Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Diffusé en 2017

Sur NTV

10 épisodes

 

Réalisé par Nagumo Seiichi, Suzuki Yuma & Komura Naoko

Ecrit par Matsuda Yuko

D'après un manga d'Higashimura Akiko

 

 

Avec :

Yoshitaka Yuriko >>> Kamata Rino

Eikura Nana >>> Yamaka Kaori

Oshima Yuko >>> Torii Koyuki

Sakaguchi 'Sakappy' Kentaro >>> KEY(npatsu)

Suzuki Ryohei >>> Hayasaka Tetsuro

Hiraoka Yuta >>> Samejima Ryo

Tanaka Kei >>> Marui Yoshio

Etc

 

Dontesque ?

Rinko, Kaori et Koyuki, amies de longue date, ont désormais la trentaine, et sont toutes trois célibataires, dans une société qui ne voit pas ça de très bon œil. Un soir, lors d’une de leurs soirées entre filles, elles rencontrent un jeune homme qui s’énerve et les baptise « Tarareba onna », soit les « femmes ‘et si ?’ », ce qui semble pas mal les ébranler. 

 

Fiche Ecrans d'Asie: ici

 

 

.oOo.

Je voudrais que tout revienne, alors que tout est passé. Et je chante à perdre haleine que je n’ai que des regrets. Des regrets.

Alain Souchon, grand spécialiste en JDramas.

Okay, donc après avoir regardé Kounodori, j’étais d’humeur à regarder plus de Jdramas, et tant qu’à faire, regarder plus de Jdramas avec, dedans, Sakaguchi Kentaro, aka Sakappy, parce que Sakaguchi + puppy = Sakappy, et je suis mistress of le surnom qui craint, ne l’oublions pas. C'est presque un don du ciel.

D’ailleurs, histoire de tout mettre direct tout au clair, dans ce drama, le personnage de Sakappy s’appelle « Key », mais je suis désolée, sauf gros twist révélant qu’il fait effectivement partie de SHINee (or, non, pardon pour le spoil), ça va pas être possible. Vu que de toutes façons les héroïnes l’appellent « Kinpatsu » 90% du temps (kinpatsu = (le) blond), on va dire qu’il s’appelle Keynpatsu becoz Key + kinpatsu = Keynpatsu (référez-vous à mon commentaire sur ma maîtrise des surnoms nazes).

 

Voilà qui est posé (et Dieu sait que votre vie s’en porte mieux).

 

J’étais d’humeur à regarder plus de JDramas et Sakappy donc, or il se trouve que dans Tokyo Tarareba Musume, non seulement il y a Sakappy, mais en plus il a les cheveux décolorés, et il se trouve que j’ai un faible pour ça, et suis superficielle au point d’en faire un critère majeur pour regarder un drama. Bon, et puis, par ailleurs, j’essaie aussi de rattraper les dramas 2017 que j’ai ratés en cette première moitié d’année, et il se trouve que j’avais entendu du bien de celui-là par Ara, qui m’a introduite à Sakappy à la base. Vu qu’en plus j’aime le reste du casting, et ai un faible pour les amitiés féminines en fiction (ou IRL je suppose, mais l’amitié IRL est un concept qui m’est pas mal étranger), ce drama semblait indiqué. Bon, puis aussi j’étais persuadée qu’Odagiri Joe était au casting, certes. En fait il y est pas du tout. Mais ça va, j’ai aimé le drama quand même, globalement. Je vais pas vous mentir : il y a des moments où j’ai trouvé le temps un peu long, et j’ai pas été 100% satisfaite de la conclusion non plus. Cela dit, sans spoiler, à la décharge de cette conclusion, elle nous laisse sur un monologue sympa sur le fait qu’il y a autant de façons d’atteindre le bonheur qu’il y a de gens différents, et elle a le bon goût de terminer le drama sur une image du véritable ‘OTP’, à savoir les trois amies (donc le One True Trio, plutôt, je suppose) : Rinko, Kaori et Koyuki qui sont non seulement la force et l’attrait principaux de la série, mais ne le sont, en plus, qu’ensemble. Parce que, séparées, je pense qu’elles auraient dû mal à vivre en tant qu’êtres humains, et auraient du mal à être attachantes en tant que personnages de fiction.

 

Le fait est que, souvent, j’ai eu du mal à les soutenir dans leurs choix et actions. Ce qui n’est pas nécessairement un souci : je n’ai pas besoin d’être d’accord avec les actions d’un personnage du moment que les actions s’inscrivent dans la logique du personnage (ce qui est le cas ici), et soient intéressantes à suivre (ce qui est le cas 70% du temps, ici). Mais si le drama me demande de m’attacher aux personnages, c’est une autre question : il faut me donner des raisons de les aimer. Et il y en a ici, mais j’ai aussi eu des moments où j’avais envie de faire comme Keynpatsu et les engueuler un bon coup.

[Sashimis moralisateurs] Tokyo Tarareba Musume  東京タラレバ娘[Sashimis moralisateurs] Tokyo Tarareba Musume  東京タラレバ娘[Sashimis moralisateurs] Tokyo Tarareba Musume  東京タラレバ娘
[Sashimis moralisateurs] Tokyo Tarareba Musume  東京タラレバ娘[Sashimis moralisateurs] Tokyo Tarareba Musume  東京タラレバ娘
[Sashimis moralisateurs] Tokyo Tarareba Musume  東京タラレバ娘[Sashimis moralisateurs] Tokyo Tarareba Musume  東京タラレバ娘
[Sashimis moralisateurs] Tokyo Tarareba Musume  東京タラレバ娘[Sashimis moralisateurs] Tokyo Tarareba Musume  東京タラレバ娘

Rinko, Kaori et Koyuki sont en plein stress général. Elles ne rajeunissent pas (sauf par rapport au manga de base, pour une raison qui m’échappe) et clairement, c’est pas une bonne chose dans la société où elles vivent. Elles ont trente ans à présent, et elles sont encore célibataires, ce qui est apparemment Mal, avec un M majuscule. Le souci c’est que remédier à la situation ne se fait pas exactement plus facile avec le temps, parce que comme elles s’en rendent compte en allant à une soirée pour célibataires, les hommes, ils aiment surtout les femmes plus jeunes. Donc rencontrer quelqu’un est de plus en plus difficile, elles flippent, elles se perdent dans leurs regrets et leurs « et si », et elles ressentent de plus en plus la solitude, et la pression que leur fout la société qui leur hurle de SE!MARIER!BORDAYL! Le problème étant que ce genre de pression, ça aide rarement à prendre de super décisions, et oui, elles se retrouvent à faire des conneries de peur de finir seules. D’autant qu’en plus, elles ne savent même pas trop ce qu’elles visent parce que, de façon générale, elles veulent se marier, okay, mais en fait pas vraiment : elles savent qu’elles sont censées viser le mariage, mais en vrai, elles savent pas pourquoi, parce qu’elles ont une idée très vague de ce qu’est le mariage. Dans l’épisode 6, alors que Koyuki se demande si finalement il est possible d’être heureuse sans se marier (ce à quoi le drama –et moi- répond que oui, vu qu’encore une fois bonheur = différent pour le monde), les trois jeunes femmes réalisent que le mariage, elles savent juste que c’est censé les rendre heureuses, et que sans, on les regardera de haut, mais c’est tout.

- Je me demande ce que c’est, le mariage.

- Ne me demande pas. Je n’ai jamais été mariée.

- C’est vrai…

- Quand on se marie, tout le monde est heureux pour nous… et quand on est suffisamment âgées et pas encore mariées, les gens nous trouvent pathétiques. C’est tout ce que je sais.

Pression + but qu’on ne capte même pas = mauvais combo.

 

Nos héroïnes cherchent donc du réconfort où elles peuvent, et se retrouvent à sortir avec des types… avec lesquels elles ne devraient probablement pas sortir. Par là, je veux dire des types pas célibataires. Au moins deux d’entre elles se retrouvent à sortir avec des types mariés/ayant une copine. Alors, personnellement, même si je sais que certaines personnes refusent carrément de regarder et s’investir dans des histoires d’adultère, je n’ai pas ce blocage immédiat, selon comment c’est écrit. Mais en l’occurrence, ça faisait souvent sembler les personnages concernés très égoïstes, parce qu’elles ne pensent que très peu aux victimes de leurs actions. Elles, elles se demandaient « est-ce que je peux supporter d’être la seconde femme de sa vie ? », et moi, je me demandais « ouais c’est cool, mais et la première ? ». A un moment, y en a même une qui sort « ma mère n’aurait pas dû quitter mon père JUSTE parce qu’il l’a trompée une fois », en mode « elle a franchement pas été raisonnable », et euh… *facepalm*. Comme je l’ai dit, je peux m’investir émotionnellement dans une histoire d’adultère, selon son écriture, et j’ai pas besoin d’aimer nécessairement les personnages que je regarde, mais dans TTM, ces femmes sont censées être attachantes, et leur manque d’empathie faisait qu’il y avait parfois un clash entre ce que le drama voulait que je ressente pour elles en général, et ce que je ressentais pour elles dans ces moments-là.

 

Mais, déjà, leurs actions, aussi peu reluisantes soient-elles parfois, avaient un sens par rapport aux personnages et leur contexte, donc c’était intéressant, mais en plus, si moi je ne les soutenais pas à 100%, elles, elles se soutenaient 99% du temps, et c’est ce qui m’a fait les apprécier. C’est pour ça qu’à mon avis, on ne peut s’attacher à elles que si elles sont ensemble : elles se rachètent par leur amitié, en gros. Séparément, elles prennent des décisions à la con, mais leur décision de tout affronter ensemble (même si parfois elles n’approuvent pas les actions des autres, et le font savoir) est ce que le drama a de plus engageant, et c’est pourquoi j’ai aimé qu’il se termine dessus, et pourquoi c’était incroyablement satisfaisant de voir Rinko défendre ses copines dans l’épisode 4, remettre Keynpatsu à sa place (nan parce qu’il est choupi et joliment blanchi des cheveux le jeune homme, mais il est souvent pas cool quand même) et lui dire que non, ses amies ne sont pas le boulet qui l’empêche d’avancer, mais la béquille qui lui permet de rester debout (sauf qu’elle le dit sans ma métaphore de ouf, mais c’est pas grave, c’est satisfaisant quand même).

 

Bref, l’amitié, c’est cool en général, et dans ce drama, ça fait pas exception. En revanche, j’ai été moins à fond dans tout ce qui était romantique. A vrai dire, je suis plus rentrée (après l’amitié) dans ce qui relevait du boulot de Rinko.

[Sashimis moralisateurs] Tokyo Tarareba Musume  東京タラレバ娘[Sashimis moralisateurs] Tokyo Tarareba Musume  東京タラレバ娘
[Sashimis moralisateurs] Tokyo Tarareba Musume  東京タラレバ娘[Sashimis moralisateurs] Tokyo Tarareba Musume  東京タラレバ娘

En général, je peux pas exactement dire que TTM m’ait beaucoup émue. Le drama m’a intéressée, amusée, divertie, il m’a fait fangirliser aussi, mais.. bon, d’accord, y a des moments où Keynpatsu est triste, et où j’ai été un peu triste avec lui parce qu’aucune poupinette ne devrait avoir l’air triste comme ça, mais sinon le seul moment où j’ai ressenti de la vraie tristesse du fond de mon petit cœur mou, c’est une scène de déception professionnelle pour Rinko. D’ailleurs, je pense que Keynpatsu était avec moi, car comme je le disais, il est du genre abrupt et pas supra cool avec Rinko, mais lorsqu’il la voit essuyer cette déception, c’était la première fois qu’à mes yeux il avait l’air vraiment désolé, et vraiment compatissant à fond. Et moi aussi, j’étais triste pour elle. En fait, j’ai tendance à toujours vraiment être remuée par ces moments de « t’as fait tout ce que tu pouvais, mais ton mieux n’est pas assez bon ». Echouer parce qu’on s’est pas donné à fond, ou échouer parce qu’on a pas eu de chance, c’est une chose, mais échouer parce qu’on a atteint sa limite (que ce soit la limite qui nous est imposée, ou pire encore sa limite d’aptitude personnelle) et que cette limite n’est pas à la hauteur, ben ça me brise toujours un peu le cœur, et là ça n’a pas loupé, je me suis sentie vraiment mal pour elle. Professionnellement, j’étais à fond derrière Rinko, pour le coup.

 

Mais pour revenir à mes affaires de romances : non j’étais pas à fond dans les romances.

 

Faut dire qu’il y en a certaines, à mon avis, c’était difficile, à moins d’aller à l’encontre des intentions du drama. Je parle avant tout des relations avec hommes casés. En mettant de côté tout ce qui relève du jugement moral, c’est juste que le drama nous demande de soutenir la recherche de bonheur de ses personnages, or ces relations ne permettent pas ce bonheur. L'une d'entre elles, par exemple, se retrouve à sortir avec un type qui a une petite-amie, et elle n’arrive pas à le quitter, mais elle essaie, et tout son challenge c’est de trouver la self-estime et la force de dire « non, je vaux mieux que ça ». On me dit d’espérer la réussite du personnage + le personnage essaie de se défaire d’une relation qui la rend malheureuse = je ne peux pas vraiment soutenir la relation, pas vrai ? Donc déjà, il y avait des axes romantiques auxquels je ne pouvais forcément pas adhérer à fond.

 

Et ensuite il y avait ceux auxquels j’étais certainement censée adhérer, mais où ça n’a juste pas complètement pris. Surtout deux en fait : Rinko/Hayasaka (son collère de longue date qui a toujours eu le béguin pour elle) et Rinko/Keynpatsu. Techniquement, ce ne sont pas ses seuls axes romantiques, mais ce sont les deux auxquels je pouvais réellement adhérer. Ou aurait pu, en tout cas.

 

D’un point de vue humain, Hayasaka est un personnage que j’ai trouvé très attachant, parce qu’il était tout gentil, maladroit, et soutenait toujours Rinko, mais je les préférais vraiment en tant qu’amis, leur dynamique romantique ne m’ayant jamais supra convaincue. Je voulais un peu que lui et Rinko finissent ensemble, mais c’était surtout parce que je le kiffais lui, qu’il avait l’air de vouloir être avec Rinko, et que je voulais qu’il soit heureux. Bref, c’était une question de vouloir que le personnage atteigne son but, sans que le but me tienne à cœur/me convainque moi. J’étais pas à fond dans la romance juste à fond dans Hayasaka. Quant à Keynpatsu… tous mes instincts de dramaphage me hurlaient que le jeune homme serait le grand « vainqueur » dans la course au cœur de Rinko. Je veux dire : il est méchant avec elle au début (et un peu au milieu… et parfois à la fin, aussi... moins, mais quand même...), ils se disputent souvent, il a un passé mystérieux et triste (passé que j’ai eu du mal à prendre au sérieux, pour être honnête) : CLAIREMENT il a tout pour être le lead selon les lois de Dramaland. Mais… bon, en vrai j'ai fini par bien l'aimer, mais je peux pas dire non plus que je sois tombée amoureuse de lui. La poupinette Sakappy est adorable comme tout, j’adore sa taille, j’adore sa voix, j’adore ses mains, j’adore son visage et je suis tristoune quand il est tristoune, mais le personnage lui-même… c’est peut-être parce qu’il avait l’air si renfermé et qu’une fois sa backstory expliquée, elle ne m’a pas convaincue, ou peut-être juste parce que c'est souvent un connard (ça joue, aussi), mais j’étais pas spécialement sous le charme de Keynpatsu, juste celui de Sakappy. Ce qui ne serait pas nécessairement un problème : après tout c’est pas MOI qui suis censée vivre une romance avec Keynpatsu, c’est RINKO. Donc du moment qu’elle, elle le kiffait, et lui la kiffait, tout était okay. Sauf que j’ai jamais senti que ça arrivait ? Leurs interactions m’ont semblé super limitées, autant dans leur nombre que dans leur qualité, parce que finalement, ils n’étaient pas TANT que ça à l’écran ensemble (je sais que les screencaps donnent pas cette impression mais c’est parce que comme je craque sur la poupinette Sakappy, j’a screencapé toutes ses scènes quasiment ^^’), et quand ils se parlaient, c’était généralement pour s’engueuler. J’ai attendu que le tournant se prenne, que le déclic se fasse, mais nada. A la limite, je l’ai un peu senti chez Keynpatsu, mais pas vraiment chez Rinko, probablement en partie parce que si lui en apprend long sur elle le long du drama, elle ignore tout de lui pendant une grande partie de la série Donc yep, pas vraiment accroché à aucune des romances.

[Sashimis moralisateurs] Tokyo Tarareba Musume  東京タラレバ娘[Sashimis moralisateurs] Tokyo Tarareba Musume  東京タラレバ娘
[Sashimis moralisateurs] Tokyo Tarareba Musume  東京タラレバ娘[Sashimis moralisateurs] Tokyo Tarareba Musume  東京タラレバ娘
[Sashimis moralisateurs] Tokyo Tarareba Musume  東京タラレバ娘[Sashimis moralisateurs] Tokyo Tarareba Musume  東京タラレバ娘
[Sashimis moralisateurs] Tokyo Tarareba Musume  東京タラレバ娘[Sashimis moralisateurs] Tokyo Tarareba Musume  東京タラレバ娘

Mais c’est pas grave, parce que j’avais l’amitié du trio et la comédie du drama pour m’accrocher~

 

Cela dit, oui, y a des moments où j’ai trouvé le temps un petit peu long, et à la fin, j’en pouvais plus de Tara et Reba, les deux esprits/hallucinations/bouts de poisson zombis, qui apparaissaient à Rinko pour lui faire des remontrances. Leur animation était répétitive et le fait qu’ils devaient toujours avoir leur scène dans chaque épisode faisait sembler le tout artificiel. Je pense que ça aurait mieux fonctionné si leurs apparitions avaient été moins mécaniques, moins « stade obligatoire de chaque épisode ». Mais, si j’ai surtout deux frustrations vis-à-vis du drama, c’est que :

 

1/ J’ai trouvé que le drama faisait les choses à moitié niveau « aspect physique » des relations amoureuses. Nos héroïnes, dans TTM, ressentent de l'attirance sexuelle pour des hommes, n’ont aucun mal à coucher avec, et elles n’en font pas tout un plat (sauf quand les circonstances s’y prêtent, mais le souci c’est pas le sexe en soi, c’est ce qu’il signifie par rapport au partenaire ou à la situation), ce qui est fort cool ! Yay ! Mais toute les relations physiques qui n’étaient pas gardées en dehors de l’écran étaient franchement rigides. Et je ne pense pas que cela venait des acteurs, mais de leur direction. Alors, je demande pas un porno, hein, mais j’ai été frustrée par le côté « ouiiii, ils couchent ensemble, mais omg, non, on va quand même pas leur faire bouger les lèvres quand ils s’embrassent, oulà » parce que ça me semblait hypocrite, mais aussi parce que dans certains cas, comme je ne voyais pas ce qui liait les personnages l’un à l’autre, j’espérais trouver une réponse dans l’aspect physique, une attirance qui rendrait compréhensible leur relation.

 

2/ J’ai eu des soucis avec la fin. [spoiler] Comme précédemment établi, j’ai aimé le message « bonheur = différent pour chacun, et c’est cool », et le fait qu’on termine sur les trois amies, mais il y a deux trucs qui m’ont laissée moins enthousiaste.

 

En premier lieu, je n’ai pas aimé la conclusion Rinko/Keynpatsu. Pas parce que je trouvais qu’elle finissait avec le mauvais monsieur (à ce stade du drama, à vrai dire, je n’étais convaincue d’aucune relation, sinon celle avec ses copines, donc la conclusion la plus sensée à mes yeux aurait été qu’elle reste célibataire), mais parce que je n’ai pas aimé la façon dont c’était fait. Parce que (1) sa déclaration sonnait faux à mes oreilles, vu que comme je l’ai déjà expliqué, je n’ai vraiment pas senti le déclic amoureux chez elle, et (2) j’ai détesté ce foutu « regardons-nous en souriant » o.o Elle se déclare, il lui répond plus ou moins qu’il la kiffe aussi, peut-être, puis ils se regardent en souriant, immobiles. A la limite si j’avais vraiment senti une connexion entre eux avant ça, peut-être, mais là, c’était tellement… tiédasse. « Oh, un couple que je n’ai jamais senti tomber amoureux est en train de se dire ‘je te kiffe peut-être’ et se regarde en se souriant de loin… yay ? ^^’ ». Au moins s’ils s’étaient embrassés, ou juste enlacés, il y aurait eu un minimum d’élan de passion pour me convaincre, mais… nope.

 

Ensuite, j’ai été vraiment frustrée de voir Kaori se remettre avec Ryo. C’était un tel pas en arrière ! Alors, pour être honnête, j’aimais bien Ryo. Je sais qu’il est infidèle, que ça craint, que je devrais pas le kiffer, mais je l’ai souvent trouvé mignon, j’ai un faible pour Hiraoka Yuta, j’aimais son enthousiasme et… pardon OTL Mais ça empêche pas qu’il ne faisait pas du bien à Kaori. Elle ne sortait avec lui que parce que (1) elle se sentait seule (2) elle –comme ses amies- passe beaucoup de temps à ruminer ses regrets, or là elle a une chance de vivre son « et si je ne l’avais pas quitté ? » donc elle n’y résiste pas (3) il la fait se sentir spéciale. Sauf qu’au bout d’un moment (rapidement, même) il la fait se sentir moins que rien. Donc, son axe à elle, c’est de trouver la force de se dire « non, je vaux mieux que ça » et mettre fin à cette relation, PAS d’arriver à l’obtenir pour elle seule ! J’ai eu le sentiment que le drama me donnait une happy-end à une histoire complètement différente, et je me suis sentie arnaquée. Si le ton avait été moins heureux, je dis pas, mais là le drama m’a en gros laissée sur « oh, si, si, le but était qu’ils soient ensemble », sauf que… non, Drama, je suis désolée, ce n’est pas ce que tu avais développé. Elle a galéré pour le quitter, elle a fini par réussir, et là tu me dis qu’en fait non, elle a échoué, et que je devrais trouver ça génial, sauf que… non. [/spoiler]

 

Mais le drama m’a laissée sur Tokyo Girl de Perfume, et ça c’est cool.

Parce que j’aime bien cette chanson.

 

Et qu’on s’entende bien : j’ai bien aimé ce drama aussi ! Mon article semble plus négatif que positif, mais c’est parce qu’autant je sais précisément ce qui m’a déplu, autant (au-delà de l’amitié centrale et du message sur le bonheur) le positif est plus un flou « je me suis bien amusée ». Mais oui, je me suis bien amusée. Même si je continue d’être en colère contre le drama de ne pas avoir OdaJoe au casting. On m’avait promis de l’OdaJoe bordayl ! Promettre de l’OdaJoe et ne pas tenir cette promesse, c’est criminel. Bon, certes, en vrai, le drama ne m’avait rien promis du tout, et c’est moi qui crains, mais je m’en fous, je suis fâchée. OdaJoe SERA dans le prochain drama dont je parlerai, promis. Et moi, contrairement à d’autres, je tiens mes promesses. Souvent. OK, parfois. OK, Presque jamais. Mais cette fois, je la tiendrai. Probalement.

 

Donc pour conclure, Tokyo Tarareba Musume est un drama divertissant qui n’a pas dépassé mes attentes mais m’a amusée, m’a proposée une très jole poupinette, ainsi qu’une amitié féminine engageante, ce que j’approuve toujous. Ce n’est pas mon drama favori de tous les temps, mais j’ai passé beaucoup de bons moments devant, donc yay.

[Sashimis moralisateurs] Tokyo Tarareba Musume  東京タラレバ娘[Sashimis moralisateurs] Tokyo Tarareba Musume  東京タラレバ娘[Sashimis moralisateurs] Tokyo Tarareba Musume  東京タラレバ娘
[Sashimis moralisateurs] Tokyo Tarareba Musume  東京タラレバ娘[Sashimis moralisateurs] Tokyo Tarareba Musume  東京タラレバ娘
[Sashimis moralisateurs] Tokyo Tarareba Musume  東京タラレバ娘[Sashimis moralisateurs] Tokyo Tarareba Musume  東京タラレバ娘

Le bonneur, c’est… C’est différent pour tout le monde. Il y autant de bonnes réponses qu’il y a de gens. On décide de son propre bonheur. On ne sait jamais ce que nous réserve l’avenir. On aura sans doute de quoi s’inquiéter, et des obstacles à surmonter. Mais toutira bien. Parce que l’héroïne de cette grande histoire qu’est la vie, c’est nous.


Aussi, OdaJoe c’est le Bien.

Tag(s) : #TV, #Dramas - séries et animes, #Drama, #Japon, #Tokyo Tarareba Musume, #2010s, #2017, #NTV, #~ 10 épisodes, #Nagumo Seiichi, #Suzuki Yuma, #Komura Naoko, #Matsuda Yuko, #Adaptation, #Higashimura Akiko, #Yoshitaka Yuriko, #Eikura Nana, #Oshima Yuko, #Sakaguchi Kentaro, #Suzuki Ryohei, #Hiraoka Yuta, #Tanaka Kei, #Comédie, #Romance, #Amitié, #Sismance, #Tranche de vie, #From hate-annoyance to love, #OMG still single, #Possible SLS

Partager cet article

Repost 0