[Premières Impressions] Melting me softly 날 녹여주오 (eps 1 à 3)

Publié le 10 Octobre 2019

 

Episodes 1 à 3

 

Diffusé en 2019

Sur tVN

Parti pour faire 16 épisodes (d’1h environ)

Réalisé par Shin Woo Chul

Ecrit par Baek Mi Kyeong

 

Avec :

Ji Chang Wook : Ma Dong Chan

Won Jin A : Go Mi Ran

Yoon Se Ah : Na Ha Young

Shim Hyung Tak : Hwang Byeong Shim

Lim Won Hee : Son Hyun Gi

Etc

 

 

Dontesque ?

Pour son émission télé, un producteur et une figurante habituée des expériences les plus dangereuses (parce qu’il faut bien gagner sa vie) sont gelés pour 24h, afin de prouver que la technologie fonctionne et va révolutionner l’histoire, en plus d’assurer un bon taux d’audience. Mais quelque chose tourne mal, et ils ne sont réveillés que vingt ans plus tard.

 

Tous mes dramas de 2019 (PIs, Bilans, etc): ICI

 

 

oOo

Puisque je teste ce qui sort en ce moment (selon mes envies, bien entendu), je n’allais évidemment pas manquer ce drama. OK, mon enthousiasme aurait pu être un peu moindre si j’avais su que la scénariste est également celle de Strong Woman Do Bong Soon (que je n’ai pas terminé), mais ça ne m’aurait pas non plus stoppée net, parce que 1/ j’aimais bien l’idée de départ de « geler » les personnages principaux et les réveiller bien plus tard (ça me rappelle notamment le kdrama Ice Girl que je me promets de regarder un jour depuis à peu près dix ans o.o) 2/ c’est le grand retour de Ji Chang Wook au petit écran après son service militaire, et j’aime bien Ji Chang Wook, donc je voulais voir ce que cela donnerait. L’épisode 1… ne s’est pas exactement bien passé. A vrai dire, l’épisode 1 m’a mi-agacée mi-ennuyée. Mais qu’un pilote de drama soit trompeur, ça arrive, et ce n’aurait pas été la première fois qu’un premier épisode m’agace avant que la série finisse par me conquérir, donc j’ai décidé de continuer à laisser sa chance à Melting me Softly.

 

Néanmoins, arrivée à la fin de l’épisode 3, il a bien fallu que je me rende à l’évidence : je n’avais (et n’ai toujours) strictement aucun désir de voir la suite. J’étais lasse, avec un début de mal de tête, sans aucune curiosité, et j’avais déjà passé deux épisodes à combattre mon envie de faire « avance rapide » sur certaines scènes, donc même si en général, j’essaie de regarder quatre épisodes avant d’écrire ce genre d’article (c'est pour ça que l'article a d'abord été publié avec une erreur dans le titre, tant je suis habituée à écrire "eps 1 à 4"), là, j’ai décidé de jeter l’éponge plus tôt, car j’avais/ai d’autres choses à regarder.

 

Causons.

 

Dès l’épisode 1, le drama n’a pas réussi à m’engager du tout, avec ses va et viens entre présent et passés, trop désorganisés et lourds pour moi. L’intention semblait être de vouloir nous intriguer, mais pas de bol, pour une fois, j’avais lu le synopsis, donc je savais déjà ce qui se passait, et tout ce que ces flash-backs ont réussi à créer pour moi est une overdose ne me permettant pas de me poser deux secondes pour ressentir une connexion aux personnages. Je pense sincèrement que n’importe quel autre choix aurait été meilleur : par exemple lancer le drama en 2019 au réveil des personnages et les laisser se débattre avec leur désarroi avant de commencer à comprendre ce qui s’est passé, ou simplement commencer « dans l’ordre », en 1999, et de façon plus linéaire. Pour moi, l’épisode 1 a semblé bordélique, disjoint, et faisait très « info dump », me balançant des tas de briques (certaines essentielles, d’autres superflues) au visage sans construire quoi que ce soit de solide avec. Pas convaincue par l’écriture de ce premier épisode, donc… Ou par l’écriture de la suite, parsemée de trucs improbables ou simplement mal amenés qui n’aident pas.

 

Bien sûr, je ne demande pas au drama d’être réaliste. Mais comme je n’étais clairement pas happée, j’ai passé beaucoup de temps à me poser des tas de questions, du genre : le scientifique responsable de l’expérience est-il le scientifique le plus nul au monde ? De base, quand tu as un truc que tu veux cacher, le mettre en pleine vue, au milieu de la pièce où des gens de la télé sont en train de tourner, c’est pas idéal (en plus, le type a une sorte de cave à laquelle on accède par un passage secret… genre, tu veux pas les mettre là, plutôt, tes trucs hypra secrets ?). Mais aussi, toute l’expérience pue l’irresponsabilité, avant et après que ça déconne. Si les deux personnages principaux pouvaient en fait être réveillés à tout moment, et vu le temps que ça prend (cinq minutes) de faire l’injection, le professeur ne pouvait-il pas les réveiller AVANT de s’enfuir en catastrophe ? Et d’ailleurs, vu qu’il s’agit juste de faire une piqûre, est-ce qu’il ne pouvait pas au moins expliquer à son assistant comment faire, au cas où ? Il n’y a aucune mesure de sécurité ! Ensuite, l’assistant garde un œil sur tout ce monde endormi pendant vingt ans, et là encore : aucune mesure de sécurité ! Qu’il ne veuille pas mettre quelqu’un de plus au courant et avoir un garde sur place, pourquoi pas, mais est-ce qu’il n’aurait pas au moins pu fermer la porte, éviter que si jamais tout ce beau monde se réveillait, ils puissent se barrer tranquille. Et une fois réveillés, est-ce qu’il ne va pas, je ne sais pas, faire des examens ? Un truc, au moins ? D’ailleurs, une fois que les personnages principaux se réveillent, j’aimerais qu’on m’explique comment ils arrivent (dans l’état hyper affaibli où ils sont, en plus) à se retrouver habillés, avec toutes leurs affaires, en plein centre-ville, alors qu’en plus ça n’a pas l’air d’être la porte à côté.

[Premières Impressions] Melting me softly  날 녹여주오 (eps 1 à 3)[Premières Impressions] Melting me softly  날 녹여주오 (eps 1 à 3)
[Premières Impressions] Melting me softly  날 녹여주오 (eps 1 à 3)
[Premières Impressions] Melting me softly  날 녹여주오 (eps 1 à 3)[Premières Impressions] Melting me softly  날 녹여주오 (eps 1 à 3)

Il y a des dramas où j’aurais pu passer par-dessus tout cela. Le souci avec Melting Me Softly, néanmoins, c’est que comme je n’étais pas engagée du tout, j’avais l’esprit très libre pour me faire ces remarques et m’en agacer. D’autant que comme, pour moi, le drama ne coulait pas naturellement mais rendait très évidente sa mécanique (parce qu’elle tournait mal), je ne pouvais pas m’empêcher de la regarder, cette mécanique, et de me poser des questions dessus.

 

Néanmoins, clairement, le plus gros souci de ce drama, à mes yeux, c’est son humour, et la façon dont il est utilisé.

 

Mon premier souci avec cet humour, et c’est tout personnel (comme le reste, certes), c’est simplement qu’il ne me correspond pas, si bien que 99% des moments comiques m’ont laissée de marbre/agacée. Il y a des moments où j’ai souri : la scène (dans l’épisode 2) où Ma Dong Chan essaie de sortir une phrase entière en se réveillant/perdant connaissance sans arrêt m’a amusée, par exemple, et j’aime beaucoup la petite remarque de la policière qui, découvrant la date de naissance de Go Mi Ran (qui a « pris » vingt ans sans les prendre, du coup), se demande quel genre de cosmétiques elle peut bien utiliser En général, je trouve que Ji Chang Wook et Won Jin A se débrouillent en comédie, de toute façon, mais voilà : je n’adhère simplement pas au type de comédie dans lequel donne Melting me Softly.

 

A la limite, les drôles de parodies et les musiques déjà utilisées milles fois de la même façon (genre les morceaux sortis de Kill Bill  ou Chariots of Fire), je pourrais faire avec. A vrai dire, dans un drama que j’aimerais mieux, ça pourrait même me faire sourire (et je peux pas mentir non plus : entendre Battle without honor or humanity est toujours un plaisir, parce qu’il est bad-ass, ce morceau). Idem pour toutes les références à la glace lors de la scène de Dong Chan et sa famille (« meurs gelé », la statue de glace, l’évocation de l’Alaska) qui m’ont paru reloues ici mais m’auraient peut-être semblé plus inoffensives dans un autre contexte. Comme j’en parlais dans mon article sur Legal High : quand quelqu’un raconte une blague (ou fait un gag), le quelqu’un a son importance. Du reste, même sans parler d’humour, quand quelque chose est émis, la relation de l’émetteur à son destinataire est toujours importante. C’est une évidence : le même message/geste ne sera pas reçu de la même façon selon qui en est l’auteur. Or… ma relation avec ce drama était que je voulais qu’il me laisse tranquille. Littéralement, je voulais qu’il se taise.

 

Je ne sais pas qui me lit (si quelqu’un est en train de me lire), mais si vous trainez par chez moi depuis un moment, vous devez savoir que je ne suis pas fana de bruit. Je n’aime pas qu’on m’agresse les oreilles, et en général, je ne trouve pas que plus fort = plus drôle. Les grimaces hyper exagérées ne sont pas non plus ce qui me parle le plus en humour, encore que certains acteurs arrivent à bien doser la chose, et qu’il y a toujours des exceptions à tout. Ici, néanmoins, ça ne passe pas pour moi. Les grimaces et les cris me tapent simplement sur le système. La famille de Ma Dong Chan, son caméraman, et l’ex de Mi Ran (interprété par un acteur, Shim Hyung Tak, que j’étais pourtant contente de retrouver après Touch your Heart) sont les pires coupables de ça. Et encore, la nouvelle version de l’ex n’a pas encore été trop à l’écran (et a quand même eu le temps de m’agacer), mais alors la famille et le caméraman, à chacune de leurs scènes, j’avais la mâchoire qui se crispait, et j’avais envie de tout sauter, d’autant que ça s’étirait, ça s’étirait. Ah ça, le drama n’hésite pas à couper court à certaines scènes importantes, mais il a le temps pour les grimaces et les cris.

[Premières Impressions] Melting me softly  날 녹여주오 (eps 1 à 3)[Premières Impressions] Melting me softly  날 녹여주오 (eps 1 à 3)[Premières Impressions] Melting me softly  날 녹여주오 (eps 1 à 3)
[Premières Impressions] Melting me softly  날 녹여주오 (eps 1 à 3)[Premières Impressions] Melting me softly  날 녹여주오 (eps 1 à 3)
[Premières Impressions] Melting me softly  날 녹여주오 (eps 1 à 3)[Premières Impressions] Melting me softly  날 녹여주오 (eps 1 à 3)[Premières Impressions] Melting me softly  날 녹여주오 (eps 1 à 3)
[Premières Impressions] Melting me softly  날 녹여주오 (eps 1 à 3)[Premières Impressions] Melting me softly  날 녹여주오 (eps 1 à 3)

Bon, bon, en vrai, je suppose que pour quelqu’un adhérant à l’humour de la série, ça ne doit pas paraître si long, mais pour moi c’était de la torture. Et bien entendu, chacun déterminera ce qui lui semble être important… mais…

 

J’en viens à mon second problème avec la comédie du drama : je la trouve invasive, et elle empêche de passer l’émotion qui pourrait/devrait naître de certaines situations. Le meilleur (et, à la fois, pire) exemple se situant dans l’épisode 3 à mon sens, dans la façon dont le drama gère la nouvelle que le père de Ma Dong Chan est décédé dans les vingt années que notre héros a manquées.

 

Dong Chan apprend que son père est mort, et il a à peine le temps de réaliser la chose, n’a pas le temps de réagir, que BOUM, transition sur un personnage secondaire qui fait son yoga en buvant un placement de produit. C’est même pas comme si on passait à une autre situation importante ou dramatique : on change radicalement de ton et on se retrouve dans la dispute maritale de deux personnages auxquels on vient à peine d’être introduits (dans leurs versions plus âgées, j’entends). Ensuite le caméraman et son patron font des grimaces, la famille de Dong Chan cause un peu, et on revient à Dong Chan qui regarde des photos de famille, et un peu d’émotion commence à poindre son nez… mais le drama ne peut pas s’empêcher de couper ça avec un gag. Lorsque Dong Chan finit par se rendre sur la tombe de son père et s’excuser de n’avoir pas été là, je ne ressentais strictement rien. Ji Chang Wook est un acteur que j’aime beaucoup, et j’apprécie particulièrement l’émotion et la vulnérabilité qu’il sait donner à ses personnages, mais dans ce drama il ne provoque absolument rien chez moi (côté émotions… sinon il m’a fait sourire une ou deux fois, et il fait très plaisir à mes yeux), parce que le drama ne le laisse pas faire. Ses relations aux autres ne sont qu’un gag 90% du temps. Sa relation avec sa petite-amie est la seule qui a le droit à des scènes véritablement sérieuses où l’émotion et le poids des situations ne sont pas parasitées par des gags, et sans surprise, c’est la seule qui m’intéresse un peu.

[Premières Impressions] Melting me softly  날 녹여주오 (eps 1 à 3)[Premières Impressions] Melting me softly  날 녹여주오 (eps 1 à 3)
[Premières Impressions] Melting me softly  날 녹여주오 (eps 1 à 3)[Premières Impressions] Melting me softly  날 녹여주오 (eps 1 à 3)[Premières Impressions] Melting me softly  날 녹여주오 (eps 1 à 3)
[Premières Impressions] Melting me softly  날 녹여주오 (eps 1 à 3)[Premières Impressions] Melting me softly  날 녹여주오 (eps 1 à 3)
[Premières Impressions] Melting me softly  날 녹여주오 (eps 1 à 3)[Premières Impressions] Melting me softly  날 녹여주오 (eps 1 à 3)

L’héroïne, Go Mi Ran, a quand même plus de chance de ce côté-là, car elle a droit à des scènes véritablement émotionnelles qui ne finissent pas sabotées. Elle a aussi des tas de scènes de comédie, mais a plein de moments sincères qui ne sont pas interrompus, et c’est probablement en grande partie pour ça que j’apprécie bien plus son personnage à elle, et me sens plus investie dans ce qui lui arrive : elle fait plus humaine. L’actrice me plait également bien. A cause de mes hiatus dramatesques, j’ai raté les débuts de carrière de Won Jin A mais, ici, elle me plait, particulièrement à partir de l’épisode 2. Elle a un personnage physiquement très fort, qui a de l’assurance, de la résolution, n’a pas froid aux yeux, protège les gens qu’elle aime avec poigne, et à la fois, l’actrice joue très bien la fragilité émotionnelle résultant du traumatisme qui lui tombe dessus. J’ai juste un peu peur de ce que va faire le drama de son petit-frère, qui est le personnage que la série utilise vraiment pour créer de l’émotion, concernant Mi Ran. On ne sait pas exactement ce qu’il a, mais il semble qu’il ait un handicap mental ( ?), et je ne suis pas suffisamment éduquée sur la question pour réellement discuter de sa représentation, mais la scénariste étant qui elle est, et ayant écrit la flopée de blagues homophobes + « la violence domestique, c’est fun » + « ma fille, la façon de gagner le cœur de cet homme est d’utiliser ta superforce pour le violer et le faire changer d’orientation sexuelle » de Strong Woman Do Bong Soon… Mettons que je n’ai pas hyper confiance en sa capacité à aborder certains sujets.

[Premières Impressions] Melting me softly  날 녹여주오 (eps 1 à 3)[Premières Impressions] Melting me softly  날 녹여주오 (eps 1 à 3)
[Premières Impressions] Melting me softly  날 녹여주오 (eps 1 à 3)[Premières Impressions] Melting me softly  날 녹여주오 (eps 1 à 3)
[Premières Impressions] Melting me softly  날 녹여주오 (eps 1 à 3)[Premières Impressions] Melting me softly  날 녹여주오 (eps 1 à 3)[Premières Impressions] Melting me softly  날 녹여주오 (eps 1 à 3)
[Premières Impressions] Melting me softly  날 녹여주오 (eps 1 à 3)[Premières Impressions] Melting me softly  날 녹여주오 (eps 1 à 3)

Pour revenir à mon « l’humour parasite l’émotion » : je pense que ça a vraiment fait du mal à ce début de drama, pour moi.

 

La raison pour laquelle j’étais intéressée par le concept, à la base, était tous les sujets que ça pouvait permettre d’aborder. Nos personnages principaux se réveillent vingt ans dans le futur, juste assez pour se sentir déconnectés tout en pouvant voir ce qu’ils ont raté. Dans le sens où, par exemple, quand ils se réveillent, leur famille n’est pas morte depuis des années et ils peuvent voir la vieillesse de leurs parents, les naissances et les mariages (et divorces) qu’ils ont ratés, et l’effet que leur absence a eu sur leurs proches. Avec un set-up pareil, le drama a une occasion parfaite de parler de tas de choses : le temps qui passe, nos relations avec nos proches, avec notre environnement, la façon dont la société change ou ne change pas en quelques années. Mais le drama veut tellement s’assurer d’être léger qu’il ne se penche, à mon goût, que très peu sur toutes ces choses pour le moment, et même l’héroïne, qui a eu droit à des moments plus « nus » que notre héros, est déjà dans les couloirs de son ancienne fac à marcher de façon assurée, le sourire aux lèvres. Bien sûr, elle joue peut-être juste les braves, et puis le drama n’en est qu’à ses débuts et a encore 13 épisodes pour explorer les thèmes que j’ai cités (ou d’autres), d’autant que pour être juste : il a commencé (notamment avec, encore une fois, le personnage de la petite-amie de Dong Chan, Yoon Hee, sans doute une autre raison pour laquelle ce personnage retient mon attention.) Et puis le drama n’a pas à faire ce que moi je veux qu’il fasse, et s’il a envie d’être principalement une comédie, il a le droit. Mais je ne pense pas qu’une comédie doive forcément sacrifier les émotions plus difficiles, et le souci de voir nos personnages reprendre leur vie si vite, avec si peu de temps passé à gérer le traumatisme qui vient de leur tomber dessus (comme la perte d’un parent, par exemple), c’est qu’à mes yeux… ils ne semblent pas vraiment humains.

 

Dans une série comme Futurama, par exemple, ça passe mieux, parce que Fry (qui se réveille 1000 ans après être accidentellement tombé dans une cryo-capsule) est un personnage animé, dans un cartoon, et on accepte plus facilement certains raccourcis qui en finissent par sembler moins brutaux que ceux de Melting me Softly dont les personnages me semblent être des caricatures, mais dans un monde réel, les deux ne se réconciliant pas suffisamment bien pour que la sauce prenne. Et elle est là, la vraie mauvaise conséquence de la comédie intrusive et de la légèreté forcée de Melting me Softly, pour moi : elles m’empêchent de croire aux personnages, donc je n’y accroche pas, donc je me moque de savoir ce qui va leur arriver.

 

Il y a quelques petites choses, dans ces trois premiers épisodes, que j’ai appréciées. Quelques moments d’humour qui m’ont fait sourire. Et puis j’aime bien le casting principal, j’étais contente de retrouver Ji Chang Wook, ainsi que de voir Lee Hong Ki (même avec cette coupe de cheveux) et Baro dans des caméos (ils jouent les versions jeunes du caméraman de Dong Chan et de l’ex de Mi Ran)*.

[Premières Impressions] Melting me softly  날 녹여주오 (eps 1 à 3)[Premières Impressions] Melting me softly  날 녹여주오 (eps 1 à 3)
[Premières Impressions] Melting me softly  날 녹여주오 (eps 1 à 3)[Premières Impressions] Melting me softly  날 녹여주오 (eps 1 à 3)

Par ailleurs, j’ai toujours un petit faible pour les ambiances un chouïa rétro, donc les scènes en 1999 avaient une nostalgie qui me parlait et, de façon générale, le drama utilise des tas de chansons qui me plaisent, telles que Can’t take my eyes off you, ou 관찰 de GOD, que je ne connaissais pas mais qui m’a aussitôt tapé dans l’œil (enfin… l’oreille, je suppose).

 

Mais tout ça, honnêtement, ce ne sont que des détails, et ça ne rattrape pas le reste. Bien sûr, le drama pourrait encore s’améliorer, mais vu à quel point je n’accroche pas, et en prenant en compte ma précédente expérience avec cette scénariste, je pense qu’il vaut mieux que j’arrête là. Si vous êtes plus sensible à l’humour du drama, vous passerez sans doute un meilleur moment que moi, vu la place qu’il prend, mais pour ma part, je quitte le navire.

[Premières Impressions] Melting me softly  날 녹여주오 (eps 1 à 3)[Premières Impressions] Melting me softly  날 녹여주오 (eps 1 à 3)
[Premières Impressions] Melting me softly  날 녹여주오 (eps 1 à 3)[Premières Impressions] Melting me softly  날 녹여주오 (eps 1 à 3)
[Premières Impressions] Melting me softly  날 녹여주오 (eps 1 à 3)[Premières Impressions] Melting me softly  날 녹여주오 (eps 1 à 3)
[Premières Impressions] Melting me softly  날 녹여주오 (eps 1 à 3)[Premières Impressions] Melting me softly  날 녹여주오 (eps 1 à 3)[Premières Impressions] Melting me softly  날 녹여주오 (eps 1 à 3)

* D’ailleurs, le drama a aussi un caméo de L. Joe, qui était dans TEEN TOP, donc c’est peu la fiesta des caméos Kpop, mais je dois bien admettre que je n’avais pas reconnu L. Joe avant que quelqu’un en fasse la remarque sur twitter (pour être honnête, dans TEEN TOP, je reconnaissais juste Niel, moi ><). => reprendre la lecture

 

Mes Premières Impressions des dramas de Septembre et Octobre 2019:

 

Tous mes dramas de 2019 (PIs, Bilans, etc): ICI

 

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :