[Avant que minuit ne sonne] The Game: Towards Zero

Publié le 8 Mai 2020

The Game : Towards 0 se penche sur des thèmes intéressants tels que la vengeance, la rédemption, et ce qui détermine notre avenir mais est limité par une écriture pas toujours au top, et par certaines performances d’acteurs manquant de relief.

 

 

 

Diffusé en 2020

Sur MBC

 32 épisodes de 35 minutes

Ou 16 x 1h10

Réalisé par Jang Joon Ho

Ecrit par Lee Ji Hyo

 

Avec :

Taecyeon : Kim Tae Pyung

Lee Yeon Hee : Seo Joon Young

Lim Ju Hwan : Goo Do Kyung

Park Ji Il : Nam Woo Hyun

Choi Jae Woong : Han Dong Woo

Shin Sung Min : Yoon Kang Hae

Lee Seung Woo : Go Bong Soo

Lee Bom : Ji Soo Hyun

Park Wong Sang : Lee Joon Hee

Hong In : Park Han Kyu

Yoon Ji Won : Oh Ye Ji

Jeong Dong Hwan : Pr. Baek

Ryoo Hye Rin : Lee Yeon Hwa

etc

 

 

Dontesque ?

Depuis son enfance, Kim Tae Pyung voit les derniers instants de la vie des gens lorsqu’il les regarde dans les yeux. Il a depuis longtemps accepté qu’il ne pouvait pas changer le futur, mais après avoir croisé le chemin d’une jeune fille sur le point d’être kidnappée et tuée, il se voit demandé de l’aide par la détective Seo Joon Young pour sauver la jeune fille en question. Il accepte, et il s’avère que l’affaire est liée à un serial-killer en prison depuis des années.

 

 

Fiche Ecrans d'Asie: ICI

Tous mes dramas de 2020 (PIs, Bilans, etc): ICI

 

 

oOo

Le drama s'est terminé il y a plus d'un mois déjà, mais je voulais néanmoins refaire un petit topo dessus. En plus, je suis contente d'avoir attendu, parce que ça m'a laissé le temps de retourner la série dans ma tête plusieurs fois, et de réaliser que j'avais bien plus à dire dessus que je pensais ! Donc on va causer de tout cela, mais avant de commencer j'aimerais donner une précision : il y a un personnage sur lequel, tôt dans la série (première moitié d’épisode 4, ou demi-épisode 7 selon comment vous comptez) on nous révèle quelque chose d’important. La chose en question est honnêtement déductible dès l’épisode 1 (en tous cas, moi, j’avais grillé le truc dans l’épisode 1), mais elle est confirmée et développée dans l’épisode 4. Cette chose n'est pas censée être un mystère longtemps, ni pour nous ni pour les personnages, histoire que le personnage et ses relations aux autres puissent être explorées. En conséquence, je ne compte pas la cacher non plus tout l’article, d'autant que sans ça je serais obligée de rester bien en surface et de ne pas vous raconter grand-chose d'intéressant.

 

Donc voici comment ça va fonctionner : même si je pense sincèrement que savoir cette chose ne gâche pas le drama (qui ne se construit pas sur ce mystère, c'est pour ça qu'il révèle rapidement la carte), dans le début de l’article, je garderai cela entre balises spoilers, puis arrivera un moment (qui sera précisé, avec possibilité de tout sauter facilement) où je commencerai à en parler librement. Vous pouvez donc continuer la lecture. Ou bien vous pouvez aussi vous contenter de l'introduction, de la conclusion et regarder le drama avant de me lire. Ou bien vous pouvez aussi ne pas me lire, vous faites ce que vous voulez ^^.

 

Sur ce, reprenons.

 

 

Introduction

 

le fun, en surface

les failles

 

/!\ zone de discussion libre /!\ 

 

ce que nous dit le titre

inspiration religieuse et rédemption

lutte, vengeance et responsabilités

 

/!\ fin de la discussion libre /!\ 

 

Conclusion

 

 

 

J'ai lancé ce drama en partie pour son casting, en partie pour son concept de personnage pouvant voir venir la mort des autres, et dans l'ensemble, c'est un drama qui m'a beaucoup plu. Il était imparfait, il y a plein de choses qui auraient pu/dû être meilleures, mais je l'ai trouvé engageant, sincèrement émouvant par moments, et, tout simplement, très divertissant.

 

 

… le fun, en surface

 

Histoire d'amadouer vos yeux dès le début, j'aimerais partager certaines de mes screencaps favorites du drama :

[Avant que minuit ne sonne] The Game: Towards Zero[Avant que minuit ne sonne] The Game: Towards Zero
[Avant que minuit ne sonne] The Game: Towards Zero[Avant que minuit ne sonne] The Game: Towards Zero[Avant que minuit ne sonne] The Game: Towards Zero

The Game est un joli drama, et ça fait déjà beaucoup pour lui, oui. Mais ce qui me faisait revenir semaine après semaine était surtout, tout simplement, que je ressentais le besoin de savoir la suite, parce que le drama cultivait un bon sens du suspense et des retournements à mes yeux. Le premier cas dont s'occupe nos personnages ensemble, celui de la jeune fille enterrée dans un cercueil avec plus que quelques heures à vivre, m'a immédiatement happée, et de façon générale le drama donne ce sentiment de compte à rebours permanent (vu que le personnage principal voit mourir les gens) qui rend tout plus pressant. En plus, c'est vrai que j'ai un faible pour les histoires de gens qui se battent contre ce qui a été écrit pour eux/pour les autres et mon attitude "fuck le destin" (dont on va reparler) a fait que je me sentais encore plus impliquée dans les différents comptes à rebours du drama. Par ailleurs, la série propose plusieurs retournements que je n'avais pas vus venir et qui (c'est le plus important, la surprise étant éphémère et pas très consistante en soi) changeaient la donne de façons intéressantes pour les personnages et l'intrigue.

 

Quelque part, malgré le fait que la situation soit tendue pour les personnages et qu'ils aient peu le temps de souffler, The Game avait également quelque chose d’étonnamment reposant pour moi, parce qu'il était très direct.

 

J'ai hésité à écrire "simple", mais ça ne me semblait pas tout à fait approprié. Les personnages ont des objectifs clairs, et l'histoire n'est certainement pas dure à suivre, c'est vrai. Mais les différents personnages sont rarement blancs ou noirs, on nage pas mal dans le gris, avec un héros qui se salit les mains et un criminel qui s'est par moments attiré beaucoup de pitié de la part du public, moi-même comprise. Emotionnellement, je ne sais donc pas si on peut dire que le drama est simple, ça va dépendre des personnes. En tous cas il n'est pas écrit pour provoquer des émotions tranchées. En revanche, je trouve le drama direct, il dit ce qu'il veut dire, et il ne le fait même pas avec beaucoup de subtilité. Il est très clair sur ses intentions, et c'est ça que j'ai trouvé reposant. Ça en faisait un drama très facile à suivre.

[Avant que minuit ne sonne] The Game: Towards Zero[Avant que minuit ne sonne] The Game: Towards Zero
[Avant que minuit ne sonne] The Game: Towards Zero[Avant que minuit ne sonne] The Game: Towards Zero[Avant que minuit ne sonne] The Game: Towards Zero
[Avant que minuit ne sonne] The Game: Towards Zero[Avant que minuit ne sonne] The Game: Towards Zero[Avant que minuit ne sonne] The Game: Towards Zero

J'ai donc lancé chaque nouvel épisode avec enthousiasme, chaque semaine, pour découvrir la suite, me ravir les yeux, et parce que je savais que j'allais ressentir des choses contradictoires, certes, mais qu'à la fois le drama ne me donnerait pas de migraine à essayer de décrypter ce qu'il essayait de me dire. Pour autant, ça ne signifie certainement pas que je n'avais rien à lui reprocher...

 

 

… les failles

 

J’ai mes réserves sur la conclusion, déjà. En soi, j’aime où elle nous laisse, ce n’est pas le souci, mais c’est plus l’enchainement des évènements qui m’a paru rapide, manquant de transitions, voire peut-être trop facile, au risque de faire sembler triviale une partie de l’intrigue ayant précédé cette conclusion… mais je ne suis pas encore entièrement décidée sur la question ([spoiler] la façon dont les personnages évitent la mort de Hyun Woo parait si simple au final qu’on a envie de se dire « tout ça pour ça ? », mais d’un autre côté ça souligne le fait que tout était tellement évitable, que les choses auraient facilement pu se passer autrement, ce qui les rend d’autant plus tragiques, et du coup, je suis partagée [/spoiler]), et ça ne gâche de toute façon pas le drama, donc laissons ça de côté : ce n’est pas comme si la série manquait d’autres défauts à relever.

 

II y en a, à mes yeux, principalement trois : le manque de bon sens des personnages, la performance de certains acteurs, et la gestion de la romance.

 

 

  • Le manque de bon sens

 

Les personnages prennent beaucoup de décisions à la con, et je trouve toujours le manque de bon sens plus dérangeant dans les thrillers, peut-être parce que les enjeux sont tellement énormes que j’ai d’autant plus envie de hurler aux personnages « mais pourquoi t’es con comme ça ?! pourquoi ?! ».

 

Et ça concernait tout le monde. Ça concernait, par exemple, le héros qui dessine un portrait-robot d’un meurtrier mais ne l’envoie pas immédiatement à la police, ou découvre un truc important mais, à nouveau, n’appelle pas la police tout de suite, laissant amplement le temps à un criminel de tout résorber. Ça concernait, aussi, un tueur qui va allègrement se balader dans des endroits où c’est évident qu’il va aller, au risque de se faire prendre par la police… mais heureusement non parce qu’il peut compter sur la police pour être encore plus bête que lui. A un moment donné, un homme suspecté de meurtre dit littéralement à une policière qu’il veut tuer quelqu’un, et pour autant cette personne n’a droit à aucune protection policière, si bien que quand il se pointe, y a personne pour le choper… Plus d’autres choses que je ne veux pas spoiler, mais il y a une véritable accumulation de décisions à la con, et c’est tellement évident que ce sont des décisions à la con, et… urgh.

 

Et puis bon, même s’il se trouve qu’elle a raison, je trouve également que l’héroïne fait bien trop vite confiance au héros aussi, parce que même en admettant que le type ait effectivement le pouvoir de voir la mort des gens (ce qu’il arrive à prouver), ça ne signifie en rien qu’il soit digne de confiance : il pourrait tout simplement mentir. Mais on est dans un drama qui récompense la foi, c’est dans le thème, donc à la limite, laissons passer : il reste quand même que les personnages rivalisent souvent de bêtise, et quand un scénario se repose trop souvent là-dessus pour avancer, c’est jamais bon, parce que ça le fait sembler paresseux, mal écrit, et que ça créé beaucoup de frustration.

 

 

  • Des acteurs pas à la hauteur

 

Et par « acteurs », je n’entends véritablement que Lee Yeon Hee et Taecyeon. Le reste du casting se débrouille très bien, et j’avancerais même que Lim Ju Hwan livre une de ses meilleures performances dans ce drama. Malheureusement, deux acteurs, quand ils sont dans le casting central, c’est un souci.

 

Les gens, j’aime bien Lee Yeon Hee depuis Miss Korea. Et j’aime énormément Taecyeon : je ne le trouve jamais extraordinaire, mais j’aime le voir à l’écran et il faisait partie de mes motivations à regarder ce drama. Mais argh, lui et Lee Yeon Hee limitent tellement la série.

 

A la limite, côté Lee Yeon Hee c’est moins dérangeant, simplement parce que son personnage est moins exigeant (je trouve), mais Tae Pyung, le personnage de Taec, est un personnage qui aurait mérité un meilleur acteur, un qui aurait réussi à ne pas juste rendre Tae Pyung sympathique mais aussi aurait pu mieux faire sentir sa colère, sa haine par moments même, et le poids qu’il a sur les épaules. A la décharge de Taec, je pense que le drama aurait pu rendre ses « flashs de mort » un peu plus présents à l’écran afin de nous véritablement faire ressentir leur imposition sur sa vie, mais sa performance laisse aussi à désirer. Je l’aime toujours, mais il manque trop de relief, et autant dans un drama plus léger ça passe, autant quand il fait partie d’un drama plus d’ensemble ça passe aussi, autant quand il doit vraiment faire la moitié du boulot dramatique de la série, ça pose problème. Dans l’épisode 30, Tae Pyung vit son pire cauchemar, et supplie désespérément, mais la supplique est plate et intérieurement je lui criais « emote, dude, EMOTE ! ».

 

Et malheureusement les limitations de Taecyeon et Lee Yeon Hee n’ont pas aidé avec la romance du drama qui n’est, de base, pas très bien amenée, et ne peut pas non plus se reposer une alchimie de ouf pour combler.

 

 

  • Une romance précipitée

 

OK, qu’on s’entende bien : oui, les acteurs sont limités, et je l’ai regretté. Mais non, ça ne signifie pas que je les ai détestés du tout, et ma sympathie naturelle pour eux était toujours là si bien que j’étais attachée aux personnages qui, en plus, étaient sympathiques de toute façon. Par ailleurs, je suis une shippeuse dans l’âme, je ne peux juste pas m’en empêcher, et donc, yep, j’ai gaiment shippé Tae Pyung et Joon Young (Lee Yeon Hee, donc) parce que of course. Et puis il n’y a quand même pas que du mauvais !

 

Je comprends, par exemple, pourquoi les personnages sont attirés l’un par l’autre. Pour Tae Pyung, ne pas pouvoir voir la mort de Joon Young signifie qu’il peut enfin avoir des interactions normales avec quelqu’un, et, comme il le dit, tous deux ont quelque chose en commun, à savoir qu’ils voient souvent des horreurs, et qu’ils doivent gérer cette relation omniprésente avec la mort. Ils se comprennent, donc. Et ne sous-estimons pas simplement le fait qu’ils sont tous deux des gens bien qui ont bon cœur, qui travaillent avec le même objectif en tête, et qu’ils se plaisent sans doute physiquement l’un à l’autre, ce qui aide toujours. Donc je comprends qu’ils soient attirés. Et il y a des scènes où j’ai sincèrement été touchée ! Quand Tae Pyung finit par dire à Joon Young qu’il l’aime, par exemple. Il dit ça de façon si simple, et Taecyeon est tellement adorable que j’en ai couiné tel le Hamtaro moyen. Et puis parce que Tae Pyung n’a jamais eu de relations romantiques avec qui que ce soit, il est très enthousiaste et, à la fois, il ne sait pas du tout y faire, ce qui m’a attendrie et amusée, d’autant que je trouve que la comédie convient bien à Taecyeon. Donc non, tout n’est pas à jeter.

[Avant que minuit ne sonne] The Game: Towards Zero[Avant que minuit ne sonne] The Game: Towards Zero[Avant que minuit ne sonne] The Game: Towards Zero
[Avant que minuit ne sonne] The Game: Towards Zero[Avant que minuit ne sonne] The Game: Towards Zero
[Avant que minuit ne sonne] The Game: Towards Zero[Avant que minuit ne sonne] The Game: Towards Zero

Mais je ne peux malgré tout pas ignorer que cette romance démarre de manière bien trop abrupte et est dramatisée bien trop tôt. Dans l’épisode 11, quand un personnage sort à Tae Pyung « vous vous aimez tous les deux », intérieurement, ma seule réaction a été « hein ? depuis quand ? ». Oui, je voyais bien que Tae Pyung avait le béguin, et qu’il plaisait aussi un peu à sa nouvelle partenaire, mais on passe de ça à l’amour, et pas juste l’amour, mais l’Amour, impossible et tragique. Une romance, ça se construit, et si en plus on espère en tirer du drame et de grosses émotions, y a intérêt à la construire bien, parce que là j’avais l’impression qu’ils manquaient de sérieuses pages dans le script quand même. Du coup, les moments mignons entre le couple ont pris avec moi, mais tout l’aspect plus dramatique et intense sonnait creux. Et le fait que les acteurs ne soient pas extraordinaires n’a pas aidé, donc, parce qu’ils ne pouvaient pas combler les manques de l’écriture avec de l’émotion pure. Ce qui signifie qu’une part du drama tombait en partie à l’eau.

 

Néanmoins… ce n’était pas si grave.

 

Parce que la romance n’est pas l’aspect central de The Game de toute façon. Ce n’est pas le focus.

 

 

 

-A partir de là je commence à discuter librement, comme précisé dans l’introduction. Je ne spoile pas tout le drama, bien entendu, mais je ne cache plus la révélation de l’épisode 4. Si vous voulez sauter tout ça, cliquez [ici] pour passer directement à la conclusion-

 

 

 

Le focus c’est le face à face entre Tae Pyung et Hyun Woo, c’est pour ça que l’identité et les activités criminelles de Hyun Woo nous sont révélées rapidement : parce qu’il est le second joueur du « game », l’adversaire.

 

 

… ce que nous dit le titre

 

Parlons du titre une minute, si vous voulez bien : "The Game: Towards Zero Midnight".

 

Oui parce que le titre international a beau être « The Game : Towards Zero », en fait, quand on regarde le titre en coréen, « midnight » serait une traduction plus appropriée, le « » dans « 0» étant ce qui indique qu’on parle d’une heure de la journée.

 

Et ça a du sens.

 

"Midnight", déjà, c'est le nom du tueur qui sévissait dans l'enfance des protagonistes (Le Midnight Killer). C'est à cause de lui que le père de Joon Young est mort, à cause de lui que la vie de Hyun Woo a pris le tournant qu'elle a pris, et à cause de lui également que Hyun Woo et Tae Pyung se sont rencontrés, et donc que le destin de Tae Pyung est ce qu'il est. Le Midnight Killer c'est le point zéro ("zéro", get it ? :D) du nouveau parcours des personnages, en quelque sorte, et aller "vers Midnight" c'est retourner au début, pour défaire les nœuds, et c'est bien ce qu'essaient de faire nos personnages.

 

"Midnight/Minuit" c'est aussi la fin d'une journée, et on retrouve donc dans le titre l'idée de compte à rebours : celui pour sauver des gens, constamment, de leurs morts annoncées.

 

Par ailleurs, si on compare la vie à une journée, et si minuit en est la fin, alors minuit, c'est la mort, et "vers minuit" devient "vers la mort", ce qui est approprié puisque dès le début du drama la mort annoncée de Hyun Woo nous est présentée comme le point culminant du destin des personnages, et tout le drama va vers ce moment, avec tout ce qu'il implique.

 

Mais "minuit" ce n'est pas que la fin d'une journée : c'est également le début d'une nouvelle. Et on en reparlera mais un des grands thèmes du drama est la rédemption, donc on retrouve l'idée de repartir de zéro dans le titre.

 

Enfin, "minuit" évoque tout simplement l'idée d'horloge, d'aguille qui part d'un endroit et y revient, et on pourra noter que le drama est construit de cette façon. Tae Pyung, de façon générale, quand il rencontre les gens pour la première fois, voit leurs fins en premier, donc pour lui le début est également la fin, mais je parle plutôt de la construction générale: on commence par nous introduire l'affrontement Hyun Woo/Tae Pyung qui deviendra effectivement la grande résolution au drama, et puis surtout, la première mort que Tae Pyung essaie d'empêcher (et qu'on nous montre, j'entends) est celle d'un criminel, et ça se solde par un échec, dont Tae Pyung nous dit ceci:

 

 

Mais mes prédictions ne se trompent jamais. Je savais que ça arriverait forcément. Pourquoi avoir essayé si dur de l'arrêter ? Je suis furieux. Il a choisi de tuer des gens plutôt que de se sauver lui-même. C'est ce qui me met vraiment en colère. En ce sens, la mort d’une personne semble refléter sa vie.

Tae Pyung, épisode 1

 

 

Et tout l'enjeu dans l'affaire Hyun Woo, à la fin, est justement d'amener Hyun Woo à faire un choix différent, celui d'arrêter de tuer des gens et de plutôt se sauver lui-même. Quant à savoir si l'histoire se répètera, si, cette fois, Tae Pyung arrivera à convaincre la personne en cause, s’il y arrivera mais que ça ne changera pas grand-chose, etc, tout ça, vous verrez bien vous-même.

[Avant que minuit ne sonne] The Game: Towards Zero[Avant que minuit ne sonne] The Game: Towards Zero[Avant que minuit ne sonne] The Game: Towards Zero
[Avant que minuit ne sonne] The Game: Towards Zero[Avant que minuit ne sonne] The Game: Towards Zero

Pour finir, le titre introduit également la notion de "jeu" (avant celle de "midnight" même, mais j'aime bien prendre les choses dans le désordre, étant une rebelle et tout), et même si, bien sûr, il y a différents types de jeux, dont certains qui se jouent en solo par exemple, en l'occurrence, je pense que cette idée de jeu vient avec deux autres notions :

 

• celle de règles : le jeu est régi par des règles, et les règles sont fixées par quelqu'un. Ici on parle de jouer avec la vie et la mort, et c'est Dieu qui fixe les règles, a priori. Du moins, c'est de lui que se plaignent les personnages quand les règles leur pèsent.

 

• celle d’adversaire : on joue contre quelqu'un. Même si parfois, c'est juste contre le jeu lui-même. Ici, c'est les deux : les personnages jouent contre le jeu, contre les règles (ou du moins ils essayent, tâchant de changer le destin), mais Tae Pyung et Hyun Woo jouent également l'un contre l'autre. Et Joon Young joue aussi, mais elle fait surtout partie de « l'équipe Tae Pyung », et le drama s’envisage plutôt comme un jeu d'échecs, avec Tae Pyung et Hyun Woo de chaque côté de l’échiquier, comme c'est introduit dès l'ouverture du drama.

 

Mais ça ne veut pas dire que Joon Young n'est pas essentielle. Parce que Joon Young... est Jésus o.o

 

Je vous jure que ça a du sens, promis !

 

 

… inspiration religieuse, rédemption

 

Je l'ai déjà dit : le drama n'est pas exactement subtil.

 

Du coup, il ne lésine pas sur les images religieuses... Il y a des croix partout, Hyun Woo (qui a été élevé par des nonnes, du reste) a un tableau du Christ dans la tombe chez lui (Le Christ Mort d’Hans Holbein le Jeune, pour être précise), la prédiction de Tae Pyung à Hyun Woo qui bouleverse le destin de tout le monde se fait dans une église, et si vraiment notre mort reflète ce qu'a été notre vie, on ne pourra que noter qu'à la fin de sa vie (telle qu'annoncée par les visions de Tae Pyung, bien sûr, et ça veut pas dire qu'elles se vérifient) Tae Pyung marche sur l'eau, petit messager de Dieu et tout, alors que Hyun Woo tombe de haut, le visage brûlé, tel l'ange déchu moyen. A la fin, il est aussi pointé du doigt par Joon Young qu’elle a eu la chance d’avoir une figure paternelle pour remplacer son père décédé, et que peut-être, si Hyun Woo en avait eu une également, les choses auraient tourné différemment. Tae Pyung aussi a grandi avec une figure paternelle sur laquelle se reposer, et Hyun Woo est le seul qui en a manqué (dans les trois personnages principaux) et s’est donc égaré. Figure paternelle, Dieu, tout ça, tout ça.

 

Pour reparler, par ailleurs, de cette marque sur le visage de Hyun Woo, [spoiler] il se retrouve avec à la suite d’un évènement qui semble, au premier abord, particulièrement ridicule. D'ailleurs, même moi, je me suis moquée. Parce que sérieusement, qui survit à une explosion de voiture pareille ?! Mais en fait, quand on prend en compte l'aspect divin du drama, ça a plus de sens. Parce que ça parait quand même bien miraculeux que Tae Pyung s'en sorte indemne ! Et... yep... "miraculeux" c'est bien le mot. Métaphoriquement parlant, l'idée, je pense, est que le même Dieu qui a donné ses pouvoirs à Tae Pyung l'a tiré de cette explosion. Après ça, Tae Pyung fait un saut dans quelque chose entre la vie et la mort, puis revient. Mais Hyun Woo lui, est marqué, et cette histoire de marque sur le visage, [/spoiler] elle évoque beaucoup, je trouve, la marque de Cain, c'est-à-dire la marque, dans la Bible, que Dieu met sur Caïn après qu’il ait tué son frère Abel et menti à dieu. Caïn se retrouve voué à vivre dans la honte et le rejet, mais à la fois la marque sert de rappel aux hommes qu'ils ne doivent pas le tuer. Si l’un d’entre eux essayait, alors il serait puni sept fois plus durement. La marque de Caïn a été interprétée différemment au fil de l’Histoire et selon les fois et les personnes. On peut voir, dedans, un rappel de la faute de Cain, et ça fonctionne aussi pour Hyun Woo qui, à partir de là, ne peut plus cacher sa « faute ». On peut voir une volonté de le faire purger sa peine plutôt que d’y échapper en mourant simplement, et ça aussi, c'est un gros sujet dans le drama : le fait que Hyun Woo soit destiné à se donner la mort pour fuir ses propres crimes, mais que les protagonistes cherchent à l'en empêcher, pour le faire réellement payer pour ses actes. Et puis, simplement, il y a le fait que quiconque tuerait Cain, finalement, se détruirait lui-même, et on peut y voir une invitation à être meilleur que lui, un message anti « œil pour œil, dent pour dent » qui cadre également bien avec la philosophie du drama.

[Avant que minuit ne sonne] The Game: Towards Zero[Avant que minuit ne sonne] The Game: Towards Zero
[Avant que minuit ne sonne] The Game: Towards Zero
[Avant que minuit ne sonne] The Game: Towards Zero[Avant que minuit ne sonne] The Game: Towards Zero

Mais je sens bien que vous, ce qui vous intéresse, c'est de savoir pourquoi l'héroïne est Jésus... et je vous comprends. Le souci, c'est que l'élément principal est un spoiler... [spoiler] Déjà, c’est elle qui sait où se trouve l'eau sur laquelle on peut marcher, donc elle est l'OG de marcher sur l'eau, et aussi la réponse à ce que Tae Pyung a cherché toute sa vie. [/spoiler] Elle est ce qui inspire les deux autres personnages. Elle est la réponse à la quête de Tae Pyung, la personne qui le sort de sa résignation, le fait véritablement participer au monde, et lui donne envie de vivre une meilleure vie, entre autres choses. Et elle est l'instrument de la potentielle rédemption de Hyun Woo, dont les seuls moments de remises en question sur sa vie et son futur criminel sont généralement en lien avec elle. Pour se racheter et être sauvé, Hyun Woo doit faire le choix d'aimer Joon Young et abandonner sa haine. Elle donne envie aux deux d'être de meilleures personnes. Certes, c'est honnêtement le rôle que beaucoup de choupettes de drama se voient octroyé, mais là, la différence, c'est que le drama utilise ouvertement des images religieuses et que, littéralement, [spoiler] Joon Young meurt et revient à la vie... Elle meurt, dans un cercueil (et le parallèle entre Le Christ Mort de Hans Holbein le Jeune et toutes les victimes mises en en cercueils est bien là), puis elle ressuscite.

 

D'ailleurs, elle n'est pas la seule, puisque Mi Jin, la fille du reporter moralement corrompu par la course au scoop, est enterrée par Hyun Woo au début du drama, et revient également à la vie. Mais le reporter n'ayant pas appris sa leçon, il refait la même erreur de ne pas répondre à sa femme, et Mi Jin meurt à nouveau, alors que si le reporter avait décroché, peut-être que sa fille aurait survécu, qui sait. Joon Young a heureusement plus de chance, et comme Hyun Woo fait le bon choix, comme Tae Pyung va en prison pour ses propres fautes, comme sa figure paternelle se repend de ses erreurs et quitte son travail, bref comme tout le monde autour d’elle se repend, Joon Young revient à la vie, sortant de son coma de plusieurs mois. J’ai pas dit que le parallèle était strict non plus, hein ! [/spoiler]

 

De façon générale, comprenez moi bien, je ne pense pas que le drama soit une adaptation de la Bible (clairement), ni qu’il fasse de tel ou tel personnage un parallèle parfait ou brut à tel ou tel personnage biblique. Non, je pense simplement qu’il utilise différents symboles pour évoquer des idées, et servir ses thèmes. L’un d’entre eux étant, par exemple, la rédemption.

 

Le drama est très fixé sur cette idée, et à l’instar de The Fiery Priest, The Game insiste bien que la rédemption ça ne se gagne pas comme ça, et que ça passe par reconnaître sa faute, s’en repentir, s’excuser auprès des victimes, et endosser les responsabilités et conséquences. Le drama propose plusieurs personnages ayant commis diverses fautes (Tae Pyung, le reporter, un des policiers, etc… mais pas Joon Young puisqu’elle est notre figure de pureté et de Bien) et pour chacun, se racheter va vouloir dire plus que d’être vraiment vraiment désolé.

 

Le drama n’a pas la main légère, mais personnellement, je me suis amusée à repérer ses inspirations, et ça participait au plaisir du visionnage. Et puis j’ai un faible pour les histoires de rédemption, parce qu’il y a de l’espoir dans le parcours des personnages qui réussissent, l’idée qu’on peut toujours changer, évoluer, devenir meilleur ; et que dans le parcours de ceux qui essaient (soit de se racheter eux-mêmes, soit de convaincre les autres de se racheter) mais échouent, il y a une tragédie que je trouve très efficace. Et, vous commencez à le savoir, j’ai un faible encore plus énorme pour les histoires où les personnages se débattent contre un destin injuste et cruel. En partie, je pense que c’est parce qu’instinctivement j’aime nous croire libres de nos propres actions (et donc héros de nos accomplissements et responsables de nos erreurs), mais aussi parce que, tout simplement, le combat d’un individu contre l’Univers, c’est l’histoire d’underdog ultime et j’aime voir des gens ressortir vainqueurs des combats les plus durs, parce que ça aussi, ça procure un sentiment d’espoir et de victoire durement acquise.

 

Parlons donc de ce combat contre le destin !

 

 

… lutte, vengeance, et responsabilités

 

Hyun Woo n'est pas le seul personnage à en avoir après Dieu : Tae Pyung est pas mal remonté aussi. Il ne comprend pas pourquoi Dieu l'a doté du pouvoir de voir la mort des gens mais pas de celui de les sauver, le forçant à être un témoin impuissant, accablé par les tragédies et se coupant du monde. Mais si Tae Pyung lutte contre ce qui a été écrit, il ne lutte pas contre ce qui a été écrit pour lui-même, mais pour les autres, et en particulier Hyun Woo. Le devenir de Hyun Woo (et ses conséquences), c'est le gros enjeu du drama. Et autant vous dire que Hyun Woo, il en a gros, les gens, parce que si la vie est un jeu, alors on lui a filé des cartes de merde.

[Avant que minuit ne sonne] The Game: Towards Zero[Avant que minuit ne sonne] The Game: Towards Zero
[Avant que minuit ne sonne] The Game: Towards Zero[Avant que minuit ne sonne] The Game: Towards Zero
[Avant que minuit ne sonne] The Game: Towards Zero[Avant que minuit ne sonne] The Game: Towards Zero[Avant que minuit ne sonne] The Game: Towards Zero

Hyun Woo, très tôt, se voit révélé sa fin, et à partir de là, c'est comme si on l'avait mis en prison. Son avenir est fixé, et c'est loin d'être un avenir radieux : imaginez comme ça doit être étouffant. Et Hyun Woo a essayé, de ne pas suivre le chemin qui a été tracé pour lui, mais c'est compliqué quand Tae Pyung est loin d'être le seul "messager" : il faut compter les voisins qui ont harcelé Hyun Woo et sa mère, les traitant en criminels par association; il faut compter les journalistes qui ne les laissent jamais tranquilles; il faut compter les gamins qui l'ont malmené à cause de son père; et puis le même gamin qui lui rejette à nouveau la prophétie à la gueule une fois adulte;  bref il faut compter tout le monde autour qui rappelle sans cesse à Hyun Woo une faute qui n'a jamais été la sienne mais que la société veut lui faire porter, et qui le condamnerait à la reproduire. C'est du conditionnement en fait : on lui répète toute sa vie qu'il est un fils de criminel, que ça fait de lui un criminel par association, qu'il finira criminel, et c'est difficile de ne pas céder et devenir ce que tout le monde attend de lui, au bout d'un moment.

 

Dieu donne un responsable, un grand chef, un distributeur de cartes, mais si on l'enlève de l'équation, The Game pose juste la question de l'influence de l'environnement sur le devenir de quelqu'un (un truc dont j’ai l’impression de beaucoup parler ces derniers temps…), et la responsabilité de son entourage. A la fin du drama, on a même droit à une séquence de "et si ?" qui nous montre ce qui aurait pu se passer si Hyun Woo avait rencontré des gens plus humains (et ce genre de séquences ça a tendance à me faire pleurer, et ça n'a pas loupé T.T).

 

Pour autant, la faute n’est clairement pas à jeter entièrement sur l’entourage. Oui, c’est un gros facteur, mais on parle de meurtres, là, et le drama insiste bien aussi sur la responsabilité individuelle.

 

Les trois personnages principaux de The Game ont beaucoup en commun. Tous trois, ils ont été exposés à des morts violentes enfants : Tae Pyung via ses visions, Joon Young en apprenant la façon dont son père est mort dans le journal, et Hyun Woo via les crimes de son père. Ils côtoient tous trois régulièrement la mort en tant qu'adultes, que ce soit via une capacité spéciale ou leurs métiers. Ils ont tous été privés de leurs parents biologiques pour différentes raisons, toutes tragiques. Joon Young et Hyun Woo ont en commun d’avoir été harcelés par la presse étant jeunes, tandis que Hyun Woo et Tae Pyung ont tous deux l’expérience d’avoir été traités en monstre ou bête de foire par leurs semblables (après tout, quand Tae Pyung prédit son avenir à Hyun Woo, ce n’est pas de son plein gré, mais sous la contrainte de deux autres gosses qui s’en prennent à la fois Hyun Woo et Tae Pyung dans cette scène). Enfin, on pourrait avancer qu'ils ont tous trois eu un aperçu de leur mort (même si Tae Pyung est le seul à l'avoir vue littéralement), si on considère que Joon Young voit dans la mort de son père ce qui pourrait potentiellement lui arriver à cause de la carrière qu'elle a choisie (elle dit elle-même que les policiers meurent souvent de morts violentes, et elle semble avoir accepté la chose).

 

Tae Pyung, Hyun Woo et Joon Young sont tous trois des personnages qui ont subi divers traumatismes dans leur enfance, et qui ont perdu bien plus qu'ils n'auraient dû bien trop tôt. Mais ils ont fait des choix très différents après cela.

[Avant que minuit ne sonne] The Game: Towards Zero[Avant que minuit ne sonne] The Game: Towards Zero
[Avant que minuit ne sonne] The Game: Towards Zero[Avant que minuit ne sonne] The Game: Towards Zero[Avant que minuit ne sonne] The Game: Towards Zero
[Avant que minuit ne sonne] The Game: Towards Zero[Avant que minuit ne sonne] The Game: Towards Zero
[Avant que minuit ne sonne] The Game: Towards Zero[Avant que minuit ne sonne] The Game: Towards Zero

Joon Young, elle, a fait le choix de l'acceptation, a réussi à se reconstruire, a transformé ses blessures en motivation, et même si, évidemment, elles la font toujours souffrir, elle est le personnage qui semble avoir le plus réussi à trouver un semblant de paix intérieure. Tae Pyung, lui, a fait le choix de l'isolation, et d'éviter autant que possible ce qui le fait souffrir, de ne plus rien attendre pour ne pas être déçu. Et Hyun Woo a choisi le chemin de la vengeance. Il a essayé la méthode des deux autres, mais chaque fois qu’il semble prendre un nouveau départ, c’est comme si l’univers lui remettait la tête sous l’eau, et pour finir, sans grande surprise, c’est la colère qui prend le pas sur le reste, et il choisit de se venger. Se venger de la presse irresponsable qui harcèle des enfants pour des photos et un gros titre, coûtant littéralement leur vie à des innocents ; se venger de la police qui n’a pas fait son travail ; se venger [spoiler] du vrai tueur, celui qui a fait accuser son père (et notez que Hyun Woo ne le tue pas, parce que lui aussi considère que la mort serait une porte de sortie, et pas une vraie punition) [/spoiler] ; se venger de sa mère qui l’a abandonné ; et bien sûr se venger de Dieu en en attaquant le messager, Tae Pyung, ce jugement constant, ce rappel qu’il est piégé.

 

 

C'était comme si Dieu me l'avait envoyé pour que j'aie honte de mes péchés. Certains jours, en pensant à sa prophétie, j'ai essayé de vivre aussi justement que possible. Et d'autres jours, en pensant à sa prophétie, j'étais terrifié. […] En le revoyant, j’ai cru que mon cœur s’était arrêté de battre. C’était comme si ma mort, cette mort que je voulais tant fuir, se trouvait devant mes yeux. J’étais terrorisé. Dieu semblait me dire que j’étais sur le mauvais chemin, et me sommer de faire demi-tour. Mais… pourquoi je n’y arrive pas ? Pourquoi est-ce que je continue d’avancer sur le mauvais chemin ?

Hyun Woo, épisode 28

 

 

Le drama, néanmoins, est très anti-vengeance, présentant la chose comme une décision égarée précipitant vers l’autodestruction. Hyun Woo n’est pas le seul personnage à essayer de se venger de quelqu’un le long du drama, ça ne finit jamais bien, et il n’y a pas besoin de plisser beaucoup les yeux pour se rendre compte que le chemin choisi par Hyun Woo est en train de le détruire à petit feu. On n’a même pas la sensation qu’il prend de réelle satisfaction à tuer. Oh ne vous méprenez pas : ses meurtres sont, pour la plupart, planifiés, et il est motivé à tuer. Mais, clairement, ça ne le soulage pas réellement, ça ne le rend pas heureux, ça ne fait même que lui coûter encore plus du peu qu’il a encore, et petit à petit, il perd de plus en plus pied, se transformant en tout ce qu’il avait voulu, un jour, éviter, tout en insistant qu’il est une victime. Et il l’a été, et Lim Ju Hwan peut serrer le cœur comme personne, mais à la fois, via Joon Young (qui est notre compas moral dans tout ça) le drama ne manque pas de souligner qu’avoir été victime ne justifie pas de passer bourreau.

 

Et je pense qu’il se créé chez le spectateur (du moins chez moi) le besoin de le voir se repentir, revenir sur le droit chemin, trouver une forme de rédemption, parce que ce n’est pas qu’il mérite cette rédemption (je ne sais pas si qui que ce soit mérite, de base, la rédemption de toute façon, c’est plus une question de la gagner), mais que s’il ne cherche même pas à la trouver (sans parler de la trouver réellement), alors il aura complètement perdu contre tous ceux l’ayant harcelé et jugé avant qu’il ait commis la faute. C’est cet échec-là qu’il serait difficile d’encaisser, je trouve, parce qu’on n’a pas envie que tous ces gens se voient confortés dans leurs comportements, mais plutôt envie de croire qu’on peut échapper à ses circonstances et aux attentes des autres. A mes yeux, c’est ce qui rendait le personnage de Hyun Woo engageant, parce que j’avais envie de le voir puni (clairement, et j’espère que vous ne pensez pas que j’approuve ou excuse ce qu’il faisait), et à la fois de le voir sauvé pour donner tort à tous ses persécuteurs.

 

 

 

 

… en conclusion

 

Je pense que The Game : Towards Zero avait plus de potentiel que ne s’en trouve exploité à l’écran. Le drama, usant notamment d’images et parallèles religieux, explore les notions de faute, responsabilité, et rédemption, à travers le parcours de trois enfants traumatisés qui font des choix très différents. Je trouve ça intéressant, le drama est un grand plaisir pour les yeux, et il ne m’a jamais ennuyée, mais il est retenu par une écriture pas toujours solide, par des raccourcis, et par des performances limitées dans les rôles principaux. Néanmoins, [spoiler] dans tout ça, Lim Ju Hwan et son personnage sortent véritablement leur épingle du jeu, et, [/spoiler] sans faire d’étincelles, le reste du drama est divertissant et sympathique, donc je ne regrette pas mon temps. Mais ça aurait pu être bien meilleur.

[Avant que minuit ne sonne] The Game: Towards Zero[Avant que minuit ne sonne] The Game: Towards Zero
[Avant que minuit ne sonne] The Game: Towards Zero
[Avant que minuit ne sonne] The Game: Towards Zero[Avant que minuit ne sonne] The Game: Towards Zero[Avant que minuit ne sonne] The Game: Towards Zero

 

Sur ce, plus de gens qui luttent contre des destinées pourries: