[Off] 16-17 aout 2020: Heartstopper

Publié le 16 Août 2020

Dimanche 16 – Lundi 17

Je vous propose de lire

 

 

Heartsopper est un webcomic scénarisé et dessiné par Alice Oseman. Il est toujours en cours, et entièrement (et légalement) disponible en ligne sur le tumblr de l’autrice : https://heartstoppercomic.tumblr.com/post/148737198070, mais également disponible à l’achat en version papier (trois tomes sont sortis pour le moment), dans leur version originale ou traduite en français (et autres langues). C'est un webcomic populaire, donc il y a des chances que vous l'ayez déjà lu, mais si ce n'est pas le cas...

 

L’histoire est celle de Charlie et Nick, lycéens dans la même classe qui se voient assis côte à côte par un professeur. Charlie est populaire mais de nature angoissée et a notamment traversé une période très difficile après que son homosexualité a été rendue publique contre son gré, le plaçant au cœur des conversations, et du harcèlement des autres. Même si les choses se sont largement calmées depuis, forcément, ce n’est pas quelque chose qu’on oublie comme ça. Nick, lui, est un sportif, un rugbyman que Charlie ne peut imaginer qu’hétéro. Malgré tout, alors que les deux garçons deviennent très amis, Charlie ne peut s’empêcher de ressentir plus que de l’amitié pour ce garçon qui embellit tellement sa vie.

 

Je vous conseille Heartstopper parce que :

 

1. C’est mignon à souhait. Je connaissais la BD de titre sans savoir de quoi elle parlait, mais j’ai fini par la lire le mois dernier, et j’ai tout avalé d’un coup (mes pauvres yeux ont pris cher, mais ça valait le coup), simplement parce que ça me faisait tellement de bien au cœur. Les deux personnages centraux sont hyper attachants, aussi adorable l’un que l’autre, et j’ai un faible pour les histoires d’amis qui tombent amoureux, donc j’avais des cœurs partout dans les yeux en les regardant tâtonner maladroitement. Cette BD m’a transformée en grosse guimauve. Et honnêtement, c’est juste agréable de voir les deux personnages être heureux, et, certes, traverser des choses sérieuses, mais sans que la BD joue la carte de la grosse tragédie. Il n’y a pas que ça, mais il y a beaucoup de bons sentiments dans Heartstopper, et franchement, ça fait du bien.

 

2. J’aime les dessins d’Heartstopper On sent que l’autrice a pas mal évolué entre le début de la BD et ses derniers dessins, et si, au début, certaines poses des personnages (par exemple) ne semblaient pas très naturelles, je trouve son style très agréable à présent, et il reflète beaucoup la douceur de son histoire.

 

3. Yay pour la représentation ! On a des personnages bi, gays, lesbiens, trans, et de plusieurs origines ethniques (pardon, je sais pas si la formulation est excellente). En tant que personne cis hétéro et blanche, je ne suis pas bien placée pour juger de la qualité de la représentation, mais en tous cas le « cast » est divers, attachant, et tous ces personnages m’ont semblé être présentés de façon positive, et sans gros clichés.

 

4. Je ne sais pas comment l’exprimer exactement, mais Heartstopper a quelque chose de presque… didactique ? Dans le sens où il propose une relation centrale particulièrement saine entre deux personnes, mais aussi entre les deux personnages centraux et leurs amis, et, parfois, donne presque l’impression d’être un « manuel » sur comment faire les choses bien ? Par exemple, il y a plusieurs discussions sur le consentement, sur le fait que c’est ok de prendre son temps pour déterminer son identité et qu’un coming out n’a pas à être immédiat et peut se faire progressivement. Il y a aussi un passage que j’aime beaucoup où un personnage ayant fait beaucoup de mal à un autre s’excuse, et où sa victime lui ferme la porte au nez en lui disant que c’est cool pour son persécuteur qu’il ait grandi, mais que la victime n’a pas à lui pardonner et lui donner un cookie pour avoir daigné s’excuser. Heartstopper veut clairement faire passer des messages, et personnellement, ce sont des messages auxquels j’adhère, donc…

 

5. J’apprécie beaucoup que l’autrice, en tous cas sur la version tumblr de la BD, prenne toujours le soin de mettre des trigger warnings au début des chapitres qui le nécessitent (quelque chose que je vais commencer à faire pour mes articles aussi, je n’étais juste jamais sûre de quand les utiliser). Elle aborde plusieurs sujets difficiles*, et chaque fois, c’est précisé au début du chapitre (avec une note disant d’allant en bas du poste pour avoir toutes les précisions sur le contenu exact du chapitre). Personnellement, je ne nécessite pas de trigger warnings (j’ai juste un sujet où j’aime mieux être prévenue), mais le fait que l’autrice les mette systématiquement dénote, je trouve, d’une bienveillance à l’égard de son lectorat, ce que j’apprécie.

 

Mais surtout la raison 1. I ship it. Ship it with me.

 

*genre là, je sais pas si je dois les lister… vu que de toute façon elle précise à chaque fois, j’ai peur que lister ne serve à rien et, pire, soit un trigger en soi ?

(la vidéo n'a rien à voir, mais je savais pas si j'avais le droit d'utiliser trop de dessins du webcomic donc à la place, j'ai casé une chanson que j'aime bien avec "heart" dans le titre o.o)

 

 

 

 

Cet article bref a été écrit dans le cadre de mon mois off d'aout 2020

Pour voir les autres articles, cliquez sur l'image:

 

 

 

Rédigé par Milady

Publié dans #Off weeks, #Littérature, #BD

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :