Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Diffusé en 2016

Sur TBS

10 épisodes

 

Réalisé par Doi Nobuhiro, Fukuda Ryosuke, Tsukahara Ayuko

Ecrit par Nogi Akiko

D’après le manga de Matsuda Naoko

 

Avec :

Kuroki Haru >>> Kurosawa Kokoro

Odagiri ‘OdaJoe’ Joe >>> Iokibe Kei

Sakaguchi ‘Sakappy’ Kentaro >>> Koizumi Jun

Arakawa Yoshiyoshi >>> Mibu Heita

Yasuda Ken >>> Yasui Noboru

Matsushige Yutaka >>> Wada Yasuki

Hamada Mari >>> Kawa Maiko

Kohinata Fumiyo >>> Mikurayama Ryu

Takito Kenichi >>> Takahata Issun

Nagayama Kento >>> Nakata Haru

Bon et des tas de gens

 

 

Dontesque ?

Après une blessure à la jambe, Kurokawa Kokoro, promise à une carrière remarquable dans le judo, se voit contrainte d’abandonner ses rêves sportifs. Elle postule alors à une place d’éditrice dans l’édition de manga, et obtient un emploi.

 

Fiche Ecrans d'Asie: ici

 

.oOo.

 

Après Kounodori et Tokyo Tarareba Musume, un autre drama avec Sakappy, wouhou \O/

 

… haha, rien à battre.

 

Pardon Sakappy. Je te kiffe, vraiment. Tu as de jolies mains, j’aime ta voix un peu grave, tes fossettes quand tu souris, mais comment tu veux lutter contre :

Tu peux pas.

 

Et si t’as deux neurones qui fonctionnent, toi-même, tu le sais.

 

OK, donc, comme promis (je vous avais dit que je la tiendrai cette promesse !!! Donc je suis pardonnée pour toutes les fois où je ne vous ai causé qu’amertume et déception, pas vrai ? Mais si, mais si :D) on va causer d’un drama avec OdaJoe dedans, même que c’est pour ça que je l’ai regardé. Bon, j’étais aussi intéressée par le contexte « édition de manga », et puis Ara m’avait fortement recommandé la série (oui, j’ai regardé beaucoup de dramas recommandés par Ara ces derniers temps… mais du coup, c’est le dernier là, pour le moment), sans compter qu’il y a des gens dedans que j’aime beaucoup, comme Sakappy, bébé Eita Nagayama Kento, Kohinata Fumiyo… mais surtout : OdaJoe, OdaJoe, ODAJOE ODAJOEBORDAYL !!! (et OdaJoe, aussi, un peu) Et j’ai beaucoup aimé ce drama ! Pas seulement parce que c’était une bonne série (même si ça fait clairement pas de mal) mais aussi parce que Juhan Shuttai me comprend. Comme le prouve cette screencap :

Cette screencap = ma vie.

 

Bon pis aussi, oui, en effet, le drama est bon, et même si j’ai une passion pour les screencaps de gens illustrant le principe de l’OTL, faut bien dire ce qui y est, on fait pas 10 épisodes avec juste ça (encore que ce serait probablement intriguant dans le genre expérimental), donc ça aide que le drama soit bien foutu autour.

 

Maintenant, juste un petit avertissement : Juhan Shuttai a été une expérience assez particulière pour moi. Comme vous l’avez peut-être noté, déjà, j’ai un faible pour OdaJoe (si vous ne l’avez pas noté, alors… vous ne savez clairement pas lire, donc cette parenthèse ne sert à rien), mais surtout, j’ai regardé le drama en fangirlisant en live, spammant Ara et Max’s Opa tout le long, parce qu’en tant qu’êtres humains avec du goût, ils kiffent aussi OdaJoe. D’ailleurs, si jamais il n’y avait pas assez d’OdaJoe dans votre vie (et croyez-moi, il n’y en a pas assez… vous pourriez vivre avec lui qu’il n’y en aurait pas assez… même OdaJoe n’en a pas assez), vous pouvez cliquer ici et lire une sorte de récap de la chose. Et je vous rassure, ça spoile pas le scénario, c’est 99.99% de moi m’extasiant devant la perfection d’OdaJoe (parce que ces saloperies de portes ouvertes ne vont pas s’enfoncer toutes seules, bordayl). En vrai, je m’estime plutôt bonne à juger des dramas au-delà de mes chouchous (bien sûr, je ne peux pas en être certaine, c’est le principe du « bias », mais mettons que j’ai trouvé mauvais suffisamment de projets dans lesquels se trouvent mes favoris pour ne pas me croire complètement aveuglée) mais en revanche, tweeter et envoyer des screencaps pendant tout un drama, ça teinte quand même pas mal une expérience, donc prenez mon article avec un peu de recul.

 

Mais pas trop. Parce que la conclusion de l’article (je vous spoile attention) sera : regardez Juhan Shuttai !! Et ça, ne le prenez pas avec trop de recul, parce que vous savez quoi, vous devriez carrément regarder Juhan Shuttai :O ! Parce que c’est bien (et de la scénariste d'Okitegami Kyoko no Biboroku, NigeHaji et Soratobu Kyouhoushitsu, donc on va garder un oeil dessus, hein).

 

En premier lieu, j’ai trouvé ça intéressant de jeter un œil dans le monde des manga. On passe surtout beaucoup de temps dans le milieu de l’édition, vu que notre héroïne évolue dedans, et découvre le métier, mais on voit aussi travailler les auteurs, et les libraires. On rencontre même rapidement les gens chargés de l’impression, ceux qui créent les couvertures des tomes, et bien entendu, les lecteurs. On a aussi droit à un triste aperçu de ce qui attend les invendus. Bref, le drama n’entre clairement pas dans tous les détails de l’industrie, parce que sinon ce serait un documentaire, mais il essaie de nous donner un aperçu rapide de toutes les étapes de la vie d’un manga, afin qu’on ait une idée de tout ce qu’il y a au-delà des aspects sur lesquels il s’attarde. Pour moi, c’était intéressant parce que j’aime bien les manga, mais j’en lis peu, et je ne sais pas du tout comment marche ce monde-là (mes connaissances s’arrêtent plus ou moins à Bakuman :D), surtout tout ce qui relève des magazines de manga, parce que moi quand j’en achète, c’est toujours sous forme de livres, je ne vis pas la « sérialisation » comme au Japon. Bref, c’était sympa d’observer le processus et d’apprendre ce qu’est un « name » (c’est une sorte de storyboard pour manga, en fait), un « aori » (regardez le drama pour savoir, je vais pas tout vous dire non plus !), ou encore d’apprendre ce que « Juhan shuttai » signifie (c’est lorsqu’un livre a vendu toutes ses copies et a droit à une seconde édition, ainsi qu’une adorable danse de la part des éditeurs).

[Mangas, judo et chignon] Juhan Shuttai  重版出来![Mangas, judo et chignon] Juhan Shuttai  重版出来!
[Mangas, judo et chignon] Juhan Shuttai  重版出来![Mangas, judo et chignon] Juhan Shuttai  重版出来![Mangas, judo et chignon] Juhan Shuttai  重版出来!
[Mangas, judo et chignon] Juhan Shuttai  重版出来![Mangas, judo et chignon] Juhan Shuttai  重版出来!

Par ailleurs, si le drama s’intéresse à tout ce qui est technique, il se penche aussi sur ce que les manga signifient, ce qu’ils peuvent faire. Par exemple, ils peuvent devenir un « pont » entre personnes de nationalités différentes mais aimant le même manga. Les livres ouverts ont la forme d’oiseaux, et peuvent devenir les ailes des gens qui ont besoin de s’évader, ou de s’élever. Un livre peut toucher une personne si profondément, qu’elle peut retrouver un bout d’elle-même qu’elle avait perdu. Le drama semble croire profondément au pouvoir des livres, et même si je lis beaucoup moins à présent, j’aime beaucoup les livres (et la fiction en général), j’ai été cette gamine accroc à ses bouquins, qui lisait comme si sa vie en dépendait, et j’ai été touchée plusieurs fois par la façon dont le drama les abordaient. Et bien entendu, si le drama se penche sur la façon dont un manga/livre peut transformer la vie d’un lecteur, il parle aussi de ce qu’il signifie pour l’auteur qui met un bout de lui-même dedans,  et est affecté par la vie de son œuvre. Le drama ne passe pas trop de temps dessus, mais j’ai aussi aimé la mention des petites librairies qui ont parfois du mal à survivre, faute de clients, et aussi le passage sur les ebooks qui sont de plus en plus courants, de plus en plus perfectionnés, et peuvent être vus comme une menace pour les livres papiers, mais sont également une bonne façon de ramener de vieilles œuvres, de les proposer à un nouveau public, et de leur donner une seconde vie. Les temps changent, et les manga, leur édition, leur support, doivent suivre. Juhan Shuttai n’est pas une dissertation sur l’état de l’industrie, mais en touchant à tous ces thèmes, il donne une petite idée de ce que ça peut être de bosser dans le milieu, et de devoir gérer les changements. Encore une fois, ce n’est pas un documentaire (et je pense que l’ambiance du drama, doucement comique, ne laisse pas de doute à ce sujet) mais vu que c’est une adaptation de manga, on est quand même en droit de se dire que la mangaka de base sait sans doute un peu de quoi elle parle. Et l’amour du manga transparait, ce qui est fort cool~

 

Autre chose fort cool : les personnages.

 

Il y en a pas mal, et je suis ravie de pouvoir dire que je les ai en gros tous aimés. Je n’arrive pas à trouver un personnage qui m’ait réellement déplu. Parfois, certains m’ont agacée, certes, mais j’étais heureuse de suivre tout ce petit monde en général, et notre lead, Kokoro, était particulièrement engageante. Elle est adorable, elle est radieuse, enthousiaste, super motivée… ça pourrait être agaçant, mais ça ne l’est pas du tout. Je suis bien entendu pas en train de vous dire qu’être positif et enthousiaste c’est mal, mais les personnages supra-happy, ça peut parfois être saoulant. Néanmoins Kokoro est très attachante, et ne m’a jamais agacée, ce qui, je pense, est dû à trois choses en particulier :

 

(1) Kuroki Haru, l’actrice, trouve le bon équilibre, et est doucement décalée, et enthousiaste, mais pas survoltée tendant sur l’assourdissant.

(2) Kokoro n’est pas « trop heureuse pour être vraie ». Elle est d’un caractère joyeux, mais après avoir dû abandonner sa carrière dans le judo à cause d’une blessure, le drama nous dit qu’elle a traversé une période sombre, et de temps en temps, on la voit douter d’elle-même, ou être déprimée à cause d’obstacles ou d’erreurs qu’elle fait. Elle n’est pas la personnification de la positivé, elle est une personne positive, et ça fait une grosse différence.

(3) Elle est compétente, et c’est super important. Elle ne se contente pas de lever le poing avec un grand sourire en disant qu’elle va faire de son mieux, son atout principal n’est pas juste son attitude positive, mais le fait que, bordayl, elle sait faire son boulot. On voit des personnages dont la motivation compense le manque de compétences, mais chez elle, les deux vont de pair. Alors, pendant son entretien, elle fait une prise de judo au président de la société dans une scène comique, mais elle n’est pas engagée parce que « lol comédie »: elle est engagée parce que son entretien était convaincant, qu’elle a de la motivation, et qu’elle a déchiré au test d’entrée. Bien sûr, elle ignore certaines choses et fait des erreurs, comme n’importe qui débutant dans un nouveau travail, mais elle a les aptitudes, la motivation, l’intelligence, et elle veut apprendre, donc en gros, elle ne fait pas du tout « imbécile heureuse ».

[Mangas, judo et chignon] Juhan Shuttai  重版出来![Mangas, judo et chignon] Juhan Shuttai  重版出来!
[Mangas, judo et chignon] Juhan Shuttai  重版出来![Mangas, judo et chignon] Juhan Shuttai  重版出来![Mangas, judo et chignon] Juhan Shuttai  重版出来!
[Mangas, judo et chignon] Juhan Shuttai  重版出来![Mangas, judo et chignon] Juhan Shuttai  重版出来!
[Mangas, judo et chignon] Juhan Shuttai  重版出来![Mangas, judo et chignon] Juhan Shuttai  重版出来![Mangas, judo et chignon] Juhan Shuttai  重版出来!

Vive elle, donc. Et même si j’avais très envie de voir quelqu’un, n’importe qui, embrasser OdaJoe (parce que si moi je peux pas, il faut que quelqu’un le fasse, et je tiens à regarder), j’étais contente que le drama ne perde pas de temps avec des romances inutiles. Bon, d’accord, Sakappy a clairemnt le béguin pour l’héroïne (ce qui est fort compréhensible) mais c’est vaiment dans l’arrière-plan, le drama ne se penche pas dessus, et c’est très bien comme ça, car cela nous laisse plus de temps pour nous pencher sur les personnages en général. Or, encore une fois, il y en a beaucoup. Et parmi toute cette bande de gens fort sympathiques, forcément, Iokibe ressort.

 

Et non, ce n’est pas (juste) parce qu’OdaJoe est apparemment capable de rendre portable n’importe quelle chemise (ou pas de chemise du tout), a des cheveux magiques arrangés dans le plus glorieux chignon de la création, et est l’homme le plus sexy de la planète (si un jour les extra-terrestres lancent une invasion, on saura ce qu’ils sont venus chercher), mais parce que… ben… il sort vraiment du lot. Déjà, ses kouhais fangirl.boyisent sur lui autant que moi (à raison) tandis qu’il partage avec eux sa sagesse et ses conseils, ses collègues le respectent et même son patron l’appelle à l’aide en pleurant quand il a un souci. Sérieusement, on a droit à ce genre de dialogues :

[Mangas, judo et chignon] Juhan Shuttai  重版出来!
[Mangas, judo et chignon] Juhan Shuttai  重版出来!
[Mangas, judo et chignon] Juhan Shuttai  重版出来!

C’est pas juste moi, donc ! La moitié du temps, quand il est à l’écran, ses juniors le regardent avec admiration, en particulier Kokoro (qui, littéralement, dit vouloir vendre son âme pour devenir comme lui), et il y a tout un passage de la série où elle cherche à découvrir le secret de sa perfection (petit indice : c’est sur la page wiki du drama, dans la section « casting »). En fait, Iokibe est le type qui a l’air d’avoir tout compris à la vie, de réussir tout en étant bienveillant et mature, il a cette aura « adulte accompli ». Alors, les personnages du dramas sont tous (presque tous, okay) bons à leur boulot, ce que j’ai trouvé fort appréciable d’ailleurs, mais ils ont aussi tous une petite excentricité, un « truc », et Iokibe parait plus calme à côté, moins exubérant que les autres (ou que ses habits). Cette attitude très « maître de soi » est en fait son truc à lui, et ce qui sera exploré par l’épisode qui lui est consacré (et qui a fait palpiter mon pauvre cœur) mais du coup, il est le « straight man » dans cette foule de personnages plus excentriques (sans qu’on atteigne un niveau de caricature non plus, hein). Ce qui donne à OdaJoe des tas d’occasions de nous montrer son expression « je te juge/qu’est-ce que tu racontes/sérieusement wtf ? », et il la fait si bien <3 Cela dit, s’il a souvent l’air de s’interroger sur ses collègues, il n’a rien de snob, il aime clairement son boulot et les gens avec qui il travaille, et est un mentor très bienveillant pour Kokoro et quiconque a besoin de son aide, ce qui participe à le rendre attachant, bien entendu.

[Mangas, judo et chignon] Juhan Shuttai  重版出来![Mangas, judo et chignon] Juhan Shuttai  重版出来!
[Mangas, judo et chignon] Juhan Shuttai  重版出来![Mangas, judo et chignon] Juhan Shuttai  重版出来!
[Mangas, judo et chignon] Juhan Shuttai  重版出来![Mangas, judo et chignon] Juhan Shuttai  重版出来![Mangas, judo et chignon] Juhan Shuttai  重版出来!
[Mangas, judo et chignon] Juhan Shuttai  重版出来![Mangas, judo et chignon] Juhan Shuttai  重版出来!

Mais tous les personnages attachants. Et j’ai aussi aimé le cast. Yasuda Ken est toujours bon, Kohinata Fumiyo est un acteur que j’apprécie particulièrement (et oui, il m’a fait pleurer, comme il finit toujours par le faire dans tout ce dans quoi il joue). Bien entendu, j’ai beaucoup apprécié Sakappy également. J’ai aimé les éditeurs, les mangaka, j’ai beaucoup apprécié la libraire qui revenait souvent (et qui m’a fait pleurer aussi, haha… après c’est vrai que je pleure super facilement, et que pour moi Un litre de larmes devrait s’appeler « Ta nouvelle piscine d’eau salée », mais bon), j’ai même aimé les copines de judo de l’héroïne alors qu’on les voyait très peu. S’il y a peut-être un personnage auquel je me suis encore plus particulièrement attaché, c’est sans doute Nakata, le mangaka débutant, en partie parce que je trouve que Nagayama Kento est un bon acteur (ça aide) et en partie parce que même s’il m’a parfois légèrement agacée, j’ai aussi été beaucoup touchée par sa relation avec Kokoro, aka « la déesse qui l’a trouvé », comme il dit lui-même. J’ai complètement fondu à voir toute sa reconnaissance, et son envie de la rendre heureuse. Aw. Et j’ai aussi ressenti beaucoup de compassion pour son sempai, l’assistant qui a voulu être mangaka et n’a pas réussi. Je comprenais tellement sa frustration générale, malgré qu’il m’ait aussi tapé sur les nerfs parfois. Bref, en général, j’ai été ravie de regarder tout ce petit monde évoluer.

 

Bien entendu, seulement 10 épisodes + plein de personnages = impossible de développer à fond tout le monde. Donc ça veut dire que certaines choses vont assez vite, comme l’évolution de Koizumi (le personnage de Sakappy) par exemple, qui faisait plaisir à voir mais va si vite que ça semble peu naturel, presque comme si Kokoro avait juste agité sa baguette magique et l’avait transformé d’un bibidi bobidi bou. C’était frustrant parfois de ne pas pouvoir aller fond des choses, surtout parce que j’avais envie de passer plus de temps à apprendre à mieux connaître tous ces personnages, mais j’étais contente de voir que personne ne disparaissait. Certains personnages étaient plus anecdotiques que d’autres, mais si, dans chaque épisode, le drama se concentrait souvent sur un personnage ou plusieurs, il ne s’en « débarassait » pas après cela, on continuait à les voir évoluer tous ensemble, il y avait un vrai sentiment de communauté qui évitait au drama de sembler trop « cas de la semaine ». D’autant que les épisodes n’avaient pas de formule. On regarde des gens évoluer et créer des liens à d’autres gens, et comme les gens sont tous différents, les épisodes aussi. Je n’ai pas eu le sentiment que le drama avait un cahier des charges à respecter par épisode, et il ne m’a pas paru artificiel.

[Mangas, judo et chignon] Juhan Shuttai  重版出来![Mangas, judo et chignon] Juhan Shuttai  重版出来!
[Mangas, judo et chignon] Juhan Shuttai  重版出来![Mangas, judo et chignon] Juhan Shuttai  重版出来![Mangas, judo et chignon] Juhan Shuttai  重版出来!
[Mangas, judo et chignon] Juhan Shuttai  重版出来![Mangas, judo et chignon] Juhan Shuttai  重版出来!
[Mangas, judo et chignon] Juhan Shuttai  重版出来![Mangas, judo et chignon] Juhan Shuttai  重版出来![Mangas, judo et chignon] Juhan Shuttai  重版出来!

Je ne dirais pas que Juhan Shuttai m’a touchée à un niveau profond ou a chamboulé ma vie, mais il m’a quand même touchée parfois (côté Nakata et Kohinata Fumiyo principalement), et puis il était fun, il était coloré, il était intéressant, il était plein de personnages que j’ai kiffés et que j’avais envie de suivre, on sentait que toutes les personnes impliquées dans sa production y mettait du cœur et des efforts, et le drama a réussi à faire ce qu’il voulait faire, et il m’a rendue toute contente à l’intérieur de moi-même. Et j’aime bien les trucs qui me rendent contente. Contente = good. Aussi good ? OdaJoe !

 

Haha, non je déconne. OdaJoe n’est pas bien.

 

OdaJoe… Eh bien, pour citer SHINee, parce que j’aime citer SHINee, OdaJoe est… fantelastic :D Ce qui le fait joom joomer mon cœur comme une locket (car pourquoi s’arrêter à une seule chanson à l’anglais foireux ?)

 

En tout cas, comme je voulais l’avais spoilé, oui, vous devriez tout à fait regarder Juhan Shuttai ! Do it !

[Mangas, judo et chignon] Juhan Shuttai  重版出来![Mangas, judo et chignon] Juhan Shuttai  重版出来!
[Mangas, judo et chignon] Juhan Shuttai  重版出来![Mangas, judo et chignon] Juhan Shuttai  重版出来!
[Mangas, judo et chignon] Juhan Shuttai  重版出来![Mangas, judo et chignon] Juhan Shuttai  重版出来!
[Mangas, judo et chignon] Juhan Shuttai  重版出来![Mangas, judo et chignon] Juhan Shuttai  重版出来!

… plus de joom joom (oui j'ai galéré à réduire les screencaps, comme vous avez pu le constater):

[Mangas, judo et chignon] Juhan Shuttai  重版出来![Mangas, judo et chignon] Juhan Shuttai  重版出来!
[Mangas, judo et chignon] Juhan Shuttai  重版出来![Mangas, judo et chignon] Juhan Shuttai  重版出来![Mangas, judo et chignon] Juhan Shuttai  重版出来!
[Mangas, judo et chignon] Juhan Shuttai  重版出来![Mangas, judo et chignon] Juhan Shuttai  重版出来!
[Mangas, judo et chignon] Juhan Shuttai  重版出来![Mangas, judo et chignon] Juhan Shuttai  重版出来![Mangas, judo et chignon] Juhan Shuttai  重版出来!

(ring diggi ding diggi ding ding ding)

[Mangas, judo et chignon] Juhan Shuttai  重版出来![Mangas, judo et chignon] Juhan Shuttai  重版出来!
[Mangas, judo et chignon] Juhan Shuttai  重版出来![Mangas, judo et chignon] Juhan Shuttai  重版出来![Mangas, judo et chignon] Juhan Shuttai  重版出来!
[Mangas, judo et chignon] Juhan Shuttai  重版出来![Mangas, judo et chignon] Juhan Shuttai  重版出来!
[Mangas, judo et chignon] Juhan Shuttai  重版出来![Mangas, judo et chignon] Juhan Shuttai  重版出来![Mangas, judo et chignon] Juhan Shuttai  重版出来!

(dong)

 

Tag(s) : #TV, #Dramas - séries et animes, #Drama, #Japon, #Juhan Shuttai, #2010s, #2016, #TBS, #~ 10 épisodes, #Doi Nobuhiro, #Fukuda Ryosuke, #Tsukahara Ayuko, #Nogi Akiko, #Adaptation, #Matsuda Naoko, #Kuroki Haru, #Odagiri Joe, #Sakaguchi Kentaro, #Arakawa Yoshiyoshi, #Yasuda Ken, #Matsushige Yutaka, #Hamada Mari, #Kohinata Fumiyo, #Takito Kenichi, #Nagayama Kento, #Comédie, #Workplace drama, #Female crush, #Amitié, #Tranche de vie, #Feel good

Partager cet article

Repost 0