[Premières Impressions] Psychopath Diary 싸이코패스 다이어리 (éps 1 à 4)

Publié le 2 Décembre 2019

 

Episodes 1 à 4

 

Diffusé en 2019-2020

Sur tvN

Parti pour faire 16 épisodes d’1h15 (à peu près)

Réalisé par Lee Jong Jae

Ecrit par Ryoo Yong Jae, Kim Hwan Chae et Choi Sung Joon

 

 

Avec :

Yoon Si Yoon : Yook Dong Sik

Jung In Sun : Shim Bo Kyung

Park Sung Hoon : Seo In Woo

Et des tas d’autres gens…

 

 

Dontesque ?

Yook Dong Sik est un employé ordinaire, gentil avec tout le monde, mais qui a tendance à se laisser exploiter, en particulier par ses collègues. Témoin d’un meurtre, il ramasse le journal du tueur mais est aussitôt percuté par la voiture de patrouille de la policière Shim Bo Kyung et son équipier. Rendu amnésique par le choc, il pense que le journal lui appartient, et le voilà persuadé d’être un redoutable serial-killer...

 

 

Tous mes dramas de 2019 (PIs, Bilans, etc): ICI

 

 

oOo

Tous les dramas en cours de diffusion que je regardais sont terminés : il est donc temps d’en commencer d’autres ! Et j’en ai plusieurs à l’esprit (je risque même de céder au piège et tenter Chocolate, malgré sa scénariste, chose faible que je suis), le premier étant celui-ci, qui me faisait tout particulièrement de l’œil. L’idée de départ semblait avoir du potentiel dans le genre « comédie sombre », et j’aime beaucoup Yoon Si Yoon, donc j’étais toute prête à m’amuser avec lui, quitte à ce que mon cœur se retrouve un chouïa malmené d’abord, puisque l’idée est que, avant de ramasser le fameux journal, notre héros est un type sur lequel tout le monde marche sans scrupule. Le drama, usant d’une technique classique, s’assure de nous inspirer de la compassion pour son personnage principal en le foutant bien dans la merde dès le départ : non seulement on l’exploite mais l’histoire commence pile au moment où son patron a fait pression sur lui pour faire passer un document frauduleux, puis lui fout toute la responsabilité sur le dos, si bien que notre héros se retrouve sur le point de se faire virer. Et pour parfaire les choses, l’info est révélée à sa famille au milieu d’une célébration, qui vire au cauchemar, et retourne bien le couteau dans la plaie. Bref, après un flash-forward « mise en bouche » dans lequel on le découvre arrêté par la police histoire d’attiser notre curiosité, on revient en arrière et on découvre une vie pas exactement fun qui m’a inspiré pas mal de pleurs intérieurs en mode « arrêtez de malmener la poupette, plize ;A; » tandis que tout le monde profitait de sa gentillesse, l’exploitant sans merci.

 

Tout le monde ? Ok, pas tout à fait.

 

On entend parfois que la gentillesse est une faiblesse, qu’il faut être un requin pour survivre parmi les autres requins, mais ce n’est pas exactement la position de Psychopath Diary, qui n’avance ni que gentil = faible, ni que la gentillesse n’entraine que de la maltraitance. A vrai dire, la gentillesse de Dong Sik lui vaut l’aide et l’affection de plusieurs personnes. Par exemple, il promène les chiens du père de l’héroïne sans se faire payer, juste pour rendre service, et personne n’abuse de lui, on lui est juste reconnaissant, il est bien accueilli. Par ailleurs, il se trouve plusieurs fois dans des positions louches, où il a quelque chose à se reprocher, mais chaque fois, il s’en sort, parce qu’il est si gentil que personne ne peut croire qu’il ait fait quelque chose de mal. Bien entendu, je ne dis pas que c’est une bonne chose (inculper ou pas une personne ne devrait certainement pas se faire sans enquête et sur sa simple réputation), et encore moins qu’il faut être gentil pour en tirer des bénéfices (c’est le principe du #niceguy et spoiler : c’est pas « nice » du tout) et échapper à la loi, mais simplement que le drama présente des cas où la gentillesse du héros a des retombées positives sur sa vie. Même ses collègues commencent à l’apprécier et se montrer plus humains avec lui. L’une d’entre elles lui est même venue en aide, risquant gros, en réponse à la gentillesse dont il a fait preuve avec elle, et c’est un grand moment, surtout après toute la merde par laquelle ces mêmes collègues l’ont fait passer. A un moment donné, ils vont carrément boire à sa santé, parce qu’il s’est sacrifié pour l’équipe, et arrivent à le célébrer tout en l’excluant complètement de la fête. Parce qu’ils n’en ont rien à battre. Parce qu’en vérité, ce n’est pas qu’il leur a fait une faveur : ils ont simplement réussi à le forcer à faire quelque chose. Et ce n’est pas du tout la même chose.

[Premières Impressions] Psychopath Diary  싸이코패스 다이어리 (éps 1 à 4)[Premières Impressions] Psychopath Diary  싸이코패스 다이어리 (éps 1 à 4)
[Premières Impressions] Psychopath Diary  싸이코패스 다이어리 (éps 1 à 4)[Premières Impressions] Psychopath Diary  싸이코패스 다이어리 (éps 1 à 4)
[Premières Impressions] Psychopath Diary  싸이코패스 다이어리 (éps 1 à 4)[Premières Impressions] Psychopath Diary  싸이코패스 다이어리 (éps 1 à 4)

Le drama n’avance pas que « gentillesse = faiblesse », il n’essaie pas de dire « ne soyez pas gentils, endurcissez-vous », non, au contraire, soyez des gens bien… mais ne vous négligez pas au passage, parce que c’est un raccourci vers une existence bien malheureuse. C’est ça le souci, ici. La famille de Dong Sik lui somme de se défendre plus, et ils ont raison. Être quelqu’un de bien, ce n’est pas dire « oui » à tout, ce n’est pas se sacrifier sans arrêt. D’autant que Dong Sik ne le fait même pas volontairement, la moitié du temps ! Il n’a simplement pas le courage de dire « non », pas la force de s’affirmer. Et dans un environnement aussi toxique que le travail en entreprise tel que présenté par Psychopath Diary, ça peut devenir fatal.

 

Notez bien que, si on espère que Dong Sik va commencer à s’affirmer, et que ça serait devenu frustrant de le voir s’écraser sans arrêt si ce passage du drama avait duré plus longtemps, il reste victime de son exploitation, et la faute revient bien sûr à ceux qui la lui infligent. Et urgh, j’ai détesté tous ses collègues et supérieurs si fort. SI FORT. Ils l’écrasent sous le travail, lui font porter le chapeau, l’ignorent… à un moment donné, son supérieur passe même à la violence physique, lui donnant des coups de pieds, en lui disant noir sur blanc qu’il doit s’écraser s’il veut survivre. Le drama, comme tant d’autres avant lui (notamment Special Labour Inspector Jo cette année, dont c’était le sujet principal), dépeint une culture de l’exploitation où les plus faibles/bas sont les proies des plus forts/hauts, prédation qui commence dans la vie scolaire (on commence à en avoir un aperçu dans l’épisode 4, même si je ne sais pas si le drama exploitera particulièrement la chose), et se poursuit dans la vie professionnelle. Et si le drama se concentre sur la situation et l’entreprise de Dong Sik, il laisse quand même apercevoir que les choses ne sont pas meilleures ailleurs : la grande sœur de Dong Sik lit dans le journal la nouvelle qu’un employé a mis fin à ses jours, poussé à bout par son environnement professionnel. Elle appelle tout de suite Dong Sik, d’ailleurs, et… ses instincts ne l’avaient pas trompée, puisque certes, Dong Sik est à présent amnésique et ne se souvient pas de ce qu’il a enduré (il est à présent persuadé que c’était lui qui exploitait ses collègues) mais, pré-amnésie, il était à deux doigts de commette l’irréparable lui aussi, et avait même écrit sa lettre d’adieu, craquant sous la pression venant du haut.

[Premières Impressions] Psychopath Diary  싸이코패스 다이어리 (éps 1 à 4)[Premières Impressions] Psychopath Diary  싸이코패스 다이어리 (éps 1 à 4)
[Premières Impressions] Psychopath Diary  싸이코패스 다이어리 (éps 1 à 4)[Premières Impressions] Psychopath Diary  싸이코패스 다이어리 (éps 1 à 4)[Premières Impressions] Psychopath Diary  싸이코패스 다이어리 (éps 1 à 4)
[Premières Impressions] Psychopath Diary  싸이코패스 다이어리 (éps 1 à 4)[Premières Impressions] Psychopath Diary  싸이코패스 다이어리 (éps 1 à 4)

Lorsqu’on nous montre notre véritable serial-killer, buvant son vin sur fond de musique classique, j’avoue, ça m’a fait pousser un soupir, parce que le drama n’aurait pas pu choisir représentation plus classique.

C’est très cliché et j’aimerais bien voir autre chose, quoi. Mais d’un autre côté, force m’est de reconnaître que la représentation a du sens dans le contexte, parce que son vin (probablement cher) et sa musique classique, dans son décor spacieux, sont autant de marqueurs sociaux, même si, bien entendu, tous les gens pétés de thunes n’apprécient pas forcément le vin, et les gens en situation de précarité peuvent aimer la musique classique. Néanmoins, notre serial-killer, Seo In Woo, se définit lui-même comme un prédateur, et choisit des victimes en situations précaires (un étudiant sans le sou, une vieille dame à la retraite minuscule, un homme vivant à la rue, etc), donc dans un drama dont un des thèmes est l’oppression des plus précaires par les plus privilégiés, ça a du sens que tout ce que fait notre serial-killer, notre prédateur, renforce son appartenance à une classe sociale riche. La seule personne qui semble l’intimider, c’est son père, qui lui est socialement supérieur.

 

Tous clichés mis de côté… j’aime bien notre serial-killer. Il m’amuse. Enfin… okay, pas lui-même, en soi, tout seul. C’est un type dangereux qui prend du plaisir à regarder les gens mourir, et je ne voudrais ni être copine avec lui, ni le croiser dans la rue. Et lorsqu’il est seul à l’écran, surtout quand il boit son vin dans sa tour, il ne me passionne pas, mais sa relation avec Dong Sik, en revanche, m’amuse beaucoup. Toute la partie du drama où il essaie de l’approcher et de l’aider (par intérêt personnel, pas par altruisme, bien entendu) et où Dong Sik, amnésique et ne sachant donc pas à qui il a affaire (c’est-à-dire un des fils du patron qui pourrait reprendre la boite), lui fout vent sur vent, m’a beaucoup amusée. Puis on entre dans une phase de fascination, où In Woo pense que Dong Sik est un génie machiavélique, tandis que Dong Sik n’a aucune idée à quel point le type qu’il a en face, et qui n’est pas habitué du tout à être rejeté, est dangereux. J’aimais tellement ces interactions qu’honnêtement, j’étais à deux doigts d’espérer qu’In Woo prenne Dong Sik sous son aile et lui apprenne à devenir un bon petit serial-killer. On aurait dit un type amoureux essayant en vain d’inviter son crush à sortir, et j’aurais presque eu de la peine pour In Woo si 1/ il n’avait pas été un serial-killer, et 2/ je ne m’étais pas autant amusée. Les vents, les sous-entendus à côté desquels Dong Sik passe complètement…

[Premières Impressions] Psychopath Diary  싸이코패스 다이어리 (éps 1 à 4)[Premières Impressions] Psychopath Diary  싸이코패스 다이어리 (éps 1 à 4)
[Premières Impressions] Psychopath Diary  싸이코패스 다이어리 (éps 1 à 4)[Premières Impressions] Psychopath Diary  싸이코패스 다이어리 (éps 1 à 4)[Premières Impressions] Psychopath Diary  싸이코패스 다이어리 (éps 1 à 4)
[Premières Impressions] Psychopath Diary  싸이코패스 다이어리 (éps 1 à 4)[Premières Impressions] Psychopath Diary  싸이코패스 다이어리 (éps 1 à 4)
[Premières Impressions] Psychopath Diary  싸이코패스 다이어리 (éps 1 à 4)[Premières Impressions] Psychopath Diary  싸이코패스 다이어리 (éps 1 à 4)

La comédie du « quiproquo » (quand elle est bien écrite, bien entendu) est une comédie qui me parle énormément (cf. des trucs tels que Burn after reading, Le grand blond avec une chaussure noire, Tucker and Dale vs Evil, ou My girlfriend is an agent -entaché par la présence de Kang Ji Hwan, malheureusement-) et je m’amuse donc beaucoup devant ce drama, qui multiplie les erreurs de communication et les écarts de perceptions, pas juste entre In Woo et Dong Sik, mais également entre Dong Sik et la police, Dong Sik et ses collègues, et même Dong Sik et… Dong Sik.

 

C’est amusant de le voir essayer de suivre le journal d’In Woo, vivre comme lui, mais en être physiquement incapable. Il ne peut pas suivre sa routine sportive, il n’a pas la même écriture, ni la même capacité de concentration et s’endort (et bave) sur son journal de bord plutôt que d’arriver à le remplir. Il essaie aussi d’appliquer la description de la famille d’In Woo à sa propre famille (car, coup de « bol » ils ont la même structure familiale), alors qu’elle ne correspond pas à sa réalité, Dong Sik ayant une famille aimante, contrairement à In Woo. Mais parce que ce n’est pas toujours exprimé comme il faut, Dong Sik arrive à s’illusionner, au moins un temps. Bref, oui : erreurs de communication et écarts de perceptions, à la fois dans les relations de Dong Sik à son entourage, et dans sa relation à lui-même.

 

Quelque chose que j’ai trouvé intéressant : l’illusion de Dong Sik d’être un dangereux serial-killer est quasiment présenté comme un super pouvoir. Et il y a une certaine ironie dans la façon dont il obtient ce « super pouvoir ». 

 

In Woo ne choisit pas ses victimes au hasard. Il choisit des personnes fragiles, en situation précaire, dont il peut déguiser la mort en suicide sans que ça choque leur entourage. Dong Sik entre parfaitement dans cette définition. Il était carrément sur le point de mettre fin à ses jours ! Il y a donc déjà une ironie dans le fait que notre serial-killer pense trouver un camarade, quelqu’un de similaire à lui-même (ce qui n’est pas étonnant vu que Dong Sik joue littéralement le rôle d’In Woo), précisément en quelqu’un qui correspond parfaitement aux critères de « proie » de cet auto-proclamé « prédateur ». Par ailleurs, seconde ironie, In Woo a tué des tas de gens qui voulaient vivre, en faisant passer leurs morts pour des suicides, mais a sauvé la vie de notre Dong Sik suicidaire simplement en le croisant. La première fois c’est dans l’épisode 1, quand Dong Sik est sur le toit, sur le point de sauter. Je ne pense pas que Dong Sik aurait sauté de toute façon, mais voir la voiture d’In Woo en bas dans la rue est le prétexte qu’il choisit pour redescendre du toit. Et après ça, c’est le journal d’In Woo qui sauve la vie de Dong Sik, pas aussi littéralement, mais en l’améliorant, en conférant à Dong Sik son « super pouvoir ». Un pouvoir qui l’effraie parfois, mais qu’il apprécie également, qui lui donne de l’assurance, et un pouvoir qui, pour le moment, a amélioré sa qualité de vie (même si on sait que ça va se retourner contre lui avant de probablement s’arranger à nouveau, puisqu’il sera arrêté, cf. le flash-forward). Parce que sa conviction qu’il est un dangereux tueur lui donne le courage de se défendre, et que c’était précisément ce qui lui manquait.

 

Le moment où il accepte véritablement sa « nature de tueur » est à la fin de l’épisode 1, où il se rebelle contre son supérieur hiérarchique et lui donne la frayeur de sa vie. Alors qu’il s’apprête à le frapper, on l’entend penser qu’il n’est pas le loser que tout le monde lui a décrit, qu’il devait juste faire semblant pour cacher sa véritable nature. C’est le moment où il choisit d’être un tueur, parce que c’est mieux que sa vie précédente.

[Premières Impressions] Psychopath Diary  싸이코패스 다이어리 (éps 1 à 4)[Premières Impressions] Psychopath Diary  싸이코패스 다이어리 (éps 1 à 4)
[Premières Impressions] Psychopath Diary  싸이코패스 다이어리 (éps 1 à 4)[Premières Impressions] Psychopath Diary  싸이코패스 다이어리 (éps 1 à 4)[Premières Impressions] Psychopath Diary  싸이코패스 다이어리 (éps 1 à 4)
[Premières Impressions] Psychopath Diary  싸이코패스 다이어리 (éps 1 à 4)[Premières Impressions] Psychopath Diary  싸이코패스 다이어리 (éps 1 à 4)
[Premières Impressions] Psychopath Diary  싸이코패스 다이어리 (éps 1 à 4)[Premières Impressions] Psychopath Diary  싸이코패스 다이어리 (éps 1 à 4)

Bien sûr, les actions de Dong Sik sont extrêmes, et ne seraient pas acceptables dans la vie réelle, en dehors du cadre de la fiction (mais je suis contente que le drama ne soit pas trop frileux et le laisse approcher les limites), mais les personnages qu’il menace ou dont il essaie d’organiser le meurtre sont des personnages qui, scénaristiquement, le « méritent » (on est bien d’accord que je ne préconise pas d’aller assassiner des gens, ok ?). Ce sont des gens qui, parce qu’ils étaient physiquement plus forts ou avaient plus d’argent/pouvoir, l’ont menacé, des gens qui l’ont agressé, des gens qui l’ont harcelé lui, ont persécuté d’autres employés qui faisaient leur boulot, ou des coupables de harcèlement sexuel. Quand Dong Sik les remet à leur place, parfois juste en les menaçant à l’oreille, c’est libérateur pour lui, et ça a quelque chose de très satisfaisant pour nous aussi, donc. Et c’est vrai que c’est aussi rendu divertissant par le fait que Dong Sik, qui n’a pas d’expérience, base une grosse partie de son personnage de tueur sur les films qu’il a vus et moi aussi (The Usual Ususpects, Silence of the lambs, American Psycho, Saw,…) et aussi par son inaptitude. Il peut se montrer intimidant, et ses victimes tremblent clairement, mais à la fois, nous, on voit bien que, de même qu’il a du mal à tenir les 5km qu’il est censé courir tous les jours d’après « son » journal, il n’est pas un très bon serial-killer… Il essaie de monter des plans de meurtre (sur son ordinateur de boulot dans des documents qui me font penser qu’il est à deux doigts d’une présentation power point, haha) mais il est nul, et même quand il arrive à organiser quelque chose de plutôt pas mal, ce n’est pas très au point. Par exemple : il essaie de prendre une voix menaçante et pour la victime, ça fonctionne, parce qu’elle est dans une situation stressante, mais nous on voit bien que ça ne lui correspond pas, qu’il y a des maladresses… (déjà, il y a un passage où il oublie carrément de modifier sa voix).

 

Maintenant, pour être honnête, je trouve que notre véritable serial-killer, il n’est pas ouf à son job non plus, hein. Se dévoiler trop vite, ne pas avoir remarqué qu’une victime n’était pas tout à fait morte, laisser des preuves évidentes, cramer un bâtiment sans vérifier d’abord que ce qu’on voulait détruire était bien dedans… c’est pas du travail soigné tout ça, tss.

 

Néanmoins, Dong Sik est encore moins bon, et ne s’en sort (pour le moment) que grâce à la chance. Et je m’amuse à le regarder faire, d’autant que, c’est vrai, je suis aidée par la certitude que le drama ne le laissera sans doute pas aller réellement jusqu’au meurtre. Ce n’est juste pas dans sa nature.

 

Ou est-ce dans sa nature ?

[Premières Impressions] Psychopath Diary  싸이코패스 다이어리 (éps 1 à 4)[Premières Impressions] Psychopath Diary  싸이코패스 다이어리 (éps 1 à 4)
[Premières Impressions] Psychopath Diary  싸이코패스 다이어리 (éps 1 à 4)[Premières Impressions] Psychopath Diary  싸이코패스 다이어리 (éps 1 à 4)[Premières Impressions] Psychopath Diary  싸이코패스 다이어리 (éps 1 à 4)
[Premières Impressions] Psychopath Diary  싸이코패스 다이어리 (éps 1 à 4)[Premières Impressions] Psychopath Diary  싸이코패스 다이어리 (éps 1 à 4)
[Premières Impressions] Psychopath Diary  싸이코패스 다이어리 (éps 1 à 4)[Premières Impressions] Psychopath Diary  싸이코패스 다이어리 (éps 1 à 4)

OK, non. Mais le drama pose la question. Dong Sik était quelqu’un de moralement droit : est-ce que c’était sa nature profonde, ou est-ce que ça a été acquis par expérience ? Maintenant qu’il a perdu ses souvenirs de qui il est, et s’approprie l’expérience d’un autre, est-ce qu’il va aussi s’approprier la « nature » de cet autre, ou est-ce qu’il ne peut être que lui-même ? Le drama, pour le moment, semble avancer que Dong Sik, même amnésique, ne peut pas complètement changer qui il est. Il a toujours sa conscience (d’où les cauchemars où ses « victimes » viennent le hanter), il n’arrive pas à aller au bout des choses, il ne peut pas s’empêcher d’aider les gens dans le besoin, de ressentir de l’empathie et de la compassion pour les autres. Et autour de lui, on peut noter que c’est son « côté lumineux » que les êtres aux meilleurs instincts semblent sentir. « Les chiens sentent ma véritable nature », se réjouit-il, ravi de voir les chiens se « soumettre » à lui, pensant qu’ils sentent en lui le prédateur, le mâle alpha, alors que les chiens s’approchent simplement de lui parce qu’ils sentent qu’il aime les animaux et est quelqu’un de bien. Indiquant donc que ce serait ça, sa « vraie nature ». Il se passe d’ailleurs quelque chose de similaire avec Shim Bo Kyung, notre policière d’héroïne.

 

Je n’ai pas parlé trop d’elle, mais c’est un personnage que j’apprécie, pour le moment. J’ai même eu un coup de cœur pour l’actrice à la seconde où elle est apparue, sans que ce soit justifié par quoi que ce soit en particulier… Je sais pas, je l’ai vue, elle m’a plu. Peut-être qu’elle me rappelle quelqu’un, mais en tous cas, je l’aime bien, et j’apprécie aussi le personnage que j’ai hâte de voir gérer tout le bordel « Dong Sik est-il l’auteur de tous ces meurtres ? Et si ce n’est pas lui, alors qui ? », sans compter le policier évidemment corrompu auquel elle fait encore confiance pour le moment. Par ailleurs, je trouve intéressant qu’elle ne suspecte Dong Sik qu’au bout de quatre épisodes, alors qu’elle aurait dû commencer bien plus tôt…

[Premières Impressions] Psychopath Diary  싸이코패스 다이어리 (éps 1 à 4)[Premières Impressions] Psychopath Diary  싸이코패스 다이어리 (éps 1 à 4)
[Premières Impressions] Psychopath Diary  싸이코패스 다이어리 (éps 1 à 4)[Premières Impressions] Psychopath Diary  싸이코패스 다이어리 (éps 1 à 4)

Bo Kyung n’est pas parfaite, et (le sort de son père l’ayant refroidie) elle n’est pas tout de suite motivée à enquêter sur ce qu’elle trouve louche dans les affaires de suicides qui s’accumulent, mais elle a un bon instinct (personnifié par une hallucination de son père en costume de détective). Et après sa rencontre avec Dong Sik, il se passe quand même des tas de trucs douteux : il se trouve à des endroits louches, il est plusieurs fois accusé de violence, etc. Et pour cause : il commet effectivement des actes violents et menace des gens. Donc vu tout ce qui s’accumule, on se dit que, quand même, elle devrait commencer à se poser des questions plus vite. Mais à la fois, si elle ne s’en pose pas tout de suite, c’est parce que, comme les chiens, son instinct lui dit que Dong Sik est quelqu’un de bien, elle sent ce que même lui ne réalise plus. Quelque part, c’est comme si son instinct était trop affûté pour voir l’évidence, parce que c’est Dong Sik qui se trompe sur lui-même.

 

Mais à la fois, pas tout à fait.

 

Il y a du bon en Dong Sik, c’est évident, mais à la fois, ok il est amnésique et pense être quelqu’un d’autre, mais personne ne le force à continuer à être ce qu’il pense qu’il était. Après avoir découvert qu’il « était un serial-killer » il aurait pu faire le choix de profiter de son amnésie pour faire tabula rasa de son « passé », et devenir quelqu’un de meilleur, arrêter de tuer des gens. C’est quand même une routine particulière qu’il choisit de reprendre ! Et c’est bien ça : un choix. Il n’a peut-être pas « ce qu’il faut » pour être un tueur, mais il y a bien quelque chose en lui, une frustration, qui le fait craquer. Je me demande d’ailleurs si sa fascination pour tout ce qui touche au meurtre (au cinéma comme en littérature) est censée être interprétée comme une manifestation de cette frustration. Est-ce que regarder des films violents était un moyen d’évacuer ses sentiments avant qu’il commence à agir réellement ? Bien sûr, je ne dis pas que tous les gens qui aiment ce genre de films (genre : moi) sont des frustrés qui rêvent d’étriper leur patron… juste que c’est peut-être ce que le drama essaie de nous dire à propos de ce personnage en particulier, que Dong Sik en soit conscient ou pas. Et bien entendu, c’est aussi une façon de créer une situation dans laquelle il est facile pour Dong Sik de se croire un tueur, sans oublier que ses connaissances en matière de meurtres (qu’il n’a pas oubliées, l’amnésie étant partielle) lui donnent des modèles à reproduire quand il passe en mode « tueur ».

 

En tous les cas, pour le moment ce drama me plait bien. Je m’amuse beaucoup à le regarder, et je suis curieuse de voir jusqu’où ils vont pousser notre personnage principal, comment il va s’en sortir s’il s’en sort, et tous les quiproquos externes et internes dans lesquels il peut encore se fourrer. J’attends donc la suite avec enthousiasme :)

[Premières Impressions] Psychopath Diary  싸이코패스 다이어리 (éps 1 à 4)[Premières Impressions] Psychopath Diary  싸이코패스 다이어리 (éps 1 à 4)
[Premières Impressions] Psychopath Diary  싸이코패스 다이어리 (éps 1 à 4)[Premières Impressions] Psychopath Diary  싸이코패스 다이어리 (éps 1 à 4)
[Premières Impressions] Psychopath Diary  싸이코패스 다이어리 (éps 1 à 4)[Premières Impressions] Psychopath Diary  싸이코패스 다이어리 (éps 1 à 4)
[Premières Impressions] Psychopath Diary  싸이코패스 다이어리 (éps 1 à 4)[Premières Impressions] Psychopath Diary  싸이코패스 다이어리 (éps 1 à 4)

 

 

Mes Premières Impressions des dramas de Novembre et Décembre 2019:

 

Tous mes dramas de 2019 (PIs, Bilans, etc): ICI

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :