Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Diffusé en 2014

12 épisodes (+2 OAV)

Studio Bones

 

Réalisé par Tamura Koutarou

Ecrit par Akao Deko

D’après le manga dAdachitoka

 

 

Dontesque ?

 

Lorsqu’elle essaie de sauver un jeune homme qui allait être percuté par un camion, Hiyori, une lycéenne jusque là sans histoire, se retrouve affligée d’une drôle de condition : elle est capable de voir les esprits, et parfois, son âme sort de son corps. Quant au jeune homme qu’elle a sauvé, il s’avère qu’il n’était pas du tout en danger, et est en fait un dieu errant qui cherche à accroitre sa popularité en enchainant les petits boulots.

 

.oOo.

A vrai dire, j’avais déjà vu cet anime, et j’avais même prévu de vous en parler lors d’une Semaine Anniversaire précédente qui n’a pas eu lieu. Au final, je n’ai donc jamais écrit sur l’anime, et quelque part ça m’attristait, parce que j’avais vraiment bien aimé Noragami, donc je voulais partager ça avec vous, étant altruiste au plus profond de moi-même. Alors, pour cette SA-là, je me suis dit que j’allais revoir la série, et vous en causer un peu. Bien sûr, Noragami, il me semble, est un anime très populaire (à en juger par le fait qu’il a une seconde saison) donc je me doute que je passe un peu après tout le monde, mais c’est pas comme si je me laissais arrêter par ce genre de choses: j’ai vu cet anime (deux fois), je l’ai aimé (deux fois), j’ai envie de vous en parler (une seule fois, à priori), et il ne me semble pas qu’il existe une meilleure motivation à écrire un post que celle-là (enfin… « si je n’écris pas ce post, un sniper va me loger une balle dans la tête » est une assez bonne motivation aussi, mais ça ne m’est arrivé qu’une seule fois, et je ne pense pas que ce soit prêt de se reproduire). Donc : pourquoi est-ce que Noragami m’a autant plu ?

 

Eh bien, à un niveau superficiel, déjà, l’anime est juste vraiment joli à regarder, j’aime la tête qu’il a, et j’aime comme il sonne aussi. Ce sont les couleurs, surtout que j’apprécie. Enfin, j’aime aussi les dessins, et les designs des personnages, avec en particulier un petit faible pour leurs yeux, et encore plus particulièrement ceux de Yato, qui me rappellent régulièrement ceux d’un chat… ce qui n’est pas incongru, Yato ayant pas mal de choses en commun avec un chat errant (dans l’ending de l’anime, on voit d’ailleurs l’héroïne caresser des chats errants, de la même façon qu’elle apprivoise notre divinité et son ‘serviteur’, et le titre Noragami signifie « Dieu errant ») Mais ce sont quand même vraiment les couleurs que j’aime, surtout celles des esprits. Les lignes de ces esprits sont de couleurs différentes du reste des personnages et du décor, et ils sont colorés de façon à vraiment ressortir sur le reste de la série. C’est magnifique, et ça souligne vraiment bien leur appartenance à un autre monde (même s’il déborde sur le nôtre). Bon, puis c’est vrai qu’encore une fois, j’aime aussi beaucoup leur design, leur forme, qui peut être très belle, étrange, mignonne, ou parfois inquiétante. Il y a vraiment des passages où certains sont flippants. Alors, comme c’est de l’animation, c’est vrai que ça ne me donne pas des cauchemars, mais n’empêche qu’ils sont creepy, et que c’est encore plus accentué par la façon dont ils sont doublés, avec des voix étranges, qui sont en fait souvent non pas une voix, mais des voix, féminines et masculines, mêlées les unes aux autres. En général, vraiment, je trouve que l’anime est impeccable niveau présentation visuelle et audio, tous les doubleurs ajoutant vraiment de la personnalité à des personnages auxquels l’animation en conférait déjà pas mal. Je ne suis pas qualifiée du tout pour parler d’animation, donc tout ce que je peux conclure, c’est qu’à mes yeux, Noragami est vraiment super plaisant. Oh, et j’aime bien la musique, aussi ! L’opening des Hello Sleepwalkers (un groupe que j’apprécie de plus en plus d’ailleurs) a la pêche (ce qui m’a l’air caractéristique de ce groupe, à vrai dire, et c’est pour ça que je les apprécie… cf. Rollin qui est une de mes favorites, par exemple), l’ending est fort joli, et puis surtout, j’ai eu un faible pour Noratan, un morceau qui revient pendant plusieurs scènes d’action, et qui, je trouve, met vraiment tout de suite dans l’ambiance. Je ne l’écoute pas vraiment en dehors de l’anime, mais dedans, chaque fois qu’on commençait à l’entendre, j’étais toute excitée, parce que je savais que ça voulait dire que quelque chose de cool allait se passer. Bref, j’ai commencé par aimer l’anime simplement parce qu’il est joli, à regarder et écouter.

[Divinité en quête de foyer] Noragami  ノラガミ[Divinité en quête de foyer] Noragami  ノラガミ[Divinité en quête de foyer] Noragami  ノラガミ
[Divinité en quête de foyer] Noragami  ノラガミ[Divinité en quête de foyer] Noragami  ノラガミ
[Divinité en quête de foyer] Noragami  ノラガミ[Divinité en quête de foyer] Noragami  ノラガミ
[Divinité en quête de foyer] Noragami  ノラガミ[Divinité en quête de foyer] Noragami  ノラガミ[Divinité en quête de foyer] Noragami  ノラガミ

Ensuite, bien entendu, il fallait que l’histoire suive, et il se trouve que je trouve le contenu de Noragami très enthousiasmant.

 

L’anime a une bonne dose d’humour, pour commencer. Yato, le dieu autour duquel se réunissent le reste des personnages, n’a vraiment rien de solennel, étant une toute petite divinité qui, pour survivre et un jour avoir droit à son propre sanctuaire, accepte tous les boulots, laissant son numéro de portable partout, et se faisant payer cinq yens pour effectuer des tâches du genre retrouver un chat égaré ou nettoyer une salle de bain attaquée par la moisissure. Il tue aussi quelques esprits, bien entendu, et il a plus la classe dans ces moments-là (nettoyer la moisissure de la salle de bain, c’est supra utile, mais c’est vrai que ça se prête moins à poser en mode bad-ass… encore que je suis sûre qu’un anime pourrait sortir sur le sujet), mais bref, c’est une divinité pas très… « dignifiée » on va dire. Les personnages se chamaillent beaucoup, ils se répondent bien, et il y a des situations qui sont juste drôles, comme lorsque Yato intervient auprès d’un jeune homme en plein suicide, dont la chute prend tellement des plombes qu’ils ont le temps de s’échanger leurs cartes de visite et parler longuement de leur vie (sous le regard incrédule des autres personnages qui se posent des questions sur la hauteur du building). Par ailleurs, la série a un bon sens du rythme et de la découverte, dans le sens où il se passe toujours quelque chose, et on apprend généralement quelque chose de neuf à chaque épisode. J’ai beaucoup aimé découvrir comment fonctionnait le monde de l’anime. Les divinités, les armes vivantes, la façon dont les dieux leur octroyaient des noms, la façon dont la corruption d’un serviteur contaminait son maître, etc. C’était juste intéressant de découvrir toutes les règles, tous les différents esprits, toute la mythologie, et de suivre les personnages dans cette découverte, étant donné que l’héroïne, Hiyori, et Yuki, l’esprit devenu subordonné de Yato, sont aussi nouveaux à tout ça que nous.

 

Vous le savez, à mes yeux, dans une série, les personnages peuvent faire ou défaire le tout, et il se trouve que les personnages de Noragami me plaisent tous beaucoup, en particulier les trois principaux. Hiroyi, notre héroïne, m’a tout de suite été sympathique. Elle voit son monde complètement chamboulé, et naturellement, en est un peu perturbée, mais somme toute, elle s’adapte bien, sans s’adapter à une telle vitesse qu’elle en semble moins humaine. Elle est pleine de ressource, de curiosité, de courage, elle a bon cœur, et si elle se retrouve plusieurs fois en détresse dans un monde tout nouveau pour elle, ça ne l’empêche pas de sauver l’âme, la vie, ou les deux, de tout le monde, et en particulier de Yato, plus d’une fois. Parce que, dans les personnages principaux, elle est la seule à avoir encore un pied bien ancré dans le monde des humains, elle sert aussi un peu de compas moral aux deux autres. En tout cas, un compas qui indique la moralité que nous partageons (normalement… vous faites ce que vous voulez) en tant que spectateur. Par exemple, Yato oublie parfois que Yuki, son arme vivante, est une personne. Alors, il l’oublie moins que d’autres, mais malgré tout, il a parfois besoin d’Hiyori pour le lui rappeler. Le seul truc que je trouve un peu faible vis-à-vis d’Hiyori, ce n’est pas tant le personnage lui-même que son entourage. La particularité de la jeune fille, et ce qui lui permet de suivre Yato et Yuki dans leurs aventures, c’est que souvent, son âme se détache de son corps : son corps s’endort d’un coup, et son âme en sort, devenant libre de se promener. Pour le reste du monde, elle est juste cette jeune fille  qui s’endort tout le temps cela dit. En cours, dans le bus, au milieu d’une phrase alors qu’elle était dans la rue, ou sur un passage piéton : paf, d’un coup, elle s’effondre, inconsciente. Et tout le monde a l’air de prendre ça à la blague, ce que je trouve incroyable. Au début, lorsqu’elle se fait heurter par le camion, ses deux parents (dont son père, directeur d’hôpital) se font un sang d’encre pour elle (ce que je trouve très compréhensible), et après ça, cela n’a pas l’air de les émouvoir plus que ça de savoir que leur fille pourrait subitement se retrouver allongée inconsciente au milieu d’une route n’importe où. WTF ?! Je comprends bien que c’était important qu’Hiyori puisse se balader tranquillement, mais chaque fois que quelqu’un sortait un « oh là là, Hiyori est encore tombée endormie sur le pavé, lol », j’étais en mode « =.= » devant mon écran. Encore, si on nous avait dès le début que personne n’en a rien à faire d’elle, je dis pas, mais là, ce n’est pas comme ça que son entourage a été défini à la base, donc c’est chelou. Enfin, néanmoins, le personnage, lui, est agréable.

[Divinité en quête de foyer] Noragami  ノラガミ[Divinité en quête de foyer] Noragami  ノラガミ[Divinité en quête de foyer] Noragami  ノラガミ
[Divinité en quête de foyer] Noragami  ノラガミ[Divinité en quête de foyer] Noragami  ノラガミ
[Divinité en quête de foyer] Noragami  ノラガミ[Divinité en quête de foyer] Noragami  ノラガミ

Mon gros coup de cœur va néanmoins à Yato… J’avoue, j’ai un petit crush sur son personnage. Il est joli à regarder, et en plus, il a cette tendance à casser les moments sérieux et faire semblant que les choses ne l’atteignent pas, alors qu’on sent véritablement qu’il est profondément affecté. Et j’aime en particulier sa relation avec Yukine.

 

Yukine, ou Yuki, ou Sekki, selon si on fait référence la personne, l’esprit ou l’arme, est un personnage qui, la première fois, m’avait pas mal tapé sur les nerfs. Il y a des tas de choses que j’aimais bien chez lui, et notamment ses piques plus légères à Yato, mais c’est un personnage qui geint énormément, et j’ai du mal avec les personnages qui geignent beaucoup. Ce n’est pas que je ne comprenais pas : il est mort au beau milieu de son adolescence, et se retrouve à devenir l’outil à tuer (même quand il ne veut pas) d’un dieu mineur qui le fait dormir dehors (faute de sanctuaire) et le nourrit à peine. Y a mieux. Yuki vient tout juste d’entrer dans ce monde, et il a du mal à mettre derrière lui son existence humaine, à réaliser qu’il est mort et n’a plus d’avenir dans le monde qu’il connaissait. En clair, il doit faire le deuil de sa vie humaine, et de façon fort compréhensible, ce n’est pas chose facile. N’empêche qu’on le voit du coup beaucoup se plaindre, et que ça m’avait agacée la première fois. Mais à la revoyure, j’ai beaucoup apprécié, finalement, ce que l’anime fait de lui. La série le développe sur plusieurs épisodes, ne le faisant pas virer d’un coup mais progresser jusqu’à le mener à la limite de la rupture intérieure, et de la rupture avec les autres, ce que j’apprécie déjà. Et surtout, il permet de mettre en lumière la plus grande peur de la plupart des personnages de cet anime : la solitude. Yukine pète vraiment les plombs dans un lycée, lorsqu’il réalise que lui n’a plus cet avenir qu’ont les élèves, et que tous ces gens ne peuvent pas le voir, qu’il ne peut pas tisser des liens avec eux, et se faire des amis comme avant. Et il n’est pas le seul à flipper à l’idée de se retrouver tout seul ! Tout le monde est à la recherche de compagnie. Même Hiyori, qui pourtant a des amies et de la famille (qui ne s’inquiètent absolument pas à son sujet, cela dit, donc bon o.o), a besoin de compagnie, parce qu’à présent elle vit à moitié dans un monde qu’elle seule peut voir, et ça la rendrait certainement dingue de n’avoir personne avec qui vivre tout ça. Mais il y a des TAS de personnages souffrant de la solitude dans cet anime, que ce soit Nora, l’esprit rejeté de tous qui veut désespérément être utilisée,  l’étudiant harcelé et sans ami qui fait appel à Yato, ou Yato lui-même. Oui, parce que Yato n’arrête pas de nous répéter qu’il veut son propre sanctuaire, qu’il veut devenir riche, etc, mais surtout, il a l’air de vouloir être adulé, entouré, qu’on sache qui il est, qu’on le reconnaisse. Parce que ce n’est fun pour personne d’être à l’écart et oublié de tous. Et aussi parce que pour un Dieu, tomber dans l’oubli total est apparemment un destin bien funeste.

[Divinité en quête de foyer] Noragami  ノラガミ[Divinité en quête de foyer] Noragami  ノラガミ
[Divinité en quête de foyer] Noragami  ノラガミ
[Divinité en quête de foyer] Noragami  ノラガミ[Divinité en quête de foyer] Noragami  ノラガミ[Divinité en quête de foyer] Noragami  ノラガミ

Dans Noragami, les divinités et leurs shinki (leurs armes-esprits) ne sont en vérité pas invisibles, comme l’explique Yato : ils sont juste très difficiles à remarquer. Le regard humain ne les traverse pas tant qu’il les contourne, et si les divinités attirent leur attention un moment, les gens les oublient aussitôt après. Quelque part, je trouve ça encore plus cruel que l’idée d’être juste invisible. Parce que du coup, ils peuvent essayer d’attirer l’attention, il y a l’espoir d’être vus, mais chaque petite relation créée sera aussitôt oubliée, et c’est d’un tragique consommé. C’est pour ça qu’à présent j’apprécie l’axe de Yukine : il souligne véritablement ce qu’il y a de triste à l’existence des autres personnages, en particulier Yato, et aussi ce qu’il y a de beau et d’exceptionnel à la relation qui se tisse entre Yato, Yukine et Hiyori. [spoiler] Et c’est pour ça qu’ils semblent aussi dévastés à la fin, lorsqu’Hiyori oublie qui ils sont. Même elle, sent bien qu’elle a perdu quelque chose. Les amnésies dans la fiction, lorsqu’elles interviennent en dernière ligne droite, peuvent être très frustrantes, mais en l’occurrence, ici, cela ne dure pas longtemps, et je trouve que ça s’inscrit vraiment dans l’esprit de l’anime et apporte à l’histoire… cela fait réaliser à tout le monde ce qu’ils ont trouvé, et nous permet de terminer l’anime sur le refus d’Hiyori de s’éloigner de Yato et Yukine, ainsi que sur le vœu puis la promesse de ne pas se séparer, d’affronter l’avenir ensemble, et véritablement : n’était-ce pas tout le but de l’anime ? [/spoiler].

 

Finalement, mon seul souci avec cet anime, c’est que j’ai toujours envie d’en savoir plus. A la fin, beaucoup de questions n’ont pas de réponse, et moi, je veux une réponse. Cela dit, maintenant (par rapport à quand j’ai regardé l’anime la première fois, c’est-à-dire en 2014), il y a une saison 2 ! Donc si cela se trouve, les réponses sont dedans, et il me faudra découvrir tout ça. Ou lire le manga, pourquoi pas (soyons fou). Mais si ce n’était pas le cas, je ne me dirais pas frustrée pour autant. Il y a beaucoup de questions en suspens, et d’axes non terminés (du côté notamment de Bishamon, la déesse qui en a après Yato, et est justement au centre de la saison 2, donc de ce côté-là, je pense que j’aurai effectivement des réponses^^) mais même si la saison 2 s’avérait ne pas tout développer comme il faut, je pense que la saison 1 me suffirait, parce qu’à mon sens les personnages avaient besoin de quelqu’un, et se sont trouvés, ce qui est l’essentiel.

 

Je pense que vous l’avez compris, j’aime beaucoup Noragami. Ce n’est pas l’anime le plus impressionnant que j’ai vu, en terme d’échelle, mais les personnages sont attachants, le monde est intriguant, l’anime sait se montrer drôle, touchant, et même inquiétant, et bien que je n’y connaisse queudale en animation, de mon point de vue, la série est drôlement bien foutue visuellement. Donc en clair, oui, si ce n’est déjà fait, je vous conseille d’y jeter un œil :)

[Divinité en quête de foyer] Noragami  ノラガミ[Divinité en quête de foyer] Noragami  ノラガミ
[Divinité en quête de foyer] Noragami  ノラガミ[Divinité en quête de foyer] Noragami  ノラガミ
[Divinité en quête de foyer] Noragami  ノラガミ[Divinité en quête de foyer] Noragami  ノラガミ[Divinité en quête de foyer] Noragami  ノラガミ
[Divinité en quête de foyer] Noragami  ノラガミ[Divinité en quête de foyer] Noragami  ノラガミ
Tag(s) : #SA2017, #TV, #Dramas - séries et animes, #Anime, #Animation, #Japon, #Noragami, #2010s, #2014, #~ 10 épisodes, #Studio Bones, #Tamura Koutarou, #Akao Deko, #Adachitoka, #Adaptation, #Amitié, #Surnaturel, #Action, #Comédie

Partager cet article

Repost 0