[Murder ? he wrote] Higashino Keigo Mysteries 東野圭吾ミステリーズ

Publié le 6 Septembre 2019

 

Diffusé en 2012

Sur Fuji TV

11 épisodes

 

Réalisé par / Ecrit par / Avec :

cf. https://wiki.d-addicts.com/Higashino_Keigo_Mysteries

(parce qu’il y a beaucoup de monde, et que ça change d’épisode en épisode,

donc c’est plus pratique comme ça^^)

 

 

Dontesque ?

Dans cette anthologie, chaque épisode adapte une nouvelle d’Higashino Keigo, avec mystère et drames à la clé.

 

 

Fiche Ecrans d'Asie: ICI

 

 

oOo

J’avais envie de regarder un Jdrama, et quelque chose que je ne ressentirais pas le besoin d’avaler trop vite. Une série dont je pourrais lancer un épisode n’importe quand, quand j’aurais du temps, et regarder l’épisode suivant un mois après sans être perdue, si tel était mon bon plaisir. Bref, les étoiles étaient alignées d’une façon rare : je cherchais un Jdrama épisodique (d’ailleurs, je suis toujours un peu d'humeur à avoir ce genre de Jdramas dans mon programme). Et Higashino Keigo Mysteries semblait absolument parfait, remplissant tous mes critères, et les dépassant carrément, avec son casting très attractif, et le fait qu’il s’inscrive dans mon projet Buki (trop longtemps délaissé, pardon, pardon) ! Par ailleurs, si je cherchais quelque chose d’épisodique, c’est vrai que malgré tout, le côté formulaïque de beaucoup des Jdramas tombant dans mes critères aurait eu tendance à me lasser au bout d’un moment, or : pas de ça avec ce drama-là.

 

Higashino Keigo Mysteries est une anthologie, chaque histoire adaptant une nouvelle d’Higashino Keigo. C’est un auteur que je ne n’ai jamais lu (mais je devrais, car beaucoup de ses écrits ont été traduits en français en plus !) mais j’ai vu plusieurs adaptations de ses histoires, dont Byakuyakou, Ryuusei no Kizuna et Meitantei no Okite, trois Jdramas policiers allant de la pure tragédie (Byakuyakou) à la pure comédie (Meitantei no Okite) en passant par un mélange des deux (Ryuusei no Kizuna), et surtout trois Jdramas que j’aime vraiment bien (et dont j’ai eu le sentiment de retrouver des traces dans ce drama-là, d'ailleurs). L’auteur m’enthousiasmait, donc, et l’avantage de cette anthologie c’est que chaque nouvelle est distincte des autres, elles ne suivent pas le même schéma, si bien que le drama n’est pas répétitif, ce que j’ai apprécié. D’ailleurs, en général, j’ai apprécié le drama.

 

Un petit avertissement aux personnes qui seraient intéressées, quand même : le drama n’est pas violent et ne dépeint pas les meurtres en détails, de même qu'il ne se complait pas dans le sang, mais plusieurs épisodes incluent ou tournent autour d’un (possible) suicide, à savoir les épisodes 1, 8, et l’épisode [spoiler] 3 [/spoiler] qui en inclue un bien que ce ne soit pas la « mort principale » de l’épisode. Comme je sais que c’est un sujet sensible pour beaucoup de personnes, je préfère prévenir, et si vous avez besoin de détails, n’hésitez pas. Il n’en sera plus question dans le reste de l’article.

 

Maintenant, causons du drama… même si, en vrai, c’est un peu dur, parce que si j’ai toujours du mal à parler de recueils de nouvelles, eh bien, ce n’est pas plus facile de causer d’un « recueil » d’adaptations, les histoires étant déconnectées les unes des autres, du moins d’un point de vue narratif. Majoritairement, en tous cas. En vérité, au début et à la fin de chaque épisode, il y a deux minutes d’une enquête que l’on suit d’un épisode à l’autre : un éditeur spécialisé dans les histoires policières a été tué, les suspects se multiplient, et son fantôme observe l’enquête, faisant des prédictions basées sur sa connaissance de la fiction policière, prédictions ne se révélant pas toujours bien fiables.  C’est une petite intrigue amusante, bien que survolée car servant surtout d’introduction aux histoires ponctuelles avec lesquelles elle a un lien thématique chaque semaine. Quand on lance un épisode, elle sert à nous rappeler qu’on est dans ce drama-là, qu’on n’a pas juste lancé n'importe quel téléfilm adapté d’Higashino Keigo, et c’est le seul véritable lien narratif entre les différents épisodes, qui sont sinon complètement séparés les uns des autres.

 

Il n’y a pas de personnages récurrents, même pas un policier qui pourrait bosser sur toutes les différentes enquêtes présentées par la série. A vrai dire, dans certains épisodes il n’y a pas de policier du tout, ou bien ce ne sont pas eux qui sont au centre de l’enquête principale. Parfois il n’y a même pas tant d’enquête que simplement un personnage expliquant ce qui s’est passé, pour soulager sa conscience ou par vengeance, par exemple. Le casting (petites introductions et conclusions exceptées, donc) change aussi du tout au tout à chaque fois, et des tas d’acteurs viennent contribuer au drama, avec plein de noms qui font plaisir à voir tels qu’Hirosue Ryoko, Kato Ai, Shinohara Ryoko, Tanabe Seiichi, Sorimachi Takashi, Hiraoka Yuta, Nagasawa Masami, ou (pour taper parmi mes favoris) Santamaria Yusuke, Erika Toda, Ando Masanobu, l’ami Miumiu(ra Haruma), et bien entendu Buki (bien qu’on le voie très peu dans l’épisode où il se trouve, malheureusement). Bref, on est pas sur du casting de petit calibre, et pour qui a passé un peu de temps à Jdramaland, il y a plein de têtes connues qu’il fait bon (je trouve) retrouver le temps d’un épisode.

[Murder ? he wrote] Higashino Keigo Mysteries  東野圭吾ミステリーズ[Murder ? he wrote] Higashino Keigo Mysteries  東野圭吾ミステリーズ
[Murder ? he wrote] Higashino Keigo Mysteries  東野圭吾ミステリーズ[Murder ? he wrote] Higashino Keigo Mysteries  東野圭吾ミステリーズ[Murder ? he wrote] Higashino Keigo Mysteries  東野圭吾ミステリーズ
[Murder ? he wrote] Higashino Keigo Mysteries  東野圭吾ミステリーズ[Murder ? he wrote] Higashino Keigo Mysteries  東野圭吾ミステリーズ
[Murder ? he wrote] Higashino Keigo Mysteries  東野圭吾ミステリーズ[Murder ? he wrote] Higashino Keigo Mysteries  東野圭吾ミステリーズ[Murder ? he wrote] Higashino Keigo Mysteries  東野圭吾ミステリーズ

Les histoires se déroulent dans des contextes différents (au travail, au lycée, lors d’une lune de miel, etc), sont construites différemment les unes des autres, et ne jouent même pas toutes dans les mêmes genres. Bien sûr, à chaque fois, qu’il y ait une enquête policière ou pas, il y a au moins un mystère à résoudre, mais si certains épisodes sont de véritables drames, d’autres sont un peu plus légers, et l’un des épisodes trempe même réellement dans la comédie, avec en bonus un mini-début de romance (mais pas hypra développé non plus). Certains épisodes sont très sombres et défaitistes, d’autres plus optimistes, et je trouve que ce n’est pas mal géré : les épisodes 1 à 5 sont très sombres, l’épisode 6 vient un peu alléger l’ambiance, puis on revient à une ambiance plus lourde, mais l’épisode 9 sert à nouveau de soupape. Je trouve que l’ordre et l'intensité des épisodes est généralement bien géré, même si je regrette un peu que le drama se soit terminé sur l’épisode 11, qui m’a moins convaincue que d’autres. Car oui, comme dans toute anthologie, il y a des épisodes moins bons que d’autres, ou du moins des épisodes qui plairont moins que d’autres, et l’épisode 11 a fait partie de ces épisodes pour moi, si bien que j’aurais préféré que le drama nous laisse sur un autre. Mais dans l’ensemble, le drama tend quand même vers la qualité à mes yeux.

 

Et bien que les histoires soient détachées les unes des autres, il y a malgré tout une cohésion dans leur ton et leur focus. L’ambiance générale est à la mélancolie, avec des réalisations qui, sans partir dans l’expérimental, se veulent souvent un peu artistiques. Les réalisateurs changent, de même que les scénaristes, mais même dans les épisodes plus légers, le drama touche à des sujets difficiles comme les conséquences d’un acte manqué, ou au contraire celles d’un geste qui semblait pourtant anodin. Les retombées de la mort d’un enfant, la culpabilité qui empoisonne une vie, la façon dont les gens gèrent une deuil, ou un traumatisme. Dans plusieurs épisodes, déterminer l’identité du coupable n’est même pas réellement le grand but ultime pour le spectateur, soit parce que le coupable est évident vu qu’il n’y a quasiment que deux personnages dans l’épisode, soit carrément parce que le coupable a déjà été attrapé. Il y a des épisodes où les enquêteurs traquent réellement un coupable, mais d’autres où ils font plus office d’interlocuteurs, faisant même preuve d’empathie et compassion pour la personne qu’ils ont attrapée.

 

Entendons-nous bien : les mystères sont divertissants. Enfin… ils ne sont pas toujours « funs », mais ils sont généralement intrigants, et le drama réserve plusieurs surprises que je n’avais pas vues venir (un autre avantage de l’absence de formule, je suppose). Mais les mystères ont beau mener les intrigues et être la plupart du temps réussis, j’ai trouvé que le drama était toujours plus intéressé par ses personnages, leur vécu, et leurs sentiments. A vrai dire, l’épisode le moins mémorable du drama, à mes yeux, est l’épisode 9, et c’est justement parce qu’il est bien plus basé sur son suspense que sur ses personnages, plus oubliables que les autres. Il était amusant à suivre parce que je me demandais ce qui se passait, mais une fois le drama terminé, c’est celui qui m’avait le moins marquée. Et mon favori a peut-être bien été le 6, parce qu’il a beau avoir des tons plus comiques que les autres, il m’a beaucoup touchée. Dans celui-là, une jeune femme découvre son ex assassiné, et s’improvise enquêtrice, parce qu’elle a besoin d’aller au fond des choses, et parce que sa sécurité est en jeu. Tout le long de l’épisode, à cause du sévère traumatisme qu’elle a subi, elle a beau essayer, elle est incapable de se souvenir du visage de son ex, et la fin m’a eue en plein cœur. Mais ce n’est pas le seul épisode à m’avoir émue.

 

Une question que je me suis posée en regardant le drama, toutefois, c’est : est-ce de l’exploitation ? C’est une question que je me pose pas mal ces derniers temps face à toutes les œuvres qui utilisent des sujets graves. Où est la limite entre « traiter » d’un sujet, et « l’exploiter » pour créer de l’émotion facile, ou un twist, sur le dos d’une souffrance que subissent de véritables gens dans la véritable vie ? Je suppose que tout est dans le soin qu’on apporte à ce qu’on écrit. Sa justesse, son respect, et son focus. Et je suppose aussi que c’est difficile pour moi de trancher, parce que je ne suis pas concernée par la plupart des thèmes abordés. Je n’ai jamais perdu d’enfant, je n'ai jamais été témoin d'une mort, et je n’ai (a priori ?) jamais causé la mort de qui que ce soit (je n’espère pas, en tous cas)... Ma question ça a donc été : est-ce que j’ai été poussée à ressentir de l’empathie pour ces personnages ? Et la réponse, pour moi, a été oui. Mais pour être honnête, toute cette réflexion autour de « exploitation vs traitement » est encore floue dans ma tête. Parfois la réponse me semble claire : Aozora no Tamago et Koizora (le film, je n’ai pas vu le drama), par exemple, tombent en plein dans l’exploitation (et je sais que Koizora était censé être autobiographique, mais déjà c’est pas certifié, et quand bien même, ça n’empêche pas que le film est construit avec zéro subtilité, et cherche à tirer des larmes faciles sans se donner la moindre peine d’explorer réellement les atrocités qui tombent sur l’héroïne, les unes après les autres, les esthétisant à la place pour mieux rendre son héros chevaleresque et servir sa romance adolescente)(j’ai une dent contre Koizora). Mais des fois, je trouve ça moins facile à déterminer, surtout pour quelqu’un d’extérieur aux problématiques.

 

Tout ce que je peux dire, c’est que personnellement, j’ai bien vécu ce drama, même si… j’admets que je ne le revisiterai sans doute pas. J’ai apprécié plusieurs personnages, ressenti de l’empathie pour eux, et apprécié qu’ils soient au cœur des épisodes plutôt que les rebondissements des enquêtes, mais j’admets qu’ils m’ont moins marquée que les thèmes abordés (c’est en partie ce qui m’a fait me poser la question de l’exploitation). Or, quand je revois un drama, ou des bouts de drama, dans 99% des cas, c’est pour retrouver des personnages. Dans celui-là… okay, il y a peut-être quand même la fin de l’épisode 6 (je sais pas exactement à quoi ça tient, sérieusement… peut-être l’idée, peut-être la réal, peut-être l'acteur, mais y a un truc qui fonctionne à fond sur moi), mais sinon, je suis satisfaite de ce que j’ai eu et ne ressentirai sans doute pas le besoin d’y revenir. Reste que : je suis satisfaite de ce que j’ai eu. C’était pile ce qui me fallait, et quand la bonne série tombe au bon moment, c’est toujours agréable :)

[Murder ? he wrote] Higashino Keigo Mysteries  東野圭吾ミステリーズ[Murder ? he wrote] Higashino Keigo Mysteries  東野圭吾ミステリーズ
[Murder ? he wrote] Higashino Keigo Mysteries  東野圭吾ミステリーズ[Murder ? he wrote] Higashino Keigo Mysteries  東野圭吾ミステリーズ[Murder ? he wrote] Higashino Keigo Mysteries  東野圭吾ミステリーズ
[Murder ? he wrote] Higashino Keigo Mysteries  東野圭吾ミステリーズ[Murder ? he wrote] Higashino Keigo Mysteries  東野圭吾ミステリーズ
[Murder ? he wrote] Higashino Keigo Mysteries  東野圭吾ミステリーズ[Murder ? he wrote] Higashino Keigo Mysteries  東野圭吾ミステリーズ[Murder ? he wrote] Higashino Keigo Mysteries  東野圭吾ミステリーズ

 

Sur ce plus d'enquêtes dramatesques qui parlent surtout d’êtres humains (et de façon plus développée)(regardez les, ils sont bien) :

 

 

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :