[Raiponces et progrès] Rookie Historian Goo Hae Ryung 신입사관 구해령

Publié le 22 Février 2020

Rookie Historian Goo Hae Ryung est un drama qui donne généralement le sourire, et qui allie une héroïne très réussie, une romance adorable, et des personnages secondaires attachants à une lettre d’amour au progrès.  

 

Diffusé en 2019

Sur MBC

40 x 35mins ou 20 x 1h05

Réalisé par Kang Il Soo & Han Hyun Hee

Ecrit par Kim Ho Soo

 

Avec :

Shin Se Kyung : Goo Hae Ryung

Cha Eun Woo : Lee Rim

Park Ji Hyung : Song Sa Hui

Lee Ji Hoon : Min Woo Won

Choi Duk Moon : Min Ik Pyeong

Sung Ji Ru : Ho Sam Bo

Kong Jung Hwan : Goo Jae Kyung

Kim Min Sang : Le roi

Park Ki Woong : Lee Jin

Kim Yeo Jin : La reine Im

 

 

Dontesque ?

Lorsqu’il est annoncé que, pour la toute première fois, le palais royal engagera des historiennes, un travail jusque-là réservé aux hommes, Goo Hae Ryung saute sur l’occasion d’éviter le mariage et, à la place, de faire quelque chose de son éducation et son intelligence. Elle et trois autres jeunes femmes deviennent donc les toutes premières historiennes de Joseon, ce qui, bien sûr, vient avec son lot d’embuches. Par ailleurs, elle développe une relation avec le second fils du roi, gardé enfermé loin des regards depuis l’enfance, sans qu’il sache pourquoi.

 

Fiche Ecrans d'Asie: ICI

Tous mes dramas de 2019 (PIs, Bilans, etc): ICI

 

 

oOo

 

 

Introduction

 

... un ensemble attachant

... personnages centraux rafraichissants et règles de genres

... Raiponces et leurs tours

... les priorités du drama

... l'épée, la plume, et le devoir d'agir

 

Conclusion

 

 

 

Un ami m’a quasiment harcelée pour que je regarde ce drama (okay, il m’a envoyé cinq tweets), et je le remercie ! De toute façon, la question était plus « quand regarder le drama ? » et pas tellement « est-ce que », parce que de base, il y avait des tas de choses dans le projet qui m’attiraient. Pour commencer, j’aime (à présent) beaucoup Shin Se Kyung (surtout dans les sageuks), le poster était joli, et donnait un sentiment de fraicheur (bon, dans les sageuks, on sait que ça peut être trompeur, mais je suis un sacré pigeon, alors…) et, en plus, j’étais intéressée par le thème des historiens. Parce que c’est une occupation dont j’avais entendu parler et croisée dans d’autres sageuks, mais je n’avais jamais vu de série qui y soit réellement consacrée, alors que c’est assez fascinant, cette histoire d’historiens qui documentaient tout, sans que le roi ait le moindre droit de regard sur leurs écrits. Et je dois dire que j’ai beaucoup aimé regarder ce drama explorer son sujet, même si je ne le prends pas comme un documentaire (je ne prends aucun sageuk comme un documentaire). Une de mes petites satisfactions a été le moment où on apprend à l’héroïne qu’il existe un « livre des visages/apparences » où chaque ministre, ou personne ayant une fonction dans le palais, a son portrait dessiné, avec des infos sur lui, pour que les historiens arrivent à les reconnaître, parce que dans leurs robes officielles, ils se ressemblent tous… je me sens toujours nulle et même un peu coupable quand je mélange tout le monde, donc : « ah ! ce n’est pas juste moi ! » en gros. Gros sentiment de validation. Et en général, de toute façon, ce drama a été une expérience très positive, que ce soit en profondeur, ou juste en surface.

 

 

… un ensemble attachant

 

Un des grands attraits de la série, à mes yeux, est son large panel de personnages, tous aussi attachants les uns que les autres. Bien sûr, nos protagonistes se voient mettre des bâtons dans les roues par d’autres personnages, mais Rookie Historian Goo Hae Ryung a quand même un ensemble très agréable, avec beaucoup de personnages qui auraient facilement pu être écrits de façon bien moins engageante qu’ils le sont.

 

Pour certains, il n’y a pas vraiment de surprise : par exemple, l’eunuque de Lee Rim, notre personnage masculin principal. L’amitié, chamailleuse mais pleine d’affection, entre un prince et son serviteur le plus proche (qui, dans un contexte moderne, devient la relation entre un patron et son secrétaire, la plupart du temps) est un classique1.  Oh, et cela prend du tonnerre, notez bien : Heo Sam Bo (l’eunuque, donc) a quasiment élevé Lee Rim, et s’ils ne manquent pas de se taquiner l’un l’autre, Sam Bo est certainement la personne qui connait le mieux Lee Rim, et il semble l’aimer à la fois comme un ami et un fils. Il reste avec lui (sans obligation) quand il ne peut pas dormir, s’inquiète à mourir quand Lee Rim est malade, célèbre son anniversaire (avec les deux suivantes) quand personne d’autre ne le fait, et à côté de ça, ne manque pas de le titiller et rire du crush évident du prince sur l’héroïne (Goo Hae Ryung). La paire est super attachante. A vrai dire : le quatuor est super attachant, parce que les deux suivantes aussi m’ont beaucoup fait sourire, et m’ont attendrie, dans leur loyauté mais aussi… hum… leur menace ? Mettons qu’elles ne reculent pas devant un combat ou attacher quelqu’un s’il le faut.

[Raiponces et progrès] Rookie Historian Goo Hae Ryung  신입사관 구해령[Raiponces et progrès] Rookie Historian Goo Hae Ryung  신입사관 구해령[Raiponces et progrès] Rookie Historian Goo Hae Ryung  신입사관 구해령

Mais bref, tout ça, finalement c’était « attendu ». Très agréable, et j’ai adoré leur dynamique de petite famille, mais, par exemple, je ne m’attendais pas autant à la relation très affectueuse entre Lee Rim et son grand-frère, le prince héritier. Oui, certains sageuks proposent des relations positives, et même parfois très fortes, entre frères (cf. Kingdom of the Wind dont j’ai parlé récemment, par exemple), mais quand même, j’ai plus l’habitude qu’ils finissent par se déchirer, surtout qu’ici ils ne sont que deux, et ce serait si facile pour eux de devenir rivaux pour le trône. Mais le trône n’intéresse pas Lee Rim des masses, le prince héritier (Lee Ki Woong, yay ) est un type droit et profondément bon, et les deux personnages ont une complicité qui m’a plu. Lee Jin est un personnage qui m’a tout de suite été attachant, parce qu’il veut être juste, et suit ses principes même quand ce n’est pas facile. J’attendais sans arrêt qu’il craque, qu’il se transforme en monstre (je suis traumatisée des sageuks, pardon), mais ça ne venait pas, il était toujours plein de soutien pour nos historiennes, pour son frère, et s’élevait contre son père quand c’était nécessaire. Alors, est-ce qu’il a fini par craquer, vous verrez bien, parce que c’est certain qu’il a une pression énorme sur les épaules, et qu’elle lui pèse de plus en plus au fil du drama, ne laissant pas le personnage inchangé… mais en tous cas, j’ai aimé la façon dont son personnage a été traité, et ce n’était pas étonnant qu’il soit ami avec un de mes personnages favoris du drama, l’historien Min (Lee Ji Hoon, yay aussi ), parce qu’ils ont tous les deux ce côté très intransigeant sur leurs principes, qui les mettent parfois en péril. Et tous les deux se font pas mal bousculer au fil de la série. En particulier, Min, qui sert de mentor à Hae Ryung (et j’aime beaucoup leur relation) clashe plusieurs fois avec la jeune femme, parce que, s’il n’est pas fermé au changement (il accepte nos historiennes bien plus vite que ses compères) tant que ce changement cadre avec ses propres principes, ces principes-là semblent immuables et ne satisfont pas Hae Ryung (j’en reparlerai).

[Raiponces et progrès] Rookie Historian Goo Hae Ryung  신입사관 구해령[Raiponces et progrès] Rookie Historian Goo Hae Ryung  신입사관 구해령
[Raiponces et progrès] Rookie Historian Goo Hae Ryung  신입사관 구해령[Raiponces et progrès] Rookie Historian Goo Hae Ryung  신입사관 구해령
[Raiponces et progrès] Rookie Historian Goo Hae Ryung  신입사관 구해령[Raiponces et progrès] Rookie Historian Goo Hae Ryung  신입사관 구해령[Raiponces et progrès] Rookie Historian Goo Hae Ryung  신입사관 구해령
[Raiponces et progrès] Rookie Historian Goo Hae Ryung  신입사관 구해령[Raiponces et progrès] Rookie Historian Goo Hae Ryung  신입사관 구해령

Et je ne peux évidemment pas parler des relations entre l’ensemble des personnages sans évoquer nos historiens et historiennes, parce que regarder tous ces gens apprendre à travailler ensemble, et même à s’apprécier, a été un de mes plus grands plaisirs de la série.

 

D’un côté, on a nos historiennes, fraichement arrivées, qui ne se connaissent pas de base, mais sont dans la même galère, la même nouvelle expérience, à rêver d’émancipation, d’une vocation au-delà du mariage, et à se heurter au rejet de ceux qui devraient les former, et aux autres occupants du palais qui ne voient pas le changement d’un bon œil. Dans l’adversité, elles se serrent les coudes, et c’était agréable de voir ces quatre femmes former un véritable lien de camaraderie, allant au-delà du professionnel. Parce qu’elles commencent à discuter de leurs aspirations et leurs vies, elles nouent une vraie amitié, et se soutiennent les unes les autres dans les moments difficiles, qu’il s’agisse pour l’une d’en accompagner une autre pour un entretien difficile, ou qu’il s’agisse de boire quelques verres après une déception amoureuse.

 

De l’autre, nous avons nos historiens, qui ont d’abord bien du mal à accepter qu’on leur impose ces nouvelles recrues féminines. Ils se refusent à les former, se moquent d’elles, les dénigrent, et au début, ils m’ont fait serrer le poing plus d’une fois. Mais petit à petit, les mentalités commencent à changer parmi leurs rangs, parce qu’il faut dire que les historiens n’ont pas toujours un métier évident, et qu’il se forme aussi une solidarité face à l’adversité : une des premières avancées dans leur relation est que les historiennes ont été humiliées par des femmes du palais, et les historiens réagissent parce qu’ils ne supportent pas qu’on abaisse leur profession. Et ce faisant, ils doivent défendre les historiennes, et implicitement les reconnaitre comme faisant partie des leurs. Et bien sûr, parce que Rookie Historian Goo Hae Ryung est un drama profondément optimiste, les choses continuent d’avancer, si bien que j’ai fini par m’attacher à tout ce petit monde. Leur chef, en particulier, m’a surprise, parce qu’il semble, au début, le plus mesquin de tous, en plus d’être paresseux, mais sa passion pour son travail et sa loyauté envers ses amis finit par briller, dans des moments que j’ai trouvés étonnamment émouvants.

 

Je ne vais pas aborder tout le monde dans le détail mais, voilà, une des premières réussites de Rookie Historian Goo Hae Ryung est de proposer un large panel d’individus, tous imparfaits mais tous divertissants et attachants à leur façon, qui ont tous fini par me réchauffer le cœur et me faire sourire, même quand ça ne semblait pas parti pour.

[Raiponces et progrès] Rookie Historian Goo Hae Ryung  신입사관 구해령[Raiponces et progrès] Rookie Historian Goo Hae Ryung  신입사관 구해령
[Raiponces et progrès] Rookie Historian Goo Hae Ryung  신입사관 구해령[Raiponces et progrès] Rookie Historian Goo Hae Ryung  신입사관 구해령[Raiponces et progrès] Rookie Historian Goo Hae Ryung  신입사관 구해령
[Raiponces et progrès] Rookie Historian Goo Hae Ryung  신입사관 구해령[Raiponces et progrès] Rookie Historian Goo Hae Ryung  신입사관 구해령
[Raiponces et progrès] Rookie Historian Goo Hae Ryung  신입사관 구해령[Raiponces et progrès] Rookie Historian Goo Hae Ryung  신입사관 구해령

 

… personnages centraux rafraichissants, et règles de genres

 

Au cœur de notre grand groupe de personnages, un autre argument de vente sera, pour les amateurs (dont je fais méchamment partie) la romance adorable et toute douce qui se développe entre nos deux personnages principaux, tous les deux très appréciables chacun de leur côté, en particulier l’héroïne.

 

Shin Se Kyung n’a pas toujours eu de chance dans ses dramas se déroulant à une époque moderne (je garde de si mauvais souvenirs de Fashion King, High !Kick 2, urgh), mais je ne l’ai encore jamais vue choisir de mauvais sageuk, et si Six Flying Dragons est son meilleur à mes yeux pour le moment (en gardant à l’esprit que je n’ai pas encore vu Tree with deep roots), Goo Hae Ryung est probablement mon rôle favori d’elle à ce jour, et Shin Se Kyung lui rend justice. Notre héroïne est volontaire, ambitieuse, tenace, rentre-dedans, sûre d’elle, généreuse, et incapable d’abandonner quelqu’un au danger sans intervenir. Elle a aussi un côté facétieux, elle est curieuse du monde, intelligente, et je l’ai tout de suite aimée, dans toutes les qualités que j’ai citées mais aussi dans ses défauts, le principal d’entre eux étant une certaine naïveté. Comme, en tant que femme, elle n’a pas pu explorer et se confronter au monde autant qu’elle aimerait, il y a beaucoup de choses qu’elle ignore, ne se rendant par exemple pas compte de l’étendu de son privilège d’être née dans une famille aisée. Elle a des idées très arrêtées mais qui ne se sont pas encore confrontées à la réalité, et elle n’a pas encore appris que la théorie et la pratique peuvent être deux choses bien différentes. Du coup, elle prend parfois des décisions/tient parfois des propos trop impulsifs, mais toujours pour de bonnes raisons, et ses erreurs ne la rendent que plus humaine. J’ai aimé la regarder grandir au fil du drama. Je l’ai trouvée attachante, impressionnante, drôle, digne, et généralement super engageante. En plus, c’était agréable de voir qu’elle vivait une romance adorable avec notre personnage masculin, Lee Rim, et que cette romance prenait de la place, mais jamais toute la place. Comme elle lui répond dans l’épisode 26, quand il lui dit qu’elle est tout pour lui : lui n’est pas tout pour elle. Ca peut paraître froid, rapporté comme ça, mais, déjà, je trouve cela plutôt sain, perso, et surtout Hae Ryung a toujours eu de grands ambitions, une envie de carrière, et j’ai apprécié que le drama ne l’oublie jamais.

[Raiponces et progrès] Rookie Historian Goo Hae Ryung  신입사관 구해령[Raiponces et progrès] Rookie Historian Goo Hae Ryung  신입사관 구해령
[Raiponces et progrès] Rookie Historian Goo Hae Ryung  신입사관 구해령[Raiponces et progrès] Rookie Historian Goo Hae Ryung  신입사관 구해령[Raiponces et progrès] Rookie Historian Goo Hae Ryung  신입사관 구해령
[Raiponces et progrès] Rookie Historian Goo Hae Ryung  신입사관 구해령[Raiponces et progrès] Rookie Historian Goo Hae Ryung  신입사관 구해령

Lee Rim (interprété par Cha Eun Woo) est un personnage qui m’a également plu, dans la catégorie « à protéger à tout prix ». Rapidement, je me suis prise de compassion pour ce prince qui a été caché toute sa vie, confiné à des quartiers dont il n’a jamais eu le droit de sortir. C’est une jolie prison dans laquelle son père l’a enfermé, mais une prison néanmoins, et les relations sont… tendues, on va dire. Déjà, la couleur est annoncée dans l’épisode 2 lorsque le roi exprime très clairement à son fils qu’il n’arrive pas à l’aimer. Fils qui, la nuit, cauchemarde que son père essaie de le tuer. On sent à quel point le manque d’affection a brisé le cœur de Lee Rim, qui dans l’épisode 18 pleure « m’avez-vous jamais aimé ? » … et… non. On parle quand même du type qui a envoyé son fils affronter une épidémie mortelle parce que bon, il n’allait pas envoyer son autre fils, mais Lee Rim, lui, est dispensable. Le plus triste étant peut-être que Lee Rim est absolument ravi d’y aller, parce que son père lui donne enfin quelque chose à faire, et qu’il est assoiffé de reconnaissance paternelle.

 

Ca m’a serré le cœur de voir que Lee Rim ne sait pas comment se comporter en prince, ou même s’adresser aux gens en général, parce qu’il n’est jamais sorti de « chez lui », et du coup, j’ai été impressionnée de le voir prendre des risques, et même s’opposer à son père dont il souhaite tellement l’amour, pour le bien des autres. Ca demande une sacrée force, quand même. Une force qu’il tire en partie de son émancipation en général, en partie de son caractère « de base », et en partie de Goo Hae Ryung, qu’il respecte et aime, et dont il souhaite l’approbation et l’amour en retour.

[Raiponces et progrès] Rookie Historian Goo Hae Ryung  신입사관 구해령[Raiponces et progrès] Rookie Historian Goo Hae Ryung  신입사관 구해령
[Raiponces et progrès] Rookie Historian Goo Hae Ryung  신입사관 구해령[Raiponces et progrès] Rookie Historian Goo Hae Ryung  신입사관 구해령
[Raiponces et progrès] Rookie Historian Goo Hae Ryung  신입사관 구해령[Raiponces et progrès] Rookie Historian Goo Hae Ryung  신입사관 구해령[Raiponces et progrès] Rookie Historian Goo Hae Ryung  신입사관 구해령
[Raiponces et progrès] Rookie Historian Goo Hae Ryung  신입사관 구해령[Raiponces et progrès] Rookie Historian Goo Hae Ryung  신입사관 구해령

Et justement, l’amour et le soutien entre ces deux-là, c’est ce qui m’a fait fondre dans leur romance.

 

Pour Lee Rim, c’est le coup de foudre, puis, après ça on a droit à une phase de quelques chamailleries, mais finalement, ça ne dure pas bien longtemps, et c’est assez évident que Lee Rim a le béguin, même en plein dans sa phase de « vengeance ». Il est complètement transparent, c’est terrible ! A un moment donné, sur les (mauvais) conseils de son eunuque, il essaie de se montrer froid et distant envers Hae Ryung pour mieux la séduire, mais (à l’instar de Nokdu qui avait reçu le même conseil dans The Tale of Nokdu) il tient une demi-seconde. C’est juste pas dans son ADN, en fait. Il est ébranlé par tout ce qu’elle fait, il fanboyise complètement. Quand il apprend qu’elle était fiancée à quelqu’un, il est jaloux une seconde, puis la seconde d’après, il est juste atterré que qui que ce soit n’ait pas voulu d’elle. Quand on lui donne de la viande (une denrée précieuse), son premier réflexe est de vouloir en mettre de côté pour Hae Ryung. Quand il fait une liste de choses désastreuses qui pourraient se passer, dans la liste il y a « des menaces », « un meurtre », et « renvoyer Goo Hae Ryung ». Il l’aide discrètement à faire son travail, il s’y rend pour lui apporter son petit-déjeuner, il lui laisse sa chambre pour pleurer quand elle en a besoin… Je T.T

 

Et là on en vient à une autre chose que j’ai appréciée, à savoir le retournement des rôles genrés. C’est particulièrement criant dans l’épisode 16 où Lee Rim s’imagine vivre avec Hae Ryung, et sa vie idéale est de faire à manger pour Hae Ryung et s’occuper d’elle en général, pendant qu’elle fait sa carrière. En fait, il se fantasme dans le rôle traditionnel d’une épouse. Et ce renversement est récurrent dans le drama : Lee Rim écrit des romans « à l’eau de rose », qu’Hae Ryung n’apprécie pas du tout ; il rêve de mariage, elle ne veut pas se marier ; il se voit « homme au foyer », elle se voit avec une carrière ; elle est bien plus pro-active question physique : c’est elle qui l’embrasse en premier, elle qui lui prend la main en premier, et à chaque fois, il est tout ébranlé ; elle tire à l’arc mieux que lui qui n’est clairement pas un guerrier ; elle tient mieux l’alcool que lui ; il veut vivre d’amour et d’eau fraiche mais elle est bien plus réaliste que lui ; une fois ensemble, elle est plus renfermée sur ses sentiments, alors que lui les exprime toujours très clairement et se plaint qu’elle ne soit pas plus ouverte… Sans en faire des caisses, dans cette romance, le drama refuse simplement les règles de genre, et c’est rafraichissant à regarder, d’autant que ça contribue au message progressiste général de la série (on en reparle plus tard).

[Raiponces et progrès] Rookie Historian Goo Hae Ryung  신입사관 구해령[Raiponces et progrès] Rookie Historian Goo Hae Ryung  신입사관 구해령[Raiponces et progrès] Rookie Historian Goo Hae Ryung  신입사관 구해령
[Raiponces et progrès] Rookie Historian Goo Hae Ryung  신입사관 구해령[Raiponces et progrès] Rookie Historian Goo Hae Ryung  신입사관 구해령
[Raiponces et progrès] Rookie Historian Goo Hae Ryung  신입사관 구해령[Raiponces et progrès] Rookie Historian Goo Hae Ryung  신입사관 구해령
[Raiponces et progrès] Rookie Historian Goo Hae Ryung  신입사관 구해령[Raiponces et progrès] Rookie Historian Goo Hae Ryung  신입사관 구해령

 

… Raiponces et leurs tours

 

Je l’ai déjà dit : notre héroïne n’est pas bien fan de romans à l’eau de rose, et elle n’est pas non plus très portée sur les contes de fées apparemment. Ou du moins, elle n’a pas été convaincue par Raiponce, c’est certain. Alors que, pourtant, ce drama est plein de Raiponces qui s’échappent de leurs tours ! En grande partie grâce à leurs propres efforts (bien plus que l’héroïne du conte, et il n’est pas question d’attendre le prince charmant), mais parfois, ça demande quand même bien un peu d’aide. L’exemple le plus évident est certainement Lee Rim, qui a été enfermé toute sa vie, et encore plus sévèrement à la fin (il y a littéralement des gardes devant sa chambre), jusqu’à ce que Hae Ryung se fraye un chemin jusqu’à lui pour le tirer de là.

[Raiponces et progrès] Rookie Historian Goo Hae Ryung  신입사관 구해령[Raiponces et progrès] Rookie Historian Goo Hae Ryung  신입사관 구해령
[Raiponces et progrès] Rookie Historian Goo Hae Ryung  신입사관 구해령[Raiponces et progrès] Rookie Historian Goo Hae Ryung  신입사관 구해령
[Raiponces et progrès] Rookie Historian Goo Hae Ryung  신입사관 구해령[Raiponces et progrès] Rookie Historian Goo Hae Ryung  신입사관 구해령[Raiponces et progrès] Rookie Historian Goo Hae Ryung  신입사관 구해령

Ce n’est même pas juste qu’il a été enfermé toute sa vie : il a été effacé. Son visage n’est pas dans « le livre des visages », et les rumeurs peu charitables battent bon train, parce que personne ne sait à quoi il ressemble, ni pourquoi le roi le garde à l’écart. Pire : même lui ne sait pas pourquoi. Comme il dit dans l’épisode 19 « toute ma vie, j’ai eu le sentiment d’être puni sans raison ». Lorsque, dans l’épisode 5, il cède sa chambre à Hae Ryung pour qu’elle puisse pleurer tranquillement, il lui dit de laisser ses émotions s’exprimer librement, parce que de toute façon « personne ne vient jamais ici », et c’est un geste très gentil et attentionné qu’il a, de lui laisser l’espace dont elle a besoin, mais à la fois, le commentaire est triste, parce qu’on ne peut qu’imaginer toutes les fois où Lee Rim a pleuré sans que personne ne vienne. Il est assoiffé d’amour… mais aussi de liberté, et d’extérieur. Dans l’épisode 2, lorsqu’il sort pour la première fois, on sent vraiment que c’est l’émerveillement, et lorsqu’il se déguise en travailleur et est « puni » à devoir sortir du palais avec Hae Ryung, pour lui, c’est Noël (bon, pas Noël, okay, mais vous me comprenez), et il est très déçu lorsqu’il doit reprendre son rôle de prince enfermé.

 

Lee Rim est donc notre première Raiponce, et la plus évidente parce qu’il est physiquement enfermé, comme Raiponce dans sa tour. Mais la plupart des autres personnages sont également prisonniers. Même le roi se sent prisonnier de sa position et, surtout, des historiens qui couchent sur le papier tous ses faits et gestes pour la postérité. Bien que le personnage ne soit pas exactement sympathique (surtout par rapport à son fils), on ne peut que comprendre la pression que ça doit être de voir chaque détail de sa vie être immortalisé, sans qu’il ait aucune idée de ce qu’on écrit de lui, et donc de comment on se souviendra de lui. De même, Lee Jin, qui a dû se marier par intérêt politique et se sent terriblement limité par ses obligations de prince héritier ressent cette sensation d’emprisonnement, et une frustration terrible lorsqu’il se retrouve coincé entre son envie de protéger, par exemple, son frère et ses obligations. Ses moments de répit, il les trouve dans ses sorties anonymes, et puis chez Lee Rim, appréciant l’endroit séparé de tout qui emprisonne son petit frère mais qui, lui, le libère du regard des autres. Et ce sentiment d’être tenu prisonnier est, du reste, ce qui lui permet de s’identifier à Sa Hui (l’historienne qui lui est généralement assignée), et de créer un lien avec elle.

[Raiponces et progrès] Rookie Historian Goo Hae Ryung  신입사관 구해령[Raiponces et progrès] Rookie Historian Goo Hae Ryung  신입사관 구해령[Raiponces et progrès] Rookie Historian Goo Hae Ryung  신입사관 구해령
[Raiponces et progrès] Rookie Historian Goo Hae Ryung  신입사관 구해령[Raiponces et progrès] Rookie Historian Goo Hae Ryung  신입사관 구해령

Parce qu’évidemment, les grandes Raiponces de cette société dépeinte par le drama, ce sont les femmes. En général. Toutes nos protagonistes se sentent à l’étroit dans leur condition, et nos historiennes (qui sont à la base engagées dans l’idée de les faire bosser dans les quartiers féminins du palais, afin de faire pression, histoire que les femmes s’y tiennent à carreau) ont toutes en commun d’avoir sauté sur l’occasion de devenir plus que ce à quoi on comptait les limiter : de jolies fleurs passant de leur père à leur mari. Ce n’est pas qu’elles soient toutes contre le mariage, et certaines d’entre elles souhaitent se marier un jour, mais elles veulent plus, elles veulent vivre, elles veulent pouvoir choisir, et on peut vraiment sentir leur frustration. Parce qu’elles l’expriment. Sa Hui, en particulier, le met en mots très clairs (et désespérés) à plusieurs reprises dans la série.

 

 

J’ai choisi de devenir historienne parce que j’étais tellement en colère. […] Je me disais « dans ma famille, tout le monde fait ce qu’il veut. Pourquoi suis-je la seule à être coincée à la maison tout le temps ? ». J’étais furieuse. […] (Je ne me suis pas mariée) parce que je ne voulais pas vivre comme une fleur. C’est ce qu’on attend des femmes nobles, après tout. D’être comme des arbres en fleurs bien gardés, de beaux tableaux, ou des bibelots décorant leurs quartiers. Je ne voulais pas vivre ce genre d’existence, ni confier ma vie à un homme que je ne connaissais même pas.

Song Sa Hui, épisode 9

 

 

Je voulais la liberté de choisir. Je voulais vivre ma vie en faisant mes propres choix, sans être influencée ou contrôlée par qui ce que soit. Je pensais obtenir cette liberté en devenant historienne. […] Ma vie ne m’appartient pas. Avez-vous la moindre idée de la tragédie que ça a été de m’en rendre compte ? 

Song Sa Hu, épisode 16

 

 

Et on voit plusieurs exemples d’à quel point les jeunes femmes sont volontairement maintenues dans l’ignorance. Dans l’épisode 16, lorsqu’une mère cherche une épouse pour son fils, les candidates mettent en avant leur manque d’éducation comme un critère de sélection. Dans l’épisode 1, Hae Ryung donne une réponse parfaite à une question dans son « école de dames », et au lieu d’être félicitée, se voit répondre :

 

 

Une femme vertueuse doit cacher ses talents, et ne pas parler de ce qu’elle sait. Pourquoi faut-il toujours que tu mettes en avant ton intelligence ? Le Grand Recueil (Shijing) nous enseigne qu’une femme ne doit rien faire de mauvais ou d’excellent. Compris ?

Professeure, épisode 1


 

Donc déjà qu’être éduquée c’est pas évident, mais en plus, s’il se trouve que tu as du talent et de l’éducation, surtout, tu n’as pas intérêt à en faire usage, bonjour la frustration.

[Raiponces et progrès] Rookie Historian Goo Hae Ryung  신입사관 구해령[Raiponces et progrès] Rookie Historian Goo Hae Ryung  신입사관 구해령
[Raiponces et progrès] Rookie Historian Goo Hae Ryung  신입사관 구해령[Raiponces et progrès] Rookie Historian Goo Hae Ryung  신입사관 구해령

Et nos historiennes ne sont (évidemment) pas les seules à souffrir de ces restrictions. Notamment, j’ai eu beaucoup de pitié pour la princesse héritière, l’épouse de Lee Jin. On la voit peu, et j’adore Lee Jin, mais il a été marié contre sa volonté, pour des affaires de politique, et parce qu’il n’a aucun sentiment pour sa femme, il l’a entièrement délaissée, sans réaliser que, déjà, ça la laisse très isolée, mais que c’est à elle qu’on fait endosser la responsabilité du refus de son mari à faire son devoir.

 

 

Serrer les dents et me taire ? Oui, c’est tout ce que je fais. Quand je m’exprime, les gens m’accusent d’être une princesse qui trouve juste des excuses à son incapacité à produire un héritier. Quand j’ai un geste de reproche, les gens m’accusent d’être une princesse trop exigeante, et cruelle avec vous, mon mari. Alors tout ce que je peux faire, c’est vivre en silence, comme si je n’existais pas.

La princesse héritière, épisode 9

 

 

Malheureusement, la princesse ne semble plus avoir de porte de sortie, mais dans notre drama visiblement branché progrès et féminisme, nos historiennes, elles, se coupent les cheveux pour en faire des cordes, et sortent de leur tour, et j’étais très investie dans leur lente descente, et dans si oui ou non elles arriveraient à s’émanciper pour de bon, selon aussi ce à quoi elles ont noué leur corde. Du reste, j’étais investie dans la libération de tout le monde. Go, Raiponces, go !

 

 

… les priorités du drama

 

Un truc particulier à ce sageuk est qu’il est… décontracté ? C’est pas qu’il n’y ait pas du tout de tension dedans, ni que les personnages n’affrontent pas de choses difficiles (ils se heurtent tous à des murs, il y a des épidémies, de la famine, des gens arrêtés pour vendre/lire des ouvrages interdits, etc), mais, par exemple, la romance se déroule de façon très peu douloureuse. Il y a un petit temps d’animosité qui dure à peine au début, mais sinon, cette relation présente peu de drames. Oui, à la fin, il y a forcément un passage tendu parce que le type est un prince, et que l’écart de statut doit être abordé, ce serait naïf d’imaginer que ça n’entre pas en jeu. Mais les personnages ne deviennent pas stupides, et ne trahissent pas ce qu’on savait d’eux jusque-là : ils réagissent exactement dans la continuité de qui ils sont. Cet obstacle devient donc juste une façon d’explorer et réaffirmer un peu plus leurs personnalités, et leurs aspirations. Et même avec ça, dans l’ensemble, notre OTP a une relation très paisible sans gros drames.

 

De plus, le drama n’a pas de grande histoire qui prenne complètement le pas sur le reste. Il y a bien un fil rouge : on trouve des éléments familiers des séries historiques, tels que des secrets de naissance, des conspirations, ce genre de choses, et à la fin, histoire qu’on ait quand même droit à quelque chose qui ressemble à une conclusion, on boucle ces questions-là. Ce serait donc mentir que de dire que le drama n’a pas une intrigue s’étendant à l’ensemble des épisodes mais, simplement, tout en étant parfaitement dans les thèmes de la série et apportant une pierre importante à l’édifice, elle pèse bien moins sur les épisodes individuels que dans d’autres sageuks, et semble surtout être là pour donner un sentiment de cohésion.

 

Par ailleurs, Rookie Historian Goo Hae Ryung nous donne une époque (19ème siècle), et se déroule donc dans un certain Joseon, qui a évolué par rapport à un Joseon plus antérieur, et un Joseon qui a eu des contacts avec le monde hors-asie, mais le drama invente un roi pour l’occasion, ne se déroule dans aucun véritable règne, et n’a donc pas besoin de suivre avec rigueur l’histoire.

 

Tout ça donne beaucoup de liberté au drama.

 

Parce que la romance n’a pas de gros rebondissements dramatiques, elle sert plutôt de bouffée d’air frais, toute mignonne qu’elle est, et donne à la série son ton léger, tout en permettant au drama de concentrer son poids dramatique sur d’autres choses. Et parce que le drama se déroule dans une histoire fictive, Rookie Historian Goo Hae Ryung peut manipuler les évènements comme il veut, et aborder tous les sujets qu’il souhaite, d’autant que le fil rouge ne prend pas trop de place, donc le drama en a plein pour des petits épisodes plus contenus. Ainsi, le drama nous parlera de censure, de livres interdits et brûlés, de l’introduction dans le pays de nouvelles religions, de nouvelles avancées scientifiques, de nouvelles pensées et envies d’égalité de classes, etc. Avec pour grand thème général le progrès, sa nécessité, les réactions qu’il peut susciter., et l’importance de se battre et prendre des risques pour faire avancer les choses.

[Raiponces et progrès] Rookie Historian Goo Hae Ryung  신입사관 구해령[Raiponces et progrès] Rookie Historian Goo Hae Ryung  신입사관 구해령
[Raiponces et progrès] Rookie Historian Goo Hae Ryung  신입사관 구해령[Raiponces et progrès] Rookie Historian Goo Hae Ryung  신입사관 구해령[Raiponces et progrès] Rookie Historian Goo Hae Ryung  신입사관 구해령
[Raiponces et progrès] Rookie Historian Goo Hae Ryung  신입사관 구해령[Raiponces et progrès] Rookie Historian Goo Hae Ryung  신입사관 구해령

 

… l’épée, la plume, et le devoir d’agir

 

Le travail des historiens est un travail de témoignage, pas de prise d’action, une chose sur laquelle l’historien Min insiste bien. Et si on le voit donner son avis sur ce qu’il écrit au début, les rapports doivent être aussi factuels que possible, ou du moins c’est à cela qu’on entraîne les nouvelles recrues et Hae Ryung, par exemple, se retrouve à devoir re rédiger ses textes plusieurs fois dans l’épisode 10, parce que ses sentiments pour Lee Rim se sentent trop dans son rapport. Par ailleurs, les textes sont véritablement écrits à l’intention de la postérité, et seuls les historiens y ont accès. En particulier, le roi n’a aucun droit de regard ni de modification sur ce qui est écrit, et c’est même l’objet de gros conflits dans le drama. Hae Ryung se retrouve un moment emprisonnée pour avoir refusé de montrer ce qu’elle a écrit au roi, et on se dirait qu’il serait impossible pour une simple historienne de tenir tête au roi du pays, qu’il pourrait facilement la mettre à mort sans y penser, et simplement lui arracher son cahier des mains, mais c’est en vérité très compliqué. La loi est du côté d’Hae Ryung, et ses collèges, savent bien que si le roi obtient gain de cause ça créera un précédent dangereux et les mettra sur une pente glissante, donc ils prennent forcément son côté.

 

 

D’accord, très bien. Mettons que nous laissions le Roi lire le rapport administratif juste cette fois. Vous croyez sincèrement que Sa Majesté le lira puis dira « Oh là là, quelle jolie écriture vous avez » et en restera là ? Bien sûr que non !  Il demandera « pourquoi vous avez écrit ça, là ? et ça ? ». Ce sera le début de remarques qui n’en finiront jamais. Il voudra faire quelques modifications là-dedans, puis il passera aux rapports quotidiens, puis aux annales. C’est comme ça qu’on ne devient plus que des marionnettes obéissant au bon plaisir de nos supérieurs ! Vous pensez que les historiens ont toujours pu assister aux assemblées et faire leur travail librement ? Il a fallu cent ans depuis la création de notre position pour qu’un historien ait le droit de s’asseoir. Et trois cents de plus pour que nous ayons le droit de regarder Sa Majesté en face. Nos prédécesseurs ont écrit des pétitions, ont été exilés, se sont battus de toutes leurs forces pour que nous en soyons là aujourd’hui. Si nous… si nous laissons le roi lire notre rapport, qui sait si cela prendra dix ou cent ans pour corriger cette erreur !

L’historien Yang, épisode 11

 

 

Et ça, cela bloque pas mal le roi. Parce que si les historiens refusent d’écrire, il ne peut plus rien faire, vu que les historiens doivent être présents pour que des discussions et décisions officielles puissent avoir lieu. Et si le roi décide que, tant pis, il fera ça sans eux, il prend le risque, déjà, que les historiens consignent tout ça et que son image soit méchamment ternie pour les générations futures, mais aussi le risque d’une révolte générale, parce que l’importance des historiens est une valeur chérie par bon nombre de ses sujets, en particulier les intellectuels. S’ils peuvent se retrouver en danger à cause du roi, le simple fait d’être témoins de l’histoire et de la prendre en notes donne donc une place privilégiée, un pouvoir, et un moyen de pression aux historiens. Et c’est très concret : par exemple, dans l’épisode 8, lorsque le roi est dans une colère noire contre Lee Rim, afin de voler au secours de son frère, Lee Jin fait venir les historiens. Avec ces témoins, le roi ne peut pas laisser éclater sa colère, d’autant que la décision prise par Lee Rim à la base était justifiée. La présence des historiens est utilisée comme une arme par le prince héritier, ou, plutôt, un bouclier pour défendre son frère.

 

La plume peut vaincre l’épée, et c’est quelque chose qui est plusieurs fois illustré par le drama.

 

Je ne sais pas si on peut exactement comparer le travail des historiens à ceux des journalistes, puisque les historiens archivent tandis que les journalistes informent, mais néanmoins, il y a cette idée quand même qu’il est crucial que les puissants soient soumis à un regard extérieur qui ne puisse être interdit, et que ce regard en soi, et la possibilité de le mettre en mots (à l’écrit, ici, mais ça pourrait être en vidéo plus tard), sont des choses précieuses qui doivent être absolument protégées.

[Raiponces et progrès] Rookie Historian Goo Hae Ryung  신입사관 구해령[Raiponces et progrès] Rookie Historian Goo Hae Ryung  신입사관 구해령
[Raiponces et progrès] Rookie Historian Goo Hae Ryung  신입사관 구해령[Raiponces et progrès] Rookie Historian Goo Hae Ryung  신입사관 구해령
[Raiponces et progrès] Rookie Historian Goo Hae Ryung  신입사관 구해령[Raiponces et progrès] Rookie Historian Goo Hae Ryung  신입사관 구해령[Raiponces et progrès] Rookie Historian Goo Hae Ryung  신입사관 구해령

Pour Goo Hae Ryung, néanmoins, ça ne suffit pas, et c’est là qu’elle clashe souvent avec l’historien Min.

 

Encore une fois, le travail des historiens est simplement d’observer et rapporter, mais en aucun cas d’intervenir, d’influencer leurs sujets, ou d’utiliser les informations qu’ils ont, même si c’est à des fins qu’ils jugent bonnes. Hae Ryung se fait plusieurs fois reprendre sur la question, parce que pour elle, quand l’enjeu est trop grand, l’intervention devient une obligation morale.

 

 

- Penses-tu vraiment que c’était la bonne décision, en tant qu’historienne ?

- Je suis historienne, mais avant tout, je fais partie du peuple de ce pays. Je ne peux pas juste rester assise à prendre l’histoire en notes quand je sais qu’autant de gens sont en train de mourir.

- C’est ton devoir d’historienne ! Ton devoir est d’écouter, pas de parler. Ce n’est pas à toi de prendre les décisions. Ton travail est d’archiver ces décisions.

- Pourquoi prendre la peine de nous sélectionner et nous former si notre travail consiste juste à prendre des notes ? N’importe qui sachant écrire ferait l’affaire, non ?

- Des tas de gens savent écrire, mais très peu savent rester à leur place. L’histoire est pleine de bonnes et mauvaises choses. A l’instant même où tu décides de rectifier le tort de quelqu’un, ou de le faire changer d’avis… A l’instant même où tu y penses, tu deviens une romancière qui écrit l’histoire comme elle le souhaite. Tu comprends ?

L’historien Min et Goo Hae Ryung, épisode 8

 

 

- Le sachaek (NdM :le carnet dans lequel les historiens prennent leurs notes) est une épée à double tranchant. Si nous, les historiens, l’utilisions pour sauver des vies innocentes, ça voudrait dire qu’il peut aussi être utilisé pour en tuer. C’est pourquoi un sachaek ne doit pas devenir une arme, même avec les meilleures intentions du monde. C’est la grande règle de base que nous devons suivre, même s’il doit nous en coûter la vie. Tu comprends ?

- Non. Et je ne veux pas comprendre. Comment pouvez-vous protéger vos principes plutôt que le peuple ?

L’historien Min et Goo Hae Ryung, épisode 15

 

 

Hae Ryung est quelqu’un qui ne peut pas s’empêcher d’intervenir, ce qu’on constate très tôt. Dans les tous premiers épisodes, elle rencontre un petit garçon esclave et maltraité par son propriétaire, et aussitôt, son sang ne fait qu’un tour, et elle veut aider. Mais elle réalise rapidement qu’elle ne peut rien faire, ou du moins pas si elle tient à protéger ses principes, auxquels elle est donc forcée de faire une entorse. Dès le tout début du drama, donc, elle fait ce dont elle parlera plus tard : elle fait passer en priorité la vie qu’elle veut sauver, plutôt que ses principes. Et au fil du drama, elle continue d’intervenir, chaque fois que quelque chose lui semble injuste… Il ne s’agit pas de trahir tous ses principes, bien entendu (parfois il s’agit même de les protéger ! comme quand elle se dresse contre les pratiques de salaire injustes au sein du palais), et le drama n’écrit pas des personnages qui deviennent des monstres en voulant bien faire (ce qui serait intéressant, mais c’est pas le sujet ici), mais il est simplement question d’établir un ordre de priorités. Les avertissements de l’historien Min ne sont pas infondés, et ils sont à prendre en compte, mais le drama semble partager l’opinion d’Hae Ryung que l’action est nécessaire, quitte à prendre parfois des risques, car, généralement, quand elle agit, le personnage est récompensé, et quand elle hésite trop et ne fait rien, les conséquences sont dramatiques, et elle le regrette amèrement (c’est tout l’objet de l’épisode 8, plus précisément). Le progrès, après tout, ne peut se faire que si on fait progresser les choses, et le drama souligne donc l’importance non seulement de constater les choses, et d’en garder une trace pour que le futur puisse apprendre du passé, mais également d’y réagir.

 

 

 

…conclusion

 

Rookie Historian Goo Hae Ryung est un drama que j’ai beaucoup aimé. A la fois, il est plus léger que beaucoup de sageuks et se regarde super facilement, avec un large nombre de personnages attachants et divertissants qu’il fait bon suivre, soutenir, et shipper, et à la fois, il traite de thèmes importants, et très d’actualité, donnant à cette série historique quelque chose de très moderne, jusque dans sa conclusion qui reste parfaitement dans la continuité du reste, pour mon plus grand plaisir. L’héroïne, Goo Hae Ryung, a été un gros coup de cœur, pour moi, et j’ai été attristée de devoir la quitter, mais j’ai aussi été très satisfaite de son parcours. Bref, j’ai vraiment aimé ce drama, et je suis ravie de pouvoir le compter parmi mes favoris de 2019~

[Raiponces et progrès] Rookie Historian Goo Hae Ryung  신입사관 구해령[Raiponces et progrès] Rookie Historian Goo Hae Ryung  신입사관 구해령[Raiponces et progrès] Rookie Historian Goo Hae Ryung  신입사관 구해령
[Raiponces et progrès] Rookie Historian Goo Hae Ryung  신입사관 구해령[Raiponces et progrès] Rookie Historian Goo Hae Ryung  신입사관 구해령
[Raiponces et progrès] Rookie Historian Goo Hae Ryung  신입사관 구해령[Raiponces et progrès] Rookie Historian Goo Hae Ryung  신입사관 구해령
[Raiponces et progrès] Rookie Historian Goo Hae Ryung  신입사관 구해령[Raiponces et progrès] Rookie Historian Goo Hae Ryung  신입사관 구해령[Raiponces et progrès] Rookie Historian Goo Hae Ryung  신입사관 구해령

 

1Un classique sur lequel, du reste, on pourrait s’interroger un peu, parce qu’il y a un déséquilibre de pouvoir entre les deux personnages, généralement traité sur le ton de la rigolade, mais qui mériterait d’être exploré par quelqu’un de plus intelligent que moi. Le personnage au service de l’autre est généralement représenté comme n’ayant pas de vie au-delà de s’occuper de son patron, et il bougonne bien un peu, mais au fond, il est heureux de s’en occuper, et je me demande ce que ça glorifie exactement. Ca mériterait sans doute de reprendre chaque exemple de cette trope, et de les analyser dans leur propre drama et dans le contexte global des dramas coréens… => reprendre la lecture

 

Sur ce, plus de personnages féminins qui ont la classe à leur façon: