[Off Week] Décembre 2018 : Dimanche

Publié le 9 Décembre 2018

 

Haha, je parle d’off-week, mais vu l’activité du blog en ce moment… elle est plus on que ces derniers temps, mettons. Mais bon~ On va quand même causer. Et cette semaine, ça va surtout être de la musique (pas que, je vais faire des effort.... mais surtout), parce que je continue de dessiner beaucoup, et que j’ai saisi cette occasion pour ressortir tous mes vieux cds (oui, oui, cds, ces trucs ronds que j’achetais beaucoup avant youtube et spotify) et me replonger dans la musique que j’adorais. En conséquence, je vais un peu briser le format habituel, parce que ça ne s’adapte pas trop. Je vais rester succincte cela dit^^ Bref let’s go !

 

 

 

 

 

Lundi

 

 

Vous pourriez vous replonger dans la discographie de Mika ! Personnellement, les deux albums que j’ai, physiquement, sont les deux premiers : Life in Cartoon Motion, et The Boy who knew too much, mais j’ai aussi écouté Origin of Love et No Place in Heaven, et il y a du très bon à piocher partout, que vous vouliez danser, vous saper le moral ou rêver un peu plus longtemps. En redécouvrant sa discographie, je dois dire que j’ai été pas mal émerveillée : j’avais oublié à quel point il était bon. Life in Cartoon Motion reste probablement mon album favori : il n’y a simplement pas une chanson à jeter sur cet album à mon sens. Bon, à vrai dire, je ne jetterais réellement aucune chanson de Mika, mais autant sur les autres albums je peux aisément identifier quelques favorites (pour the Boy who knew too much : Good Gone Girl, By the time, Dr John et Rain), autant sur celui-là, c’est impossible, parce que j’aime tout beaucoup trop. Donc replongez-vous dans Life in Cartoon Motion, que vous choisissiez de sauter partout sur Love Today, pleurer sur Any Other World, ou vous péter la voix sur Grace Kelly (cette chanson est impossible mais ça ne m’empêchera jamais d’essayer de la chanter, JAMAIS).

Et mon autre (très) grande recommandation c’est d’aller écouter l’édition spéciale de No Place in Heaven, parce que sur le cd2, il y a un enregistrement de concert où Mika chante ses chansons accompagné d’un orchestre, et c’est juste… beau. Là non plus, il n’y a juste rien à jeter. Certaines chansons me plaisent même plus comme ça. Par exemple, j’aime beaucoup et écoute souvent Boum Boum Boum, mais avec l’orchestre c’est tellement plus mieux >< (bien sûr, c’est subjectif).

 

Et pour encore mieux que ça : regardez Mika la chanter avec l’orchestre ! Pour profiter du fait qu’il vit ses chansons à fond, et qu’il est super expressif et accentue toutes les émotions qu’il s’agisse d’enthousiasme ou de profonde tristesse… Il a l’air de tellement aimer chanter, c’est irrésistible. Parmi mes favorites, la rendition de Boum Boum Boum (de No Place in Heaven), donc :

Mais aussi In any other world (je l’ai déjà citée, elle me brise le coeur, et je l’aime) :

(Je me sens comme ce monsieur, en fait:)

 

 

Et puis Happy ending (dans le genre « mon cœur est troué », aussi) :

… I’m not okay.

Sans oublier sa magnifique rendition d’Underwater (de l’album Origin of Love) :

Bref… excusez-moi, j’ai des larmes à sécher. Ecoutez Mika.

 

 

 

 

Mardi

 

 

Je continue sur la trace de mes cds d’adolescente, et cette fois-ci, on pourrait tous écouter Placebo !  Bon, mais pas trop quand même. Parce que si j’ai réappris quelque chose en réécoutant leurs albums dernièrement, c’est que Placebo me sape le moral. Sans parler des paroles (qui ne sont généralement pas très gaies) ils ont un son plutôt chargé qui ne respire pas exactement la joie de vivre. Hier soir, j’ai eu une grosse crise de « à quoi bon ? », et Placebo est un groupe qui se marie bien à ce genre de sentiment à mes oreilles. Mais histoire de commencer sur une note moins triste que le reste, voici une reprise de Daddy Cool :

J’aime mieux la version de Boney M, certes, mais quand même, ça nous fera au moins un peu de bonne humeur.

 

De mon côté, physiquement, j’ai trois albums de Placebo : Black Market Music (qui a été mon tout premier, et est donc celui que j’ai le plus écouté), Without you I’m nothing, et Sleeping with ghosts. Et sur Spotify, j’ai ajouté à ma bibli l’album Meds, et leur album de reprises. Histoire de reprendre (et détourner un peu) le principe habituel des « 5 points », voici cinq chansons, chacune sortie d’un album différent, que vous pourriez écouter aujourd’hui, et que j’aime particulièrement (sinon je les choisirais pas) :

 

1. De Without you I’m nothing : Pure Morning.

 

2. De Covers: Running Up that Hill. Pour le coup, même si j’aime bien la version originale de Kate Bush, je dois avouer que je préfère la reprise… peut-être parce que je l’ai entendue (plusieurs fois) avant, je ne sais pas. Mais je trouve que Placebo rend vraiment bien le sentiment de course.


3. De Black Market Music: Taste in Men. Plusieurs de mes chansons favorites de Placebo sont non seulement pesantes, mais également un peu trainantes… et je pense que ça ajoute beaucoup à ce sentiment de “se traîner sur terre.. pourquoi ? »… Haha, c’est un mardi un peu déprimant que je vous offre là. Mais eh, il faut de la musique pour toutes les humeurs ! (et puis c’est pas dit que Placebo vous fasse le même effet qu’à moi, en plus)

 

4. De Meds : Song to say goodbye. Bien sûr. Puis, alors, cette chanson, elle perd pas de temps, parce que non seulement elle s’intitule “Chanson pour dire au revoir”, mais en plus elle commence direct par « Tu es une erreur de Dieu, un gâchis de peau, tragique et larmoyant »… Placebo = joie en intraveineuse.


5. De Sleeping with ghosts : The Bitter End.

Et d’autres favorites en vrac: Special K, Follow the cops back home, Black Eyed, This Picture, Come Home, etc

 

Bon, et puis demain je vous propose autre chose que de la musique, promis^^

 

 

 

 

Mercredi

 

 

Vous pouriez regarder iZombie ! Parce que…

 

1. Même si vous avez du mal avec les zombies, cette série-là reste très accessible. Après tout, la plupart des zombies (notre héroïne comprise) sont très maîtres d’eux-mêmes, ils sont juste très très pâles avec une tendance à changer souvent de personnalité, vu qu’ils sont quand même bien obligés de se nourrir et récupèrent non seulement les souvenirs (par flashs) de leurs repas, mais également certains traits de leur personnalité. C’est ce qui permet au personnage principal (qui travaille dans une morgue, pour la police) d’aider les enquêtes, en se faisant passer pour médium (parce que c’est plus facile à expliquer et accepter que « je suis un zombie »). C’est aussi souvent ce qui fait que la série est drôle. L’héroïne doit gérer ses nouvelles personnalités, qu’elle retombe en adolescence, devienne un peintre très inspiré par la forme féminine, un tueur dénué d’empathie, ou un troll moins que sympathique. Forcément, son entourage n’y comprend pas grand-chose, et c’est la grande confusion. Un épisode, elle va connaître le kung fu, le second elle saura parler biélorusse, et l’épisode d’après elle aura tout oublié. Vous vous doutez bien qu’il y a du potentiel comique à la chose.

 

2. En général, la série a beaucoup d’humour de toute façon. Si vous avez vu Veronica Mars, vous ne serez pas trop perdus, car les deux séries, crées toutes deux par Rob Thomas, ont des tons très similaires, autour de leur deux jeunes enquêtrices blondes douées. D’ailleurs, iZombie fait plus d’une fois référence à Veronica Mars, et maintenant on se retrouve même avec Jason Dohring au casting  ainsi que des caméos ici et là, dont un (en voix-off seulement) de Kristen Bell.

 

3. Et si vous avez vu Veronica Mars, vous savez aussi que cette série-là n’était pas juste drôle, mais était également souvent touchante, et parfois carrément sombre, avec des sujets difficiles. iZombie suit, là aussi, et elle a de quoi serrer le cœur, briser nos espoirs parfois, et révolter. De manière globale, je la regarde surtout pour me divertir, mais je mentirais si je disais qu’elle ne m’a jamais troué le palpitant.

 

4. Faut dire que je suis attachée aux personnages, quel que soit le côté de la Force duquel ils se trouvent. Liv est une héroïne charismatique, engageante, drôle, touchante, intelligente, etc, avec une petite troupe à ses côtés qui s’est fait une place dans mon cœur (certains très vite, comme Clive –son partenaire de la police- et Ravi –son supérieur et premier confident-, et d’autres un peu plus lentement tels que Peyton –sa meilleure amie- et Major –son ex fiancé-). Et puis j’ai un gros faible pour Blaine, dans la catégorie « antagoniste-parfois-allié qu’on peut pas s’empêcher de kiffer », d’autant que je trouve David Anders très charismatique.

 

En bonus, la série a accueilli un temps Steven Weber, pour lequel j’ai de l’affection (et qui, rappelons le, a enregistré une excellente version audiobook de It de Stephen King) et surtout Bradley James (Arthur, dans la série Merlin) que j’ai adoré retrouver à l’écran.

 

5. A chaque nouvel épisode, sa nouvelle enquête, mais il y a toujours des intrigues dans le fond, plus filées (en plus des histoires personnelles des personnages), et je trouve que c'est bien équilibré, autant dans le temps d'écran que dans l'intérêt de ces deux éléments. Je suis toujours très divertie par les enquêtes ponctuelles, et à la fois, j'ai envie de savoir comment vont évoluer les situations dans le fond. Et grâce à ce bon équilibre, je trouve que la série a un bon rythme, et je n'y ai jamais réellement ressenti de temps morts. Bien sûr, certains épisodes sont meilleurs que d'autres, mais en général, quand je lance un épisode d'iZombie, je sais que je vais passer un bon moment :)

 

 

 

 

Jeudi

 

Vous pourriez écouter de la nouvelle musique ! … okay, c’est super vague. Mais personnellement, j’ai découvert quelques nouveaux groupes juste la semaine dernière, et des trucs qui me plaisent beaucoup. Je n’ai pas encore eu le temps d’écouter tous leurs albums en entier, alors je ne peux pas en conseiller un en particulier, et comme cette semaine je vous cause beaucoup d’albums nostalgiques pour moi, je voulais aussi insérer un peu de découvertes (après ce ne seront peut-être pas des découvertes pour vous, mais pour moi si) donc voici cinq groupes à découvrir (peut-être) aujourd’hui ;

 

1. The Dead South. Ils sont canadiens, ont trois albums à leur actif pour le moment, et donnent dans la musique folk/bluegrass… d’après wikipedia, parce que moi j’y connais queudale. Tout ce que je sais c’est que je suis tombée par hasard sur In Hell I’ll be in good company, et que j’ai accroché directement. Je trouve la chanson entraînante, mémorable, agréable dans sa simplicité, et j’adore la voix de monsieur qui joue du violoncelle (Danny Kenyon, apparemment).

Si ça vous parle, une autre chanson que j’aime beaucoup : Gunslinger’s Glory. Il y a un très joli crescendo dans l’intensité au fil du morceau, et ce ne sont pas huit minutes de perdues du tout.

 

2. The Hu. Un groupe mongol, apparemment tout récent. Il n’y a pour le moment que deux clips sur leur chaine youtube, et le premier date de septembre dernier… et il déchire *O* J’ai tout de suite été frappée par toute la génialitude de cette musique, et je ne pouvais donc que partager ça avec vous !

Et si ça vous parle, eh bien, vous pouvez aller regarder le second clip, bien entendu :) (et il y a des sous-titres aux deux vidéos, si ça vous intéresse de savoir ce qu’ils chantent^^)

 

3. Heilung. Un groupe… nordique. Ils ont des membres Danois, Norvégiens et Allemands, apparemment, et je ne sais pas trop comment classifier leur musique, mais c’est pas très important. L’important c’est que j’aime, j’aime énormément. Je suis tombée sur des vidéos de leurs lives, et il y a une sacrée ambiance (très pesante, avec quelque chose de mystique) dans la musique, comme dans le visuel. J’ai aucune idée de ce qu’ils racontent, mais ça me parle, et ça m’hypnotise complètement.

Et si ça vous parle, c’est simple, ils ont mis tout le concert en ligne : ici.

 

4. Hassak. Un groupe venu du Kazakhstan sur lequel m’a branchée youtube en constatant que j’étais clairement partante pour un mini tour du monde musical. Il m’a donc envoyée sur Аманат, et écoutez, j’ai pas regretté. J’adore les percussions graves, et la mélancolie de la flute et de l’instrument de la madame à gauche de l’écran. Je suis désolée, je suis nulle en instrument, je sais absolument pas comment ça s’appelle… mais en tous cas, c’est joli, et j’espère que ça va vous parler aussi.

Et si effectivement, ça vous a parlé, vous pourriez aussi allr écouter Құрманғазы, qui est tout aussi belle.

5. Kongos. Bon, là, je pense que je suis la dernière à être au courant de l’existence de ce groupe, mais moi, je viens tout juste de tomber dedans, voilà. Je connaissais Come with me now depuis un moment (parce qu’elle a été utilisée dans une amv de Fullmetal Alchemist Brotherhood que j’aime particulièrement) mais je n’avais jamais pensé à aller plus loin, honte sur moi. Donc il seait temps. Et je vous laisse donc sur Come with me now.

Et bien sûr, si ça vous parle, en voilà une autre : Hey ! I don’t know.

 

 

 

 

Vendredi

 

 

Vous pouriez écouter l'album Harvest de Neil Young ! On est pas dans l'actu musicale, certes, mais comme je le disais: cette semaine, j'ai ressorti des albums que j'ai, et que j'écoutais beaucoup dans mon adolescence. Celui-là en fait partie. Et je ne sais vraiment pas pourquoi j'ai cessé de l'écouter ? Je pense qu'à force j'ai simplement dû trop l'entendre...? En tous les cas, ça faisait vraiment plaisir de le ressortir, et de réaliser, dès Out on the Week-End, que j'aime toujours autant l'album. Comme il n'y a que dix pistes dessus, je ne vais pas vous en poster cinq, car ça ferait sans doute un peu trop, mais je vous en ai sorti mes trois favorites (en plus d'Out on the week-end, dont j'aime beaucoup l'harmonica, en particulier). Elles ne sont pas très originales, mais peu importe, et les voici:

 

1. Old Man, qui me rend les yeux un peu (beaucoup) humides

2. Alabama, que j'ai mis beaucoup de temps à comprendre... A l'époque où j'écoutais beaucoup l'album, je croyais que c'était une ode à l'Alabama, quelqu'un chantant le mal dans d'un pays idéalisé... maintenant que je parle anglais, je réalise qu'en fait, c'est pas trop ça ^^' Au contraire, il s'adresse à l'état en leur disant qu'il est temps d'ouvrir les yeux et de faire un peu le ménage chez eux. Bref mon moi-jeune était à côté de la plaque. Mais elle adorait la chanson, et je l'adore maintenant, donc on est au moins d'accord sur une chose :D

3. Heart of gold... évidemment...

 

 

 

 

Samedi

 

 

Aujourd'hui, vous pourriez commencer le drama coréen What's Up ! Parce que...

 

1. Déjà, c'est dans le thème de la semaine. Ca parle de jeunes gens qui vont dans une école artistique, et ils chantent, ils jouent des instruments, tout ça, donc on reste dans de la musique, et on voudrait pas briser notre thème musical, pas vrai ? (bon, iZombie rentrait pas vraiment dedans, okay) Et puis à la fois, ça ferait de vous un•e rebel•le, parce qu'en cette fin d'année, tout le monde se précipite pour finir ses dramas de 2018, alors moi je dis: soulève toi, peuple ! Regarde plutôt What's Up !

 

2. Le casting. What's Up donne de très bons rôles principaux a de très bons acteurs qui n'ont malheureusement pas toujours eu beaucoup de chance à la télé (hum, Lim Ju Hwan, hum, Lim Ju Eun). Et puis les autres acteurs, qui ont eu plus de chance (Oh Man Suk, ou Jo Jung Suk, par exemple) ne sont pas moins bons, alors... C'est vraiment un drama d'ensemble, donc la plupart des acteurs (pas tous, quand même) ont la place de briller, et c'est agréable.

 

3. Le drama est écrit par Song Ji Na. Je pense que la plupart des gens doivent la connaître en tant que "la scénariste d'Healer" mais elle a écrit des tas de bonnes choses (qui ont beaucoup de points communs, et si vous regardez plusieurs de ses oeuvres, c'est amusant de voir ce qui revient), et sa grande spécialité, c'est de créer des personnages attachants, et complexes, qu'on a envie de suivre. Il y a une sincérité et quelque chose de chaleureux dans la façon dont Song Ji Na écrit ses personnages, qui fait que même quand les séries se cassent  la gueule autour, il y a quelque chose à en tirer. What's Up, d'ailleurs, n'est pas parfait: il a eu une histoire de diffusion un peu chaotique, et on sent que certaines choses n'ont pas été développées comme il faudrait. Mais le drama a beaucoup de coeur, et je le trouve irrésistible, personnellement. Les personnages doivent gérer des situations et des émotions vraiment difficiles (des blocages psychologiques, des traumatismes, des relations compliquées avec des parents, de la culpabilité, etc) et on les regarde se débattre avec empathie et affection. Et puis ce drama nous a donné le personnage d'Oh Doo Ri. Et c'est un argument en soi.

 

 

4. Je le trouve aussi mémorable. Il y a des taaaas de scènes qui me sont restées. Après, c'est vrai que j'ai tendance à mieux mémoriser les scènes qui ont des musiques marquantes, alors forcément What's Up, en tant que drama musical, a un avantage. La chanson What's Up de 4 non blondes est étroitement associée à ce drama pour moi, à présent, et j'ai toujours un peu la larme à l'oeil en l'entendant. Une autre de mes scènes favorites: le duo entre Kim Ki Won et Jo Jung Suk (qui est un habitué des comédies musicales). J'aimerais bien vous mettre les scènes que j'aime le plus, mais elles sont étroitement liées à l'intrigue et je ne voudrais pas vous spoiler... mais je les regarde encore et encore sur youtube, et chaque fois, je retrouve la même émotion. Et vous pourriez être comme moi ! Ce sont des scènes et des personnages, un drama, qui m'accompagnent depuis que je l'ai vu, et je me sens en bonne compagnie. Et puis ce drama a fait chanter ça à Daesung:

Et ça changeait, quoi. Donc c'est cool.

5.  J'aime aussi bien le look du drama. Je ne sais pas exactement d'où ça vient (les couleurs, le montage, la composition des plans, etc ?) mais je trouve que What's Up a quelque chose de... pas maladroit, mais pas complètement poli non plus. Et pour moi, ça ajoute vraiment à la série, parce que les personnages tâtonnent beaucoup, et sonnent vrais. Bref. J'aime beaucoup ce drama. Ai-je mentionné Oh Doo Ri ?

 

 

 

 

Dimanche

 

Vous pourriez écouter un peu de Manu Chao ! Histoire de finir à nouveau sur de la nostalgie musicale... Enfin... en quelque sorte ?

 

J'ai trois albums de Manu Chao: Clandestino, Próxima Estación: Esperanza, et un album live. Les deux premiers m'ont été offerts à un anniversaire, et quand j'étais jeune, je n'ai jamais vraiment apprécié Manu Chao (honnêtement je crois que les deux albums étaient tellement populaires que j'ai dû faire un drôle de rejet). C'est un jour que j'étais posée dans un parc anglais, à dessiner tout et n'importe quoi, que j'ai lancé un album, et que j'ai eu subitement une grande réalisation: "mais en fait... Manu Chao... c'est vachement bien o.o". Je n'irais pas jusqu'à dire que les nuages se sont écartés et que la lumière divine m'est tombée dessus, mais c'était vraiment une révélation subite. Et depuis, je n'ai jamais vraiment arrêté d'écouter les deux premiers albums. Que je vous conseille d'écouter, ou réécouter si cela fait longtemps. Parce que c'est léger, et ça fait du bien (surtout Esperanza... Clandestino est entraînant, mais plus triste).

 

Après, c'est compliqué de sortir des pistes des albums, parce que les deux fonctionnent vraiment comme des tout. Les pistes sont courtes et se continuent les unes les autres, donc pour moi, c'est un peu comme essayer de sortir une piste de the Wall de Pink Floyd. Bien sûr, on peut écouter Another Brick in the Wall ou Comfortably Numb en dehors du contexte de l'album, et ce sont de bons morceaux, mais ils sont tellement meilleurs et ont tellement plus de sens si on écoute l'album entier. Bon, bah pour Clandestino et Esperanza, c'est pareil. Donc au lieu de choisir des pistes préférées (même si j'ai des moments favoris sur les albums), je vous laisse sur les trois premières pistes de chaque, histoire de "lancer la machine".

 

 

Clandestino :



 

Próxima Estación: Esperanza :



 

Et sur ce, c'est la fin de cette off-week qui était plus on que off :)

 

Pour le moment, je n'écris toujours rien de neuf. Je bloque complètement. Le prochain article qui viendra sera sans doute juste la suite des dessins que j'ai faits, histoire de "boucler" les choses (dans ma tête), et ensuite on verra bien ce que me réserve l'avenir.

 

En tous cas je vous souhaite une bonne fin de week-end, et bon courage pour la semaine prochaine ♥

 

(et pour finir sur une autre artiste de ma jeunesse => )

 

Rédigé par Milady

Publié dans #Off Weeks

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :