[My love from the sea] Legend of the Blue Sea 푸른 바다의 전설

Publié le 20 Septembre 2019

 

Diffusé en 2016-17

Sur SBS

20 épisodes d’une heure

Réalisé par Jin Hyuk

Ecrit par Park Ji Eun

 

Avec :

Jeon Ji Hyeon : Shim Cheong/Sae Hwa

Lee Min Ho : Heo Joon Jae/Dam Ryung

Lee Ji Hoon : Heo Chi Hyun

Shin Hye Sun : Cha Shi Ah

Lee Hee Joon : Jo Nam Doo

Shin Won Ho : Tae Oh

Hwang Shin Hye : Kang Seo Hee

Sung Dong Il : Ma Dae Young

etc

 

 

Dontesque ?

Une sirène s’aventure à la surface et fait la rencontre d’un escroc. Ce qu’ils ne savent pas, c’est qu’ils se sont déjà rencontrés dans une vie antérieure, et tandis qu’ils tombent amoureux, les rouages du destin se remettent à tourner.

 

Fiche Ecrans d’Asie : ici

 

 

oOo

 

Legend of the Blue Sea a une excellente actrice principale, et c’est heureux pour lui, mais ça ne fait malheureusement pas tout (ou assez).

 

Récemment, j’ai copié toutes mes données de mydramalist.info dans mydramalist.com, ce qui m’a donné l’opportunité non seulement de réévaluer les dramas que j’ai terminés jusque-là, mais aussi de repenser à ceux dont je me souviens mal, ou ceux que je n’ai pas terminés, pour une raison ou une autre, et que j’aimerais bien retenter. Legend of the Blue Sea était de ceux-là. J’avais commencé ce drama lors de sa diffusion, en 2016, et l’avais bien apprécié au début, encore que superficiellement, jusqu’à perdre intérêt au fil des épisodes. Mais j’étais partante malgré tout, parce que mydramalist a réveillé la complétiste en moi, parce que je suis toujours enthousiasmée par les romances avec une touche de fantastique (même si dans ce drama, perso je trouve que l’élément le plus fantastique est la batterie du pc portable du héros qui tient une nuit entière sans recharger, à regarder des vidéos sans interruption), et aussi parce qu’après Faith et City Hunter, je voulais bien voir un peu plus de Lee Min Ho (même en l’ayant trouvé limité dans City Hunter)(spoiler : ici aussi)(mais je l’aime bien, que voulez-vous), étant du genre à suivre les acteurs/actrices, consciemment ou inconsciemment * (bon j’ai pas relancé Boys Over Flower, faut pas déconner non plus).

 

Je l’annonce tout de suite : j’ai passé un meilleur moment que la première fois devant Legend of the Blue Sea, mais le drama était pas ouf non plus, et j’ai eu plusieurs problèmes et déceptions, donc on va surtout parler de ça (mais pas que, bien entendu). Ce que je trouve intéressant, c’est que finalement, en relisant tout ce que j’ai écrit sur le drama pendant sa diffusion, mon opinion n’a pas beaucoup bougé, et ça m’a fait sourire de lire dans des articles vieux d’il y a trois ans quasi les mêmes choses que je notais aujourd’hui (sans m’être consultée moi-même au préalable, bien entendu). Et pourtant, dans sa globalité, le drama est mieux passé cette fois-ci, certainement parce que tout en lui trouvant les mêmes défauts, le regarder en « marathon » plutôt que semaine après semaine (et plutôt qu’en décortiquant chaque épisode, aussi) faisait que je ne ruminais pas autant mes problèmes pendant 7 jours en attendant la suite.

 

Par ailleurs, je me suis aussi pas mal amusée à préparer cet article, parce qu’en reprenant mes notes et écrivant une petite description du personnage masculin principal (« hors-la-loi, plein de thunes, problèmes avec son père, se pense abandonné par sa mère mais l’histoire est plus complexe que ça, etc »), interprété par Lee Min Ho donc, j’ai eu un grand moment de « une minute… je n’ai pas déjà écrit tout ça il y a quelques mois pour City Hunter, moi ? ». Mettons que plusieurs des rôles notables de Lee Min Ho post-Boys Over Flowers (sa révélation) viennent avec des éléments similaires… des éléments qu’on retrouve dans d’autres dramas avec d’autres acteurs principaux, parce que ce sont des clichés dramatesques, mais ça m’a fait sourire de réaliser certaines récurrences dans les dramas avec Lee Min Ho, et j’ai donc décidé d’articuler cet article autour de ça. Je vous présente donc :

 

 

La Formule Lee Min Ho

 

I. Problèmes de famille

…les soucis

…Chi Hyun : échapper à son environnement

…une nouvelle famille

 

II. Coup de foudre à l’international

…inconstance scénaristique

…Joon Jae : écarts de perception

…Cheong : page blanche

 

III. Bad romance

…cé ton destain

…à un niveau plus individuel

…pourquoi ça coince

 

IV. Love story is the moment in almost paradise

 

… conclusion

 

 

(Oui, comme je n’ai aucun self-control, l’article est hyper long, alors je vous mets le plan, pour que vous puissiez cliquer seulement sur ce qui vous intéresse si vous voulez)

 

C’est parti~

 

 

I. Problèmes de famille

Lee Min Ho joue le fils de parents riches, est pété de thunes, et a des problèmes de famille. Ici : Heo Joon Jae. cf. aussi : City Hunter, the Heirs, Boys Over Flower, et je vais parier sur The King : Monarch of Eternity aussi, parce que Lee Min Ho y joue un empereur, donc il a probablement de la thune et des soucis de famille.

 

 

… les soucis

 

Ah ça, Heo Joon Jae, il en a, des soucis de famille, c’est clair. Pour commencer : sa mère s’est barrée du jour au lendemain sans le prévenir, lui dire au revoir, ou jamais le recontacter, et des années après, traumatisé par cet abandon, mais incapable de tirer une croix sur son espoir de la retrouver, il continue de hanter les endroits où il allait avec elle, enfant. Le drama joue la carte du « mais elle l’a pas vraiment abandonné, c’était la faute de la belle-mère, sa mère est partie parce qu’elle croyait bien faire », mais honnêtement, ce n’est pas quelque chose que j’avale. Que la mère de Joon Jae ait préféré le laisser vivre avec son père riche plutôt que dans la galère financière avec elle, ça je comprends (parce qu’elle pensait qu’il serait aimé, aussi), mais disparaitre sans une explication, et ne jamais le contacter ou juste prendre de ses nouvelles par la suite ? Il n’a pas déménagé, ce n’est pas une petite famille méconnue à laquelle il appartient, donc apprendre dix ans plus tard que ton fils s’est barré de chez lui et vit peut-être dans la rue… moui. Parce que le personnage est dépeint avec affection, et parce que son « je pensais faire ce qu’il y avait de mieux pour Joon Jae » est écrit pour être très sincère, elle reste attachante et j’aime tout particulièrement ses relations avec son employeuse (dont elle est en fait carrément la patronne) et avec l’héroïne du drama, mais le drama et Joon Jae ont beau rejeter la faute en grande partie sur la belle-mère, il n’en reste pas moins que la mère de Joon Jae a abandonné son gamin, et tu m’étonnes qu’il ait du mal à faire confiance aux gens (surtout que le premier type à qui il a vraiment fait confiance, une fois à la rue, l’a aussitôt arnaqué…), s’applique à ne pas trop s’attacher à eux, et ait du mal à dévoiler ses sentiments.

 

La seconde femme qu’a épousé son père, Kang Seo Hee, elle, est une manipulatrice en ayant après la fortune familiale, qui monte le père de Joon Jae contre son fils, pratique le gaslighting avec aisance, et n’a pas vraiment de limite dans ce qu’elle est prête à faire pour toucher le pactole. Avec ce genre de belle-mère à la maison, tu m’étonnes que Joon Jae ait voulu foutre le camp très jeune.

 

Mais au moins, Kang So Hee, je pense, réalise qu’elle n’est pas « une gentille ». Elle se sent justifiée dans ce qu’elle fait par son objectif, mais elle cache ses méthodes, parce qu’elle sent quand même bien qu’elle ne fait pas quelque chose de socialement/humainement acceptable. Finalement, le trophée de « pire parent de l’année » revient peut-être au père de Joon Jae…

[My love from the sea] Legend of the Blue Sea 푸른 바다의 전설[My love from the sea] Legend of the Blue Sea 푸른 바다의 전설[My love from the sea] Legend of the Blue Sea 푸른 바다의 전설
[My love from the sea] Legend of the Blue Sea 푸른 바다의 전설[My love from the sea] Legend of the Blue Sea 푸른 바다의 전설
[My love from the sea] Legend of the Blue Sea 푸른 바다의 전설[My love from the sea] Legend of the Blue Sea 푸른 바다의 전설
[My love from the sea] Legend of the Blue Sea 푸른 바다의 전설[My love from the sea] Legend of the Blue Sea 푸른 바다의 전설

Ce personnage me sortait par les yeux. Il a beau avoir habillé et nourri Joon Jae (jusqu’à que celui-ci se barre et que son père ne cherche même pas à le retrouver ou le contacter avant une bonne décennie), il l’a aussi complètement négligé émotionnellement, et chaque fois qu’il essayait de se justifier, je n’en ressentais que plus de colère face à son incroyable égoïsme. A cause de ça, je vous avoue que je suis certainement passée à côté de l’émotion de certaines scènes… [spoiler] Genre quand le père finit par mourir, j’étais triste pour Joon Jae parce que lui-même était triste, mais en vrai ça faisait plus de quinze épisodes que j’attendais que ça, donc je jubilais aussi à moitié… [/spoiler] Là encore, j’ai le sentiment que le drama essayait de présenter le père de Joon Jae en victime de sa seconde femme. Le choix de le faire devenir aveugle petit à petit n’est probablement pas un hasard : il a effectivement été aveugle, ou plutôt aveuglé par Kang So Hee. Le drama le dédouane bien moins de ses responsabilités que la mère de Joon Jae, mais malgré tout il essaie de m’apitoyer sur son sort, et de me faire espérer une réconciliation, alors que moi, j’étais juste triste de voir Joon Jae continuer à s’accrocher à un père aussi incompétent**, qui n’avait pas seulement trahi un seul fils, mais deux. Oui, car Kang So Hee n’a pas intégré la famille de Joon Jae seule : il y avait aussi Chi Hyun, son fils, aka un de mes personnages favoris du drama, aka  certainement le personnage qui m’a fait le plus mal au cœur, aka aussi un personnage qui avait bien plus de potentiel que le drama n’en a exploité.

 

 

… Chi Hyun : échapper à son environnement

 

Le père de Joon Jae a failli à la tâche auprès de ses deux fils. Lorsque Chi Hyun a intégré leur famille, son nouveau père a préféré s’occuper de lui plutôt que de Joon Jae, prétextant que comme Joon Jae est son fils biologique, eh bien, il sait que son père l’aime, et Chi Hyun avait plus besoin d’être rassuré. En soi, essayer de faire Chi Hyun se sentir à sa place, c’est louable, mais faut pas oublier quand même que Joon Jae est également désorienté : il vient tout juste d’être abandonné par sa mère, quelqu’un d’autre a pris subitement sa place (Kang So Hee), et le voilà avec un nouveau frère. Lui aussi, il a besoin qu’on s’occupe de lui et de sentir qu’il est à sa place chez lui !

 

 

- Mais qu’est-ce que j’ai fait ? M’occuper un peu plus de Chi Hyun ? Un fils devrait comprendre son père. Tu pensais vraiment que c’est parce que j’aimais Chi Hyun plus que toi que je m’occupais plus de lui ? Tu es mon fils, c’est pour ça que j’ai fait exprès de…

- Tu m’as abandonné.

Heo Il Joon & Joon Jae, ep9

 

 

Puis, lorsque Joon Jae finit par fuguer, subitement, il n’y en a plus que pour lui. Chi Hyun devient le fils modèle, s’efforçant très fort d’être parfait et répondre à tous les désirs de son père, parce qu’il est le faux fils (et oui, c’était affreusement triste de l’entendre se qualifier lui-même comme ça), donc il doit faire plus d’efforts.

 

 

(au téléphone)

- Qu’est-ce qu’il y a ?

- Waouh, le vrai fils ! C’est moi. Le faux fils.

- Tu as l’illusion de t’être rapproché de moi, ou quoi ?

- (rit) Bien sûr que non. Comment un substitut pourrait-il se rapprocher de l’original ?

Joon Jae & Chi Hyun (saoul et les larmes aux yeux), ep12

 

 

Mais son père ne pense qu’à Joon Jae, auquel il veut notamment tout léguer, sans doute pris de regrets. C’est compréhensible qu’il ait des regrets (y a intérêt, même, vu ce qu’il a merdé), mais à différents moments de sa vie, il a négligé ses deux fils de façon terrible, et il se retrouve avec un fils qui a fugué, et un autre qui se sent si peu légitime qu’il se voit comme un substitut et angoisse en permanence de ne pas être à la hauteur. D’ailleurs, il se voit sans cesse rappeler qu’il n’est effectivement pas à la hauteur, parce que les liens du sang.

 

Joie.

 

Dans l’épisode 19, Chi Hyun crache à sa mère qu’elle est sa malédiction, et c’est vrai que Kang So Hee est loin d’être un ange, et manipule, utilise les autres jusqu’à causer leur perte, empoisonnant même son fils pour lequel elle œuvre pourtant. Mais bien que tout le monde veuille mettre sur le dos de Kang So Hee tous les malheurs du monde (après tout, Legend of the Blue Sea se veut des airs de conte, et dans les contes, la belle-mère c’est quasi toujours la méchante), c’est le père de Chi Hyun qui est véritablement en train de planter les derniers clous dans le cercueil. Même avec la mère qu’il a, Chi Hyun me semblait avoir une chance de s’en sortir. Oui, lors de son adolescence, on lui voit un moment de manipulation très similaire aux mécanismes de sa mère, et il est évident qu’il n’a pas été élevé par un bon modèle, mais plus tard, adulte, il a l’air d’avoir une chance de s’en sortir, de pouvoir devenir quelqu’un de bien. Il est ambigu, mais pas complètement parti, et même si ça semblait super mal barré, j’espérais tellement qu’il allait basculer du bon côté, se sortir des griffes de sa famille, et se trouver une communauté plus saine, du soutien…

[My love from the sea] Legend of the Blue Sea 푸른 바다의 전설[My love from the sea] Legend of the Blue Sea 푸른 바다의 전설[My love from the sea] Legend of the Blue Sea 푸른 바다의 전설
[My love from the sea] Legend of the Blue Sea 푸른 바다의 전설[My love from the sea] Legend of the Blue Sea 푸른 바다의 전설
[My love from the sea] Legend of the Blue Sea 푸른 바다의 전설[My love from the sea] Legend of the Blue Sea 푸른 바다의 전설[My love from the sea] Legend of the Blue Sea 푸른 바다의 전설
[My love from the sea] Legend of the Blue Sea 푸른 바다의 전설[My love from the sea] Legend of the Blue Sea 푸른 바다의 전설

Je me sentais plus impliquée dans le sort de ce personnage, que dans la plupart des autres (couple central inclus), et il faisait un antagoniste autrement plus intéressant à mes yeux que Ma Dong Seok, le serial-killer sur les traces de Joon Jae, qui est tellement oubliable que j’ai failli carrément zapper de le mentionner dans cet article (mais c’est moins pire que quand je suivais le drama semaine après semaine, où parfois il apparaissait à l’écran et j’avais un moment de surprise en mode « oh, c’est vrai, j’avais oublié que Sung Dong Il était dans ce drama ! »)([spoiler] et, oui, Ma Dong Saeok est aussi manipulé par Kang So Hee, bien sûr [/spoiler]).

 

Néanmoins, comme je disais, Chi Hyun avait bien plus de potentiel que ce qui en a été exploité, et je reviendrai sur la question un peu plus tard, mais en conséquence, j’ai eu beau ressentir de l’empathie et de la compassion à son égard, et vouloir en voir plus, j’ai eu un sentiment de frustration. N’empêche que. #JusticeForChiHyun

 

 

… une nouvelle famille

 

Joon Jae n’est pas le seul à avoir des problèmes de famille… La plupart des personnages, même secondaires, ont des parents soit incompétents, soit souvent absents (pas nécessairement pour de mauvaises raison), soit carrément disparus dans la nature. Par exemple, les deux collègues arnaqueurs de Joon Jae sont tous deux orphelins. Du moins, Nam Doo l’est explicitement (il en parle plusieurs fois, et a été élevé dans un orphelinat), et personne ne semble s’inquiéter du sort du plus jeune, Tae Oh, qui à la fin fait allusion au fait qu’il n’a jamais eu de mère (il ne me semble pas que son père soit mentionné). Quant à notre héroïne, Cheong, elle n’est même pas familière du concept de parents et famille, qui doivent lui être expliqués pendant la série, alors qu’elle commence à ressentir le besoin d’être entourée, dans un monde où elle est seule et ignorante des règles. Et là, on touche à un thème qui me plait toujours, et qui a été ma première accroche émotionnelle au drama : le thème de la famille trouvée, choisie. Nos deux personnages, l’une sans famille, l’autre ayant fui la sienne, se mettent à créer des liens ou renforcer des liens avec leur entourage, se créant leur propre famille.

 

Du côté de Joon Jae : Nam Doo et Tae Oh (bon et le monsieur au service de son père qui a été bien plus présent pour Joon Jae tout le long de sa vie, mais ce personnage, que j’aime beaucoup, est tristement absent d’une majeure partie du drama). Ses deux acolytes qu’il connait depuis longtemps, mais dont il se rapproche plus en étant forcé de vivre avec. Et ce sont deux personnages qui me plaisent beaucoup, en particulier Nam Doo. Tae Oh est adorable, une pure poupinette comme vous savez que je les aime, et son crush instantané sur Cheong est source de bien des moments franchement mignons, de même que, plus tard, il a droit à sa petite aventure sur le côté qui m’a tout émue et amusée au fond de moi. Mais Nam Doo m’a particulièrement intéressée, parce qu’à l’instar de Chi Hyun, c’est un personnage plus ambigu, et que vous savez que j’aime ça. Oh, et ça aide bien sûr qu’il soit joué par Lee Hee Joon, qui est un acteur que j’aime vraiment bien et que j’adorerais voir plus souvent dans des premiers rôles (d’autant que je fais une drôle de fixation sur son visage…). Mais surtout, Nam Doo est un personnage dont il est difficile de savoir jusqu’où ira sa loyauté. Des trois arnaqueurs, il est le plus cupide, et le moins regardant sur ses victimes. Pour lui, arnaquer la veuve et l’orphelin (ou le gamin en fugue) ce n’était pas un problème jusqu’à ce qu’il prenne Joon Jae sous son aile, et que celui-ci instaure de nouvelles règles. Sa relation avec Joon Jae, pendant un long moment, n’est pas très claire : Nam Doo semble mécontent de voir Cheong faire prendre un chemin plus droit à Joon Jae, et on ne sait pas trop s’il est jaloux de voir un ami s’éloigner de lui, ou s’il craint de perdre un outil très utile. De même, Nam Doo est généralement gentil avec Cheong, même plus que Joon Jae parfois, mais ça semble être souvent par intérêt, parce qu’il sait qu’il y a un trésor potentiel à la clé. Des trois compères, c’est à lui qu’il parait le plus important de cacher la nature de Cheong, parce qu’il serait certainement le plus rapide à vouloir l’exploiter.

 

 

- Qui es-tu ?

- Je suis… ton amie.

- Ah… mon amie… mais mon travail, c’est de faire croire aux gens que je suis leur ami, puis de leur planter un poignard dans le dos.

- Je n’aime pas que tu sois ce genre de personne, mais moi, quand je suis amie avec quelqu’un, c’est pour de bon. Me trahir ou pas, c’est ton choix. Et une fois le poignard dans mon dos, je verrai ce que je ferai de toi. Mais en attendant, tu es mon ami.

Nam Doo & Cheong, ep18

 

 

C’est un personnage auquel, comme Cheong, j’avais très envie de faire confiance, et à la fois, il a des scènes presque sinistres qui me faisaient avoir des réserves. C’est un peu le revers de Chi Hyun : entouré par des gens qui le tirent vers le bas, Chi Hyun est dans le camp des antagonistes avec une chance de rédemption, et, entouré par des gens qui le tirent vers le haut, Nam Doo est dans le camp des protagonistes avec un risque de (re)déchéance. Forcément, moi, ça pique mon intérêt, ce genre de choses.

[My love from the sea] Legend of the Blue Sea 푸른 바다의 전설[My love from the sea] Legend of the Blue Sea 푸른 바다의 전설[My love from the sea] Legend of the Blue Sea 푸른 바다의 전설
[My love from the sea] Legend of the Blue Sea 푸른 바다의 전설[My love from the sea] Legend of the Blue Sea 푸른 바다의 전설
[My love from the sea] Legend of the Blue Sea 푸른 바다의 전설[My love from the sea] Legend of the Blue Sea 푸른 바다의 전설
[My love from the sea] Legend of the Blue Sea 푸른 바다의 전설[My love from the sea] Legend of the Blue Sea 푸른 바다의 전설[My love from the sea] Legend of the Blue Sea 푸른 바다의 전설

Cheong créé également son propre groupe de soutien, s’entourant d’exclus, comme elle : une SDF fashionista, et Yoon Ah, une petite fille de 7-8 ans mise à l’écart par ses camarades de classe parce que sa mère a peu de moyens, et pas de mari. Ces deux personnages vont lui servir de professeurs, l’aidant à comprendre un peu plus la société dans laquelle elle se trouve. On les voit bien moins que Tae Oh et Nam Doo, parce qu’elles ne vivent pas avec Cheong et Joon Jae, et font simplement des apparitions dans certains épisodes, mais ce sont des personnages attachants, et j’aime leurs interactions avec Cheong. Puis, au fil du drama, parce que Cheong et Joon Jae se rapprochent, leurs familles aussi, et d’autres membres viennent s’y greffer, comme un policier qui ne partait pas très fan de Joon Jae mais dont j’ai beaucoup aimé l’évolution de sa relation avec sa « némésis ». Voir tous ces personnages isolés se rassembler et former un groupe soudé, ça a été mon grand plaisir du drama. [spoiler] Et c’est pour ça que j’ai un sérieux souci avec la fin, car je trouve ça rageant que Cheong, après avoir créé des liens avec autant de gens, décide de s’effacer de leurs souvenirs… oui, la petite fille se souvient d’elle quand même, et Cheong va certainement reconstruire ses relations avec les autres, mais ça remet tout à zéro, alors que cet effacement de mémoire n’avait rien de nécessaire. C’était joli de voir Cheong rendre visite à tous les gens qu’elle a côtoyés, ça donnait le sentiment que chaque rencontre était importante et précieuse… mais si c’était pour tout effacer sans justification valable, on y repassera pour l’importance. Bref. Vraiment pas fan de cet aspect de la conclusion.

 

Toujours est-il que [/spoiler] ce thème de la famille qu’on créé pour soi-même, c’est toujours quelque chose qui me parle. Je suis très faible face à ce genre d’histoire, et ici, ça n’a pas loupé, je me suis investie. Bien plus là-dedans que dans la romance, d’ailleurs. Je voulais mettre tous les personnages que j’aimais dans la même maison, et leur faire boire des chocolats chauds en pyjama, je sais pas. Bref, certaines frustrations mises de côté (la partie entre balise spoilers, et des personnages que j’aurais voulus plus inclus) c’est certainement l’aspect du drama qui m’a le plus embarquée, émotionnellement.

 

 

 

II. Coup de foudre à l’international

Loin de sa patrie, le personnage de Lee Min Ho tombe sous le charme d’une jeune femme, et sa romance s’épanouit ensuite, une fois rentré dans son pays. cf. aussi : City Hunter, et the Heirs (on pourrait discuter de Faith, mais je ne pense pas que ça compte).

 

 

…inconstance scénaristique

 

Et dans Legend of the Blue Sea, Joon Jae tombe même très rapidement sous le charme, pour un type ayant les principes qu’il a (= se méfier de l’amour, ne se laisser approcher par personne). Mais finalement, ça cadre mieux avec le personnage qu’on pourrait le croire, et même si ça n’avait pas été le cas, de toute façon, j’ai trouvé qu’il y avait pas mal d’inconstances et de trucs chelous dans Legend of the Blue Sea, et même pas juste autour du personnage de Joon Jae. Certaines choses sont juste bizarres : nos super arnaqueurs ne se renseignent pas sur les gens qu’ils vont arnaquer (cf. la débâcle Shi Ah, où ils manquent d’arnaquer la famille d’une amie proche parce qu’ils n’avaient pas réalisé que c’était sa famille) ? Nam Doo, le pro de retrouver les gens n’a jamais été foutu de retrouver la mère de Joon Jae ? C’est même pas comme si elle avait changé de nom ! Un moment, je me suis même demandé s’il n’arrivait vraiment pas à la retrouver ou s’il faisait semblant pour garder Joon Jae à ses côtés (je vous l’ai dit : le personnage est ambigu). Du côté de Cheong : elle comprend ce qu’est un ordinateur et passe une soirée à regarder des vidéos, mais ne comprend pas le principe de la télé ? Après, il y a des choses qui semblent être simplement oubliées par la scénariste : par exemple, au début, Joon Jae a des yeux à la Sherlock, capable de tout déduire d’une personne au premier regard, mais ce n’est plus utilisé. C’est aussi un hypnotiseur de génie, au point que ça parait franchement magique, mais ça aussi c’est complètement zappé tandis que la série avance, et à des tas de moments où ça aurait pu être utile, il ne s’en sert pas, ou n’essaie même pas, parce qu’apparemment le drama a oublié qu’il avait ce super pouvoir. Et puis après, il y a les règles qui changent du côté des pouvoirs de Cheong.

 

En tant que sirène, Cheong a le pouvoir d’effacer les souvenirs des gens. C’est un mécanisme de défense : lorsque sa nature est découverte, elle peut toucher un être humain, et s’effacer de ses souvenirs afin qu’il désapprenne l’existence des sirènes. Au début, il semble qu’elle ne puisse pas vraiment gérer la quantité ou nature de ce qu’elle efface : elle efface juste automatiquement toutes les traces de son existence. Si elle avait le choix, comment expliquer que dans l’épisode 2, elle s’efface entièrement des souvenirs de Joon Jae, tout ça pour ensuite le suivre jusqu’à Seoul et renouer une relation avec lui ? (et se remontrer sous forme de sirène, du reste, mais bon o.o) Si elle pouvait effacer ce qu’elle voulait, et voulait juste éviter qu’il sache qu’elle est une sirène, elle n’avait qu’à lui effacer cinq minutes de mémoire et c’était plié. Mais plus tard, les règles changent et il apparait qu’elle puisse contrôler ce qu’elle efface, et arrive même à effacer des souvenir n’ayant rien à voir avec elle… Moui. Et de toute façon, tout ce qui entoure la condition de Cheong m’a paru flou (par exemple, le coup de ses pensées intérieures que certaines personnes peuvent entendre, sauf quand elles ne peuvent pas). Ces règles qui changent, ces trucs qui sautent, c’est pas exactement le top de l’écriture, quand même. 

 

Mais revenons à nos deux personnages principaux.

[My love from the sea] Legend of the Blue Sea 푸른 바다의 전설[My love from the sea] Legend of the Blue Sea 푸른 바다의 전설
[My love from the sea] Legend of the Blue Sea 푸른 바다의 전설[My love from the sea] Legend of the Blue Sea 푸른 바다의 전설[My love from the sea] Legend of the Blue Sea 푸른 바다의 전설
[My love from the sea] Legend of the Blue Sea 푸른 바다의 전설[My love from the sea] Legend of the Blue Sea 푸른 바다의 전설[My love from the sea] Legend of the Blue Sea 푸른 바다의 전설
[My love from the sea] Legend of the Blue Sea 푸른 바다의 전설[My love from the sea] Legend of the Blue Sea 푸른 바다의 전설

 

 

… Joon Jae : écarts de perception

 

Parce que l’écriture n’est pas la plus solide qui soit, j’ai mis un peu de temps à cerner Joon Jae. C’est marrant (perso, je suis morte de rire), parce qu’au fond, ce n’est pas un personnage compliqué, mais… si, petit à petit, les choses se sont réellement mises en place, au début, je n’étais jamais certaine de savoir quels traits de son caractère étaient voulus par la scénariste, et lesquels étaient des accidents. Maintenant, au moins, j’ai un portrait complet, ayant vu toute la série.

 

Il y a deux perceptions importantes de Joon Jae qui s’affrontent dans ce drama : celle de Joon Jae lui-même, et celle de Cheong.

 

Joon Jae, lui, se voit comme quelqu’un de renfermé, méfiant, et égoïste. A ses yeux, il faut se faire passer lui avant tous les autres, et l’amour est dangereux, clairement pas souhaitable. Il ne veut pas faire confiance aux autres. Mais de la même façon qu’il va (temporairement) contre ses principes de ne pas voler aux faibles et démunis en essayant de voler la seule possession de valeur d’une jeune femme visiblement désorientée et en détresse (Cheong, dans l’épisode 1)(pas son moment le plus glorieux), il passe son temps à également aller contre les autres, révélant à Cheong des informations personnelles, lui venant constamment en aide, souvent au détriment de sa propre sécurité. Joon Jae se voit à la fois comme bien pire et bien meilleur qu’il ne l’est réellement (sauf que le « bien pire » est sans doute accidentel de la part de la scénariste). Ses actions contredisent tout ce qu’il pense de lui-même, ou en tous cas tout ce qu’il voudrait être.

 

Cheong le perçoit de façon autrement plus positive. Elle, elle voit quelqu’un de bien, qui l’a aidée, nourrie, est toujours revenu la chercher, quitte à la faire parfois attendre longtemps.

 

 

- Tu es une bonne personne.

- Comment peux-tu savoir quel genre de personne je suis ?

- Ma main… tu aurais pu m’abandonner, mais tu m’as tenu la main. Plusieurs fois. Tu es une bonne personne.

Cheong & Joon Jae, ep2

 

 

Bien sûr, elle a aussi beaucoup d’illusions, la plus cruciale étant qu’elle pense qu’il vit une existence honnête, exerçant une profession importante et bénéfique pour les citoyens. Elle n’a pas du tout conscience qu’il arnaque les gens, elle est persuadée que c’est une personne purement bonne. Bien entendu, c’est faux, mais la façon dont elle le perçoit, et lui exprime cette perception poussent Joon Jae à essayer de lui donner raison, progressivement. Dès l’épisode 7, on voit qu’il commence à s’intéresser à nouveau à comment travailler pour l’état, et à, ainsi, se rapprocher de l’image que Cheong se fait de lui.

 

Evidemment, en plus des perceptions de Joon Jae et Cheong, d’autres entrent en jeu : celle du père de Joon Jae, par exemple, qui influe bien évidemment sur les décisions de son fils. Mais ce sont les deux extrêmes Cheong/Joon Jae qui, véritablement, s’affrontent le long de la série, pour enfin se réconcilier dans un juste milieu : Joon Jae n’est pas parfait, mais il est meilleur que ce qu’il croit et peut le devenir encore plus.

 

Je vais pas vous mentir, les gens, Joon Jae n’est pas un personnage que j’ai trouvé passionnant. En soi, j’aime bien l’idée d’explorer les fossés entre les perceptions, mais le drama ne se penche pas plus sur la question que n’importe quel autre drama « gentille choupette transforme héros meurtri », et un fossé dont je n’ai pas encore parlé, et qui reviendra plus tard, est celui évident entre ce que le drama voulait me dire de Joon Jae en tant que lead romantique et ce que, moi, je voyais. Ce fossé-là, c’est aussi un classique des kdramas : des tas de gestes de Joon Jae censés être romantiques me semblaient, à moi, abusifs. Le drama m’a donné un début d’espoir parce que, par exemple, quand Joon Jae renvoie Cheong dans sa chambre pour qu’elle enfile une jupe plus longue, Nam Doo et Tae Oh réagissent aussitôt en lui disant qu’il abuse, mais au final, Cheong, elle, ça a l’air de lui plaire, et le drama présente ça comme quelque chose d’un peu ridicule, mais mignon et inoffensif. Mais bon, on reparlera de tout ça, et de la relation entre Cheong et Joon Jae. Pour le moment, on va s’en tenir à ça : Joon Jae, s’il a ses bons moments et si j’ai ressenti de l’empathie pour lui lors de plusieurs scènes, est un personnage que je ne trouve ni passionnant, ni sur-attachant. Et malgré toute la sympathie que j’ai pour Lee Min Ho, ce n’est pas un acteur qui élève ses rôles à mes yeux, donc il ne fait pas de miracles.

 

Tout le contraire de Jeon Ji Hyun, donc.

[My love from the sea] Legend of the Blue Sea 푸른 바다의 전설[My love from the sea] Legend of the Blue Sea 푸른 바다의 전설[My love from the sea] Legend of the Blue Sea 푸른 바다의 전설
[My love from the sea] Legend of the Blue Sea 푸른 바다의 전설[My love from the sea] Legend of the Blue Sea 푸른 바다의 전설
[My love from the sea] Legend of the Blue Sea 푸른 바다의 전설[My love from the sea] Legend of the Blue Sea 푸른 바다의 전설[My love from the sea] Legend of the Blue Sea 푸른 바다의 전설
[My love from the sea] Legend of the Blue Sea 푸른 바다의 전설[My love from the sea] Legend of the Blue Sea 푸른 바다의 전설

 

 

… Cheong : page blanche

 

Cheong est un personnage que je trouve à la fois très divertissant et extraordinairement frustrant.

 

Au-delà des règles la concernant qui changent au fil du drama, ce qui me frustre le plus, c’est qu’on ne sait rien d’elle. On voit quelques scènes de sa vie de sirène, vite fait (elle se faisait des masques pour le visage, elle fouillait les fonds marins, etc), on a quelques infos grapillées ici et là (elle mangeait des poissons, les poulpes étaient des animaux de compagnie, etc), mais on n’a jamais de véritables détails sur ce qu’était sa vie, ce qui s’explique peut-être en partie par le fait que ç‘aurait été galère à montrer à l’écran, d’autant que la plupart des scènes aquatiques ne m’ont pas super convaincue : la façon dont Cheong bougeait sous l’eau était toujours un peu…étrange. Forcée. Sa queue ne bougeait pas de façon naturelle. Mais, en vérité, ce qui me frustre plus que de ne rien savoir c’est que personne ne lui pose de questions !!! Au bout d’un moment, vous vous doutez que Joon Jae va finir par être au courant, quand même, et apparemment, savoir que sa copine est une sirène ne le rend pas plus curieux que ça. DUDE !!! Je sais bien que ta vie est compliquée et tout, mais merde, quoi ! Et du coup, notre idée de ce qu’était la vie de Cheong pré-Joon Jae est très, très floue. A priori, elle avait quelques amies sirènes, mais… à part ça : pas de famille, même pas de nom (c’est Joon Jae qui lui donne son nom, Shim Cheong, en référence à un conte populaire). Et tout ce qu’elle avait, de toute façon, elle le plaque entièrement.

 

Une critique qui revient souvent à l’égard de La Petite Sirène de Disney (je l’entends moins vis-à-vis du conte original) est qu’Ariel plaque sa vie entière juste pour un type qu’elle connait à peine. Personnellement, c’est une critique que je trouve injuste parce qu’elle ignore tout le contexte de la décision d’Ariel, mais Cheong ? Cheong est l’Ariel dont les gens se plaignent ! Et la seule raison pour laquelle on ne peut pas trop s’indigner est qu’on ne sait pas exactement ce qu’elle plaque pour suivre Joon Jae à l’autre bout de la planète, donc on peut s’imaginer qu’il n’y avait simplement pas grand-chose à plaquer.

 

J’aime bien Cheong, vraiment. Jeon Ji Hyun est charismatique, et adorable, et drôle, et elle se lance dans le rôle à fond. J’aime les relations de Cheong avec son nouvel entourage, et le fait qu’elle ait de la personnalité… mais le personnage me frustre, parce que tout tourne autour de Joon Jae. Cheong a une force surhumaine, elle est super intelligente (sérieusement, en une nuit et simplement en regardant des vidéos, elle peut apprendre un style de combat ou une langue à la perfection, et même à faire du vélo, elle qui n’a des jambes que depuis quelques jours !), et ses larmes se transforment en perles précieuses donc elle pourrait devenir riche en regardant des tas de mélos… les gens, rendons-nous à l’évidence : Cheong pourrait être la star d’un film de super héroïne. Elle pourrait être Batman mais avec de vrais super pouvoirs. A la place, tout ce qui l’intéresse, c’est être avec Joon Jae. Ses perles, elle veut les donner à Joon Jae, et elle se repose complètement sur lui pour lui apprendre le monde. Bon, je dis pas qu’il fallait qu’elle devienne réellement Batwoman (ou Aquawoman, plutôt, je suppose), mais c’est frustrant qu’avant Joon Jae, il n’y avait rien, et qu’après Joon Jae, il n’y ait plus que Joon Jae à 90%, avec, histoire d’être juste, 10% de relations extérieures ([spoiler] mais encore une fois, la fin chie allègrement là-dessus [/spoiler]). Dans la construction du drama, elle n’existe que grâce à Joon Jae, et ça se traduit même dans l’histoire : elle est « coincée » avec Joon Jae (un type dont elle est tombée amoureuse en trois jours sans vraiment le connaître) puisque les sirènes ne peuvent aimer qu’une seule personne toute leur vie (quel deal de merde). Elle a donc le choix entre être avec lui ou être malheureuse toute sa vie ([spoiler] dans l’océan en tous cas, parce que sur terre, elle ne peut littéralement pas vivre sans lui : s’il cesse de l’aimer, son cœur durcit et elle meurt… sa vie et son bonheur dépendent donc réellement de Joon Jae, et je comprends que c’est une métaphore et que Joon Jae aussi a le sentiment de ne plus pouvoir vivre sans elle, mais pour lui, c’est un sentiment, pour elle, c’est biologique, elle n’a pas le choix [/spoiler])

 

Jeon Ji Hyun fait énormément pour le rôle. Sans toute l’énergie, la comédie, et la personnalité qu’elle arrive à traduire à l’écran, et insuffler au personnage, Cheong serait un personnage très plat, et bien plus frustrant qu’il n’est attachant. Mais en l’occurrence, malgré toutes mes réserves sur son écriture et même si sur la fin je m’en lassais un peu (parce que je m’étais lassée de la plupart des choses), je n’ai pas pu m’empêcher de succomber à son charme, et ça ne m’étonne pas que Joon Jae n’y ait pas plus résisté que moi. Mais moi, j’aurais traité Cheong bien mieux que lui (et j’aurais eu bien plus de questions, aussi) !

[My love from the sea] Legend of the Blue Sea 푸른 바다의 전설[My love from the sea] Legend of the Blue Sea 푸른 바다의 전설[My love from the sea] Legend of the Blue Sea 푸른 바다의 전설
[My love from the sea] Legend of the Blue Sea 푸른 바다의 전설[My love from the sea] Legend of the Blue Sea 푸른 바다의 전설
[My love from the sea] Legend of the Blue Sea 푸른 바다의 전설[My love from the sea] Legend of the Blue Sea 푸른 바다의 전설
[My love from the sea] Legend of the Blue Sea 푸른 바다의 전설[My love from the sea] Legend of the Blue Sea 푸른 바다의 전설

 

 

 

III. Bad Romance

Le personnage de Lee Min Ho n’est pas un très bon petit-ami, et l’histoire d’amour n’est pas toujours aussi romantique que ce que voudrait le drama. cf. aussi : City Hunter un peu, Boys Over Flower clairement, The Heirs tout aussi clairement, et potentiellement Personnal Preference dont je ne me souviens pas très bien. Et là aussi, je parierais bien sur The King : Monarch of Eternity, parce que le drama est écrit par Kim Eun Sook, mais (1) je n’ai pas vu ses deux derniers dramas (2) on n’est jamais à l’abris d’une surprise.

 

La première question à se poser c’est : qu’est-ce qui pousse ces deux personnages à être ensemble ? Et s’il y a des raisons qui sont spécifiques à ces deux individus, il semble aussi que quelque chose de plus grand qu’eux soit à l’œuvre.

 

 

 …cé ton destain

 

Je n’en ai pas encore parlé dans cet article, mais tandis que nous suivons l’histoire moderne de Cheong, Joon Jae (et leur entourage), nous suivons également celle de Se Hwa et Dam Ryung, leurs équivalents de 1586. Yep, car nos deux personnages principaux, et quasiment tous les autres personnages importants de notre drama à l’ère moderne sont en fait des réincarnations de gens ayant déjà vécu. Le destin semble vouloir que l’histoire se répète, que voulez-vous.

 

En général, je ne suis pas particulièrement friande de la notion de destinée dans les romances. Bon, ça dépend un peu, mais très souvent, je trouve que soit ça n’apporte finalement pas grand-chose, soit ça force la main aux personnages au point que j’ai du mal à m’investir dans des sentiments qui ne « viennent pas d’eux ». Il y a néanmoins une grosse exception à ça, et c’est quand le destin est perçu comme un ennemi. Si les personnages se battent activement contre ce que l’univers a en réserve pour eux, là, vous avez mon attention, et c’est exactement ce que fait Legend of the Blue Sea. Le drama ouvre (littéralement) un dialogue entre les deux époques, avec le passé chargeant le futur de faire mieux que lui, et là, tout de suite, je suis carrément plus intéressée, parce que j’aime regarder les personnages se débattre et essayer de prouver qu’ils contrôlent leur propre vie.

 

 

Le fait que tout se répète n’est pas une malédiction mais une opportunité. Une chance de changer la fin.

Joon Jae, ep14

 

 

Mais c’est là que j’ai été un peu déçue que Chi Hyun n’ait pas été plus développé, et que lui et Nam Doo n’aient pas été plus/mieux utilisés par la série.

 

Le destin, c’est finalement quelque chose d’un peu vague, même si très réel dans l’univers de Legend of the Blue Sea, mais avec Chi Hyun, qui disait à sa mère qu’être son fils a été sa malédiction, le drama faisait un parallèle entre le destin et quelque chose de bien plus concret : l’environnement dans lequel on grandit, les personnes qui nous élèvent. A quel point notre environnement nous définit-il ? Chi Hyun peut-il y échapper ? Et du côté de Nam Doo, sans spoiler, un même choix s’offre à lui deux fois dans la série, avec des circonstances différentes, et de ce côté-là aussi, des questions se posent sur ce qui pousse quelqu’un à réagir d’une façon ou d’une autre selon le moment, selon l’opportunité qu’on lui laisse, etc. Pour la plupart des personnages, se battre contre le destin, dans ce drama, c’est se battre contre des évènements, éviter une conclusion, bref, c’est un combat contre des forces extérieures, finalement. Alors que pour Chi Hyun et Nam Doo, les deux personnages ayant l’âme le plus dans la balance, le combat est intérieur. Chi Hyun se débat contre la façon dont il a grandi et contre ses sentiments à l’égard de ses parents, tandis que Nam Doo est tiraillé entre sa loyauté et son ancien mode de vie. En jouant intelligemment ses cartes et intégrant leurs vies passées à l’équation, le drama aurait pu créer quelque chose de passionnant, mais à la place, il se sert de leurs vies passées comme mini-twists (un peu ratés les twists, vu qu’ils ne me réservaient aucune surprise, mais bon)(et ils étaient dans les épisodes que je n’avais pas déjà vus, je précise) et j’ai trouvé ça vraiment dommage.

 

En général, si j’aimais beaucoup l’idée de lutte contre le destin, j’ai trouvé que le gros des opportunités étaient manquées, parce que les vies antérieures des personnages étaient généralement utilisées pour expliquer une situation présente (par exemple : la mère de Joon Jae domine son employeuse parce que dans leur vie antérieure, sa patronne était sa servante), faire un clin d’œil sympa, ce genre de choses, mais rien d’autre. Elles ne jouent pas vraiment sur les personnages. Par exemple : Kang So Hee est une mauvaise personne maintenant. Elle était aussi une mauvaise personne dans sa vie antérieure. Et ? Qu’est-ce que ça m’apporte de le savoir ? Si on ne m’avait pas révélé sa vie antérieure, j’aurais eu strictement les mêmes sentiments à son égard. C’est juste une anecdote, finalement, dans le cadre de son personnage à elle. Les deux seuls personnages à véritablement avoir connaissance du passé et s’en servir, c’était l’OTP. Oh, et Ma Dae Young, mais le personnage n’en fait tellement rien d’intéressant que… Bref, tout tourne autour de Cheong et Joon Jae.

[My love from the sea] Legend of the Blue Sea 푸른 바다의 전설[My love from the sea] Legend of the Blue Sea 푸른 바다의 전설
[My love from the sea] Legend of the Blue Sea 푸른 바다의 전설[My love from the sea] Legend of the Blue Sea 푸른 바다의 전설[My love from the sea] Legend of the Blue Sea 푸른 바다의 전설
[My love from the sea] Legend of the Blue Sea 푸른 바다의 전설[My love from the sea] Legend of the Blue Sea 푸른 바다의 전설[My love from the sea] Legend of the Blue Sea 푸른 바다의 전설

En même temps

 

1/ c’est vrai, beaucoup de gens se sont passionnés pour tous les évènements de 1586. Auquel cas, le drama est largement moins frustrant parce que les vies antérieures n’ont pas besoin d’avoir un véritable poids scénaristique sur le présent : Kang So Hee passée est antagoniste de sa propre histoire, et est efficace en tant que telle, donc peu importe qu’elle ne joue pas réellement sur la Kang So Hee présente. Malheureusement, pour ma part, malgré les jolies images, je n’ai pas réussi à m’intéresser à l’histoire passée au-delà de ce qu’elle pouvait apporter au présent. Et ce désintérêt s’explique en très grande partie par le fait que Se Hwa a bien moins de personnalité que Cheong, ce qui n’a fait que souligner à mes yeux à quel point le drama repose sur Cheong, telle que jouée par Jeon Ji Hyun (qui joue aussi Se Hwa, bien entendu, mais de façon différente, forcément).

 

2/ qu’un kdrama tourne à 90% autour de son OTP, c’est pas exactement un choc, ou une exception, et c’est pas toujours fatal non plus.

 

Simplement, ce qui est frustrant, c’est le manque d’ambition du drama, pour moi. Parce que dans toute cette grande affaire de destinée, finalement, le seul gros enjeu c’est : notre OTP va-t-il pouvoir vivre ensemble heureux à jamais ou pas ? Il y avait tellement plus à explorer ! Le drama aurait pu avoir une histoire passée engageante en soi, et une course au happy-end, et explorer plus en profondeur le reste de ses personnages secondaires, en les faisant se souvenir également de leurs vies antérieures et les faisant se battre contre leur propre destin et leurs circonstances présentes. Tous les éléments étaient là, certains avaient même un début d’exploitation ! Et c’est bien le souci… si tout le potentiel n’avait pas été là, ç’eut été une chose, mais puisqu’il y était, c’est frustrant de voir que le drama n’a pas suffisamment d’ambition (ou de talent) pour en faire réellement quelque chose.

 

Bon et puis le souci de faire de l’OTP l’enjeu number 1 d’un drama (comme c’est souvent le cas), c’est aussi qu’il y a intérêt à ce que l’OTP fonctionne, et… euh…

 

 

…à un niveau plus individuel

 

Joon Jae et Cheong sont très différents de Dam Ryung et Se Hwa, et ne tombent pas amoureux juste parce qu’ils sont « écrits dans les étouâles » ou parce qu’ils sont tous les deux de très jolis êtres attirés par l’apparence physique de l’autre (ce qui aide, bien entendu). Enfin… côté Joon Jae, en tous cas.

 

Comme précédemment établi, on ne sait quasiment rien de Cheong. On ne sait pas ce qu’elle a vécu avant Joon Jae, on ne sait pas ce qu’elle aimait (à part les poulpes, parce que c’est quelqu’un de bien) ou n’aimait pas (à part les requins, parce que tout le monde à ses défauts). Dans le drama, elle n’a quasi pas d’existence avant Joon Jae, puis son existence se met à tourner à 90% autour de lui. Il est la première personne qu’elle rencontre, et même si, quand même, le coup de foudre n’est pas complètement instantané… il reste rapide, et complet, et Joon Jae n’a pas beaucoup d’efforts à faire. Dans les sentiments de Cheong il y a un peu cette impression « raptor qui sort de l’œuf et identifie la première chose qu’il voit comme sa maman, parce que le script/destin dit que c’est comme ça ». Alors que, côté Joon Jae, Cheong répond à un besoin bien précis pour lui. Encore plus que Shi Ah qui partage certains traits communs avec elle (dans sa dévotion et son refus de lâcher l’affaire), Cheong est la femme parfaite pour Joon Jae.

 

Déjà parce qu’il la trouve adorable (ce qu’elle est), mais aussi parce que le gros blocage de Joon Jae, en amour, c’est la confiance. Il s’attend constamment à la trahison, à l’abandon, et pour lui, aimer quelqu’un, c’est se remettre dans ses mains et c’est trop dangereux pour être risqué.

 

 

- L’amour… c’est quelque chose de dangereux, à vrai dire. Pour quelqu’un comme toi… mieux vaut l’éviter.

- Pourquoi ?

- Mettons que… aimer quelqu’un, c’est se rendre.

- Qu’est-ce que ça veut dire, « se rendre » ?

- Perdre. Ça veut dire que tu as perdu. En d’autres termes, aimer quelqu’un c’est croire tout ce que cette personne nous dit. C’est très dangereux.

Joon Jae & Cheong, ep2

 

 

Mais Cheong a abandonné sa vie entière pour Joon Jae, est presque entièrement dépendante de lui parce qu’elle ne sait pas du tout comment fonctionne le monde ([spoiler] et aussi parce qu’elle ne peut littéralement pas vivre/vivre heureuse sans lui [/spoiler]), et elle lui est entièrement dévouée, parce que comme le dit un personnage secondaire, sirène lui aussi : les humains mentent et changent, mais pas les sirènes. Les sirènes aiment une seule personne, entièrement, et pour le reste de leur vie. La pire crainte de Joon Jae est qu’on l’abandonne et Cheong en est biologiquement incapable. Shi Ah est très dévouée à Joon Jae, mais elle a une vie en dehors de lui (même si des fois on dirait pas o.o) : une famille, un travail, des responsabilités, des intérêts, des amis. Lorsque Joon Jae rejette inévitablement ses avances, elle a quelque chose sur quoi retomber, elle ne va pas en mourir, alors que Cheong… Cheong c’est différent. Elle est entièrement fixée sur Joon Jae, ce qui répond à ses craintes. Et si vous vous dites que c’est un peu perturbant tout ça, c’est parce que ça l’est, mais je ne pense pas que ça, en soi, fasse une mauvaise personne de Joon Jae, pour qui tout ça se passe beaucoup à un niveau inconscient et instinctif, d’autant que, lui, il ne sait pas que la loyauté de Cheong lui est biologiquement imposée.

 

En surface, Joon Jae prend même des « risques » parce que Cheong est un gros point d’interrogation, il n’en sait pas plus que nous (il en sait moins, en fait). Puis, plus tard, il sera forcément mis au courant du pouvoir de la jeune femme à effacer les mémoires des gens (ce qu’elle a déjà fait sur lui, une fois). Il tombe amoureux de quelqu’un qui pourrait disparaître à tout moment, sans laisser aucune trace, même dans ses souvenirs, sans lui laisser le moindre moyen de la retrouver, donc pour lui, ça demande quand même un effort, et c’est pour ça que ça lui prend du temps de réaliser, accepter et avouer des sentiments qui, à nous (et à ses amis), semblaient évidents depuis le début du drama. Mais à un niveau instinctif, je pense qu’il sent que Cheong ne le trahira jamais, et que c’est ce qui lui permet de « baisser les armes » : se rendre.

[My love from the sea] Legend of the Blue Sea 푸른 바다의 전설[My love from the sea] Legend of the Blue Sea 푸른 바다의 전설
[My love from the sea] Legend of the Blue Sea 푸른 바다의 전설[My love from the sea] Legend of the Blue Sea 푸른 바다의 전설[My love from the sea] Legend of the Blue Sea 푸른 바다의 전설
[My love from the sea] Legend of the Blue Sea 푸른 바다의 전설[My love from the sea] Legend of the Blue Sea 푸른 바다의 전설
[My love from the sea] Legend of the Blue Sea 푸른 바다의 전설[My love from the sea] Legend of the Blue Sea 푸른 바다의 전설[My love from the sea] Legend of the Blue Sea 푸른 바다의 전설

 

 

…pourquoi ça coince

 

Cheong, en fait, est écrite comme une personnification d’un concept, celui de l’amour pur et inébranlable, et elle est mise en contraste avec l’humanité***. Je pense que c’est pour ça que le drama fait d’elle une sirène : une héroïne humaine pourrait faire preuve d’un « amour pur et inébranlable », mais en rendant l’héroïne non-humaine, on l’exclue plus clairement de l’humanité, on rend l’opposition plus évidente, et les personnages peuvent discuter explicitement de leurs différences. Cheong est utilisée comme un modèle, montrant la beauté d’un amour si pur, et elle est également placée dans la position de l’ingénue candide qui découvre les règles et les défauts de l’humanité. C’est sans doute en partie pour ça qu’elle n’a pas de passé décrit en détails : ce serait difficile de la rendre si candide et « vierge » si elle en avait un. Et Cheong, parce qu’elle représente ce qu’elle représente, vit grâce à et pour l’amour, ce qui créé immédiatement un déséquilibre dans sa relation avec Joon Jae. Certes, elle est plus forte que lui physiquement, et a plus d’assurance dans la compréhension et la communication de ses émotions, parce qu’elle n’a jamais appris ce que les émotions pouvaient avoir de compliqué (mais ça vient, ça vient), mais Joon Jae a toujours de l’avance sur elle : il a plus d’expérience, il est plus intégré au monde, il est capable de fonctionner dans la société (ne serait-ce que parce qu’il a une identité, déjà…), [spoiler] au bout d’un moment il est même capable d’entendre les pensées de Cheong et même si c’est géré de façon assez inconstante par la série, et s’avère difficile à supporter pour lui parfois, ça reste un pouvoir qu’il a sur elle… [/spoiler] Et bien sûr il reste le simple fait que : il peut vivre sans elle, mais pas elle sans lui.

 

Bien sûr, du côté de Joon Jae, il y a aussi une sacrée pression ([spoiler] apprendre que la personne que tu aimes mourrais si jamais tu ne l’aimais plus assez, c’est quand même chaud comme situation… sans compter que pendant une partie du drama, il est seul à savoir qu’une tragédie les attend s’il ne fait rien, et se fighter contre l’univers, c’est pas une mince affaire non plus [/spoiler]), et en gros, ce que j’essaie de dire c’est que le cadre de la relation, la façon dont les personnages sont placés l’un par rapport à l’autre dans le drama, n’est pas exactement sain.

 

Mais bon, des romances dans un cadre pas super sain, et qui s’avèrent malgré tout plaisantes à suivre, y en a. Par exemple, dernièrement, il y a eu Touch your heart, que j’ai beaucoup aimé. Les deux personnages principaux étaient dans une position avec un rapport d’autorité que je trouvais dommage, qui laissait à désirer côté « développement de l’héroïne », et le drama les plaçais dans certaines dynamiques que je trouvais également décevantes, mais les personnages en soi étaient particulièrement attachants, décents, et leur relation était une des plus saines que j’ai vues dans un drama. Dans Legend of the Blue Sea aussi, il y a des choses que j’aimais bien. Il y a des scènes très mignonnes, Joon Jae est complètement gaga de Cheong, les personnages avaient l’air très à l’aise l’un avec l’autre, il y avait un sentiment de confort à plusieurs scènes, leur relation était représentée par une peluche de poulpe rose (okay, ça, ça n’enthousiasme sans doute que moi)(et SALT) et, bref, il y a des moments où j’étais vraiment embarquée, à pousser tous mes petits « aw » habituels d’incorrigible guimauve. Mais… on est dans la formule Lee Min Ho. Ça vient avec certains travers, et Joon Jae… n’y échappe clairement pas.

[My love from the sea] Legend of the Blue Sea 푸른 바다의 전설[My love from the sea] Legend of the Blue Sea 푸른 바다의 전설
[My love from the sea] Legend of the Blue Sea 푸른 바다의 전설[My love from the sea] Legend of the Blue Sea 푸른 바다의 전설[My love from the sea] Legend of the Blue Sea 푸른 바다의 전설
[My love from the sea] Legend of the Blue Sea 푸른 바다의 전설[My love from the sea] Legend of the Blue Sea 푸른 바다의 전설[My love from the sea] Legend of the Blue Sea 푸른 바다의 전설

Au début, il fait juste preuve d’un peu de jalousie, et c’est même drôle, parce qu’il ne réalise pas qu’il est jaloux de lui-même (pré-amnésie), mais rapidement, ça devient plus laid : il fait se changer Cheong pour qu’elle mette une jupe moins courte (ep7, puis plusieurs fois par la suite), il lui impose un couvre-feu parce qu’il n’aime pas l’idée qu’elle voie un ami masculin (ep8), il refuse de la laisser seule à la maison avec Tae Oh (pardon, je n’ai pas noté l’épisode), il la traine de force hors d’une boite de nuit (ep15) parce qu’il n’aime pas qu’elle traine dans ce genre d’endroits… Bref, la base du mec qui abuse, quoi. Et c’est là que le cadre pèse vraiment, parce que Joon Jae fait montre de comportements abusifs et c’est flippant de se dire que si, dans le futur, ça s’aggrave, ou simplement si Cheong finit par ne plus aimer ça (oui parce que dans le drama, elle kiffe, Legend of the Blue Sea se plaçant du côté « mais c’est parce qu’il l’aime trop, alors c’est romantique » de la Force) et veut s’enfuir : elle ne pourra pas. Elle est prisonnière de son amour pour Joon Jae, elle ne peut pas s’en défaire, elle n’a plus de choix. Et là le bât blesse vraiment. L’amour pur et éternel que le drama veut tellement nous vendre comme quelque chose de beau, un idéal à atteindre, n’est pas fait pour la réalité, ce n’est pas quelque chose de souhaitable. Les relations sont plus compliquées que ça. Parfois l’amour ne suffit pas, parfois on tombe amoureux des mauvaises personnes. L’amour inconditionnel ça fait joli sur le papier, mais en vérité, il y a des conditions qui sont très saines, et en tant que sirène, Cheong n’a simplement pas le choix de poser des conditions.

 

(A noter que Cheong aussi fait preuve de jalousie à plusieurs reprises, et j’étais pas fana de sa rivalité instinctive et mesquine avec Cha Shi Ah, mais a priori elle ne traine jamais Joon Jae où que ce soit contre son gré…)(haha, si elle essayait trop fort de le tirer par le poignet, avec la force qu’elle a, elle lui arracherait sans doute le bras…)(du coup, maintenant, je suis déçue)

 

Et je vous avoue qu’au bout d’un moment, tout ça, ça m’a peu à peu désengagée du sort du couple central. J’avais un peu envie de les voir trouver leur happy-end mais c’était surtout parce que je voulais qu’ils ressortent vainqueurs de leur bataille contre le destin, parce que fuck le destin. Et je vais pas vous mentir non plus, il y a des moments où j’étais superficiellement investie aussi, parce que ces moments, pris individuellement, étaient jolis, et aussi parce que j’aimais Cheong et que j’avais envie qu’elle soit heureuse, et qu’apparemment elle était heureuse avec Joon Jae. Donc je n’étais pas complètement désengagée non plus, mais mettons que j’avais de grosses, grosses réserves, et que j’ai été contente quand le drama a décidé de donner à mon âme de shippeuse quelque chose à se mettre sous la dent en se penchant sur la petite histoire de Shi Ah sur le côté (Shi Ah étant, donc, la jeune femme amoureuse de Joon Jae qui n’en a pas démordu depuis des années… elle n’est pas toujours évidente à aimer, mais c’est un autre cas d’actrice qui fait beaucoup pour le personnage : Shin Hye Sun la rend drôle, et touchante à de nombreuses reprises, alors ça a fonctionné pour moi).

[My love from the sea] Legend of the Blue Sea 푸른 바다의 전설[My love from the sea] Legend of the Blue Sea 푸른 바다의 전설[My love from the sea] Legend of the Blue Sea 푸른 바다의 전설
[My love from the sea] Legend of the Blue Sea 푸른 바다의 전설[My love from the sea] Legend of the Blue Sea 푸른 바다의 전설
[My love from the sea] Legend of the Blue Sea 푸른 바다의 전설[My love from the sea] Legend of the Blue Sea 푸른 바다의 전설
[My love from the sea] Legend of the Blue Sea 푸른 바다의 전설[My love from the sea] Legend of the Blue Sea 푸른 바다의 전설[My love from the sea] Legend of the Blue Sea 푸른 바다의 전설

 

 

 

IV. Love story is the moment in almost paradise

Le drama contient une ballade surutilisée qui se lance pendant les scènes romantiques, avec un refrain en anglais qui vous rentre bien dans la tête. Dans Boys Over Flower, on avait « Almoost paaaaradddissseee », dans The Heirs, c’était « Looveee is the moment », et ici « This is love story ».  

 

Voilà. C’est tout. J’ai rien à ajouter à ça, sinon qu’en général, j’aime quand même raisonnablement l’OST du drama, particulièrement les instrumentaux Mermaid’s Sea 1, 2 et 3 et aussi que le drama est joli à regarder, surtout les premiers épisodes, avec quelques scènes qui m’étaient restées en mémoire purement pour leur esthétique.

 

Mais je pense qu’on a suffisamment causé, et je n’ai pas beaucoup de choses à développer dans cette partie. Il y a un dernier thème à Legend of the Blue Sea que je voulais aborder (celui des souvenirs douloureux et de leur valeur), mais honnêtement, j’ai déjà beaucoup trop parlé (comme d’hab), donc on va passer à la conclusion~

 

 

… conclusion

 

En conclusion, Legend of the Blue Sea est un drama que j’ai trouvé clairement imparfait. Il a pour lui une actrice principale que je trouve excellente (sans oublier Lee Hee Joon et Shin Hye Sun que j’aime beaucoup également), ainsi qu’un thème (la lutte contre le destin) et quelques personnages qui me plaisaient, mais qu’il manque d’ambition ou de talent, il déçoit plus souvent qu’il ne satisfait, et on y retrouve des problèmes habituels des kdramas (les moments malaisants qui veulent se faire passer pour romantiques notamment, et le drama n’aurait pas perdu à faire quatre épisodes de moins non plus). En le marathonnant, je l’ai trouvé raisonnablement divertissant, avec quelques moments sortant du lot (généralement grâce à Jeon Ji Hyun ou le petit OTP secondaire), mais je ne suis pas étonnée qu’il n’ait pas réussi à me fidéliser jusqu’au bout lorsque je le regardais pendant sa diffusion, et ce n’est pas un drama que je recommanderais, car à mon avis, il y a mieux à faire avec son temps (du coup, n’êtes vous pas ravis de vous êtes tapé 15 pages sur la question ? :D).

[My love from the sea] Legend of the Blue Sea 푸른 바다의 전설[My love from the sea] Legend of the Blue Sea 푸른 바다의 전설[My love from the sea] Legend of the Blue Sea 푸른 바다의 전설
[My love from the sea] Legend of the Blue Sea 푸른 바다의 전설[My love from the sea] Legend of the Blue Sea 푸른 바다의 전설
[My love from the sea] Legend of the Blue Sea 푸른 바다의 전설[My love from the sea] Legend of the Blue Sea 푸른 바다의 전설[My love from the sea] Legend of the Blue Sea 푸른 바다의 전설
[My love from the sea] Legend of the Blue Sea 푸른 바다의 전설[My love from the sea] Legend of the Blue Sea 푸른 바다의 전설

 

Sur ce, d’autres dramas avec de la romance et du fantastique ou surnaturel :

 

undefined

 

 

* D’ailleurs, Legend of the Blue Sea a inspiré pas mal d’autres visionnages, pour suivre, notamment, Shin Hye Sun, mais aussi grâce à tous ses petits caméos super sympa, incluant Cha Tae Hyun, Jo Jung Seok, Kim Seul Gi et Jin Ki Joo. Shin Hye Sun m’a fait commencer Angel’s Last Mission dont j’espère vous parler dans pas trop longtemps ; Cha Tae Hyun m’a fait revoir plusieurs scènes de Flowers for my Life (qui m’ont touchée comme au premier jour) ; Jo Jung Seok et Kim Seul Gi m’ont poussée à retenter Oh my ghostess ! (mais c’est vraiment pas fait pour moi) ; et Jo Jung Seok (encore) et Jin Ki Joo dans son caméo d’infirmière m’ont relancée dans Jealousy Incarnate, que je n’avais jamais terminé, alors même que le drama me plaisait. Je suis super influençable, donc.  => reprendre la lecture

 

** On est d’accord que les affaires de famille, c’est compliqué, et que tout comme il est parfaitement légitime qu’un enfant rejette ses parents abusifs, il est tout autant légitime qu’il ne puisse pas ou ne veuille pas le faire. Quand le parent n’est pas à la hauteur, l’enfant gère comme il peut, et c’est pas lui qui est en faute. => reprendre la lecture

 

***Comme précédemment établi, c’est Joon Jae qui a donné son nom à Cheong, d’après le conte populaire de Shim Cheong, célébrant le sacrifice que fait une jeune femme par amour pour son père. Quand Joon Jae lui donne ce nom, c’est pour se moquer de son ignorance, parce que pour lui, étant donné ses vues sur l’amour et son histoire avec sa famille, le sacrifice par amour de Shim Cheong relevait de la bêtise. A la fois, on peut voir ça aussi comme l’instinct de Joon Jae que Cheong est effectivement quelqu’un qui sacrifierait tout par amour. Enfin, bien qu’il soit question d’amour filial dans le conte (que vous pouvez découvrir ici : http://asianfolktales.unescoapceiu.org/folktales/read/korea_1.html), Shim Cheong y est présentée comme un modèle d’amour pur, absolu et désintéressé, donc le parallèle avec Cheong est évident. => reprendre la lecture

 

 

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :