[Premières Impressions] Love in Sadness 슬플 때 사랑한다 (épisodes 1 à 6)

Publié le 7 Mars 2019

 

Episodes 1 à 6

 

Diffusé en 2019

Sur MBC

Parti pour faire 40 épisodes (de 30 minutes chacun)

Réalisé par Choi Yi Sub & Yoo Beom Sang

Ecrit par Song Jun Rim

D’après le jdrama Utsukushii Hito

 

Avec :

Park Ha Na : Yoon Ma Ri

Park Han Byul : Yoon Ma Ri / Ha Kyung

Ji Hyun Woo: Seo Jung Won

Ryu Soo Young : Kwang In Wook

Wang Bit Na : Joo Hae Ra

Etc

 

Dontesque ?

Maltraitée par son mari, Yoon Ma Ri a désespérément besoin de s’échapper, mais toutes ses tentatives ont échoué. Elle finit par se tourner vers Seo Jung Won, un chirurgien plastique, le suppliant de complètement transformer son visage, qui obsède son mari, afin qu’il ne la reconnaisse même plus. Au passage, Jung Won et Yoon Ma Ri tomberont amoureux.

 

oOo

Cet article va être (pour une fois) plutôt court. La raison étant que je ne suis simplement pas le public pour ce drama, je pense. De base, c’est vraiment celui que j’étais le moins impatiente de lancer, pour ne pas dire que j’y allais carrément à reculons. J’aime bien le casting, mais le synopsis me faisait peur (et c’est pour cela que je n’ai jamais regardé le Jdrama original, malgré la présence de Tokiwa Takako). Je n’ai rien contre le drame ou les tragédies, mais là ça sentait vraiment le mélodrame, et pour avoir envie de regarder un mélo et l’apprécier, j’ai besoin d’être dans un état assez particulier (et rare), et qu’il soit vraiment bon (à mes yeux, bien sûr). En clair : ce n’est pas simple pour un mélo de tomber au bon moment et de me convaincre. Mais Love in Sadness était la dernière étape du challenge que je m’étais lancé pour ce retour bloguesque, et je voulais donc passer l’étape. Bon… je n’ai pas totalement passé l’étape : j’avais prévu de regarder 8 épisodes (c’est-à-dire deux semaines de diffusion) avant d’écrire quoi que ce soit, mais au final, je me suis arrêtée à l’épisode 6, parce qu’il était évident que cette série n’était simplement pas pour moi, et que je n’avais pas envie d’en voir plus.

 

Pourtant, au début, j’ai eu comme un flash d’espoir. La première scène de l’épisode 1 m’a bien plu. L’idée de tuer quelqu’un dans un flashforward pour créer du suspense n’est pas nouvelle, mais, au delà du fait que la possibilité que le mari abusif de l’héroïne finisse mort était appréciable, cette première scène avait quelque chose d’un peu mystérieux qui me parlait. La musique douce, l’éclairage pas naturel, la façon dont l’un des personnages titube… il y a quelque chose dans cette première scène qui fait presque « rêve », et l’ambiance a quelque chose d’envoûtant. Cette scène, puis celle d’après où l’héroïne court dans la forêt et arrête une voiture dont le conducteur reste dans l’ombre, m’ont plu toutes les deux, et l’espace d’un instant je me suis que « oh, okay, je vais peut-être rentrer là-dedans ». Malheureusement : non. Après cela, l’ambiance du drama ne m’a plus autant convaincue. Niveau images, ça va, malgré quelques scènes qui prêtent à sourire (il y a une scène de crash en voiture, notamment, qui m’a bien amusée), mais c’est la musique le gros problème pour moi. Autant j’avais aimé la chanson du début et l’ambiance qu’elle donnait au drama, autant par la suite je trouve que Love In Sadness abuse d’une musique pas subtile, au point que dans certaines scènes (utilisant généralement des chansons plutôt que des instrumentaux) on a presque l’impression qu’il s’autoparodie. Alors, à la décharge du drama, c’est vrai que, du coup, quand il marque un silence pour exprimer, par exemple, le choc d’un personnage, on le sent passer. Mais la bande-son est un des gros soucis du drama pour moi, elle est vraiment trop pesante. Donc le drama n’allait clairement plus me retenir grâce à son ambiance.

 

Cela dit, il y a une autre raison pour laquelle j’ai envisagé de continuer à le regarder (avant l’épisode 6, j’entends), et c’est simplement que j’avais vraiment envi que Ma Ri échappe à son mari. Je voulais qu’elle s’enfuie, prenne un nouveau départ, et je voulais voir son mari en prison (ou mort au fond d’une piscine, ça me va aussi). Déjà parce que c’est instinctif : quand on me propose pour personnage principal une victime de violence domestique, bien sûr que je vais aussitôt vouloir qu’elle y échappe. Et puis, aussi, c’est vrai que le drama a su vraiment me faire ressentir à quel point elle étouffe, à quel point son monde est limité, et à quel point chaque tentative désespérée de s’enfuir ne fait qu’aggraver sa situation. Le début du drama est un vrai crescendo dans ce qu’on nous montre de la maltraitance dont elle est victime, et dans ses efforts pour s’en sortir, chacune de ces choses « nourrissant » l’autre en quelque sorte (le mari devient pire à chaque tentative, et elle veut encore plus s’échapper en conséquence). Dès le premier épisode, alors que, pour nous, le mari n’a encore rien fait, on sent bien que Ma Ri se crispe lorsqu’il entre dans la pièce. On perçoit donc aussitôt qu’il y a un souci, et on n’en mesure simplement pas l’ampleur. Au début, on note simplement que lui joue des scènes de drama romantique et qu’elle semble sans vie, profondément déprimée et stressée, puis on nous montre les gardes du corps qui la surveillent en permanence, une tentative d’évasion échouée, la façon dont il piste son téléphone, garde sa famille en otage (de même qu’il s’est arrangé pour que sa carrière ne passe plus que par lui), et enfin vient la violence physique (qui n’est pas nouvelle, c’est juste qu’on ne la voit pas tout de suite), et enfin les menaces de mort. C’est difficile à regarder, et chaque fois qu’elle essaie de s’enfuir ou juste de se défendre, sa vie devient plus difficile, d’autant que peu de gens semblent prêts à vouloir vraiment se mouiller pour lui venir en aide. La pire,  ce niveau-là, c’est la sœur adoptive du héros, qui lui dit que Ma Ri est peut-être dangereuse, qu’il ferait mieux de ne pas l’aider, voire peut-être même de ne pas la croire (déjà : urgh, et ensuite, à ce stade le héros, Jung Won, a même vu tous les bleus qu’elle avait sur le corps, en plus du fait évident que Ma Ri est en détresse totale et complètement désespérée… je dirais qu’il a de très bonnes raisons de la croire, moi).

[Premières Impressions] Love in Sadness  슬플 때 사랑한다 (épisodes 1 à 6)[Premières Impressions] Love in Sadness  슬플 때 사랑한다 (épisodes 1 à 6)
[Premières Impressions] Love in Sadness  슬플 때 사랑한다 (épisodes 1 à 6)[Premières Impressions] Love in Sadness  슬플 때 사랑한다 (épisodes 1 à 6)
[Premières Impressions] Love in Sadness  슬플 때 사랑한다 (épisodes 1 à 6)[Premières Impressions] Love in Sadness  슬플 때 사랑한다 (épisodes 1 à 6)[Premières Impressions] Love in Sadness  슬플 때 사랑한다 (épisodes 1 à 6)
[Premières Impressions] Love in Sadness  슬플 때 사랑한다 (épisodes 1 à 6)[Premières Impressions] Love in Sadness  슬플 때 사랑한다 (épisodes 1 à 6)

Bref, j’ai vraiment envie de voir Ma Ri s’en sortir, et de « fleurir » à nouveau, pour reprendre le motif « fleurs » que le drama a décidé d’instaurer : l’héroïne s’appelle Ma Ri, d’après la fleur « Rosemary » qui a des tas de significations, apparemment, chacune en lien avec les personnages du drama. Elle signifie « Souviens toi de moi, que je vive dans ton cœur » (en rapport avec la petite-amie de Jung Won), mais aussi « Tu me fais aimer à nouveau » (Ma Ri comme Jung Won ont le cœur abîmé, et vont a priori retrouver l’amour ensemble), et puis c’est une fleur qui était apparemment utilisée par les marins pour retrouver leur chemin, c’est pour ça que son père à donné ce nom à Ma Ri, qui, en l’occurrence, essaie justement de le trouver ce chemin, sa porte de sortie. Dès le début du drama, de toute façon, l’héroïne peint une fleur (qui signifie « Je mourrai demain ») et en fait un auto-portrait tandis que les tous premiers mots du drama sont « J’aime les fleurs », Jung Won parlant de fleurs et des visages qu’il « reconstruit » à la radio. En clair : ça cause beaucoup de fleurs. Limite, parfois, je trouve que le drama pourrait être un peu plus subtil avec ses symboles, mais bon, je crois bien que le drama n’est pas trop dans la subtilité en général de toute façon. Et pour revenir à ce que je disais : j’espère bien que Ma Ri va pouvoir « fleurir » à nouveau, et j’ai donc envisagé de la regarder faire, mais le souci c’est que, voilà, l’épisode 6 est arrivé, et que le drama s’attend apparemment à ce que je suive une histoire mélodramatique dans une ambiance qui ne me convainc pas, accompagnée de personnages qui, à l’exception de Ma Ri, ne me plaisent pas du tout. Parce qu’ils sont tous tordus, pour les besoins du mélodrame, je suppose.

 

Même les personnages secondaires me font du mal aux nerfs ! Certains sont juste agaçants (comme l’amie de Ma Ri, qui en fait des tonnes, mais qui a l’air d’être une bonne personne sinon), certains me font lever les yeux au ciel mais n’ont pas beaucoup d’importance dans l’histoire pour le moment (comme les deux chirurgiens plastiques qui discutent, l’un se demandant pourquoi les femmes ressentent le besoin de toujours retoucher leur corps et leur visage, tout ça pour que l’autre réponde que « naturel » pour une femme signifie « jeune et belle », et… mec, je pense que tu as ta réponse, hein), et certains sont juste méprisables malgré que le drama ne leur donne pas réellement d’identité. Je pense aux gardes du corps, là. Chaque fois que j’en voyais un, j’étais tellement amère au fond de moi, parce qu’autant je déteste Kang In Wook, le mari de l’héroïne (forcément), autant j’ai un mépris presque plus profond pour les gardes du corps. Pas que ce soit une compétition, mais ces types réalisent forcément qu’ils aident un mari à maltraiter sa femme et la retenir prisonnière, et l’idée qu’ils en fassent leur profession me retourne pas mal l’estomac, et me fait me demander comment ils arrivent à se regarder dans le miroir, et s’ils n’auraient pas des troubles de l’empathie. Je n’en ai même pas vu un seul sembler gêné de devoir contrôler tous les déplacements de cette femme. Pas un qui ait même fait mine d’être désolé, ou de s’excuser du regard, ou de détourner les yeux Pas une once de honte, et… urgh.

 

Sérieusement, je me suis sentie noyée dans un océan de personnes affreuses.

 

Mon espoir, ça a été Jung Won, au début. Ji Hyun Woo est un acteur très doux, donc tout de suite, il donnait au personnage quelque chose de réconfortant, et Jung Won semble vouloir vraiment aider ses clientes, avec qui il se montre très rassurant. Pour être honnête, je n’aimais pas l’idée d’une romance dans ces circonstances (perso, je trouvais que le combat de l’héroïne se suffisait et qu’on n’avait pas besoin de le faire passer par une nouvelle romance… mais bon, c’est un mélo, donc il faut en rajouter, je suppose), mais j’étais enthousiasmée par l’idée d’un deuxième personnage décent dans toute cette affaire. Et au début, il avait vraiment l’air d’être quelqu’un de bien. Un bon docteur, et une bonne personne, continuant de s’occuper avec beaucoup de soin de sa petite-amie dans le coma. Au passage, cela dit, je n’aime pas du tout la façon dont le personnage de cette petite-amie comateuse est géré, parce qu’elle fait vraiment « outil » et de façon terriblement peu subtile : elle est dans le coma pour qu’on nous montre à quel point Jung Won, ah là là, c’est quelqu’un de bien quand même ! Mais le drama s’assure de nous montrer qu’elle était infidèle et le traitait mal (c’est sérieusement tout ce qu’on sait de sa personnalité) pour qu’on ne se sente pas coupable plus tard de le « shipper » avec Ma Ri, et elle finit par mourir brusquement (ça arrive tôt, et c’était couru d’avance vu le casting, donc je me permets de le dire) pour motiver Jung Won à aider Ma Ri. Bref, un pur outil. Cela dit, elle est le dernier coup de pouce, mais au crédit de Jung Won, dès qu’il comprend la situation de Ma Ri, il veut l’aider, même s’il a des réserves sur la méthode. Dont certaines que je comprends. Jung Won travaille dans la chirurgie reconstructrice et non esthétique. Par exemple, pour avoir un plus joli nez, ce n’est pas lui qu’on va voir, mais si un accident a déformé une partie du corps, alors c’est là qu’il intervient. Du coup quand Ma Ri lui demande de changer entièrement un visage qui, à première vue, ne semble présenter aucune cicatrice, aucune déformation, forcément, il a ses réserves. Ce qu’il ne voit pas, bien sûr, c’est que pour Ma Ri, ce visage est une blessure : son mari fait une fixation dessus (parce que c’est le visage de sa mère décédée… après des années de maltraitances, parce que le drama a choisi une approche « tel père tel fils »). Pour Ma Ri, ce visage, c’est la source de ses malheurs, et ça a beau être le seul endroit où elle n'a pas de bleu, c'est celui qui lui fait le plus mal... mais c’est compréhensible que Jung Won soit pris de court, et ait ses réserves sur une opération aussi radicale.

 

Là où les choses commencent à se gâter, c’est lorsqu’il sort que quand même, elle a un si beau visage que ce serait dommage de le gâcher. Quoi, si elle était moins belle, ça changerait quelque chose ? Là, on s’éloigne de la question « chirurgie plastique vs reconstructrice ». Mais surtout, il y a eu l’épisode 6, et c’est là que Jung Won et le drama m’ont perdue. J’aurais dû voir venir la chose bien plus tôt, mais bizarrement non. Dans l’épisode 6, [spoiler] en donnant à Ma Ri le visage de sa petite-amie désormais décédée [/spoiler], Jung Won s’avère finalement tordu et malsain à son tour, en utilisant l’héroïne. Et le truc c’est que non seulement ça m’a refroidie vis-à-vis de Jung Won, mais en plus ça a été le clou dans le cercueil pour le drama, parce que ça veut dire que l’héroïne va avoir droit à un sacré traumatisme supplémentaire plus tard, et va passer d’un tordu obsédé par son visage à un autre tordu obsédé par son visage. Perso, je dis non.

 

Ecoutez… je veux bien suivre des personnages tordus que je n’aime pas, mais il faut qu’ils aient de l’intérêt et que le jeu en vaille la chandelle. Ici, même si j’ai vraiment envie que Ma Ri s’en sorte, le drama semble surtout empiler du malheur sur du malheur, sans m’offrir suffisamment en retour qui justifierait que je m’impose le tordu et triste. Donc je vais laisser ça aux gens que ça intéresse, et personnellement, je passe mon tour.

[Premières Impressions] Love in Sadness  슬플 때 사랑한다 (épisodes 1 à 6)[Premières Impressions] Love in Sadness  슬플 때 사랑한다 (épisodes 1 à 6)
[Premières Impressions] Love in Sadness  슬플 때 사랑한다 (épisodes 1 à 6)[Premières Impressions] Love in Sadness  슬플 때 사랑한다 (épisodes 1 à 6)[Premières Impressions] Love in Sadness  슬플 때 사랑한다 (épisodes 1 à 6)
[Premières Impressions] Love in Sadness  슬플 때 사랑한다 (épisodes 1 à 6)[Premières Impressions] Love in Sadness  슬플 때 사랑한다 (épisodes 1 à 6)
[Premières Impressions] Love in Sadness  슬플 때 사랑한다 (épisodes 1 à 6)[Premières Impressions] Love in Sadness  슬플 때 사랑한다 (épisodes 1 à 6)[Premières Impressions] Love in Sadness  슬플 때 사랑한다 (épisodes 1 à 6)

 

Mes Premières Impressions des dramas de Février 2019 (et Janvier 2019, un peu):

Tous mes dramas de 2019 (PIs, Bilans, etc): ICI

 

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :