[David vs Goliath] Red Cliff 赤壁

Publié le 9 Juin 2018

 

Sorti en 2008-09

Réalisé par John Woo

Ecrit par John Woo, Khan Chan, Cheng Kuo & Heyu Sheng

D’après le roman de Guanzhong Luo

Dure 4h48 (2h26 + 2h22)

 

Avec :

Tony Leung Chiu-wai : Zhou Yu

Takeshi Kaneshiro : Zhuge Liang

Chang Chen : Sun Quan

Zhao Wei : Sun Shangxiang

Fengyi Zhang : Cao Cao

Hu Jun: Zhao Yun

Lin Chi Ling: Xiao Qiao

Etc

 

Dontesque ?

Deux petits états rivaux décident de coopérer pour affronter l’armée immense du générale Cao Cao. Ils sont clairement en sous-nombre, mais avec des stratèges et généraux de génie de leur côté, ils ont peut-être une chance.

 

Note : il existe une version courte de ce film, qui fait en gros la moitié des 4h48 originales. Personnellement, j’ai regardé la version longue de 4h48 (ne serait-ce que parce que, de toute façon, c’est ce qu’il y avait sur les dvds que j’ai achetés). A choisir, je vous conseille vraiment cette version longue, car je me suis renseignée sur la version abrégée, et il serait vraiment dommage de ne pas profiter de certaines scènes retirées, en particulier celles concernant le personnage de Zhao Wei.

 

 

.oOo.

Quand on s’intéresse un peu au cinéma chinois, c’est difficile de passer à côté de ce film, je suppose : réalisé par John Woo (qui n’est clairement pas un petit nom), ce film adaptant un bout des Trois Royaumes réunit un casting aussi peu méconnu que son réalisateur : Tony Leung Chiu-wai (In the mood for love, Infernal Affairs, Hero, etc), Takeshi Kaneshiro (House of the flying daggers, Hero, etc), Zhao Wei (Shaolin Soccer, Mulan, Painted Skin, etc), Zhang Fengyi (Farewell my concubine, The emperor and the assassin, etc), et bien entendu Chang Chen (The Assassin, Crouching Tiger Hidden Dragon, etc). Oh et Corey Yuen a chorégraphié l’action. J’avais entendu beaucoup de bien de Red Cliff, si bien que lorsque j’ai fait mes sélections dans la filmographie de Chang Chen pour la A 2017, je n’ai pas hésité. J’étais d’autant plus enthousiaste que, jusque là,  je n’avais vu que les films hollywoodien de John Woo (Face/Off que j’aime beaucoup, et Mission Impossible II dont je ne me souviens pas très bien), donc c’était l’occasion pour moi de le voir réaliser un film dans son propre pays… je vais être honnête : j’ai été un chouïa déçue. Enfin, j’ai aimé le film (qui a été coupé en deux parties, mais c’est quand même un film), mais je m’attendais à aimer plus que cela, je pense.

 

Pour commencer par un peu de contexte, le récit de la bataille de la falaise rouge est un épisode du roman Les Trois Royaumes qui est une fresque épique super longue mêlant histoire et mythe. Pour vous donner une idée, si vous prenez le résumé wikipedia, ça se situe là :

 

 

Comme vous pouvez le constater, c’est vraiment un petit épisode d’un tout. Et on ne va pas se mentir : j’ai un peu galéré, surtout au début. Parce qu’il y a tout un contexte que je n’ai pas, et que la récap rapide au début du film ne m’a pas semblé claire pour les personnes ne connaissant pas le début de l’histoire (où sont installés personnages et contexte historique). Je suppose qu’un public ayant connaissance de l’œuvre sera moins perdu, et certainement que le public Chinois est plus au fait, mais pour le coup, moi, je me suis sentie perdue, et ça a rendu le début compliqué. Heureusement, après cela, ça s’arrange. Bon, il y a des choses qui sont perdues dans la traduction, mais ça, c’est normal, et si parfois j’ai trouvé certains passages d’action peu clairs, à un moment, quand même, on cerne qui est dans le camp de qui, qui sont les leaders, qui porte quel uniforme, et on sait de quel côté on est censés se positionner. Donc on peut rentrer dans l’action, mais il reste que si je comprenais l’action présente, ses conséquences sur l’histoire m’échappaient un peu, et je suppose qu’on doit mieux apprécier le film quand on les saisit, ou quand on est familiers des personnages. Cela dit, j’avais beau ne pas être familière des personnages, je les ai appréciés quand même, et forcément, ça a aidé que tout le cast soit très bon.

 

Histoire de parler rapidement de Chang Chen, vu que j’ai quand même regardé le film parce qu’il est dedans : c’est pas exactement pour lui que je recommanderais le film. Il est bon, c’est pas le souci, il n’a juste pas le rôle le plus intéressant du tas. Il joue un roi complexé, qui n’ose pas agir et vit dans l’ombre de son père décédé, et l’axe de son personnage est qu’il doit prendre en confiance en soi, s’affirmer et faire face à son ennemi. En soi, j’aime l’idée, mais je n’ai pas trouvé que le personnage soit passionnant dans l’exécution, et le moment culminant de son évolution m’a laissée un peu sur ma faim. Non, vraiment, ce sont plus les personnages à côté du sien qui m’ont intéressée. Tony Leung Chiu Wai a beaucoup de charisme dans le rôle du général de génie, et si le personnage aurait aisément pu être écrit et joué de façon rigide, il n’en est rien, l’amour entre lui et sa femme étant évident et touchant. De même, son amitié naissante avec le stratège Zhuge Liang (Takeshi Kaneshiro), que j’ai beaucoup apprécié également, ne manquait pas de touches d’humour.

[David vs Goliath] Red Cliff  赤壁[David vs Goliath] Red Cliff  赤壁
[David vs Goliath] Red Cliff  赤壁[David vs Goliath] Red Cliff  赤壁[David vs Goliath] Red Cliff  赤壁

Un de mes aspects favoris du film, néanmoins, c’est la place qu’il laisse aux personnages féminins. Elles sont en sous-nombre, mais elles sont cruciales, et j’ai vraiment aimé la façon dont c’était fait, car nos deux personnages féminins principaux sont tous deux très différents l’un de l’autre. D’un côté, nous avons la princesse Sun Shang Xiang (Zhao Wei), la sœur du roi campé par Chang Chen, et de l’autre Xiao Qiao (Lin Chi Ling), la femme du général interprété par Tony Leung Chiu Wai. Shang Xiang est vive, pleine d’énergie, et rejette la place qu’on voudrait lui réserver en tant que femme (elle veut partir au combat, elle ne supporte pas l’idée d’un mariage arrangé,…), tandis que Xiao Qiao est discrète, calme, ne goûte que peu aux combats, et semble heureuse de son rôle d’épouse et, bientôt (on le comprend plus vite que le père), mère. Bref, elles sont toutes deux différentes, et lorsqu’il s’agit de combattre l’ennemi, l’une use d’armes considérées plus masculines, tandis que l’autre use d’armes considérées plus féminines, et au final, les deux personnages sont absolument essentiels à la résolution de la bataille, la stratégie se bâtissant sur les infos de l’une, et le grand moment décisif reposant sur l’intervention de l’autre. J’ai eu beaucoup d’appréciation pour cet aspect du film, et au-delà du fait que j’aime voir des personnages féminins forts à l’écran (surtout quand ils sont divers dans leur force, comme c’est le cas ici), ça fait qu’on a toujours plus de personnages intéressants à l’écran, et que ça ne fait clairement pas de mal (et c’est pour ça aussi que je vous recommande la version longue, car la version abrégée coupe une bonne partie du temps d’écran de Shang Xiang apparemment).

 

Dans la catégorie de ce qui m’a plu, par ailleurs, je ne peux pas ne pas mentionner, bien sûr, que le film est un délice pour les yeux. On y est accueilli par du brouillard et des cascades, puis après le générique de début, le soleil se lève sur un palais où l’empereur semble s’ennuyer fermement, face à ses conseillers.

[David vs Goliath] Red Cliff  赤壁[David vs Goliath] Red Cliff  赤壁
[David vs Goliath] Red Cliff  赤壁[David vs Goliath] Red Cliff  赤壁

Et c’est beau, les gens.

 

Le reste ne l’est pas moins, et le tout possède bien entendu le parfum d’épique et les beaux décors (et plein de brouillard, c’est important le brouillard) qu’il faut pour ce genre de récit, on sent qu’il y a des moyens dans l’affaire (du coup j’avoue que ça m’a fait un peu rire de continuer à voir aussi bien les perruques). Mon seul regret c’est vraiment que parfois, j’ai trouvé certaines batailles pas hypra claires, mais peut-être que cela venait de moi, aussi. En tout cas, on sent l’ampleur, et je me suis impliquée dans le combat, parce qu’au-delà du fait que plusieurs personnages me plaisaient, on est face à une histoire de David contre Goliath, et j’ai été plus ou moins programmée par des années de fiction à prendre position pour David dans ce genre de situation. Bon, après ça dépend quand même, et si David défendait son droit de tuer des chiots à coup de batte, j’aurais plus de mal à le soutenir contre Golitah voulant sauver les pauvres bébés qui n’ont rien fait, mais en l’occurrence nos héros n’ont à priori envie de démolir aucun bébés chiens, donc j’étais activement #TeamDavid, même si des fois je ne comprenais pas bien ce à quoi ils pensaient.

Oui parce que, dans la catégorie de mes petites déceptions : je pensais trouver la stratégie plus impressionnante, honnêtement. Au final, il y en a une que j’ai trouvée vraiment sympa (celle des flèches, pour les gens qui ont vu le film), mais sinon, beaucoup d’elles fonctionnaient grâce à la bêtise de l’ennemi, et parfois j’ai limite trouvé cela gros ([spoiler] notamment, à un moment donné Cao Cao exécute ses deux seuls généraux sachant gérer la flotte, et se rend compte que c’était une grosse connerie, mais ça me tue qu’il n’y ait pas pensé avant, ça parait tellement idiot ! Oh, et aussi, ça m’a mise sur le cul qu’ils attendent aussi longtemps pour parler de faire cramer l’ennemi ! Ca paraissait tellement devoir être le réflexe numéro 1, que … ? [/spoiler]), de même qu’il m’est arrivé de trouver que l’Univers arrangeait un peu les affaires de nos protagonistes. Notamment lors de la mission de Shang Xiang, elle tombe quand même super rapidement sur le type qu’il fallait, c’est quasiment de l’insta-love, version stratégique. Et je trouve cela d’autant plus dommage que sur cette rencontre tient non seulement une partie de l’intrigue stratégique, mais également un des thèmes du film que j’ai préférés.

 

Red Cliff parle d’honneur, de camaraderie, de bravoure, tout ça, mais aussi du vrai vainqueur à la guerre : personne (comme le résume Zhou Yu/Tony Leung Chiu Wai à la fin, en déclarant simplement « on a tous perdu »). Et de ceux qui y perdent le plus : les soldats (et moins les gradés). Le film reste majoritairement du côté des gradés, nos personnages principaux sont tous rois, princesses, généraux, etc, mais malgré tout, j’ai trouvé qu’on sentait vraiment le côté boucherie, et que pour tout ce qu’il était question de fraternité et famille dans la #teamDavid, on n’en ressentait pas moins que les soldats allaient à l’abattoir, et qu’il y avait des êtres humains dans les deux camps (mais ça aussi, apparemment, ça passe largement à la trappe dans la version abrégée), qui n’avaient pas spécialement une idéologie différente des soldats de l’autre camp, mais se battaient parce qu’il fallait bien qu’ils nourrissent leur famille d’une façon ou d’une autre. C’est dommage que cet aspect du film soit un peu fragilisé par le manque de finesse avec lequel il est mis sur le devant de la scène… mais j’ai quand même bien aimé ce côté du film.

 

Au final, c’était un bon film, et j’ai aimé le regarder (malgré que je sois restée parfois perplexe face à certains choix de montage et/ou réalisation, comme le fait de faire Zhou Yu et Zhuge Liang se parler à 5 cm l’un de l’autre parfois… après faut pas être surpris si je me retrouve déçue qu’ils ne s’embrassent pas). J’ai été un peu déçue, parce que je m’attendais à aimer plus que ça et que l’écriture + l’impression d’être parfois paumée m’ont parfois freinée, mais dans l’ensemble, tout de même, j’ai été intéressée par les personnages, j’ai aimé le casting, j’ai profité de l’action, et je ne regrette absolument pas ces 4h50 de ma vie, elles ont été bien dépensées :D

Et sur ce, d'autres histoires d'underdogs (dans des contextes différents) :

 

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :