[Bilan] Les séries (hors dramas) vues en 2020

Publié le 10 Février 2021

 

En dehors des dramas, j’ai finalement regardé peu de séries cette année. Oh, j’en ai regardé, bien entendu, mais, forcément, regarder autant de dramas prend du temps et le temps que j’ai mis dans les dramas, je n’ai pas pu le mettre ailleurs. Je suis aussi un peu triste de constater que certaines séries qui m’ont pourtant bien plu sur le moment ne m’ont pas marquée, et me sont même déjà un peu sorties de la tête. C’est le cas, par exemple, de la seconde saison de Mindhunter, que j’ai vue en janvier 2020 et dont je ne me souviens déjà quasi plus du contenu, sinon qu’il y avait Charles Manson dedans (le personnage, pas la vraie personne, qui est morte). De même, je sais que j’ai aimé la saison 1 de Locke and Key, je sais que j’ai aimé le concept et que la dame dans le puit me foutait les boules (ce que j’appréciais) mais honnêtement, la série m’échappe déjà pas mal. Oh well. 

 

Par rapport à 2019, ce n’est donc pas un top 10 mais un top 5 que je m’apprête à vous présenter. Mais je suis plutôt contente parce qu’autant en 2019 il n’y avait quasi que de l’horreur dans le top (dont les trois premières places), autant cette année, au moins, il n’y a pas que cela. Même si bon, la première place reste de l’horreur parce qu’on ne me changera pas. Je ne parlerai pas vraiment de diversité, parce que tout reste très américain à l’exception d’une seule, et parce que l’échantillon est très réduit, mais quand même, au moins, il n’y a pas que de l’horreur.

 

Let’s go !

 

5
Saison 1

 

Début 2020, j’ai terminé le roman American Gods par Neil Gaiman et en le terminant, une des premières choses que j’ai faites est sauter sur l’adaptation télé, parce qu’il y avait la même team derrière que pour Hannibal, donc si vous ajoutez à cela le fait que j’ai adoré le roman, forcément…

 

La version télé est assez différente du roman, pas mal de choses ont été ajoutées ou modifiées (notamment un rôle plus présent pour l’épouse du personnage principal, qui m’a également semblé plus expressif que dans le roman, moins blasé), et du coup ça a été une bonne expérience parce que je retrouvais le livre et à la fois j’avais de nouvelles choses à apprécier. Esthétiquement, c’était aussi une pure joie pour les yeux, et j’ai adoré le casting, et redécouvrir simplement l’univers et les personnages. J’adore le monde fantastique de cette histoire, rencontrer toutes les divinités, tous les personnages mythiques, et la série fait un joli mélange de magie, de mélancolie (on parle quand même de tout un monde d’anciens dieux qui se meurt), et d’humour, souvent sombre. Pour autant, j’admets ne pas m’être jetée sur la suite, parce que dans le même temps j’ai appris 1/ que Michael Green et Bryan Fuller n’étaient plus showrunners et 2/qu’Orlando Jones (un de mes acteurs favoris dans cette saison 1, et dans un rôle que j’adorais déjà dans le livre) avait été retiré du casting de façon honteuse et insultante, ce qui a pas mal tempéré mon enthousiasme. Néanmoins, j’ai aimé regarder la saison 1 ! Mentions spéciales à Gillian Anderson et Kristin Chenoweth que j’ai été vraiment contente d’avoir sur mon écran.

 

 

 

4
Saison 4

 

La quatrième saison était dans la veine des premières donc je savais à quoi m’attendre, mais il y avait un enjeu particulier sur cette saison-là parce que c’est la dernière. Donc la saison fait son mix habituel d’humour, de débats philosophiques, de grands concepts et de personnages humains attachants et touchants, mais en plus il allait falloir qu’elle conclue toute la série, et je trouve qu’elle s’en sort remarquablement bien. J’ai passé quasiment tout le dernier épisode à essayer de retenir mes larmes et à complètement échouer, mais je suis très satisfaite de la conclusion de cette série et contente qu’elle me laisse sur une série complète et que j’ai aimée de son début à sa fin. C’était une jolie (et drôle) série sur la vie, la mort, les gens, leur capacité à être meilleurs, et la façon dont les relations aux autres sont précieuses (pour résumer très rapidement). Que des thèmes qui me parlent et j’ai été triste de dire au revoir à la série mais heureuse de le faire tel que ça a été fait.

 

 

 

3
Alias Grace

 

Encore une série adaptée d’un roman que j’ai lu, haha ! (en l’occurrence : Alias Grace de Margaret Atwood) Comme quoi, j’ai pas beaucoup lu en 2020, mais…

 

En tous cas, j’avais beaucoup aimé le roman et son héroïne ambigüe dont on se demande tout le long si elle est innocente calomniée ou coupable manipulatrice, avec la certitude, au moins, que, en tant que femme à l’époque et l’endroit où elle se trouve, elle est victime d’une société dans laquelle il ne fait pas bon être une femme, et encore moins une femme de sa classe sociale. Margaret Atwood a une plume très agréable et facile à lire, il y a un bon suspense, et j’avais été prise par le récit. La série, si elle doit forcément couper quelques trucs par restriction de temps, reste malgré tout très fidèle au roman, j’ai trouvé (reprenant souvent des lignes verbatim), et en conséquence je l’ai appréciée pour les mêmes raisons, avec en bonus l’interprétation de Sarah Gadon dans le rôle principal, que j’ai trouvée très bonne. La jeune femme est intrigante et on se demande tout le long ce qui s’est passé. Bien sûr, je connaissais la fin du coup, mais même en la connaissance, ça n’enlève rien à la série et j’ai été happée tout le long.

 

 

 

2
 

Je regarde assez peu d’animes, comme vous le savez peut-être, mais au moins, quand j’en regarde, ils me plaisent généralement, beaucoup, et j’ai adoré celui-là. Je l’avais sélectionné pour des raisons purement superficielles (j’avais acheté le coffret DVD parce qu’il était joli) et quel plaisir de découvrir une histoire aussi tendre que celle-là. Moi qui aime les histoires de familles trouvées, j’ai été servie. Avec son ambiance paisible, son esthétique particulière (niveau design des personnages surtout) qui m’a beaucoup plu, ses personnages attachants qui cachent tragédies et angoisses, et ses relations engageantes, Sarai-ya goyou est un anime qui m’a beaucoup touchée, parce que je l’ai trouvé très tendre, et je suis contente de m’être laissée porter par mon instinct superficiel^^ !

 

 

 

1

 

L’année dernière, j’avais mis the Haunting of Hill House en première place de mon classement. Cette année, c’est au tour de sa seconde saison (qui n’a aucun lien narratif avec la première, elles peuvent être regardées séparément). C’est vrai, j’avais préféré la première saison, mais malgré tout j’ai aussi beaucoup aimé la seconde. Je la trouve moins immédiatement effrayante mais ses thèmes sont flippants, eux, et elle est riche en personnages complexes et attachants, plus instantanément sympathiques que ceux de la première saison, et elle est intrigante dès son épisode 1. Comme j’avais vu une précédente version de l’histoire cette fois, j’avais une vague idée d’à quoi m’attendre sur certains aspects, mais la série réserve également des tas de surprises. Le casting est impeccable, avec des prestations qui sortent particulièrement du lot, en particulier celle de T’Nia Miller. L’épisode qui est consacré à son personnage, d’ailleurs, fait assurément partie des plus prenants de la série. Avec des thèmes tels que le deuil, l’amour (beaucoup ! il est même souligné à la fin que ce n’est pas une histoire de fantômes que la narratrice a raconté, mais une histoire d’amour, ce à quoi elle répond que c’est la même chose, finalement), l’attente, la solitude, et la détérioration de l’esprit et de la mémoire (notamment par Alzheimer, mais pas que), je vais pas vous mentir, j’ai fini complètement en larmes. Et tout comme dans la saison 1, j’ai souvent été charmée par l’écriture des dialogues. Je suppose que beaucoup de lignes étaient tirées du livre (The turning of the screw d’Henry James), parce qu’elles faisaient très littéraires (et on pourrait se dire que le manque de naturel desservirait la série, mais c’est parfaitement adapté à l’ambiance), et quand je regarde une série j’aime bien noter les passages que je trouve joliment écrits pour les recopier mais là (comme dans Hill House) j’aurais dû en remplir un carnet entier et mes doigts en auraient saigné :’D Trop de jolies tournures. Il vaudrait sans doute mieux que je lise le livre (ou les livres, plutôt vu que la saison emprunte à plus d’une œuvre d’Henry James)…

 

En tous cas, en attendant, j’ai vu la série et s’il y a quelques longueurs dedans, je l’ai trouvée poignante, magnifiée par son casting, et j’ai adoré.

 

 

 

C’était un petit article, pour le coup ! Donc si vous me permettez d’ajouter quelques mentions, j’aimerais dire que j’ai regardé avec beaucoup de plaisir, en particulier, Locke & Key, The Umbrella Academy S01, Two sentence horror stories, la saison 1 de Grace and Frankie, et Cryptid. Rien qui m’ait marquée, donc c’est pas dans ce top, mais j’ai aimé regarder toutes ces séries.

 

 

Sur ce, je vous retrouve vendredi prochain pour le premier article sur mes dramas de 2020 !

 

 

Rédigé par Milady

Publié dans #Bilans Annuels, #2020, #Série, #TV

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :