, s'est complètement replié sur lui-même, effrayé de ses difficultés à contrôler sa colère. Néanmoins, via une série de coïncidences, il va se retrouver à côtoyer non seulement son ex-femme, mais également le petit-ami de celle-ci, et la jeune femme qui aime le petit-ami de son ex-femme, et pour laquelle il a le béguin, parce que sinon ce sera pas drôle.

Il y a beaucoup de choses qui auraient dû me plaire dans Kokoro ga pokitto ne. A vrai dire, au début, j’aimais même bien ! Mais il y a des tas de choses qui m’en ont détourné, l’une (et pas des moindres) étant le BRUIT constant de la série. Les personnages parlent beaucoup, et les uns par-dessus les autres, au point que ça me donnait mal à la tête. Je pense que c’est pour donner un sentiment de naturel, mais à vrai dire : qui parle à ce point en même temps que les autres ? Mais comme je le disais, ce drama aurait dû me plaire : au-delà d’un casting que j’aime beaucoup, il a pour atout de présenter des personnages adultes qui se retrouvent à partager le même toit (parce qu’encore une fois le personnage de Fujiki Naohito est extra et passe son temps à ramener des gens chez lui pour les loger quand ils n’ont nulle part où aller... s'il pouvait, il ouvrirait sa propre auberge pleine de Momo, je suis sûre, aw) et à devoir affronter leurs problèmes, en discuter, etc. On a quatre personnages en plein carré amoureux qui deviennent amis petit à petit, et c’est typiquement le genre de chose qui aurait dû me plaire, surtout qu’on n’avait pas vu Yamaguchi Tomoko depuis un bail, et que bordayl, elle manquait. Mais honnêtement, j’ai peiné à trouver les personnages attachants, il y a des thèmes avec lesquels je trouvais le drama vraiment maladroit, et surtout, le bruit, le bruit, LE BRUIT BORDAYL. Néanmoins, je pense que le drama a un décalage amusant, et en intéressera certainement beaucoup, c’est pour ça qu’il est dans cette catégorie. Donc allez-y, tentez-le. Pour ma part, j’avoue ne pas l’avoir terminé :( désolée, Kiko ! (je t’aime quand même)

 

 

Et sur ce, les gens, c’est la fin de ma liste de choses :D

 

MizuKiko n’a pas encore joué dans un nombre incalculable de projets, et je n’ai pas non plus pu tout regarder à temps, pour diverses raisons, mais c’étaient mes listes personnelles~ Je m’en vais donc vous laisser sur sa filmographie, et sa dramagraphie~ (en gras: ce que j'ai vu, en liens: les articles écrits)

A boy who wished to be Okuta Tamio, and a girl who drove all men crazy (2017)

The blue hearts (2017)

~The Kodai Family (2016) ~

Nobunaga Concerto (2016)

Attack on Titan : End of the World (2015)

~Attack on Titan (2015) ~

Trick the Movie : Last Stage (2014)

~Platinum Data (2013) ~

~I’m Flash ! (2012) ~

~Norwegian Wood (2010) ~

 

~Uso no Sensou (2017) ~

~Kazoku na katachi (2016) ~

~Kokoro ga pokitto de (2015) ~

~Cabin Attendant (2014) ~

~Nobunaga Concerto (2014) ~

~Shitsuren Chocolatier (2014) ~

Yae no Sakura (2013)

 

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :