Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Diffusé en 2017

Sur TBS

10 épisodes

 

Réalisé par Tsukahara Ayuko, Yamamoto Takeyoshi, Murao Yoshiaki

Ecrit par Okudera Satoko, Shimizu Yukako

D’après le roman de Minato Kanae

 

Avec :

Fujiwara Tatsuya >>> Fukase Kazuhisa

Tamamori Yuta >>> Asami Kosuke

Miura Takahiro >>> Murai Takaaki

Ichihara Hayato >>> Tanihara Yasuo

Koike Teppei >>> Hirosawa Yoshikidi

Toda Erika >>> Ochi Michiko

Kadowaki Mugi >>> Tanihara Asuka

etc

 

 

Dontesque ?

 

Alors que six étudiants faisaient un séjour dans la montagne, l’un d’entre eux disparaît, et son cadavre finit par être retrouvé, la police concluant qu’il s’agit d’un accident. Mais dix ans plus tard, un journaliste, ancien policier, commence à fourrer son nez dans cette affaire à nouveau, soupçonnant que les autres cachent quelque chose. Par ailleurs, Fukase, qui était particulièrement proche du défunt et a eu du mal à reprendre sa vie en main, se voit adressé des messages de menace, l’accusant d’être un meurtrier.

 

Fiche Ecrans d’Asie : ici

 

 

.oOo.

 

(A l’avance, je m’excuse un peu, quelqu’un a jeté mon carnet de notes par erreur, donc l’article est moins « complet » que j’aurais voulu… Aussi, je pense que ladyteruki avait très bien cerné le drama dans sa review de pilote, donc n’hésitez pas à aller lire ça : ici)

 

J’avais des tas de raisons de vouloir voir ce drama (et certaines étaient mêmes valides, en plus) ! La première, c’était que ce drama a une équipe « derrière la caméra » très similaire à celle de N no tame ni : une des deux scénaristes a également bossé sur N no tame Ni, les deux dramas sont adaptés de romans de la même autrice, et deux des réalisateurs (sur trois) ont bossé sur N no tame ni. Or j’ai adoré N no tame ni, c’était un de mes plus gros coups de cœur 2014 et je vous encourage sincèrement à le regarder. Par ailleurs, le casting m’attirait, entre Erika Toda, Koike Teppei, et Ohno Satoshi ! Bien sûr, les attentifs d’entre vous auront remarqué qu’Ohno Satoshi n’est en fait pas au casting, mais j’avais prévenu que j’avais quelques motivations valides. Et puisqu’on en est à discuter des mauvaises raisons, j’étais aussi persuadée qu’après le premier épisode, le personnage principal allait effectivement trouver le moyen de retourner dans le passé, et je m’étais imaginé que REVERSE était un drama avec voyage dans le temps à la clé. En fait non. Il a juste très, très envie de revenir en arrière, mais pas d’Hallelujah Chance pour lui. Enfin, et ça c’est une bonne raison : j’avais promis à Ilumys de me lancer rapidement dans le drama car elle avait l’air de l’apprécier. Au final : moi aussi, j’ai beaucoup apprécié. Pas de voyage dans le temps, certes, mais ça m’a énormément plu, et d’ailleurs, on sent vraiment le lien de parenté avec N no tame ni dans la façon dont REVERSE est foutu.

 

Bon, déjà, Kubota Masataka a droit à un caméo à la fin, en tant que son personnage de N no tame ni, donc là, le lien est évident, mais aussi dans la forme, il y a des similitudes, notamment dans la façon dont REVERSE utilise le motif des aguilles de montre. Dans N no tame ni, comme transition entre certaines scènes, le drama utilisait un effet « empilement de photos » et on entendait parfois des clics lorsque les personnages fermaient les yeux, comme s’ils prenaient un cliché. Le tout renforçant cette idée du drama qu’il nous mettait sous les yeux une collection de souvenirs, d’évènements passés ayant construit les personnages. Dans REVERSE ce sont les tic-tac du temps qui sont à l’honneur, chaque fois que nous revenons en arrière pour revivre la tragédie ayant façonné la vie de nos protagonistes. Et le drama trouve également des façons de nous faire « voir » les aguilles. Parfois littéralement, comme dans l’épisode 1, mais parfois en détournant un objet, comme c’est le cas dans l’épisode 3, où des essuie-glaces deviennent les aguilles du temps tandis que le personnage principal se perd dans ses souvenirs.

 

Donc non, en effet, personne ne retourne littéralement dans le temps, mais on ne cesse de revenir en arrière, toute l’idée du drama étant que pour pouvoir aller de l’avant, les personnages ont d’abord besoin de regarder en arrière, et véritablement admettre et accepter ce qu’ils y découvrent. Ce à quoi ils sont poussés non seulement par un mystérieux anonyme leur envoyant des messages menaçants, mais également par l’irruption dans leur vie d’un ex-flic bien curieux. Et ça fait également penser à N no tame ni, d’ailleurs, vu que celui-ci avait sa propre figure de flic fatigué à la recherche de la vérité parmi un groupe de personnages principaux cachant chacun leur part du secret. Ici, petit à petit, il commence donc à travailler nos quatre personnages masculins principaux, et l’heure des confessions approche… d’ailleurs, cette idée de confession est également présente dans la forme, puisque les premiers épisodes commencent avec des introductions mettant à chaque fois en scène un personnage principal, comme s’il se voyait interrogé. Alors, les réflexions qui en sortent ont plus à voir avec leur vision de la vie, des relations, du temps, etc, mais malgré tout, le fait de se retrouver face à face avec eux m’a donné ce sentiment d’interrogatoire. Simplement, un interrogatoire ayant plus avoir avec eux qu’avec le mystère. Ce qui, de toute façon, est la position du drama : REVERSE est bien plus à propos de l’évolution de ses personnages qu’à propos du grand dénouement de son enquête.

[ECNASSIANE] R [EVERSE]  リバース[ECNASSIANE] R [EVERSE]  リバース[ECNASSIANE] R [EVERSE]  リバース
[ECNASSIANE] R [EVERSE]  リバース[ECNASSIANE] R [EVERSE]  リバース
[ECNASSIANE] R [EVERSE]  リバース[ECNASSIANE] R [EVERSE]  リバース
[ECNASSIANE] R [EVERSE]  リバース[ECNASSIANE] R [EVERSE]  リバース

Qu’on s’entende bien : ça ne veut pas dire que je n’avais pas envie de savoir ce qui s’était passé. Non, j’avais des questions, j’étais intriguée. Bon, okay, ma principale question était : Hirosawa est-il vraiment mort ? Parce qu’on n’avait pas vu le corps, et que moi j’avais très, très envie qu’Hirosawa soit vivant. A un moment donné, lorsqu’une canette tombe sur notre personnage principal, Fukase (Fujiwara Tatsuya), d’apparemment nulle part, pour le prévenir de quelque chose se déroulant derrière lui, j’ai même envisagé la possibilité que le drama vire surnaturel (je veux dire, à partir du moment où j’avais décidé qu’il y aurait du voyage dans le temps, hein !), et que la canette avait été lancée par le spectre d’Hirosawa. C’est vous dire à quel point je n’avais pas envie qu’Hirosawa soit mort. C’est que le jeune était absolument adorable, et en plus joué par Koike Teppei, et bordayl, on devrait pas avoir le droit de tuer Koike Teppei. Enfin, du coup, ça signifie aussi que j’étais émotionnellement investie, et que j’avais envie de savoir ce qui lui était arrivé, à défaut de le voir revenir d’entre les morts (s’il y était…)(non parce qu’au final, pour ce que vous en savez, il y était pas hein, j’ai pas dit que j’avais tort d’espérer, juste que c’était improbable)(vous verrez vous-même)(par contre, non, le drama n’est pas surnaturel). Et quand on a la réponse à toutes nos questions, même si certaines étapes étaient un peu grosses  ([spoiler] la révélation sur le personnage d’Erika Toda surtout, parce que c’était cramé à 100 kilomètres qu’elle était impliquée, du coup je regardais tous les développements à ce niveau-là avec un regard parfois un chouïa blasé [/spoiler]), j’ai aimé la réponse, même si je vous dirai pas ce que c’était. Mais je l’ai aimée parce que je trouve qu’elle souligne le fait que le drama n’est pas tant à propos de l’incident qu’à propos des conséquences qu’il a eues sur les personnages.

;A;

Fukase (Fujiwara Tatsuyaà), Asami (Tamamori Yuta), Murai (Miura Takahiro) et Tanihara (Ichihara Hayato) ont tous été profondément affectés par ce qui s’est passé. Cela ne veut pas dire que la vie s’est arrêtée, certains semblent même s’être plutôt bien débrouillés, mais la première partie du drama s’attache à nous montrer que si Fukaze semble avoir moins bien réussi que les autres, finalement, la ligne n’est pas si claire. Les mariages et jobs parfaits de ses anciens amis ne sont peut-être pas si parfaits qu’il y parait, et l’évènement n’a pas vraiment quitté leur esprit. Par exemple, Asami réagit de façon qui pourrait paraître exagérée à ses élèves buvant quelques bières en douce dans les vestiaires. Je dis pas que les élèves étaient dans leur droit, et c’est peut-être une vision occidentale, mais c’est vrai que boire une bière dans un vestiaire, bon, comme ça, ça paraît pas si tragique. Ha, sauf qu’Asami, lui, sait les conséquences que peut avoir une simple erreur, et surtout les conséquences d’un mensonge sur une personne. C’est une malédiction self-infligée, parce qu’en vrai, même si Asami, Fukase, Murai et Tanihara ont tous fait quelque chose de mal, leur principale faute est de ne pas avoir affronté les conséquences, et ce faisant, ils se sont emprisonnés eux-mêmes, rien n’est résolu. Comme le dit le drama, si on fait quelque chose de mal, de vraiment grave, et qu’on le dissimule, qu’on ne fait pas le travail de rédemption, alors chaque fois que quelque chose de mal arrive, on a le sentiment que c’est une punition pour la faute qu’on a commise. Non seulement ça, mais en plus, ça teinte même les bonnes choses, car on se demande si on les mérite, on vit dans l’attente que ça foire, et ainsi, Fukase rencontre une femme qui l’apprécie, et accepte de sortir avec lui (Erika Toda et au passage toutes leurs scènes de « débuts romantiques » étaient adorables) mais il a le choix entre lui cacher son passé et empoisonner les bases de leur relation par un mensonge, ou lui dire la vérité et risquer qu’elle le quitte (et en plus, elle est prise pour cible par le harceleur de Fukase, les conséquences de son mensonge de base ne pesant pas juste sur le menteur, donc, mais également sur son entourage).

 

Mais le drama est optimiste, je trouve, et c’est vraiment ce que j’ai préféré. « Chaque fois qu’on se dit ‘je veux changer’, alors c’est que tout n’est pas encore terminé/perdu » nous dit-il. Il n’est pas trop tard pour affronter le passé, pas trop tard pour changer tant que l’envie (et le besoin, en l'occurence) est là, et j’ai beaucoup aimé voir ces personnages faire exactement ça. On commence par les démanteler progressivement, mais on les déconstruit comme on déconstruirait un bâtiment tenant sur une base défectueuse, tout ça pour reconstruire la base et bâtir un édifice qui tiendra mieux. Et au lieu de les reconstruire à des kilomètres les uns des autres, cette fois-ci, on les reconstruit collés les uns aux autres, pour qu’ils s’aident à mieux tenir debout. Après tout, le titre en katakana du drama ne signifie pas juste « Reverse / Retour en arrière » mais également « Rebirth /Renaissance », signifiant que dans ce cas-ci, peut-être, ces deux choses vont de paire.

Au début, je n’ai pas ressenti beaucoup d’affection pour tous les personnages, mais petit à petit, j’ai commencé à vraiment m’attacher à tout ce monde tandis que je les voyais laisser un peu tomber le masque, et le drama réserve en fait des tas de moments drôles, ou même adorables. J’avais envie de les voir se remettre à vivre vraiment, et à la fin, je vais pas vous mentir, y a certains moments où j’ai vraiment eu la larme au l’œil (et des moments qui n’impliquaient pas Koike Teppei, parce que sinon, forcément). Le plus touchant pour moi a été de voir Fukase retrouver confiance en lui. Car pour le coup, pour lui, la vie s’est plus arrêtée que pour les autres. A ses yeux, la valeur des gens, se mesure en regardant les amis qu’ils ont. Or avant Hirosawa, des amis, il n’en avait pas, nous sous-entendant qu’il n’avait aucune valeur, et qu’en « trahissant » Hirosawa (c’est le terme qu’il emploie à plusieurs reprises) il est redevenu quelqu’un qui ne compte pas, une opinion qui se ressent dans son manque total de confiance en lui. Du coup, lorsqu’il réalise qu’en faisant face au passé, en s’ouvrant aux autres et les faisant s’ouvrir à lui, il s’est créé de véritables relations, pas juste des « amis d’un ami », et donc "créé de la valeur", je n’étais plus que marshmallow ayant volé trop près du radiateur. Le drama a sa part d’individus à la morale corrompue (même, peut-être, parmi notre groupe de protagonistes, je vous laisserai découvrir ça) mais j’y ai aussi vu beaucoup de solidarité, de pardon, et de compassion. Malgré que le tout parte d’une tragédie et d’un mensonge motivé par lâcheté et égoïsme, j’ai eu le sentiment que le drama croyait vraiment au meilleur de l’humain, et ça m’a réchauffé le cœur toute cette bienveillance.

 

C’est étonnant, en commençant le drama, je ne pensais vraiment pas que je finirais le cœur gonflé d’espoir, joie et plein de bons sentiments comme ça, mais pourtant. Et en ça, encore une fois, ça m’a vraiment rappelé N no tame ni, qui m’avait laissée sur un peu la même sensation : il y avait eu beaucoup de coups durs, et je sais même pas si la conclusion du drama était vraiment heureuse, mais j’étais restée le cœur plein de chaleur et amour. De la même façon que je vous avais conseillé N no tame ni, je vous conseille donc Reverse, qui éveillera votre curiosité, tout en vous proposant des personnages intéressants et une histoire touchante de reconstruction.

[ECNASSIANE] R [EVERSE]  リバース[ECNASSIANE] R [EVERSE]  リバース
[ECNASSIANE] R [EVERSE]  リバース[ECNASSIANE] R [EVERSE]  リバース[ECNASSIANE] R [EVERSE]  リバース
[ECNASSIANE] R [EVERSE]  リバース[ECNASSIANE] R [EVERSE]  リバース[ECNASSIANE] R [EVERSE]  リバース
[ECNASSIANE] R [EVERSE]  リバース[ECNASSIANE] R [EVERSE]  リバース
Tag(s) : #TV, #Dramas - séries et animes, #Drama, #Japon, #REVERSE, #2010s, #2017, #TBS, #~ 10 épisodes, #Tsukahara Ayuko, #Yamamoto Takeyoshi, #Murao Yoshiaki, #Okudera Satoko, #Shimizu Yukako, #Minato Kanae, #Adaptation, #Fujiwara Tatsuya, #Tamamori Yuta, #Miura Takahiro, #Ichihara Hayato, #Koike Teppei, #Toda Erika, #Kadowaki Mugi, #Tranche de vie, #Drame, #Amitié, #Policier

Partager cet article

Repost 0