[Le hanbok vous va si bien] Shin Se Kyung 신세경

Publié le 4 Juillet 2020

Note: je remets la drama/filmographie, les liens et la fiche à jour lors de certaines occasions, mais ça n'arrive pas tous les mois/ans. N'hésitez donc pas à cliquer sur le tag de Shin Se Kyung pour avoir les développements récents^^

 

Les gens, causons de Shin Se Kyung !

 

L’article est divisé en ces parties (et vous pouvez cliquer sur les titres pour y passer directement, si vous voulez) :

 

 

1. Quelques mots sur Shin Se Kyung

 

2. Ce que j’ai vu de Shin Se Kyung

=> des films

My Little Bride / Cinderella / Acoustic / Hindsight / Soar into the Sun / Tazza: The Hidden Card

 

=> des dramas

Queen Seon Deuk / High Kick!2 / Tree with Deep Roots / Fashion King / When a man loves / Blade Man / The Girl who sees scent / Six Flying Dragons / Bride of the Water God / Rookie Historian Goo Hae Ryung

 

3. Filmo/dramagraphie et liens

 

 

 

Pour commencer : j’ai conscience d’avoir choisi une actrice un peu à controverse pour cette journée. Entendons-nous bien, quand je dis « à controverse », ce n’est rien de gravissime, elle n’a tué personne (ou bien elle a super bien réussi à le cacher), mais mettons que, si elle est très populaire et obtient donc régulièrement des premiers rôles, elle fait partie de ces actrices ayant beaucoup de détracteurs. Certains, très vocaux, n’hésitent d’ailleurs pas à passer à l’offensive à chacun de ses projets, à l’insulter, l’appeler par des surnoms dérogatoires, etc, ce genre de choses, mais parmi les autres gens, c’est-à-dire ceux pour lesquels j’ai de l’estime, c’est une actrice qui divise aussi, et, moi-même, je ne l’ai pas toujours appréciée.

 

Faut dire qu’aussi, je l’ai découverte dans des dramas qui ne la faisaient pas briller. Shin Se Kyung a commencé la comédie tôt, en 2004, à l’âge de 14 ans, mais si on met de côté Queen Seon Deuk (2009)(elle n’y a qu’un petit rôle, et je ne l’avais pas particulièrement remarquée), mes trois premiers contacts à Shin Se Kyung ont été High Kick !2 (2010), Fashion King (2012) et When a man loves (2013)… c’est-à-dire trois dramas qui vont, à mes yeux, de médiocre à mauvais. Pour le coup, quand j’ai dû choisir quels dramas j’allais voir ou revoir pour aujourd’hui dans le temps que j’avais, ces trois-là ont rapidement sauté, et Hick Kick !3 aussi (de toute façon, Shin Se Kyung n’y fait qu’une apparition). Le point commun entre ces trois drama : Shin Se Kyung y interprète des personnages similaires, à savoir des jeunes femmes dans des situations précaires qui rencontrent un prince charmant pas hyper charmant et s’écrasent jusqu’à ce que ça le fasse changer. Sincèrement, je pense qu’aucune actrice n’aurait réussi à me faire apprécier ces rôles et, oui, il s’avère qu’en plus Shin Se Kyung n’est pas une grande actrice, si bien que, à mes yeux du moins, elle ne donnait pas à ces héroïnes plus de caractère ou d’intérêt qu’il y en avait sur la page. Bref, c’était catastrophique, entre elle et moi.

 

C’est avec The Girl who sees Smells en 2015 que j’ai eu un revers d’attitude. Dans un rôle plus léger et, surtout, plus vif, Shin Se Kyung s’avérait soudain bien plus attachante, et m’avait rendu son personnage très agréable. Cela dit, s’il y a une chose qui me parait évidente après avoir exploré pas mal de sa filmo/dramagraphie, c’est que le genre qui a le plus porté chance à Shin Se Kyung, ce sont les dramas historiques. C’est d’ailleurs là qu’elle a fait ses débuts au petit écran, avec Land en 2004-2005, que je n’ai malheureusement pas vu voir parce que je ne l’ai tout simplement pas trouvé. Parler de « chance » n’est peut-être pas approprié, ceci dit, car ce n’est pas de la chance : il semble qu’elle ait particulièrement l’œil pour choisir ses sageuks, à tel point qu’à présent je pense que je regarderai n’importe quel sageuk qu’elle choisira, parce qu’ils sont tous excellents, indépendamment d’elle. Ce sont ses meilleurs dramas, et c’est toujours là qu’elle a ses meilleurs rôles.

 

En partie, c’est vrai, ça tient au fait qu’elle a été très fidèle à deux scénaristes en particulier : Kim Young Hyun et Park Sang Yeon, deux autrices qui ont débuté avec Dae Jang Geum, et ont également écrits Queen Seon Deuk, puis Deep Rooted Tree (2011) et Six Flying Dragons (2015-16), les deux derniers étant ce qui (à mes yeux) se fait de mieux en matière de sageuks et Shin se Kyung y tient les premiers rôles féminins. De ces deux-là, je l’aime particulièrement dans Deep Rooted Tree, car elle y interprète un personnage qui ne peut pas parler, si bien que Shin Se Kyung doit s’exprimer plus physiquement, par les expressions, et ça la force un peu hors de sa zone de confort. Cela dit, si Kim Young Hyun et Park Sang Yeon ont écrit mes dramas favoris de la dramagraphie de Shin Se Kyung, c’est dans Rookie Historian Goo Hae Ryung (2019) qu’elle trouve son meilleur rôle à mes yeux, avec une héroïne qui allie la volonté, l’intelligence et l’ambition de ses rôles de Deep Rooted Tree et Six Flying Dragons à la fantaisie et la légèreté de The girl who sees smells. Goo Hae Ryung est un personnage qui a énormément de charme, et Shin Se Kyung a énormément de charme en Goo Hae Ryung.

 

Après tout ça, je me suis trouvée très attachée à cette actrice. Je reconnais volontiers que ce n’est pas la meilleure actrice qui soit et qu’elle manque d’expressivité, mais je suis toujours ravie de la voir, donc j’avais envie de vous parler un peu d’elle, des projets dans lesquels je l’aime bien, de ceux dans lesquels je l’aime moins, des bonnes choses, des moyennes, et des mauvaises.

 

Je n’ai pas pu tout regarder, ni tout revoir, pour aujourd’hui, malheureusement. Pour Land, je ne l’ai simplement pas trouvé, mais, en général, j’ai juste manqué de temps, donc je me suis dirigée vers ce qui me tentait le plus, et, pour les dramas, j’ai aussi tâché de privilégier ses rôles plus principaux. Par exemple, My husband got a family (2012) me tentait bien, et, un jour, j’aimerais bien le regarder, mais il fait 58 épisodes et Shin Se Kyung n’y tient qu’un caméo dans un seul épisode. Du coup, pour cet article, ça ne semblait pas être le plus essentiel, et je l’ai écarté. Pour le moment, j’ai vu 6 des 8 films dans lesquels elle a joué, et 10 de ses 14 dramas. Ca fait 16 projets sur 22, soit environ 70% de sa filmo/dramagraphie. Ce n’est pas parfait, mais j’espère vous donner quand même que vous trouverez un intérêt dans mon petit aperçu.

 

Let’s go !

 

 

 

Ce que j’ai vu de Shin Se Kyung

 

 

Petit lexique des termes que je vais utiliser :

 

Le rôle central est celui autour duquel tourne majoritairement l'histoire (parfois, il n’y en a pas… dans les dramas/films d’ensemble, par exemple).

Un rôle principal est un rôle développé et fouillé qui fait partie du noyau du drama/film (à ne pas confondre, comme je vois souvent, avec « finit avec le héros/l’héroïne à la fin » : si le personnage est développé et essentiel, même s’il est antagoniste ou poursuit de ses ardeurs le héros/l’héroïne et est rejeté, ça compte comme « principal »).

Un rôle secondaire est plus périphérique mais récurrent et essentiel néanmoins (et parfois, oui, ça peut comprendre un antagoniste ou rival amoureux éconduit, ça dépend d’à quel point ils sont développés).

Un rôle tertiaire est encore plus périphérique et, dans un drama, n'apparaît pas dans tous les épisodes, mais revient néanmoins plusieurs fois (et idem : parfois ça peut comprendre un antagoniste ou rival amoureux éconduit).

Un rôle anecdotique n’intervient qu'une fois dans le film/drama, et est souvent une apparition, un caméo.

 

Bien sûr, juger du développement d’un personnage, c’est subjectif, donc peut-être que, des fois, vous ne serez pas d’accord avec mon jugement, mais néanmoins, c’est mon petit guide, et j’espère que ça vous donnera une idée, à chaque fois, de ce à quoi vous pouvez vous attendre, niveau présence et importance de Shin Se Kyung dans le drama/film.

 

 

Et une note :

 

Quand j’écris un paragraphe sur un film/drama dont j’ai déjà parlé dans un (ou des) autre article « récap » de ce genre, et pourvu que mon avis n’ait pas changé, je reprends ce que j’ai déjà écrit en l’adaptant simplement au nouvel article. La raison étant qu’à un moment donné, c’est chaud de trouver dix mille façons différentes de résumer en un paragraphe le même avis sur les mêmes choses. Néanmoins, par transparence, je préviens.

 

 

 

(dans l’ordre chronologique)

 

Je vais pas vous mentir, les gens : pour moi, les bonnes choses de cet article sont dans la catégorie « dramas », et j’ai trouvé très peu de films qui m’enthousiasment vraiment dans la filmographie de Shin Se Kyung. Il y en a deux que je n’ai pas encore vus : The Preparation (elle y a un petit rôle, et à cause du sujet, j’avais peur du film et n’ai pas arrêté de le repousser jusqu’à ce que finalement je ne l’aie toujours pas vu), et Five Senses of Eros (pas de raison particulière, je ne l’ai juste pas encore vu) donc peut-être que j’ai loupé LE coup de cœur qui se cachait dans sa filmographie, mais en attendant, il n’y a qu’un seul film dans le tas qui m’a réellement beaucoup plu, le reste sombrant plutôt dans le « bof ».

 

Causons de tout ça, dans l’ordre chronologique~

 

 

My Little Bride (2004)

Ca parle de: deux jeunes gens (une lycéenne et un étudiant post-service militaire) contraints de se marier parce que leurs grands-parents avaient conclu un pacte ensemble. 

Shin Se Kyung y tient le rôle tertiaire de: la meilleure amie de l'héroïne

 

Ce film m'a laissée perplexe. C'est un classique dont j'avais beaucoup entendu parler, donc j'avais quand même quelques attentes, d'autant que je n'étais jamais tombée sur une critique négative à son sujet, et ça m'a vraiment fait un effet "tout ça pour... ça ?". Bon, il faut déjà que j'aborde la baleine dans la salle d'eau: la base du film est qu'une gamine de quinze ans se voit forcée, par chantage affectif, d'épouser un étudiant en dernière année de fac (et qui a effectué trois ans de service militaire, donc ils ne précisent pas quel âge il a, mais probablement plus de 21 ans…). En soi, un écart de 6 ans c’est pas énorme, mais quand on prend en compte qu’elle est mineure, et l’aspect forcé du mariage, moui… D'un côté, le film montre bien qu'elle a beaucoup de mal à s'y adapter, mais de l'autre ça reste une comédie romantique légère, et ça vient avec un lot de scènes franchement gênantes ou, par exemple, le mari de notre héroïne fait "semblant" de vouloir la forcer à coucher avec lui. De toute façon, dès leurs retrouvailles, la première chose qu'il lui dit est que, ah, elle a bien grandi, et maintenant elle a des courbes et une jolie poitrine (pour rappel: elle a quinze ans dans le film). Mais même en mettant toutes ces considérations de côté... j'ai trouvé le film super fade ? Je reconnais que les deux interprètes ont du charme, mais je me suis beaucoup ennuyée. La réalisation n'a rien de ouf, pas vraiment de personnalité marquée, le film ressemblant à n'importe quel drama lambda qu'on pouvait trouver à la télé en 2004. Le fait de regarder ce film pour la première fois en 2020 n'a pas dû aider non plus, parce que tous les clichés utilisés ne sont pas devenus plus originaux avec le temps, et tout parait très plat, d'autant que le film avance trop vite (surtout dans la première demi-heure) pour faire croire à des sentiments profonds entre ses personnages principaux, tout en ne pouvant pas compter sur une quelconque tension physique, vu leur âge. Donc dans les pires moments, j'ai trouvé ça gênant, et, dans les meilleurs moments, j'ai trouvé ça fade. Et c'est pour ça que je n'ai pas écrit dessus, et ne compte pas écrire dessus, du reste, mais si vous voulez un peu plus de lecture, je partage l'avis exprimé par Calvin McMillin exprimé ici: https://www.lovehkfilm.com/panasia/my_little_bride.html (sur My Little Bride, en tous cas, n'ayant pas vu My wife is 18). Quant à Shin Se Kyung dedans, elle ne fait pas d’étincelles, mais de toute façon, le film ne lui en donne pas énormément l’opportunité. Elle a, cela dit, le rôle du personnage qui se méfie le plus de ce type trop âgé qui tourne autour de sa pote, donc yay pour ça (même si ça finit par changer), je suppose.

 

 

Cinderella (2006)

/!\ TW: maltraitance parentale

Ca parle de: Hyun Soo, qui vit seule avec sa mère, chirurgienne plastique, affectueuse et trè protectrice. Lorsque les amies de Hyun Soo qui sont passées sur la table d'opération de sa mère commencent à partir en vrille, des secrets inquiétants font surface.

Shin Se Kyung y tient le rôle principal de: Hyun Soo

 

J'ai été déçue par ce film. J'étais enthousiaste à l'idée de le regarder, parce que c'est de l'horreur et que j'ai un faible pour les adaptations et réécritures de contes de fée, mais le film m'a semblé trop fouilli et trop creux. A la limite, creux, ou plutôt "superficiel", ce serait une chose, mais c'est le côté fouilli qui fait véritablement le plus de mal au film à mes yeux, parce qu'en vérité, au coeur de Cinderella, il y a une histoire engageante avec un sacré potentiel dramatique. Une histoire qui serait aisément comprise, et serait donc plus efficace, si le film ne s'évertuait pas à brouiller les pistes dans sa construction, via flash-backs. Si, personnellement, la construction ne m'a pas perdue niveau compréhension de l'intrigue, elle a eu un impact émotionnel, parce que le film perdait trop son focus, et atteint son pic émotionnel 30 minutes avant sa fin. Après ça j'ai commencé à trouver le temps long. Je ne suis pas hyper convaincue, donc, malgré une performance que j'ai appréciée de la part de Do Ji Won (qui joue la mère de Hyun Joo). Quant à Shin Se Kyung, ce n'est pas le rôle de sa carrière, mais elle fait un boulot acceptable. Rien de ouf donc, même si je suis toujours contente de voir des acteurs que j'apprécie particulièrement dans un genre (l'horreur) que j'apprécie particulièrement. => article complet

 

 

Acoustic (2010)

Ca parle de: jeunes gens et de musique. Le film est une anthologie avec trois segments ayant de minces liens les uns avec les autres, mais qui proposent des intrigues, personnages et castings différents. Le point commun est simplement que les protagonistes sont jeunes, souvent un peu paumés, et ont une connexion particulière à la musique.

Shin Se Kyung y tient le rôle central de l’héroïne du premier segment (intitulé La déclaration dangereuse du brocoli, ce qui est le meilleur titre de l’histoire des titres). Le personnage est atteint d’une maladie fatale et veut partager une chanson qu’elle a composée avec le monde, cherchant pour cela l’aide de plusieurs personnes qu’elle connait.

 

Honnêtement, je n’ai pas trouvé le film renversant… Mais à choisir, pour le coup, mon segment favori a été le premier. Il n’a pas un scénario très complexe : on suit juste l’héroïne tandis qu’elle cherche à communiquer sa chanson aux autres, à l’enregistrer si possible, et elle est suivie dans son entreprise par son meilleur ami, puis d’autres personnages. Ce qui fait le charme de ce segment, à mes yeux, c’est la douceur et la mélancolie qui s’en dégagent, et même parfois l’humour, notamment dans le montage. C’est simple, mais à la fin, j’avais quand même le cœur ému, d’autant que, forcément, l’accent est beaucoup mis sur la musique, et que c’est un raccourci vers mon cœur. Tout ce que je dis là vaut également pour le reste du film, mais j’ai simplement trouvé que c’était plus réussi dans la première histoire. La seconde est celle qui m’a le moins touchée, mais en contrepartie, elle m’a plus fait rire que les deux autres. En général, chaque histoire a son propre quelque chose à apporter, je ne pense simplement pas que ce soient des quelques choses exceptionnels. En revanche, je garderai avec plaisir certains morceaux dans mes playlists, en particulier La déclaration dangereuse du broccoli par Shin Se Kyung, Gaia par 상상소년, et puis Reminiscence de Sanullim (qui est dans une autre version dans le film, mais).

 

Une note sur le casting : dans le second segment du film, un des deux rôles principaux est tenu par Lee Jong Hyun, l’ex-membre du groupe CNBlue qui a reconnu, en 2019, avoir participé au chat du chanteur Jung Joon Young, où étaient partagées des vidéos illégales de femmes. Il a visionné les vidéos et participé à des discussions dégradantes pour ces/les femmes. Pour les détails, demandez à google.

Regarder les films de ces gens-là, et en parler, est un vrai dilemme pour moi.

En l’occurrence, je ne savais pas qu’il était dans le film avant de le voir, mais si je l’avais su, je l’aurais sans doute regardé quand même, parce qu’il n’a pas le rôle principal, parce que le film date, et parce que je ne vais quand même pas enterrer la carrière de Shin Se Kyung parce qu’elle a travaillé avec des gens dont elle ne pouvait pas prédire les futurs agissements ! Mais chaque fois, c’est du cas par cas. Le fait est qu’à la grande question « que faire des travaux de gens qui me posent problème ? », je n’ai pas de réponse absolue pour moi-même. Mais même si ça me fait chier de consacrer du temps à Lee Jong Hyun au lieu de me concentrer sur Shin Se Kyung, je me sentirais mal à l’aise de ne pas mentionner tout cela, ne serait-ce que pour vous laisser faire votre propre choix vis-à-vis du film. Donc voilà. Faites de ça ce que vous voulez.

 

 

Hindsight (2011)

Ca parle d’ : un ancien gangster qui aimerait ouvrir tranquillement un restaurant mais se retrouve happé dans les affaires de son ancien gang à la mort du boss. Par ailleurs, il rencontre une jeune femme mystérieuse qui prend des cours de cuisine avec lui et pourrait bien ne pas se trouver là par hasard.

Shi Se Kyung y tient le rôle principal de la jeune femme.

 

Je suis mitigée vis-à-vis de ce film, parce que dans l’ensemble, il ne m’a pas passionnée, et j’ai trouvé le temps long à certains moments, mais d’un autre côté, il y a beaucoup de choses que j’apprécie dedans, à commencer par son esthétique. C’est un film qui me donnait envie de faire des screencaps tout le temps, c’était terrible. Le film n’était pas exactement subtil, mais il y aurait de quoi faire une jolie fanvidéo, parce que sans que j’arrive à expliquer exactement pourquoi, l’esthétique a quelque chose de très clip. Et ça a plu à mes yeux. En plus, le casting suit carrément le mouvement, et honnêtement c’est parfois un peu comique, parce que les personnages semblent poser la moitié du temps (et je pense que ça a été un des freins à mon investissement émotionnel, malheureusement), mais ils prennent joliment la pause, alors… c’était de l’eye-candy, quoi. D’ailleurs, en parlant du casting, entre Song Kang Ho, Chun Jung Myung (absolument  adorable), Lee Jong Hyuk, Esom et Shin Se Kyung (particulièrement jolie dans ce drama, je trouve), je vivais ma meilleure vie. Je les ai tous vus être bien meilleurs ailleurs, et Song Kang Ho est le seul qui tire véritablement son épingle du jeu (mais argh les yeux de Chun Jung Myung, je résiste jamais) mais néanmoins, ce ne sont que des acteurs que j’aime beaucoup. J’ai également aimé le point de départ de l’histoire, et si je pense que la connotation romantique n’était pas nécessaire, j’ai aimé voir les deux personnages principaux se rapprocher et former une sorte de camaraderie. Mon souci est qu’aussi joli soit le film, je n’ai pas réussi à m’investir émotionnellement dedans, et qu’il a un rythme assez lent qui fait que je me suis parfois ennuyée, puisque je n’étais pas engagée par les personnages ou l’histoire (qui n’est rien qu’on n’ait pas déjà vu, et ce serait pas nécessairement un souci, mais, en clair, je n’étais pas non plus tenue en haleine par le suspense). Je suis également mitigée vis-à-vis de la fin, dont je ne sais trop que penser, et que j’ai trouvée à la fois satisfaisante et décevante… Au final, le fait est simplement que le feeling n’est pas suffisamment passé entre ce film et moi. Je n’étais pas complètement indifférente, il y a des moments où j’ai ressenti de l’émotion, mais dans l’ensemble je n’étais pas assez impliquée pour ne pas trouver le rythme lent du film un peu laborieux, et j’ai été contente d’en voir venir la conclusion. Mais j’en garde de très jolies screencaps donc c’est déjà ça.

 

 

Soar Into the Sun (2012)

Ca parle de: Tae Hoon, un pilote surdoué mais indiscipliné, qui est viré de son squad pour avoir enfreint les règles, et est muté dans une autre unité. A travers ses interactions avec d’autres pilotes, il va commencer à évoluer, et devoir se montrer à la hauteur lorsque quelque chose d’inattendu se produit.

Shin Se Kyung y tient le rôle principal de : la meilleure mécanicienne de la base à qui Tae Hoon demande de l’aide pour gagner une compétition.

 

Je ne vais pas trop me prononcer sur ce film, parce que je n’ai pas réussi à entrer dedans du tout, donc je me suis ennuyée à mourir, mais je soupçonne que ça venait vraiment plus de moi que du film. Le courant n’est simplement pas passé du tout. Question de timing ou de sujet, je ne sais pas. Pourtant y a un casting que j’aime beaucoup ! Même la poupinette Jong Suk est de la partie !  Mais je m’ennuyais terriblement, le personnage de Rain m’agaçait, celui de Shin Se Kyung me semblait très fade, l’action ne me faisait ni chaud ni froid, de même que les affaires personnelles des soldats/pilotes… Bref, c’est pas passé, j’ai décroché. J’ai fini par ne quasi plus prêter attention au film du tout, et c’est pourquoi je ne peux pas donner véritablement mon avis dessus, parce que je ne pense pas l’avoir assez bien regardé pour ça. Et je n’ai pas exactement envie de le revoir, pour le moment du moins, donc mon opinion = ne se prononce pas.

 

 

Tazza : The Hidden Card (2014)

Ca parle de: Dae Gil qui, doué au jeu et à la triche depuis l’enfance, a été encouragé par son oncle à poursuivre dans cette voie, et se perd rapidement dans le monde du jeu, atteignant des sommets. Mais quand on est au sommet, on ne peut plus que tomber.

Shin Se Kyung y tient le rôle principal d': une jeune femme plongée dans l'univers du jeu contre son gré, mais qui s'avère être redoutable.

 

J'avais vraiment bien aimé ce film ! Certes, T.O.P. a le rôle principal donc forcément, je suis un peu biaisée, mais c'est le premier rôle où je l'ai trouvé bon (pas époustouflant-omg-quelle-révélation, mais c’était la première fois que je ne le trouvais pas juste décent, mais effectivement bon) donc ça m'a fait plaisir, et à côté de ça, le film est très divertissant, avec une esthétique très fluide, plaisante et colorée, bien que le film ait aussi sa part d'ombre, parce que le monde dans lequel évoluent les personnages est sans pitié, ce que Tazza fait très bien sentir. Le film fait 2h30, ce qui pourrait sembler un peu long, mais personnellement je n'ai pas vu le temps passer, j'étais toujours divertie et investie dans ce qui se passait. Ce n'est pas un film qui m'a retournée et profondément changée mais j'y ai pris beaucoup de plaisir. Et puis au casting, il y a Lee Honey, ce qui fait toujours plaisir, et, évidemment, Shin Se Kyung, dans un rôle féminin qui m'a plu, parce qu'elle a beau être jetée dans ce monde contre son gré, elle a du cran et du talent et finalement s'y défend carrément. => article complet

 

 

 

Soar into the sun

 

My Little Bride

 

Cinderella

Hindsight

 

Accoustic

 

Tazza : The Hidden Card

 

 

 

(dans l’ordre chronologique, toujours)

 

Note : j’inclus les dramas que j’ai commencés sans les terminer pourvu que j’en aie vu une bonne partie (au moins la moitié).

 

 

Queen Seon Deuk (MBC – 2009 – 62 épisodes)

Ca parle de: la reine Seondeok, qui grandit sans connaître ses origines royales mais est destinée à gouverner Silla, après l’avoir arraché aux mains de l’ambitieuse (et géniale) Mishil (#stanMishil).

Shin Se Kyung y tient le rôle tertiaire de: la version jeune de la sœur jumelle de l’héroïne.

 

J’aurais adoré revoir ce drama pour aujourd’hui, et je suis très déçue de ne pas en avoir eu le temps… donc vous vous en doutez : ça veut dire que j’aime beaucoup ce drama. C’est le premier long sageuk que j’ai commencé et terminé, et ça s’est même fait d’une traite, tant j’étais prise par l’histoire. La lutte de pouvoir entre l’héroïne, Deok Man, princesse élevée loin de son pays sans aucune idée de qui elle est, et Mishil, ambitieuse concubine qui convoite le trône, est captivante, et la relation entre les deux femmes est d’autant plus prenante qu’elle mêle des tas de sentiments complexes. Deok Man déteste Mishil, son ennemie mortelle, mais à la fois, Mishil est une telle stratège, que Deok Man ne peut qu’en respecter l’intelligence, et même s’en inspirer, se servant finalement de Mishil comme un modèle pour mieux la détruire et récupérer sa place. Le parcours de l’héroïne, de son enfance ignorante à sa montée sur le trône (c’est dans le titre, hein), est passionnant à suivre, et en bonus, le drama nous offre un des personnages de sageuks les plus populaires de Dramaland (faut dire que Queen Seon Deuk, en général, avait fait un carton pendant sa diffusion), à savoir Bidam, interprété par Kim Nam Gil qui y signait clairement le rôle le plus décisif de sa carrière. Guerrier redoutable et instable, à la loyauté aussi inébranlable (une fois gagnée) que dangereuse, Bidam a marqué les esprits des spectateurs (tellement que son rôle a même été agrandi, pour répondre à sa popularité… je m’en plains pas o.o) et le mien. Mais ce n’est pas un article sur Kim Nam Gil (un jour, ça viendra). Retenez juste que j’adore ce drama, que je vous le conseille, et que Mishil et Bidam, mais aussi Deok Man (mais surtout Mishil et Bidam), font, à mes yeux, partie des plus grands personnages à sortir d’un sageuk, que ce soit à cause de l’écriture, l’interprétation, la mise en scène, ou tout ça à la fois. Quant à Shin Se Kyung, elle n’apparait pas beaucoup, car elle interprète la version jeune d’un personnage secondaire, donc ce n’est pas un drama à regarder pour la voir elle, mais c’est toujours sympa de la trouver à l’écran^^ => article complet

 

 

High Kick ! 2 Through the roof ! (MBC – 2009/2010 – 126 épisodes)

Ca parle de: deux sœurs qui descendent de leur montagne parce que leur père croule sous les dettes et qui se retrouvent perdues et sans le sou à Séoul. Après différentes péripéties la grande sœur finit par trouver un travail dans la maison d'une famille riche où elle s'installe avec sa petite sœur. Le drama raconte le quotidien de ces deux sœurs, de leurs amis et de la famille avec laquelle elles vivent désormais.

Shin Se Kyung y tient le rôle principal de: la grande sœur

 

Comme j’en ai parlé au début de l’article, When a man loves, Fashion King et High Kick!2 sont les trois premiers dramas que j'ai vus avec Shin Se Kyung et la raison pour laquelle j'ai mis tant de temps à l'apprécier, parce que dans les trois le point commun est une interprétation mollassonne de personnages féminins paillassons, ce qui avait tendance à m'agacer. Alors, j'ai vu ce drama il y a longtemps, et il est possible que j'aie été injuste avec Shin Se Kyung et son personnage (qui s'appelle aussi Shin Se Kyung), mais ce n'est pas un drama que j'étais prête à revoir pour vérifier, parce que, certes, je n'y avais pas beaucoup apprécié Shin Se Kyung, mais c'était le moindre de mes soucis, entre l'humour pipi-caca relou, et le fait que le drama (qui est une sitcom) basait une grande partie de son humour sur du harcèlement physique et moral, ainsi que sur la maltraitance conjugale et générale dont est victime le père de la famille principale. C'était pas drôle, c'était triste. Il y a, quand même, d'autres passages qui me faisaient rire, et puis des acteurs que j'appréciais surtout (Daniel Choi, Hwang Jeung Eum, Yoon Si Yoon, Yoo In Na, Lee Kwang Soo, Kikwang, et puis des caméos de Jung Il Woo, Kim Bum, Su SJi Suk... gros casting donc), mais je soupçonne fortement que ce qui me dérangeait à l'époque me dérangerait encore plus à présent, et en plus la fin est une déception incroyable, donc j'allais clairement pas me retaper les 126 épisodes, et je ne vous y pousserai pas non plus.  => article complet

 

 

Tree with deep roots (SBS – 2011 – 24 épisodes)

Ca parle de: la vengeance d’un enfant qui a vu son père être sacrifié aux intrigues des puissants sans le moindre égard pour sa vie, de la résolution d’une petite fille traumatisée qui se jette corps et âme dans une grande cause pour se racheter, et d’un roi qui rêve d’un alphabet qui permettrait à son peuple de lire, écrire, et communiquer avec lui.

Shin Se Kyung y tient le rôle principal de Dam/So Yi, la petite fille traumatisée devenue jeune femme très engagée.

 

J’ai beaucoup d’amour pour ce drama  C’est le dernier que j’ai regardé de Shin Se Kyung pour cet article, et je l’avais gardé spécialement pour la fin, parce que je savais que ce serait terminer mon exploration sur une excellente note. Je n’ai clairement pas été déçue. Mon seul petit frein a été le jeu de Jang Hyuk parce que je trouve qu’il a tendance à surjouer et que, dans ce drama, il y a des scènes où j’aurais aimé qu’il soit plus dans la retenue, mais sinon, ce drama a été un coup de cœur énorme… coup de cœur à la fois parce que j’ai adoré, et parce que bordayl, ce drama n’était pas reposant pour le palpitant et me l’a malmené plusieurs fois. Néanmoins, ça valait la peine d’essuyer quelques larmes, parce que le drama est passionnant. D’un côté on a le sujet très intéressant de l’invention de l’alphabet hangeul, que le roi Sejong tient dur comme fer à instaurer officiellement dans le pays, et toutes les discussions autour des bouleversements qu’il pourrait et va forcément entrainer, avec des gens qui espèrent ces bouleversements et d’autres qui les craignent. L’affrontement intellectuel entre les différents personnages est une part importante du drama, et demande l’attention de son public, ce que j’étais ravie de lui offrir, et j’en étais sans cesse récompensée. Et, à côté de ça, le drama propose tout un panel de personnages complexes et engageants qui évoluent sans cesse le long de la série, et dont les relations évoluent avec eux. C’est toujours agréable d’avoir une série avec autant de personnages bien écrits, et si, selon les moments, j’ai ressenti amour, admiration, compassion, colère, crainte, fierté, etc, à l’égard de tous ces gens, la constante était mon intérêt : quoi que je ressentais pour ces personnages à un moment précis, j’étais toujours intéressée. Le drama n’est pas tout à fait exempt de défauts, notamment dans une réalisation qui faiblit un peu dans ses scènes d’action (et puis moi j’ai eu du mal avec Jang Hyuk, donc), mais je l’ai adoré néanmoins. Et j’aurais beaucoup à en dire (je vous ai même pas chanté les louanges de Muhyul ou Han Suk Gyu !), mais je vais garder ça pour un article plus complet (mais à venir dans très longtemps, quand j’aurai revu le drama dans le cadre de mes visionnages sageuks). Pour le moment, sachez juste que ce drama est extra. Et, aussi, que Shin Se Kyung a un excellent rôle dedans. So Yi est un personnage crucial pour le drama, et elle m’a inspiré beaucoup de respect et d’admiration. C’est assurément un des meilleurs personnages de la drama/filmographie de l’actrice ! Donc, yep, je vous recommande ce drama à fond.

 

A noter : les évènements se déroulent après ceux de Six Flying Dragons, du même duo scénariste/réalisateur, mais s’il serait tentant de regarder Six Flying Dragons puis Deep Rooted Tree (comme je l’ai fait), j’aurais tendance à faire le contraire. Deep Rooted Tree est sorti avant Six Flying Dragons, et sans juger de la qualité de l’écriture, Six Flying Dragons est plus impressionnant question présentation, et a également plus d’ampleur. La continuité n’est de toute façon pas parfaite, et je vous conseillerais donc plutôt de les regarder dans leur ordre de sortie, en commençant par Deep Rooted Tree, déjà excellent, pour continuer avec sa préquelle encore plus ambitieuse.

 

 

Fashion King (SBS – 2012 – 20 épisodes)

Ca parle de: jeunes designers de vêtements qui rêvent de succès... mais le sommet n'est pas si simple à atteindre, et pas si simple à gérer quand on y est

Shin Se Kyung y tient le rôle principal de: l’une des deux designers en question

 

J'ai vu Fashion King en entier par amour pour Yoo Ah In et c'était une sacrée perte de temps, qui, en plus, se conclut de façon particulièrement rageante, donc... clairement, je ne vous le conseille pas. L'écriture est médiocre au possible, et en plus parce que le sujet du jour est Shin Se Kyung, il se trouve qu'elle n'a sans doute jamais eu de rôle plus frustrant et rageant que celui de l'héroïne de ce drama. C'est à cause de Fashion King que j'ai eu autant de mal avec elle aussi longtemps ! Alors, avec le recul, je me dis que j'ai peut-être été injuste avec Shin Se Kyung elle-même, qui n'était peut-être pas aussi mauvaise que dans mon souvenir. Peut-être que c’était vraiment juste le personnage qui posait problème (même si Shin Se Kyung ne faisait a priori pas d'étincelles) mais néanmoins... c'est un drama vers lequel je ne vous pousserais vraiment pas, parce que je suis certaine que, comme moi, vous avez une tonne de choses à regarder dans la vie, et je serais prête à parier qu'il y a bien meilleur sur votre liste. Après, bien sûr, c'est vous qui voyez. 

 

 

When a man loves (MBC – 2013 – 20 épisodes)

Ca parle de: Tae Sang, un orphelin criblé de dettes, recueilli par un chef de gang pour lequel il travaille désormais, allant chez les gens pour les obliger à payer leurs dettes. Mais un jour il rencontre la fille d'une des personnes endettées et voit en Seo Mi Do, la jeune femme, quelque chose qui subitement lui fait prendre conscience qu'il ne peut plus vivre cette vie plus longtemps. Il décide donc de venir en aide à la jeune femme et de changer lui-même.

Shin Se Kyung y tient le rôle principal de: Seo Mi Do

 

Je vous le dis tout de suite: ce n'est pas un drama que je vous recommande. Au début, s'il n'est pas parfait, il propose des personnages intéressants que j'avais envie de suivre et d'explorer, surtout que j'ai un faible pour les histoires de rédemption, mais quand le drama vire mélo à fond, il devient franchement lourd et l'écriture semble se perdre complètement. J'aimerais vous dire qu'au moins il était mémorable, mais honnêtement, il m'en reste peu de souvenirs exacts, sinon que j'y avais beaucoup aimé le personnage de Kim Sung Oh (après j'ai un gros biais pro-Kim Sung Oh, donc prenez ça avec des pincettes). Par ailleurs, l'héroïne de ce drama m'avait semblé fade, et à l'époque c'est vrai que je n'aimais pas beaucoup Shin Se Kyung (parce que je ne l'avais jamais vue être très bonne et toujours dans des rôles agaçants en plus), et ce drama ne m'avait clairement pas fait changer d'avis. J'ai hésité à revoir le drama, pour cet article, mais honnêtement, vu le souvenir qu'il m'en restait et les échos qu'on en trouve partout sur internet et qui confirment mon souvenir, je me suis dit que j'avais sans doute mieux à faire de mon temps, et m'est avis que vous aussi. Probablement.

 

 

Blade Man (KBS2 – 2014 – 18 épisodes)

/!\ TW: maltraitance parentale

Ca parle d’: un homme qui n’arrive tellement pas à contrôler sa colère que des lames lui sortent littéralement du corps lorsqu’il s’énerve, et d’une femme qui ne peut s’empêcher de s’occuper constamment des autres, se sentant coupable d’avoir failli à la tâche par le passé.

Shin Se Kyung y tient le rôle principal de : la jeune femme.

 

Oh là là, cte bordel qu’est Blade Man. C’est con parce qu’il y a des choses dedans qui m’intéressaient : le héros apprenant à être un père et communiquer avec son fils, mais aussi à gérer la colère héritée d’une enfance difficile, et puis l’héroïne qui doit cesser de s’occuper de tout le monde par culpabilité et commencer à s’occuper d’elle-même. Il y a des moments doux dans ce drama qui font sincèrement chaud au cœur, et si Lee Dong Wook est particulièrement inégal dans le rôle masculin principal, lui et Shin Se Kyung m’ont touchée tous les deux lors des moments d’émotion calme. Mais le drama n’a aucune direction claire, sombre sans arrêt dans la surenchère et perd complètement de vue ce qui faisait son charme pour se laisser aller à des rebondissements à la con pas plus prenants qu’ils n’étaient nécessaires, et qui ne mènent de toute façon nulle part de satisfaisant. Blade Man aurait pu donner quelque chose entre de meilleures mains mais, tel quel, c’est un naufrage dans lequel ne font que surnager quelques planches. Je ne regrette aucunement de l’avoir vu (et revu), parce que j’aime bien ces planches-là, mais… je ne le recommanderais à personne à moins d’être préparé à nager parmi beaucoup de conneries pour aller de planches en autres planches se faisant de plus en plus rares (JE PERSISTE DANS MA METAPHORE POURRIE OKAY).  => article complet

 

 

The girl who sees scents / Sensory Couple (SBS – 2015 – 16 épisodes)

Ca parle de: Oh Cho Rim qui, suite à un accident, sombre dans un coma dont elle sort avec un œil d'une couleur différente et la faculté de voir les odeurs. De son côté, après avoir trouvé sa sœur égorgée sur son lit d'hôpital, Moo Gak a perdu sa faculté de ressentir la douleur et n'a qu'un but : devenir policier pour retrouver le meurtrier de la sœur.

Shin Se Kyung y tient le rôle principal de: Cho Rim

 

A sa sortie, j'avais trouvé que c'était une romcom mignonne et légère, dont j'avais beaucoup apprécié les personnages, et la fraîcheur, d’autant qu’il ne la perd jamais complètement, même pas vers la fin. Côté antagoniste, interprété par le toujours très sexy Nam Goong Min, la dynamique entre lui et les héros s’essoufflait un peu au bout d'un moment et le drama a son lot de répétitions, ainsi que quelques longueurs, mais ça ne m'avait pas dérangée outre-mesure. Le drama était agréable et choupi, avec un OTP qui me plaisait et m’avait fait beaucoup rire. Ce n'était pas un grand drama, et on y retrouve la police nulle des dramas coréens habituels, mais c’était parfait pour un visionnage d’été, et c'était aussi la première fois que j'appréciais réellement Shin Se Kyung. Même si c’est Six Flying Dragons qui a cimenté mon affection pour cette actrice et a fait d’elle un argument de vente à mes yeux (du moins côté sageuks, parce qu’elle les choisit bien), The Girl who sees scents est le drama qui m’a réconciliée avec elle.

 

Une note sur l'acteur principal : Park Yoo Chun,a été accusé, en 2016, de plusieurs agressions sexuelles sur quatre femmes différentes. Chaque affaire s'est conclue de façon différente, certaines femmes condamnées pour diffamation, d’autres non, et Yoochun a été soupçonné de corruption avant d'être acquitté (cf. la page Wikipedia qui donne certaines sources, et Google est également votre ami). Pour cet article, je ne pouvais pas juste sauter la série, d’autant que c’est la première où j’ai apprécié Shin Se Kyung, mais, en général, dans le doute, c'est un acteur dont j'aime autant éviter de faire la promotion, et dont je ne tiens pas à voir les nouveaux projets (c'est devenu facile vu qu'il a pris sa retraite des écrans, certes). Mais je sais que je consomme du contenu de gens qui me posent problème (cf plus tôt dans l’article, par exemple =_=), et je vous laisse vous renseigner et prendre votre décision. Je voulais juste rajouter la note, histoire que vous ayez le choix de regarder ou pas, de quelle manière, etc.

 

 

Six Flying Dragons (SBS – 2015/2016 – 50 épisodes)

Ca parle de: Lee Bang Won (fils du général Lee Sung Gye) qui, inspiré par Jeong Do Jeon, un intellectuel aux idées révolutionnaires, et aidé par différents personnages, va contribuer au fondement d’une nouvelle dynastie et à chambouler un pays, dont il deviendra lui-même roi.

Shin Se Kyung y tient le rôle principal de: Boon Yi, une jeune femme du peuple qui en devient meneuse et aide Lee Bang Won dans sa révolution.

 

Six Flying Dragons est un drama ambitieux, aux personnages complexes et développés de façon remarquable, qui allie de l’action réussie à une bande-son qui tue tout en peignant le portrait d’une époque passionnante et proposant un casting au top de sa forme. J’adore ce drama, je pense sincèrement que c’est ce qui se fait de mieux en termes de sageuks, et la figure centrale de Lee Bang Won est incroyable et a baladé mon cœur dans tous les sens, me faisant passer de l’admiration à la colère en passant par le mépris, la haine, la pitié, l’amour, et tout un tas de trucs encore. Les personnages de tous les côtés des conflits sont écrits avec soin, de façon à ce qu’on comprenne leurs motivations, et je me suis attachée à tellement d’entre eux que mon cœur a dû grandir de plusieurs tailles pour pouvoir contenir à la fois ces personnages et tout ce qu’ils me faisaient ressentir. Shin Se Kyung interprète le personnage féminin le plus mis en avant et si elle et Lee Bang Won ont des sentiments amoureux l’un pour l’autre, Boon Yi n’est certainement pas limitée à son rôle d’intérêt amoureux, et fait partie des joueurs importants du drama, représentant le peuple. Parfois dans le drama, elle est mise un peu en retrait, mais le rôle est néanmoins crucial et prenant. Si, à mes yeux, Rookie Historian Goo Hae Ryung est le drama où Shin Se Kyung livre sa meilleure performance, Six Flying Dragons est, pour moi, de loin le meilleur drama dans lequel elle a joué.  => article complet

 

 

Bride of the Water God/Bride of Habbaek (tvN – 2017 – 16 épisodes)

Ca parle du: dieu de l'eau qui est sur le point de devenir le grand souverain des autres dieux mais doit d'abord remplir une quête et se retrouve donc dans le monde des humains... sauf qu'il n'a plus du tout ses pouvoirs, ce qui est fort handicapant ! Il trouve donc la descendante de la famille qui a juré de le servir, et s'installe chez elle sans trop lui laisser le choix. A partir de là, la jeune femme va se retrouver au coeur de conflits divins mais aussi tomber sous le charme de son locataire particulier. 

Shin Se Kyung y tient le rôle principal de: l'héroïne

 

J’avais lu tellement d’avis négatifs sur ce drama (et pas des nuancés) que je pensais sincèrement que j’allais détester, et ne l’ai lancé que parce que par obligation (vu qu’il y a Shin Se Kyung ET Lim Ju Hwan dedans, quand même). Au final, je n’ai pas détesté du tout. Je ne sais pas si c’est parce que mes attentes étaient basses mais j’ai bien aimé, même si je n'irais pas jusqu'à dire que c'était bon. Le drama est très joli à regarder, mais l'écriture n'est pas au top (pour faire un euphémisme). Au-delà du ralentissement prévisible dans la seconde moitié, il y a plus de potentiel dans l'univers fantastique du drama que n'en est exploité, et globalement, il y a juste pas mal de choses qui laissent à désirer. Le drama n'a simplement pas assez d'ambition et si je ne regrette pas particulièrement qu'il ne suive pas le manhwa (dont j'ai lu le début mais pas la fin, car ça ne me parlait pas) il ne tire pas suffisamment avantage de tout ce qu'il avait à sa disposition. Au moins, j’avais commencé le drama en partie pour Lim Ju Hwan, et la bonne nouvelle c'est que son personnage était un des plus intéressants, et probablement le mieux interprété (même si j'ai été moins dérangée que certains par la prestation, indiscutablement figée, de Nam Joo Hyuk, parce que je lui suis pas mal vendue). Quant à Shin Se Kyung, son personnage a ses aspects frustrants, mais j’en ai aimé d’autres. Côté frustrant : elle est psychologue et a sa propre clinique, mais au final, elle reste la choupette dans la merde financière habituelle, ce qui se comprend vu qu'elle craint à son boulot (les trucs qu’elle sort à ses patients m’ont parfois fait grimacer, je vous le cache pas). Elle passe ses journées à aller à la clinique "juste histoire de" et pourrait tout aussi bien ne pas avoir de boulot. Mais d’un autre côté, j’ai aimé qu'elle ne se laisse pas impressionner par tous ces dieux immatures qui viennent perturber sa vie, et mon biais pro-Shin Se Kyung a pas mal joué. Bref: je m'attendais à détester, j'ai finalement passé un bon moment (le drama tapant dans plusieurs de mes points faibles, notamment avec son idée de cohabitation et de foyer-cocon qui se créé petit à petit), mais il y a mieux à voir, en général et dans la filmo-drama-graphie de Shin Se Kyung.

 

 

Rookie Historian Goo Hae Ryung (MBC – 2019 – 20 épisodes)

Ca parle de: Goo Hae Ryung, une jeune femme ambitieuse et progressiste. Lorsqu’il est annoncé que, pour la toute première fois, le palais royal engagera des historiennes, un travail jusque-là réservé aux hommes, elle saute sur l’occasion d’éviter le mariage et, à la place, de faire quelque chose de son éducation et son intelligence. Elle et trois autres jeunes femmes deviennent donc les toutes premières historiennes de Joseon, ce qui, bien sûr, vient avec son lot d’embuches. Par ailleurs, elle développe une relation avec le second fils du roi, gardé enfermé loin des regards depuis l’enfance, sans qu’il sache pourquoi.

Shin Se Kyung y tient le rôle central de: Goo Hae Ryung

 

Rookie Historian Goo Hae Ryung est un drama que j'ai trouvé incroyablement attachant. Il propose toute une galerie de personnages aussi engageants les uns que les autres, qu'ils soient adorables, charismatiques, impressionants, tout cela à la fois, etc, et au coeur de cela développe une romance absolument charmante qui fait du bien au moral et n'a pas manqué de me faire pousser des tas de "awww" derrière mon écran. C'est un drama profondément feel-good qui, s'il a bien sûr des moments plus dramatiques, reste constamment  bien plus léger que la majeure partie des sageuks. Et à la fois, par sa construction et sa décision de se détacher de l'histoire stricte, Rookie Historian Goo Hae Ryung se donne la liberté d'explorer tout un tas de thèmes, tous centrés autour de l'idée qu'il est important d'oeuvrer, quitte à prendre des risques, pour faire progresser les choses pour le bien de tous. Féministe et progressiste, le drama propose en particulier un personnage principal féminin central qui fait plaisir à voir, ambitieux, intelligent, et généralement très positif, auquel Shin Se Kyung donne énormément de charme. En termes de drama où joue Shin Se Kyung, Six Flying Dragons est assurément mon favori, et elle y tient un très bon rôle, mais malgré tout, en termes de personnages, c'est Hae Ryung qui m'a le plus conquise, et si vous cherchez un drama où profiter de cette actrice, c'est celui-là qu'il vous faut. => article complet

 

 

 

 

 

Fashion King

 

High Kick 2 ! Through the roof

 

Bride of the Water God

Blade Man

When a man loves

 

The girl who sees smell

 

Rookie Historian Goo Hae Ryung

 

Queen Seon Deuk

Tree with deep roots

 

Six Flying Dragons

 

 

 

 

 

Filmographie/Dramagraphie (et liens)

 

 

En gras = ce que j’ai vu (ou commencé)

En gras + bleu sur bleu = lien vers un article séparé (certains datent et sont pas oufs, pardon)

 

 

 

The Preparation (2017)

Tazza : The Hidden Card (2014)

R2B: Soar into the sun (2012)

Hindsight (2011)

Acoustic (2010)

Five senses of Eros (2009)

Cinderella (2006)

My Little Bride (2004)

 

 

Rookie Historian Goo Hae Ryung (2019)

Black Knight (2017-18)

The Bride of the Water God (2017)

Six Flying Dragons (2015-16)

The girl who sees smells (2015)

Blade Man (2014)

When a man loves (2013)

My husband got a family (2012)

Fashion King (2012)

High kick ! 3 (2011-12)

Tree with deeps roots (2011)

High Kick! 2 (2009-10)

Queen Seon Deuk (2009)

Land (2004-05)

 

 

 

 

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :