The Smile Has Left Your Eyes et mes mauvaises habitudes

Publié le 16 Octobre 2020

 

 

Bien.

 

Vous avez lu le titre, donc vous avez certainement saisi que cet article n’est pas un article bilan habituel, consacré à The smile has left your eyes. Je vais en parler, souligner du positif et expliquer le négatif qui m’a poussée à ne pas le terminer, mais ce ne sera qu’une partie de l’article, qui sera ensuite consacré à une autre raison ayant fait que je n’ai pas terminé le drama, sans qu’elle soit liée à la série elle-même. Ou pas entièrement, en tous cas, car il s’agit surtout d’une mauvaise habitude que j’ai prise dans ma « consommation » de dramas (mais pas que), et que j’entends corriger à partir de maintenant.

 

Mais pour commencer, parlons effectivement du drama, puisque j’en ai quand même presque vu les trois quarts.

 

 

 

Introduction

 

The smile has left your eyes

Infos

Le positif

Le négatif

 

Injustices

Comparaison avec l’original

Mauvaises habitudes de visionnage

 

Bonnes résolutions

 

Fin

 

 

 

 

 

Titre original : 하늘에서 내리는 일억 개의 (« des centaines de millions d’étoiles tombant du ciel ») / Diffusé en 2018 / sur tvN / en 16 épisodes d’environ une heure / réalisé par Yoo Je Won / écrit par Song Hye Jin / d’après le drama japonais A million stars falling from the sky écrit par Kitagawa Eriko / casting (entre autres) : Seo In Guk, Jung So Min, Park Sung Woo, Seo Eun Soo, Go Min Shi, Jang Young Nam, Do Sang Woo, etc

 

L’histoire: Lorsque Moo Young entre dans la vie de Jin Kang, tout semble basculer. Elle a beau savoir que c’est imprudent, elle est irrésistiblement attirée par le jeune homme, non seulement suspect dans une affaire de meurtre, mais qui a également séduit sa meilleure amie, une riche héritière, sans que ses intentions soient très claires.

 

 

Fiche Ecrans d'Asie: ici

Grenat

 

 

oOo

 

Clairement, vous avez compris que je n’ai pas été fan de cette série, sinon je l’aurais terminée. J’ai essayé, vraiment, parce que ce drama était le coup de cœur de Grenat et que je voulais l’aimer. Donc j’en ai regardé onze épisodes, mais ça m’a pris pas mal de temps, parce que je n’étais pas du tout dans le trip la plupart du temps, et j’ai fini par lâcher l'affaire. Néanmoins, il y a des choses que j’ai appréciées à propos du drama, donc je veux aussi parler de ça, et comme c’est un article un peu particulier, j’ai décidé de découper cette partie très simplement en deux sous-parties : Le positif et Le négatif (bien sûr, à mes yeux). Non seulement cela, mais je vais présenter le tout en succession de points, becoz why not. Gardez donc à l'esprit que c'est une petite liste, pas un article aussi développé que d'habitude.

 

 

 

Le positif

 

 

J’aime le casting.

Je vais pas vous mentir, quand Seo In Guk avait été annoncé pour le rôle principal, j’étais dubitative. Ne vous méprenez pas : j’aime beaucoup Seo In Guk. Énormément, même. Mais ayant vu le drama original, je n’arrivais simplement pas à imaginer Seo In Guk dans ce rôle, parce que le personnage de l’original est sombre, dangereux, et sale. Seo In Guk avait une image tellement adorable et jolie dans ma tête que j’avais du mal à l’imaginer dans ce rôle-là. Et effectivement, s’il avait dû jouer exactement le même rôle, je pense toujours que ça n’aurait peut-être pas marché (mais peut-être qu’il m’aurait donné tort, hein !), mais le rôle a été modifié, et donc Seo In Guk s'en tire très bien. Il n'est plus aussi "sale" que dans l'original, mais il est charismatique et donne souvent une impression de vacuité qui fait que son visage semble n'être qu'un masque dont on se demande ce qu'il se cache en dessous. Et puis, d'un pur point de vue de fan, je ne peux jamais être fâchée d’avoir Seo In Guk à l’écran (même quand il sert à rien o.o *kofloverainkofkof*), surtout quand on lui colle un chat dans les bras, donc ;; J’ai passé une grosse partie du temps à fangirliser sur Seo In Guk, et comme il n’a pas peur de regarder fixement les gens, j’étais en mode « couinement de hamster » dans ma tête.

 

A côté de ça, je n’avais aucun doute que Jung So Min serait très bonne, et elle ne m’a pas déçue. Par ailleurs, si mon gros frein vis-à-vis de ce drama était que je n’arrivais pas du tout à croire au couple principal, à l’épisode 10, pour la première fois, j’ai trouvé que Seo In Guk et Jung So Min avaient une jolie alchimie, et si ça n’a pas suffi à me faire aller beaucoup plus loin, j’ai soudain souhaité pouvoir revoir ces deux acteurs ensemble dans une autre série (et pas juste deux minutes d'Abyss ><).  Quant à Park Sung Woo, qui complète notre trio central, il était bien sûr impeccable, et si l’écriture des personnages ne m’a pas toujours convaincue, le drama ne réunit que des acteurs que j’aime beaucoup, et j’ai donc apprécié le casting en général.

The Smile Has Left Your Eyes et mes mauvaises habitudesThe Smile Has Left Your Eyes et mes mauvaises habitudes
The Smile Has Left Your Eyes et mes mauvaises habitudesThe Smile Has Left Your Eyes et mes mauvaises habitudes
The Smile Has Left Your Eyes et mes mauvaises habitudesThe Smile Has Left Your Eyes et mes mauvaises habitudesThe Smile Has Left Your Eyes et mes mauvaises habitudes
The Smile Has Left Your Eyes et mes mauvaises habitudesThe Smile Has Left Your Eyes et mes mauvaises habitudes

 

J’aime bien les personnages ambigus,

et Kim Moo Young (le lead masculin) est assurément ambigu, et j’avais envie de savoir ce qui lui était arrivé (certes, j’avais vu le drama original, mais comme plusieurs choses ont été changées, j’étais curieuse quand même, d’autant que mon souvenir de l’original n’est pas parfait de toute façon).

 

 

J’aime beaucoup l’esthétique du drama.

Je trouve le drama particulièrement joli, surtout quand il donne dans ses couleurs très froides, son ambiance bleue, et j’aime aussi beaucoup l’OST de la série (qui fait chanter Seo In Guk, en plus, bien entendu, donc yay, mais aussi Jung So Min, wouhou !). En particulier, j’ai un faible pour l’instrumental Moo Young’s theme, qui est associé à Moo Young (cte choc) et mêle joliment tristesse et menace. Il y a ces petites notes tristes, dedans, qui essaient de parler mais sont sans arrêt noyées par la partie plus effrayante, et les mélodies sont les mêmes parce qu’elles appartiennent au même personnage, mais à la fois ce sont deux facettes qui s’affrontent et malheureusement, ce n’est pas la meilleure qui a le dessus. Le drama réussit très bien son ambiance, je trouve, et il y a des scènes qui sortent particulièrement du lot à mes yeux. Par exemple, une que j’aime beaucoup se trouve dans l’épisode 2, vers la 20ème minute, et c’est un face à face entre Moo Young et Jin Kang (l’héroïne). Ils sont en train de parler (et elle ne lui fait pas des compliments) quand Moo Young se penche vers elle, se met à parler plus lentement, et soudain le temps semble ralentir également, des notes au piano apparaissent comme un écho du passé qui voudrait ressurgir, la voix de Moo Young elle-même semble résonner, et c’est comme s’il était en train de plonger Jin Kang dans une transe, à laquelle elle n’échappe que parce qu’il la laisse en sortir à la dernière seconde. S’il avait voulu qu’elle bascule, qui sait ce qui se serait passé…

The Smile Has Left Your Eyes et mes mauvaises habitudesThe Smile Has Left Your Eyes et mes mauvaises habitudesThe Smile Has Left Your Eyes et mes mauvaises habitudes

Mais j’ai une scène favorite dans ce drama (dans ce que j’en ai vu, en tous cas), et je voulais lui réserver un point à elle toute seule, parce que je l’aime énormément. Vous savez comme parfois on a des coups de cœur sur certaines scènes ? Ça ne fera peut-être pas ça à tout le monde, peut-être que les gens ayant regardé le drama n’ont pas bloqué dessus du tout, peut-être qu’elle leur semble banale, mais c’est le moment où j’ai le plus aimé le drama, et, à ce moment-là, je l’ai vraiment aimé.

 

 

La fin de l’épisode 7.

Et plus précisément (parce qu’on suit plusieurs personnages lors de cette fin d’épisode), je parle de la partie consacrée à Moo Young et Seung Ah (la meilleure amie de l’héroïne, qui a succombé au charme de Moo Young).

 

Comme je l’ai déjà dit, un de mes gros soucis avec ce drama est que je n’ai jamais cru à la relation entre les deux personnages principaux, la raison étant que je ne comprenais pas ce qui poussait Jin Kang vers Moo Young. En revanche, je comprends parfaitement pourquoi Seung Ah, elle, est tombée dans le piège. Malgré sa position privilégiée, c’est un personnage très étouffé, et Moo Young lui donne une chance de respirer, puis devient son oxygène et finit par la convaincre qu’elle ne peut pas vivre sans lui.

The Smile Has Left Your Eyes et mes mauvaises habitudesThe Smile Has Left Your Eyes et mes mauvaises habitudes

Ce n’est pas la relation qui intéresse le plus le drama, donc je ne peux pas dire qu’il créé quelque chose d’extraordinaire dans sa construction, mais c’est bien fait, et la fin de l’épisode 7 est le point culminant de tout ça, tout s’y rejoint parfaitement.

 

[spoiler] On a l’ambiance flottante, le bleu froid de la nuit, la musique, qui reflètent la froideur du personnage de Moo Young et la façon dont il a Seung Ah (elle aussi) comme en transe, sous son emprise. On a la pluie qui se met à tomber, la voiture qui fonce dans la nuit (Moo Young et Seung Ah à son bord), et on sent la tragédie qui s’annonce, et se rapproche à toute vitesse. On a l’ex-fiancé de Seung Ah qui les pourchasse, représentant tout ce qui étouffait Seung Ah, et c’est comme si elle était poursuivie par sa vie entière. La musique se fait de plus en plus oppressante, Jin Kang essaie d’appeler son amie, voulant empêcher le drame qu’elle pressent sans pouvoir réellement le prédire, mais ses appels n’atteignent plus Seung Ah, qui a déjà passé le point de non-retour. Alors, Moo Young se tourne vers Seung Ah et il ne lui dit que ces quelques mots « ne te laisse pas être attrapée ». A ce moment-là, il est devenu la petite voix dans sa tête, sa conscience qui lui souffle que si elle se laisse attraper, tout sera perdu.

 

Puis une lumière aveuglante, Seung Ah freine, essaie d’éviter l’obstacle, mais sa vie entière lui rentre dedans (sous forme de l’ex-fiancé qui les percute volontairement), et dans un crash violent, tout se termine.

 

Mon seul reproche à cette fin d’épisode est qu’il nous montre ensuite un flash-back de l’enfance de Moo Young alors que, à mes yeux, la scène était centrée sur Seung Ah. Lorsque Moo Young lui souffle de ne pas se laisser attraper, si on m’avait dit qu’il n’était même pas dans la voiture, que c’était juste une hallucination, je l’aurais cru, parce qu’à ce stade il ne faisait que verbaliser la seule chose qu’elle avait en tête, le besoin au-dessus de tous les autres. Parce que, aussi, il avait réussi à lui empoisonner l’esprit au point de parler pour elle.

 

Sans dire que Seung Ah était un personnage passionnant dans les épisodes précédents, cette scène, à mes yeux, est une très belle, et à la fois tragique, conclusion à l’histoire d’une jeune femme qui a essayé de fuir, s’est débattue pour sa liberté, et s’est pris sa vie en pleine face. [/spoiler]

 

Bref, j’adore cette scène, et après cela, j’ai cliqué sur l’épisode suivant à vitesse grand V.

 

Malheureusement, cet enthousiasme ne s’est révélé être que passager.

 

 

 

Le négatif

 

En vérité, il n'y a qu'une chose importante dans cette catégorie.

 

Bon, c'est vrai aussi que, mais autant j’ai apprécié le frère de l’héroïne au début, autant plus les épisodes passaient et moins je le supportais. Il passe son temps à lui crier dessus et essayer de la contrôler, et il a raison de s’inquiéter, bien entendu, mais il ne lui dit jamais exactement pourquoi il s’inquiète, du coup, forcément, elle ne l’écoute pas. Peut-être (sans doute, même) qu’elle ne l’aurait pas écouté de toute façon, mais ça me rendait dingue la façon dont il s’y prenait, et ce personnage, qui avait fait partie de mes favoris, a fini par me sortir par les yeux. Quand il était avec sa collègue ou d’autres personnages, ça allait, mais quand il était avec l’héroïne, chaque scène devenait désagréable, donc j’étais un peu triste.

The Smile Has Left Your Eyes et mes mauvaises habitudesThe Smile Has Left Your Eyes et mes mauvaises habitudesThe Smile Has Left Your Eyes et mes mauvaises habitudes
The Smile Has Left Your Eyes et mes mauvaises habitudesThe Smile Has Left Your Eyes et mes mauvaises habitudesThe Smile Has Left Your Eyes et mes mauvaises habitudes

Mais le personnage m'intéressait quand même, il y avait ses relations avec les autres, donc encore une fois: c'était une petite chose.

 

Non, vraiment, il n'y a qu’un seul gros point négatif dans cette catégorie. Le souci étant qu’il n’est pas juste gros : il est énorme, et touche à la base même du drama, donc:

 

 

 La relation des deux personnages principaux me passait complètement au-dessus de la tête.

 

Ça m’a pris dix épisodes pour en avoir quelque chose à faire, de leur relation, et même là, je n’en avais pas grand-chose à faire non plus. Parce que je ne comprenais pas cette relation. Et dans un drama basé en grande partie dessus, vous pensez bien que c’est un problème. La relation entre Moo Young et le frère de Jin Kang et celle entre Moo Young et Seung Ah, je saisissais, mais Jin Kang et Moo Young… ça m’échappait. Je ne comprenais juste pas ce qui attirait Jin Kang chez Moo Young.

 

Alors, oui, bien sûr, Seo In Guk est magnifique, et moi j’ai fangirlisé comme c’est pas permis (sur l'acteur, je précise), mais c’est différent ! Par exemple, je fangirlise aussi à fond sur Mads Mikkelsen dans le rôle d’Hannibal, mais c’est parce que pour moi c’est un personnage fictif, il y a une distance entre moi et ses actions. Ce qui ne signifie pas, bien entendu, qu’on ne peut pas détester un personnage pour ses actions, parce que c’est normal d’avoir une réponse émotionnelle aux agissements des personnages d’une fiction, mais malgré tout, il est évident que les gens qui s’extasient face à des serial-killers en fiction réagiraient différemment face à un type réel venu assassiner leur frère (enfin j’espère, en tous cas). Donc oui, moi je fangirlisais sur Seo In Guk, mais Jin Kang est dans une situation différente où Moo Young, qu’elle a immédiatement pris en grippe, n’est pas juste un type lambda mais le mec qui manipule sa meilleure amie (entre autres). Elle passe son temps à lui répéter, à juste titre, qu’il craint, et l’idée est qu’elle ne peut pas s’empêcher d’être attirée malgré tout, mais… pourquoi ? D’où vient l’attraction ? Parce que si c’était une attraction purement physique, je ne l’ai pas ressentie du tout (et je sais, c'est personnel et d'autres gens l'ont sentie, mais tout l'article est personnel...). Même lorsque les personnages en viennent au physique, j’ai trouvé que la scène faisait plus « connexion pure des âmes » et « mignonne » que « attraction physique irrésistible ».  J'ai dit que les deux acteurs avaient une bonne alchimie et c'est vrai, mais c'était plus du "mignon" (et donc même pas forcément approprié pour le drama) à mes yeux, pas de la tension sexuelle. Et s’il y avait autre chose, je n’ai pas vu où.

The Smile Has Left Your Eyes et mes mauvaises habitudesThe Smile Has Left Your Eyes et mes mauvaises habitudes
The Smile Has Left Your Eyes et mes mauvaises habitudesThe Smile Has Left Your Eyes et mes mauvaises habitudes

Le drama est en très grande partie basé sur le fait que Jin Kang est irrésistiblement attirée par Moo Young, et autant je voyais les raisons de résister (et clairement, elle aussi), autant je ne voyais pas l’attirance. Et quand Jin Kang finit par craquer, j’ai trouvé que ses raisons (valables) de résister étaient très facilement oubliées, quand même. Et le truc c’est qu’autant quand un drama léger n’est pas complètement solide, ça ne me dérange pas, autant quand un drama entend me saper le moral, il faut qu’il en gagne le droit et m’apporte quelque chose de solide en retour. Ici, tout semblait trop facile, et bien trop reposer sur le fait que Seo In Guk est populaire, comme si ça allait suffire à faire le job. Mais j’ai beau l’aimer, ça n’a pas suffi, et à partir de là, impossible de rentrer dans le drama.

 

C’est vraiment la raison principale pour laquelle The smile has left your eyes n’a pas fonctionné pour moi : j’étais parfaitement indifférente au cœur de la série, voire agacée parfois.

 

Mais il y a deux autres raisons que je veux développer à présent. Deux injustices de ma part.

 

 

 

Première injustice: la comparaison avec le drama original

 

Je tiens à clarifier, quand même, que même sans comparer avec le drama original, j’aurais certainement eu le même souci vis-à-vis du couple principal, et n’aurais donc probablement pas accroché à la série. Néanmoins, il est très clair que la comparaison n’a pas aidé.

 

Vous commencez peut-être à le savoir : je suis loin d’être une puriste. Je crois fermement au droit des remakes et adaptations à s’éloigner de leurs originaux, et que si quelqu’un veut faire l’expérience de l’original, il peut juste… regarder l’original (ou lire, ou écouter, etc). « Qualité » et « fidélité » ne sont pas synonymes, on peut très bien prendre une idée, faire complètement autre chose avec et en tirer quelque chose de très bon. Parfois, modifier l’œuvre originale est même la meilleure chose à faire (notamment, je me passe très bien de la scène d’orgie infantile dans Ca… o.o). Ceci étant dit, je crois aussi que la comparaison est inévitable, et humaine, et peut mener à des déceptions si on est attaché à une autre version d’une histoire (précédente ou pas, et les gens qui voient un remake en premier peuvent aussi être déçus par un original).

 

Ce qui me mène donc à ce constat : The smile has left your eyes était en position de faiblesse.

 

Pourtant, avant de le regarder, j’avais hésité à revoir A million stars falling from the sky, et justement décidé de ne pas le faire en me disant qu’il valait mieux que je ne remette pas l’original en tête, histoire de ne pas passer mon temps à comparer les deux versions. Je voulais mettre toutes les chances possibles du côté de Smile (oui, à partir de maintenant je vais appeler les deux dramas Smile et Stars parce que c’est relou de tout taper à chaque fois), mais mes bonnes intentions se sont retournées contre moi.

 

Si j’avais revu Stars, j’aurais certainement redécouvert un drama nuancé, avec ses qualités, mais également ses défauts. A la place, comme Stars est un drama que j’avais beaucoup aimé, mon cerveau, au fil des ans, en a accentué le positif pour en gommer le négatif, si bien que Smile n’était pas en compétition avec un drama, mais avec le souvenir embelli d’un drama. Et c’est pas bon.

 

D’autant moins que ce remake a gommé tout ce qui, à mes yeux, avait fait fonctionner l’original. Comprenez bien : dans cette partie de l’article, mon but n’est pas de discuter duquel est meilleur que l’autre, parce que pour faire une réelle comparaison, il faudrait que je voie Smile en entier, et revoie Stars (et même comme ça « meilleur », ça veut rien dire, parce que ça reste hyper subjectif, donc je ne pourrais déterminer que mon favori, en vrai).

 

Par exemple, dans mon souvenir, dans Stars, le frangin de l’héroïne passe moins de temps à gueuler à sa sœur, donc je n’ai pas le souvenir qu’il m’ait tapé sur le système. Mais je serais bien à mal d’en jurer, parce que je me souviens mal. Une chose est évidente quand même : le drama japonais est bien plus court que le drama coréen, donc forcément, la version coréenne a dû ajouter pas mal de choses pour tenir les 7 heures de télévision supplémentaires. Mais tout ça, ce n’est pas ce qui m’a dérangée.

 

Ce qui m’a dérangée, ce ne sont pas les rajouts du remake, mais ce qu’il retire, à savoir : beaucoup de tension sexuelle, de sexe, et le plus sombre de l’original.

 

Dans Stars (ou dans mon souvenir en tous cas, et à partir de maintenant, partez du principe que quand j’écris « Stars », ça signifie « mon souvenir de Stars »), il y avait plusieurs scènes de sexe (y compris entre des personnages qui, dans le remake, ont des relations soudain platoniques), et il était évident que c’était à la base de plusieurs des relations des personnages. En particulier, c’était en grande partie ce qui justifiait la relation des deux personnages principaux : l’attraction physique. Smile garde bien des scènes de sexe, mais elles sont rendues plus sages et ce ne sont que des scènes, alors que dans Stars, c’était dans l’ambiance entière. Entendons-nous bien : je ne regrette pas l’absence du sexe parce que je voulais voir les acteurs s’envoyer en l’air, mais c’était clairement une partie importante du drama, et en la retirant sans la remplacer, forcément, ça laisse un trou. Je ne m’étais jamais posé la question, dans l’original, de pourquoi l’héroïne tombait dans le piège, parce que je savais pourquoi.

 

Par ailleurs, en regardant Smile, j’avais le sentiment de regarder une version aseptisée, « jolifiée » de Stars. Le drama japonais est bien plus sombre, bien plus glauque, là où le Kdrama semble se faciliter pas mal la vie et celles de ses spectateurs. Je ne dis pas qu’il n’y a aucune ambiguïté dans Smile, ce serait clairement malhonnête, mais il y a eu un travail d’édulcoration, qui se ressent partout. Même visuellement (peut-être aussi parce que le jdrama est plus vieux), tout dans Smile semble plus lisse (même si j’aime l’esthétique), mais c’est véritablement dans la construction du lead masculin que la différence se fait sentir, à mes yeux. Moo Young a beau être un type louche et pas recommandable, on sent quand même que Smile essaie de le tirer plus du côté lumineux, là où le jdrama en peignait un portrait plus sombre, plus mauvais. Dans Smile, il m’est arrivé de trouver Moo Young « mignon », un terme que je n’aurais certainement pas utilisé pour Ryo dans Stars.

The Smile Has Left Your Eyes et mes mauvaises habitudesThe Smile Has Left Your Eyes et mes mauvaises habitudes

Après, ça veut pas dire que le jdrama était meilleur, parce que « plus sombre/ambigu » ne veut pas dire « supérieur », et certaines personnes ayant les deux versions en tête plus clairement que moi pourraient argumenter que le jdrama est trop tordu. Mais le fait est que j’avais l’impression de regarder la version « lavée » d’un drama dont la saleté était justement l’intérêt et le focus. Les personnages de Stars étaient troubles, c’était bien ce qui les rendait intéressants, et ça dépendra évidemment des goûts, mais cette version plus propre n’a pas fonctionné pour moi.

 

Une dernière fois, je reprécise que tout ceci se base sur des souvenirs, embellis (ainsi que mes goûts personnels). Ça ne signifie pas que mon sentiment n’est pas valide, simplement ce n’est que ça : un sentiment. Pas une comparaison « béton », mais une raison de plus qui fait que je n’ai pas accroché à Smile.

 

Et sur ce, j’arrive à la seconde injustice, et la vraie raison pour laquelle je voulais écrire cet article (ça ne m’a jamais pris que 6 pages et 4000 mots pour y arriver).

 

 

 

Seconde injustice : mauvaises habitudes de visionnage

Aka : le multitasking

 

Précision 1 : A ce stade, l’article n’a plus grand-chose à voir avec Smile en particulier, mais je vais continuer de l’illustrer de quelques screencaps de Smile, même pas spécialement appropriées, juste parce que le dama est joli et que j’aime bien ces screencaps.

 

Précision 2 : tout ce que je vais raconter ne concerne que moi. On fonctionne tous différemment, on regarde tous les choses différemment, avec des intentions et attentes différentes, donc si vous ne fonctionnez pas comme moi et que vous êtes parfaitement bien comme ça, c’est cool, et ne voyez pas ce post comme un « sermon ». C’est un article très égocentrique où je fais le point sur moi, et moi seule ! (après si vous vous reconnaissez dans le portrait, bah… je suis pas un être unique, quoi)

 

Bien.

 

Je parle de « multitasking » mais lorsque j’ai regardé The smile has left your eyes, je n’ai pas lu mes mails ou fait de la couture devant. Même si, c’est vrai, une fois, j’ai dessiné pendant que je regardais le drama. Plus précisément : j’ai essayé de dessiner Seo In Guk/Moo Young pendant que je regardais le drama (et me suis joliment plantée). Mais sinon, j’ai regardé le drama avec toute l’attention que j’avais, parce que c’était un drama sur lequel j’avais l’intention d’écrire et le coup de cœur de Grenat, donc je voulais le regarder sérieusement.

 

Mais les mots importants de la phrase précédente sont « toute l’attention que j’avais ». Et c’est là que j’ai fait le constat triste (mais pas nouveau, car je m’étais déjà fait la réflexion dans d’autres domaines) que je n’avais pas entièrement laissé sa chance au drama.

 

Bon, en partie, il y avait juste une question de timing : j’ai commencé à regarder Smile alors que j’étais dans une phase « dessin » et quand je suis dans une phase « dessin » (elles m’arrivent une fois tous les deux ans et durent d’une semaine à un mois, on va dire), j’ai tendance à devenir obsessive et à avoir du mal à faire quoi que ce soit d’autre. Donc j’étais un peu déconcentrée parce que l’envie de dessiner me démangeait.

 

Mais ça, c’est quelque chose de ponctuel, et c’est pas de pot que ce soit tombé sur Smile, mais c’est pas un souci général.

 

Le souci, c’est ma baisse d’attention en général.

 

Screencap sans rapport n°1

 

Quand j’ai fini par décider de laisser tomber Smile, je suis allée mettre à jour ma liste de dramas. Pas celle sur mydramalist, mais celle que je tiens dans mon carnet et dans laquelle je recense les dramas que je regarde. Il y a une colonne « abandonnés » et une colonne « terminés », donc j’ai mis Smile dans la colonne « dramas abandonnés », et en observant cette colonne, j’ai eu un moment de pause.

 

Il y a plus de dramas dans la colonne « terminés » que dans celle « abandonnés » (encore que pas beaucoup : 39 vs 33), mais malgré tout, ça en fait pas mal dans les « abandonnés », et leur nombre grandit d’année en année.

 

Alors : j’ai eu mes années « complétistes », mais arriver à laisser tomber les dramas qui ne me plaisent pas/plus est un changement positif. J’ai 0 scrupule à le faire. Parfois je me force encore à finir une série, mais seulement si j’ai une bonne raison, une justification (un élément qui me plait encore, un article à écrire qui s’inscrit dans un projet plus grand, ce genre de chose). Sinon, non. De façon générale, je ne sais pas si c’est parce que j’ai vieilli et me rapproche de la mort ( :D), mais je n’ai simplement pas envie de gâcher mon temps. On n’en a déjà pas assez pour les choses qu’on aime, alors le gâcher sur des expériences qui ne nous apportent rien : non. En plus, mes yeux me font mal quand je passe plein de temps à l’écran, donc quitte à ce qu’ils souffrent, j’aime autant qu’ils souffrent pour une bonne raison >< Bref : tout ça pour dire que laisser en plan des dramas qui ne m’embarquent pas/plus, ce n’est plus une déchirure pour moi, et c’est très bien.

 

En revanche, en partie parce que sur cette liste « abandonnés » se trouvent plusieurs dramas dont j’avais beaucoup aimé le début mais me suis désintéressée sans déclic clair, j’ai commencé à réfléchir à combien de dramas m’embarquent, à quel point ils m’embarquent, jusqu’à quand ils me gardent à bord, pourquoi je quitte le navire et quand.

 

Et j’ai réalisé qu’au fil des années, je me perds de moins en moins souvent dans les dramas jusqu'au bout.

 

Screencap sans rapport n°2

 

Notez bien: "moins souvent" ça ne veut pas dire "jamais". Ca ne veut même pas dire "rarement", et bien sûr, il m’arrive encore de me perdre complètement dans certains (par exemple, lors de ce projet coups de cœur des dramavores, il y en a qui m’ont complètement happée) mais ça arrive moins souvent. On pourrait imputer ça à une baisse de qualité des dramas, mais je n’y crois pas, vu qu’il sort des tas de très bons dramas tout le temps. Donc je me suis demandé : pourquoi ? Parce qu’abandonner les dramas qui ne me parlent pas, pas de souci, mais ne plus arriver à me perdre dans les dramas : non ! (notez que je parle de dramas, mais ça vaut pour tous les types de fiction).

 

J’ai plusieurs réponses.

 

Une première est physique : honnêtement, j’ai les yeux défoncés, et au bout d’un moment, les sous-titres, ça devient chaud pour moi, donc pour les dramas en particulier, je galère parfois, et je pense sincèrement que ça joue, parce que ça me distrait de la série.

 

Une seconde explication est celle de l’expérience. J’ai regardé beaucoup de dramas à ce stade (environ 800, d’après mydramalist), beaucoup de choses me sont plus familières, tout n’est plus aussi neuf et excitant, et donc je suis plus difficile à embarquer, peut-être. Mais d’un autre côté, les dramas évoluent, changent, donc certaines choses sont neuves et excitantes (c’est pour ça que je suis tombée à fond dans Kingdom, par exemple), et puis je suis très capable de me laisser happer par les tropes les plus classiques, et avoir le cœur qui palpite face à des scènes dont j’ai vu cent versions déjà, donc je ne sais pas si cette seconde explication est bien convaincante.

 

La troisième explication, et à mon avis la principale, c’est le fameux multitasking.

 

Screencap sans rapport n°3

 

Il y a dix ans, quand je regardais quelque chose, je m’asseyais et je regardais cette chose, je ne faisais rien d’autre. Maintenant, ça m’arrive encore, dans les bonnes circonstances ou quand je tombe face à un drama qui happe mon attention de force, mais c’est vrai que, très souvent, je me pose face à un drama et puis je griffonne un truc, ou je m’interromps pour poster un tweet (voire, je ne m’interromps pas et discute sur twitter quand même), ce genre de trucs. Bref, je ne fais plus que regarder le drama, je fais deux choses à la fois. Et pour le coup, twitter, c’est la pire des distractions. Mais même les notes que je prends pendant les dramas, c’est une distraction. C’est loin d’être la plus dommageable, parce que c’est très naturel pour moi donc je quitte à peine l’écran des yeux, mais néanmoins, il m’arrive de louper une ligne, de devoir revenir en arrière, et ça casse l’immersion. Comment puis-je prétendre avoir réellement regardé un drama si j’ai passé la moitié du temps à discuter sur twitter ou à dessiner sur une enveloppe ?

 

Et même quand je ne fais rien d’autre quand je regarde un drama, il arrive souvent que je sois simplement distraite, parce que j’ai tellement habitué mon cerveau à faire deux choses à la fois que quand il n’en fait qu’une, il se sent sous-utilisé, je suppose. Un peu comme quand vous avez passé toute la journée assise et que vos jambes commencent à avoir du mal à rester en place. Donc je ne fais rien d’autre, mais mon cerveau est quand même à moitié ailleurs.

 

Cette division de l’attention, il n’y a pas que mon visionnage de films et série qui en pâtit, mais puisque c’est le sujet : mon attention est divisée quand je regarde mes dramas, donc comment puis-je leur en vouloir quand ils ne la saisissent pas pleinement ?

 

Screencap sans rapport n°4

 

Oui, c’est vrai, certains dramas arrivent à exiger cette attention, à la chopper et ne plus la lâcher. Et, oui, parfois, les dramas ne la retiennent pas parce qu’ils sont mauvais (subjectivement, bien entendu). Mais certains autres dramas demandent un petit effort. Et pas parce qu’ils sont mauvais, mais peut-être simplement parce qu’ils demandent qu’on se concentre un peu plus dessus. Et puis il y a aussi simplement des dramas qui ne sont pas des chefs d’œuvre mais qui, si on s’y attarde, si on prend la peine de regarder au-delà de leur maladresse, ont des choses à offrir quand même, choses à côté desquelles on passe si on ne les regarde pas avec attention.

 

Je ne veux quand même pas que vous vous fassiez l’idée que je me ferme à tout et suis incapable d’être à fond dans ce que je regarde, hein ! La majorité des dramas que j’ai terminés (et donc ceux sur lesquels j’ai écrits) sont des dramas qui ont gardé mon attention (j’écris « la majorité » parce qu’il y a ceux sur lesquels je me suis forcée pour des projets, où ce n’est pas aussi vrai), et parmi ceux que j’ai abandonnés, il y en a certains qui n’étaient juste pas assez bons pour moi.

 

Mais pour résumer donc :

 

- j’ai pris l’habitude de diviser mon attention

- j’ai parfois du mal à me concentrer sur un drama, de façon insidieuse

- ça me prive de faire la pleine expérience du drama

- c’est pas cool

 

Donc il faut que j’essaie de reprogrammer mon cerveau.

 

Pas parce que je dois mon attention aux dramas, mais parce que je mérite de faire de vraies expériences. C’est pas aux séries que je dois quelque chose, c’est à moi-même.

 

Screencap sans rapport n°5 (et oui, elles sont toutes de Seo In Guk...)

 

 

 

Bonnes résolutions

 

Du coup, j’ai pris plusieurs résolutions.

 

Encore que, bon, techniquement, elles reviennent toutes à la même chose : moins de multitasking.

 

Première règle : moins de prise de notes pendant les visionnages.

Je ne vais pas arrêter complètement, parce que les notes sont super utiles pour écrire les articles (surtout quand, comme pour moi, il s’écoule souvent du temps entre le visionnage d’un drama et l’écriture d’un article à son sujet), mais aussi simplement pour avoir une bonne trace du drama après sa fin. Par exemple, j’aime bien garder les citations qui me plaisent. Mais je vais essayer de réduire la prise de notes à l’essentiel, et essayer de faire ça après la fin d’un épisode plutôt que pendant, quand je peux.

 

Seconde règle : plus de travaux manuels pendant les visionnages

La seule exception, ce sont les revisionnages sélectionnés pour le fond sonore, bien sûr. Genre quand je regarde Friends pour la quarantième fois pendant que je cuisine, ça va, c’est cool, on va pas pleurer non plus. Mais sinon : plus de dessin, plus d’écriture, plus d’assemblages de cartes, etc, pendant que je regarde quelque chose, parce que sinon, je ne regarde pas vraiment.

 

Troisième règle : omg, plus de twitter pendant les visionnages

C’est la règle la plus importante : réserver les pauses twitter à entre les épisodes, et pas pendant. Parce que sérieusement, checker twitter, je le fais sans arrêt sans même réfléchir, et c’est ce qu’il y a de pire pour la division de l’attention. La seule exception à cette règle sera le drama que je regarde avec Luthien parce qu’en l’occurrence le drama est en partie un prétexte pour parler avec Luthien (même si j’aime bien le drama et parle à Luthien en dehors, hein), mais sinon, si je veux aller sur twitter (ou discuter sur d’autres plateformes,  mais twitter est la seule que j’utilise régulièrement), c’est après la fin de l’épisode.

 

Je veux donner une vraie chance aux dramas. Et personnellement je suis de l’avis qu’on met de nous dans nos visionnages et qu’on en retire en partie ce qu’on y a mis. Donc si je n’y mets que la moitié de moi, c’est pas étonnant que je n’en retire que la moitié de ce que je pourrais, et finisse par perdre intérêt.

 

Donc voilà, ce sont mes bonnes résolutions, et depuis que j’ai regardé Smile (en Aout), j’essaie de m’y tenir. Je vais pas vous mentir : j’ai pas toujours réussi, surtout avec Twitter. Mais bon, je fais de mon mieux. Avec un peu de chance, je vais réussir à remettre mon cerveau sur les bons rails !

 

 

Voilà.

 

Ca sonne la fin de ce trop long article qui était un peu sur The smile has left your eyes, et beaucoup sur moi. Je ne sais pas si ça a eu beaucoup d’intérêt pour qui que ce soit, et je n’ai certainement pas l’illusion d’avoir raconté quoi que ce soit de révolutionnaire (la façon dont nos attentions sont de plus en plus sollicitées, et donc divisées, est un sujet de conversation populaire), mais j’avais besoin d’écrire tout ça pour moi, donc je l’ai fait. Je reprécise au passage que tout ce que j'ai écrit vaut pour moi, ce n'est pas censé "viser" le monde entier.

 

Je vais tâcher de me tenir à mes résolutions, et on verra bien si ça changera quoi que ce soit. Souhaitez moi bonne chance ! (ou pas, hein, vous faites ce que vous voulez).

 

Merci d’avoir tout lu. Votre récompense est le sourire de Seo In Guk :

 

 

 

 

 

 

 

Tous les coups de coeur des dramavores vus pour ce projet :

 

     
     
     
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :