[Off] 23-24 avril 2020: Hereditary

Publié le 23 Avril 2020

Jeudi 23 - Vendredi 24

 

Vous pourriez regarder Hereditary !

 

 

Ah bah, ouais, fallait bien qu’à un moment donné je vous recommande un film d’horreur. Forcément. Vous n’alliez pas y échapper. Et donc, vous pourriez regarder Hereditary parce que :

 

1. Il fout les boules. Certes, je suis une grande partisane du fait que si un film d’horreur ne fait pas peur, ça n’est pas un problème. Ca en devient un si le film n’a rien d’autre à proposer à côté de ça, mais sinon, de toute façon, comme on a tous peur de choses différentes, un film qui fasse peur à tout le monde, ça n’existe pas. Et ça comprend Hereditary, donc si ça se trouve il ne vous foutra pas les boules du tout, mais moi, il m’a fait froid dans le dos, et même si je n’en ai pas besoin, ben c’est sympa quand même, et j’apprécie qu’il m’ait fait hésiter avant d’éteindre la lumière (principale)(je n’éteins jamais toutes les lumières, j’ai un instinct de survie, oh )

 

2. Il fout les boules… OK, même si le film ne vous fait pas peur dans le sens « vous pisser dessus parce qu’il y a eu un bruit dans l’entrée », il reste que c’est un film dérangeant, parce qu’avec des thèmes tels que le deuil, la maternité et le caractère héréditaire de certaines maladies (mais bien sûr, c'est à vous de choisir ce que vous y voyez), il suit l’effondrement d’une famille après une tragédie. La tragédie elle-même est déjà un sacré coup de poing, avec une séquence qui ne risque pas de me sortir de la tête, et la descente aux Enfers de la famille après coup est difficile à regarder, entre une mère qui perd ses repères et un fils qui se débat avec sa culpabilité mais aussi sa relation déjà compliquée avec sa mère avant ça. Donc le film fout les boules parce qu’il nous met devant les yeux des choses difficiles à accepter et sans prendre de gants.

 

3. Les acteurs… Dans le premier article de ce mois-ci, je vous avais parlé d’Aisling Franciosi, géniale dans The Nightingale, et j’avais évoqué la performance d’Essaie Davies dans The Babadook… Bon eh bien dans la catégorie « femme terrassée par le deuil qui perd pied », je vous propose à présent Toni Collette qui est excellente dans ce film. Le personnage est complexe, et l’interprétation lui rend justice. Mais je ne peux pas ne pas mentionner également Alex Wolff dans le rôle du fils, qui lui rend la réplique avec beaucoup de talent, et qui a un regard très expressif. Il fallait deux acteurs aussi bons pour faire fonctionner ce film, et ils sont plus qu’à la hauteur.

 

4. Il y a beaucoup d’inventivité, je trouve, dans la mise en scène, et j’aime particulièrement l’utilisation des maquettes crées par la mère le long du film. Ca a été souligné par la plupart des critiques sur le film, mais la façon dont la réalité et ces « maisons de poupées » se mélangent parfois 1/donne le sentiment qu’une force extérieure joue et manipule les personnages tout comme la mère créé et manipule ses maquettes 2/ ajoute un aspect voyeuriste au film, parce qu’on a l’impression de jeter un œil dans l’intimité des personnages, de « regarder par leur fenêtre » des choses qui ne devraient pas nous concerner.

 

5. (la bande-annonce, que j'aime beaucoup, et qui semble en dire trop, mais en fait pas du tout)

 

 

 

Cet article bref a été écrit dans le cadre de mon mois off d'avril 2020

Pour voir les autres articles, cliquez sur l'image:

 

 

Rédigé par Milady

Publié dans #Off weeks, #Cinéma, #Cinéma Occidental, #USA, #Hereditary, #Horreur, #Film

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :