[Off Week] Octobre 2018 : Dimanche

Publié le 7 Octobre 2018

Cette semaine, c’est les vacances les gens, alors de façon courte, je vais vous proposer, chaque jour, une œuvre à découvrir, ainsi que quelques bonnes raisons de le faire (entre 3 et 5). Pour plus d’infos, cf ICI. Let’s go !

 

 

 

Lundi

 

 

 

Vous pourriez regarder Cargo. Parce que :

 

1. Déjà, on est lundi, donc on est bien d’accord que beaucoup d’entre vous êtes un peu zombis, là tout de suite. Du coup, quoi de mieux qu’un bon film de zombis pour commencer la semaine !!! Vous vous sentirez en phase avec ce qui est arrivé à l’humanité. Et puis le film arrive à se démarquer, et présenter les zombis d’une façon qui ne semble pas éculée, donc c’est cool. Quand le film commence le gros de l’apocalypse a déjà eu lieu, les personnages ont déjà appris à « faire avec », et les zombis sont une menace réelle tout en faisant quasiment partie du décor. Vous verrez bien.

 

2. C’est un joli film. Visuellement, je veux dire. Il se déroule en Australie, et ça donne drôlement envie d’aller visiter l’Australie (qui n’a a priori pas vraiment de problème de zombis). GET ME TO AUSTRALIA DAMN IT.

 

3. En plus, j’ai personnellement adoré la musique, du coup les grandes étendues désertiques avec la jolie musique qui m’agrippait le cœur, c’était beaucoup pour moi, parfois.

 

4. Au passage, ce film est un drame. Il y a des éléments d’horreur, pas de doute, mais comme je le disais, on est à un stade où les personnages ont accepté que le monde a changé, et où les gens sont un peu résignés. Le film n’est pas très mouvementé, et il fait parfois peur, mais nous foutre les boules n’a pas l’air d’être sa priorité: il a plutôt envie de nous briser le cœur on dirait. L’histoire est celle d’un père de famille qui se retrouve à devoir s’occuper de son bébé, sauf qu’il a été mordu par un zombi, donc il a 48h pour trouver quelqu’un à qui confier l'enfant (et c’est chaud quand t’es au milieu du désert, on va pas se leurrer). Donc il a tout perdu, il sait qu’il va mourir, et son bébé risque aussi de mourir. Joie. Je me suis pas retrouvée complètement au 36ème sous-sol, et il y a des choses plus heureuses dedans (ouf), mais je vais pas vous mentir : j’ai un peu eu les larmes aux yeux devant, une ou deux fois (en même temps, certes, ça n’a rien d’exceptionnel)

 

5. Si vous aimez bien Martin Freeman, vous allez être servis, parce qu’il joue le personnage principal. Plus que lui, cela dit, j’ai beaucoup aimé Simone Landers, qui joue Thoomi, la jeune aborigène pleine de ressource dont il croise le chemin. J’ai beaucoup aimé la façon dont les deux personnages créent une relation petit à petit, et j’ai trouvé que l’actrice avait beau être jeune, elle était vraiment bonne.

 

 

 

Mardi

 

 

Vous pourriez écouter l’album Out of the Blue d’Electric Light Orchestra ! Ouais, je vous apprends rien, c’est pas un album franchement obscur, mais n’empêche que vous pourriez l’écouter, parce que :

 

1. C’est même pas évident que vous l’ayez déjà écouté en entier, en fait. Personnellement, je connaissais plusieurs des chansons de l’album, mais je ne l’avais jamais écouté du début à la fin. Et c’était une erreur. Parce que du coup, il y a des tas de pistes à côté desquelles j’étais passée. En attendant, celles que j’avais le plus entendues étaient I turn to stone, et Mr. Bright Side (encore plus récemment, parce que la chanson a été utilisée dans Guardians of the Galaxy 2) et j'aime beaucoup les deux.


2. Mais il y a des tas de bonnes chansons sur cet album ! J’ai un faible, c’est vrai, pour ce genre de pop où les voix se répondent (oui, j’ai aucune idée de comment ça s’appelle… des chœurs ?). Ca me met la pêche. Même quand ça m’émeut, et me touche le cœur, ça le fait avec une certaine joie, ça me donne envie de sourire. C’est bizarre. Et bref, c’est compliqué, sur cet album, de choisir des morceaux favoris, parce qu’honnêtement, je les aime un peu tous... mais histoire de faire une sélection (dans l’ordre de la tracklist : ceci n’est pas un top), j’aime particulièrement Sweet Talkin’ Woman.

3. Jungle :

4. Steppin Out :

5. Et puis aussi toutes les autres pistes de l’album, en fait, donc allez l’écouter et laissez moi tranquille, okay. Voilà. D’abord. Nanmého.

 

 

 

 

Mercredi

 

 

Vous pourriez regarder le magnifique film The Fall. Parce que :

 

1. Ben, parce que c’est magnifique déjà. Vraiment, vos yeux vont vous dire merci. J’adhère pas à tous les films de Tarsem Singh, mais j’ai jamais été déçue par leurs esthétiques, et the Fall c’est le genre de film qu’on pourrait regarder en muet et sans suivre l’histoire, juste parce que, bordayl, c’est beau.

 

 

2. En plus, y a Lee Pace dedans. Ca aussi, question esthétique, c’est cool.

 

3. Après, quand même, ce serait con de ne pas suivre l’histoire, parce qu’il se trouve qu’elle aussi, elle est belle. Lee Pace joue un cascadeur blessé qui, sur son lit d’hôpital, raconte une histoire à une petite fille qui s’est cassé le bras. Le film alterne entre la réalité et l’histoire du cascadeur (qui contient des éléments de réalité, parce qu’il se sert de son conte pour évacuer certaines chsoes), et c’est plein de choses merveilleuses à découvrir, mais aussi de moments poignants, et je garderais les mouchoirs dans un coin si j’étais vous, parce que c’est pas un film bien facile pour le cœur. Mais ça vaut vraiment le coup de traverser toutes ces émotions, vraiment.

 

4. Quelque chose que j’aime bien : la portion « conte » de l’histoire nous est montrée via les yeux de la petite fille. On voit ce qu’elle s’imagine quand le cascadeur raconte son histoire, et donc parfois, il y a des interprétations un peu décalées. Par exemple, lui parle d’un « indien » en pensant à un « natif américain », et elle, elle s’imagine, ben, un indien… d’Inde, donc. C’est amusant et intéressant de constater ce que devient l’histoire interprétée par la petite fille, qui s’implique de plus en plus dedans. The Fall parle du cascadeur, de la petite fille, mais aussi de la force des histoires, de ce qu’elles font aux conteurs, de ce qu’elles font au public, et c’est puissant, bordayl.

 

5. En vrai j’ai pas spécialement de petit 5, parce que là je suis très occupée à me souvenir de scènes du film, et j’ai juste envie de le revoir en fait. Comme je vais pas vous raconter les scènes, je pense que le mieux c’est que vous regardiez le film, comme ça vous aussi vous pourrez repenser à des scènes qui vous donneront envie de revoir le film.

 

 

 

 

Jeudi

 

 

Vous pourriez regarder The Craft. Parce que :

 

1. On ne met pas assez les jeunes en garde contre les dangers de la sorcellerie. Donc, comme vous êtes jeunes (comme moi), il est temps que vous appreniez que la sorcellerie, ce n’est pas cool, c’est dangereux, et il ne faut pas en faire. Ce film est d’intérêt public.

 

2. Si, comme moi, vous avez grandi parmi la meilleure décennie de l’histoire des décennies, aka les années 90, et que vous avez envie de vous replonger dedans parce que vous êtes allergiques à l’internet sans fil, aux ordinateurs pouvant contenir plus de trois images et aux lecteurs portables de musique qui ne niquent pas vos cds, alors vous allez être SERVIS. Déjà, les looks :

 

 

3. Ensuite, y a la musique, et là aussi, il y a de quoi s’amuser. Grosse mention pour How soon is now, quand même, parce que depuis, cette chanson (dans une version différente), c’est devenu avant tout le générique de Charmed (encore un truc de sorcières !) dans la tête de beaucoup de gens, donc ça fait un sacré combo nostalgie.

