[Grossesse difficile] The Eye 2 见鬼2

Publié le 11 Juillet 2018

 

Sorti en 2004

Réalisé par Danny et Oxide Pang

Ecrit par Jo Jo Yuet-Chun Hui et Lawrence Cheng

Dure 1h30

 

Avec :

Shu Qi : Joey Cheng

Eugenia Yuan : Yuen Chi-Kei

Jesdaporn Pholdee : Sam

Etc

 

Dontesque ?

Lorsque son petit-ami rompt avec elle, Joey fait une tentative de suicide, mais est sauvée in extremis. Lorsqu’elle reprend connaissance, elle apprend qu’elle est enceinte, et réalise également qu’elle peut voir les esprits.

 

.oOo.

Eh bien, j’ai revu le premier film pour regarder le second (mais aussi pour le plaisir) donc, forcément, j’allais voir le second, hein ! Enfin peut-être que si le premier avait été une énorme déception, je n’aurais pas pris la peine de voir le second, mais vous pouvez lire le bien que je pense du 1 ICI. Et puis j’étais curieuse de découvrir le second film, parce que j’avais été très surprise de constater qu’en fait : je ne l’avais jamais vu. J’aurais pu jurer du contraire avant de préparer la SA2017, mais j’ai vu le premier il y a longtemps pendant mes soirées à thème « horreur » avec ma petite sœur, j’ai vu le troisième dans le cadre d’une Semaine Anniversaire précédente (parce qu’il y a Chen Bo Lin dedans) et maintenant, j’ai vu le second. Et je n’ai certainement pas été déçue. J’étais enthousiaste, compte tenu de ce que les réalisateurs avaient fait sur le premier (le troisième… c’est une autre question) et j’ai retrouvé dans the Eye 2 tout ce que j’avais aimé dans le premier. En tant que suite, c’est réussi : ce n’est pas une répétition du premier, mais le film s’inscrit parfaitement dans sa continuité. Et il commence par faire un choix similaire de protagoniste, en mettant à nouveau en scène une jeune femme dans une période délicate de sa vie, car son monde et son corps sont en train de changer : Mun retrouvait la vue après avoir été aveugle depuis toute petite, et ici, Joey commence par perdre son petit-ami,puis découvre qu’elle est enceinte.

 

Deux protagonistes dans des moments délicats donc, et vulnérables. Dans le cas de Mun, elle découvrait un sens tout entier, et il était difficile pour elle de se faire complètement confiance, ne sachant pas interpréter ce qu’elle voyait : elle ne connaissait plus bien son corps. Dans le cas de Joey, c’est plutôt le monde autour d’elle qui ne lui fait pas confiance, parce qu’elle est enceinte et que du coup, tout ce qu’elle dit est mis sur le compte d’une « hystérie causée par la grossesse ». Alors, c’est vrai que parfois ça la sort de situations compliquées, parce que les gens excusent des débordements qui, chez d’autres, auraient eu des conséquences autrement plus lourdes, mais d’un autre côté, tout le monde la paterne/materne tellement, que personne ne la prend au sérieux. C’est comme si subitement toute sa personne, toute son expérience de vie, ne pouvait être liée qu’à ce qu’elle a dans le ventre, et que les gens ne pouvaient voir qu’un "four à bébé" parlant en gros o.o Et là où Mun avait son docteur pour l’épauler, Joey est seule du début à la fin, elle n’a personne sur qui se reposer. Ce qui aide à créer de la sympathie pour le personnage, parce que nous on sait que ce qu’elle voit est réel. Or comme personne ne prend son parti, on a envie, nous, de la soutenir, et d’être cette personne qui la croit et qu’elle n’a pas (même si forcément, notre appui ne change pas grand-chose pour elle). Et il y avait besoin que cette sympathie se créé, parce que c’est vrai que pour moi, elle n’a pas été immédiate.

 

Bon, j’ai une affection instinctive pour Shu Qi, certes (et mes yeux aussi), mais au niveau du personnage, je ne me suis pas trouvée immédiatement de son côté. Mun, dans the Eye, inspirait aussitôt la sympathie, mais on rencontre Joey alors qu’elle s’apprête à faire chanter son ex, mettant en scène son propre suicide pour le récupérer, et le chantage émotionnel « je me suicide et ce sera ta faute si tu ne reviens pas »... c’est pas quelque chose qui me rend le personnage agréable, mettons. En fait, ça me fait surtout me dire qu’elle aurait certainement besoin d’aide professionnelle, parce qu’elle a au moins des soucis d’estime de soi. Heureusement, le personnage évolue le long du film (ce qui ne signifie pas moins que le psy serait une bonne idée), et gagne le soutien du public en étant constamment dans une situation de détresse dont elle n’a d’autre choix que de se sortir toute seule. Or j’apprécie de soutenir mes protagonistes, surtout dans un film d’horreur, car ça rend tout de suite toute situation plus tendue. Et là, Joey prend quand même assez cher, en plus…

(Cliquez sur les photos pour bien voir... sorry, OB les découpe n'importe comment)(Cliquez sur les photos pour bien voir... sorry, OB les découpe n'importe comment)(Cliquez sur les photos pour bien voir... sorry, OB les découpe n'importe comment)
(Cliquez sur les photos pour bien voir... sorry, OB les découpe n'importe comment)(Cliquez sur les photos pour bien voir... sorry, OB les découpe n'importe comment)

(Cliquez sur les photos pour bien voir... sorry, OB les découpe n'importe comment)

Un truc que j’aime bien dans ces films, est la façon dont ils semblent plus proposer une vision du monde que créer des « monstres » courant, pour une raison ou une autre, après nos protagonistes (comme c’est le cas dans des films tels que One Missed Call, ou Shutter par exemple). Dans le film précédent, les fantômes ne se montraient quasiment jamais agressifs, et ici, à nouveau, ce qu’ils ont de flippant est plus lié à leur présence qu’à leurs actions (c’est plus Sixième Sens que Ringu, en gros). Même si oui, ils semblent plus menaçants dans cette suite. Et aussi, on en voit plus, on les voit plus clairement, et il y a un peu plus de sursauts (mais pas tant que ça malgré tout, le film mettant toujours plus l’accent sur son ambiance générale et sur l’angoisse que sur la surprise). Mais [spoiler] quand on y pense, aucun fantôme n’a cherché à vraiment faire de mal à Joey (de même qu’aucun fantôme n’avait fait de mal à Mun… une seule s’était montrée ouvertement agressive, mais elle ne pouvait pas blesser Mun). Les fantômes qu’elle pense voir faire du mal aux enfants et femmes enceintes ne sont que des esprits attendant d’être réincarnés, et à vrai dire, ils protègent même certainement ces femmes enceintes de la même façon que Joey a été protégée : lorsqu’elle est sur le point d’être tuée, elle est possédée pour mieux se défendre, et lorsqu’elle essaie de se suicider, le fantôme qui la suit l’en empêche. Parce que les esprits veulent se réincarner, donc il semble logique qu’ils protègent leur prochain corps. Joey est effrayée par les fantômes parce qu’ils ont une apparence flippante, et parce que c’est vrai aussi que c’est malaisant de savoir qu’elle va élever l’esprit d’une personne morte  (même si le fantôme perd la mémoire). Mais en soi, c’est juste un principe de réincarnation, et a priori, Joey elle-même est la réincarnation d’une personne morte, dont elle a oublié les souvenirs. De la même façon que dans the Eye, les ombres emportant les âmes des morts ne se montraient jamais menaçantes et n’étaient flippantes que parce que 1/ elles signifiaient la mort de quelqu’un, et 2// Mun les voyait et n’aurait pas dû, dans the Eye 2, la réincarnation en soi n’a rien de menaçant, c’est l’ordre naturel des choses, mais Joey n’était pas censée voir de l’autre côté du voile, et son esprit n’est pas préparé à toutes ses découvertes. [/spoiler]

[Grossesse difficile] The Eye 2  见鬼2

Enfin, le film est toujours vraiment creepy, avec des scènes qui ressortent du lot. Dans le premier film, la scène que tout le monde (dont moi)(car je suis originale) avait retenue était celle de l’ascenseur, et dans ce film-là, on a une autre scène en ascenseur assez inquiétante, mais je dirais que la scène rappelant le plus celle du premier film, est celle du taxi, où Joey se retrouve coincée dans une voiture avec un esprit qui semble de plus en plus prendre conscience qu’elle le voit. Et c'est une scène efficace. En général l’horreur est basée sur le même principe que dans le premier film : the Eye 2 ne nous fait pas un « bouh ! » pour ensuite passer autre chose, mais nous enferme l’héroïne (que ce soit dans un taxi, un ascenseur, ou dans une conversation qu’elle ne peut pas clore facilement) avec quelque chose d’inquiétant, et nous fait sentir chaque seconde l’enfermement, qu’on comprenne ce qui cloche avant elle, ou qu’elle s’en rende compte en même temps que nous. Par ailleurs, je disais qu’on sursautait un peu plus dans ce film, mais déjà, ça reste quand même pas si fréquent, et ensuite, au moins, il n’y a pas de fake-outs à la « en fait c’était un chat :D » (même si faut bien avouer que dans la vraie vie, je sursaute plus souvent à cause de chats que de fantômes, donc dans un sens les jumpscares félins sont plus réalistes… la vérité étant néanmoins que je sursaute encore bien plus pour rien du tout parce que je me  fais peur toute seule, mais dans un film, ce serait assez peu impressionant *OMG watch out for the AIR !!!*)

 

J’ai vraiment bien aimé the Eye 2. Je préfère le premier film, essentiellement parce que le personnage principal m’y était plus sympathique (même si Shu Qi ) et parce que l’idée de jouer sur sa découverte de la vue était assez géniale, mais j’aime quand même le second également, et je trouve ça dommage que le troisième film ait pris la direction de la parodie farcesque bizarre, parce que je n’aurais pas dit non à un vrai troisième film, étendant la vision de l’univers des deux premiers. Enfin, je ne vais pas trop me plaindre non plus : j’ai eu droit à deux bons films, et c’est déjà pas mal :D

Plus d'histoires horrifiques, pour grands et petits pour certaines, avec des personnages principaux féminins:

 

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :