[Off] 26-27 aout 2020: Ma vie de courgette

Publié le 26 Août 2020

Mercredi 26 – Jeudi 27

Vous pourriez regarder

 

 

/!\ TW: maltraitances infantiles (pas montrées, mais suggérées, puis évoquées explicitement) /!\

 

Ma vie de courgette, adapté du roman Autobiographie d’une courgette de Gilles Paris (dont il existe aussi une adaptation réalisée pour la télé en 2007), est un film d’animation helvético-français en stop-motion, sorti en 2016, scénarisé par Céline Sciamma, et réalisé par Claude Barras. Il raconte l’histoire d’un petit garçon (Icare, mais qui préfère qu’on l’appelle Courgette) placé en orphelinat après la mort de sa mère, alcoolique et violente, et la façon dont il se lie avec les autres enfants de son nouveau foyer. Ce qui m’a prise par surprise, du reste, parce que j’avais entendu dire que c’était un bon film, mais ne m’étais jamais penchée sur son sujet et m’étais imaginé quelque chose de bien plus léger…

 

Néanmoins, j’ai adoré, rejoins l’opinion générale, et vous le conseille ! Parce que :

 

1. Personnellement, j’ai un faible pour l’animation en stop-motion, et si vous appréciez ça aussi… bah… le film est en stop motion. En plus, je trouve que le style d’animation se marie tout particulièrement au sujet, parce qu’on vit quasiment tout (pas tout à fait) du point de vue de Courgette et des enfants (il n’y a qu’une scène, il me semble, où aucun enfant n’est présent), et la stop-motion, pour moi, se rapporte beaucoup au monde de l’enfance, plus que l’animation traditionnelle dessinée à la main. Bien sûr, on peut raconter une histoire adulte et pour adultes avec de l’animation stop-motion, mais le processus de faire du stop-motion me rappelle quand on s’inventait des histoires avec nos jouets, que ce soit des poupées, des figurines, des playmobils, etc. Courgette, plusieurs fois dans le film, dessine ses journées pour les raconter aux gens auxquels il écrit des lettres, et pour nous, c’est comme si, avec des jouets, il nous reconstituait son histoire.

 

2. Le ton. Le film traite de sujets graves, et les enfants savent ce qui leur est arrivé, ils en souffrent, mais pour autant, sans passer par-dessus les moments les plus difficiles, le film n’en fait jamais des tonnes, il ne cherche jamais à absolument tirer des larmes au spectateur, et n’en devient que plus efficace. Du coup, oui, j’ai pleuré toutes les larmes de mon corps, un peu. Mais parmi ces larmes, il y en avait des heureuses, parce que comme dit Courgette lui-même « parfois on pleure parce qu’on est content ». C’était un film, je trouve, très sincère et très conscient que le monde peut se montrer très dur, que des enfants vivent des choses terribles, en gardent des traces, n’obtiennent pas toujours de seconde chance, mais à la fois, pas un film défaitiste, et chaque enfant de l’orphelinat trouve de l’amour au moins auprès des autres enfants. Même en ne faisant qu’une heure, il prend son temps, il nous laisse nous attacher aux personnages lentement, et c’est comme ça que, petit à petit, l’émotion prend.

 

3. Simon. Le personnage principal c'est Icare/Courgette, et je l’ai beaucoup aimé en tant que personnage central, mais j'ai également apprécié tous les enfants de l'orphelinat. En particulier, Simon, la petite terreur de l’établissement avec laquelle Courgette a du mal à s'entendre au début, est très développé par le film, et s’est avéré être un de mes personnages favoris. Il est a priori plus vieux que les autres, a moins d’espoir que sa vie s’arrange, et est agressif et moqueur avec ses camarades, mais plus le film avance, plus on commence à comprendre ce qui se passe dans sa tête, et à des tas de reprises, c’est lui qui m’a le plus réchauffé le cœur. Sa relation avec Courgette et la façon dont il prend discrètement soin des autres, même à contrecoeur, m’a beaucoup touchée, et je trouve que c’est un personnage très réussi.

 

Mon seul regret par rapport à ce film est qu’il se termine sur une reprise de Le vent nous portera de Noir Désir, qui fait une très jolie conclusion mais me rappelle à quel point j’aimais la musique de Noir Désir, quelque chose que j’essaie d’oublier autant que possible T.T Mais sinon, j’ai adoré ce film. Donc je vous le conseille.

 

 

Cet article bref a été écrit dans le cadre de mon mois off d'aout 2020

Pour voir les autres articles, cliquez sur l'image:

 

 

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :