Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

Sorti en 2016

Réalisé par Park Hyun Jin

Ecrit par Yoo Young A, et Park Hyun Jin

Dure 2h

 

Avec :

Lee Mi Yeon >>> Jo Gyung A

Yoo Ah In >>> No Jin Woo

Choi Ji Woo >>> Ham Joo Ran

Kim Ju Yeok >>> Jung Sung Chan

Esom >> Jang Na Yeon

Kang Ha Neul >>> Lee Soo Ho

Ha Seok Jin >>> Kang Min Ho

 

 

Dontesque ?

Un acteur populaire découvre qu’une scénariste dont il est amoureux a un enfant, et se demande s’il en est le père. Une hôtesse de l’air qui vient d’être quittée par son fiancé se retrouve à devoir cohabiter avec un restaurateur de cuisine japonaise. Un compositeur sourd entame une relation avec une jeune femme à laquelle il n’arrive pas à parler de sa surdité.

 

Fiche Ecrans d'Asie: ici

 

 

.oOo.

Eh bien, la Semaine Anniversaire me faisant passer par tous les films de Yoo Ah In, il était inévitable qu’il faudrait que je regarde aussi celui-là, et c’est pas comme si je voulais éviter le film en question, hein. Au contraire, on (je suis désolée, je retrouve pas la conversation donc je ne sais plus qui est cet « on » T.T j’aurais dû noter, arf) me l’avait recommandé, donc j’étais même plutôt enthousiaste, et le fait que Kang Ha Neul soit également au casting ne faisait pas de mal non plus. Et écoutez, cela m’a bien plu, donc yay. En fait, à certains égards le film m’a fait penser à Love Actually. Ils ne sont pas identiques, mais ils ont des similitudes, notamment dans l’effet que ces deux films ont sur moi, mais aussi dans leur attitude « all you need is love », et sa division en plusieurs axes que nous suivons tous en même temps (et qui parfois se croisent, mais sans *trop* se croiser, sauf que ça je ne me souviens plus de si c’était le cas dans Love Actually ou pas). Mais surtout le reste.

 

Le film, en version originale s’appelle « Aime/z-moi, s’il te/vous plait » (ou « je t/vous en prie », selon le degré de désespoir, j’imagine), et je pense qu’il a été traduit en « like for likes » parce que les personnages (certains plus que d’autres) utilisent tous facebook (et je suppose que ça fait référence au procédé d’aimer les posts de quelqu’un pour qu’il aime les nôtres en retour ?), et essentiellement c’est bien cela : des personnages qui veulent être aimés, et doivent d’abord s’aimer eux-mêmes. Ce qui donne lieu à trois romcoms en un film (et du coup, je vais pas en dire trop, je veux pas vous raconter tout le film, quand même). Plus une petite histoire sur un gosse qui a envie de voir sa mère, mais le film s’y intéresse à peine, et il arrive un moment où j’avais même quasiment oublié que c’était dedans, donc oui trois comédies romantiques en une seule.

 

Prévisibles, les romcoms.

 

Okay, c’est pas un très grand film du tout, c’est vraiment comme regarder trois mini-Kdramas dont on connait déjà la fin. Mais ça a fonctionné pour moi, et ce pour trois raisons. Qu’on va lister, parce qu’aujourd’hui je me sens fatiguée à l’intérieur de mon être. Donc, ça a fonctionné parce que…

 

1. Soyons honnête d’emblée, j’aime les romcoms un peu « bonbons », donc je suis dans le public cible. Bien sûr, j’ai quand même des critères, et puis mon appréciation dépend aussi certainement de mon humeur et du timing, mais en général, c’est vrai que je kiffe les romcoms, je kiffe les bons sentiments, et j’aime bien les licornes enrobées de rose, donc j’ai laissé le film déverser ses cœurs sur moi, et j’étais ravie, bien que je savais exactement comment chaque histoire allait finir. Le film a quand même eu le « cran » de faire culminer quasiment toutes ses histoires dans un aéroport… (mais heureusement l’une d’entre elles culmine dans une gare, donc wouhou, l’originalité est sauve) L’histoire de Choi Ji Woo et Kim Ju Hyuk était sans doute la plus familière, mais les autres étaient quand même familières aussi… ce que j’ai trouvé étonnamment réconfortant. Comme une couette et une bonne tasse de thé. Alors, en revanche, c’est vrai que d’un point de vue histoire, ben, j’ai pas de quoi vraiment saluer les scénaristes, le film ne repose clairement pas sur son scénario. Mais j’aime bien ma couette (même si la précédente avait Babar dessus, et que je regrette Babar, un peu).

[Like is all you need] Like for likes  좋아해줘
[Like is all you need] Like for likes  좋아해줘[Like is all you need] Like for likes  좋아해줘
[Like is all you need] Like for likes  좋아해줘[Like is all you need] Like for likes  좋아해줘
[Like is all you need] Like for likes  좋아해줘[Like is all you need] Like for likes  좋아해줘

2. Il n’y a pas si longtemps (au moment où j’écris… donc en janvier 2017), j’ai lu dans le Monde un article sur la déprime de l’hiver, et sur comment la surmonter. L’une des recommandations était de faire le plein de lumière naturelle tous les jours… et moi je veux bien, mais en ce moment, il fait moche de chez moche, et la lumière naturelle, elle aurait plutôt tendance à me saper le moral. Heureusement, s’il y a une chose que j’ai appris à faire, c’est aller chercher mon compte en ligne quand la réalité me fait défaut (c’est SAIN, si, j’insiste), et ce film est rempli de jolis plans lumineux, de grandes fenêtres, de décors qui respirent l’espace, et de couleurs vives qui m’ont fait du bien au moral. Il est calme, et il fait du bien à mes yeux, mes oreilles, tout à la fois.

 

3. J’ai beaucoup aimé le casting et les personnages. Et parce que l’objectif de l’entreprise était quand même de regarder Yoo Ah In en priorité, on va quand même aborder la question (bouchez-vous les oreilles pour ne pas entendre la superficialité à venir) : argh, ze hawtness of him *O* Plus il grandit, plus ce monsieur me donne des pensées impures, et j’apprécie le sentiment. Et il se trouve que j’ai apprécié le personnage aussi. Il n’est pas sur-développé, parce que personne n’est sur-développé, mais c’est son attitude vis-à-vis de ceux qui cassaient du sucre sur le dos de Lee Mi Yeon (okay je n’utilise que le nom des acteurs, mais soyons honnêtes, les personnages ne sont pas inoubliables, et ce film multiplie les noms au casting pour une raison) qui m’a plu, à grands coups de (je paraphrase mais c’est l’idée) « Si vous voulez vous plaindre d’elle, faites le en face » et « Quand un homme a ce genre d’attitude, lui,  on l’admire… ». Il y avait juste quelque chose de touchant à le voir être un peu grande gueule face à elle, mais passer son temps à corriger les gens qui ragotent ou la critiquent derrière son dos. Après, leur histoire n’est pas celle que j’ai trouvée la plus passionnante, mais je l’ai quand même appréciée, et le moment où il tombe amoureux d’elle est particulièrement adorable. En vérité, bien que j’aie une faiblesse pour les histoires de collocations forcées, si bien que j’ai accroché au segment de Choi Ji Woo, celui d’Esom et Kang Ha Neul a clairement été mon favori pour une raison simple : j’y aimais également les deux personnages, et les deux acteurs. Dans les deux autres histoires, l’un éclipsait l’autre à mes yeux, mais pas dans celui-là. Esom était toute mignonne, et j’aimais que son personnage soit aussi pro-actif dans sa relation avec Kang Ha Neul, qui lui m’a vraiment tiré sur la corde sensible. Il y a eu des moments un peu trop larmoyants dans cette histoire, mais d’un autre côté quand Kang Ha Neul pleure, moi aussi, et quand il sourit, moi aussi…

 

Ecoutez, soyons clairs : si vous n’avez pas une place spéciale dans votre cœur soit pour ce casting, soit pour les histoires d’amour prévisibles qui finissent bien (sérieusement, c’est pas un spoiler, on sait comment ça va finir à la seconde où ça commence… c’est comme si je vous « spoilais » qu’un film d’animation Disney  s’achève sur une happy-end), ce film n’est probablement pas pour vous. Il est joli, et il est bien interprété, mais il prend en gros des intrigues romantiques kdramatesques basiques et les concentre dans un film sans rien apporter de spécial, sinon une jolie présentation et un joli casting. Le truc c’est que je ne crois pas qu’all we need is love dans la vie, mais en film, j’aime bien y croire un peu, et puis j’aime aussi les jolies images, ce joli casting, et j’ai effectivement un faible pour les histoires d’amour qui finissent bien. Je ne le recommanderais pas à absolument tout le monde, et je n’en chanterais pas les louanges non plus, mais j’ai passé un excellent moment devant, et après ça, j’ai été de bonne humeur toute la soirée, donc… voilà.

 

[Like is all you need] Like for likes  좋아해줘[Like is all you need] Like for likes  좋아해줘
[Like is all you need] Like for likes  좋아해줘[Like is all you need] Like for likes  좋아해줘
[Like is all you need] Like for likes  좋아해줘[Like is all you need] Like for likes  좋아해줘
[Like is all you need] Like for likes  좋아해줘[Like is all you need] Like for likes  좋아해줘[Like is all you need] Like for likes  좋아해줘
Tag(s) : #Cinéma, #Cinéma Asiatique, #Corée du Sud, #Like for likes, #2010s, #2016, #Park Hyun Jin, #Yoo Young A, #Lee Mi Yeon, #Yoo Ah In, #Choi Ji Woo, #Kim Ju Yeok, #Esom, #Kang Ha Neul, #Ha Seok Jin, #Romance, #Comédie, #From cohabitation to love

Partager cet article

Repost 0