Ma semi-pause bloguesque : semaine 4 - jour 7

Publié le 9 Septembre 2018

Ma semi-pause bloguesque

Semaine 4

 

Je suis en semi-pause de blog (pour tous les détails, vous pouvez cliquer ici, et les mystères de l’univers vous seront révélés)(plus ou moins), mais en attendant mon grand retour, je vous conseille chaque jour quelque chose à écouter, lire, ou regarder, et vous donne cinq bonnes (je trouve) raisons de le faire, trois pour les albums.

 

Note: Je reviens le 10 septembre. Je suis donc en semi-pause jusqu'au 9 (ça fait 4 semaines... un mois de repos, en gros^^) et après ça, on fait le point, et je vous parle de la suite !

 

 

 

 

 

Lundi

 

 

Vous pourriez écouter l’album Evil Friends, par Portugal. The man :D Parce que…

 

1. Okay, ce coup-ci je vais réellement tenir ma résolution : comme l’argument pour écouter un album est toujours la musique qu’il y a dessus, je vais proposer trois morceaux que j’aime particulièrement. Et le premier, c’est simplement le premier de l’album : Plastic Soldiers. J’aime beaucoup cette chanson, c’est probablement ma favorite. Elle commence un peu traînante, prend un tournant plus enjoué dans son second tiers, et se termine en ralentissant et s’apesantissant à nouveau, couvrant plusieurs émotions. J’aime la façon dont la chanson se transforme. J’ai aussi un gros faible pour la voix du chanteur, ce qui vaut bien entendu pour tout l’album.

2. La seconde : Sea of Air. Elle me touche, et quand les chœurs entrent en jeu, à 1min22, je sais pas, ça me met la larme à l’œil un peu.

3. Enfin : Atomic Man. C’est le premier morceau que j’en ai entendu, avec son sympathique « Après toi, l’Enfer sera sans doute facile », qui est un plaisir à chanter pour se défouler un peu.

Evidemment, ces trois morceaux ne sont qu’un aperçu, et il y a des tas d’autres bonnes choses sur l’album ! Du coup je vous invite à aller l'écouter, et vous laisse sur une autre favorite : Waves (pardon, j’avais dit que je mettrais que trois morceaux… mais… bah)

 

 

 

Mardi

 

 

Vous pourriez regarder the Shallows. Parce que…

 

1. Déjà, dedans, il y a une mouette qui s’appelle Steven Seagull (gull = mouette) et je pense que c’est un excellent argument.

 

2. Même si les requins sont indiscutablement moins cools que les crocodiles (obviously), il faut rendre à César ce qui appartient à César, et le requin de the Shallows, qui essaie, tout le long du film, de manger notre héroïne échouée sur un rocher, est inquiétant, et clairement décidé. Certes, ce n’est pas une attitude forcément très réaliste pour un requin, mais bon, c’est un film de monstre marin, pas un documentaire animalier (pour ça, regardez The Hunt :D C’est super The Hunt :D) donc ça ne m’a pas dérangée (honnêtement, c’est le seul film de requin post-Jaws que j’ai vu et apprécié au premier degré).

 

3. Si, comme moi, vous avez un faible pour les films où des personnages bloqués à un endroit doivent s’échapper de cet endroit tout en évitant la menace qui pèse sur eux… eh bien… c’est ce genre de film (j’ai sincèrement un gros faible pour ces films-là, donc c’est un argument de vente pour moi).

 

4. L’héroïne, interprétée par Blake Lively (que je n’ai jamais trop appréciée dans Gossip Girl, mais ai vraiment bien aimé ici), est une vraie battante. Bien sûr, il y a des moments où elle perd un peu courage, parce que sa situation n’est clairement pas facile, mais elle essaie jusqu’au bout, de diverses façons, et ça nous pousse à la soutenir. Elle se démène tellement qu’on s’implique de plus en plus. Et puis de toute façon, à la base, je le trouvais sympathique, ce personnage. Du coup, je me suis retrouvée engagée par le film, et forcément... ben... c'est cool.

 

5. Le film est plutôt court (moins d’1h30), a une histoire simple, est très « direct »… et je l’ai trouvé sans temps morts. Sans prétendre que c’est un grand film, je trouve que c’est un divertissement qui fait vraiment bien son boulot, et je l’ai à présent vu deux fois, parce que je sais qu’en me posant devant, je serai divertie tout le long. Du coup, j’espère que ce sera votre cas à vous aussi :D

 

 

 

Mercredi

 

 

Vous pourriez regarder The Wedding Singer ! Parce que :

 

1. Le film est plein de musique des années 80 qui fait du bien au moral (on a même droit à un caméo de Billy Idol). Ca commence direct dans l’ambiance, d’ailleurs, avec You spin me round (like a record) qui m’a tout de suite fait me dire « ah, film, tu es fait pour moi ». J’aime beaucoup l’introduction de ce film…. A l’exception quand même du fatshaming assez balèze qui fait grimacer. Ouais. C’est pas parfait.

 

2. Pour aller avec la musique (et le contexte) des années 80, bien sûr, il faut les looks ! Et ça aussi, c’est feel-good comme pas permis pour moi. J’aime les couleurs, les coupes de cheveux pas possibles, et j’ai un gros faible très sincère pour la copine de l’héroïne qui se looke comme Madonna. J’aimais bien le look Madonna de l’époque, moi ! Et j’ai aussi un gros faible pour les looks glam d’Alexis Arquette~

 

 

3. Dans « romcom » y a « rom » et « com », et le film m’a fait rire. Alors, comme je vous le disais, il y a des blagues qui passent moins que d’autres, et je me serais vraiment bien passée de l’occasionel « haha, regardez, cette personne est GROSSE donc elle ne pense qu’à bouffer et est incapable de se tenir » (urgh). Donc, oui, encore une fois : pas parfait. Du tout. Il y a des passages qui m’ont fait froncer les sourcils de ouf. Mais il y a aussi des tas de moments qui m’ont fait beaucoup rire, mon favori étant probablement la chanson originale du lead masculin, et son… hum… dérapage subit (suivi d’une réaction de son rival qui me fait rire aussi, dans sa théatralité).

 

4. Le côté « rom » a fonctionné pour moi aussi. Le film utilise des ressorts classiques (et je pense qu’on pourrait discuter de la façon dont ils sont utilisés, mais on a dit que je faisais court dans ces articles donc je me retiens), il n’est pas exactement dépaysant et on voit venir la fin a des kilomètres, mais pour moi ce n’est un souci que si c’est mal exécuté, et là c’est passé crème, j’étais impliquée, parce que j’aimais beaucoup les deux personnages principaux, et que leur alchimie était évidente pour moi. Du coup, à la fin, j’ai eu les yeux un peu humides, parce que, aw.

 

5. Quand j’ai commencé le film, je n’avais aucune crainte vis-à-vis de Drew Barrymore. Elle a joué dans une de mes romcoms favorites (Music and Lyrics), je sais qu’elle a tout le charme nécessaire pour me faire tomber amoureuse d’elle, et ça n’a pas loupé. J’avais laaaaargement plus de réserves vis-à-vis d’Adam Sandler, parce que je le connais surtout pour ses comédies vaseuses (ce que j’en ai vu en tous cas, car je ne crois pas en avoir déjà fini une), et je n’arrivais juste pas à le visualiser dans ce genre de film. Du coup, il a été ma grande bonne surprise du film, parce que finalement, je l’ai beaucoup aimé, j’ai même eu un mini coup de cœur, et son association avec Drew Barrymore a plus que fonctionné sur moi.

 

 

Une dernière note : Dans ces articles, je fais court et me concentre sur les points positifs (parce que ce sont « cinq raisons de regarder XXX » après tout) mais je ne voudrais pas donner une image fausse non plus, et en plus des deux scènes de fatshaming du film, il y a d’autres moments qui m’ont fait grimacer, notamment une scène ou un gamin met la main aux fesses de l’héroïne et où tout le monde a l’air de trouver ça charmant. Bref, si j’écrivais un article plus long, je nuancerais sans doute le portrait, mais le fait est que dans l’ensemble, ça reste un film que j’aime beaucoup, malgré ses défauts.

 

 

 

 

Jeudi

 

 

Vous pourriez regarder/lire/écouter votre film/livre/série/album favori, ou un de vos favoris, qui vous fait vous sentir tout•e heureux•se à l’intérieur, parce que :

 

1. Ben… ça vous fait vous sentir tout•e heureux•se à l’intérieur…

 

Je pense que c’est suffisant comme argument, en fait o.o

 

D’autant que l’été touche à sa fin, et si personnellement j’accueille avec joie le retour de l’automne, des manteaux et températures raisonnables, le soleil va se coucher plus tôt, et sans doute briller moins fort la journée, les arbres vont commencer à perdre leurs feuilles (pas tout de suite, mais), les fêtes de fin d'année vont commencer à approcher (ça, ça me stresse par contre). Et il y a des gens pour qui c’est synonyme de déprime, donc histoire de vous aider à passer ce cap, un doudou, c’est sympa.  Personne n’a le droit de vous dire que vous le/la regardez/écoutez/lisez trop.  Je suis sûre qu’il y a de nouvelles choses à remarquer dedans, et sinon, c’est pas grave non plus, parce que la familiarité c’est réconfortant aussi.

 

Perso, j’ai revu des bouts de la Route d’El Dorado hier, La Momie, et SPEED il n’y a pas longtemps (oui, encore) (mais c’était l’anniversaire de Keanu aussi T.T). Dans mes films doudous, il y a aussi beaucoup de Disney, et puis des romcoms comme Music & Lyrics, ou Clueless. Hier soir, j’ai aussi regardé quelques épisodes de Gilmore Girls, et aujourd'hui je vais écouter du Dire Straits. Des fois, on n’a pas d’inspiration, on n’a pas soif de découverte mais plutôt de réconfort, et c’est pas grave, c’est bien aussi <3

 

Et vous les gens, quels sont vos séries/livres/films/albums doudous ? :)

 

 

Vendredi

 

 

Vous pourriez regarder Brooklyn 99 Parce que :

 

1. On a tous besoin de rire un peu dans la vie. Et on a souvent besoin d’un peu d’optimisme aussi. Brooklyn 99 rend ces deux services donc yay ! (j’ai parlé de the Good Place ma première semaine de « vacances », et Brooklyn 99 nous vient du même créateur, ainsi que Parks and Rec, donc l’optimisme c’est un peu la marque de fabrique de la maison)

2. Brooklyn 99 est une comédie, dans un poste de police plein de personnages hors-normes qui vivent des aventures colorées, et donc la série ne reflète clairement pas la réalité. Néanmoins, son statut de comédie n’empêche pas la série de parler de choses réelles et importantes, comme la violence policière, ou les discriminations auxquelles font face plusieurs minorités (par exemple le capitaine Holt en a chié pour obtenir son poste, parce qu’il est noir et homosexuel, et il y a un épisode où le sergent Terry, noir lui aussi, est arrêté par un flic raciste, purement à cause de sa couleur de peau, et l’épisode est ensuite majoritairement consacré au traumatisme infligé à Terry, et à comment l’incident devrait/peut être géré).

 

3. La raison pour laquelle Brooklyn 99 peut aborder toutes ces choses, c’est aussi qu’il a un spectre de personnages très divers. Il comprend des personnages de plusieurs ethnicités, couleurs de peau, sexes, et orientations sexuelles (de plus en plus au fil du temps). Le point noir de la série c’est qu’elle a bien compris l’intérêt (ça permet des histoires diversifiées, elles aussi) et l’importance d’avoir des personnages diversifiés et traités avec soin et respect… sauf les personnes grosses. Franchement, c’est dommage dans une série aussi inclusive. Enfin bon, au moins il y a le reste.

 

4. Les personnages sont attachants, ou le deviennent au fil du temps pour certain (le temps que la série prenne ses marques, surtout, car au début, par exemple, Boyle était un peu différent de ce qu’il est devenu), et surtout, ils évoluent. Jake Peralta, qu’on pourrait qualifier de « personnage principal » (c’est un ensemble, mais il est la figure de proue on va dire) en est un très bon exemple. Il ne se trahit jamais, et garde un enthousiasme un peu immature pour la mise en scène (et Die Hard, mais il a raison) mais il fait de gros progrès, et oui, j’ai à présent un gros crush sur Andy Samberg. Mais aussi je me suis énormément attachée à tout le monde, si bien que parfois, j'ai la larme (ou les larmes) aux yeux devant certains épisodes, parce que je suis vraiment heureuse pour les personnages (je serais triste avec eux également, mais ça arrive moins souvent).

 

5. Une fois la série regardée (puis reregardée, si vous êtes moi), vous aurez des tas de nouvelles répliques à citer dans vos discussions quotidiennes :D (et dans mon cas, j’ai enfin compris certaines utilisées par mes contacts twitter) Et vous pourrez balancer des gifs du capitaine Holt à tout va, et ça, c’est un upgrade de vie incroyable ! (enfin vous pouvez déjà le faire, mais c’est plus drôle quand on connait le personnage)

 

 

Aussi, cette scène est une de mes favorites de la série, et elle me fait éclater de rire à chaque fois:

 

 

Et puis il y a des leçons de vie importantes dans cette série:

 

 

Bref, regardez Brooklyn 99^^

 

 

 

Samedi

 

 

Vous pourriez écouter l’album Communion, du groupe Years & Years ! Parce que :

 

1. L’album a apparemment remporté un franc succès, donc je me doute que j’arrive après la bataille, mais ça fait plusieurs mois que je l’écoute souvent. Pas toujours en entier (parce que des fois je m'en lasse un peu avant la fin: l'album est plutôt long), mais souvent, et donc si jamais vous ne vous êtes pas encore lancés dedans, j’aimerais vous y encourager. Laissez donc la première piste, Foundation, vous hypnotiser et vous convaincre de faire le voyage @.@

2. Néanmoins, ma piste favorite reste quand même Real. Elle est plus enlevée, et j’aime les effets de clapements pour marquer le rythme. Elle retient le caractère un peu rêveur qui plane sur tout l’album (je trouve) tout en étant entraînante.

3. Vous connaissez la chanson, quand je vous recommande un album, argument = musique sur l’album. Donc voici trois autres de mes pistes favorites (j’en mets cinq au total, parce que l’album –dans sa version Deluxe en tous cas-  il y a 18 pistes donc je pense que c’est une proportion raisonnable^^)





 

 

 

 

Dimanche

 

Vous pourriez regarder In Bruges (et moi aussi, d'ailleurs, parce que ça fait un moment^^) ! Parce que…

 

1. Ce film m’a convaincue qu’il fallait que j’aille à Bruges un jour, et je suis sûre qu’il peut vous convaincre aussi. C’est pas tourné comme une pub, le film n’a pas l’air sponsorisé par un office de tourisme ou une agence de voyage comme peuvent l’être d’autres films (ce qui ne les rend pas nécessairement mauvais, du reste) mais ce qu’on voit donne envie. Donc venez à Bruges avec moi \O/

 

2. Si, comme moi, vous êtes quelqu’un qui jure beaucoup, ce film va remettre les choses en perspective o.o Si vous êtes allergiques aux gros mots… vos oreilles vont saigner. Mais ça fait partie du comique du film.

 

3. Puisqu’on parle de comique : le film est drôle. Et c’est cool. Non, je n’ai rien de plus à ajouter : c’est (entre autres) une comédie noire, et elle est drôle.

 

4. Je précisais bien : « entre autres ». Parce qu’In Bruges c’est l’histoire de deux tueurs à gage qui sont en planque à Bruges après une affaire qui a mal tourné, et pour eux, c’est un vrai voyage de remise en question. Ce film est une comédie noire, mais aussi (et, pour moi, surtout) une tragédie, et on en sort en ne sachant pas forcément quoi ressentir. Parce que non seulement les genres sont joliment mélangés, et le film prend parfois des airs de cauchemar, mais les personnages sont clairement pile dans la zone grise vis-à-vis des réactions qu’ils peuvent tirer aux spectateurs. Je me suis prise de compassion pour les deux protagonistes, mais on ne nous laisse oublier jamais oublier leur occupation, et l’antagoniste n’est pas plus « tranché ». J’aime beaucoup l’ambiguité du film.

 

 

5. In Bruges est une histoire très personnelle, reposant sur ses personnages, et donc, forcément, leurs interprètes. Vous… n’avez pas à vous inquiéter de ce côté-là. Tout le monde est excellent, et en particulier Colin Farrell. Débitant ses lignes à toute vitesse, il est tour à tour pathétique, drôle, irritant, déchiré et déchirant, et élève le film à chacune de ses scènes. Si je devais ne conseiller qu’un film avec Colin Farrell, pour Colin Farrell, ce serait celui-là. Mais bien sûr, je ne le conseillerais pas que pour lui, vu que tout est très bon autour (à commencer par Brendan Gleeson dans l’autre rôle principal) ^^

 

P.S. le film a une bande-annonce foirée qui ne le représente pas bien du tout. Evitez la.

 

 

 

 

Et c'est la fin de ma semi-pause, donc je vous dis "à demain", pour le bilan :)

 

Cliquez sur l'image pour accéder à la semaine précédente:

Rédigé par Milady

Publié dans #Blablas, #Pause bloguesque, #Off Weeks

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :