[Premières Impressions] Itaewon Class 이태원 클라쓰 (eps 1-4 /16)

Publié le 14 Février 2020

 

Episodes 1 à 4

 

Diffusé en 2020

Sur JTBC

Parti pour faire 16 épisodes d’1h

Réalisé par Kim Sung Yoon

Ecrit par Jo Gwang Jin

D’après le webcomic de Jo Gwang Jin

 

Avec :

Park Seo Joon : Park Sae Ro Yi

Kim Da Mi : Jo Yi Seo

Kwon Na Ra : Oh Soo Ah

Yoo Jae Myung : Jang Dae Hee

Kim Dong Hee : Jang Geun Soo

Ahn Bo Hyun : Jang Geun Won

Kim Hye Eun : Kang Min Jung

Ryoo Kyung Soo : Choi Seung Kwon

Lee Joo Young : Ma Hyun Yi

Chris Lyon : Tony Kim

Etc

 

 

Dontesque ?

Lorsque son père est tué, renversé par la voiture d’un ancien camarade de classe, Park Sae Ro Yi sait qu’il n’obtiendra pas justice : l’ex-camarade de classe en question, ayant causé son expulsion, est le fils d’un PDG riche, et Sae Ro Yi a déjà eu affaire à lui. Dans un élan de rage, il manque de le tuer, mais est arrêté à temps grâce à l’intervention de Soo Ah, la jeune fille dont il est amoureux. Il est envoyé en prison et en ressort avec une idée fixe : se venger en détruisant la compagnie du père. Pour cela, il commence par ouvrir un restaurant dans le quartier d’Itaewon, et plusieurs personnes viendront travailler pour lui, dont Jo Yi Seo, une jeune femme géniale aux tendances sociopathes.

 

Tous mes dramas de 2020 (PIs, Bilans, etc): ICI

 

 

oOo

Je ne sais même pas pourquoi j’ai lancé ce drama… je n’avais aucune idée de quoi il allait parler, je ne savais pas qui était au scénario1 ni à la réal, et n’avais même pas regardé le casting. Mais je l’ai commencé tout de suite, juste parce qu’il était là, et écoutez, j’ai drôlement le bien fait, parce que de tous les dramas que j’ai commencés ce mois-ci (The Game : Towards Zero, Forest, celui-là, et Tell me what you saw) c’est de loin mon début favori. Il part super bien ! De l’ambiance visuelle à la musique en passant par les personnages, leur développement, et le casting (avec même un caméo de Yoon Park, wouhou !), je suis toute conquise par Itaewon Class, qui m’a happée dès l’épisode 1, en ne perdant pas de temps à établir la situation, à rendre ses personnages engageants, et à me proposer un conflit qui m’intéresse et me tienne à cœur, parce que le drama l’a malmené très vite. The Game (comme je m’en étais doutée, arf) n’évolue pas de façon aussi solide que j’aurais voulu, Forest m’a tout de suite semblé médiocre, et Tell me what you saw m’embarque bien mais sans que j’arrive à le prendre tout à fait au sérieux (ça va mieux après l’épisode 1, quand même), donc j’espère vraiment qu’Itaewon Class ne me décevra pas. En tous cas, pour le moment, ça part super bien, donc parlons-en !

 

 

… ;A;

 

(meilleur titre de partie ever)

 

Comme je disais, le drama n’a pas tardé à me serrer le palpitant. Faut dire que, déjà, visuellement et niveau musique, il y a quelque chose qui me plait (l’OST va faire partie de mes favoris de l’année, je le sens). A la fois, il est traversé d’une certaine mélancolie, et raconte des choses franchement tristes, mais il me donne un sentiment de chaleur et d’intimité. Il y a de gros pics émotionnels dans ce drama. Parfois soulignés par une musique qui va lentement crescendo, et une mise en scène sous la pluie pour un max de drame, et puis parfois, c’est plus simple, on a juste un personnage qui regarde la caméra, comme ayant senti la tragédie, avec quelques notes au piano, et sa voix off qui nous dit « ce soir-là, papa n’est pas venu ». Honnêtement, je ne suis pas toujours très douée pour juger de l’aspect réalisation des choses, donc je n’ai pas encore mis le doigt sur ce qu’Itaewon Class fait de si bien, mais en tous cas, il le fait…  (désolée de ne pas pouvoir mieux développer :( Peut-être que ça me viendra au fil des épisodes !)

 

Par ailleurs, le drama ne perd effectivement pas de temps dans la mise en place, le tout sans paraître accéléré du tout, ce que j’ai grandement apprécié.

 

Itaewon Class s’inscrit dans la catégorie « dramas de vengeance », et comme la plupart de ces dramas, il consacre donc son début à donner au personnage principal une motivation pour se venger. Ici : la mort de son père, tué dans un accident de voiture par l’antagoniste principal (ou le fils de l’antagoniste principal, selon comment on voit les choses). Et même si, sans avoir lu le synopsis, il n’y a que Park Sae Ro Yi (le héros) qui ne sentait pas venir cette mort à des kilomètres (parce que chaque fois qu’il ouvre la bouche, on a ce sentiment que son père est en train de dire adieu), ça ne la rend pas moins percutante. A la limite, ça rend même le tout encore plus triste, parce qu’on regarde Sae Ro Yi vivre ses derniers moments avec son père, et lui n’en a aucune idée, mais nous on se dit que, « ah, c’est la dernière fois qu’il te dira qu’il est fier de toi », « c’est la dernière fois que vous mangerez ensemble », « c’est votre dernière conversation », « il te sert ton premier verre et vous n’en partagerez pas d’autres ». Ce n’est pas qu’avec Sae Ro Yi, d’ailleurs, puisque son père entretient également une relation très affectueuse avec Soo Ah, l’un des deux personnages féminins centraux du drama. Orpheline, elle a trouvé en lui une figure paternelle, et savoir qu’elle en sera bientôt privée, ça me fendait aussi le cœur, d’autant que le personnage du père est si attachant, si bon, si plein de soutien pour Soo Ah et, surtout son fils, pour qui il représente tout. Lors de l’introduction de Park Sae Ro Yi, on nous dit qu’il est souvent tout seul mais ne donne jamais l’impression de se sentir seul, et c’est probablement parce qu’il a son père à la maison, pour lui donner toute l’affection et le soutien dont il a besoin. C’est lui et son père contre le reste du monde, à s’épauler, et quand son père est renversé par la voiture de Geun Won, c’est un univers qui s’effondre, et pfiou, je l’ai sentie, cette explosion, qui se traduit en un accès de violence (Sae Ro Yi frappant Geun Won jusqu’à vouloir le tuer), suivi d’une léthargie profonde, un grand grand vide qui ne sera comblé que par ce qui deviendra l’objectif de Sae Ro Yi : la vengeance.

[Premières Impressions] Itaewon Class  이태원 클라쓰 (eps 1-4 /16)[Premières Impressions] Itaewon Class  이태원 클라쓰 (eps 1-4 /16)
[Premières Impressions] Itaewon Class  이태원 클라쓰 (eps 1-4 /16)[Premières Impressions] Itaewon Class  이태원 클라쓰 (eps 1-4 /16)
[Premières Impressions] Itaewon Class  이태원 클라쓰 (eps 1-4 /16)[Premières Impressions] Itaewon Class  이태원 클라쓰 (eps 1-4 /16)
[Premières Impressions] Itaewon Class  이태원 클라쓰 (eps 1-4 /16)[Premières Impressions] Itaewon Class  이태원 클라쓰 (eps 1-4 /16)

Pas gai, tout ça… et malgré tout, je trouve qu’Itaewon Class trouve un bon équilibre. Le drama prend le temps de nous faire nous attacher à la relation père/fils avant de nous l’arracher rapidement, et à partir de là, les choses continuent de s’enchainer, jamais de façon trop pressée, mais avec un rythme suffisamment soutenu pour que le drama ne paraisse pas pesant. Comparé à certains dramas qui appuient sur la histoire de bien, bien insister que « oh là là c’est triste », Itaewon Class fait ça, j’ai trouvé, vite, et bien, et jongle ensuite très bien entre ce que ses personnages ont de dramatique, et des moments plus légers, et même un certain optimisme, le tout sans que rien ne détonne.

 

Mais y a des scènes qui ont été difficiles à regarder, je vous le cache pas. Surtout une en fait. La scène où Sae Yo Ri se met à taper encore et encore sur Geun Won est dure pour le cœur parce qu’on sent toute la douleur du personnage qui est en train de se briser sous nos yeux, mais s’il y a bien une scène dans ce début de drama qui m’a foutu des frissons, et limite fait fermer les yeux, c’est bien celle du poulet… PARCE QUE CA FAIT PEUR LES POULETS OKAY ?! ;A; … mais aussi parce que c’est une scène terriblement sombre (vous inquiétez pas, je vais vous expliquer pourquoi dans la partie suivante).

 

 

… Geun Won, l’inculcation du mal

 

Dans l’épisode 2, alors qu’elle propose un concept pour un nouveau bar, Soo Ah avance que les hommes naissent mauvais, mais je pense que le drama n’a pas cette vision-là, et insiste au contraire que le mal est quelque chose qui s’apprend (et qu’ensuite nos vies sont une série de choix et qu’il n’est jamais trop tard pour faire demi-tour, mais j’y reviendrai). C’est ce qu’on voit dans le personnage de Geun Won.

 

Geun Won est le fils d’un PDG puissant, et la terreur de son école à laquelle Sae Ro Yi tient tête dès son premier jour. Geun Won nous est immédiatement présenté comme violent, et s’amusant de la douleur d’autrui. Plus tard, c’est lui qui renversa le père de Sae Ro Yi, le laissant mourir sur le bord de la route. On se dirait que le personnage est perdu… et pourtant… Pourtant, déjà un peu dans l’épisode 1, mais surtout dans l’épisode 2, on a un aperçu de l’humanité qui subsiste en lui, [spoiler]  lorsqu’il demande à son père de ne pas envoyer Sae Ro Yi en prison (après que celui-ci ait tenté de le tuer), parce qu’après tout, il a tué son père. Geun Won sait ce qu’il a fait à Sae Ro Yi, et il est rongé de culpabilité. [/spoiler]  Geun Won n’était pas encore complètement « parti », il avait une chance de devenir quelqu’un de décent, mais cette chance a été étouffée par l’éducation qu’il a reçue.

 

Son père l’a éduqué pour écraser les autres, et l’entourage entier de Geun Won est complice. Les camarades de classe qui ne bougent pas pour aider l’élève persécuté par Geun Won, les professeurs qui le voient faire et ne disent rien, et punissent même Sae Ro Yi d’avoir osé intervenir. Les policiers qui protègent les riches des conséquences de leurs actes. Et bien sûr, le père qui ne corrige pas son enfant. Et ce n’est pas limité à Geun Won : dans l’épisode 3, des années plus tard, on retrouve une situation similaire, où Yi Seo (l’autre personnage féminin central) intervient, exactement comme Sae Ro Yi, dans une affaire de bullying, et où la mère de l’harceleuse, au lieu de reconnaître les méfaits de sa fille, la pose au contraire en victime de Yi Seo. A vrai dire, même la mère de Yi Seo a enseigné à sa fille que marcher sur les autres était acceptable pour réussir, et que la réussite est tout ce qui compte. Donc yep, il y a tout un système en place qui pourrit les gosses, leur apprend les mauvaises leçons, et Geun Won n’est pas né mauvais, mais c’est certainement ce qu’il est devenu, parce que c’est ce qu’on lui a appris à être. Et on peut vraiment voir son évolution.

 

Dans les premiers épisodes, il a encore une chance de s’en sortir, mais dans l’épisode 2, son père lui martèle que les gens sont des animaux, qu’il faut utiliser et ne pas hésiter à exécuter. C’est là qu’intervient la fameuse scène du poulet, où le père de Geun Won lui somme de tordre le cou d’un pauvre poulet en détresse, histoire de lui désapprendre l’empathie pour son prochain. Et on ne voit peut-être pas le cou du poulet être brisé, mais la scène est violente, alors comment s’étonner que deux ans plus tard, Geun Won se retrouve au cœur d’un scandale pour avoir frappé un employé et l’avoir appelé un « animal » ? Comme en plus son père n’hésite pas à l’humilier en public, et à lui rappeler qu’il peut toujours être remplacé par son demi-frère, Geun Won s’enfonce de plus en plus, et pour finir, d’un enfant qui avait le potentiel d’être bon, on passe à un adolescent violent qui avait encore une chance et de l’empathie pour les autres, puis à un adulte cruel pour qui les gens ne sont que des pions sans valeur.

[Premières Impressions] Itaewon Class  이태원 클라쓰 (eps 1-4 /16)[Premières Impressions] Itaewon Class  이태원 클라쓰 (eps 1-4 /16)[Premières Impressions] Itaewon Class  이태원 클라쓰 (eps 1-4 /16)
[Premières Impressions] Itaewon Class  이태원 클라쓰 (eps 1-4 /16)[Premières Impressions] Itaewon Class  이태원 클라쓰 (eps 1-4 /16)
[Premières Impressions] Itaewon Class  이태원 클라쓰 (eps 1-4 /16)[Premières Impressions] Itaewon Class  이태원 클라쓰 (eps 1-4 /16)[Premières Impressions] Itaewon Class  이태원 클라쓰 (eps 1-4 /16)

Qui sait ce que Park Sae Ro Yi serait devenu s’il avait grandi dans les mêmes circonstances que Geun Won ?

 

Heureusement, il a eu droit à une toute autre éducation, et a donc suivi une évolution très différente.

 

 

… Sae Ro Yi, principes et volonté de fer

 

Park Seo Joon est si bon dans ce drama :’) Pas que je l’aie déjà vu être mauvais, mais il est particulièrement bon ici (il n’est pas le seul, du reste), et son personnage est si rapidement attachant, malgré l’introduction à laquelle il a droit. Car oui, au début, il peut paraitre froid, et même trop abrupt, mais passée cette introduction (dont on comprend plus tard qu’en vérité, ses réactions partent de bien meilleures intentions qu’on pouvait le penser), il s’avère qu’il n’est pas si distant, pas si froid, juste direct, avec des principes forts, et aussi, c’est vrai, une certaine maladresse. On le voit plusieurs fois hésitant, particulièrement avec Soo Ah, passant sa main sur ses cheveux chaque fois qu’il est gêné, ou timide, ce qui arrive souvent. Et à la fois, il n’hésite pas à exprimer ses sentiments sans détour, ce qui nous créé un mix de maladresse et de sincérité touchant et attachant.

 

Le personnage nous est également présenté comme quelqu’un de très droit, avec une vision très tranchée du bien et du mal, et un fort sens de la justice, ce qui explique que son rêve soit de devenir policier (un métier qu’il a malheureusement pas mal idéalisé, et la réalité qu’il se prend dans la face n’est pas si reluisante). Son père lui a appris à ne pas faire de compromis en matière de principe et, ainsi, même si ça doit le faire être renvoyé de l’école dès son premier jour, pas question pour lui de s’excuser d’être intervenu pour aider un camarade agressé. Reconnaître qu’il n’aurait pas dû frapper l’agresseur, d’accord, mais se mettre à jour et nier qu’il fallait qu’il intervienne : non. Un truc qui passe très mal pour le reste du monde qui aimerait qu’il plie. Dans l’épisode 2, alors qu’on lui demande encore une fois de s’agenouiller et demander pardon sans qu’il ait fauté, il éclate d’un rire nerveux, et demande pourquoi tout le monde tient tant à ce qu’il se mette à genoux, et c’est parce que les gens comme lui sont ceux qui menacent le status quo, ce que le monde n’a pas l’air d’apprécier. Mais plus on essaie de le faire plier, plus il se redresse, plus il refuse de céder, même juste une fois, parce que c’est l’éducation qu’il a reçue, et  parce qu’il sait que « juste une fois », ce n’est jamais vraiment « une fois »… et que même « une fois », ça peut suffire à détruire une vie.

 

 

- Mais si tu laissais couler juste cette fois…

- Juste cette fois ? Juste cette fois ? Une fois, et c’est tout ? Mais il y en aura une autre. Oui, ce serait le choix facile, mais tu sais quoi… ces ‘une fois’ peuvent chanter ta vie entière.

Yi Seo et Park Sae Ro Yi, ep3

 

 

Sae Ro Yi est un personnage qui semble presque impossible. Impossiblement décidé, impossiblement inflexible, impossiblement généreux, et impossiblement loyal aussi. Après toutes ces années, malgré tous les choix de Soo Ah qu’il aurait pu vivre comme des trahisons, il ne la condamne pas, il continue de chérir sa présence, il continue de l’aimer, sans rien demander en retour, sans se sentir dû quoi que ce soit.  Et tout ça le rend impressionnant. Impressionnant dans son refus de transiger, impressionnant dans sa résilience, et ce qu’il arrive à garder de lumineux même après les épreuves par lesquelles il est passé… Impressionnant de résolution, aussi : s’il faut qu’il coure sur une jambe blessée pour accomplir un rêve, il va le faire. S’il décide d’ouvrir une boutique à Itaewon, un quartier pas évident niveau business, il va le faire. Il est concentré, il est motivé, il n’a pas peur de faire le boulot (allant jusqu’à étudier l’autobiographie de son ennemi pour en apprendre). Il a un plan sur 15 ans, et il s’y tient, avec méthode et persévérance, sans jamais flancher… (en tant que personne ayant dix milliards de projets qui n’avancent pas : respect o.o) Il a pris à cœur les mots de son ennemi que l’ambition et les principes ne sont que bêtise et illusions quand on a l’égo mais pas les moyens et la réussite, et donc il se donne les moyens de réussir, et à la place de l’antagoniste, je le prendrais pas à la légère.

[Premières Impressions] Itaewon Class  이태원 클라쓰 (eps 1-4 /16)[Premières Impressions] Itaewon Class  이태원 클라쓰 (eps 1-4 /16)[Premières Impressions] Itaewon Class  이태원 클라쓰 (eps 1-4 /16)
[Premières Impressions] Itaewon Class  이태원 클라쓰 (eps 1-4 /16)[Premières Impressions] Itaewon Class  이태원 클라쓰 (eps 1-4 /16)
[Premières Impressions] Itaewon Class  이태원 클라쓰 (eps 1-4 /16)[Premières Impressions] Itaewon Class  이태원 클라쓰 (eps 1-4 /16)[Premières Impressions] Itaewon Class  이태원 클라쓰 (eps 1-4 /16)
[Premières Impressions] Itaewon Class  이태원 클라쓰 (eps 1-4 /16)[Premières Impressions] Itaewon Class  이태원 클라쓰 (eps 1-4 /16)

Sae Ro Yi est une menace pour qui veut maintenir le status quo, une nuisance pour ceux qui aimeraient que le monde ne soit fait que de gris pour pouvoir agir impunément, un exemple douloureux pour ceux qui n’ont pas autant la force de leurs convictions que lui, mais aussi une inspiration pour d’autres, comme c’est le cas pour la petite équipe qu’il commence à rassembler autour de lui.

 

Pour le moment, il n’y a encore que deux employés dans son restaurant. Yi Seo est sur le point de l’intégrer aussi (yay), ainsi que, probablement, son meilleur ami, [spoiler]  également frère de Geun Won [/spoiler] , qui est déjà sous le charme de l’intégrité et la générosité de Sae Ro Yi. Faut dire qu’en plus, le jeune homme ne doit pas être habitué à ce genre de valeurs de la part de sa famille, qu’il a d’ailleurs complètement rejetée. Et ça rejoint ce que je disais tout à l’heure : [spoiler]  même s’il n’a peut-être pas reçu exactement la même éducation que Geun Won, son petit-frère a quand même grandi dans un contexte similaire, et dur, mais il n’a pas du tout évolué de la même façon, parce qu’il a choisi très tôt de se divorcer de sa famille. [/spoiler]  Le drama n’est pas fataliste, parce que je pense qu’il épouse les convictions de Park Sae Ro Yi qui, lui-même, est tout sauf fataliste. Au contraire, il croit fermement que ses choix le définissent, qu’il peut changer les choses, et que les gens peuvent changer. Lui-même est allé en prison, et a refusé qu’on le résume à ça, que sa vie s’y arrête, et il a également donné une nouvelle chance à un de ses employés (qui fait partie des gens inspirés par lui), qui trébuche encore, mais que Sae Ro Yi continue de soutenir, refusant de laisser couler ses erreurs (parce que laisser couler sans conséquences ne serait pas lui rendre service) mais ne baissant pour autant pas les bras. Ca me réchauffe le cœur, et j’ai hâte de voir la petite équipe véritablement se former, et devenir tous de meilleurs humains ensemble, avec Sae Ro Yi.

[Premières Impressions] Itaewon Class  이태원 클라쓰 (eps 1-4 /16)[Premières Impressions] Itaewon Class  이태원 클라쓰 (eps 1-4 /16)
[Premières Impressions] Itaewon Class  이태원 클라쓰 (eps 1-4 /16)[Premières Impressions] Itaewon Class  이태원 클라쓰 (eps 1-4 /16)[Premières Impressions] Itaewon Class  이태원 클라쓰 (eps 1-4 /16)
[Premières Impressions] Itaewon Class  이태원 클라쓰 (eps 1-4 /16)[Premières Impressions] Itaewon Class  이태원 클라쓰 (eps 1-4 /16)
[Premières Impressions] Itaewon Class  이태원 클라쓰 (eps 1-4 /16)[Premières Impressions] Itaewon Class  이태원 클라쓰 (eps 1-4 /16)

Sae Ro Yi qui, du reste, n’est pas non plus un ange. Je vous en chante les louanges depuis le début, mais il a quand même failli tuer quelqu’un. Pour des raisons qu’on comprend, et il s’est arrêté, mais comme il dit, des fois, quand il est sous le coup d’une émotion forte, son cerveau se vide, et il agit sur des pulsions. Il a l’air d’être sous contrôle à présent, il reste très calme face à la provocation post-prison, mais je pense que ça rejoint tout ce que j’ai raconté jusque-là : le potentiel violent est là, dans Sae Ro Yi, et c’est une question de choix, de s’il la laisse sortir ou pas.

 

Dans l’ensemble, il reste quand même un personnage très positif, très attachant, avec une lumière que le monde aimerait éteindre mais qui continue de briller, et d’attirer les gens vers lui. Même Yi Seo qui, pourtant, n’est affectée par personne. Mais justement, ils sont à l’opposé l’un de l’autre : elle se moque complètement des autres, et lui, il les prend tellement à cœur. Il ne cesse d’intervenir : pour aider un SDF, un camarade de classe, une jeune femme en détresse, ou pour aider quelqu’un à arriver à l’heure à un examen. Dans un monde qui semble si individualiste, Sae Ro Yi détonne, particulièrement pour Yi Seo, qui se retrouve rapidement intriguée. Au début, pour elle, il n’a aucun sens, elle imagine même qu’il est malhonnête, qu’il feint son altruisme pour se sentir supérieur, mais elle réalise bien rapidement qu’il n’y a rien de feint chez Sae Ro Yi, et pour elle qui s’ennuie de tout et tout le monde, lui a quelque chose de nouveau, qui mérite son attention.

 

 

… Yi Seo, réussite et lassitude

 

J’adore ce personnage, et Kim Da Mi dans ce rôle ! C’est son premier drama, après quelques films (que je n’ai pas vus) et je lui souhaite une longue carrière, parce que je lui trouve beaucoup de charisme, et que je vais avoir envie d’en voir plus. Pour le moment, je vais me contenter de voir plus de Yi Seo, et ça me va aussi.

 

Yi Seo est intelligente, et rentre-dedans parce qu’elle se moque complètement de ce qu’on attend d’elle, et de qui elle peut heurter. Certes, ça en fait un personnage à la morale très contestable, mais à la fois, faut bien admettre que, souvent, son attitude « rien à battre » a quelque chose de très libérateur, parce que (un peu à l’instar de Dong Sik dans Psychopath Diary, finalement) ça lui permet d’agir, par exemple en giflant une mère d’élève qui l’avait giflée d’abord pour défendre sa harceleuse de fille. Le respect des ainés, Yi Seo n’en a rien à péter, elle. C’est aussi cette attitude qui fait qu’elle intervient lors d’un cas de harcèlement dans son école, une scène que j’ai beaucoup appréciée, parce qu’elle fait en plus écho à l’intervention de Sae Ro Yi plus tôt dans le drama. Ces deux scènes nous en disent long sur les personnages et leurs différences. Sae Ro Yi, lui, intervient dès qu’il constate le problème, parce que c’est la bonne chose à faire, alors que Yi Seo, elle, déjà, ne s’interpose pas directement : elle ne cherche pas à protéger la victime, mais à punir la coupable, et pas par sens de la justice, mais parce que la coupable lui a piqué son stylo et qu’elle n’aime pas qu’on touche à ses affaires. Du moins, c’est le prétexte, mais que ce soit ça ou autre chose, Yi Seo ne vient pas d’arriver dans l’école, elle, et n’était jamais intervenue jusque-là. Elle n’agit que quand ça l’agace personnellement.

 

Après, elle n’est visiblement pas complètement insensible, et Sae Ro Yi semble réveiller quelque chose chez elle. J’aime bien l’inversion des rôles, d’ailleurs ! Indépendamment de si oui ou non ils sont partis pour développer une relation romantique, je trouve ça rafraichissant de voir des rôles redistribués : c’est le personnage masculin qui bosse très dur, galère financièrement, et ne peut s’empêcher de venir en aide à tout le monde, tandis que notre personnage féminin central est le génie froid qui réussit à tout et va apprendre les sentiments au contact de l’autre (et par « personnage féminin central », j’entends en vérité « un des personnages centraux », parce que Soo Ah est, pour le moment, tout aussi importante, et j’aime aussi ce qu’en fait le drama, mais j’y reviens bientôt). En fait, Sae Ro Yi, après la mort de son père, a été pris d’une léthargie profonde, et c’est la vengeance qui l’en a tiré, et Yi Seo aussi, est léthargique parce qu’ennuyée de l’existence, et c’est Sae Ro Yi qui va l’en tirer (et son entourage) qui va l’en tirer.

[Premières Impressions] Itaewon Class  이태원 클라쓰 (eps 1-4 /16)[Premières Impressions] Itaewon Class  이태원 클라쓰 (eps 1-4 /16)[Premières Impressions] Itaewon Class  이태원 클라쓰 (eps 1-4 /16)
[Premières Impressions] Itaewon Class  이태원 클라쓰 (eps 1-4 /16)[Premières Impressions] Itaewon Class  이태원 클라쓰 (eps 1-4 /16)
[Premières Impressions] Itaewon Class  이태원 클라쓰 (eps 1-4 /16)[Premières Impressions] Itaewon Class  이태원 클라쓰 (eps 1-4 /16)[Premières Impressions] Itaewon Class  이태원 클라쓰 (eps 1-4 /16)

Par ailleurs, une partie de moi se reconnait dans Yi Seo, même si elle est poussée à l’extrême. C’est elle qui ouvre le drama. La première scène est une séance chez un psy, où elle explique que la vie l’ennuie.

 

 

Comment dire… La vie est une telle corvée ? […] Vous trouvez ça sans doute ridicule de la part de quelqu’un d’aussi jeune. […] Je le ressens constamment. La vie est répétitive, vous savez ? Et prévisible. Il faut travailler dur pour entrer dans une bonne université. Puis, plus tard, travailler dur pour rencontrer quelqu’un de bien et se marier. Il y a tellement d’efforts à faire… Honnêtement, on sait tous comment réussir. […] Il faut bosser dur, comme un malade. Mais c’est une telle corvée…

Yi Seo, ep1


 

C’est en ça que je me reconnais, et je pense que je ne suis pas la seule. J’irais pas jusqu’à dire que Yi Seo est la voix d’une génération (edit 28/02/2020 : après 4 épisodes supplémentaires, j'espère vraiment que non... j'en parlerai quand le drama sera fini, mais o.o), parce que j’en sais rien, mais de ce que je vois un peu partout, même s’il y a des tas de jeunes qui bougent, et essaient d’améliorer les choses, j’ai aussi souvent un sentiment de désespoir pour beaucoup, qui ne va pas en s’arrangeant au fur et à mesure que la planète se dégrade et que tout semble déconner autour de nous (jme classe dans les jeunes ouais). Tout réussit à Yi Seo, mais aussi, tout la lasse, parce que tout semble tellement convenu, et demander tant d’efforts, mais est-ce que le résultat en vaut le coup ? Bon, Yi Seo, sa situation est quand même un peu différente, mais la lassitude et l’ « à quoi bon » général, je comprends, et c’est une de mes accroches au personnage.

 

Mais oui, clairement, le personnage est poussé à un extrême. Pas au point de ne pas sembler crédible, mais simplement, son attitude dépasse le simple ennui. Son meilleur ami parle de sociopathie, et je ne sais pas si c’est ce dont il s’agit, mais en tous cas, elle n’est visiblement pas portée sur l’empathie et la considération des autres, un trait qui s’est révélé jeune chez elle, et qui a été encouragé par sa mère qui, absolument pas inquiète ou en colère que sa petite fille ait poussé une camarade de classe pendant une course pour mieux gagner (quelque chose que même Yi Seo identifie comme pas normal), lui inculque au contraire que la réussite c’est ce qui importe le plus. Elle ne lui fait peut-être pas tuer de poulet, mais elle ne l’encourage certainement pas à faire preuve de compassion, et au contraire, lui enseigne que moins on fait de sentiments, plus on réussit. Que le bien et le mal sont des concepts flous, mais que les gens identifient clairement les gagnants.

 

Et le monde actuel semble lui donner raison du reste, mais bien sûr, ce ne sera pas la positon que prendra le drama, je pense. L’idée générale sera que, oui, les gens qui outrepassent décence et sentiments réussissent plus rapidement, mais qu’à la fin, ce sont les gens comme Sae Ro Yi, qui prennent le chemin plus difficile et plus long de l’intégrité, qui ressortiront vainqueurs, et pas ceux comme Geun Won, ou même Soo Ah, à moins d’un changement de direction.

 

Ceci est ma transition pour parler de Soo Ah.

 

 

… Soo Ah, la survie au prix de la conscience

 

J’ai complimenté Park Seo Joon et Kim Dam Mi, et Kwon Na Ra n’est pas en reste. Au-delà du fait que je suis tombée complètement sous le charme de son sourire, et la trouve incroyablement jolie, elle a un rôle complexe à jouer, et lui fait honneur. Le personnage ne prend pas forcément les décisions qu’on aimerait, et le drama pourrait la juger, mais je trouve qu’au contraire, il rend facile de comprendre ce qui la motive, et ça passe aussi par la vulnérabilité que Kwon Na Ra donne au personnage, tout en faisant de Soo Ah un personnage intelligent, décidé, et plein de vitalité.

 

Soo Ah est un personnage qui a toujours été préoccupé par sa propre survie. Dès l’épisode 1, alors que Sae Ro Yi veut aider son camarade maltraité, elle essaie de le retenir. Parce qu’elle a intégré l’idée que ça ne servira à rien, et parce qu’elle sait que ça va mettre Sae Ro Yi en danger, comme ça la mettrait en danger si elle intervenait elle-même. Ayant grandi orpheline et sans beaucoup de moyens, même si elle a été entourée par les gens de l’orphelinat et par le père de Sae Ro Yi, elle a quand même dû beaucoup compter sur elle-même, et a développé son instinct de survie sans attendre l’aide des autres, voire même une difficulté à l’accepter, cette aide, quand elle est là, parce qu’elle associe cela à de la condescendance de la part des autres. C’est d’ailleurs pour ça qu’au début elle a du mal avec s’entendre avec Sae Ro Yi, parce que, de même que Yi Seo, elle a du mal à accepter qu’il ne se donne pas une image mais soit sincèrement ce qu’il montre. Mais bref : elle ne se battra pas pour des principes, elle pliera s’il faut qu’elle plie, parce que Soo Ah est dans la survie. Ses choix ne sont peut-être pas idéaux, pas ceux qu’on aimerait la voir faire, mais ils sont compréhensibles, et justifiés… du moins au début. Parce que plus on avance dans le drama, plus il y a des choix qui ne semblent pas aussi nécessaires, plus elle aurait le luxe, semble-t-il, d’en faire d’autres. Mais ça ne signifie pas qu’elle s’en rend compte, et surtout, si on revient à cette histoire de « céder une fois », et de ce que ça entraine ensuite, Yi Seo est justement le cas de quelqu’un qui a cédé une première fois, et qui, ce faisant, s’est mise sur une voie qu’elle n’arrive plus à quitter.

 

Ca la met dans une situation très complexe vis-à-vis de Sae Ro Yi, et moi, ça me parle beaucoup.

[Premières Impressions] Itaewon Class  이태원 클라쓰 (eps 1-4 /16)[Premières Impressions] Itaewon Class  이태원 클라쓰 (eps 1-4 /16)[Premières Impressions] Itaewon Class  이태원 클라쓰 (eps 1-4 /16)
[Premières Impressions] Itaewon Class  이태원 클라쓰 (eps 1-4 /16)[Premières Impressions] Itaewon Class  이태원 클라쓰 (eps 1-4 /16)
[Premières Impressions] Itaewon Class  이태원 클라쓰 (eps 1-4 /16)[Premières Impressions] Itaewon Class  이태원 클라쓰 (eps 1-4 /16)

Si vous avez regardé pas mal de Kdramas, vous savez qu’ils ont une sorte de culte du premier amour, et qu’ils ne peuvent d’ailleurs bien souvent pas s’empêcher d’ajouter des connexions dans l’enfance entre leurs protagonistes à cause de ça. Itaewon Class est intéressant à ce niveau-là, parce que, déjà, l’histoire d’amour entre Soo Ah et Sae Ro Yi est très incertaine, mais aussi parce que, finalement, Sae Ro Yi est un peu dans la situation du Kdrama moyen, dans le sens où il idéalise beaucoup son premier amour… mais lui va se heurter à la réalité. Et la réalité ce n’est même pas réellement qu’elle a changé ? Parce que oui, effectivement, elle a évolué, mais il n’y a pas de rupture nette entre ce qu’elle était et ce qu’elle est devenue. Lui, au niveau de ses sentiments pour elle, n’a pas bougé (il est la définition même de l’immuable), et elle, elle a toujours été incertaine, et ça n’a pas changé, c’est juste qu’elle a encore plus de raisons d’hésiter qu’avant. Bon, mais à cela s’ajoute aussi le fait que, si Soo Ah n’a pas radicalement changé, sa situation a quand même évolué, son image d’elle-même aussi, et le miroir que lui offre Sae Ro Yi est… compliqué, pour elle.

 

Dans un sens, il l’aime visiblement de tout son cœur, et il y a quelque chose de rassurant, flatteur et réconfortant pour Soo Ah à l’idée qu’il ne changera jamais, que son cœur lui sera toujours acquis, et qu’il lui pardonnera tout. Mais à ses yeux à lui, elle est une meilleure personne qu’elle ne l’est en vérité, et elle est consciente du décalage, ce qui vient avec tout un tas de sentiments complexes. Dans l’épisode 4, lorsqu’il lui pardonne une trahison (que lui ne voit même pas vraiment comme une trahison), elle semble ébranlée, et doit quitter la table. En partie, c’est parce qu’elle était persuadée que Yi Seo avait tort en disant que Sae Ro Yi pourrait changer, même un peu, mais en voulant lui prouver tort, finalement, elle fait le contraire : pour la première fois, il exprime de la déception et elle réalise, je pense, qu’elle pourrait le perdre. Mais je pense aussi qu’elle ne se sent pas digne de l’amour inconditionnel qu’il lui offre, et que plus il lui pardonne, plus elle se sent minable et inférieure. Je pense que si, au début, dans l’épisode 2, elle était soulagée qu’il lui pardonne ses choix, à présent, même si elle ne le réalise pas forcément, elle aimerait qu’il se mette en colère (et ne sois pas juste déçu, ce qui est pire pour elle, parce que c’est un rappel qu’elle n’est pas « à la hauteur » de l’image qu’il a d’elle), qu’il lui en veuille, que ça la soulagerait beaucoup. Ca ne m’étonnerait même pas qu’elle commence, plus tard, à repousser les limites exprès pour le faire craquer, en espérant obtenir ce soulagement dont elle ne sait même pas avoir besoin.

 

En attendant, c’est un personnage que je trouve intéressant, et que j’ai envie de suivre, tout comme les autres que j’ai déjà cités.

 

 

… conclusion

 

Itaewon Class a une jolie collection de gens qui essaient d’affronter le monde avec les outils qu’on leur a donnés, les leçons qu’on leur a apprises, et j’ai envie de les voir se débattre les uns avec les autres, s’influencer, se blesser, et aussi s’épauler. Je suis aussi toujours partante pour une histoire de David contre Goliath, surtout que moi aussi, je veux que Geun Won et son père payent (et potentiellement j’aimerais bien que Geun Won se rachète, si c’est encore possible). Et je veux aussi que Sae Ro Yi prouve qu’il peut réussir, et qu’il a raison de donner une chance à ses employés. Et je veux voir leur amitié se développer. Je veux tout voir, en fait… Le drama est touchant, parfois éprouvant, avec des personnages qui n’ont pas la vie facile et qui m’intéressent tous, et à la fois je le trouve inspirant et divertissant. L’épisode 4 était particulièrement excitant, donc yep, je veux voir la suite, et c’est une réussite, pour le moment :)

[Premières Impressions] Itaewon Class  이태원 클라쓰 (eps 1-4 /16)[Premières Impressions] Itaewon Class  이태원 클라쓰 (eps 1-4 /16)
[Premières Impressions] Itaewon Class  이태원 클라쓰 (eps 1-4 /16)[Premières Impressions] Itaewon Class  이태원 클라쓰 (eps 1-4 /16)[Premières Impressions] Itaewon Class  이태원 클라쓰 (eps 1-4 /16)
[Premières Impressions] Itaewon Class  이태원 클라쓰 (eps 1-4 /16)[Premières Impressions] Itaewon Class  이태원 클라쓰 (eps 1-4 /16)
[Premières Impressions] Itaewon Class  이태원 클라쓰 (eps 1-4 /16)[Premières Impressions] Itaewon Class  이태원 클라쓰 (eps 1-4 /16)

 

1 Du reste, si j’avais cherché son nom avant de me lancer, ça ne m’aurait pas beaucoup renseignée, vu que c’est le premier drama de ce scénariste. Ces dernières années, d’ailleurs, avec l’explosion du nombre de dramas produits par an, on a eu beaucoup de lancement de scénaristes, et j’en suis ravie ! On a eu de très bonnes choses grâce à ça, et ça ne peut que faire progresser le marché :) => reprendre la lecture

 

 

Mes Premières Impressions des dramas de Février 2020:

 

Tous mes dramas de 2020 (PIs, Bilans, etc): ICI

 

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :