[All you need is Shu Qi] LOVE

Publié le 8 Août 2018

 

Sorti en 2012

Réalisé par Doze Niu

Ecrit par Doze Niu, Li-Ting Tseng & Wan Qian

Dure 2h08

 

Avec:

Shu Qi: Zoe Fang

Zhao Wei: Xiao-Ye Jin

Amber Kuo: Ni

Ivy Chen: Li Yijia

Ethan Ruan: Kuan

Mark Chao: Mark

Eddie Peng: Kai

Doze Niu: M. Lu

 

 

Dontesque:

Une adolescente tombe enceinte, et ne sait pas quoi faire car le père de l’enfant est le petit ami de sa meilleure amie. Un homme d’affaires rencontre une mère célibataire, et ils s’agacent l’un l’autre au possible. Une jeune femme entretenue par un homme plus agé rencontre un jeune homme sans le sou, et tombe sous le charme.

 

 

.oOo.

Note : c’est le dernier article que j’ai écrit en préparation de la SA2017 :’) après ça, plus de réserves… *a les boules*

 

Eh bien, évidemment, Shu Qi a été le facteur me motivant à regarder ce film, mais j’étais également attirée par le concept, car le film semblait se présenter dans la veine de Love Actually, et que même si je sais que Love Actually a ses soucis, j’aime quand même bien ce film, et j’espérais que LOVE me procurerait le même sentiment tout chaud au cœur. En plus, LOVE a en commun avec Love Actually d’avoir aussi un gros casting. Enfin, il y a moins de monde dedans, mais ce sont des têtes connues. Je veux dire, même moi qui n’y connais queudale, je sais qui sont ces gens ! Ainsi on trouve : Shu Qi, bien entendu, Ethan Ruan, qui est sans doute celui que j’ai le plus vu jouer après Shu Qi (il était dans Fated to love you, Summer x Summer, et My Queen), Amber Kuo (que je connais en tant que chanteuse), Eddie Peng (que j’ai vu dans Hear Me et Tai Chi 0 et que j’aurai un jour vu dans Sound of the Desert, car je me suis promis de voir ce drama un jour), Ivy Chen (que j’ai vue dans Hear Me, Black and White, Skip Beat !), Zhao Wei (vue dans Mulan, So Close, Painted Skin) et enfin Mark Chao, qui était sans doute (au-delà de Shu Qi) le membre du casting que j’avais le plus envie de voir, car pour le coup, je ne l’ai vu que dans Black and White (edit : et maintenant dans un tiers de Ten Miles of Peach Blossom). Or c’était il y a un bail, et je l’avais bien aimé dedans, donc j’étais curieuse de le voir dans autre chose. Alors, c’est pas de pot : il joue le personnage que j’ai eu le plus envie de taper de tout le film, car il est le plus antipathique, coincé dans l’axe scénaristique le plus insupportable du film. Et c’est pas voulu, hein. Il est pas censé être antipathique, c’est juste qu’il l’est. Mais il est quand même sexy, alors c’est déjà ça. Positivons.

 

Pour continuer dans le positif, j’aime bien l’intention générale du film qui est de nous dire (je pense) que l’amour, c’est bien (je sais, le concept est révolutionnaire) et que quand on associe cet amour a de la compassion, et de la patience, on peut surmonter bien des choses. Ça casse pas mille et une pattes à un mille pattes comme concept, mais c’est sympa quand même, et moi j’aime bien les bons sentiments, parce que les bons sentiments (attention, je vais vous sortir un concept au moins aussi révolutionnaire que celui du film) … ça fait parfois du bien (*insert cris d’admiration ici*). En général, j’ai donc eu tendance à préférer la conclusion du film à son développement. Parce que c’est dans le développement qu’il y avait toutes les choses rageantes, et dans la conclusion qu’il y avait le grand « Love is good » (même s'il est endommagé par les développements, dans lesquels le "good" n'est pas toujours apparent).

 

Bien entendu, je parle des deux histoires qui n’étaient pas celle de Mark Chao et Zhao Wei. Parce que celle-là, la conclusion craignait autant que le reste. Cette histoire a craint de A à Z. Pas que les deux autres n’aient pas eu leur moment craignos : par exemple, je suis pas fan, dans l’histoire de l’adolescente enceinte, du fait que tout le monde veuille absolument qu’elle garde le bébé sans trop discuter de la question avec elle, comme si le fait qu’elle veuille avorter était forcément juste parce qu’elle n’a pas le type à ses côtés pour l’aider à l’élever, alors que bordayl, il y a plein d'autres raisons possibles (c’est une ado, ça va avoir de grosses conséquences sur son avenir, il y a beaucoup de choses à considérer quand même ! je dis pas qu’elle doit avorter, simplement que ce serait bien d’en discuter plus avec elle).

 

Je pense que l’histoire de Shu Qi et Ethan Ruan est celle qui m’a le moins agacée, finalement, le long du film, même si je ne peux pas dire que je l’ai trouvée passionnante. Simplement, elle nous offre quand même le meilleur dialogue du film. La situation est la suivante: Doze Niu, le type qui entretient Shu Qi, a découvert qu'elle le trompait avec Ethan Ruan. Lui-même n'est pas exactement irréprochable, mais bon il le vit mal, et donc:

 

Lui Tu le connais depuis combien de temps ?

Shu QiJ’ai l’impression de le connaître depuis ma vie antérieure.

Lui – Et moi de te connaître depuis plus longtemps que ça.

Shu Qi – Pas étonnant que j’en aie assez du coup.

 

« Popopoww », comme on dit (en vrai, je sais pas qui dit ça, mais je sens que ça se dit).

 

En plus, cet axe Su Qi/Ethan Ruan semblait sponsorisé par une marque en particulier (en vrai tout le film, mais particulièrement cet axe-là)… saurez-vous deviner laquelle ?

 

 

Okay, je vous aide un peu plus:

 

 

Pepsi of course !

 

Plus sérieusement, le placement n’était pas discret, mais je ne peux pas en vouloir au film de partager ma passion pour la glace en plus de celle pour Shu Qi.

[All you need is Shu Qi] LOVE[All you need is Shu Qi] LOVE
[All you need is Shu Qi] LOVE[All you need is Shu Qi] LOVE

Toujours dans les bonnes choses, j’ai aimé la gueule du film.  Dès le début, visuellement, il m’a beaucoup plu. On commence concentrés sur un personnage, puis la caméra s’éloigne, le monde s’élargit. Il y a des gens partout autour parlant de soucis d’amour, et le début du film est plein de longues prises où des personnages se croisent. On entre dans une scène avec un personnage mais continue avec un autre, tandis que le film nous présente tous ses protagonistes de façon franchement sympa, engageante, sans qu’on se sente perdus. Et après ça, il y a des tas de jolies scènes, avec en particulier de belles couleurs, dans un film qui se montre étonnamment calme, avec quelques petits moments presque contemplatifs. Ils ne durent pas longtemps, mais ils sont là, et puis tant qu’à faire quand il y a de la musique, j’aime bien la musique. Le film est joli à regarder et écouter et j’aime bien l’idée que l’amour c’est cool… mais vu qu'il est basé avant tout sur cette idée que "l'amour c'est trop bien", c'est vrai que c'est dommage que je n'aie pas pu accrocher à toutes les histoires d'amour, justement, et surtout bordayl, what le fuck is up avec l’histoire de Mark Chao et Zhao Wei ?!! (oui je continue d'utiliser le nom des acteurs, histoire de pas m'emmêler)

 

Au début, j’ai eu de la peine pour Mark Chao.

 

Il a rendez-vous avec une agente immobilière, qui arrive avec des heures de retard, a oublié les clés de la baraque et le fout dans la merde… j’étais aussi agacée que lui, et je le plaignais, donc j’étais toute prête à l’apprécier… mais au bout d’un moment, ça vire complètement, lorsqu’il dit qu’il va garder son gosse, et le perd aussitôt. Lorsqu’elle se montre énervée, il lui sort qu’elle est raciste contre les taiwannais. DUDE TU AS PERDU SON GOSSE. Sans vouloir remettre en question l'existence d'une discrimination, en l'occurence, elle a quand même de bonnes raisons d'être énervée. Puis, il l’aide à le retrouver (encore heureux !) et après ça, il essaie de l’embrasser chez elle, dans l’optique de coucher avec elle, et elle le repousse… donc il s’énerve. Parce que quand même, comme il dit: il l’a aidée à récupérer son gosse (qu’il avait perdu à la base, rappelons-le) donc il devrait avoir droit à plus… DUDE WTF. Il y a une ligne dans le film le concernant qui dit « Sous chaque connard, il y a un cœur brisé », et en l’occurrence, c’est le cas, mais déjà, c’est pas tout le temps vrai, y a des gens qui sont juste des gros cons (je suis délicate dans la vie) et ensuite, même si le type a un cœur brisé, j’ai envie de te dire : « et alors ? ». Ca veut pas dire qu’il faut supporter ses conneries pour autant, et que c’est le boulot de la meuf de soigner ses blessures en espérant qu’il devienne décent !  Et là, c’est seulement Mark Chao qui apparaît comme un gros naze (pour être polie… parce que je sens qu’il est temps de commencer maintenant) mais faut voir comment il l’aide à récupérer son gosse, parce que dans cette affaire personne ne brille, ni la mère, ni le policier qui les aide, PERSONNE. 

 

Bien sûr ce serait vous spoiler toute cette histoire de vous révéler ce qui se passe (et les spoilers, c’est mal :O), mais des fois que vous ayez déjà décidé de ne pas regarder le film, juste pour que vous sachiez ce qui m’a autant agacée (encore plus que le reste, c’est-à-dire) : [spoiler] quand ils retrouvent le gosse, il est dans un arbre et refuse d’en descendre, parce qu’il souffre de pas avoir de père comme les autres enfants. Le policier ment donc en disant que Mark Chao est en fait son père, venu le voir, et Mark Chao décide que oui, il va jouer le jeu, et la mère aussi. Donc ils font croire au gosse que Mark Chao est son père ET ILS NE RECTIFIENT JAMAIS LA VERITE. Jamais. Ils laissent le gamin y croire, s’attendre à ce que le type se pointe à son école, à son anniversaire, alors que c’est juste un mec qui a parlé quatre fois à sa mère, avec laquelle il n’a pas non plus une relation très amicale. Alors à la fin, après s’être cassé et ne pas avoir donné signe de vie pendant des mois, il se repointe, mais franchement, vu l’évolution de la relation jusque-là, c’est pas dit qu’elle va marcher, et du coup le gosse on lui dit quoi ? C’est n’importe quoi cette histoire, et encore là, je vous raconte rapidement, mais c’est largement plus wtf à regarder, [/spoiler]  on se demande ce que tous ces gens ont dans la tête. "Love is good", ouais, okay, mais si tu veux faire passer le message, film, va falloir trouver une meilleure histoire pour me convaincre. 

 

Et le souci c’est que cette histoire représente 1/3 d’un film qu’à côté de ça je n’appréciais réellement qu’à moitié… donc en clair, j’ai apprécié 1/3 du film, si mes mathématiques ne me lâchent pas. Ce n’est donc pas un film que je recommanderais. Il a un super casting, il est joli à regarder, il a des éléments ici et là qui m’ont plu, mais dans l’ensemble, je ne lui trouve rien de remarquable, et sérieusement je ne comprends pas qui a écrit cet axe Mark Chao/Zhao Wei mais… non. Donc: non. En fait.

[All you need is Shu Qi] LOVE[All you need is Shu Qi] LOVE
[All you need is Shu Qi] LOVE[All you need is Shu Qi] LOVE
[All you need is Shu Qi] LOVE[All you need is Shu Qi] LOVE[All you need is Shu Qi] LOVE
[All you need is Shu Qi] LOVE[All you need is Shu Qi] LOVE
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :