[Opérations dangereuses] Cinderella 신데렐라

Publié le 19 Mai 2020

Trop superficiel et désordonné à mon goût, Cinderella avait du potentiel mais m'a semblé médiocre.

 

 

Sorti en 2006

Réalisé par Bong Man Dae

Ecrit par Son Kwang Soo

Dure 1h34

 

Avec :

Shin Se Kyung : Hyun soo

Do Ji Won: Yoon Hee

Ahn Gyu Ryun: Seong Eun

Yoo Da In : Su Kyeong

Jeon So Min: Hye Won

Ahn Ah Yung: Jae Hee

Etc

 

Dontesque ?

Hyun Soo et sa mère, une chirurgienne plastique divorcée de son mari, ont une relation mère-fille très proche et aimante, mais les amies de Hyun Soo, opérées par sa mère, commencent à voir et entendre de drôles de choses après leurs opérations, et tout se dégrade.

 

Fiche Ecrans d'Asie: ICI

 

 

oOo

Cinderella fait partie de ces films que je me promettais de voir depuis des années. C'était de l'horreur et apparemment, aussi, une réinvention du conte de Cendrillon, donc il était toujours dans un coin de ma tête... mais pas comme une urgence. C'était plus le DVD dans le magasin de location que je voyais chaque fois que je passais dans le rayon horreur, en me disant "oh ça a l'air sympa !", avant de louer pour la quatorzième fois The Grudge, parce que pourquoi pas. Bon, ben cette année, enfin, je me suis décidée à sortir Cinderella de l'étagère, d'autant que, depuis, j'avais enfin lu un synopsis et me demandais quel lien ferait le film entre chirurgie esthétique et Cendrillon, qui n'est pas nécessairement le premier conte auquel on penserait pour traiter de ce thème-là (Blanche Neige parait plus intuitif, par exemple). Malheureusement, je ne vais pas pouvoir trop vous parler de cet aspect-là, parce que ça spoilerait énormément, mais on va causer du reste, et, les gens : j'ai été déçue. Pas de façon violente, parce que je ne m'étais pas hypée à mort, mais quand même, j'ai été déçue.

 

Commençons par une question facile (non) : est-ce que le film fait peur ? Pas que faire peur ou pas fasse ou casse un film d'horreur, mais bon, c'est quand même valable comme interrogation, et ma réponse c’est : ça dépend.

 

Ça vous fait une belle jambe, hein ? :D

 

Non sérieusement, ça va dépendre de vous, de votre expérience en horreur et de ce qui vous effraie... Tout ce que je peux dire c'est que, personnellement, ça ne m'a pas fait peur, non. Sans doute parce que le film use de ressorts trop classiques sans particulièrement y exceller ou les renouveler, si bien que tout était très attendu. Ce qui ne signifie pas que Cinderella n'a pas quand même quelques bonnes scènes de tension : la première scène, l'introduction au film, baigne dans un étrange inquiétant, et quelques moments plus subtils que d'autres (comme un fantôme qui apparait dans le fond d'une scène, ou un masque parmi d'autres masques qui se tourne sans que l'héroïne s'en rende compte, par exemple) provoquent une tension agréable. Le film, aussi, joue beaucoup sur le son (faut dire qu'il est tellement sombre que la moitié du temps on voit très peu ce qu'il se passe, donc il n'y a pas trop le choix1), et arrive à effectivement créer une ambiance sonore souvent inquiétante. Mais la plupart du temps, on se retrouve face à des scènes classiques de "fantôme aux cheveux longs" qui n'excellent même pas dans le genre. Et le film commet aussi la faute d'user d'un des clichés horrifiques qui m'agacent le plus, à savoir le jumpscare final à la con qui n' aucun sens, et qui ne ponctue généralement pas les bons films (mais c'est con, on peut pas s'en servir comme repère, parce qu'ils viennent, par définition, à la toute fin, donc à ce stade, généralement, vous savez déjà à quoi vous en tenir). A noter quand même, pour les plus sensibles, que le film contient un peu de gore... mais moins qu'on pourrait s'y attendre (ce qui ne me dérange pas, perso) et, plus que les scènes du fantôme, c'est un passage d'opération de chirurgie esthétique qui dégoûte un peu (les sons, urgh).

[Opérations dangereuses] Cinderella  신데렐라[Opérations dangereuses] Cinderella  신데렐라[Opérations dangereuses] Cinderella  신데렐라
[Opérations dangereuses] Cinderella  신데렐라[Opérations dangereuses] Cinderella  신데렐라

Bref, il n'y a pas de quoi faire des cauchemars, je pense, si vous avez l'habitude de l'horreur (sinon, je ne saurais pas trop juger). Mais c'est pas grave : qu'en est-il de ce que raconte le film ? C'est là qu'est ma véritable déception.

 

Le film a un nombre de personnages réduit, des jeunes femmes pour la plupart, et plusieurs d’entre elles ont recourt à la chirurgie esthétique, devenue très accessible et abordable. La chirurgienne (et mère de notre héroïne) explique bien que ça peut être un processus difficile, et après l’opération, leurs camarades ne manquent pas de ragoter sur les jeunes femmes ayant décidé de se faire retoucher un bout du visage, mais malgré tout, le film donne l'impression d'opérations rendues banales. Ce qu’il ne voit clairement pas d'un bon oeil du tout : toutes les personnes passées sous le bistouri de la chirurgienne s'attirent les foudres de notre fantôme local, pour des résultats qui ne font pas envie. Pourquoi la chirurgie esthétique c'est si mal ? On peut lire deux raisons dans le film : parce qu'il y a le risque de ne plus se reconnaître (un personnage féminin opéré répète plusieurs fois "ce n'est pas mon visage", et certes, dans le contexte, c'est dû au fantôme, mais on parle à un niveau plus symbolique, là) et celui de ne plus savoir où s'arrêter non plus (cf [spoiler] les deux jeunes femmes qui commencent à se couper tout le corps [/spoiler]). Le souci c'est que, déjà, je trouve que le film n'explore pas très loin ces questions-là, mais surtout qu'il omet quand même une grosse partie de son sujet, à savoir : pourquoi ces jeunes femmes décident-elles de se tourner vers la chirurgie esthétique ?

 

Comme précédemment établi, le film est centré sur un groupe de personnages féminins (il n'y a quasiment aucun personnage masculin, sinon le père de l'héroïne et quelques flics, mais ils apparaissent tous tard, et très peu), et on est censés accepter, simplement, qu'elles sont toutes obsédées par leur apparence, mais en isolant ses personnages de la société plus large, Cinderella fait bien trop omission des raisons de cette obsession. Tout ce que nous dit le film c'est que ces jeunes femmes ont beaucoup recourt à la chirurgie et que c'est mal, mais il manque une partie de la discussion.

 

Ce film m'a pas mal fait penser à un slasher (pas un domaine étranger au scénariste : le seul autre film qu’il a écrit est un slasher… avec Jae Hee et Yang Dong Geun !! *must see*), et aux règles classiques du genre où l'antagoniste implacable et impossible à arrêter tue des jeunes avec pour cibles prioritaires ceux qui s'adonnent au sexe et la fête (alcool, drogue, tout ça), bref tout ce qui ne cadre pas avec des valeurs puritaines. En clair, les jeunes sont punis pour leurs mauvais choix. Ce qui ne signifie pas nécessairement que les films eux-mêmes blâment les personnages parce qu'après tout, on n'est pas censés soutenir le tueur, mais être du côté des victimes. On pourrait donc avancer que ces films sont simplement démonstratifs (pas littéralement, mais métaphoriquement) de la désapprobation et punition excessives réservées à ces jeunes, présentés comme des victimes. Mais, d'un autre côté, les personnages qui s’en sortent, dans une construction classique, sont les plus cleans. Ils se retrouvent donc « récompensés » par les films, et on pourrait donc voir le tueur présenté comme le risque que prennent les jeunes, faisant alors des films une mise en garde, en mode "si tu te masturbes, tu vas devenir aveugle", sauf que là le message serait "si tu bois/te drogues/couches avec d'autres gens, un tueur masqué te décapitera à la hâche". Ça va dépendre des interprétations personnelles et, surtout, des films.

 

En tous les cas, dans Cinderella on retrouve une tueuse a priori impossible à arrêter qui s'en prend à une bande de jeunes les uns après les autres, sauf que là, il y a un déclencheur clair qui devient vraiment le thème central du film. Et c'est pour ça que je trouve ça dommage que Cinderella n'aille pas plus loin dans la discussion. Parce que Vendredi 13 ne s'affiche pas comme un film explicitement à propos des dangers du sexe avant le mariage, il n'est pas tenu d'explorer le sujet à fond, mais Cinderella est visiblement très préoccupé par la question de la chirurgie esthétique, et je suis donc restée sur ma faim à le voir égratigner simplement la surface. Ce serait peut-être un peu différent si le film avait des choses plus neuves ou plus efficaces à proposer question "horreur pure", mais puisque ce n'est pas le cas, il faut chercher son intérêt ailleurs, et il ne se trouve pas, à mes yeux, dans sa réflexion sur la chirurgie esthétique.

[Opérations dangereuses] Cinderella  신데렐라[Opérations dangereuses] Cinderella  신데렐라
[Opérations dangereuses] Cinderella  신데렐라[Opérations dangereuses] Cinderella  신데렐라
[Opérations dangereuses] Cinderella  신데렐라[Opérations dangereuses] Cinderella  신데렐라

Reste qu'un film d'horreur est toujours l'expression des angoisses soit d'un auteur, soit d'une société (ou les deux, hein, vu que l'auteur fait partie de cette société), dans leur époque, donc il reste l'intérêt de voir à quel point la démocratisation de la chirurgie esthétique chez les jeunes femmes semble inquiéter les auteurs du film, un sujet abordé (parfois juste en passant) dans tellement d'oeuvres sud-coréennes qu’il ne préoccupe visiblement pas qu’eux…

 

L'autre grand thème du film : les relations mère-fille, avec ce qu'elles peuvent avoir de beau, de fort, mais aussi de toxique et perverti, jusqu'à virer au monstrueux, et au cruel. Je ne peux pas trop développer sans spoiler toute l'histoire, donc pour ceux que les spoilers ne dérangent pas : [spoiler] Hyun Soo et sa mère sont les personnages centraux du film, et Hyun Soo finit par découvrir que, enfant, elle a failli perdre la vie dans un accident violent. Après un long coma dont on pensait qu'elle ne sortirait pas, elle a néanmoins survécu, mais y a laissé son visage. Le coeur brisé, sa mère prélève le visage d'une autre petite fille (qu'on appellera Cendrillon) pour le greffer à sa fille afin qu'elle puisse avoir une vie normale. A la base, elle avait enlevé la petite Cendrillon perdue pour remplacer sa fille qui ne semblait pas se réveiller, mais puisque Hyun Soo s'est remise, sa mère vole le visage de Cendrillon et entend s'en débarrasser.  N'en ayant cependant pas le coeur, elle l'enferme plutôt à la cave, et Cendrillon grandit donc toute sa vie dans cette cave, seule et enfermée à rêver de la vie qu'elle voit mener la vraie fille de sa mère, Hyun Soo (qui n'est au courant de rien). Sa "mère adoptive" lui promet de lui faire un visage un jour, mais Cendrillon finit par comprendre que ça n'arrivera jamais, que sa mère ne l'aime pas vraiment, et elle met fin à ses jours (c'est ce qu'on voit au début du film, sans bien le comprendre). C'est donc son fantôme qui hante les jeunes femmes, vengeur et voulant récupérer son visage.

 

La détresse de la mère de Hyun Soo lorsqu'elle pense avoir perdu sa fille (après avoir découvert l'infidélité de son mari, en plus) est déchirante, la culpabilité qu'elle se traine aussi (parce qu'elle a laissé Hyun Soo seule dans la voiture, voiture qui a pris feu en son absence), et donc on comprend sans mal son désespoir, et aussi la raison pour laquelle elle est aussi protectrice dans le présent. Mais le film pousse ces choses à l'extrême, et c'est là qu'on tombe dans le monstrueux: la mère de Hyun Soo utilise Cendrillon, et la maltraite, la séquestre pendant des années, en ayant conscience que c'est affreux mais portée par un "amour maternel" dévorant, qui, du reste, est cruel pour Hyun Soo aussi, parce que lorsqu'elle découvre la vérité, vous pensez bien que c'est dur pour elle de réaliser que, si sa mère était aussi protectrice de son visage, c'était parce que son prix est la souffrance pendant des années d'un autre être humain. Imaginez porter littéralement sur le visage le crime terrible de la personne en qui vous aviez le plus confiance. [/spoiler]

 

C'est vraiment dans ces relations mère-fille, et la façon dont elles évoluent et se révèlent que nait l'émotion du film. Pour autant, je suis encore une fois restée sur ma faim, parce que je n'ai pas adhéré à la façon dont le film racontait son histoire, même si je tiens à reconnaître qu'il y a de bonnes choses, et que Cinderella fait notamment du bon boulot dans la dissémination d'indices et présages qui prennent beaucoup de sens une fois qu'on a le tableau complet. [spoiler] Rien que le titre est un indice... Comme vous avez pu le constater en lisant les spoilers précédents, le film n'est pas une adaptation bien fidèle de Cendrillon, et on y retrouve juste l'idée d'une mère qui maltraite sa fille non-biologique au profit de sa fille biologique. Si le titre n'était pas Cinderella, je ne pense pas que qui que ce soit aurait fait le rapprochement avec le conte, et je pense qu'on est donc plus dans la référence que réellement l'adaptation, le titre servant d'indice nous invitant à scruter les personnages de plus près, et à chercher les liens avec l'histoire de Cendrillon. Mais ce n'en est qu'un parmi d'autres, un autre étant par exemple Hyun Soo croisant la vieille femme cherchant sa petite-fille (Cendrillon) disparue. Je ne vous raconte pas tout, même en spoiler, mais [/spoiler] ça m'aurait presque donné envie de revoir le film, si le reste avait été plus réussi, pour voir les pièces du puzzle s'emboiter les unes dans les autres.

 

Et, au coeur du film, il y a une histoire solide (sordide et tragique, mais, à mes yeux, solide) qui aurait pu donner quelque chose. Le problème n'est pas tellement dans l'histoire elle-même, donc, mais dans la façon, et plus particulièrement l'ordre, dans lequel elle est racontée.

 

Le long du film, il y a trois grosses sessions de flash-backs, et non seulement c'est trop pour le film, mais en plus, à la fin les transitions deviennent si mauvaises que Cinderella donne une impression de confusion. Si on voulait faire preuve de clémence, on pourrait avancer que le film cherche à refléter l'état d'esprit des personnages qui, eux-mêmes, sombrent de plus en plus dans la confusion, mais sincèrement, ce n'est pas l'impression que j'ai eue. Il m'a plutôt semblé que le film, afin de sembler plus complexe qu’il ne l’était, cherchait le moyen le plus compliqué possible de raconter une histoire qui, sinon, est relativement simple. Oh, le film n'est pas opaque, il n'est pas suffisamment confus pour m'avoir perdue, mais il donnait tellement l'impression d'avoir coupé son histoire n'importe comment qu'il me faisait me concentrer sur ses rouages et je passais complètement à côté de l'émotion. Et c'est bien là, le vrai problème. Il y a un moment, Cinderella atteint réellement un point émotionnel culminant ([spoiler] je parle de la scène où à la fin d'une série de flash-backs, on voit Cendrillon tambouriner contre la porte de la cave où elle est enfermée, pleurer et supplier sa mère de fêter son anniversaire à elle aussi -c'est-à-dire de l'aimer-... on vient de comprendre enfin toute l'histoire, et on atteint donc le moment où Cendrillon se brise pour de bon, avant de commettre l’irréparable et nous ramener au début du film [/spoiler] ), et lors de cette scène-là, j'ai en effet senti les larmes me monter aux yeux... mais après ça le film continue, continue, rajoute des choses inutiles, et on regarde les personnages découvrir ce qu'on sait déjà, de façon désordonnée... En conséquence, plus le film avançait, plus je m'y faisais indifférente, si bien que je m’en suis peu à peu complètement déconnectée et ce qui aurait dû être une fin très émotionnelle (jumpscare insensé à la con excepté) ne m'a fait ni chaud ni froid.

 

Bref.

 

J'ai été déçue par ce film. Son histoire avait du potentiel, mais à force de narration désordonnée Cinderella passe à côté de ce potentiel, et le thème de la chirurgie esthétique aurait été intéressant à développer, mais le film ne va pas assez au fond des choses à mon goût. Et questions frissons, il ne propose rien de spécial non plus. Il reste quelques scènes isolées qui peuvent angoisser un peu et/ou  qui m’ont serré le coeur, et puis Shin Se Kyung que je suis (à présent) toujours contente de voir, (même si elle ne fait pas d’étincelles ici)… mais rien qui sorte suffisamment le film de sa médiocrité générale à mes yeux.

[Opérations dangereuses] Cinderella  신데렐라[Opérations dangereuses] Cinderella  신데렐라
[Opérations dangereuses] Cinderella  신데렐라[Opérations dangereuses] Cinderella  신데렐라
[Opérations dangereuses] Cinderella  신데렐라[Opérations dangereuses] Cinderella  신데렐라
[Opérations dangereuses] Cinderella  신데렐라[Opérations dangereuses] Cinderella  신데렐라

 

 

1 après, ça venait peut-être de mon écran ? J'ai fini par mettre la luminosité à fond et augmenter les contrastes et ça n'a quasi rien changé au manque de visibilité, mais peut-être que j'ai mal géré... enfin bref => reprendre la lecture

 

 

 

Sur ce, plus de films d'horreur centrés autour de personnages féminins:

 

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :