Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Diffusée en 2015

Sur BBC One

8 épisodes

Crée par Debbie Horsfield

D’après les romans de Winston Graham

 

Avec :

Aidan Turner >>> Captain Ross Poldark

Eleanor Tomlison >>> Demelza Carne

Ruby Bentall >>> Verity Poldark

Caroline Blakiston >>> Agatha Poldark

Warren Clarke >>> Charles Porldark

Jack Farthing >>> George Warleggan

Etc

 

 

Dontesque ?

Lorsque le capitaine Ross Poldark revient de la guerre alors que tout le monde le croyait mort, il découvre ses terres en bien mauvaise situation, et la femme qu’il aime fiancée à mon cousin. Il entreprend alors de repartir de zéro, et ce faisant rencontre Demelza, une jeune femme qu’il prend sous son aile en voyant les conditions dans lesquelles elle vit.

 

 

.oOo.

Cette série a toujours été sur ma liste de choses à voir, parce qu’elle semblait partie pour faire un mix de tas de choses que j’aime : il y a de la romance, c’est une fiction historique (ce qui signifie « costumes cools » la plupart du temps, donc wouhou pour ça aussi), et en plus il y a Aida Turner. Ce qui veut dire qu’Aidan Turner est deux fois dans cette SA… pardon, j’ai pas pu m’en empêcher. The power of Mitchell compells me ! (cf. Being Human) Oui, cette année je suis (re)tombée (gravement) sous le charme d’Aidan Turner, et il fallait que j’aille plus loin, donc… l’enthousiasme était à son comble, d’autant que les photos de promo le montrait sur une falaise et tout, et les falaises c’est classe (je suis simple dans ma tête, un peu), ça veut dire que les éléments vont se déchainer, que le personnage vit dans un contexte rude, et tout ce genre de bonnes choses. Et enfin, j’avais une autre motivation : j’avais lu une personne en qui j’ai une grande confiance écrire que Ross Poldark (le personnage principal de la série, et celui d’Aidan Turner) semblait le moins capable de se racheter. Elle avait l’air de vraiment ne pas l’aimer, et j’en déduisais qu’il devait avoir un rôle d’anti-héro sans doute intéressant, mais pas nécessairement sympathique ou agréable, ce qui m’intriguait, parce que j’aime bien quand les acteurs que j’adore arrivent à me faire aller contre mon instinct, qui est de les aimer par défaut. Bon, cela dit, après avoir vu la saison 1 et être restée perplexe, je l’ai interrogée, et apparemment c’est dans la saison 2 que les choses se gâtent… car, en effet, pour le moment, je dois dire que Ross Poldark, il me plait franchement. Et à la fois, je ne doute pas qu’il puisse basculer, soudainement et violemment.

 

Notre histoire commence lorsqu’après des années de guerre, Ross rentre sur sa terre natale pour se rendre compte que son père est mort, lui léguant une baraque à moitié à l’abandon, des domestiques paresseux, et des mines sur le déclin, et ce que j’ai apprécié tout de suite chez notre protagoniste, c’est qu’il constate les dégâts, se retrousse les manches (et tombe la chemise une fois aussi, mais c’est pas ce qui compte le plus… même si ça compte un peu parce que je suis superficielle dedans ma tête), et se met au boulot. C’est la première impression que j’ai eue de Ross Poldark, et tout le long de cette saison 1, on voit que ses employés et amis lui vouent une confiance qu’il a méritée en bossant d’arrachepied avec eux. Et en ne les prenant pas de haut non plus. La série se situe à un moment de révolte, la famine, la misère et l’absence de travails poussant les classes inférieures à se révolter contre les classes plus riches qui abusent d’elles, mais Ross Poldark a plus de mépris pour sa propre classe sociale que pour celles en dessous. Notre personnage principal, à plusieurs reprises, vient en aide à son prochain, révolté par les injustices qui l’entourent, et la série nous en peint donc un portrait à priori favorable, qui a fait chavirer mon pauvre cœur déjà sensible au charme d’Aidan Turner. Sauf que, ha, les choses sont un peu plus compliquées que ça, parce qu’okay, il est bosseur et plutôt généreux notre héros, mais il vit dans un contexte qui mènerait bien des hommes à leurs pertes, et c’est pas comme s’il était exempt de défauts de base. Non, Ross Poldark, à l’instar de l’Anakin moyen, a tout ce qu’il faut pour basculer du côté obscur de la Force (et bien sûr, c’est aussi ce qui le rend intéressant).

 

Déjà, il est du genre impulsif. C’est pas qu’il soit bête, au contraire il fait souvent preuve d’innovation, d’intelligence, voire de ruse, mais il a tendance à souvent se laisser emporter, et ça lui fait faire et dire des choses qu’il ne manque pas de regretter plus tard. Faut dire que Ross Poldark, il a une fierté excessive, facilement blessée, et qui l’empêche de faire des compromis… ce qui lui met bien souvent des bâtons dans les roues. Bien entendu, c’est facile de comprendre pourquoi il ne tient pas à faire des compromis avec les gens qui pourraient lui apporter quelque chose (genre son rival en affaires, George Warleggan) parce qu’il vomit le monde auquel ils appartiennent, mais sa fierté personnelle, et sans doute aussi sa vanité de ne pas vouloir être moins apprécié, et peut-être admiré, des autres, peuvent parfois l’empêcher de faire des choix plus raisonnables, et ça risque de poser problème un de ces jours. Et puis Ross a aussi une bonne part d’égoïsme en lui. Ce n’est pas quelqu’un de mauvais ou cruel, mais lorsqu’il épouse Demelza (et je considère que ça arrive suffisamment tôt dans la série pour que ça ne soit pas un gros spoiler) c’est essentiellement pour se changer les idées parce qu’il est toujours à fond dans son premier amour, premier amour avec lequel il ne manque pas de continuer à flirter, alors même qu’elle est mariée. Rajoutez à cela une tendance à noyer ses états d’âme dans l’alcool, et oui, pour le moment, Ross Poldark il est tout à fait appréciable, mais il a aussi des défauts et faiblesses qui font qu’il pourrait aisément péter un cable, et je vous avoue que je suis assez curieuse de le voir faire.

[Retour difficile au pays] Poldark (saison 1)[Retour difficile au pays] Poldark (saison 1)[Retour difficile au pays] Poldark (saison 1)
[Retour difficile au pays] Poldark (saison 1)[Retour difficile au pays] Poldark (saison 1)
[Retour difficile au pays] Poldark (saison 1)[Retour difficile au pays] Poldark (saison 1)[Retour difficile au pays] Poldark (saison 1)
[Retour difficile au pays] Poldark (saison 1)[Retour difficile au pays] Poldark (saison 1)

Mais puisqu’on parlait de romance, continuons. Il y en a beaucoup, mais elle va très vite, si bien qu’au début, j’ai eu peur de ne pas y accrocher. La série veut s’étendre sur des années (sans doute pour suivre les livres ? J’en sais rien, je ne les ai pas lus… en tout cas, je suis contente que la série s’en éloigne un peu, parce que dedans le mariage entre les personnages de Ross et Demelza semble avoir une sorte de relan de pédophilie assez perturbant o.o Je sais que l’époque, blablabla, mais à l’écran j’aurais eu du mal), et je dirais même que c’est un aspect qui me plait particulièrement, car ça donne un sentiment de fresque. Mais les saisons sont courtes, et forcément, pour raconter des années en quelques épisodes, bah, faut accélérer un peu, et j’avais peur que cela se ressente dans l’évolution des personnages et leurs relations, qu’on ait du mal à s’y prendre et à ressentir les étapes, mais finalement ça se passe plutôt bien, et j’ai donc accroché aussi à la romance principale, d’autant que le personnage de Demelza me plait. L’actrice est très convaincante, et le personnage a une trempe, un bon cœur, une ardeur au travail et une envie d’apprendre qui me parlent, tandis que je suis touchée par son complexe d’infériorité lorsqu’elle entre dans un monde qui, jusque là, lui semblait au dessus d’elle et hors de portée. Heureusement Ross est là pour lui rappeler constamment qu’elle n’a pas à rougir de quoi que ce soit, et même si elle a du mal à le croire, c’est sans doute ce qui m’a vendue à leur relation, le fait qu’il soit si souvent impressionné par ce qu’elle fait ou ce qu’elle dit, et exprime son admiration ou sa fierté. C’est juste plaisant à voir.

 

Je ne vais pas vous mentir, les gens, vous savez que je suis marshmallow à l’intérieur du plus profond de moi-même (et en surface aussi, c’est pas caché) et j’ai fondu tel un glaçon sur un radiateur, le moment culminant étant sans doute pour moi la scène où Demelza chante et où Ross se rend compte qu’elle n’est pas juste un substitut mais qu’il l’aime, parce que cela combinait des tas de choses que j’aime : une chanson celtique, une jolie robe (on est superficielle ou on ne l’est pas hein), la jolie voix de Demelza, sa sincérité lorsqu’elle met son cœur à nu, Ross la regardant comme si elle était la huitième merveille du monde, et aussi tenant à sa juste valeur quelque chose qu’elle pensait indigne de l’assemblée (on lui demande si elle a été éduquée en musique, elle répond que non, parce que dans cette haute société elle ne se sent pas à la hauteur, mais lui intervient et dit qu’elle sait chanter), une victoire d’underdog en quelque sorte, le joli visage d’Aidan Turner (><), et puis aussi une jolie mise en scène avec (entre autres) un détail que j’aime particulièrement : Demelza se tient derrière Verity (la cousine de Ross) assise, agrippé au rebord de la chaise, comme si Verity (qui est sa seule amie dans ce monde inconnu) était son rempart (or j’aime beaucoup la relation entre les deux jeunes femmes). Et encore c’est sans parler de tout ce qui se passe chez les autres personnages (cette série est très joliment réalisée, et tout aussi bien interprétée) …. Bref, j’aime beaucoup cette scène, et j’ai accroché à toute cette romance, même si c’est vrai que parfois le passage rapide du temps faisait qu’il y a pas mal d’ellipses et que je n’aurais pas dit non à plus de développement ici ou là, pas juste pour le fanservice, mais parce que ça m’aurait permis de mieux ressentir certaines choses.

[Retour difficile au pays] Poldark (saison 1)[Retour difficile au pays] Poldark (saison 1)
[Retour difficile au pays] Poldark (saison 1)[Retour difficile au pays] Poldark (saison 1)

Bien entendu, si mon cœur s’est laissé porter par la romance parce que c’est dans sa nature, ça ne veut pas dire pour autant qu’il n’y a pas des tas de personnages autres que Demelza et Ross que j’ai envie de voir évoluer. Par exemple, j’ai très envie de voir plus de George Warlangger. Je ne sais pas pourquoi, il y a quelque chose chez ce personnage qui me parle… Pas que je le trouve sympathique, mais il y a quelque chose qui m’accroche dans sa rivalité avec Ross Poldark, et la façon dont il veut l’écraser mais ne peut s’empêcher de ressentir de l’admiration, et même de l’envie à son égard. Ces deux-là ne seront jamais amis, la fierté de Ross ne le permettrait pas, mais une part de George le souhaite (comme il le dit lui-même), et ça rend cette relation intéressante à mes yeux. Mais surtout, plutôt qu’ « évoluer », il y a surtout un personnage que j’ai très envie de voir mourir, à savoir Francis, le cousin de Ross. Je n’en peux plus de ce personnage. Il passe son temps à s’auto-apitoyer, et son pathétisme ne fait que créer des problèmes pour tous les personnages que j’apprécie, donc quitte à noyer ses problèmes dans l’alcool et les prostituées, s’il pouvait s’exploser le foi ou choper la syphilis, ce n’est certainement pas moi qui viendrait m’en plaindre. Surtout que ça aurait pour conséquence de libérer sa femme, Elizabeth, et que, yes, please. Elizabeth, le premier amour de Ross Poldark, mariée à son cousin parce qu’elle pensait Ross mort au combat, est un personnage pour lequel j’ai énormément de compassion. Elle est enfermée dans un mariage qu’elle a essayé de faire fonctionner, mais les complexes de son mari l’ont rendue malheureuse, et à chaque épisode qui passe, elle voit sa fierté meurtrie, piégée qu’elle est dans sa situation. Elle ne manque pas d’intelligence, elle a de l’esprit, et est très lucide quant à ses circonstances, mais à cause de son sexe et sa position sociale, elle n’a aucune ouverture… donc j’aimerais bien que l’Univers lui en offre une, parce qu’on ressent vraiment sa frustration (faut dire qu’elle hésite de moins en moins à l’exprimer à voix haute) et que je veux la voir s’émanciper. Bordel, si elle s’occupait des affaires familiales, peut-être qu’elles se porteraient mieux. Même si ça parait impossible, vu le contexte, qui est bien rude comme il faut.

 

Et finalement, si j'ai retiré UNE leçon de cette série c'est que les Cornouailles au 18ème siècle...

 

C'était la merde o.o.

 

C’est un peu simpliste, mais je pense que c’est en gros ce qu’essaie de nous montrer la série, ou en tout cas c’est l’effet de son rythme. Comme je vous le disais, Poldark a des aspects de fresque, parce qu’elle fait défiler les années et multiplie les ellipses, et le résultat c’est que l’accent est beaucoup mis sur le temps qui passe, et que la série ne semble pas tant parler d’un grand changement intérieur au sein des personnages, mais plus de la façon dont ils survivent (ou ne survivent pas ? *garde les doigts croisés pour Francis*) à toute une époque, dont ils sont noyés dans un contexte où travailler à la mine craint et raccourcit considérablement ton espérance de vie, mais ne pas travailler à la mine craint encore plus, et où quand les choses se passent subitement bien, c’est que l’Univers s’apprête à te retirer toute envie de rire (oui dans cette série, le bonheur est limite plus flippant que les coups durs, parce qu’on a toujours le sentiment que ce qui est offert sera repris au centuple). Mais au moins les décors sont jolis donc au moins tu peux crever de faim en t’en mettant plein les yeux ? … Oui bah on trouve ce qu’on peut pour positiver, hein ! Mais sérieusement, c’est typiquement le genre de série où je pourrais voir les personnages avoir des enfants, vieillir, et laisser le spot principal de la série à leurs descendants tandis qu’on continue à regarder passer le temps. Cela ne veut pas dire que je veux quitter ces personnages (au contraire, au contraire), mais cela ne me choquerait pas de voir la série prendre cette direction (même si je me doute qu’elle ne le fera pas) et ça m’intéresserait.

 

Enfin, pour le moment je vais me contenter de regarder la saison 2, et de voir comment Ross Poldark va basculer du côté de la Force qui étrangle des bébé animaux. En plus, ça va me permettre de regarder l’opening un peu plus, et je l’aime bien cet opening, donc ça tombe bien. Mais tout de même, j’ai surtout envie de voir si et comment Ross va me faire perdre toute l’affection que j’ai pour lui. YOU CAN DO IT (et tu peux toujours tuer Francis pour regagner mon cœur :D)(...ma morale est complètement à l'ouest, oui).

[Retour difficile au pays] Poldark (saison 1)
[Retour difficile au pays] Poldark (saison 1)[Retour difficile au pays] Poldark (saison 1)
[Retour difficile au pays] Poldark (saison 1)[Retour difficile au pays] Poldark (saison 1)
[Retour difficile au pays] Poldark (saison 1)[Retour difficile au pays] Poldark (saison 1)
Tag(s) : #SA2017, #TV, #Dramas - séries et animes, #Série, #Angleterre, #Poldark, #2010s, #2015, #BBC1, #Debbie Horsfield, #Winston Graham, #Adaptation, #Aidan Turner, #Eleanor Tomlison, #Ruby Bentall, #Caroline Blakiston, #Warren Clarke, #Jack Farthing, #Historique (ou "historique"), #Romance, #Drame, #Famille

Partager cet article

Repost 0