[Wéiqí & go] The Go Master 呉清源 極みの棋譜

Publié le 4 Mai 2018

 

Sorti en 2006

Réalisé par Tan Zhuangzhuang

Ecrit par Ah Chang & Zou Jingzhi

Dure 1h44

 

Avec :

Chang Chen : Wu Qingyuan

Sylvia Chang : Shu Wen

Emoto Akira : Segoe Kensaku

Ito Ayumi : Nakahara Kazuko

etc

 

Dontesque ?

Le film se penche sur la vie de Wu Qingyuan, plus connu sous le nom « Go Seigen » et considéré comme étant le plus grand joueur de go du 20ème siècle, de sa naissance en Chine, à sa vie au Japon alors que les deux pays sont en guerre, jusqu’à son abandon du monde du go.

 

 

.oOo.

Sur la route de Chang Chen ! En plus, en l’occurrence, le titre et le thème m’intriguaient. Je ne joue pas vraiment au go, mais le jeu fait un peu « partie de la maison », en quelque sorte. On m’a mise devant un goban très jeune, et quand quelque chose sort sur le sujet, je suis généralement au courant, et le mets souvent de côté dans un coin de ma tête. Et des fois,même, je le regarde ! Surtout quand il y a Chang Chen dans le casting principal, ça aide. Et puis en l’occurrence, le fameux « maître de go », c’est Go Seigen, dont j’ai entendu le nom quelques fois dans des conversations, mais dont finalement je ne sais pas grand-chose (genre je pourrais vous dire quelques trucs sur Shuusaku, mais Go Seigen au-delà du fait qu’il jouait bien au go et qu’il a vécu la seconde guerre mondiale, c’est le trou). C’était donc l’occasion d’apprendre ! Or apprendre, n’est-ce pas merveilleux ? :’) Mais si. Et effectivement, j’ai appris des choses !

 

Malheureusement, j’ai aussi dû constater que le film ne me parlait pas des masses, parce que je l’ai trouvé trop… froidement factuel. Et potentiellement obscur pour un public non-initié, aussi ? Je comprends, bien entendu, qu’on ne nous explique pas ce qu’est le go, parce que le film s’adresse à un public familier du jeu (et c’est mon cas de toute façon), mais on n’a pas non plus des masses d’explications sur le culte que rejoint Go Seigen, alors que ça a l’air d’être une part assez énorme de sa vie, et pour le coup ça m’a manqué. Peut-être que le public visé est plus au courant, mais le film m’a laissé une impression de « liste », dans le sens où j’ai eu le sentiment qu’il se contentait de lister en bullet points les évènements majeurs de la vie de Go Seigen, sans entrer suffisamment dans les détails, et sans leur donner beaucoup de poids émotionnel. Cela dit, c’était drôlement plus joli qu’une simple liste (même si les listes c’est beau), car c’était très joli, et je pense même que c’est ce qui m’a vraiment le plus parlé dans ce film, finalement.

 

Bon, non, il y a aussi quelques petites touches d’humour ici et là qui m’ont amusée, et à la fin, à force, je ressentais quand même un minimum de choses pour les personnages. Sans compter que, oui, Go Seigen a eu une vie très intéressante. De son vrai nom Wu Qingyuan (enfin 清源), s’il est plus connu sous le nom Go Seigen, c’est parce que bien qu’il soit né en Chine, il a pris la nationalité japonaise pour pouvoir continuer à jouer au go au Japon (où se trouvaient apparemment tous les plus grands maîtres), à une époque où le Japon et la Chine avaient des relations vraiment tendues (il y a d’ailleurs une scène assez gênante pour lui dans le film, où il se réveille de nuit et prend part à une célébration, avant de réaliser que c’est une célébration d’une victoire contre son pays d’origine). Il a vécu la Seconde Guerre Mondiale en tant que civil, traversé les bombardements de Tokyo, tandis que certains de ses amis, eux avaient migré vers Hiroshima pour (ironie du sort) éviter les bombes. Entre compétitions, problèmes personnels, et contexte historique trouble, Go Seigen a eu une vie intéressante (et difficile, souvent), oui. Du coup, c’est un peu dommage que parfois on ait du mal à suivre (du moins, j’ai eu du mal à suivre), rapport à des transitions abruptes et une narration qui fait que parfois je ne savais plus trop où, ou quand, j’étais. Dans l’ensemble, quand même, on s’y retrouve, mais n’empêche que c’est vraiment l’esthétique du film que j’ai préférée.

[Wéiqí & go] The Go Master  呉清源 極みの棋譜[Wéiqí & go] The Go Master  呉清源 極みの棋譜
[Wéiqí & go] The Go Master  呉清源 極みの棋譜[Wéiqí & go] The Go Master  呉清源 極みの棋譜
[Wéiqí & go] The Go Master  呉清源 極みの棋譜[Wéiqí & go] The Go Master  呉清源 極みの棋譜

Comme c’est souvent assez statique, et pas exactement un film d’action, on a tout le loisir de profiter de chaque plan, et le fait que le film prenne son temps comme ça équilibre aussi un peu le rythme sinon soutenu de l’histoire. Parce qu’en deux heures, the Go Master nous raconte plein de choses, et je pense que c’est ce qui créé cette impression de « récap » : le film a un temps limité pour tout raconter, du coup on saute d’un moment à un autre, et confusion mise de côté, ça fait surtout qu’il m’a parfois été difficile d’entrer vraiment dans le film, émotionnellement.

 

Par exemple, lorsque Go Seigen rencontre sa femme, on a droit à une scène rapide où ils se voient pour la première fois, une autre où ils ne se parlent pas, et la prochaine fois qu’ils partagent l’écran, c’est pour leur mariage.  C’était chaud de m’investir dans cette relation, en conséquence, et cela m’a un peu fait ça avec toutes les relations du film. Certaines, tout de même, ont droit à plus de temps d’écran, mais le film étant assez sobre, et les performances aussi (ce qui ne signifie pas qu’elles sont mauvaises, et j’ai trouvé tout le monde bon, en particulier Chang Chen qui est évidemment au centre des attentions… c’est juste que quand on ajoute ça au reste, ça n’aide pas), j’ai trouvé ça difficile parfois de ressentir vraiment de l’émotion face à the Go Master, et je suis restée majoritairement non-investie dans le film. A la fin, quand même, à force, j’ai fini par ressentir un petit quelque chose, notamment en voyant Go Seigen craquer,  mais c’est venu bien tard, et je n’ai pas exactement été submergée.

 

Le film se veut une biographie (usant à l’écran de texte qui parlent de la vie de Go Seigen, certains semblant être des extraits de mémoires rédigés par lui-même), et à ce niveau-là, tout de même, j’ai l’impression qu’il y a une réussite. C’est-à-dire que je serais incapable de vous faire une biographie du personnage, étant donné qu’on manquait un peu trop de repères pour ça, mais il donne quand même une idée de ce que sa vie a pu être, on retient des étapes essentielles, et ça jette un peu de lumière sur un grand joueur que peu de gens doivent connaître, je suppose, en dehors des amateurs de go (ou sujets liés). Maintenant ce que je me demande, c’est quel public sera le plus intéressé, ceux qui savent déjà qui c’est, ou ceux qui découvriraient la chose avec ce film. Je me demande si je n’étais finalement pas dans le public idéal : j’en savais assez pour ne pas être trop dans le brouillard, et suffisamment peu pour apprendre des choses.

 

Du coup, c’est con que je ne sois pas rentrée plus dans ce film que ça. Je n’ai pas grand-chose de plus à en dire : c’est un film auquel je suis restée la plupart du temps indifférente, au delà de « wah, c’est joli » (et le « c’ » inclus Chang Chen, bien entendu). Je ne vous le déconseille pas, cela dit. A vrai dire, je vous encouragerais même à y jeter un œil, déjà parce que oui, c’est joli, et que Chang Chen est très bon, et ensuite histoire de découvrir qui est Go Seigen.. mais je ne vais pas vous encourager trop fort.

[Wéiqí & go] The Go Master  呉清源 極みの棋譜[Wéiqí & go] The Go Master  呉清源 極みの棋譜
[Wéiqí & go] The Go Master  呉清源 極みの棋譜[Wéiqí & go] The Go Master  呉清源 極みの棋譜[Wéiqí & go] The Go Master  呉清源 極みの棋譜
[Wéiqí & go] The Go Master  呉清源 極みの棋譜[Wéiqí & go] The Go Master  呉清源 極みの棋譜
[Wéiqí & go] The Go Master  呉清源 極みの棋譜[Wéiqí & go] The Go Master  呉清源 極みの棋譜
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :