[Premières Impressions] The Fiery Priest 열혈사제 (épisodes 1 à 8)

Publié le 28 Février 2019

 

Episodes 1 à 8

 

Diffusé en 2019

Sur SBS

Parti pour faire 40 épisodes (de 30 minutes chacun)

Réalisé par Lee Myung Woo

Ecrit par Park Jae Bum

 

Avec :

Kim Nam Gil : Kim Hae Il

Kim Sung Kyun : Goo Dae Young

Lee Honey : Park Kyung Sun

Geum Sae Rok : Seo Seung Ah

Go Joon : Hwang Cheol Bum

Jung Young Joo : Jung Dong Ja

Jeon Sung Woo : Han Sung Gyu

Baek Ji Won : Kim In Kyung

Jeong Dong Hwan : Lee Young Joon

Etc

 

 

Dontesque ?

Kim Hae Il est un jeune prêtre ayant des soucis de gestion de la colère. Après un nouveau dérapage, il est envoyé dans le diocèse de son ancien mentor, mais une fois sur place, il réalise que la ville est aux mains de puissants corrompus, que la police laisse faire et protège. Un évènement terrible finit par arriver, et Kim Hae Il n’étant pas du genre à laisser couler, il a bien l’intention de forcer la justice à faire son boulot.

 

 

oOo

 

Kim Nam Gil est une très bonne raison de regarder quoi que ce soit.

 

Bon… parfois il n’est pas une raison suffisante de continuer à regarder, parce que des fois il joue dans SHARK… Mais Queen Seon Deuk m’a fait tomber amoureuse de Kim Nam Gil (Bidam ) il y a sept ans (oui j’étais un peu en retard à la Bidam-party) et depuis, chaque fois qu’il sort un drama, j’essaie de le regarder, même si je ne les surkiffe/termine pas tous, parce que c’est pas ma faute aussi, s’il joue dans de mauvais trucs. Bref. Kim Nam Gil est dans The Fiery Priest, donc je voulais voir The Fiery Priest. En plus le casting comprend également Lee Honey, ce qui ne pouvait que me réjouir, et l’épisode 8 nous balance Lee Moon Sik en cerise sur le gâteau : que demande le peuple ? En l’occurrence, moi, je ne demandais rien, parce que je ne savais pas trop dans quoi je m’embarquais. Clairement, le drama allait me parler d’un prêtre, mais sinon… j’imaginais simplement, d’après le poster, que le drama serait plutôt sombre, et c’était tout (parce que je n’avais pas vu l’affiche de cet article, mais celle-là : ici). J’avoue que cela me freinait même un peu, n’étant pas trop d’humeur au sombre ces derniers temps, mais bonne nouvelle : finalement le drama est plus léger que j’avais anticipé. Il y a des scènes qui font mal au cœur, et le point de départ n’est clairement pas comique (à moins que vous trouviez le meurtre à mourir de rire), mais le drama mise beaucoup sur sa comédie également, et finalement, ces huit premiers épisodes m’ont bien amusée.

 

Le fond, la trame, est plutôt classique : il y a des gens puissants et corrompus/mauvais qui veulent devenir plus puissants, alors ils piétinent les gens qui ne peuvent pas se défendre. Un innocent meurt et est accusé à tort, suite à quoi le héros veut rétablir la vérité, et décide de prendre les choses en mains parce que, of course, la police ne sert à rien, parce qu’elle est corrompue, et serait probablement incompétente de toute façon (on est à Kdramaland après tout). Rien de bien neuf dans tout ça, mais peu importe. Sans doute que les choses accélèreront et prendront de l’ampleur par la suite, car ces huit épisodes ne font réellement que lancer la machine, mais surtout ils débouchent sur l’association improbable de deux personnages principaux qui vont à présent devoir faire équipe, malgré eux. Et l’intérêt il est là : pas vraiment dans l’enquête, mais dans les personnages et leur association. Et moi, c’est vraiment ce qui m’accroche. Car oui, j’ai accroché à ce début de drama. Parce que j’aime bien les personnages.

 

Même ceux du côté obscur de la Force, c’est vous dire ! Enfin, pas tous, et tous les hommes riches/puissants corrompus qui complotent dans leur bar louche (décor que j’aime bien, du reste) ressemblent à dix milles autres qu’on a vu dix milles fois ailleurs, mais la patronne de la ville, Jung Dong Ja (interprétée par Jung Young Joo), me plait. Déjà, elle a un look d’enfer (sérieusement, elle me fait penser à une méchante Disney, avec ses cheveux comme ça) et puis c’est vrai que c’est rare de voir une femme dans ce genre de rôle dans un drama. C’est une politicienne en position de pouvoir, motivée par son ambition et l’appât du gain, et qui n’a pas de relations personnelles avec les protagonistes. Quelque part, même si le personnage en lui-même n’est pas nouveau, c’est rafraichissant de voir une femme être le « big bad », et pas un autre acteur ayant entre 50 et 60 ans. Et puis j’aime bien son sous-fifre, Hwang Cheol Bum (interprété par Go Joon), le gangster planqué derrière ses airs de businessman (un vrai secret de polichinelle). Je ne sais pas trop pourquoi. Ca doit venir en partie de l’acteur, et en partie de toutes les scènes où il se fait rabrouer, insulter, voire humilier par les officiels corrompus (je ne peux pas m’empêcher de ressentir de la compassion pour lui dans ces scènes-là, c’est plus fort que moi). C’est clairement un type pas recommandable, et j’irais pas dire que je le trouve sympathique, mais il y a une partie de moi qui espère le voir foutre la misère à tous ces types qui le traitent comme un chien alors qu’ils ne valent pas mieux. Bon et puis je suis curieuse de savoir quelle est la nature exacte de sa relation avec Jung Dong Ja, car je me fais peut-être des idées, mais j’ai l’impression qu’il y a quelque chose à raconter sur leur passé.

[Premières Impressions] The Fiery Priest  열혈사제 (épisodes 1 à 8)[Premières Impressions] The Fiery Priest  열혈사제 (épisodes 1 à 8)[Premières Impressions] The Fiery Priest  열혈사제 (épisodes 1 à 8)
[Premières Impressions] The Fiery Priest  열혈사제 (épisodes 1 à 8)[Premières Impressions] The Fiery Priest  열혈사제 (épisodes 1 à 8)
[Premières Impressions] The Fiery Priest  열혈사제 (épisodes 1 à 8)[Premières Impressions] The Fiery Priest  열혈사제 (épisodes 1 à 8)[Premières Impressions] The Fiery Priest  열혈사제 (épisodes 1 à 8)
[Premières Impressions] The Fiery Priest  열혈사제 (épisodes 1 à 8)[Premières Impressions] The Fiery Priest  열혈사제 (épisodes 1 à 8)

Néanmoins, ne tournons pas autour du pot : j’ai accroché à ce drama avant tout parce que j’ai accroché aux trois grands protagonistes. Je ne veux même pas dire que je m'y suis attachée, pas à tous en tous cas (pas encore), mais j’aime bien la façon dont le drama les écrit, et leur ambivalence dans le scénario. Parce que pour le moment, deux de nos trois protagonistes sont clairement du mauvais côté de la morale… Et pourtant, on sait qu’ils vont changer de côté. Parce qu’on sent la bromance et la romance qui se dessinent, et parce qu’il y a un certain… instinct, je dirais. C’est comme quand on commence un drama romcomesque avec un lead froid et hautain : on sait qu’au fil du drama il va évoluer, et devenir quelqu’un de meilleur (du moins c’est l’idée, mais laissons ces considérations de côté). Que le personnage qu’on a devant les yeux n’est pas le « produit fini ». Bon ben ici, c’est pareil mais avec le personnage féminin principal, et le nouveau coéquipier du héros. Ils ne sont pas froids, mais ils sont tous les deux corrompus, pour différentes raisons.

 

Goo Dae Young, policier interprété par Kim Sung Kyun, est avant tout pathétique et lâche. Bien qu’il puisse sembler stupide, je pense que même lui réalise bien qu’il n’obtiendra jamais la promotion qu’on n’arrête pas de lui faire miroiter en échange de services douteux. S’il suit les ordres de ses supérieurs corrompus, ce n’est pas par ambition, mais par instinct de survie. Même en tant que policier, sa règle numéro 1 c’est de se protéger lui-même, parce qu’après tout, s’il meurt ou est blessé, il ne pourra plus faire son boulot. Le problème étant que dans son cas, se protéger lui-même passe avant tout par ne pas faire son boulot. Go Dae Young est un lâche. Il suit les ordres parce qu’il n’ose simplement pas faire autrement, il n’ose pas s’opposer au reste, tout seul. Parce que toute la police est corrompue… à l’exception de la nouvelle recrue, Seo Seung A (interprétée par Geum Sae Rok). Et qui est en charge de la former ? Goo Dae Young. Ce qui ne fait qu’exacerber son sentiment d’être minable, parce qu’elle fait tout ce qu'il devrait faire : elle tient tête à Hwang Cheol bum, elle essaie d’appliquer la loi, elle défend les innocents, s’aventure là où Go Dae Young a peur d’aller (parce qu’elle est carrément plus capable de se défendre que lui)… bref, elle fait son boulot, et elle le fait bien (si bien qu’elle est le seul membre de la police que respecte notre héros, le seul avec lequel il veut travailler… et je vous avoue qu’une partie de moi aimerait bien voir ça). Sartre écrivait (parce que ouais, j’ai décidé de citer Sartre, en croisant fort les doigts pour pas dire de conneries) « L’Enfer c’est les autres », parce qu’à partir du moment où on y est exposé, on ne peut s’empêcher d’utiliser leur regard pour nous juger nous-mêmes, et que, en gros, selon ce qu’on y voit, ça peut devenir infernal. Goo Dae Young, en tant que coéquipier de Seung A, est constamment exposé au regard de la jeune femme, dans lequel il lit déception et mépris. Il tâche de mentir, de se donner des airs, mais au final ses actions laissent toujours éclater la triste vérité, et bref, elle lui renvoie une image minable de lui-même en permanence.

 

A vrai dire, si Sartre n’apparait pas dans le drama (parce que ce serait chelou qu’il y soit, certes), Kim Hae Il (notre héros, Kim Nam Gil) évoque l’Enfer à Goo Dae Young, pour le menacer. D’après Kim Hae Il, l’Enfer ce n’est pas un endroit où on est torturé pour l’éternité. Non, l’Enfer qui attend Goo Dae Young (et autres pêcheurs) c’est de renaître, encore et encore, en tant que lui-même, et de revivre sa propre vie éternellement. Une perspective qui terrifie Goo Dae Young. Revivre sa vie de lâche minable encore et encore ? Ce serait pire que tout. Et ces sentiments ne sont pas nouveaux: il a toujours su, au fond de lui, être sur le mauvais chemin par manque de courage, mais il avait la tête bien dans le sable jusqu’à ce que la déterrent Seung A et Kim Hae Il qui, en ce sens, accomplit son devoir de prêtre comme vu par son mentor, encore que peut-être pas de la façon dont le mentor en question l’entendait.

C’est ça, le vrai devoir d’un prêtre, tu sais. Nous devons trouver les choses précieuses que les gens ont perdues, afin que leur esprit soit en paix.

Père Lee - épisode 2

Ca s’applique à Hae Il (qui n’a clairement pas l’esprit en paix), mais également à Goo Dae Young : il a perdu son courage, son sens de la justice, et en le provoquant et travaillant avec lui, Kim Hae Il pourrait le pousser à retrouver tout ça, et se sentir mieux avec lui-même. Quelque chose que j’ai bien envie de voir.

[Premières Impressions] The Fiery Priest  열혈사제 (épisodes 1 à 8)[Premières Impressions] The Fiery Priest  열혈사제 (épisodes 1 à 8)
[Premières Impressions] The Fiery Priest  열혈사제 (épisodes 1 à 8)[Premières Impressions] The Fiery Priest  열혈사제 (épisodes 1 à 8)[Premières Impressions] The Fiery Priest  열혈사제 (épisodes 1 à 8)
[Premières Impressions] The Fiery Priest  열혈사제 (épisodes 1 à 8)[Premières Impressions] The Fiery Priest  열혈사제 (épisodes 1 à 8)
[Premières Impressions] The Fiery Priest  열혈사제 (épisodes 1 à 8)[Premières Impressions] The Fiery Priest  열혈사제 (épisodes 1 à 8)[Premières Impressions] The Fiery Priest  열혈사제 (épisodes 1 à 8)

A côté de cela, nous avons Park Kyung Sun, notre personnage féminin principal (interprété par l’excellente Lee Honey), qui a une situation et un caractère bien différents. Elle, pour le coup, est intelligente, volontaire, et n’a pas froid aux yeux. Elle ne suit pas les ordres par peur de les contrer mais parce qu’elle a une carrière à avancer, et parce qu’elle aime l’argent. C’est une pure question de gain personnel, et à vrai dire, dans la plupart des dramas, elle serait sans doute l’antagoniste. C’est juste que comme elle est présentée de façon comique, et que ses disputes constantes (tendant sur la chamaillerie) avec Kim Hae Il leur donnent une dynamique de « pré-OTP », émotionnellement, on lui donne plus de marge parce qu’on s’attend à ce qu’elle finisse par virer de bord. Bon puis c’est vrai qu’une partie de moi s’amuse et s’identifie au fait qu’elle ne puisse pas s’empêcher de fangirliser sur Kim Hae Il/Kim Nam Gil. Sérieusement, je crois bien que dans toutes les scènes où elle le voit (même en photo !) elle ne peut pas s’empêcher de souligner qu’il est drôlement joli, ce qui a l’air de profondément l’agacer, du reste (l'agacer elle, pas lui). Que voulez-vous, il y a des vérités auxquelles on ne peut pas échapper. Donc elle s’extasie, je m’extasie, et puis le drama s’extasie aussi. Clairement, l’équipe a bien noté que Kim Nam Gil en habit de prêtre, c’était bon pour les yeux, et donc ils se font plaisir sur les ralentis, pour bien nous le montrer marcher avec les habits qui flottent derrière. Et c’est glorieux, et j’approuve.

 

Pour revenir à Park Kyug Sun néanmoins, la façon dont elle est présentée, ce qu’on anticipe pour elle, et l’interprétation engageante de Lee Honey (elle est extra, sérieusement) font qu’on est moins sévère et que j’apprécie le personnage, mais elle n’est clairement pas du Bon côté : elle se laisse gaiement soudoyer à coup de liasses de billets, elle couvre un meurtre sans battre un cil, elle fait chanter ses collègues… Et ça ne semble lui causer absolument aucun remord. Ou du moins, elle ne le laisse pas paraître si c’est le cas. Ca sembler clasher avec sa foi catholique, et son insistance à se rendre à l’église tous les dimanches, mais Kim Hae Il ne manque pas d’en souligner l’hypocrisie :

Pourquoi tout le monde ne demande pardon qu’à l’église ? C’est auprès de ceux à qui vous avez fait du mal qu’il faut s’excuser. Et sincèrement.

Kim Hae Il - épisode 2

Ils font de grosses donations et commettent de gros péchés également. Ils ne viennent que pour se sentir mieux. Ils se moquent de ceux qu’ils ont blessés.

Kim Hae Il - épisode 3

Je ne suis pas certaine que Kyung Sun se moque complètement des victimes. Après tout, elle dit avoir fait sortir Hae Il de prison par respect pour Père Lee, et je la crois. Je pense que, enfoui en elle, il y a du bon qui ressortira au fil de la série. Mais pour le moment, si elle a des remords, elle ne les montre pas beaucoup, que ce soit sincère ou qu’elle mente aux autres ou se mente à elle-même. Elle a clairement la morale compromise. Et j’adore ça, justement parce qu’elle est sans doute partie pour devenir notre héroïne (récalcitrante au début, probablement). Elle est profondément imparfaite, et ses défauts ne sont pas qu’elle est maladroite, ou bosse trop dur, ou se laisse marcher sur les pieds (oula, certainement pas), ou ne supporte pas l’injustice, mais qu’elle a accepté de couvrir un meurtre pour protéger sa carrière. Un autre genre de défaut donc o.o

[Premières Impressions] The Fiery Priest  열혈사제 (épisodes 1 à 8)[Premières Impressions] The Fiery Priest  열혈사제 (épisodes 1 à 8)[Premières Impressions] The Fiery Priest  열혈사제 (épisodes 1 à 8)
[Premières Impressions] The Fiery Priest  열혈사제 (épisodes 1 à 8)[Premières Impressions] The Fiery Priest  열혈사제 (épisodes 1 à 8)
[Premières Impressions] The Fiery Priest  열혈사제 (épisodes 1 à 8)[Premières Impressions] The Fiery Priest  열혈사제 (épisodes 1 à 8)[Premières Impressions] The Fiery Priest  열혈사제 (épisodes 1 à 8)
[Premières Impressions] The Fiery Priest  열혈사제 (épisodes 1 à 8)[Premières Impressions] The Fiery Priest  열혈사제 (épisodes 1 à 8)

Et j’espère bien voir sa conscience se réveiller ! Je ne veux surtout pas que Kyung Sun perde sa personnalité, mais j’ai envie de la voir changer de position, ne serait-ce que par peur des répétitions : ses interactions avec Hae Il sont un peu toujours sur le même ton, et j’ai envie de voir autre chose. Par ailleurs, c’est vrai que j’ai aussi une certaine frustration qui me pousse à espérer que les choses avances.

 

Dans l’épisode 7, Hwang Cheol Bum s’adresse à Kim Hae Il et lui dit ceci :

Tu dois être vraiment frustré. Tu veux clairement ruiner ma vie, mais tu ne sais pas comment, et tu ne peux rien faire.

Hwang Cheol Bum - épisode 7

Et… oui. Ne vous méprenez pas, j’ai regardé les épisodes 1 à 8 avec plaisir, mais Hae Il semblait complètement bloqué, et c’était frustrant pour lui et pour moi de le voir toujours stoppé de la même façon par les mêmes personnes. Dans un sens, c’est bien : je partage les sentiments du personnage. Mais maintenant j’ai envie de le voir faire un peu plus de progrès (en bien ou en mal, à vrai dire : j’ai juste envie que ça aille plus loin et que les dynamiques changent), parce que sinon je vais juste être de plus en plus frustrée (et heureusement, le drama prend la bonne direction).

 

Mais justement, parlons en, de Kim Hae Il. Notre personnage principal, et le prêtre du titre.

 

Bonne nouvelle : j’aime beaucoup ce personnage. Je trouve qu’il est intéressant. Et je trouve aussi que le drama n’aurait pas pu rêver mieux que Kim Nam Gil pour ce rôle. Comme il l’a déjà démontré dans The Pirates ou Live up to your name, Kim Nam Gil a un bon timing comique (même dans Queen Seon Deok, qui n’est pas une comédie, son personnage avait des moments légers qui prêtaient à sourire) ; Ici, il fait moins de grimaces que dans Live up to your name (ce que, personnellement, j'apprécie, car j'étais pas fan des grimaces), et c’est plutôt la façon dont il délivre ses lignes, et son expression agacée quand il essaie désespérément de retenir sa colère, qui me font rire. Kim Nam Gil n’est pas non plus étranger aux drames, ou aux personnages en colère, dont la rage ne demande qu’à éclater, donc il n’y a aucun souci de ce côté-là non plus, et en plus, en bonus, il est capable d’exécuter ses scènes d’action lui-même, ce qui aide à les rendre plus crédibles (même si les adversaires obéissent souvent à la règle clichée du « j’attends mon tour », tss). Bref, Kim Nam Gil est précieux et doit être chéri à tout prix ;A; (en plus, il est joli). Mais même sur le papier, Kim Hae Il est un personnage que j’apprécie, parce qu’il vient avec plusieurs facettes, plusieurs « tons ». Parfois, il est écrit pour être drôle, et il peut faire preuve d’une naïveté étonnante vu son histoire personnelle et les déceptions qu’il a subies (la scène où il utilise le traducteur de son téléphone pour écrire directement au pape m’a fait beaucoup sourire, de même que la confiance absolue avec laquelle il attend la réponse tous les jours). Parfois il est brusque, trop brusque, et injuste (même si, même dans ces moments-là, je le comprends parfois, parce que la nonne de l’église me saoule aussi ><). Parfois, il est touchant, et adorable : j’aime beaucoup son amitié naissante avec le jeune prêtre Han qui semble voir en lui un grand frère. Et puis les scènes entre lui et Père Lee sont toutes douces, et les flash-backs nous montrant leur passé m’a rendu les yeux humides. Et puis, évidemment, il y a toute une facette tragique au personnage, qui souffre de PTSD après un évènement horrible (franchement horrible, oui, pour le coup) dont il se sent terriblement coupable (et pour le coup, je comprends pourquoi), et qui est en train de tout perdre.

[Premières Impressions] The Fiery Priest  열혈사제 (épisodes 1 à 8)[Premières Impressions] The Fiery Priest  열혈사제 (épisodes 1 à 8)
[Premières Impressions] The Fiery Priest  열혈사제 (épisodes 1 à 8)[Premières Impressions] The Fiery Priest  열혈사제 (épisodes 1 à 8)[Premières Impressions] The Fiery Priest  열혈사제 (épisodes 1 à 8)
[Premières Impressions] The Fiery Priest  열혈사제 (épisodes 1 à 8)[Premières Impressions] The Fiery Priest  열혈사제 (épisodes 1 à 8)
[Premières Impressions] The Fiery Priest  열혈사제 (épisodes 1 à 8)[Premières Impressions] The Fiery Priest  열혈사제 (épisodes 1 à 8)[Premières Impressions] The Fiery Priest  열혈사제 (épisodes 1 à 8)

Dans mes Premières Impressions sur Legal High, je vous faisais part de mes soucis avec le mauvais mix de comédie et tragédie que le drama essayait de faire, mais ici, je trouve cela réussi, parce que le drama ne se moque pas de la douleur que ressent le personnage, tout en liant la comédie et la tragédie, en les rendant parties intégrantes du personnage, provenant de la même source. C’est son caractère emporté, son incapacité à contrôler son agacement qui font rire, mais… ça ne s’arrête pas là.

 

Quand on rencontre le personnage, il s’énerve méchamment face à une injustice (des personnages âgées se faisant arnaquer). Il se bat contre des gangsters, et balance un poing dans la face de leur chef, avec un effet « flammes » autour de son point (faisant écho au « fiery » du titre). Sur le moment, je me suis dit que peut-être il n’était pas capable de retenir sa colère face aux injustices, que c’était dans ces moments-là qu’il explosait, mais non : la colère le suit partout, tout le temps, elle infiltre tous les aspects de sa vie. Et j’aime bien la façon dont le drama ne traite pas cette colère sur un seul ton. Parfois, quand elle est ressort de façon bégnine ou à des moments où elle est justifiée, elle peut prêter à sourire. Mais elle est aussi clairement présentée comme un problème : il est en colère contre tout, petites et grandes choses, parce qu’au fond, il est en colère contre lui-même (c’est peut-être sur-interpréter, mais on voit qu’il boit pas mal -comme beaucoup de personnages de kdramas, certes-, et fume -la cigarette allumée LUI, Romance is a Bonus Book-, et on pourrait voir ça comme de l’auto-destruction, même si ce serait sans doute pousser un peu). Cette colère est perçue comme un problème, pour lequel Père Lee le pousse à consulter une psychologue, et elle a des retombées négatives sur sa vie : il passe plusieurs fois par la prison, ses relations avec les autres sont fragilisées, et c’est sans compter que cette incapacité à contenir sa colère pourrait bien se mettre en travers de sa quête de justice. Au début, lorsqu’on le force à faire équipe à Goo Dae Young, qui a pour ordre explicite de faire entrave à l’affaire, j’ai trouvé ça bizarre de la part des supérieurs de Goo Dae Young : pourquoi ne pas choisir quelqu’un de plus intelligent (à supposer que ça existe dans ce commissariat) ? Si l’idée est de faire patiner l’enquête, quelqu’un de compétent qui pourrait barrer la route à Hae Il de façon subtile serait plus adapté, non ? Mais en fait non. Parce que l’idée n’est pas juste d’empêcher l’enquête, mais aussi de se débarrasser de Kim Hae Il. Qui est profondément agacé par Dae Young, et a un passif avec. Le meilleur moyen de le faire craquer, de le faire agresser un policier, et de le balancer en prison pour de bon, c’est de le faire travailler avec Dae Young. En clair, ses opposants utilisent sa colère contre lui, qui est donc bien présentée comme un point faible.

 

Mais aussi un point fort. Parce que cette quête de justice que sa colère pourrait entraver, elle n'existerait juste pas sans cette même colère.

 

Kim Hae Il est peut-être prêtre, mais il ne partage pas toutes les convictions de ses mentors et collègues. Déjà, comme illustré dans une citation plus tôt dans cet article, il ne veut pas faire de la religion un outil pour dédouaner les gens de leurs actes, leurs responsabilités, un outil pour leur soulager la conscience, et éviter tout repentir vis-à-vis des victimes elles-mêmes. Et ensuite, pas question pour lui d’être passif et d’attendre que les choses changent d’elles-mêmes, en priant et étant patient avec les gens.

Père Lee – C’est notre devoir d’attendre qu’ils changent […]

Kim Hae Il – Vous pensez vraiment que le monde va changer si on ne fait qu’attendre ? On doit se mettre en colère quand il faut.

Père Lee & Kim Hae Il - épisode 4

C’est là que sa colère est présentée comme une force par le drama. Parce que la colère c’est ce qui fait qu’il se révolte, qu’il se défend, et défend les autres. Les gens au sommet n’écoutent pas les gens du dessous. Le système est à leur service, et la justice ne fonctionne pas. Alors il faut de l’indignation, il faut de la colère, pour réparer les torts. Le drama adopte une position nuancée sur la colère du personnage. Il faut qu’il apprenne à la gérer, à s’en servir quand il faut et à identifier sa source pour déterminer quand elle est saine ou pas. Mais le drama ne nous dit pas que toute colère est mauvaise, ou que toute colère est bonne, de même qu’il ne présente pas Go Dae Young et Park Kyung Sun comme des anges (clairement) ou comme des personnages forcément perdus d’avance, que ce soit en leur écrivant des moments de lucidité ou en misant sur le ton et les interprètes.

[Premières Impressions] The Fiery Priest  열혈사제 (épisodes 1 à 8)[Premières Impressions] The Fiery Priest  열혈사제 (épisodes 1 à 8)[Premières Impressions] The Fiery Priest  열혈사제 (épisodes 1 à 8)
[Premières Impressions] The Fiery Priest  열혈사제 (épisodes 1 à 8)[Premières Impressions] The Fiery Priest  열혈사제 (épisodes 1 à 8)
[Premières Impressions] The Fiery Priest  열혈사제 (épisodes 1 à 8)[Premières Impressions] The Fiery Priest  열혈사제 (épisodes 1 à 8)[Premières Impressions] The Fiery Priest  열혈사제 (épisodes 1 à 8)
[Premières Impressions] The Fiery Priest  열혈사제 (épisodes 1 à 8)[Premières Impressions] The Fiery Priest  열혈사제 (épisodes 1 à 8)

Pour le moment, il y a essentiellement deux choses qui me chiffonnent dans ce drama. La première, c’est la représentation des personnages non-coréens (interprétés par des acteurs coréens). On a des russes et un personnage thailandais dans ce drama, et je vous avoue que par moments, j’ai un peu froncé les sourcils. Malheureusement, j’aurais du mal à réellement exprimer une opinion sur la question, parce que je ne sais pas trop quelle histoire la Corée du Sud a avec la Thailande et la Russie, et quels stéréotypes ont court, si bien que je n’arrive pas trop à mettre les portraits qui sont faits de ces personnages dans un contexte. C’est juste instinctif, en fait. Surtout avec le monsieur thailandais, en vérité. Parce que j’entends l’interprète lui faire un accent net, et je crois que j’ai tellement l’habitude d’entendre des gens, en France, faire des parodies racistes d’accents venus d’Asie (généralement chinois, japonais ou indiens) que ça me crispe malgré moi. Alors qu’en fait, je ne sais pas trop comment c’est perçu (peut-être que c’est comme quand James McAvoy joue un américain ?). En revanche, ce dont je suis certaine, c’est que la blague « haha, le personnage gros ne peut pas s’empêcher de manger tout le temps » doit mourir. De base, c’est franchement paresseux comme « blague », et ensuite j’en ai un peu ras le bol de voir des personnages gros intégrés à des dramas juste pour balancer « haha il est gros », « haha il aime manger », « haha il est paresseux » (ma favorite, parce qu’elle est drôlement ironique vu la paresse intellectuelle de la « blague » elle-même). Le personnage est sympathique, encore que peu présent, et bordel, ils auraient pu s’abstenir.

 

Ce sont mes deux réserves (l’une venant potentiellement juste d’un décalage culturel ?). Pour le reste, j’apprécie beaucoup le drama, et pour le moment, j’ai envie de voir où il va aller, parce que j’ai envie de voir où les personnages vont aller. Et aussi parce que Kim Nam Gil est une très bonne raison de regarder quoi que ce soit.

[Premières Impressions] The Fiery Priest  열혈사제 (épisodes 1 à 8)[Premières Impressions] The Fiery Priest  열혈사제 (épisodes 1 à 8)[Premières Impressions] The Fiery Priest  열혈사제 (épisodes 1 à 8)
[Premières Impressions] The Fiery Priest  열혈사제 (épisodes 1 à 8)[Premières Impressions] The Fiery Priest  열혈사제 (épisodes 1 à 8)
[Premières Impressions] The Fiery Priest  열혈사제 (épisodes 1 à 8)[Premières Impressions] The Fiery Priest  열혈사제 (épisodes 1 à 8)
[Premières Impressions] The Fiery Priest  열혈사제 (épisodes 1 à 8)[Premières Impressions] The Fiery Priest  열혈사제 (épisodes 1 à 8)[Premières Impressions] The Fiery Priest  열혈사제 (épisodes 1 à 8)

 

Mes Premières Impressions des dramas de Février 2019 (et Janvier 2019, un peu):

Tous mes dramas de 2019 (PIs, Bilans, etc): ICI

 

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :