[The walking dead] Les animaux du bois de Quat’Sous - saison 1

Publié le 19 Juin 2018

 

Saison 1

 

13 épisodes

Diffusés en 1992-93

D'après les livres de Colin Dann

Sur BBC One

 

Dontesque ?

Lorsque les hommes rendent leur bois inhabitable, un groupe d’animaux décide d’émigrer vers le Parc du Daim Blanc, une réserve naturelle dans laquelle ils pourront vivre librement.

 

.oOo.

Etant toujours dans ma phase « découvrons ces séries dont mes ami•e•s me rebattaient les oreilles dans la cour de récré, mais que je n’ai jamais vues », je suis passé à une cour de récré plus jeune que celle de Charmed, avec Les animaux du bois de Quat'Sous. J’avais retenu deux choses à propos de cette série 1/ c’était bien 2/ c’était dur (parce qu’apparemment beaucoup de personnages mourraient dedans). Maintenant que j’ai vu la série, je confirme les deux. Pourtant, arrogante que j’étais, je partais en me disant « nah, c’est une série pour enfants, ça ne sera pas si dur que ça ». Spoiler : si. Je ne suis pas traumatisée, mais je ne vous cache pas qu’il y a un épisode en particulier où j’ai fondu en larmes. J’ai bien aimé cette série ! Il m’a fallu quelques épisodes, par contre. Le premier épisode, en particulier, m’a semblé assez long, et m’a ennuyée. L’opening donne un sentiment d’héroïsme, et la musique a quelque chose d’aventuresque (j’ai beaucoup aimé la musique, au passage, mais au bout d’un moment elle est tellement répétée qu’elle me cassait un peu la tête… je suppose que ça passe mieux quand on ne s’enfile pas les 13 épisodes d’un coup) mais l’épisode 1 est entièrement consacré à une réunion des animaux qui décident que leur maison est menacée, qu’ils n’y peuvent rien, et qu’il faut donc qu’ils fuient. On ne connait pas encore bien les personnages, et c’est juste beaucoup de blabla avec des dialogues pas toujours bien rythmés, et une animation jolie, mais qui n’a pas grand-chose à montrer sinon des animaux assis qui discutent. Bref, je n’étais pas à fond dedans, et c’est plus tard que les choses ont décollé.

 

Pour commencer, un changement important est qu’au bout de quelques épisodes, j’ai commencé à différencier et identifier les personnages (autrement que « ce personnage est un renard, et celui-là un blaireau », j’entends), ce qui, forcément, fait une différence. Je ne dirais même pas que j’y étais subitement attachée, mais ils ont commencé à avoir une identité à mes yeux, ils étaient devenus des individus. Pas tous (par exemple, certains des petits-animaux continuent d’être un peu une « masse » avec un porte-parole qui a plus de personnalité que les autres), mais la plupart quand même. Belette et Vipère peuvent se montrer de mauvais esprit, et méchantes, mais elles aident. Belette chante très mal mais est persuadée du contraire, Vipère est très fière, Renard est un excellent leader qui a peur de faillir à la tâche et trahir la confiance des autres, Blaireau a bon cœur et une certaine sagesse, Chouette est arrogante et souvent hypocrite, Faisan est snob, Taupe est maladroit et geignard mais plein de bonne volonté, etc. La série attribue un trait de caractère à chaque personnage, ainsi qu’un « truc », une particularité (Belette a un rire chelou, Chouette parle en maximes, les lapins se rappellent sans arrêt de ne pas paniquer, etc) et via les répétitions, on commence à cerner qui sont ces personnages, on les différencie, puis la série les développe, plus ou moins selon les personnages. Après, il n’y a pas d’étude poussée d’un personnage, mais ils évoluent, en particulier les uns par rapport aux autres.

 

Le long du voyage, il y a des tensions, des disputes, des clashs d’opinions et personnalités, mais petit à petit, tout le monde apprend à s’accomoder des autres, et même à les apprécier. Même les personnages les plus farouchement indépendants, tels que vipère, finissent par participer, et la série réserve de jolis moments de collaboration et de force dans l’union, comme l’évasion de la grange, ou le moment où tous les animaux aident Renard à échapper à des chasseurs. Ils sont bien obligés de collaborer pour survivre, mais ils se prennent aussi au jeu, et non seulement ils forment une camaraderie, une amitié (ce qui est fort sympathique à regarder), mais ils développent également de l’empathie pour d’autres espèces (cf. le moment où Crapeau demande à Héron d’épargner la carpe qui venait d’essayer de le manger). Il y a un joli message là-dedans, qui dit qu’en étendant son horizon, en apprenant à comprendre et ressentir de la compassion pour des tas de gens différents, on développe naturellement de l’empathie pour les autres en général, on ne les aborde plus de la même façon.

[The walking dead] Les animaux du bois de Quat’Sous - saison 1[The walking dead] Les animaux du bois de Quat’Sous - saison 1
[The walking dead] Les animaux du bois de Quat’Sous - saison 1[The walking dead] Les animaux du bois de Quat’Sous - saison 1[The walking dead] Les animaux du bois de Quat’Sous - saison 1
[The walking dead] Les animaux du bois de Quat’Sous - saison 1[The walking dead] Les animaux du bois de Quat’Sous - saison 1
[The walking dead] Les animaux du bois de Quat’Sous - saison 1[The walking dead] Les animaux du bois de Quat’Sous - saison 1

Quelque chose que j’ai bien apprécié dans cette série, c’est la façon dont les animaux sont, la plupart du temps (j’y reviendrai), écrits comme des animaux. C’est-à-dire que la série ne cherche pas à effacer la relation prédateur/proie qu’il y a forcément entre certains d’entre eux. Lorsqu’un renard voyage avec des lapins, ou des souris avec un serpent, forcément, il va y avoir des inquiétudes du côté des proies naturelles vis-à-vis des prédateurs, et ces inquiétudes ne sont pas faciles à mettre de côté. Certains personnages finissent par bien y arriver, mais certaines tensions persistent jusqu’à la fin, et si les lapins finissent par beaucoup aimer Renard, les plus petits animaux ont peur de Vipère (qui a apparemment mangé la moitié des rongeurs du bois de Quat'Sous, nous dit-on au début) jusqu’au bout. Et on voit effectivement les carnivores se nourrir le long de la série. On voit Chouette et Vipère se nourrir d’une souris morte, par exemple. Pas une de leur groupe, bien entendu, mais non seulement les tensions sont présentes, mais elles ne sont pas abstraites, parce qu’on voit les prédateurs se nourrir d’animaux similaires à leurs compagnons de voyage, dont on saisit d’autant plus les peurs. Plusieurs fois, les animaux font des choix qui vont contre leur instinct, et la série ne manque pas non plus de le souligner. Par exemple, Crapaud connait le chemin de la réserve naturelle, mais son instinct lui somme de ne pas aller dans cette direction parce qu’il connait le danger, et à un stade de la série, il est complètement désorienté parce que sa raison et son instinct le tirent dans deux directions différentes. La série fait clairement un certain effort de réalisme, histoire (je pense) qu’on puisse se glisser dans la condition animale… Mais du coup, ça rend certanes choses bizarres.

 

Le fait que les animaux se rassemblent, pour une « assemblée », et qu’il y ait un serment à prêter, pourquoi pas, car il faut bien ça pour lancer la série, mais au début les animaux appellent les tracteurs des « gros déplaceurs de terre », ignorant apparemment ce que c’est, ne conaissant pas le bon terme (ce qui n’est pas absurde), mais plus tard ils savent non seulement ce que sont des boutiques ou une église, mais dans un moment triste, l’un d’entre eux mime un violon pour se moquer d’un autre, et c’est vraiment chelou (parce que non seulement il sait ce qu'est un violon, mais il sait dans quel contexte s'en servir pour faire une blague). La Chouette parle de lapalissades, et cite Confucius. Confucius. A un autre moment, au début, le faisan note aussi à propos de sa compagne qu’elle les a mis en retard, et ponctue ça d’un « vous savez comment sont les femmes… (elles mettent toujours des plombes à se préparer) » mais cette remarque sexiste est tellement humaine, et toutes ces petites choses clashent avec le soin que la série met à garder ses animaux aussi… eh bien… animaux que possible. Ce n’est pas excessivement gênant, mais je n’ai pas pu m’empêcher, à chaque fois, de lever un sourcil, mettons.

 

Pour revenir à mes histoires de ne pas édulcorer les choses, une chose que la série n’édulcore clairement pas, c’est la mort, qui est omniprésente dans Les animaux du bois de Quat'Sous. J’étais préparée, on m’avait bien dit que j’allais devoir faire le deuil de plusieurs personnages, et en effet la série est brutale. Dès l’épisode 2, elle annonce ses intentions, avec un bébé triton qui se retrouve à deux doigts de la mort, puis des personnages ne se retrouvent plus juste à deux doigts. Et personne n’est épargné, adultes comme enfants. Ce qui signifique que lorsque la série nous fait un cliffhanger « le personnage est-il mort ?! », ça marche: il y a effectivement du suspense, parce que yep, personnage principal ou pas, il pourrait parfaitement être mort. Je me suis inquiétée plus d’une fois. D’autant que si la série n’est jamais gore, et ne montre pas explicitement la violence (on voit des corps, mais on ne voit pas les moments où les personnages sont tués), elle peut se montrer franchement cruelle. Pour vous donner une idée, à un moment donné un personnage voit mourir sa compagne, puis se retrouve face à son cadavre cuisiné, et est tué lui-même parce qu’il pleurait trop pour voir le chasseur. Je répète : IL EST TUE PARCE QU’IL PLEURAIT TROP FACE AU CADAVRE DE SA COMPAGNE. OMG WTF SHOW, WHY ????!!! Néanmoins, ce qui m’a le plus surprise c’est que j’en avais quelque chose à faire. Oui, tout ça est cruel, et c’est affreusement triste, mais ça ne guarantissait pas que ça allait me briser le cœur, et moi, dans toute ma suffisance d’adulte, je me disais que j’étais au dessus de cette série pour enfants… HAHAHAHALOLMILAYOUFOOL. J’étais au dessus de rien du tout. Et non seulement c’était complètement con de le penser parce que condescendant, mais en plus je pleure SANS ARRET devant des œuvres destinées aux enfants (ou aux ados… ou aux adultes…), donc je ne sais pas trop comment je m’étais aveuglée à ce point. Je suppose que je ne m’attendais pas à former de liens avec les personnages. Mais bref, oui, j’ai eu le cœur malmené, et certes je suis une petite nature, mais je pense que la série est aussi simplement efficace, et je voulais tellement voir ces personnages réussir.

 

Parce qu’ils doivent endurer tellement de choses ! Et à voir des personnages lutter pour leur survie, et devoir surmonter, avec autant de courage et de difficultés, des épreuves à la fois intérieures (la lutte contre l’instinct) et extérieures, forcément, je ne peux m’empêcher de commencer à vouloir qu’ils réussissent, je m’implique.

 

Les personnages doivent faire face à beaucoup d’obstacles. Certains sont des obstacles naturels. Traverser une rivière, par exemple, est une épreuve pour des animaux pas tous à l’aise dans l’eau. Les intempéries peuvent poser un problème, de même que traverser des milieux pas adaptés à tous. Le monde est aussi peuplé de prédateurs qui n’ont pas passé de serment, et brochets (CREATURE DU DIABLE), oiseaux de proie et carpes boufferaient bien un ou deux de nos personnages. Sans surprise, néanmoins, l’homme est le problème numéro 1 que rencontrent les animaux. De base, c’est à cause de lui qu’ils doivent émigrer de toute façon. D’ailleurs, j’aime vraiment bien le début du premier épisode. Une fois le générique passé, les premières images que nous avons sont des images d’une forêt tranquille, vide d’animaux, puis arrivent les hommes, tracteurs et scies sortis, et subitement les animaux apparaissent, affolés, et fuyant leur maison. Je trouve que c’est une bonne façon d’exprimer le fait que, parce qu’on ne les voit pas (vu qu’ils nous fuient ><), on a tendance à oublier parfois que la nature que nous détruisons n’est pas vierge d’habitants, que nous ne scions pas « juste » des arbres (avec un « juste » entre guillemets parce que nous aussi on a besoin des arbres, hein o.o), mais aussi l’habitat d’êtres vivants. L’homme, donc, est la menace numéro 1. A la fois de façon un peu « passive » (par exemple, les routes et la pollution sont de gros soucis pour les animaux, mais ne sont pas dirigées contre les animaux en particulier: l’homme empoisonne juste la planète pour son confort) et de façon très active et agressive : un type dans une voiture balance une cannette à la tête de Belette, les renards sont chassés pour le sport, les champs empoisonnés pour tuer les « parasites », etc.

[The walking dead] Les animaux du bois de Quat’Sous - saison 1[The walking dead] Les animaux du bois de Quat’Sous - saison 1
[The walking dead] Les animaux du bois de Quat’Sous - saison 1[The walking dead] Les animaux du bois de Quat’Sous - saison 1[The walking dead] Les animaux du bois de Quat’Sous - saison 1
[The walking dead] Les animaux du bois de Quat’Sous - saison 1[The walking dead] Les animaux du bois de Quat’Sous - saison 1
[The walking dead] Les animaux du bois de Quat’Sous - saison 1[The walking dead] Les animaux du bois de Quat’Sous - saison 1

Néanmoins, j’ai apprécié les nuances. Les animaux fuient la destruction de leur habitat par l’homme (et qui avait commencé avant que la mare soit comblée et que la situation devienne ingérable… notamment on apprend que Crapaud est le dernier crapaud du bois, mais qu’avant ça, il y en avait 38 ! Il a perdu toute son espèce, dans le coin), pour rejoindre une réserve naturelle, donc un endroit protégé de l'homme par l’homme. Une voiture s’arrête pour ne pas écraser Crapaud. Dans l’épisode 3, après un feu de forêt (allumé par un type n’ayant pas éteint sa cigarette), Taupe se retrouve dans un endroit dévasté et un homme le prend en pitié et le ramasse avec un « pauvre petite bête », supposément pour le relâcher dans un endroti plus vert et pas détruit par le feu. A un autre moment, un groupe de personnes semble vouloir aider Renard dans un moment difficile. Les animaux ne comprennent pas nécessairement les intentions de ces gens, ils ont plutôt tendance à flipper car ils ont l’habitude que l’homme soit un danger pour eux, mais certains individus font preuve d’intentions bienveillantes à leur égard (quitte à les appliquer maladroitement). Il est toujours très clair que les hommes, en tant qu’espèce, sont une menace, et la sére avance également qu’en empoisonnant la nature, nous nous empoisonnons nous-mêmes : lors de l’épisode où les animaux se retrouvent dans un champ pourri de produits rendant ses choux non comestibles, ils commentent que nous nous tuons sans doute aussi. Plus lentement, mais sûrement. L’idée est donc plantée qu’en détruisant rapidement la nature, nous nous détruisons nous-mêmes, sur le long terme. Mais les animaux disent aussi que certains hommes sont contre tous ces produits balancés sur les choux. La série aborde à la fois le mal que nous faisons à d’autres espèces, le mal que nous nous faisons à nous-mêmes et le fait qu’il y a des gens qui essaient d’être meilleurs que ça, ce que je trouve encourageant. Elle ne cache pas à ses spectateurs ce que la situation a de dramatique, mais elle offre une petite lueur d’espoir parce que le monde n’est pas entièrement noir et blanc.

 

En conclusion, j’ai vraiment bien apprécié cette saison 1 des Animaux de Quat'Sous. Il y a des soucis de rythme ici et là, l’animation n’est pas toujours très impressionante (bien que les dessins soient jolis et que j’aime la façon dont elle tâche de ne pas être trop colorée, trop cartoonesque, mais plutôt sobre, pour coller à son ton), il y a des répétitions, et les dialogues semblent parfois forcés. Je ne sais pas si je regarderai la saison 2, simplement parce que la saison 1 raconte une histoire complète dont je suis satisfaite (bon, j’avoue, j’ai quand même regardé l’épisode 1 de la saison 2 pour voir ce qu’étaient devenus les personnages dedans ><), mais vouip, je comprends pourquoi mes ami•e•s me parlaient de cette série, je suis contente de l’avoir vue, et je confirme que c’est une bonne série pour enfants. Bon, faudra peut-être être prêt à répondre à quelques questions, mais malgré les morts et la tristesse, la série offre aussi de jolis moments d’aventure, de courage et d’amitié, ainsi que des messages nuancés et intéressants. Une bonne découverte (tardive) pour moi donc~

[The walking dead] Les animaux du bois de Quat’Sous - saison 1[The walking dead] Les animaux du bois de Quat’Sous - saison 1
[The walking dead] Les animaux du bois de Quat’Sous - saison 1[The walking dead] Les animaux du bois de Quat’Sous - saison 1[The walking dead] Les animaux du bois de Quat’Sous - saison 1
[The walking dead] Les animaux du bois de Quat’Sous - saison 1[The walking dead] Les animaux du bois de Quat’Sous - saison 1
[The walking dead] Les animaux du bois de Quat’Sous - saison 1[The walking dead] Les animaux du bois de Quat’Sous - saison 1

Et sur ce, d'autres histoires d'animaux avec des moments durs:

 

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :