Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

Sorti en 2007

Réalisé par Anil Mehta

Ecrit par Jaideep Sahni et Aditya Chopra

Dure 2h26

 

Avec :

Madhuri Dixit >>> Dia Srivastav

Akshaye Khanna >>> Raja Uday Singh

Konkona Sen Sharma >>> Anokhi

Kunal Kapoor >>> Imran Pathan

Juga Hansraj >>> Sanjay Mehra

Divya Dutta >>> Najima, etc

 

 

Dontesque ?

Après avoir quitté son pays natal, Dia Srivastav est devenue une chorégraphe réputée aux USA. Quand elle apprend la mort de l’homme lui ayant transmis la passion du théâtre et de la danse, elle retourne en Inde et apprend que le théâtre de sa ville d’enfance va être rasé. Pour le sauver, elle a deux mois pour monter la pièce de toute une vie.

 

Fiche Ecrans d’Asie : ici

 

 

.oOo.

Au commencement, fut Kunal Kapoor. Et Max’s Opa, surtout. Parce que sans lui, pas de Kunal Kapoor pour moi, vu que c’est lui qui l’a soumis à mon attention, et m’a donné une liste de films à voir avec ce monsieur, films que je me suis empressée d’acheter, portée par ma confiance en son jugement. Bon, pour Bacha Ae Haseeno, ma foi ne s’est pas retrouvée franchement récompensée, mais j’avais quand même la foi pour Aaja Nachle, et en plus j’avais besoin de regarder un Bollywood pour le week-end organisé par Bouya (qui, je le rappelle, est cool, et que vous devriez donc suivre gaiment). J’ai beaucoup aimé celui-là ! Au début, j’étais un peu inquiète, mais les bons sentiments ambiants ont fini par avoir raison de moi. Certes, y a des passages moins plaisants, comme le père de l’héroïne la giflant pour avoir osé fricoter avec un étranger, et tâchant donc de la marier de force (il échoue, c’est dans l’intro), mais ça dure pas longtemps, et dans l’ensemble, les bons sentiments l’emportent quand même, et moi j’aime bien ça. Donc petit à petit, j’ai commencé à trouver le film sympa. Puis sont arrivés les dernières vingt minutes. Et celles-là, je les ai adorées. Ce film appartient à la catégorie « il faut sauver le théâtre en montant un spectacle » (et vous pouvez remplacer « théâtre » par d’autres trucs si vous voulez… genre le « camp de vacances » pour Camp Rock 2, ou « orphelinat » pour les Blues Brothers) et franchement, si c’est ça, le genre de spectacle qu’ils sont capables de monter en deux mois avec des gens qui n’ont jamais dansé ou chanté de leur vie, yep, il FAUT sauver ce théâtre, en construire un second, et il faut que je m’y inscrive (et pas juste pour rencontrer mon propre Kunal Kapoor… même s’il est magnifique… et si grand *O*). C’est un vrai miracle ce qu’ils arrivent à produire. Les mauvaises langues diraient même que c’est impossible, mais….

 

Bon, d’accord, c’est clair que c’est peu probable, mais honnêtement, ça ne m’a pas dérangée, parce que j’avais envie de voir nos underdogs gagner. Parce que j’ai quasiment toujours envie de voir gagner les underdogs, mais aussi parce que la cheffe ( ?) était notre héroïne, et qu’il se trouvait que je l’aimais bien.

 

Comme nous le raconte l’introduction (plus ou moins), Dia a fugué avec un type qu’elle connaissait à peine pour fuir un mariage imposé par son père (qui l’a giflée, aussi, et c’est pas cool non plus). Elle a divorcé rapidement, sa relation avec son « crush » n’étant pas assez solide et trop impulsive, et la voilà donc mère célibataire d’une petite fille… et je crois bien qu’une chose qui m’a plu, d’emblée, c’est que sa fugue et sa grossesse ne sont jamais vécues comme une erreur par l’héroïne, ni présentées comme telle par le film. Ca parait peut-être tout con, mais (et je dis ça avec beaucoup d’amour) les Bollywoods que j’ai vus ne sont pas tous aussi progressistes, du coup c’était cool de voir cette femme ravie de sa situation, et gérant son rôle de parent tout en réussissant sa carrière. Elle n’a même pas réellement d’axe romantique. On peut en discuter, mais ça reste dans le second plan, et l’objet du film n’est ni de la « caser » ni de la faire se réconcilier avec ses parents, ni de lui faire réaliser qu’ils avaient mieux choisi son soupirant qu’elle (le « fiancé » est bien dans le film, mais c’est pas du tout comme ça que le film la joue).Aaja Nachle évite toutes les directions que je craignais de le voir prendre, et franchement c’était agréable. Bon, ça veut pas dire que j’ai pas parfois levé les yeux au ciel, et par exemple quand Dia fait face à la première fois au « méchant » du film (c’est lui qui s’appelle comme ça, mais c’est très, très discutable comme appellation… mettons que c’est l’antagoniste, car c’est lui qui va raser le théâtre), j’étais limite embarrassée pour elle de voir le néant d’arguments qu’elle a à lui opposer. Mais dans l’ensemble, j’ai trouvé l’héroïne agréable, et j’ai aimé la voir aussi libérée dans un film qui, du reste, parle essentiellement de relation entre hommes et femmes : on a le mari de la meilleure amie qui ne l’écoute absolument pas, le mari ennuyeux de la logeuse qui refuse de laisser sa femme participer à la pièce de peur que ça nuise à sa réputation à lui (tout ça pour finir par jouer dedans lui-même, et ça partait d’une bonne intention en l’occurrence, mais nique la logique un peu), le père de Dia qui a voulu la marier de force bien entendu, et même dans la pièce que montent nos personnages, la tragédie vient essentiellement du fait qu’un frère, un mari et un père ont déconné et voulu séparer une jeune femme de l’homme qu’elle avait choisi. En vérité, ça cause beaucoup d’hommes cherchant à contrôler des femmes, et des conséquences que ça a pour tout le monde (spoiler : pas des bonnes).

 

Après, bons sentiments obligent, le tout se résout un peu dans des « pouf » magiques, qui en frustreront certains et certaines, mais pour ma part je dois admettre que certes, j’ai trouvé ça fort précipité, et idéaliste par moment, mais d’un autre côté, le film entier est comme ça, et c’est une des raisons qui font qu’il m’a plu, donc…

[Danse et miracles] Aaja Nachle  आजा नचले
[Danse et miracles] Aaja Nachle  आजा नचले
[Danse et miracles] Aaja Nachle  आजा नचले
[Danse et miracles] Aaja Nachle  आजा नचले
[Danse et miracles] Aaja Nachle  आजा नचले

Par ailleurs, cette fois-ci l’ami Kunal Kapoor a un rôle de premier plan, bien plus que dans Bachna Ae Haseeno, et ça aussi, j’apprécie. J’ai bien aimé son axe romantique avec Anokhi (Konkona Sen Sharma). Elle est un peu brute, lui aussi, et ils s’adoucissent tous deux au fil de l’histoire. Je ne peux pas dire que leur romance soit très originale, mais j’ai particulièrement aimé le voir évoluer. Oui, surtout lui. Parce qu’Anokhi, finalement, s’entend plutôt bien avec les autres personnages, et est là volontairement (même si pas par amour de l’art) mais lui est vraiment dans la pièce parce qu’on l’y a forcé, du coup il apprend à apprécier Anokhi (qui, c’est vrai, est assez reloue au début, elle force pas mal) mais aussi à s’adoucir en général, à créer des liens avec les autres, et je sais pas, c’était amusant à regarder. Puis il est drôlement grand et joli, donc j’ai un biais de départ, aussi. Et j’adore la façon dont même le film fangirlise sur Kunal Kapoor : le personnage est introduit quand il vient détruire le théâtre, et le type est en train de tout péter, mais tout ce que l’héroïne se dit c’est « mmh, ce monsieur fort joli ferait un sacré bon premier rôle ». Et quand elle l’a casté, toute la population féminine du coin vient passer les auditions. Ce film et moi avons clairement des atomes crochus.

 

Bref : romance pas très originale mais mignonne + underdog + Kunal Kaoor + personnage central cool + bons sentiments = j’étais à 60% conquise. Les autres 40% allaient dépendre de la musique. Alors, comment est-elle, cette musique ?

 

Eh bien, après une chanson d’ouverture ne m’ayant pas franchement convaincue, il y a plusieurs meilleurs morceaux. La chanson Aaja Nachle est entrainante et met joliment en valeur l’actrice principale, Madhun Dixit, j’aime la chanson romantique du film (aussi parce qu’elle met en scène Kunal Kapoor, okay, ça compte), O Re Pi Ya est agréable, Show me your jalwa aussi…. Mais soyons sérieux deux secondes : rien n’arrive à la cheville de la performance finale. J’aurais voulu que cette performance finale soit un film en soi. Alors, en vrai, c’est adapté de l’histoire de Laila et Majnu, deux amants d’une tragédie populaire en Inde, donc oui, il existe des films sur eux, PLEIN même, mais moi je voulais cette version-là. Les chansons sont magnifiques (et c’était la première fois que j’entendais cette forme de « parler-chanter » dans un Bollywood), les costumes sont magnifiques, l’éclairage est magnifique, les décors sont magnifiques, la fin est intense, et bordayl cette performance m’a fait pleurer. Honnêtement, je recommanderais le film juste pour cette représentation finale. Et oui, bien sûr, vous pourriez juste regarder ce passage, et vous auriez le meilleur du film (en plus elle est sur youtube, en entier, et certes y a pas de sous-titres, mais finalement on comprend bien l’histoire sans) mais vous n’auriez pas le sentiment de triomphe à voir cette réussite indiscutable des personnages. J’ai revu le passage plusieurs fois après avoir vu le film, et encore une fois avant d’écrire cet article, et bordayl, c’est extra. Maintenant je serai toujours déçue de toutes les performances « pour sauver le théâtre », voilà.

 

OK, OK, pas vraiment. Mais … on a TOUT quoi. Dans beaucoup de « il faut sauver le théâtre », on a des aperçus de la performance finale, en résumé, mais bordayl, ici, on en a 20 minutes, on nous laisse BIEN profiter de ce pourquoi on a vu les personnages bosser pendant tout le film, et… c’est cool. Franchement, c’est cool.

 

Et donc je trouve que le film est très agréable aussi. Sans la fin, il serait juste sympathique, ce qui n’est déjà pas mal, mais oubliable. Mais ajoutez moi cette fin, et je suis une Mila ravie. Et j’aime bien être une Mila ravie. C’est ma version favorite de Mila (et si VRAIMENT vous voulez pas voir le film, vous pouvez trouver la performance de fin ici : https://www.youtube.com/watch?v=n0tlRuT0H2Q)

Tag(s) : #Cinéma, #Cinéma Asiatique, #Inde, #Bollywood, #Aaja Nachle, #2000s, #2007, #Anil Mehta, #Jaideep Sahni, #Aditya Chopra, #Madhuri Dixit, #Akshaye Khanna, #Konkona Sen Sharma, #Kunal Kapoor, #Juga Hansraj, #Divya Dutta, #Musical, #Comédie, #Romance, #Famille, #Amitié

Partager cet article

Repost 0