 

4. On ne manquera pas de noter le cast, aussi ! Neve Campbell, qu’on connait surtout pour Scream (aka la révolution 90 des films d’horreur) y joue un des rôles principaux, et y retrouve même Skeet Ulrich, qui était aussi dans Scream, et joue à nouveau un type qui a très envie de sexe et est frustré que la fille avec qui il sort ne soit pas aussi partante que lui. On notera même la présence de Breckin Meyers au casting, et vous ne reconnaissez peut-être pas son nom, mais si vous êtes un vrai 90s kid, vous l’identifierez immédiatement en tant que « OHMAISOUI LE SKATER DE CLUELESS ! ». Bon puis Robin Tunney n’évoque pas vraiment les années 90, mais elle a joué dans Prison Break, donc c’était quand même notre enfance, on va dire.

 

 

5. Bon, mais surtout, the Craft, c’est fun, comme film. Je ne pense pas qu’il y ait de quoi terrifier un public adulte, mais c’est un film que j'ai trouvé très divertissant. Et j’en avais quelque chose à faire de ces personnages ! Le film leur donne une identité, une raison de se lancer dans la sorcellerie, et j’avais envie de les suivre, de voir ce qui allait leur arriver… Au début, j’avais envie de les voir prendre leur revanche, vraiment, puis quand les choses ont commencé à déraper, je me suis inquiétée pour elles, bref, j’étais impliquée dans l’histoire. Donc yep, j’ai découvert ce film sur le tard, mais je n’ai pas regretté.

 

 

 

Vendredi

 

 

Vous pourriez jouer au jeu Do you copy ? Parce que :

 

1. Pour commencer, je suis en train de vous conseiller un jeu vidéo. Un court jeu vidéo, certes, mais croyez moi bien que ça ne va pas arriver bien souvent, simplement parce que je n’y joue quasiment jamais (pas parce que je n’aime pas ça, mais parce que j’ai des tendances obsessionnelles, donc j’ai un peu peur de ce qui m’arriverait si je me lançais...)(EDIT: depuis la rédaction de cette raison, je me suis mise à des jeux vidéos, et je confirme: j'ai perdu toute mon avance en articles, et je suis plus que jamais en mode ermite... à part jouer à des jeux vidéos, je n'ai conservé que les fonctions travailler/manger/dormir) . Si vous êtes comme moi, ce jeu-là n’est pas long, ça vous bouffera pas votre vie entière, vous pouvez y aller.

 

2. Le jeu est téléchargeable, légalement et gratuitement : ici. Du coup, ça vous coûtera pas un rond.

 

3. Okay, le concept : vous travaillez dans une réserve naturelle. Il fait nuit, et vous êtes dans une tour de contrôle. Vous êtes la seule encore allumée, et vous recevez subitement un appel d’un randonneur qui s’est égaré dans les bois, et se sent traqué, probablement par un animal. Vous ne pouvez pas sortir de la tour, juste communiquer par radio avec lui. Vous avez une carte, et vous devez le guider. C’est un concept simple, et on passe tout le jeu au même endroit. Vous pouvez explorer la pièce entre chaque appel, mais c’est un huis clos. Le concept est plutôt simple, mais ça fonctionne bien. Le jeu se veut inquiétant, et honnêtement, je l’ai trouvé angoissant moi. Ca aide évidemment beaucoup que le jeu d’acteur soit bon, vu que l’ambiance du jeu repose en grande partie dessus.

 

4. En plus, on a beau être coincés à un seul endroit, au moins, c’est un joli endroit. Vous l’avez compris, je n’y connais rien en jeu vidéo, mais à mes yeux de néophytes, esthétiquement, Do you copy m’a semblé vraiment bien foutu. Le paysage forestier nocturne a une ambiance inquiétante, et à la fois c’est joli de regarder les feuilles des arbres onduler sous le vent.

 

5. Le jeu a plusieurs fins possibles, et j'étais vraiment curieuse de les découvrir toutes :D Donc c'est pas long, mais y a quand même de quoi recommencer plusieurs fois !

 

 

 

 

 

 

Samedi

 

 

Vous pourriez écouter le son de la pluie sur le toit. Mais si y a pas de pluie, vous pouvez aussi écouter un truc qui n’a absolument rien à voir, à savoir l’album OLest de charisma.com

 

1. Déjà : ça fait combien de temps que vous avez pas écouté un album de Jpop du début à la fin, et combien de temps que vous avez pas découvert un nouveau groupe japonais ? … Sans doute pas longtemps, ok. Mais moi ça faisait longtemps. Donc si vous êtes comme moi, c’est l’occasion d'y remédier ! (sauf si vous connaissiez déjà le groupe, forcément, auquel cas ça marche pas)

 

2. Vous savez quand vous accélèrez une chanson, et qu’après quand vous la remettez en vitesse normale, ça parait super lent ? Bon, eh bah sur cet album, y a plusieurs pistes qui vont vous faire un peu cet effet : vous les écoutez, et quand elles se terminent, vous avez l’impression que votre vie est en slow-mo. Et je pense qu’on a tous besoin de souffler un peu.

3. J’aime beaucoup leurs clips. Les deux jeunes femmes n’ont pas volé leur nom de groupe, elles ont effectivement du charisme, et j’aime généralement bien les idées, les mises en scène et surtout les deux artistes et le caractère qu’elles ont à l’écran. Je trouve qu’elles ont l’air d’avoir de la personnalité. Je vais sortir de l’album, mais en voici quelques uns (attention, il y a un suicide –tourné de façon absurde, certes- dans le clip 3) :



4. Je n’ai pas grand-chose à dire de plus, donc voici une autre chanson :

5. Et une dernière :

 

 

 

Dimanche

 

 

Vous pourriez regarder Warm Bodies ! Parce que :

 

1. Ecoutez, on a commencé la semaine sur des zombis, donc il me parait de bon ton de finir sur des zombis, comme ça le zombi est bouclé. Et si Cargo était la version « drame » de la zombie apocalypse, Warm Bodies est la version comédie romantique, parce que toute histoire d’amour devrait commencer par « j’ai su que c’était le bon quand il a dévoré la cervelle de mon ex ». NE FAITES PAS SEMBLANT, VOUS SAVEZ QUE J’AI RAISON ET QUE VOTRE COUPLE NE VAUT PAS UN CENTIME.

 

2. Okay, soyons plus sérieux deux secondes (mais pas plus, parce qu’après ça fait beaucoup) : ce film est surtout drôle dans sa première partie, et la seconde l’est un peu moins. Elle est aussi un peu moins réussie. En général, ce film n’est pas un slam dunk. Personnellement, mon souci principal est que je trouve qu’il fait certaines choses à moitié, mais je trouve quand même qu’il a plusieurs moments drôles, et d’autres assez adorables. Et puis bordayl, c’est une version de Roméo et Juliette qui a des chances de bien se terminer, vu que la mort n’est pas finale dans cette version ! Donc moi j’aime bien ce film. Mais c’est peut-être mon bias pro-Nicholas Hoult qui parle.

 

3. Nicholas Hoult.

 

4. Personnellement, j’aime bien la bande-son. Du coup, c’est un bonus ! Parmi les pistes que j’ai aimé, on va avoir Missing You de John Waite (très années 80, je kiffe), Shelter from the storm de Bob Dylan, Lonely Boy de the Black Keys, etc.

 

5. On le sait, les films de zombis ça sert à faire des COMMENTAIRES SOCIAUXtm, et Warm Bodies ne fait pas exception. Ici les zombis sont des gens isolés en manque de contact humain, et qui mangent des cerveaux parce qu’ils ont faim pas juste de viande, mais aussi de sensations, de chaleur humaine, d’expériences, de sentiments, de tout ce qui leur fait défaut en fait. Bien sûr, vous pouvez aussi vous faire une autre interprétation. Ou bien vous pouvez vous en battre les steaks. C’est vous qui choisissez. Et c’est beau d’avoir le choix :’)

Rédigé par Milady

Publié dans #Off Weeks

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :