Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sorti en 2015

Réalisé par Owen Harris

Ecrit par John Niven

D’après le roman éponyme de John Niven

Dure 1h43

 

Avec :

Nicholas Hoult >>> Steven Stelfox

James Corden >>> Roger Waters

Georgia King >>> Rebecca

Craig Roberts >>> Darren

Jim Piddock >>> Derek Sommers

Edward Hoggs >>> DC Woodham

etc

 

Dontesque ?

Steven Stelfox, 27 ans, travaille pour un label de musique, toujours à la recherche du prochain succès, du prochain hit. Mais le business est compétitif. Et Steven est prêt à tout. Tout.

 

 

.oOo.

Je n’ai jamais réussi à finir de lire American Psycho. En revanche, bien que je m’en souvienne mal à présent, j’avais aimé le film, et du coup en voyant écrit sur un poster de Kill Your Friends « L’American Psycho de cette génération » à côté du nom de Nicholas Hoult, je me suis sentie intriguée. J’aime Nicholas Hoult, les accents anglais (ça compte, oui), la musique, et l’humour noir, donc ça semblait tout à fait tomber dans les bonnes catégories. Alors j’ai regardé le film (j’avoue, c’est pas ouf comme twist, ou plutôt c’est pas un twist du tout… mais que voulez-vous, hein). Et ça m’a plutôt plu ! Ce n’est pas un film qui a révolutionné ma vie, mais ça m’a parlé le temps que ça a duré, et puis les personnages citaient souvent Conan le Barbare, donc de toute façon je sentais bien que ce film et moi avions au moins une affinité. Malheureusement, le film n’était malgré tout pas aussi bon que ce que j’aurais voulu.

 

Tout de même, histoire de commencer par ce qui fonctionne, je n’ai aucun reproche à adresser au casting, car je trouve qu’ils font tous un boulot solide. En particulier Edward Hogg, d’ailleurs, qui a pourtant un rôle relativement petit… mais dès qu’il est entré en scène, il y avait quelque chose de particulier à le regarder, peut-être aussi parce que c’est un étranger dans le monde dans lequel il entre, si bien qu’il fait « tache », en quelque sorte. Nicholas Hoult est clairement le centre du film, on le suit tout le temps et c’est lui qui nous raconte l’histoire, donc le film tient en grande partie sur ses épaules, mais finalement je suis sortie de Kill your friends en me disant surtout que j’aimerais bien voir plus d’Edward Hogg. Bon, bon, mais okay, je dirais pas non à plus de Nicholas Hoult non plus. J’ai trouvé qu’il s’en sortait bien dans ce film… il a ce qu’il faut de charme pour qu’on l’écoute, mais peut très bien jouer ce que le personnage a de très fouin, et quand il faut qu’il ait un break-down, il est convaincant également. Et puis il est très, très joli à regarder, ce qui me sert de bonus. Encore que… des fois, je l’ai presque trouvé… trop joli ? Ou trop jeune ? Il y a quelques scènes dans le film où il a des airs d’enfant dans un costume d’adulte, un peu. Quelque part, je suppose que ça va avec le personnage, qui est effectivement un « jeune requin », mais ça m’a laissée un peu dubitative par moments. Enfin toujours est-il que Nicholas Hoult n’est pas le problème que j’ai eu avec le film. Et il y avait en effet une sorte de fascination à regarder le personnage de Stelfax évoluer, monter sur l’échelle de la société, parce que je me demandais comment il allait s’en sortir, et jusqu’où il allait aller pour ce faire. D’ailleurs, à cause de ça, je n’avais pas envie qu’il se fasse choper. C’est pas que je le trouvais sympathique (je pense que c’est impossible de le trouver sympathique, en fait…), j’étais juste curieuse de voir jusqu’où il irait, et forcément si on l’arrêtait, bah il irait pas plus loin, et moi je voulais voir jusqu’au bout ce qu’il allait faire. Et une fois au sommet, okay, qu’on l’arrête, mais je voulais voir le prix qu’il était prêt à payer.

[Get ahead in life,] Kill your friends[Get ahead in life,] Kill your friends
[Get ahead in life,] Kill your friends[Get ahead in life,] Kill your friends
[Get ahead in life,] Kill your friends[Get ahead in life,] Kill your friends

Il y a des moments, cela dit, où je pense que le film essayait de le rendre presque… je dirais pas attachant, mais le film voulait qu’on ait de la sympathie, ou en tout cas de la pitié pour lui, à le voir de plus en plus cassé par son environnement, par la pression qu’il y avait sur lui, etc… Le truc c’est que ça ne fonctionnait pas, parce que malgré que, oui, Stelfax a la pression, et vit dans un monde stressant où son boulot est en jeu chaque fois qu’il prend une décision, mais il y a aussi des gens autour de lui qui réussissent sans couler les autres, ce qui signifie qu’il y a une alternative à sa façon de faire, c’est juste qu’il choisit de ne pas la prendre. Par ailleurs, je pense que le personnage de Darren était également censé nous faire revoir un peu notre opinion de Stelfax. Darren, le stagiaire, est un personnage qu’on voit évoluer dans le fond, petit à petit, passant d’un jeune homme passionné par la musique à une sorte de Stelfax 2.0, si bien qu’on pourrait imaginer que Stelfax a vécu la même chose, et qu’à une époque, c’était quelqu’un de meilleur, mais le personnage ne donne jamais ce sentiment-là, on a l’impression qu’il a toujours été ce qu’on voit de lui, et qu’il ne fait que s’enfoncer. Il n’y a rien pour vraiment racheter Stelfax, au moins un peu. Le titre est « Tue tes amis », mais Stelfax n’a pas d’amis, il n’a que des ennemis, et des pions, il n’a jamais de remords, juste les jetons de se faire choper. C’est un personnage très froid donc. Ce qui ne veut pas dire qu’on ne puisse pas faire de film autour de lui, hein, c’est juste qu’il faut pas s’attendre à ce qu’on s’y attache.

 

Le souci, c’est que je ne suis pas bien certaine que le personnage soit très intéressant non plus. C’est un cliché sur pattes, il n’a rien de bien original. Le film se veut clairement une satire, mais elle manque d’impact, parce qu’elle ne fait que nous dire tout ce qu’on s’imagine déjà. Les types des studios se foutent de la musique, ils veulent juste se faire de l’argent, ils prennent le public pour des cons, et d’ailleurs peut-être que le public de masse est con, et drogue, et sexe, etc. Rien de bien neuf sous le soleil. Ou alors c’est juste que je suis des gens drôlement aigris, mais les meurtres en moins, ce film est en gros la mise en scène de toutes les discussions que je vois sur twitter. Après, j’admets que les milieux musicaux sur lesquels je lis sont particulièrement « formatés », et bien plus directs vis-à-vis de leur « artiste = produit », mais tout de même, j’ai juste pas le sentiment que la satire de Kill your friends vienne spécialement nous dire quelque chose de neuf, ce qui nous laisse donc juste à suivre l’histoire d’un type pas sympathique. Ou presque : il reste la comédie. C’est pas grave si le film ne révolutionne pas ma vision du monde après tout, s’il me fait rire, ça peut marcher aussi… et c’est essentiellement, avec ma question de « jusqu’où il va aller ? », ce qui m’a fait regarder et apprécier le film : il y a des moments qui sont drôles. Dans le genre sombre, hein, mais drôles. Simplement, y en a pas non plus assez pour rendre le film bien mémorable. C’est une comédie noire, mais faut qu’elle fasse rire quand même, et cela arrive de temps en temps, mais pas suffisamment. Si bien que oui, le film tombe un peu à l’eau. C’est pas que ce soit un désastre, mais c’est juste pas excellent non plus. Cela dit, la musique était cool. Pas toute, vu que les personnages vendent de la merde à leur public, mais si le personnage se moque de la musique qu’il vend au-delà de si oui ou non il peut, justement, la vendre, le film fait un peu plus d’efforts, et j’ai donc pu découvrir des chansons que je ne connaissais pas et qui ont intégré ma playlist de tous les jours. Ce qui est fort cool.

 

Soyons honnête, enfin, j’ai un gros crush sur Nicholas Hoult, et c’est un film complètement centré sur lui. Il joue un type antipathique, okay, mais ça m’empêche pas d’être contente de le voir… Donc, si comme moi vous avez le béguin, alors oui, regardez ce film, et vous aurez fait le plein de Nicholas Hoult pour un moment. Si vous n’avez pas ce genre de sentiments à son égard, je ne vous déconseillerais ni ne vous conseillerais le film. Je pense qu’il a ses bons moments, et que c’est un film regardable, mais juste pas non plus un très bon film, ou quoi que ce soit de nouveau ou percutant. A choisir entre ça, et American Psycho, je reverrais plutôt American Psycho… parce que je me souviens pas d’American Psycho… mémoire de merde >.< 

Tag(s) : #SA2017, #Cinéma, #Cinéma Occidental, #Angleterre, #Kill your friends, #2010s, #2015, #Owen Harris, #John Niven, #Nicholas Hoult, #James Corden, #Georgia King, #Craig Roberts, #Jim Piddock, #Edward Hoggs, #Comédie, #Drame, #Tranche de vie, #Thriller

Partager cet article

Repost 0