[Sur un Petit Nuage] Chang Chen 张震

Publié le 20 Août 2017

Note: je remets la drama/filmographie, les liens et la fiche à jour lors de certaines occasions, mais ça n'arrive pas tous les mois/ans. N'hésitez donc pas à cliquer sur le tag de Chang Chen pour avoir les développements récents^^

Chang Chen

En général, j’aime bien commencer ces articles sur acteurs et actrices en revenant sur ma relation au sujet (c’est vrai, je pourrais plutôt  vous parler d’eux, de leur vie, mais haha, non, discutons plutôt de la mienne), et de pourquoi j’ai choisi de vous en parler. Surtout cette semaine, d’ailleurs, parce qu’après tout, l’idée est de vous parler de mes béguins, c’est la Semaine du Crush, donc c’est encore plus à sa place (pas plus intéressant par contre, mais ça, on n’y peut rien). En l’occurrence, néanmoins, dans le cas de Chang Chen, ça va être rapide, car quand j’ai décidé de l’inclure dans cette Semaine Anniversaire, je n’avais vu qu’un seul de ses projets, il y avait plus de dix ans de cela. Alors c’est vrai que, pour cette journée excluant crush japonais et coréens, j’ai généralement moins de noms qui me viennent aussitôt à l’esprit, mais n’allez pas croire que j’ai choisi Chang Chen faute de mieux, que j’ai fouillé les fonds de tiroir ! Car non, non. A vrai dire, il m’est venu en tête tout de suite (et il a été suivi de Lego Li, mais j’ai rapidement décidé que Chang Chen était la meilleure option), parce qu’en matière de Crush sortis de divertissements asiatiques, finalement, Chang Chen est le Crush Originel, le tout premier, une petite photo de lui trouvant sa place sur mes murs d’adolescente à l’époque où je n’avais vraiment aucune notion de divertissement chinois, japonais, coréen, etc (en l’occurrence Chang Chen est taïwannais, lui) au délà des trois films (tous chinois, incidemment) que j’avais vus… et de Tigre et Dragon (qui est aussi une production chinoise, mais pas que). Dans lequel j’ai découvert Chang Chen.

 

Et j’avais craqué dessus, gravement. Aussi, comment vouliez-vous que je résiste ? Lo (le personnage) était sexy, hors-la-loi (j’avais un truc pour les bandits… j’ai toujours un peu un truc pour les bandits), et embarqué dans une histoire d’amour passionné et impossible. Il était fait pour moi, et a donc effectivement trouvé sa place sur mon mur, juste à côté de mon lit, entre une photo de Johnny Depp, et une de Marilyn Manson. Lorsque j’ai dû choisir un jeune homme pour cette journée, mon choix était donc tout fait. Pour ce que j’en savais, cet acteur n’avait peut-être joué que dans Tigre et Dragon, mais heureusement, non, et je me suis rendue compte, au fil de ses projets (qui ne sont que des films), que non seulement c’est un acteur populaire, ayant tourné avec des réalisateurs connus (Wong Kar Wai, Ang Lee, Hou Hsiao Hsien, Kim Ki Duk, John Woo, bientôt SABU… ça va quoi o.o) mais en plus, c’est un bon acteur, ce qui… ben… c’est cool quoi. En tout cas, j’apprécie. Cela m’aurait fait de la peine d’avoir mis sur mes murs la photo d’un mauvais acteur avec juste une belle gueule.

 

Donc, aujourd’hui, je vais vous parler un petit peu de ce que j’ai découvert en me lançant dans sa filmographie ! Malheureusement, c’est l’acteur sur lequel je me suis penchée en dernier, donc je n’ai finalement fait qu’effleurer cette filmographie, mais j’ai tout de même réussi à voir une quinzaine de films. Cela fait moins de la moitié de sa filmographie, mais bon, j’aurai le temps de rattraper après cette semaine, vu que si j’ai tiré quelque chose de mes quinze films, c’est que même si certains films eux-mêmes ne m’ont pas convaincue, j’aime vraiment bien Chang Chen, donc je vais pouvoir continuer à suivre ce qu’il fait.  Yay !

 

Aujourd’hui, notre article va se diviser en trois parties (en plus de cette intro) :

 

1/ Les films sur lesquels vous ne verrez pas d’articles sur ce blog

2/ TOP5 des films que j’ai kiffés avec Chang Chen

3/ Des films à peut-être tenter aussi

 

Let’s go !

 

1/ Les films sur lesquels vous ne verrez pas d’articles sur ce blog

 

J’admets, cela peut paraître chelou comme catégorie. Il se trouve qu’en préparation d’aujourd’hui, j’ai vu plusieurs films sur lesquels je ne me sens pas d’écrire, pour différentes raisons, mais histoire d’en laisser une trace quelque part, et parce que je sais que je ne les reverrai pas pour écrire dessus, je me suis dit que j’allais mettre tout cela ici. Donc, dans l’ordre alphabétique, voici~

 

 

Chinese Odyssey 2002

Dontesque ? L’empereur et sa sœur décident de s’enfuir d’un palais où ils sentent enfermés. Seule la princesse arrive à s’enfuir, et elle rencontre un homme dont elle tombe amoureuse. Seule souci : il croit qu’elle est un homme, et veut la caser avec sa propre sœur.

Chang Chen joue l’empereur. Il a un rôle à peu près principal, mais on le voit moins que les trois autres rôles principaux.

La raison pour laquelle je n’ai pas accroché à ce film du tout est simple: la comédie ne me correspondait pas, et je suis passée complètement à côté du film, qui m’a agacée, parce que l’humour à côté duquel je passais était plutôt du genre envahissant. Du coup, j’étais tellement occupée à ne pas trouver ça drôle, que c’est vraiment tout ce que j’ai retenu, et franchement, ça ferait pas un très bon article. Je n’ai pas grand-chose à dire sinon que ça ne m’a pas fait rire (allez peut-être une ou deux fois), et que pour une comédie, c’est con. D’autant plus con, que je voulais rentrer dedans, ne serait-ce que pour le cast (Tony Leung Chiu Wai, Zhao Wei, Chang Chen, Faye Wong… voilà quoi T.T). Mais je ne vous déconseille pas le film. Au contraire, tentez-le ! Ca tape peut-être dans un humour qui vous parle plus qu’à moi :)

 

 

Missing

Dontesque ? Une jeune femme perd son petit-ami, photographe sous-marin. Un corps décapité est retrouvé, mais s’agit-il bien du corps du disparu ?

Chang Chen a un second rôle, mais un second rôle important

Zzzz. Au début, j’étais pourtant enthousiaste, parce que le film s’annonçait comme un film d’horreur couplé d’un drame, et que dedans il y avait non seulement Chang Chen (dans un rôle comique un peu trop over-the-top pour moi, j’ai trouvé que ça ne s’inscrivait pas bien dans le reste du film) mais également Angelica Lee que j’ai beaucoup aimée dans The Eye, et Betelnut Beauty (où elle partage d’ailleurs l’écran avec Chang Chen, donc on en reparle bientôt). Le film s’est néanmoins rapidement avéré très laborieux à regarder. Je n’ai pas peur des films qui avancent lentement, mais celui-là, je l’ai vraiment trouvé fade, et la fin… oh bordel la fin. Ou plutôt les fins. Ce film ne voulait pas finir T.T C’est con parce que vraiment, un film plus ou moins d’horreur sur le thème du deuil, moi j’étais pour, surtout avec ce casting. Mais, non. Et celui-là, pour le coup, je vous le conseille pas.

 

 

Monk comes down of the moutain

Dontesque ? Un jeune moine est chassé de son monastère fauché, et doit survivre et s’adapter dans le monde extérieur, misant sur ses talents en arts martiaux

Chang Chen a un rôle secondaire

En gros : bof.

J’ai pensé que tout était bof.

Je n’ai aucun sentiment à l’égard de ce film, rien.

Et ça ferait un article tout aussi bof, donc je passe mon tour.

 

 

The Last Supper

Dontesque ? Alors que sa vie touche à sa fin, l’empereur repense à ses deux anciens frères d’armes, devenus les ennemis qui le font trembler jusque dans son lit de mort.

Chang Chen a un rôle principal, jouant un des deux ex-frères d’arme.

Ce film est visuellement SUPERBE. Sérieusement, il est magnifique. Des quatre films dans cette catégorie, c’est sans doute celui dont j’aurais le plus à dire, parce que s’il est magnifique, et très bien joué, il est aussi extrêmement confus. On le commence avec les mots « mon cauchemar » répétés plusieurs fois tandis que le personnage central s’apprête à raconter sa vie, effectivement hanté par le cauchemar de voir ses ennemis (anciennement ses amis) lui tomber dessus. Et c’est comme si le film voulait épouser la forme du cauchemar, avec une narration qui m’a perdue plusieurs fois, et des mises en scène qui ne rendaient pas toujours évident ce qui était en train de se dérouler. Pendant un temps, deux des trois personnages principaux restent également très peu développés, et j’ai vraiment dû lutter pour m’intéresser au sort de qui que ce soit (et mon père, qui regardait avec moi pour le coup, a failli s'endormir, donc il a abandonné au milieu). Il y aurait à dire, donc, mais honnêtement, pour le faire, je me sentirais obligée de revoir le film pour vérifier que je n’étais pas juste fatiguée, et j’ai juste pas la foi, car c’était superbe, certes, mais je me suis ennuyée à mourir, à cause de tout le reste. Encore une fois, je ne vous le déconseille pas, c’est un sacré spectacle, mais à priori, sur ce blog, il n’en sera plus question.

 

 

2/ TOP5 des films que j’ai kiffés avec Chang Chen

 

 

5- Red Cliff

Dontesque ? Lorsque le Premier Ministre de l’empereur, rongé par l’ambition, décide de s’attaquer à deux petits royaumes, ceux-ci s’allient et une bataille énorme dont dépendra leur sort s’apprête à avoir lieu.

Chang Chen a un rôle principal, roi d’un des royaumes concernés, mais il est plus en retrait que d’autres.

Réalisé par John Woo, ce film est certainement celui dont j’avais le plus entendu parler dans la filmographie de Chang Chen (enfin, Tigre et Dragon excepté, bien entendu), et un que j’avais hâte de découvrir. J’ai été un chouïa déçue, parce qu’on me l’avait vraiment encensé, mais ça reste un bon film. Le cast est très bon (avec de grands noms, en plus : Zhao Wei, Tony Leung Chiu-wai, Takeshi Kaneshiro…), le film est magnifique à regarder, il y a un joli parfum épique à cette bataille de David contre Goliath, et j’ai été intéressée par plusieurs personnages (pas tellement par celui de Chang Chen par contre). Par contre, c’est vrai que c’est l’adaptation d’un chapitre d’une grande histoire, donc comme j’avais pas le contexte, je me suis sentie paumée au début (imaginez voir une adaptation de la bataille du Gouffre de Helm, sans le Seigneur des Anneaux autour, en gros: impressionnant, mais tu sens quand même qu'il te manque des bases), et je pense que certaines choses se sont perdues dans la traduction. Malgré tout, c’était un beau spectacle, et un bon indicateur : le film (séparé en deux films, en fait) dure 4h30 et je ne me suis pas ennuyée une seconde.

 

 

4- Parking

Dontesque ? Un homme voulant rentrer chez lui, où sa femme l’attend, est bloqué devant un immeuble, ne pouvant sortir sa voiture de sa place de parking.

Chang Chen joue le personnage principal.

J’ai beaucoup aimé Parking ! J’admets que quelques passages m’ont semblé un peu longs, mais il n’y en avait pas tant que ça, et le film est à la fois drôle (parce qu’on se demande si ce pauvre type va arriver un jour à sortir sa voiture de sa place de parking, et à rentrer chez lui... il a vraiment, vraiment pas de chance: même les taxis le boudent !) et teinté de beaucoup de mélancolie, tandis qu’on découvre la vie des gens que croise notre héros. Ce film pourrait avoir comme tagline « tout le monde a sa propre histoire »: tout le long, on rencontre différents personnages, et on nous parle rapidement, ou plus longuement, de leurs circonstances, la plupart ayant leur part de tragédie. On rencontre des personnages qu’on déteste, mais certains aussi qui réchauffent le cœur, et j’ai trouvé Parking très joli. J'ai un petit regret vis-à-vis de la fin, car le film avait une autre fin avant cela qui me paraissait meilleure, mais c'est loin de m'avoir gâché le film (et oui, apparemment les films avec Chang Chen ne veulent pas finir... ce que je comprends: si j'avais Chang Chen sous la main, je voudrais en profiter le plus longtemps possible aussi).

 

 

3- Breath

Dontesque ? Une jeune femme dont le mariage ne fonctionne plus du tout commence à rendre visite en prison à un condamné à mort ayant récemment essayé de se suicider.

Chang Chen joue le condamné à mort.

Film Coréen (du sud) réalisé par Kim Ki Duk, on m’avait présenté Breath comme faisant penser à 3-iron/Locataires, par ce qu’il a de silencieux et… oui, effectivement, ça ne cause pas beaucoup dans ce film. A vrai dire, Chang Chen, cordes vocales abîmées par sa tentative de suicide, ne prononce pas une seule parole de tout le film. On doit donc se reposer entièrement sur son visage, son langage corporel, pour comprendre ce qui se passe dans sa tête, et personnellement, j’ai trouvé que Chang Chen s’en sortait très bien, conférant de l’intensité au personnage. Par ailleurs, Park Ji A est également très bonne dans le rôle d’une femme qui, comme tous les personnages de ce film, étouffe, prisonnière d’un mariage qui ne fonctionne tellement plus que chez elle, on ne l’entend pas prononcer un mot. Film sur l’absurdité de la vie (c’est comme ça que je l’ai ressenti, en tout cas), Breath ne m’a pas autant hypnotisée que 3-iron, je le trouve plus imparfait également, mais j’ai malgré tout beaucoup aimé, et c’est vrai, il m’a laissée dans le même état : j’ai dû attendre un peu avant d’avoir envie de prononcer un mot. Une très bonne excuse pour ne pas socialiser. "Je peux pas, j'ai vu un film de Kim Ki Duk" = always appopriate.

 

 

2- Betelnut Beauty

Dontesque ? En arrivant en ville, un jeune homme naïf rencontre une jeune femme qui essaie de devenir indépendante en bossant pour un gang, vendant des noix de bétel en petite tenue dans la rue.  

Chang Chen joue un des deux rôles principaux :)

Dans ce film, pour ma plus grande joie, Chang Chen retrouve Angelica Lee, mais dans une histoire qui m’a largement plus enthousiasmée que Missing , déjà parce qu'il ne m'a pas à moitié endormie une nette amélioration, donc) mais aussi parce que j'ai adoré (bien qu'il n'ait apparemment pas fait l’unanimité sur internet… m’en fous, j’ai adoré quand même). Filmé de façon à donner une sensation d’intimité entre ses deux personnages principaux, mais également entre eux et le spectateur, Betelnut Beauty est un film qui m’a rapidement embarquée car j’ai trouvé ses deux leads vraiment attachants. Et un film qui m’a beaucoup émue également, car je m’étais beaucoup impliquée dans leur sort, du coup. Vu le synopsis, vous vous en doutez, ce n’est pas un film entièrement joyeux, mais ce n’est pas non plus un gros mélodrame pesant, du moins je n’ai pas trouvé. Pour moi, vraiment ça a tenu juste à ça : j’ai aimé les deux personnages principaux, parce qu’ils sonnaient vrai, de même que toute l’affection et le soutien qu’il y avait entre eux. Donc comme le film était vraiment centré sur eux, j’ai aimé le film aussi. Je suis un être simple, parfois.

 

 

1- Tigre et Dragon

Dontesque ? Décidant de laisser derrière lui le monde des arts martiaux, un guerrier confie son épée de légende à son amie de toujours, pour qu’elle aille la remettre à quelqu’un d’autre. Mais lorsque l’épée est volée, une tragédie est sur le point de se dérouler.

Chang Chen a un rôle secondaire essentiel.

Ce film = C’est le premier film avec Chang Chen que j’ai vu, je vous le disais en intro, et j’espérais trouver quelque chose qui le surpasse, parce que ça aurait voulu dire que j’aurais trouvé un sacré chef d’œuvre, mais… j’ai pas trouvé. Et c’est pas parce que les autres films ne sont pas bons, c’est juste que celui-ci est exceptionnel. D’une beauté visuelle à couper le souffle, Tigre et Dragon, en plus d’être un film à l’action excitante et magnifiquement chorégraphiée, est aussi une tragédie pleine de personnages complexes et intéressants, qui nous parle en particulier de la place des femmes, et de la façon dont elles sont toutes bridées de différentes façons. Bien que Chow Yun Fat soit charismatique, Michelle Yeoh et Zhang Zi Yi brillent véritablement au cœur du film, et à la revoyure, je suis tombée raide dingue de Tigre et Dragon, que je vous conseille fortement si vous ne l’avez pas déjà vu (parce que c’est sûr que c’est pas exactement le film le plus obscur de ma liste, là).

 

 

3/ Des films à peut-être tenter aussi

 

Dans cette catégorie, je m’en vais gaiement classer (alphabétiquement) les films qui ne m’ont pas convaincue, ou pas entièrement convaincue, mais qui peuvent quand même valoir le coup qu’on s’y attarde (dans le tas il y en a d’ailleurs un que j’ai bien aimé, c’est juste que je n’ai pas eu de coup de cœur non plus) Pour rappel, n’hésitez pas non plus à jeter un oeil à Chinese Odyssey, ou the Last Supper (cf. la partie 1), parce que ça ne m’a pas plu à moi, mais vous pourriez y accrocher ! Le premier a juste un humour qui ne me correspondait pas, tandis que le second est d’une superbe esthétique, donc vous pourriez en tirer quelque chose de plus que moi :) Sur ce, go !

 

 

2046

Dontesque ? Dans une chambre d’hôtel, un écrivain essaie d’écrire un roman de science-fiction, situé en 2046, 80 ans dans son futur, et ce faisant, il repense à toutes les femmes de sa vie.

Chang Chen a un petit rôle.

Un truc qu’il faut que vous sachiez: je n’ai pas encore trouvé de film de Wong Kar Wai auquel j’accroche vraiment. Faut dire aussi que j’en ai pas vu beaucoup, et que mes visionnages datent d’une époque où j’avais moins de “patience” qu’à présent. A vrai dire, je voulais revoir 2046 pour aujourd’hui (ainsi qu’In the mood for love, dont il est une sorte de suite) car je soupçonne qu’à présent, ça me plairait plus. Simplement, j’ai manqué de temps. Même à ma découverte du film, cela dit, il ne m’a jamais semblé mauvais (et In the mood for love encore moins), c’est juste que je n’accrochais pas au style. Donc je vous encourage vraiment à regarder les deux films (en plus dans 2046, y a KimuTaku, c’est un bonus non négligeable), et moi-même c’est (re) prévu pour, j’espère, dans pas trop longtemps. En attendant, on peut toujours profiter de l’OST d’In the mood for love, et ça aussi, ça fait plaisir <3

 

 

Brotherhood of Blades

Dontesque ? Trois assassins royaux sont envoyés sur les traces d’une figure politique à l’influence politique trop élevée au goût de l’empereur, mais le moment venu, des problèmes personnels risquent de remettre en question leur loyauté.

Chang Chen joue le personnage principal.

Il y a des tas de choses que je devrais aimer dans Brotherhood of Blades, des tas de choses qui me semblent avoir du potentiel, et c’est pour ça qu’il se retrouve dans cette liste : je me demande si j’étais juste mal lunée le jour où je l’ai vu ? Car on a une bromance entre trois assassins doués, une tragédie qui nait de la tentative de l’un d’entre eux de s’en sortir dans un monde corrompu qui déconne autour d’eux , des scènes d’action qui auraient dû me plaire, car j’en appréciais l’idée. Mais à la place, j’ai trouvé que le film ne développait pas suffisamment la relation entre ses leads pour qu’elle touche, que son ton ne rendait pas pleinement l’impact de la tragédie lorsqu’elle frappe, et que l’action était handicapée par le montage et la mise en scène... Wae ? :'( Mais dans le doute, parce que je me dis que si ça se trouve, j’étais pas dans de bonnes conditions, je vous pousserais à y jeter un œil. Qui sait, peut-être que vous, ça vous plairait ? Et puis, au moins, Chang Chen est particulièrement joli dedans, et ça, même moi, j’ai apprécié. Car même mal lunée, j'ai des yeux.

 

 

Silk

Dontesque ? Ayant réussi à coincer un fantôme, un scientifique recrute un policier à la vision surdéveloppée afin de l’aider à observer son spécimen.

Chang Chen joue le policier en question, donc il a un rôle principal.

J’ai failli mettre ce film dans mon top… faut dire que c’est un film d’horreur, donc c’est vrai qu’il partait avec un avantage. Mais au final, c’est un film que j’ai trouvé plus intéressant que réellement réussi. Avec son cast fort joli (Yosuke Eguchi, Barbie Xu, Chen Bo Lin…), Silk propose des idées que j’ai trouvées intrigantes parce qu’originales (rien que ça : un fantôme observé par des vivants, que lui ne voit pas, ce qui est un retournement par rapport aux situations habituelles de films d’horreur), et il y a des scènes qui fonctionnent vraiment bien dans le film, mais ça finit noyé dans une histoire bordélique qui veut caser trop de choses dans le peu de temps qui lui est imparti. Au final, je n’ai donc pas trouvé le film très bon... mais je n’en ai jamais décroché, j’étais toujours intriguée. Je ne peux pas le mettre dans un top5, mais je vous conseillerais de le tenter, particulièrement si vous êtes amateurs.trices d’horreur (donc pas la majorité de gens par ici, je sais, je sais… mais Chen Bo Lin ?)

 

 

The Go Master

Dontesque ? Le film raconte la vie de Go Seigen, un joueur de go exceptionnel.

Chang Chen joue Go Seigen, donc il est plutôt au centre de l’histoire, oui.

Je n’ai pas réussi à émotionnellement m’investir dans ce film. Il s’intéresse à un personnage qui m’intéresse, et a vécu à une période en soi intéressante car très trouble, surtout pour lui : il est joueur de go chinois au Japon en pleine guerre Chine/Japon (tendu, donc). Et après ça, il traversera également la Seconde Guerre Mondiale. Le casting est bon, Chang Chen en particulier, et le film est très très beau à regarder. Mon souci vient du fait que j’avais le sentiment de voir se dérouler une série de faits à l’écran, sans que j’aie le temps de m’attacher aux personnages, de ressentir les liens entre eux, bref il me manquait vraiment l’émotion. Vers la fin, tout de même, j’en ai ressenti une pointe, à force, mais vraiment rien de violent, et honnêtement, même si les images étaient très belles, ça m’a fait un peu l’effet d’être une liste d'étapes glorifiée. Mais je suis dans une minorité, et oui, c’est beau, et c’est bien joué, et ça parle de choses intéressantes… donc tentez-le ? :)

 

 

The Grandmaster

Dontesque ? Le film se déroule dans les années 30-40, et relate la vie de Yip Man, un maître légendaire d’arts martiaux, qui a notamment été le mentor de Bruce Lee.

Chang Chen a un petit rôle

Et zop, un autre film de Wong Kar Wai. Bon, la différence c’est qu’avec celui-là, j’avais tout de même des reproches au-delà du fait que le « style » ne me plaisait pas. Notamment, j’avais trouvé le scénario assez mal ficelé, comme si le film ne savait pas lui-même ce qu’il voulait raconter. Tony Leung n’est également pas exactement au meilleur de sa forme, et j’avais eu du mal à m’investir émotionnellement dans le film, restant somme toute très indifférente à ce qui se passait à l’écran. Seule Zhang Ziyi sortait son épingle du jeu à mes yeux, et je me réveillais vraiment quand elle était à l’écran, mais malheureusement, elle n’y était pas assez. Maintenant, c’est vrai que je ne me fais pas confiance entièrement face à Wong Kar Wai, et qu’il y a quelques très jolis moments… donc allez peut-être jeter un œil au film, histoire de vous faire une opinion ? :) –enfin en général, formez-vous toujours votre propre opinion, la mienne ne valant rien de spécial… d’ailleurs je sais pas pourquoi vous me lisez, là, donc…-

Donc on va s’arrêter là pour cet article :D

 

Je vais donc vous laisser sur sa filmographie, avec en bras ce que j’ai vu, en liens ce sur quoi j’ai écrit, et des précisions diverses :D (parce que certains sont articles sont écrits mais ne seront postés que plus tard)

 

 

Savages (2018)

Brotherhood of Blades 2 (2017)

Mr Long (2017)

The secret life of pets –voix- (2016)

Monk comes down the mountain (2015)

Helios (2015)

The Assassin (2015)

Brotherhood of Blades (2014)

Christmas Rose (2013)

The Grandmaster (2013)

When yesterday comes (2012)

Passion island (2012)

The last supper (2012)

The founding of a party (2011)

The blue cornflower (2011)

Here comes fortune (2010)

Red Cliff pt. 2 (2009)*article écrit, à venir*

Parking (2008) *article écrit, à venir*

Missing (2008)

Red Cliff (2008)

Into the faraway sky (2007)

Breath (2007) *article écrit, supprimé par erreur, à réécrire T.T*

Blood brothers (2007)

My blueberry nights –voix- (2007)

The go master (2006)

Silk (2006)

Three times (2005)

Eros (2004)

2046 (2004)

Sinbad: la legend des sept mers –voix- (2003)

Sound of colors (2003)

Chinese Odyssey 2002 (2002)

Betelnut beauty (2001)

Flyin Dance (2000)

Crouching tiger, hidden dragon (2000)

Happy together (1997)

Mahjong (1996)

A brigher summer day (1991)

Dark night (1986)

Helplress taste (1980)

 

 

 

 

Y en a pas mais je voulais mettre l’image

 

Voici un clip avec lui :

 

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :